Aperçu du fichier Journal LE MONDE Culture et Idees du samedi 25 aout 2012.pdf




   Afficher l'index  
  
   À propos / Télécharger le fichier  

Page 1 2 3 4 5 6 7 8



Aperçu Journal LE MONDE Culture et Idees du samedi 25 aout 2012.pdf - Page 1/8


Page 1 2 3 4 5 6 7 8



   Afficher l'index  
  
   À propos / Télécharger le fichier  


Aperçu texte:


                              Nico Muhly, compositeur                                                     Le « moi-isme », nouvelle                        Laura, entre réel et virtuel
                              hors genre Puisant dans la                                                  pathologie des politiques                        A Lille, des collégiens ont raconté
                              musique minimaliste, ce prodige                                             La pipolisation des dirigeants a tué             leur vie à des étudiants de Sciences
                              de 31 ans sort trois disques aux                                            l’action publique, déplore le psychana-          Po. Un projet piloté par l’écrivaine
                              sonorités inclassables P A G E 2                                            lyste Michel Schneider P A G E 3                 Marie Desplechin. P A G E 7




 Coco Chanel,
                                                                                                                                                                                      En 1936.
                                                                                                                                                                             STUDIO LIPNITZKI / ROGER-VIOLLET




 possédée par
  sa légende
                          HÉRITAGES | 9/10
   Jusqu’àsa mort en 1971, la styliste a tout fait
  pour construireun mythe autour de son nom
     et de son œuvre. La maison, qui s’inspire
  encore aujourd’huide cette créatrice de génie,
        ne lui a pourtantjamais appartenu



        Judith Perrignon                                       la propriété de Pierre et Paul Wertheimer,




        E
                                                               bâtisseurs d’un empire commercial qui avait
                                                               prospéré jusqu’aux Etats-Unis.
                        lle est morte un dimanche. Elle           Déjà sur le marché cosmétique avec leur
                        rentrait de promenade. Elle a          marque Bourjois, ils avaient aidé Coco Chanel
                        répondu au concierge du Ritz qui       dans les années 1920 à lancer son parfum No 5
                        lui demandait si elle allait bien      et ils ne l’avaient pas regretté. Pierre Werthei-
                        que ça allait, mais que dans une       mer était la force de frappe, elle était l’inven-
                        heure ou deux elle serait morte.       teuse. Ils avaient un accord, qui connut des
        Elle s’est étendue sur son lit simple avec une         hauts et des très bas, au gré des humeurs et des
        douleur dans la poitrine. « J’étouffe, Jeanne »,       soubresauts du siècle, mais qui tint jusqu’au
        a-t-elle dit à sa femme de chambre. Quelques           bout : les Wertheimer et leurs associés déte-
        gestes de panique, quelques mots encore. Et            naient 90 % de l’entreprise Chanel, Coco 10 %,
        puis elle a déclaré : « C’est comme cela que l’on      son fastueux train de vie étant à l’entière char-
        meurt.» Elle faisait mine d’orchestrer la mort         ge des premiers.
        comme elle l’avait fait avec la vie. Elle s’en            Si elle rédige son testament en 1965, c’est
        allait maquillée, coiffée et habillée, sans laisser    que Pierre Wertheimer vient de mourir. Il lais-
        à l’agonie le temps de chiffonner son teint, ses       se Chanel à son fils. L’allié des débuts s’en va,
        cheveux et son allure. C’était le 10 janvier 1971.     Coco se prépare également au départ.
           Le lendemain, Le Monde évoquait un style               Lorsqu’il devient l’avocat parisien de Made-
        imposé et qui s’imposerait encore à plusieurs          moiselle Chanel, un an plus tard, en 1966,
                                                                                                                                16 RUE DE GRENELLE PARIS




        générations. Le New York Times consacrait à sa         RobertBadinterne s’occupedonc ni de la struc-
        disparition trois colonnes à la une. Et pour dire
        combien elle avait changé la mode, le journal
        américain concluait que son influence était
        « incalculable».                                           Elle meurt seule.
           Elle meurt seule. Ses amis, ses amours
        l’ont souvent précédée. Elle n’a pas eu d’en-              Elle est enterrée à
        fants. Ce jour-là, son sac à main et son coffre
        sont pillés par quelques vautours qui tour-            Lausanne dans une tombe
        naient en souriant autour de la vieille dame.
        Les derniers proches font ce qu’elle avait                qu’elle a elle-même
        demandé : elle est enterrée à Lausanne dans
        une tombe qu’elle a elle-même dessinée –                dessinée – pas de pierre
        pas de pierre au-dessus, « au cas où je vou-
        drais ressortir ».                                        au-dessus, « au cas
           Le testament qu’on ouvre tient en quel-
        ques lignes. Daté du 11 octobre 1965, il dési-         où je voudrais ressortir »
        gne comme héritière unique la Fondation
        COGA. Mi-Coco, mi-Gabrielle. Tout était prêt.
        En 1962, elle avait demandé à son avocat,              ture de l’entreprise ni de la fortune de sa clien-
        René de Chambrun, de monter cette fonda-               te, qui a pour cela de prestigieux conseils en
        tion, dont le but était d’accomplir les désirs         Suisse. Il la représente pour des détails, des
        de Mademoiselle : servir une rente à un cer-           contrats avec ses différentes licences, ou bien
        tain nombre de personnes – famille,                    il plaide le droit de la personne lorsqu’elle est
        employés, amis –, soutenir de jeunes artistes          attaquée. Il lui en reste aujourd’hui le souvenir
        et aider des malades. « De cette façon, tu ne          de déjeuners le samedi midi, rue Cambon. Il
        seras pas ennuyée et sollicitée après ma mort,         l’écoute mépriser le présent et sublimer ses
        tout sera réglé », a-t-elle glissé alors à sa nièce,   souvenirs: « Elle voulait un spectateur attentif.
        Gabrielle Palasse-Labrunie, en lui précisant           Je l’étais : elle me fascinait, me basculait dans le
        de faire ce qu’il faudrait le moment venu              passé. » Tout le reste est en ordre et à l’abri du
        pour sa cuisinière, son maître d’hôtel, son            fisc depuis un moment.
        comptable son chauffeur et ses femmes de                   Le testament ouvert le confirme. Il désigne
        chambre. Et tout fut réglé.                            comme exécuteurs testamentaires Me Guts-
           Le siège de la fondation se trouvait à Vaduz,       tein, avocat à Zurich, ainsi que l’Union de ban-
        la capitale du Liechtenstein, un paradis où la         ques suisses. La presse évalue alors la fortune
        fortune ne connaît pas l’impôt. Pour le reste,         de Coco Chanel à 15 millions de dollars, soit à
        elle était un capitaine d’industrie sans navire,       l’époque environ 75 millions de francs.
        Chanel ne lui appartenait pas et n’avait rien à
        faire sur le testament. C’était depuis toujours        Lire la suite pages 4 à 6

Cahier du « Monde » N˚ 21025 daté Samedi 25 août 2012 - Ne peut être vendu séparément




comments powered by Disqus