Cours de droit .pdf



Nom original: Cours de droit.pdfTitre: Microsoft Word - Cours de droit.docxAuteur: Sophie BaillergeauMots-clés: Version du 14/11

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 13/11/2009 à 12:42, depuis l'adresse IP 78.251.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 11823 fois.
Taille du document: 301 Ko (17 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 

Semestre  
1  

 

 
 
 
 

 
 
 

COURS  D’INTRODUCTION  
GÉNÉRAL  AU  DROIT  ET  
MÉTHODOLOGIE  JURIDIQUE  
 

Introduction  générale  :  définition  du  droit  
 
Il   est   impossible   de   donner   une   définition   homogène   et   définitive   car   suivant   les   pays,   la  
norme   et   la   définition   varie.   Les   notions   de   juste   et   d’injuste   sont   relatives.   Le   droit   est   une  
sorte   de   science   qui   se   fonde   sur   une   norme   dite   positive.   Dans   l’école   positiviste,   ce   qui  
importe,  c’est  hiérarchiser  les  normes  de  droit,  et  de  savoir  comment  elle  se  hiérarchise  entre  
elle.    
 
 

SECTION  I  :  DÉFINITIONS  SUBSTANTIELLES  DU  DROIT  
 

I. LES DOCTRINES JURIDIQUES
 
La  philosophie  concerne  l’ensemble  des  études  et  recherche  visant  à  saisir  les  causes  premières.  
Elle   cherche   la   réalité   absolue   ainsi   que   les   fondements   des   valeurs   humaines.   Selon   cette   approche,   la  
philosophie  vise  le  plus  haut  degré  de  généralité.  Et  elle  se  voudrait  le  berger  des  autres  sciences.    
 
Selon   cette   approche   philosophique,   elle   est   indispensable   au   droit   pour   définir   ces   relations  
avec  la  morale,  la  politique  et  l’économie.  En  d’autres  termes,  il  n’y  a  pas  de  droit  sans  philosophie  du  
droit.  Dans  cet  aspect  philosophie,  tout  ordonnancement  juridique  repose  sur  la  recherche  des  valeurs  
social,   cad,   la   justice,   la   sécurité   juridique   et   le   progrès.     D’où   l’existence   de   différentes   doctrines  
associés  à  ses  valeurs.
 
QU’ELLE  SONT  LES  FONDEMENTS  DES  CES  DEUX  DOCTRINES  ?  
A. LA  PHILOSOPHIE  IDÉALISTES  
 
Elle   est   issus   de   la   doctrine   du   droit   naturel.   Selon   cette   doctrine,   il   existe   un   idéal   de   justice  
supérieur  au  droit  positif  (règle  de  droit  écrite).  C’est  un  idéal  qui  s’impose  même  à  l’auteur  de  la  loi.  
On  considère  que  la  théorie  provient  de  la  nature  de  l’être  humain.  Il  reste,  cependant,  des  principes  
non  écrits  qui  prévalent  sur  le  droit  positif  (Antigone).    
 
Pour   Aristote,   le   droit   doit   s’inférer   de   l’harmonie   de   l’ordre   naturel.   Et   pour   Cicéron,   grand  
juriste  romain,  «au  delà  du  droit  positif,  existe  un  droit  idéal,  immuable  et  intemporel.  Saint  Augustin,  
tout  comme  Aristote,  ne  remette  pas  en  cause  l’esclavages  (Esclavage  =  pas  de  droit).  Grotius  (un  des  
fondateur   du   Droit   International)   essaye   de   dégager   la   théorie   des   droits   naturels   non   fondés   sur   la  
religions.   Il   existe   une   raison   naturel   qui   conduit   la   nature   de   l’homme   et   cette   raison   doit   conduire  
l’être  humain  a  dégager  des  règles  universelles,  des  règles  indépendantes  du  temps  et  de  la  civilisation.  
Il  s’agit  d’une  règle  d’une  rigidité  absolue.  
 
La  théorie  du  contrat  social  de  Rousseau  (inspiré  par  Locke)  est  fondée  sur  des  lois  naturelles.  
La  différence  majeure  entre  L  et  R,    c’est  qu’il  parte  de  constat  diamétralement  opposé.    
Pour   Locke,   «l’homme   est   un   loup   pour   l’homme».     La   survie   est   une   loi   naturelle.   Et   le   contrat  
social  a  pour  objectif  d’encadre  la  sauvagerie  pour  vivre  en  société.    
Pour  Rousseau,  «  l’homme  est  naturellement  bon,  c’est  la  société  qui  le  perverti  ».  C’est  
l’apparition  de  la  propriété  qui  peut  le  pervertir,  c’est  le  contrat  social  qui  évitera  que  l’individu  porte  
préjudice  a  son  voisin  (Fin  de  la  loi  du  plus  fort).  
EM’azing  

Page  2  

Le  droit  est  le  produit  de  l’évolution  des  peuples  et  donc  ce  droit  est  propre  à  une  nation  et  
n’existe  pas  de  droit  universel.  
La  recherche  du  juste,  qui  repose  sur  des  principes  moraux  extérieur.  
 
B. LES  D OCTRINES  P OSITIVISTES  
 

 
Les  doctrines  positivistes  sont  différentes  des  doctrines  idéalistes.  L’objectif  premier  est  de  
construire  le  droit  comme  une  science,  c’est  à  dire,  rejet  des  fondements  extérieurs  au  droit  lui-­‐même.    
 

Les  doctrines  positivistes  sont  très  rigoureuses.  
1. Le  positivisme  juridique    

 
Pour  le  positivisme  juridique,  le  droit  est  l’ensemble  des  règles  en  vigueur  à  une  époque  donnée  
dans  une  époque  donnée.  Pour  les  positivistes,  le  droit  ne  se  conçoit  pas  indépendamment  de  l’Etat.  Le  
droit   devient   une   discipline   autonome   qui   s’identifie   à   l’Etat   comme   une   source   directe   ou   indirecte.  
Dans  ce  positivisme  juridique,  le  droit  se  limite  à  un  phénomène  étatique.    
 
Ce  qui  est  rationnel  est  réel  et  ce  qui  est  réel  est  rationnel.  Dans  l’approche  d’Hegel,  il  y  a  une  
approche   organique.   Dans   la   théorie   libérale,   l’État   est   un   mal   nécessaire   qui   doit   circonscrit.   Pour  
Hegel,   l’Etat   a   une   place   essentielle,   et   l’individu   ne   peut   qu’évoluer   dans   l’Etat.   Il   y   a   un   culte   de   l’Etat,  
une   identification   du   droit   à   l’Etat.   L’Etat   est   la   seule   source   du   droit.   Le   risque   est   de   finir   par   légitimé  
le  totalitarisme  (comme  au  XXe  siècle).  
 
Ce  qui  marquera  l’évolution  du  droit  après  la  2GM,  c’est  l’affirmation  des  droit  de  l’individu  face  
à  l’Etat.    
 
La  philosophie  positiviste  repose  sur  un  système  de  normes  hiérarchiques  :  constitution  -­‐  traité  
-­‐  loi  -­‐  règlement.  
2. Le  positivisme  scientifique    
Le  droit  ne  se  suffit  pas  à  lui  même,  il  n’est  pas  la  hiérarchie  de  normes.  Il  est  un  produit  social  
sécrété   en   dehors   de   toute   idée   de   justice   et   sécrété   par   d’autre   science.   Le   droit   n’existe   que   dans   son  
lien  avec  une  autre  science.  Il  ne  se  préoccupe  de  la  dimension  morale  temporelle.    
 

Pour  Marx,  le  droit  est  la  super  structure  de  la  classe  dirigeante.  
Conclusion   :   Il   n’y   a   pas   de   définition   suffisante   du   droit.   Puisque   les   doctrines   ne  
nous  permettent  pas  de  nous  accorder  sur  une  définition  du  droit,  il  faut  trouver  une  
autre  approche,  et  revenir  aux  finalités  juridiques.  
II.

LES  FINALITES  JURIDIQUE  
 

A. JUSTICE  ET  UTILITÉ  
 
Il  y  a  une  recherche  de  la  maximalisation  du  plaisir.  Le  droit  ne  sera  pleinement  efficient  que  s’il  
participe  au  bonheur  des  individu.  Selon  l’école  néo-­‐libéral,  la  recherche  individuel  du  gain  permet  à  la  
société   de   développé   ces   pleines   efficacités.   Le   droit   dans   l’approche   utilitariste   est   le   bonheur   de   la  
majorité  malgré  l’abandon  de  certains  individus.  
 

L’école  du  juste  (Aristote,  Saint  Thomas  d’Acquin)  est  fondamentale  au  moyen  âge.  

EM’azing  

Page  3  

B. INDIVIDUALISME  ET  HOLISME  
 

Est  ce  que  la  propriété  est  une  droit  dans  la  société  ?  Ou  est-­‐elle  collectiviste  ?  

On   peut   dire   qu’en   Europe,   nous   avons   essayé   de   distinguer,   de   développer   une   conception  
mixte  de  la  société  en  essayant  de  trouver  un  équilibre  entre  les  obligations  sociales  et  juridiques.  
 

SECTION  II  :  DÉFINITIONS  FORMELLES  DU  DROIT  
Quelle  procédure  s'appliquera  à  la  norme  juridique  pour  considérer  que  nous  avons  du  droit  ?  

I. LA SANCTION
Le  propre  de  la  norme  juridique  est  d’être  sanctionné  par  une  autorité  publique  ou  étatique.  
La   sanction   est   un   critère   insatisfaisant.   Le   but   est   d’être   sanctionné   par   une   entité   statique  
(conseil   de   l’ordre...).   La   sanction   des   normes   du   droit   n’est   pas   forcément   appliqué,   mais   c’est   la  
menace   de   la   sanction   (sanction   exceptionnelle).   Il   doit   y   avoir   certaine   sanction   qui   doivent   être  
soumise   ç   l’intervention   éventuelle   du   juge.   C’est   à   dire,   c’est   l’intervention   d’un   tiers   investit   de  
l’autorité  public  et  qui  en  garanti  le  respect.  

II. JUGEMENT ET JUSTICIABILITÉ
Toute  sanction  n’est  pas  nécessairement  le  fait  d’un  jugement.  Décision  de  police  lors  d’un  excès  de  
vitesse,  ou  décision  académique  lors  d’un  exam.    Une  règle  de  droit  qui  n’est  pas  sanctionnée  est  une  
règle  de  droit  douteuse.  La  sanction  est  donc  nécessaire  mais  pas  suffisante.  Pour  que  le  règle  de  droit  
soit  parfaite,  la  sanction  doit  être  soumise  a  un  juge.  
Notion  de  juge  :  Intervention  d’un  tiers  investi  de  l’autorité  publique  et  qui  en  garanti  le  respect  e  
la  norme  de  droit.  Le  juge  est  un  tiers  qui  représente  l’autorité  publique  mais  qui  n’a  pas  directement  
de  mission  (du  type  :  verbaliser).  
2  critères  :  Impartialité  et  désintéressement  (indépendance)  :  
• Impartialité  :  Pas  de  choix  personnel  dans  la  prise  de  décision  
• Indépendance  :  le  juge  ne  reçoit  d’instruction  d’aucune  autre  autorité.  (Pb  du  Parquet  ?  
Sous  autorité  de  la  garde  des  sceaux).  
Conclusion  :  
Norme  juridique  :  acte  qui  pourra  être  soumis  au  contrôle  et  à  la  sanction  du  juge  
 
On  considèrera  que  nous  avons  du  droit  si  nous  réussissons  à  avoir  un  jugement  et  si  la  
norme  permet  d’avoir  un  juge.  

EM’azing  

Page  4  

Partie  1  :  Les  fondements  du  droit  
Chapitre 1 ~ Typologie Des Systèmes Juridiques
 
Définition   du   Fondement   du   droit  :   permet   de   dresse   une   typologie   des   systèmes  
juridiques  existants  ainsi  que  des  ordres  juridiques.  
 
Un   système   juridique   est   composé   des   règles   et   des   solutions   dégagés   par   le   droit   de  
manière   cohérente.   Un   ordre   juridique,   c’est   l’ensemble   des   règles   qui   gouvernent   une   entité  
juridique   (Etats,   les   relations   entre   les   Etat   avec   le   droit   international,   les   relations   avec   le  
conseil   de   l’Europe).   L’étude   du   droit   procède   de   la   volonté   de   définir   ses   caractéristiques  
propres  qui  le  distingue  des  autres  disciplines.  Cette  volonté  de  structuré  le  droit  comme  une  
science   manifeste   l’influence   du   courant   positiviste   et   en   ce   sens   cette   volonté   marque   des  
analogies   avec   d’autres   systèmes   (sociaux,   logiques...).   Cette   démarche   de   structuration   est   une  
démarche  ancienne  (grec,  romain),  cette  organisation  sociale  fut  ensuite  renforcée  avec  le  siècle  
des  lumières.  
Une  bonne  règle  de  Droit  est  une  règle  de  droit  qui  est  comprise,  et  dont  le  processus  est  connu.  
Si  la  décision  ne  semble  pas  cohérente,  il  peut  être  contesté  en  interne  ou  devant  le  juge.    
Pour  Pondillac  (1715-­‐1780),  un  système  n’est  d’autre  que  la  disposition  de  différentes  parties  
d’un  art  ou  d’une  science  dans  un  ordre  ou  elles  se  soutiennent  toutes  mutuellement  et  ou  les  
dernières  s’explique  par  les  premières.  Celles  qui  ont  raison  des  autres,  s’appellent  principes.  
 
En     pratique,   il   n’existe   pas   un   système   juridique   mais   des   systèmes   juridiques   qui  
varient  dans  le  temps  et  dans  l’espace.    
 

SECTION  1  ~  LES  PRINCIPAUX  SYSTÈMES  JURIDIQUES  

 
 

Le  droit  communautaire  abouti  à  un  métissage  des  grands  systèmes.  

I. LE SYSTEME JURIDIQUE ROMANO-GERMANIQUE
 
Le  droit  français  est  largement  inspiré  de  ce  système,  et  plus  globalement  c’est  l’ensemble  des  
pays  européen  sont  basé  sur  ce  système.  
 
Ce  système  est  basé  sur  la  loi.  En  outre,  il  repose  sur  la  codification.  Il  y  a  une  hiérarchisation  du  
vocabulaire  dans  des  catégories  comparables.    
 
Il   y   a   une   distinction   entre   le   droit   public   et   le   droit   privé.   Le   droit   public   concerne   les   relations  
avec  l’Etat,  avec  l’autorité  public  au  sens  large.  Le  droit  public  concerne  les  relations  avec  l’Etat  et  les  
relations  publique  au  sens  large  (établissements  publiques)  
   
«  Les   conventions   légalement   formées   tiennent   lieu   de   D   à   ceux   qui   les   ont   faites  »   =>   les  
conventions  que  l’on  peut  signer  tient  lieu  de  loi  entre  les  parties  qui  les  ont  signées.  
 

II. LE SYSTEME DES PAYS DU COMMON LAW
EM’azing  

Page  5  

Ce   système   est   surtout   présent   dans   les   pays   qui   ont   un   héritage   britannique   (Angleterre,  
Irlande,  Australie…)  
Ce  système,  à  la  différence  de  système  romano-­‐germanique,  est  moins  basé  sur  la  codification.  Il  
est   surtout   basé,   sur   la   jurisprudence,   au   rôle   du   juge.   Le   pouvoir   judiciaire   est   très   important   dans   ce  
système.  
De   plus,   le   système   de   législation   de   Common   Law   ne   connait   pas   de   différences   entre   la  
législation  publique  et  privé.    
 

III. LE SYSTEME JURIDIQUE DES PAYS SOCIALISTES
Dans  la  tradition  confucéenne  chinoise,  il  y  a  une  sorte  d’allergie  au  droit  (barbare)  dans  la  mesure  
où  il  y  a  un  vainqueur  et  un  gagnant.  Ceci  s’oppose  à  la  conception  chinoise  qui  vise  à  l’équilibre  de  la  
société   (ying   et   yang).   Le   juge   n’applique   pas   un   code   qui   trancherais   entre   le   bien   et   le   mal.   Cette  
concept  évolue  malgré  tout  pour  deux  motifs  :    
• Les  lois  ne  sont  pas  les  mêmes  dans  toutes  les  régions  de  la  Chine  qui  déstabilise.  
• Nécessaire  ouverture  économique.  
Il  y  a  2  éléments  majeurs  qui  distinguent  ce  système  des  autres  systèmes  :  
o Statut  du  droit  de  propriété  :  propriété  collective  (la  règle)  et  non  individuelle  (l’exception)  
o Le   rôle   de   la   liberté   d’expression   (de   la   presse,   de   la   création   des   partis   politiques…)  :   ces  
libertés  étaient  des  libertés  conditionnées  à  la  définition  d’une  société  communiste.  Il  y  avait  un  
travail  de  transformation  de  l’être  humain  (homosovieticus)  ,  travail  de  rééducation  pour  éviter  
les  dérives  petits  bourgeois.  Donc,  il  y  a  une  censure  plus  ou  moins  stricte  des  hommes  et  des  
productions.  
 

IV. LE SYSTEME JURIDIQUE DES THEOCRATIES
C’est  le  fondement  des  républiques  islamiques.  Dans  ces  systèmes,  il  y  a  la  recherche  d’un  ordre  
social   juste   basé   sur   la   religion   et   le   devoir   imposé   aux   croyants.   Le   coran   fait   l’objet   d’une  
interprétation  juridique,  c’est  la  Sharia.  Elle  accorde  une  grande  importance  à  la  jurisprudence.  C’est  
l’interprétation   des   textes,   de   la   volonté   divine   pour   trancher   entre   différents   conflits   entre  
particuliers.  

EM’azing  

Page  6  

BILAN  :  
 
Autres  noms  

Common  Law  
Anglo-­‐saxon,  
judge-­‐made  

Droit  civil  
Continental,  
Romain  
Code,  
interprétation  
stricte  
Les  juges  
dominent  les  
débats  

Droit  socialiste  

Droit  musulman  

Communiste  

Système  religieux  

Marxisme-­‐
Léninisme  

Documents  
religieux  sacrés  

Membres  du  parti  

Rôle  secondaire  

Source  de  la  loi  

Interprétation  de  
la  législation  

Avocats  

Contrôlent  le  
prétoire  

Compétence  des  
juges  

Anciens  avocats  
pratiquant  le  droit  

Carrière  de  
bureaucrate  

Membres  du  parti  

Ayant  suivi  un  
enseignement  
légal  et  religieux  

Degré  
d'indépendance  

Fort  

Relatif,  dépend  du  
régime  

Les  tribunaux  sont  
une  extension  de  
l'État  

Limité  

Souvent  usé  au  
plus  bas  niveau  

Interdit  

Chine,  Union  
Soviétique  

Arabie  saoudite  

Jury  
Exemples  

Tribunaux  mixtes  
dans  les  affaires  
très  sérieuses  
Australie,  
France,  Allemagne,  
Royaume-­‐Uni,  
Japon,  Mexique,  
Canada,  Etats-­‐Unis  
Turquie  
Souvent  valable  
lors  du  procès  

 
 

SECTION  2  ~  LE  SYSTÈME  JURIDIQUE  FRANÇAIS  
Le  système  juridique  français  est  d’origine  romano-­‐germanique  :  séparation  du  droit  public  et  
droit  privé  et  système  qui  repose  sur  un  système  de  codification.  
Dans  le  système  français,  le  droit  écrit  et  non  écrit  ont  beaucoup  d’importance.  
Le  Droit  écrit  :  
• Marque  les  origines  romaines  du  droit  français  
• Etabli  par  une  autorité  sociale,  
• Doit  disposer  du  pouvoir  de  commandement  
La  tradition  du  droit  écrit  vient  du  Sud  de  la  France  et  celui  du  droit  non  écrit  vient  du  Nord  de  la  
France.  
Objectif  :   Avoir   une   prévisibilité   du   Droit   grâce   au   travail   de   la   codification.     La   codification   s’est  
accentué  sous  François  Ier  avec  l’usage  du  français.  

I. L’ANCIEN DROIT : PAYS DE COUTUME ET PAYS DE DROIT ECRIT
Depuis  l’Antiquité,  il  y  a  un  lien  étroit  entre  la  politique  et  le  Droit  :  c’est  ce  qui  fonde  la  légitimité  
des  décisions  du  monarque  ou  du  souverain.  
Loi  Salique  (loi  fondamentale  du  royaume)  =  les  femmes  peuvent  transmettre  le  pouvoir  mais  ne  
peuvent  l’exercer.  
EM’azing  

Page  7  



Droit  coutumier  écrit  :  50  coutumes  générales,  700  coutumes  locales  

A   partir   de   1453   sous   Charles   VII,   la   rédaction   officielle   de   toutes   les   coutumes   de   France   a  
commencé  après  1453  sous  Charles  VII  et  c’est  achevé  au  XVIème.    Cependant,  sous  l’ancien  régime,  on  a  
une  grande  diversité  du  droit.  Les  coutumes  du  royaume  de  France,  même  codifiées,  divergeaient  de  
manière  importante  entre  le  Nord  et  Sud  et  entre  l’Est  et  l’Ouest.  
Droit  canonique  :  droit  basé  sur  la  religion,  par  interprétation  de  la  Bible.  Règles  de  Droit    qui  à  
partir   de   la   parole   divine   et   de   sa   transcription   dans   les   évangiles   avait  pour   vocation   d’organiser   la  
société  civile.  

II. LE DROIT INTERMÉDIAIRE (de 1789 à 1804)
De  la  Révolution  jusqu’à  l’œuvre  napoléonienne  de  codification.  
Caractéristiques  de  ce  droit  :  Il  marque  une  rupture  avec  l’ancien  régime  sur  au  moins  3  points  :  





Sécularisation   du   Droit  :   la   valeur   du   contrat   ne   dépendra   pas   du   serment   prêté   sur   la   Bible  
(pas  de  conception  religieuse)  
Renforcement   du   principe   d’égalité  :   on   supprime   la   société   en   normes,   chaque   ordre   voit  
ses   privilèges   disparaitre.   On   supprime   également   le   droit   d’ainesse.   Cette   suppression   a  
également  des  conséquences  dans  le  droit  de  la  famille  :  fin  de  l’autorité  paternelle,  enfant  
naturel  =  enfant  légitime  (fin  de  la  discrimination  des  «  batards  »,  il  doit  pouvoir  accéder  à  la  
succession),   introduction   du   divorce.   Principe   d’égalité  :   les   distinctions   sociales   sont  
fondées  sur  l’utilité  commune  
Egalité  et  liberté  :    
o Liberté  :  reconnaissance  et  affirmation  du  droit  de  propriété  
o Abolition   des   corporations  :   l’ensemble   des   métiers   dans   la   société   de     l’ancien  
régime  

III. LA CODIFICATION NAPOLEONIENNE ET SON EVOLUTION
La  codification  napoléonienne  et  le  Code  Civil  résulte  de  l’adoption  entre  1803  et  1804  de  36  
lois  constituant  les  36  titres  du  code  civil.  Ces  36  lois  sont  entrées  en  vigueur  progressivement  puis  on  
été  rassemblées  dans  le  code  Civil.  Ce  code  civil  abroge  le  code  antérieur.  
Ce  code  civil  :  
• Œuvre   de   magistrats   pragmatiques  :   stabilité   de   la   France   nécessaire   au   monde   des  
affaires,  trouver  des  solutions  efficaces  (consigner  la  liberté,  le  droit  de  propriété…).  
• Œuvre  modérée  (ne  pas  créer  un  ordre  nouveau).  
• Esprit  individualiste  et  libéral.  
 
Composition  du  Code  Civil  :  3  livres  
• 1e  livre  concerne  les  personnes.  
• 2e  livre  concerne  les  biens.  
• 3e  livre  concerne  les  différentes  manières  d’accéder  à  la  propriété.  
 
 
 
Portée  de  ce  Code  Civil  :  
• Le  rayonnement  fut  grand  (notamment  à  la  suite  des  conquêtes  napoléoniennes)  
• Il   n’y   a   pas   eu   jusqu’à   présent   de   révision,   mais   une   adaptation   progressive.   La   structure  
est  toujours  la  même.  
EM’azing  

Page  8  

De  plus,  il  y  a  4  autres  codes  dus  à  Napoléon    qui  complètent  le  Code  Civil  :  
• 1806  :  Code  de  procédure  civile  
• 1807  :  code  du  commerce  
• 1810  :  Code  pénal  (révisé  en  1992)  
• Code  d’instruction  criminelle  révisé  en  1959  
La  Révolution  française  n'accorde  pas  une  grande  importance  aux  personnes  morales,  l'individu  
est  pris  en  tant  que  tel.  
Dans  l'évolution  du  droit  français,  on  constate  que  sa  construction  s'est  faite  sous  la  IIIe  
République,  la  loi  étant  l'expression  d'une  volonté  générale  de  la  nation.  
Le  droit  allemand  a  conservé  une  grande  importance  aux  syndicats.  
Le  droit  européen  contribue  à  un  rapprochement  des  conceptions  juridiques  par  l'existence  du  
marché  commun.  Ce  droit  collectif  s'est  développé  sous  l'influence  des  class-­‐actions  (actions  de  groupe  
devant  le  juge,  défendant  les  droits  d'un  groupe  d'individus).    
Arrêts  Laval  et  Vicking  :  (cour  de  justice  des  communautés  européennes)  :  savoir  si  des  syndicats  
suédois  pouvaient  procéder  à  un  black  out  au  motif  que  les  entreprises  locales  avaient  sous  traité  avec  
des  entreprises  étrangères  aux  salaires  moins  élevés.  Jusqu'où  ce  système  suédois  est  compatible  avec  
la  libre  prestation  de  services  ?    

 

Chapitre 2~ Typologie Des Ordres Juridiques
SECTION  1  ~  LE  DROIT  INTERNATIONAL  

 
 
Le  droit  international  peut  être  divisé  en  deux  catégories  :  le  droit  international  public  et  le  droit  
international   privé   qui   régit   les   relations   entre   les   personnes   de   nationalité   différente.   Lorsqu'on   parle  
simplement  de  droit  international,  il  s'agit  habituellement  du  droit  international  public.  
 
Traditionnellement,   les   seuls   sujets   du   droit   international   sont   les   États,   mais   la   prolifération  
des  organisations  internationales  depuis  une  centaine  d'années  les  ont  fait  reconnaître  comme  sujet  du  
droit  international.  


Les  sujets  du  droit  international  

 
Un  sujet  de  droit  international  est  assujetti  à  ce  droit  et  doit  pouvoir  s'en  prévaloir.  À  l'origine,  
l'État  était  le  seul  sujet  du  droit  international.  (Selon  Kelsen  :  «  le  seul  sujet  du  droit  international  est  
l'État  »).  
11  avril  1949,  avis  de  la  Cour  internationale  de  justice  :  «  Les  sujets  de  droit  dans  un  système  
juridique  ne  sont  pas  nécessairement  identiques  quant  à  leur  nature  ou  quant  à  l'étendue  de  leur  droit  
et  leur  nature  dépend  des  besoins  de  la  communauté  ».  
 
Mais  cette  conception  est  révolue,  car  bien  que  sûrement  sujet  originel,  depuis  1815,  les  états  
ont  ressenti  la  nécessité  de  se  grouper  en  Organisations  internationales  qui  peu  à  peu  vont  atteindre  le  
EM’azing  

Page  9  

statut   de   sujets.   L'ONU   est   devenue   un   sujet   de   droit   international,   puis   cela   s'est   étendu   aux   autres  
organisations  internationales  (sujets  de  droit  dérivé).  
 
L'individu  a  pris  une  place  de  plus  en  plus  importante  dans  le  système  de  droit  international  du  
fait  de  la  protection  des  droits  de  l'Homme.  

I. LE DROIT INTERNATIONAL PUBLIC
 
Le   droit   international   public   régit   les   relations   entre   les   sujets   de   ce   système   juridique,   qui  
sont   les   États,   les   organisations   internationales.   Les   sources   conventionnelles   de   ce   droit   sont   les  
traités   et   les   conventions.   Les   sources   extraconventionnelles   sont   la   coutume   internationale,   les  
principes  généraux  du  droit,  la  jurisprudence  et  la  doctrine  des  publicistes  les  plus  qualifiés.  
 
Les   récents   développements   du   droit   international   humanitaire,   des   droits   de   l'homme   et   du  
droit   commercial   international,   font   penser   que   les   individus   et   les   transnationales   peuvent   être  
perçus   comme   des   sujets   du   droit   international   public.   Cette   interprétation   va   à   l'encontre   de  
l'orthodoxie   juridique   internationale   traditionnelle,   puisque   seuls   les   sujets   du   droit   international  
peuvent  créer,  appliquer  ou  veiller  à  l'application  des  règles  de  ce  droit  et  porter  la  responsabilité  de  
sa   violation,   même   en   ce   qui   concerne   les   droits   de   l'homme,   le   droit   humanitaire   et   le   commerce  
international.   Il   paraît   donc   peu   évident   d'admettre   les   personnes   morales   ou   physiques   comme   des  
sujets  du  système  juridique  international.    


Les  sources  du  droit  international  

 
La   société   internationale   est   essentiellement   décentralisée.   Les   pouvoirs   de   création   du   droit   et  
d'application   du   droit   n'appartiennent   pas   à   une   entité   centralisée.   Il   n'y   a   pas   d'État   mondial,   et   les  
principaux  sujets  de  droit  sont  aussi  les  principaux  créateurs  du  droit.  
Le  droit  international  a  trois  sources  principales  :  
o Les   traités   internationaux,   qui   contiennent   les   obligations   que   les   États   acceptent  
expressément   et   volontairement.   Lorsqu'une   convention   est   élaborée,   un   État   peut  
donner  son  consentement  au  texte  (qui  lui  devient  alors  opposable).  Il  devient  «  partie  »  
à  la  convention.  Il  peut  aussi  accorder  son  consentement  à  la  plus  grande  partie  du  texte,  
mais  en  exclure  certaines  dispositions.  On  parle  alors  de  «  réserve  ».  
o La   coutume,   qui   dérive   d'une   pratique   effective   des   États   accompagnée   de   l'opinio   juris,  
c'est-­‐à-­‐dire  la  conviction  des  États  que  cette  pratique  est  exigée  par  la  loi.  
o Les  principes  généraux  du  droit,  qui  sont  communément  reconnus  par  les  principaux  
systèmes  légaux  à  travers  le  monde.  
 
Il  y  a  une  relative  faiblesse  du  droit  international.  Les  conflits  mondiaux  (Irak,  PO,  ...)  sont  des  
témoignage  de  faiblesse  du  droit  international.  

II. LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ
 
Le   droit   international   privé   est   la   branche   du   droit   qui   étudie   le   règlement   des   différends   de  
droits   privés   présentant   au   moins   un   caractère   d'extranéité,   que   les   parties   soient   de   nationalités  
différentes,  résident  dans  des  pays  différents,  ou  soient  liées  par  des  engagements  pris  dans  un  pays  
autre  que  leur  pays  de  résidence.  
 


Les  problèmes  principaux  se  posant  au  droit  international  privé  sont:  
Le   conflit   de   juridictions,   qui   se   subdivise   en   deux   questions   distinctes  :   la   compétence  
internationale  (dans  quel  pays  le  litige  peut-­‐il  être  jugé  ?),    

EM’azing  

Page  10  



La   reconnaissance   des   décisions   étrangères   et   le   conflit   de   lois   (quel   est   l'ordre   juridique   -­‐   le  
pays  -­‐  dont  la  loi  s'applique).  

 
Les   deux   questions   sont   bien   distinctes,   les   tribunaux   d'un   pays   pouvant   être   amenés   à  
appliquer  la  loi  d'un  autre  pays.  Les  manuels  français  ajoutent  également  souvent  une  partie  traitant  
des  sujets  de  droit,  comprenant  le  droit  de  la  nationalité  et  la  condition  des  étrangers.  
 
Malgré  son  nom,  le  droit  international  privé  n'est  pas  uniforme.  Il  existe  un  droit  international  
privé   français,   un   droit   international   privé   allemand,   etc.   L'objet   de   cet   article   n'est   que   le   droit  
international  privé  en  France.  
 
Le  conflit  de  lois  est  la  partie  du  droit  international  privé  qui  permet  de  déterminer  quelle  loi  va  
être  appliquée  au  cours  d'un  litige  présentant,  au  moins  ,  un  élément  d'extranéité.  Ainsi,  une  fois  que  le  
juge   français   est   saisi   du   litige,   il   conviendra   de   trouver   la   loi   applicable   aux   questions   de   droit   posées.  
Partant   du   principe   que   le   juge   français   peut   appliquer   une   loi   étrangère,   et   que   les   différentes   lois  
étrangères   présentant   des   liens   avec   le   litige   ont   une   vocation   théorique   à   s'appliquer,   ont   été  
élaborées  des  règles  de  conflit  de  lois.  Elles  présentent  des  caractères  généraux.  
 
La  règle  de  conflit  de  lois  est  une  règle  abstraite,  indirecte  (elle  ne  permet  pas  de  résoudre  la  
question   de   fond   posée,   mais   uniquement   de   déterminer   la   loi   compétente   pour   résoudre   cette  
question   de   droit   substantiel),   et   neutre   (la   solution   substantielle   n'est   pas   prise   en   compte   dans   la  
détermination  de  la  loi  applicable).  
 
Le   droit   international   privé   français   est   composé   de   règles   de   conflit   de   lois   émanant  
d'instruments   internationaux   (convention   et   traité),   de   la   loi   (article   3   du   code   civil),   ou   de   la  
jurisprudence.  
 
Un   exemple   de   règle   de   conflit   de   lois:   "Les   conditions   de   validité   au   fond   du   mariage   sont  
déterminées   par   la   loi   personnelle   des   époux   "   (art.   3   C.civ,   jurisprudence   25,   Paris   2   février   1956).  
Autrement  dit,  la  loi  applicable  aux  conditions  de  fond  du  mariage  -­‐  dans  l'hypothèse  d'un  litige  porté  
devant  le  juge  français  -­‐  est  la  loi  du  pays  dont  l'époux  concerné  par  le  litige  est  originaire.  En  revanche  
et  a  contrario,  les  conditions  de  forme  du  mariage  sont  déterminées  par  la  loi  française.En  pratique,  un  
mariage  polygame  célébré  à  l'étranger  pourra  donc  tout  de  même  produire  certains  effets  en  France,  
où  la  polygamie  est  pourtant  strictement  interdite  par  loi.  

SECTION  2  -­  CE  DROIT  EUROPÉEN  

 

Objectif   de   ce   droit  :   créer   un   marché   intérieur   défini   comme   un   espace   sans   frontière  
intérieure  dans  lequel  est  garantie  la  libre  circulation  des  personnes,  des  marchandises,  des  services  et  
des  capitaux.  Ce  droit  fut  créé  en  1949  lors  de  la  Convention  de  Londres  et  fut  adopté  en  1950  :    

I. LE DROIT CONVENTIONNEL DU CONSEIL DE L’EUROPE
 
Au  premier  chef,  ce  sont  les  tribunaux  nationaux  qui  doivent  faire  respecter  la  convention  des  
droits  de  l’homme.  
 

En  appel,  on  refait  le  jugement  sur  les  mêmes  faits  et  avec  les  mêmes  bases  juridique  :  
o 1ere  étape     =>  1ère  instance  :  Ce  sont  les  tribunaux  nationaux  qui  ont  la  responsabilité  
de  faire  respecter  la  Convention  Européenne  des  Droits  de  l’Homme.  
o 2ème   étape  =>   l’appel  :   on   refait   le   jugement   sur   les   mêmes   faits,   et   avec   les   mêmes  
bases  juridiques    

EM’azing  

Page  11  

o 3ème   étape  =>   la   cassation  :   ne   réétudie   pas   les   faits.   Les   faits   sont   définitivement  
établis.   En   revanche,   ils   vérifient   que   la   norme   de   droit   a   bien   été   appliquée  
correctement.  
Ce  n’est  qu’après  3  étapes  que  l’on  accède  à  la  cours  européenne  des  droits  de  l’homme.  
Toutes  les  affaires  pour  la  cour  européenne  des  droits  de  l’Homme  se  fait  contre  un  Etat.  Jamais  
contre  un  individu  x  ou  y  ou  contre  une  entreprise.  On  considérera  que  l’Etat  n’a  pas  garanti  le  respect  
de  la  convention.  
La  cour  européenne  des  Droit  de  l’Homme  n’est  pas  une  cour  suprême.  Le  conseil  d’Etat  peut  
annuler  un  décret  (Juridiction  interne).  La  cour  européenne  des  Droit  de  l’Homme  ne  peut  pas  annuler  
une  décision  prise  par  une  cour  nationale.    
 Dommages  et  intérêts  sont  extrêmement  importants  
 
Le  droit  issu  de  l’Union  européenne  peut  être  réparti  en  3  grandes  catégorie  :    

 




Respect   intangible   de   la   dignité   humaine  :   interdiction   du   travail   forcé.   On   saisi   la   cour  
européenne,  et  ce  contre  un  Etat.  D’abord  il  faut  avoir  saisi  le  juge  national.  
Prééminence  du  droit  :  un  juge  auquel  vous  adresser  pour  faire  valoir  vos  droits.  Reconnaitre  la  
force  juridique  contraignante  de  la  convention  des  droits  de  l’homme.  
Défense   de   la   démocratie   libérale   et   du   pluralisme  :   respect   de   la   vie   privée   et   familial  
(jurisprudence   protectrice   de   la   vie   privée   indépendamment   de   l’activité   sexuelle  :   droit  
d’adoption   mm   pour   des   homosexuels,   couples   mixtes   avec   2   nationalités   différentes   des  
parents  

 

II. LE DROIT DE L’UNION EUROPEENNE
Le  droit  de  l’Union  Européenne  concerne  les  27  Etats  membres.  Il  est  plus  contraignant  que  le  droit  
issu   du   conseil   de   l’Europe.   Il   a   été   adopté   selon   une   procédure   spécifique   qui   fait   que   les   Etats     ne  
peuvent  refuser  d’appliquer    les  décisions  une  fois  qu’elles  sont  adoptées.  
A. LE  DROIT  COMMUNAUTAIRE  
Il  y  a  une  coopération  judiciaire  et  policière  en  matière  pénale.  
B. LE  DROIT  ISSU  DE  LA  PESC  ET  DE  LA  CPJP  
Le  droit  international  privé  qui  concerne  les  relations  entre  particuliers,  mais  pas  des  accords  
entre  particuliers  mais  entre  les  Etats.  

SECTION  3  -­  CE  DROIT  INTERNE  

 
 

I. LA DISTINCTION DU DROIT PUBLIC ET DROIT PRIVE
EM’azing  

Page  12  

 
On   distingue   les   deux   droits   selon   les   intérêts   protégés.   Dans   l’UE,   un   Etat   ne   peut   suspendre  
ses  obligation  au  motif  qu’un  état  ne  les  respecte  pas.  
A. LE  DROIT  PUBLIC  ET  SES  DIVISIONS  
Le  droit  public  sert  pour  toutes  les  administrations  publiques  (CHU...).  Ensemble  des  règles  
qui  préside,  dans  un  Etat,  a  l’organisation  des  pouvoirs  publics  et  qui  gouvernent  les  rapports  
de  l’Etat  et  des  ses  agents  avec  les  particuliers.  
Les  branches  du  droit  public  :  
• Le  droit  constitutionnel.  
• Le  droit  administratif.  
• Les  finances  publiques.  
 

B. LE  DROIT  PRIVE  ET  SES  DIVISIONS  
Le  droit  privé  concerne  les  rapports  des  particuliers  entre  eux  ou  des  organismes  privés    
Les  branches  du  droit  public  :    
• Le  droit  commercial  
• Le  droit  civil  
• Le  droit  du  travail  
 

C. LES  DISCIPLINES  MIXTES  

Les  disciplines  mixtes  concernent  à  la  fois  droit  public  et  droit  privé  :  
• Le  droit  communautaire  
• Le  droit  pénal  
• Le  droit  international  privé  

EM’azing  

Page  13  

Partie  2  :  Les  sources  du  droit  
Quel  sont  les  sources  du  droit  ?  D’ou  émane  les  normes  juridiques  ?  On  peut  déjà  distinguer  
les  sources  du  droit  objectifs  (règle  applicable  à  l’ensemble  des  rapports  entre  les  individus)  et  
les   droits   subjectifs   (droit   rattaché   à   un   individu   ou   à   un   groupe   d’individu).   De   manière  
générale,   le   droit   de   propriété   est   protégé   par   la   déclaration   des   droits   de   l’homme   et   du  
citoyen.  Le  titre  de  propriété,  est  un  droit  subjectif  :  il  permet  de  jouir  de  l’objet.  Le  propriétaire  
a   l’usus,   l’abusus   (droit   de   l’aliéner,   de   le   vendre),   fructus   (faire   des   gains   sur   le   produit).   Le  
droit   subjectif   doit   être   fondé   sur   une   personne   particulière   alors   que   le   droit   objectif   ne  
concerne  personne  en  particulier.  

Chapitre 1 ~ Les sources du droit objectif
Le  plan  qui  va  suivre  correspond  au  système  romano-­‐germanique  basé  sur  la  codification.  Le  
juge  est  l’interprète,  l’analyste  de  la  loi.  Dans  le  système  anglosaxon,  le  juge  est  l)  pour  trancher  de  
manière  empirique  un  différent  et  il  se  réfère  aux  lois  dans  la  mesure  où  elles  existent.    
La  hiérarchie  des  normes  est  basé  sur  la  hiérarchie  des  hauteurs.  Le  peuple  s’exprime  par  
référendum  et  est  auteur  de  la  Constitution.  
 

SECTION  1  ~  LES  SOURCES  SUPRA-­LÉGISLATIVES  

 

On  peut  distinguer  deux  ou  trois  sources  législatives  :  
• La  constitution  
• Les  traités  et  accords  internationaux.  
• Le  paragraphe  3,  réservé  au  droit  communautaire.  

 

I. LA CONSTITUTION
Article  16  de  la  DDHC  «  Toute  société  dans  laquelle  les  droits  ne  sont  pas  garantis,  les  pouvoirs  
séparé  n’a  pas  de  constitution  ».  
Il  est  indispensable  qu’il  y  est  :  
• Une   séparation   des   pouvoirs   publics   qui   doit   être   analysée   comme   une   organisation   des  
pouvoirs   publics,   comme   une   coopération   :   conception   libérale   du   pouvoir.   «   Le   pouvoir   doit  
arrêté  le  pouvoir  »,  «  check  and  balance  »  le  statut  d’opposition  est  essentiel.  
• Le  respect  des  droits  de  l’Homme.  
On  retrouve  c’est  élément  dans  le  traité  de  Lisbonne,  dans  le  droit  Européen.  C’est  pour  cela  qu’on  
peut  parler  d’organisation  constitutionnelle.  
E.  Zoler  définit  la  constitution  comme  «  La  norme  suprême  que  se  donne  un  peuple  libre  ».  Cela  signifie  
que  :    
• Norme  suprême  signifie  qu’il  n’y  a  pas  de  norme  au  dessus.    
• Peuple  libre  :  Le  peuple  est  souverain  du  royaume.  Cette  liberté  fait  l’autorité  de  l’Etat.  

EM’azing  

Page  14  

 
Il  n’y  a  pas  de  peuple  européen  qui  a  adoptée  de  constitution  européenne,  car  il  n’y  a  pas  de  
peuple  européen.    
Quelles  sont  ces  normes  de  nature  constitutionnelles  qui  forment  la  Ve  république  ?  
 
La  Ve  république  a  été  ratifié  par  le  peuple  français  en  1958.  Le  texte  de  la  constitution  est  
constitué  d’environ  100  articles.  


Organisation  des  pouvoirs  publiques  :    
o Le  pouvoir  législatif  :  Le  Sénat  et  l’Assemblée  nationale  
o Le   pouvoir   exécutif   :   le   Président   et   le   Gouvernement.   Pouvoir   collégiale   :   Pas   de  
rapport   hiérarchique   entre   le   premier   ministre   et   les   ministres.   Il   ne   peut   pas   envoyer  
des  ordres  mais  que  des  directives.    
o Le  pouvoir  judiciaire  :  Selon  la  constitution  de  la  Vé  république,  l’autorité  judiciaire  est  
un   «   pouvoir   second   »   (Montesquieu).  Il   a   pour   rôle   de   contrôler   l'application   de   la   loi   et  
sanctionne   son   non   respect.   Ce   pouvoir   est   confié   aux   juges   et   aux   magistrats,   qui   se  
basent  sur  les  textes  de  lois  (qui  sont  rédigés  par  le  pouvoir  législatif)  pour  rendre  des  
décisions.  
Petits  Plus  :  Comparaison  entre  la  France  et  l’Angleterre.  
En  régime  parlementaire  de  type  britannique  
Le   pouvoir   législatif   est   minimalement   composé   d'un   parlement   monocaméral,   c’est-­‐à-­‐dire   composé  
d'une  seule  chambre  élue.  À  l'origine  et  encore  aujourd'hui  dans  plusieurs  endroits,  le  pouvoir  législatif  
est  plutôt  composé  en  système  bicaméral,  c’est-­‐à-­‐dire  d'une  chambre  basse  et  d'une  chambre  haute.  Le  
premier   ministre   et   les   ministres,   qui   forment   le   pouvoir   exécutif,   doivent   être   membres   de   l'une   des  
chambres,  généralement  la  chambre  élective.  Le  premier  ministre  est  le  chef  de  la  majorite  politique  de  
la   chambre   basse   (Le   chef   de   la   majorite   de   l'assemblee   nationale   en   France   est   le   premier   ministre).  
Dans  le  cadre  d'un  regime  parlementaire,  le  premier  ministre  est  le  vrai  chef  de  l'éxecutif.  
En  France    
Ce   pouvoir   est,   en   droit   constitutionnel   français,   traditionnellement   détenu   par   une   ou   plusieurs  
Chambres   parlementaires.   Ainsi,   sous   la   Ve   République,   le   pouvoir   législatif   est   détenu   par   le   Sénat   et  
l'Assemblée  nationale.  Le  pouvoir  législatif  est  le  pouvoir  qui  vote  et  édicte  la  Loi  au  sens  large.  Il  a  un  
pouvoir   de   censure   et   de   contrôle   sur   le   pouvoir   exécutif   (le   gouvernement)   grâce   à   la   motion   de  
censure.   Seul   le   président   de   la   République,   qui   pourtant   fait   partie   du   pouvoir   exécutif,   n'est   pas  
responsable   devant   l'Assemblée   nationale   et   ne   peut   donc   être   renversé.   Il   exerce,   au   contraire,   un  
moyen  de  pression  sur  le  pouvoir  législatif  en  pouvant  dissoudre  l'Assemblée  nationale  :  la  plupart  du  
temps  pour  gouverner  avec  une  majorité  présidentielle  de  son  bord  et  donc  éviter  une  cohabitation.  
Dans  le  système  anglosaxon,  le  Cabinet  n’est  pas  un  pouvoir  collégial,  le  Président  a  les  pleins  pouvoir.  
Le  pouvoir  judiciaire  peut  être  confié  à  la  cours  suprême  des  Etats-­‐Unis.    

 
Dans  le  texte  même  de  la  Ve  république,  il  existe  aussi  des  articles  relatifs  à  la  protection  des  
droits   fondamentaux   qui   portent   notamment   sur   la   dfn°   des   crimes   et   délits   et   des   peines   par   le  
législateur.  Exemple  :  la  garde  à  vue  ne  peut  pas  dépasser  48h  sans  l’autorisation  du  juge.    
 
Ce   texte   a   été   enrichi   chronologiquement   par   la   jurisprudence   du   conseil   constitutionnel  
notamment   par   une   décision   1971,   relative   à   la   liberté   d’association.   De   plus,   il   a   reconnu   la   force  
juridique  contraignante  de  1789  qui  donnait  une  définition  libérale  des  droits  de  la  personne.  Il  a  aussi  
reconnu  la  force  juridique    de  1946  qui  reconnait  les  droits  économiques  et  sociaux,  particulièrement  
nécessaire   à   notre   temps   (   le   droit   de   grève,   protection   sociale,   droit   à   la   solidarité   nationale).     Ce   sont  
les  principes  fondamentaux  reconnus  par  les  lois  des  anciennes  Républiques  (cad  I,  II,  III).    
 
Le   texte   de   la   constitution   de   la   Ve   république   a   été   complété   par   des   révisions  
constitutionnelles   comme   la   charte   de   l’environnement   qui   complète   la   constitution   depuis   2004  
(Protection  de  l’être  humain  dans  son  cadre  naturel).  
EM’azing  

Page  15  

 
Ces   normes   constitutionnelles   sont   rassemblées   dans   le   bloc   constitutionnel   :   Les   lois  
organiques  précisent  les  modalités  de  la  mise  en  œuvre  de  la  constitution.  
• Elles  précisent  les  articles  de  la  constitution,  
• Elles  sont  prises  en  application  d’un  article  de  la  constitution  
• Elles   sont   adoptées   selon   une   procédure   spécifique   =>   Soumisent   au   conseil   constitutionnel.
 
 
 

II. LES TRAITES ET ACCORDS INTERNATIONAUX

Selon   l’article   55,   les   traités   et   accords   internationaux   régulièrement   ratifiés   ont   une   autorité  
supérieure   à   celle   des   lois   sous-­‐réserve   de   leur   application   par   les   autres   parties.   Il   affirme   ce   que   l’on  
appelle   la   principe   de   primauté   mais   c’est   une   primauté   conditionnelle.   La   première   condition   c’est  
d’être   entièrement   ratifié   (vote   des   deux   assemblées,   publication   au   journal   officiel)   et   la   deuxième  
condition  est  la  réciprocité  (Un  état  est  tenu  par  ces  engagements  internationaux  dans  la  mesure  où  ce  
traité  est  respecté  par  l’autre  partie  et  respecté  par  les  deux  parties).  En  droit  communautaire,  il  n’y  a  
pas  de  principes  de  réciprocité.    



La   procédure   de   ratification   suppose   un   vote   conjoint   des   deux   assemblées.   Et   cette   activité  
de  ratification,  représente  la  moitié  de  l’activité  parlementaire.  
Ces  traités  sont  complétés  par  des  accords  en  forme  simplifié  (accord  en  forme  simplifiée)  
=>   Ne   suppose   pas   une   ratification   parlementaire.   Il   s’agit   par   exemple   des   accords  
militaires  (tout  n’est  pas  officiel  ou  marqué  dans  le  journal  officiel  =>  Secret  Défense).    

Dans   la   constitution,   un   certains   nombres   de   traités   doit   être   ratifiés.   Le   gouvernement   n’est   donc   pas  
entièrement  libre.  Il  s’agit  d’une  masse  juridique  extrêmement  importante.  
A. LA  CONFORMITÉ  À  LA  CONSTITUTION  DES  TRAITÉS  ET  ACCORD  INTERNATIONAUX  
 
Les  accords  de  Yalta,  par  exemple,  est  un  accord  qui  n’a  pas  eu  de  ratification  parlementaire.  Ce  
type   d’accords   ont   pourtant   des   conséquences   très   importante   sur   les   sociétés   et   sur   la   liberté   des  
personnes.  Le  conseil  constitutionnel  contrôle  les  lois  organiques  (respect  de  lois  de  la  constitution).  
Pour   les   traités,   le   problème   est   compliqué.   Lorsque   le   Parlement   doit   accepté   une   loi   autorisant   la  
ratification  d’un  traité,  le  conseil  constitutionnel  peut  être  saisi  pour  vérifier  la  conformité  du  traité  à  la  
constitution.   C’est   le   cas   du   Traité   de   Maastrich,   du   Traité   d’Amsterdam,...   La   constitution   est   le   verrou  
suprême  qui  permet  d’accepter  ou  refuser  l’application  d’un  traité  constitutionnel.  Le  peuple  français  
reste  souverain  quand  à  la  révision  ou  non  de  la  constitution  (Article  3).  
A. LA  CONFORMITÉ  À  LA  CONSTITUTION  DES  TRAITÉS  ET  ACCORD  INTERNATIONAUX  
L’article   55   parle   du   principe   de   la   primauté.     Une   loi   ne   peuvent   être   appliquée   si   elle   ne   respecte   pas  
les  traités  internationaux.  
«  Les  traités  ou  accords  régulièrement  ratifiés  ou  approuvés  ont,  dès  leur  publication,  
une  autorité  supérieure  à  celle  des  lois,  sous  réserve,  pour  chaque  accord  ou  traité,  de  
son  application  par  l'autre  partie.  »  
C’est   donc   tout   le   problème   du   respect   des   lois   p/r   aux   traités   internationaux   par   l’Etat.   Quel  
sera  le  juge  comptétant  pour  vérifier  que  la  loi  respect  le  traité  ?    
L'Article  55  de  la  Constitution  de  la  Cinquième  République  française  laisse  entendre  que  ce  contrôle  
revient   au   Conseil   constitutionnel   (France).   Le   juge   administratif   s'est   reconnu   un   peu   plus   tard  
également  compétent  le  18  juin  1989  par  l'arrêt  Nicolo.  Le  traité  est  en  effet  supérieur  aux  lois  selon  la  
EM’azing  

Page  16  

pyramide  des  normes  de  Kelsen.  Il  est  donc  naturel  qu'un  contrôle  doive  être  effectué  pour  que  cette  
hiérarchie  soit  respecté.  
Exemple  :  
• Le  juge  du  conseil  constitutionnel  refuse  dans  un  l'arrêt  du  15  janvier  1975  sur  la  loi  Veil.  C'est  aux  juges  
ordinaires  d'exercer  ce  contrôle.  Le  juge  judiciaire  l'accepte  en  premier  par  l'arrêt  Jacques  Vabre  du  24  mai  
1975.    
• La  loi  relative  à  la  CMU  (début  des  années  2000)  a  été  déférée  au  CC  qui  a  contrôle  sa  constitutionnalité  sur  
la  base  de  la  DDHC  qui  a  validé  la  loi.  Le  conseil  d’Etat  a  été  saisit  pour  contrôler  la  loi  avec  la  convention  
internationale   des   droits   de   l’enfant.   L’exclusion   des   enfants   de   moins   de   13   ans   du   bénéfice   de   la   CMU  
n’était  pas  conforme  à  la  convention  du  droit  de  l’enfant.  

Il   y   a   donc   une   répartition   des   rôles   entre   le   CC   et   le   Conseil   d’Etat   dans   l’évaluation   de   la  
conformité  des  traités,  des  lois...  

EM’azing  

Page  17  


Aperçu du document Cours de droit.pdf - page 1/17
 
Cours de droit.pdf - page 2/17
Cours de droit.pdf - page 3/17
Cours de droit.pdf - page 4/17
Cours de droit.pdf - page 5/17
Cours de droit.pdf - page 6/17
 




Télécharger le fichier (PDF)


Cours de droit.pdf (PDF, 301 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


cour droit constitut
fiches droit
fiches droit 2
axe 1 theme 1 4 08 l environnement juridique
sociologie de l administration
sociologie de l administration

Sur le même sujet..