Imprecation .pdf


Nom original: Imprecation.pdfTitre: ImprecationAuteur: USERMots-clés: vortad

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Imprecation / ScanSoft PDF Create! 5, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 25/05/2009 à 12:42, depuis l'adresse IP 90.15.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1272 fois.
Taille du document: 66 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Vague imprécation de sous les flots célestes
Le soleil rutilait dans un ciel sans nuages; son bleu opulant miroitant pres des rivages. Là , penché sur mon reflet, je comtemplais les traits de mon visage. Car cette eau ruissellante scintillait
d’une lueur céleste, et tout s’unissait à sa clarté. Mais dans cette eau si délicate, je paraissait
comme un mirage: je faisait signe de ma main buriné, ridée par l’ondulation des flots aux murmures du vent; si bien qu’a ce souffle evanescent mon portrait s’éperdait bientôt dans la quiétude de
la marée, et que de ses yeux étincelants, confondait au large la nitescence de l’Azur. Il s’évanouissait désormais dans ces couleurs de la magnificence, que constellait l'éclat de sa
luminescence. Cette eau m’apparaissait soudain si llimpide qu’elle m’eblouissait…
Lentement, la rivière s’emplissait d’une pureté eclatante. Cette même pureté que le soleil rendait
ardante; et qui, incandescante, teintait les flots d’une blancheur léthargique. De ces lueurs livides„ corolles élavées, ellle resplendissait en moi comme un appel angélique,laissant froidement à
mes yeux la comtemplation d’un vaste étang de glace. Emerveillé, j’avisai sa surface pellucide,
que le vent rendait placide. Un rayon de lumière défila sur ce tapis de marbre.
Il me stupéfia, tandis qu’épris de joie, je m’osait d’un sourire circonspect- mais furtif- pour ne pas
offusquer la parole des Dieux. J’étais transporté par la passion, par ce cri d’allégresse qui découlait du ciel; jusque vers l’immensité de l’océan, au delà de l’ignorance et la misère-sur terre... Je
naviguais trop loin de là, dérivant des années durant sur cette mer qui s’étendait inexorablement.
J’avais vanté si longtemps les mérites d’un astre fulminant, que j’en avais ignoré la chaleur suffocante, alors qu’a chaque vague déferlante s’elevait une dune; et que des profondeurs abbyssales
emergeaient les sable du temps. Face à cet horizon désertique, contrée débornées; je m’étais
condamné pour l’éternité. Comme un errant dans une eau trop aride, comme un assoifé quêtant
la pureté: elle avait disparu de sous les flots; invisible même sur-les-flots. Alors je l’esperais; mais
elle m’avait déserté…
Encore, ce malheur étoilé y révélait les prémisses de la nuée; et m’extirpait d’un bonheur auquel
j’étais destiné. Le soleil s’abîmait désormais sous la mer déchainée; tandis que m’enlissait vers
les flots tumultueux. Cette vague imprécation retentissait en la penombre tel un appel fatidique.
L’appel des damnés tonnait dans l’obscurité comme si la mort résonnait du plus profond de mes
pensées. Elle s’approchait de moi inexorablement. Je la priais de m’epargner. Mais comme
sourde , inéluctable, elle brandissait sa faux, brisant l’eau d’une force incoergible.
L’appel angélique s’estompait. La mort m’engoufrait avec elle , où déferle la cataracte effroyable.


Aperçu du document Imprecation.pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)


Imprecation.pdf (PDF, 66 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


7p8yato
midnight sun chapitre 1 a 12
tenebresdu
les tenebres du dehors
emietter la montagne
emietter la montagne 1

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.009s