Larousse Des Plantes Médicinales.pdf

Nom original: Larousse Des Plantes Médicinales.pdf
Titre:
Ce document au format PDF 1.3 a été généré par , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/04/2013 à 21:11, à partir de l'adresse IPv4 88.178.***.***.
Taille du document: 29995 Ko (335 pages).




   Afficher l'index  
  
   Aperçu du fichier  



Partager le document:


Partager sur Facebook    Partager sur Twitter    Partager sur Google+    Partager sur Blogger    Partager sur LinkedIn    Partager sur Pinterest

Lien permanent vers cette page:



Aperçu du document:

Conseil scientifique : Paul Iserin, responsable du département de phytothérapie à la faculté de médecine de Bobigny - Pour la Belgique, Michel Masson, docteur en médecine et membre de l'Association belge des syndicats médicaux (ABSYM) Pour la Suisse, Jean-Pierre Restellini, docteur en médecine et licencié en droit Coordination éditoriale : Edith Ybert, Astrid de Laage de Meux Lecture-correction s Françoise Moulard, Edith Zha ÉDITION MISE À JOUR Conseil scientifique : Rachel de La Roque, journaliste, Olivier de La Roque, botaniste Traduction : Pierre Vican Coordination éditoriale : Edith Ybert, Tatiana Delesalle-Féat Lecture-correction : Madeleine Biaujeaud, Julien Ringuet Mise en pages ; Jacqueline Bloch Fabrication : Annie Botrel REMARQUE Un bon usage des plantes médicinales repose sur le respect des consignes suivantes. En cas de troubles importants ou de maladies de longue durée, il faut toujours consulter un médecin. Il est alors particulièrement dangereux d'établir son propre diagnostic et de pratiquer l'automédication. D'une façon générale, il faut bien respecter les précautions d'usage données dans les notices présentant chaque plante et ne pas dépasser les doses prescrites. Il faut aussi s'assurer que les plantes ont été bien identifiées et, en cas de doute, consulter un phytothérapeute ou un pharmacien. Malgré tout le soin apporté à la rédaction de l'Encyclopédie des plantes médicinales, une erreur aura pu s'y glisser. Nous ne saurions être tenus pour responsables de ses conséquences ou d'une interprétation erronée, car, rappelons-le, aucun livre ne peut remplacer l'avis du médecin. Original Tittle : Encyclopedia of Médicinal Plants (2nd Edition) Copyright © 1996, 2001 Dorling Kindersiey Limited, Londres Text copyright © 1996, 2001 Andrew Chevallier © 2001 Larousse / VUEF pour la présente édition © 1997 Larousse-Bordas pour l'édition originale en langue française « Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur, ou de ses ayants droit, ou ayants cause, est illicite » (article L. 122-4 du Code de la propriété intellectuelle). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par l'article L. 335-2 du Code de la propriété intellectuelle. Le Code de la propriété intellectuelle n'autorise, aux termes de l'article L. 122-5, que les copies ou les reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, d*une part, et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration. » ISBN: 2-03-560252-1 SOMMAIRE INTRODUCTION 6 LE DÉVELOPPEMENT DE LA PHYTOTHÉRAPIE 8 L'ACTION DES PLANTES MÉDICINALES 10 LES ÉLÉMENTS ACTIFS DES PLANTES 14 DES ORIGINES AU XIXe SIECLE 16 AUJOURD'HUI ET DEMAIN 26 LE DÉVELOPPEMENT DE LA PHYTOTHÉRAPIE EN : EUROPE 30 INDE 34 CHINE 38 AFRIQUE 42 AUSTRALIE 44 AMÉRIQUE DU NORD 46 AMÉRIQUE DU SUD 50 LES PRINCIPALES PLANTES MÉDICINALES 52 Un guide illustré présentant les 100 principales plantes utilisées dans le monde pour leur vertus médicinales, avec, pour chacune d'entre elles, la description de leur habitat et de leur culture, leurs principaux constituants et effets, leurs usages traditionnels et courants ainsi que les recherches en cours. Des remèdes à faire soi-même sont aussi proposés. AUTRES PLANTES MÉDICINALES 154 Plus de 450 autres plantes employées dans les traditions médicinales les plus diverses, avec une description de leurs vertus curatives et de leurs usages traditionnels et courants. SE SOIGNER PAR LES PLANTES 282 CULTIVER DES PLANTES MÉDICINALES 284 LA RÉCOLTE ET LA CONSERVATION 286 PRÉPARER DES REMEDES NATURELS 289 REMEDES CONTRE LES AFFECTIONS COURANTES 298 CONSULTER UN PHYTOTHÉRAPEUTE 320 GLOSSAIRE 322 INDEX GÉNÉRAL 323 INDEX DES PLANTES CLASSÉES PAR AFFECTIONS 332 CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES 336 INTRODUCTION DEPUIS LA PLUS HAUTE ANTIQUITÉ, les hommes se sont soignés avec les plantes qu'ils avaient à leur disposition. Qu'est-ce qui les a guidés à employer une plante plutôt qu'une autre? Le hasard? La religion? La superstition? L'expérience, certainement. Plusieurs théoriciens ont entrepris d'expliquer l'action des plantes sur l'organisme. Dans l'Antiquité gréco-romaine, mentionnons les grands médecins grecs : Hippocrate (460-v. 377 av.J.-C.) ; Dioscoride (l° siècle apr.J.-C.), Galien (v. 131-v. 201) ; pour sa part, le Romain Pline l'Ancien (23-79), à la fois amiral, écrivain et naturaliste, a écrit une Histoire naturelle en 37 volumes. L'ouvrage de Dioscoride Sur la matière médicale (De materia medica), qui décrivait tous les médicaments en usage à son époque, demeura l'une des sources les plus consultées par les médecins jusqu'à l'aube du XIXe siècle. Au XVIe siècle, la célèbre école italienne de Salerne a marqué la médecine de son temps. Elle conseillait au roi « de conserver un esprit gai, de se ménager du repos, et de se contenter d'une alimentation modeste»; aujourd'hui, ces conseils pourraient être suivis judicieusement par chacun d'entre nous. .Jusqu'au XIXe siècle, les médecins se contentaient, pratiquement, de puiser dans la «pharmacie du bon Dieu» pour soulager les maux de leurs contemporains. C'est alors que les chimistes ont réussi à isoler les principes actifs de certaines plantes importantes (la quinine du quinquina, la digitaline de la digitale, etc.). Poursuivant leurs recherches, au début du XXe siècle, ils ont fabriqué des molécules synthétiques. Désormais, croyait-on, on allait prescrire exclusivement des médicaments issus des cornues, les plantes ne servant plus que de reserves à molécules chimiques utiles. Excessive, cette vision a engendré par contrecoup une «vague verte», un renouveau de la phytothérapie suscité par l'attente d'une grande partie de la population, en accord avec l'« esprit écologique » actuel. Mais, au-delà de ce courant, l'utilisation des plantes relève d'une philosophie déjà exprimée dans l'un des livres de la Bible, l'Ecclésiaste : «Le Seigneur fait produire à la Terre ses médicaments et l'homme sensé ne les dédaignera pas. » Récemment, des médecins et des professeurs dynamiques ont créé des centres de formation en phytothérapie (dans des universités ou dans des institutions privées). Ils expérimentent de nouvelles plantes (comme Harpagophytum procumbens), modernisent la présentation des médicaments et rendent ceux-ci plus efficaces (par exemple, les nébulisats ou extraits secs de plantes sont prescrits sous forme de gélules). En outre, on procède à des expériences en milieu hospitalier. Au CHRU (Centre hospitalier de recherche universitaire) de Clermont-Ferrand, le professeur Pierre Bastide a, entre autres expériences, testé les vertus curatives des huiles essentielles de cannelle et de girofle sur les infections de l'appareil urinaire. L'aromathérapie, l'art de soigner par les huiles essentielles, est devenue une science méthodique depuis qu'elle repose sur une classification de ces huiles selon leur capacité à lutter contre les bactéries. Il y a une vingtaine d'années, les docteurs Maurice Girault et Paul Belaiche ont mis au point l'aromatogramme, méthode comparable à l'antibiogramme, qui permet de déceler quelles sont les huiles essentielles les plus efficaces sur un germe donné. Cette période faste de la phytothérapie a été interrompue en France par un décret de 1991 supprimant les remboursements de toutes les préparations magistrales, c'est-à-dire des médicaments préparés par le pharmacien selon une prescription établie par un médecin pour traiter le cas particulier de son malade. Ce fut un coup dur porté à la phytothérapie ! Une décision similaire a été adoptée en 1997 en Belgique. Les phytothérapeutes ont constaté, depuis, une baisse importante de la fréquentation de leur cabinet. De plus, le nombre des candidats à l'étude de la phytothérapie diminue, le montant des investissements consacrés à la recherche décline et les tests cliniques se raréfient. Le recours à la phytothérapie n'a pas disparu pour autant. Il a changé de forme : l'automédication remplace, pour une large part, la prescription. L'Encyclopédie des plantes médicinales d'Andrew Chevalier donne de nombreux conseils pour se soigner soi-même, tout en mettant en garde sur les éventuels dangers de cette pratique. Cette encyclopédie présente l'ensemble des plantes européennes, ainsi que de nombreuses plantes utilisées en Amérique, en Extrême-Orient (notamment en Chine) et en Australie. Mais elle ne se contente pas de dresser un inventaire de très nombreuses espèces. Grâce à ses superbes illustrations, elle est un guide d'identification des plantes médicinales et un manuel permettant leur utilisation à bon escient et la confection de diverses préparations médicinales. L'ouvrage souligne aussi la toxicité éventuelle et les contre-indications de nombreuses plantes. Il faut, en effet, réfuter l'idée que les plantes sont inoffensives. L'aconit napel, par exemple, contient de l'aconitine, qui est un poison très violent. Des parachutistes en exercice, menant une opération de survie, sont morts après avoir absorbé des racines d'aconit napel pour se nourrir. De la même façon, les baies de belladone, qui contiennent de l'atropine, sont mortelles. Quant aux feuilles de digitale pourprée, elles renferment des hétérosides cardiotoniques qui, à doses élevées,, laissent peu de chances à celui qui les absorbe de s'en sortir vivant. Mais que l'on se rassure ! Les législations européennes protègent les utilisateurs, et les plantes toxiques ne sont délivrées que sur prescription. Toutefois, il faut se méfier des plantes que l'on cueille soi-même. Il faut également considérer avec précaution ces plantes affublées de vertus extraordinaires, achetées à l'étranger dans des boutiques qui ne sont soumises à aucune réglementation. En Chine, parmi les 5 000 plantes utilisées à des fins médicinales, certaines ne font pas l'objet de contrôles rigoureux avant leur mise en vente. Je souhaite que cet ouvrage, à la fois porteur de traditions anciennes et ouvert sur des recherches contemporaines, contribue à une utilisation rationnelle et bienfaisante des plantes médicinales. Paul Iserin Responsable du département de phytothérapie à la faculté de médecine de Bobigny L'ACTION DES PLANTES MÉDICINALES La plupart des espèces végétales qui poussent dans le monde entier possèdent des vertus thérapeutiques, car elles contiennent des principes actifs qui agissent directement sur l'organisme. On les utilise aussi bien en médecine classique qu'en phytothérapie : elles présentent en effet des avantages dont les médicaments sont souvent dépourvus. DANS LES CAS EXTRÊMES, l'action de la médecine moderne soulage les patients de manière indéniable et sauve de nombreuses vies. Un article paru dans la presse en 1993, décrivant la situation catastrophique dans laquelle se trouvait un hôpital de Sarajevo, la capitale bosniaque assiégée, signalait que les médecins, totalement dépourvus de médicaments, étaient contraints d'utiliser une plante très répandue en Europe, la valériane (Valeriana offidnalis, p. 148), comme analgésique et anesthésiant pour soigner les blessés. Cette plante, efficace pour soulager l'anxiété et la tension nerveuse, possède des principes actifs à effets sédatifs, dont le mécanisme d'action n'est pas encore connu. Les médicaments chimiques peuvent enrayer les infections bien plus efficacement que bien d'autres traitements. De même, les techniques chirurgicales modernes (chirurgie plastique, microchirurgie, réanimation, etc.) augmentent les chances de vaincre ou de soigner des maladies et des blessures graves. LES AVANTAGES DE LA PHYTOTHÉRAPIE Toutefois, malgré les énormes progrès réalisés par la médecine moderne, la phytothérapie offre de multiples avantages. N'oublions pas que de tout temps, à l'exception de ces cent dernières années, les hommes n'ont eu que les plantes pour se soigner, qu'il s'agisse de maladies bénignes, rhume ou toux, ou plus sérieuses, telles que la tuberculose ou la malaria. Aujourd'hui, les traitements à base de plantes reviennent au premier plan, car l'efficacité des médicaments tels que les antibiotiques (considérés comme la solution quasi universelle aux infections graves) décroît. Les bactéries et les virus se sont peu à peu adaptés aux médicaments et leur résistent de plus en plus. C'est pourquoi on utilise à nouveau l'absinthe chinoise (Artemisia annua, p. 67) et surtout son principe actif pour soigner la malaria lorsque les protozoaires responsables de la maladie résistent aux médicaments. La phytothérapie, qui propose des remèdes naturels et bien acceptés par l'organisme, est souvent associée aux traitements classiques. Elle connaît de nos jours un renouveau exceptionnel en Occident, spécialement dans le traitement des maladies chroniques, comme l'asthme ou l'arthrite. De plus, les effets secondaires induits par les médicaments inquiètent les utilisateurs, qui se tournent vers des soins moins agressifs pour l'organisme. On estime que 10 à 20% des hospitalisations sont dues aux effets secondaires des médicaments chimiques. DES PLANTES À UTILISER AVEC PRECAUTION Si les plantes sont faciles à utiliser, certaines d'entre elles provoquent également des effets secondaires. Comme tous les médicaments, les plantes médicinales doivent être employées avec précaution. Il est recommandé de n'utiliser une plante que sur les conseils d'un spécialiste : mal dosée, l'éphédra (Ephedm sinica, p. 97) est très toxique et la consoude (Symphytum officinale, p. 137), une plante qui a connu, jadis, son heure de gloire, peut avoir des effets fatals dans certaines circonstances. Toutefois, lorsqu'un traitement à base de plantes est suivi correctement, les risques d'effets secondaires sont fort limités. LE POUVOIR DES PLANTES L'action de la phytothérapie sur l'organisme dépend de la composition des plantes. Depuis le XVIIIe siècle, au cours duquel des savants ont commencé à extraire et à isoler les substances chimiques qu'elles contiennent, on considère les plantes et leurs effets en fonction de leurs principes actifs. Cette Encyclopédie ne fait pas exception. Elle détaille précisément les principaux éléments actifs contenus dans les plantes médicinales et explique la nature de leurs actions. 10 Des champs de pavots en Tasmame. L'opium, que l'on tire des graines du pavot, contient des alcaloïdes : morphine ou codéine, qui sont de puissants analgésiques largement utilisés'dans la médecine moderne.


         


Télécharger le fichier (PDF)

Télécharger le fichier
larousse-des-plantes-medicinales.pdf
PDF v1.3, 29995 Ko
Texte, 1585 Ko



Documents similaires






Faire un lien vers cette page


 
Lien permanent vers la page de téléchargement du document - Facebook, Twitter, ou partage direct


 
Lien court vers la page de téléchargement du fichier


 
Code HTML - Pour partager votre document sur un site Web, un Blog ou un profil Myspace



Commentaires



comments powered by Disqus



Rechercher un document