Equity et Fold Equity avec un tirage en NL Holdem .pdf



Nom original: Equity et Fold Equity avec un tirage en NL Holdem.pdfTitre: Equity et Fold Equity avec un tirage en NL HoldemAuteur: ARCHRO

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Acrobat PDFMaker 7.0.7 pour Word / Acrobat Distiller 7.0.5 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 07/01/2010 à 12:42, depuis l'adresse IP 90.2.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1699 fois.
Taille du document: 198 Ko (9 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 

Equity et Fold Equity avec un tirage en NL Holdem
 
François TARDIEU – stochastic, copyright magazine cinquantedeux 2009 http://cinquante‐deux.com/
 
 
Dans le numéro précédent (cinquantedeux n°13) nous avons énoncé qu’avec les mains dites « spéculatives » 
(ie. Suited connectors‐Axs) qu’il était préférable de jouer en position et agressivement afin d’obtenir un taux de 
gain sans show down qui puisse les rendre profitables. En effet, les chances, avec de telles mains, de flopper 
des jeux ayant une forte équité au show down sont relativement faibles. 
Nous allons aborder plus en détails comment la combinaison d’une agression calculée et la connaissance de la 
valeur d’un tirage peut rendre jouable avantageusement ses mains. 
 
 

1‐ La «Fold Equity» 
Au  Poker,  vous  pouvez  gagner  soit  en  montrant  la  meilleure  au  show  down  soit  en  faisant  passer  votre 
adversaire. 
Le seul moyen de faire passer votre adversaire est de miser ou de relancer. 
La « fold equity» », terme anglais que l’on notera, FE, est l’espérance de gain réalisée lorsque notre opposition 
abandonne le coup grâce à une mise ou relance de notre part. 
On  associe  aussi  souvent  à  cette  dénomination  la  probabilité  que  l’adversaire  passe  face  à  une  mise  ou  une 
relance. 
Mathématiquement cela s’écrit : 
FE = pf*Pot 
Où « pf » est la probabilité que notre adversaire passe et « Pot » la valeur du pot avant notre agression. 
La FE est donc une fraction du pot résultant d’un « fold » (abandon) de l’adversaire qui est indépendante de la 
force de votre main ou de la valeur de votre tirage. 
A chaque mise ou relance, il existe une «fold equity» » qui, malheureusement, ne peut se calculer exactement 
mais seulement estimée.  
 
La « fold equity » va dépendre en grande partie : 
‐du style adverse 
‐ de son éventail de mains potentiel 
‐ de la perception de l’adversaire de votre propre éventail 
 
De plus, le nombre de joueurs dans le coup, la position, la taille des tapis effectifs, la texture du flop, la taille de 
mise sont des paramètres à considérer et loin d’être négligeables. 
 
On peut retenir plusieurs facteurs favorables à la FE : 
‐ il est plus facile de faire passer un joueur que plusieurs 
‐ votre adversaire n’est pas une « calling station » ou agressif et joue de façon plutôt prévisible 
‐  vous  êtes  en  position  et  donc  plus  d’informations  sur  le  jeu  adverse  à  travers  ses  actions‐vos  décisions  de 
suivre, de relancer, de « value better », de bluffer seront toujours meilleures en position 
‐ les tapis sont assez profonds de tel sorte vous avez un effet de levier menaçant le tapis adverse 
‐ une bonne image de joueur solide permet de voler des pots avec un certain taux de succès 
 
Par la suite, nous supposerons que nous sommes toujours en heads‐up. Le jeu d’une main à tirage en multi‐
waypot est un sujet à lui seul. 
 
 
Chances de compléter un tirage sur une carte et sur deux cartes : 
Rappelons  les  formules  classiques  approximant  de  manière  assez  fiable  les  chances  de  compléter  un  tirage 
simple ou composé. 
 
On appelle une outs une cartes complétant un tirage : 
 

‐Les tirages simples sont les tirages où le nombre d’outs est de 9 ou moins. 
Avec deux cartes à venir (turn+river) les chances en % de compléter un tirage simple sont de 4*N où N est le 
nombre d’outs 
Avec une carte à venir (turn ou river) les chances en % de compléter sont de : 
2.2*N où N est le nombre d’outs 
‐Les tirages composés sont les tirages où le nombre d’outs est supérieur à 10. 
Avec deux cartes à venir les chances en % de compléter un tirage composé sont de : 
3*N+9 où N est le nombre d’outs 
Avec une carte à venir les chances en % de compléter un tirage composé sont de : 
2.2*N où N est le nombre d’outs 
 
Exemples : 
8c7c versus AhAd sur le flop Tc8h6c 
Avec une paire, un tirage quinte ventrale et un tirage couleur on a 59% avec deux cartes à venir. 
On joue effectivement 17 outs (2 8, 3 7, 3 9 et 9 trèfles). D’où 3*N+9 = 3*77717+ 9 = 60% 
Si la turn est le 2d les chances tombent à 38.5%. 
8c7c versus AhAd sur le flop Kc8h6c 
Avec une paire, un tirage couleur et un backdoor quinte on a 52.5% avec deux cartes à venir. 
On joue effectivement 14 outs (2 8, 3 7 et 9 trèfles). D’où 3*N+9 = 3*14+ 9 = 51% 
Si la turn est le 2d les chances ne sont plus que de 31.8%. 
 
Ces  deux  exemples  montrent  même  étant  favori  au  flop  avec  deux  cartes  à  venir  les  chances  de  gain 
décroissent significativement au turn (environ de 40% en % relatif). 
Retenez qu’avec 14 outs vous êtes légèrement favori de toucher votre tirage (51.4%). 
De ce fait, il est souvent profitable avec un tirage composé d’essayer de mettre le maximum d’argent au flop 
tant que les chances de gain sont en notre faveur.  
Miser au flop un tirage ayant de très forts chances d’amélioration protège votre équité. 
Ac7c versus AdKd sur le flop Kc8h3c 
Avec un simple tirage couleur au flop vous avez 4*N = 4*9 = 36% mais vous n’avez plus que 20.5% si la turn est 
le 2d. 
Avec  un  simple  tirage  couleur  les  chances  de  gain  baissent  aussi  dramatiquement  à  la  turn.  Un  moyen  de 
valoriser sa main peut être de la jouer agressivement en misant au flop en espérant que la combinaison des 
chances  que  l’opposition  passe  et  des  chances  de  compléter  son  tirage  si  l’on  est  suivi  donne  une  équité 
positive. 
Miser ou relancer un tirage est ce qu’on appelle communément un semi bluff. 
 
 
La force de miser un tirage : 
Si  au  flop  vous  êtes  le  premier  a  parlé  ou  l’action  a  été  checkée  jusqu’à  vous,  réaliser  un  semi  bluff  peut 
s’avérer rentable si vous avez assez de FE avec la taille de votre mise même sans réelle cote implicite. La cote 
implicite est le gain lorsque vous complétez votre tirage. 
Le  tableau  ci‐dessous  indique  quelle  doit  être  la  FE  dans  la  situation,  certes  peu  réelle,  mais  instructive 
suivante : 
‐vous misez une fraction du pot entre 33% et 100% avec un tirage qui vous garantit, une fois complété, le gain 
du pot 
‐si votre adversaire suit votre mise (on suppose qu’il ne vous relance jamais), il n’y a pas de mise sur les tours 
d’enchères suivants 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

FE nécessaire en fonctionde la mise et les 
chances de toucher un tirage 
Fraction du pot misée 
% de 
compléter le 
tirage 
33%  50%  66%  75%  100%




10 
12 
14 
16 
18 
20 
22 
24 
26 
28 
30 
32 

23% 
21% 
19% 
16% 
14% 
12% 
9% 
6% 
3% 
0% 
‐ 
‐ 
‐ 
‐ 
‐ 
‐ 

32% 
30% 
28% 
25% 
23% 
21% 
18% 
15% 
12% 
9% 
6% 
2% 
‐ 
‐ 
‐ 
‐ 

38% 
36% 
34% 
32% 
30% 
28% 
25% 
22% 
20% 
16% 
13% 
9% 
5% 
1% 
‐ 
‐ 

41% 
39% 
38% 
35% 
33% 
31% 
29% 
26% 
23% 
20% 
17% 
13% 
9% 
5% 
0% 
‐ 

48% 
47% 
45% 
43% 
41% 
39% 
37% 
34% 
32% 
29% 
25% 
22% 
18% 
14% 
9% 
4% 

 
 
 
 
Le but lors de votre mise est de calibrer celle‐ci à votre estimation de la FE qu’elle peut engendrer chez votre 
adversaire en fonction de son style et de son éventail de mains. 
 
Exemples : 
‐Vous misez 2/3 du pot avec tirage quinte max au flop, vous avez environ 18% de le toucher au turn. Si votre 
adversaire passe au moins dans 20% des cas vous faites un profit. 
‐Vous misez 3/4 du pot avec tirage quinte ventrale (gutshot) max au flop, vous avez environ 8% de le toucher 
au turn. Si votre adversaire passe au moins dans 35% des cas vous réalisez un profit. 
Si vous êtes en position et que vous pensez que dans les cas où votre adversaire paie alors il checkera aussi au 
turn. Ainsi, vous toucherez votre gutshot dans environ 16% alors il suffit qu’il passe sur votre mise que dans 
26% pour réaliser un profit. 
‐si au turn vous misez un tirage quinte et un tirage couleur soit 15 outs, par exemple : 
8h7h vs. AsKs sur Kh9c2s6h 
Vous avez 34% de chances de compléter votre tirage. En misant 3/4 du pot, vous n’avez même pas besoin de FE 
car  la  cote  du  pot  de  2.33  contre  1,  supérieure  à  vos  chances  de  compléter  le  tirage,  vous  garantit  déjà  la 
profitabilité de votre mise. 
Attaquer ses tirages agressivement est clairement une option si l’on pense avoir de la FE. 
 
Cette approche permet de : 
‐faire abandonner les mains faites marginales adverses qui sont devant nous 
‐faire passer un tirage qui est supérieur au notre mais pas assez fort pour suivre notre mise 
‐créer un flou sur la réelle force de notre main 
‐construire un pot plus gros et donc favoriser notre cote implicite si notre tirage rentre 
‐prendre le contrôle de coup plutôt que le subir 
‐la  possibilité  d’induire  une  « free  card »  (carte  gratuite)  au  turn  si  l’on  possède  la  position  grâce  à  notre 
initiative dans le coup 
 

2‐ La «Show Down Equity» 
La «show down equity» » est basée sur la valeur de votre main à la river après toutes les enchères et donc de 
ses chances que cela soit la main gagnante au show down. 
Elle est indépendante des actions que vous prenez au cours du jeu. 
En cas d’all in au flop, la «show down equity» », notée SDE, est l’espérance de gain au show down. 
La SDE est le gain réalisé pondéré par les chances de gagner au show down moins la perte réalisée pondérée 
par les chances de perdre au show down. 
SDE = eq*g – (1‐eq)*s, ce qui se simplifie, 
SDE = (g+s)*eq‐s 
Où, eq = chances de gain au show down, g = gain lors du all in, s = votre stack lors du all in 
 
Exemple : 
Votre adversaire mise all in 100 dans un pot de 150 et vous estimez vos chances de gagner au show down à 
60%. 
Dans 60% vous gagnez 250 et dans 40% vous perdez 100 
Votre SDE est donc : 
60%*250‐40%*100 = 150‐40 = 110 
On peut aussi faire le calcul avec la taille finale du pot qui est de 350, alors : 
SDE = 350*60%‐100 = 210‐100 =110. 
En moyenne vous faites un profit de 110 et donc vous aurez un tapis de 210. 
 
Dans les cas d’un tirage pour définir votre équité, eq, contre un éventail adverse, vous devez déterminer : 
‐Votre nombre d’outs 
‐Quelles sont les outs qui sont « cleans », c’est à dire qu’elles sont celles vous assurant la main gagnante à la 
river. Essayez de voir s’il n’existe pas des tirages supérieurs au votre. 
‐Comment se comporte le tirage face à un éventail de mains adverse et non pas face à une seule main. 
‐Essayez d’estimer, en fonction de son style, avec quelles mains votre adversaire est prêt à partir all in au flop. 
 
Exemple : 
Sur le flop Qc9c5h 
Avec KcTc et 8c7c vous un avez un tirage couleur et un gutshot qui donne 12 outs potentielles. 
Mais face à univers adverse contre lequel on doit estimer eq, ces deux tirages ne sont pas équivalents. 
Divisons en plusieurs groupes l’univers potentiel avec lequel notre opposition est susceptible de partir all in au 
flop. 
*Votre adversaire peut avoir trois brelans : QQ 99 55 
Les deux mains ont la même valeur face un brelan : 33% 
Vos chances ne sont pas de 3*12+9 = 45%, à cause des possibilités de « redraws » adverses vers un full même si 
vous touchez l’une de vos 12outs. 
*Face  à  top  paire  ou  une  over  paire  KT  est  meilleur  car  avoir  un  K  permet  d’outdrawer  AQ  et  réduit  les 
possibilités de KK chez l’adversaire. 
Cela dit, vos outs sont toutes « cleans », on a donc : 
KcTc vs AQ KK AA ~ 50% 
8c7c vs AQ KK AA ~ 45.8% 
*Face à deux paires max (Q9 dans notre exemple) vos chances de gain seront entre celles face à un brelan et 
celles face à top paire soient environ 40%. 
*Reste à voir quels peuvent être les tirages qui dominent votre main. 
Avec KcTc on peut envisager : AcJc AcTc Ac5c 
On peut ajouter en fonction du type adverse les autres tirages couleurs max. 
Avec 8c7c les tirages dominants sont bien plus nombreux : AcKc AcJc AcTc Ac5c KcJc JcTc 
Ici aussi, on peut comptabiliser quelques autres tirages couleurs max. 
 
Lors d’un tirage dominé, comme précédemment, nos chances de gain sont de l’ordre de 25%. Il est donc crucial 
d’avoir  une  idée  du  nombre  tirages  dominants  que  peut  éventuellement  détenir  notre  opposition  dans  son 
univers de mains et éventuellement avec lesquels d’entre eux elle est prête à s’engager. 
Une fois chaque groupe défini et les chances contre chacun d’eux, il reste pour définir l’équité contre l’éventail 
adverse estimé à pondérer par le nombre de mains dans chaque groupe. 

Même  si  votre  estimation  de  l’éventail  adverse  n’est  pas  100%  précise  ce  type  d’analyse  est  vital  pour 
connaitre la force de votre tirage. Vous devez avoir absolument une idée de vos chances de gain au show down 
face à un joueur standard quitte à la modifier dans un sens ou un autre par la suite. 
 
Vs 
Vs 
Vs 
Vs 
 
KcTc sur Qc9c5h 
AQ / KK / AA QQ / 99 / 55
Q9s 
AcJc / AcTc / Ac5c 
Nb. mains 

Equité 

12+3+6 = 21 
21/34 = 62% 
50% 

3+3+3 =9 
9/34= 26% 
25% 


1/34=3%
40% 

1+1+1 = 3 
3/34= 9% 
25% 

34 
100% 
 

 
Grace au tableau précédent nous déterminons eq comme suit : 
‐eq = (21*50+9*25+1*40+3*25)/34 = 41% 
 
Enfin pour finir avec notre exemple, supposons que le pot contienne au flop 200. 
Notre adversaire mise 150 et notre stack est de 900 que nous poussons au milieu. 
Notre SDE sera si l’on est payé. 
SDE = (g+s)*eq‐s = (900+200+900)*41%‐900 = 820‐900 = ‐80 
 
En réalité face à cet éventail vous avez exactement 43.9% mais les approximations sont assez fiables pour avoir 
une idée correcte de la force de notre tirage. 
 
Comme  les  tirages  composés  contiennent  fréquemment  des  tirages  couleurs  (Flush  Draw  –FD)  nous  allons 
donner quelques pourcentages de configurations classiques pour déterminer une équité contre un éventail. 
 
Tirage vs. 
Brelan 2 paires  Top paire 
Tirage couleur 
25% 
32% 
35% 
Tirage couleur + 
33% 
40% 
~50‐% 
quinte ventrale 
Tirage couleur + 
42% 
49% 
~50+% 
quinte bilatérale 
Tirage couleur + 1 
 
 
45% 
over carte 
 
 
Le backdoor couleur et le backdoor quinte avec une configuration avec trois cartes consécutives au flop du type 
KJT, JT9 ne sont pas à négliger dans vos estimations car équivalents à 1 out, soit environ 4%. 
 
La force « réelle » du tirage 
Votre main de tirage possède deux angles sous lesquels vous pouvez la rentabiliser : 
La «fold equity» (FE) 
La «show down equity» (SDE) 
Si votre main a une bonne SDE, elle mérite certainement de continuer le coup mais plus cette SDE est faible 
plus vous avez besoin de FE. 
Les mains comme les connecteurs assortis nécessitent une FE non négligeable car les chances de flopper un jeu 
à fort SDE ne sont pas suffisantes pour les jouer profitablement même en position. 
Quelque soit votre main, mais encore avec plus les mains dites « spéculatives » comme les SC ou les Axs, vous 
devez maximiser la somme de votre FE et votre SDE qui compose votre Equité totale. 
Bien sûr, la décision de jouer de telles mains sera prise dès l’action pré‐flop en fonction des paramètres définis 
dans l’article précédent (cinquantedeux n°13). 
Nous définissons donc l’équité « réelle », notée E, c’est‐à‐dire l’équité effective de votre main comme l’équité 
cumulant votre FE et SDE. 
Equité totale = E = FE + SDE 
E = pf*dm + (1‐pf)*[(g+s)*eq‐s)], ce qui s’écrit aussi, 
E = pf*[dm+s‐(g+s)*eq] + (g+s)*eq‐s 
 

Où, 
‐pf = probabilité que l’adversaire passé au flop l’all in 
‐dm = l’argent au pot avant votre all in, appelé aussi « dead money » 
‐s= votre stack sur l’all in au flop 
‐g= le gain réalisé en cas de victoire au show down 
‐eq= votre équité contre l’éventail adversaire en cas d’all in au flop 
 
Exemple : 
Le pot contient 100, vous misez 50, votre adversaire relance à 200 et vous poussez all in 800 en pensant avoir 
40% d’équité au show down et 20% de «fold equity». 
Pf = 20%, dm = 100+50+200 = 350, s= 800, g= 800+150 = 950 et eq= 40% 
E = 20%*(350+800‐(950+800)*40%) + (950+800)*40%‐800 =‐20 
Remarque : si vous connaissez votre SDE alors E = pf*(dm‐SDE) + SDE 
 
Cas particuliers avec la FE 
*Imaginons une situation où vous relancez (ou misez) avec des chances de gain nulles ou avec l’intention de 
passer si vous êtes relancé, E s’écrit alors : 
E = pf*(dm+s)‐s 
Il faut que votre FE soit supérieure à s/(dm+s). 
Vous ne réalisez plus un semi bluff mais simplement un bluff pur. 
Exemple :  votre  adversaire  mise  100  un  pot  de  150,  si  vous  relancez  à  250  en  pur  bluff  il  faut  que  votre 
adversaire passe : 250/(100+150+250) = 50%. 
*Dans le cas où vous êtes max et indestructible(ou quasi indestructible), E s’écrit alors : 
E = pf*(dm+s‐g) + g 
Le  terme  (dm+s‐g)  étant  négatif,  la  FE  joue  en  votre  défaveur  puisque  qu’elle  réduit  votre  équité.  Etant 
effectivement max, vous ne désirez pas que votre adversaire passe. Cela dit, relancer (ou miser) est peut être 
quand  même  la  meilleure  option  pour  une  raison  de  « metagame »  ou  encore  par  ce  que  votre  adversaire 
paiera encore moins souvent sur les tours d’enchères suivants. 
 

3‐ Ratio Risque/Gain et «fold equity» 
Un tirage nécessite donc souvent de la «fold equity» pour être profitable. 
La «fold equity» est obtenue par une relance si votre adversaire mise au pot. 
La taille de votre relance et la perception de votre adversaire de ce qu’elle représente permet de gagner avec 
une certaine probabilité sans show down. 
La taille de votre relance doit être suffisamment dissuasive pour engendrer un abandon chez votre adversaire 
et  elle  doit  rester  dans  un  intervalle  raisonnable  de  telle  sorte  que  le  rapport  entre  le  gain  et  le  risque  soit 
rentable avec une SDE donnée. 
Nous allons définir le ratio risque/gain lors d’un all in au flop car celui va définir la «fold equity» requise pour 
que l’all in soit profitable en fonction de notre «show down equity». 
Le ratio risque/gain, noté RRG, est le rapport entre la taille de votre stack avant de faire all in et la taille du pot 
avant votre all in. 
 
Exemple : 
Blindes 0.5/1, les tapis effectifs sont de s 
Vous relancez à 3 du cut‐off et vous êtes payé par le bouton. Le pot contient 7.5. 
Vous misez 5 au flop soit environ 2/3 du pot. 
Si votre adversaire vous relance, vous ferez face communément à une mise entre 12.5 et 20 soit entre 2.5 et 4 
fois votre mise. 
Prenons une relance adverse de 15, le pot contient maintenant : dm = 7.5+5+15 = 27.5 
Il vous reste maintenant un stack s’ qui est votre stack de départ s moins vos mises pré‐flop et au flop. 
Imaginons que vous n’envisagiez que de passer ou faire all in au flop après la relance adverse. 
Le ratio risque/gain, noté RRG, est le rapport entre votre stack s’ et la taille du pot, dm. 
RRG = s’/dm 
Si votre stack, s, est de 90 au départ du coup, alors il devient s’au flop et est égal à 82 et 
RRG = 82/27.5 ~3 
 

La «fold equity» n’est pas toujours profitable : 
Dans les cas où vous êtes favori avec votre tirage de gagner au show down, c’est‐à‐dire votre équité au show 
down, eq, est supérieure à 50%, il sera toujours profitable de faire all in quelque soit la décision adverse (suivre 
ou passer). 
Cependant, il existe un seuil pour eq où pour un RRG donnée, la «fold equity» joue en votre défaveur c’est‐à‐
dire que vous préférez être payé plutôt que votre adversaire passe. 
 
Equité,  eq,  au  dessus  de  laquelle  la  FE 
est  en  notre  défaveur  en  fonction  de 
RRG 
RRG  S’ 
eq 
RRG S’ 
eq 

27.5  81.5% 5 
137.5 57.4%
1.5  41.3  72.4% 5.5  151.3 56.7%

55.0  67.3% 6 
165.0 56.2%
2.5  68.8  64.2% 6.5  178.8 55.7%

82.5  62.0% 7 
192.5 55.3%
3.5  96.3  60.4% 7.5  206.3 55.0%

110.0 59.1% 8 
220.0 54.7%
4.5  123.8 58.2% 8.5  233.8 54.4%
 
 
 
Exemple : 
Reprenons les données précédentes : 
Relance pré‐flop à 3  suivie par le bouton, mise de 5 au flop et relance à 15 du bouton. Les tapis de départ sont 
de 90. 
Notre RRG est de 3. 
Nous avons KsQs sur le flop Ts9s5h 
Face à Jh9h nous sommes favoris avec eq=56% car avec un tirage couleur, un gutshot et deux over cards, nous 
avons une tonne d’outs. 
Partir all in au flop nous donne une équité positive même sans FE car nous sommes favoris de gagner le show 
down. 
Le calcul de E sans FE donnerait un gain moyen d’environ 15. 
Cela dit, avec 20% de FE on gagnerait environ 18. 
On profite donc de la FE même en étant favori. Notre adversaire, s’il voyait notre main aurait un call facile. Le 
gain  avec  la  FE  est  d’autant  plus  grand  que  notre  adversaire  passe  des  mains  avec  lesquelles  le  call  serait 
correct. 
 
En revanche, comme l’indique le tableau ci‐dessus, avec un RRG de 3, il faudrait que nos chances de gain, eq, 
soient au dessus de 62% pour désirer que notre adversaire ne passe pas. 
Par exemple, si notre adversaire détient 3d3c ou 8s7s où nous somme favoris respectivement à 65% et 72%, on 
fait un profit sans FE. Mais contre de telles mains on préfère être payé tant notre avantage est grand. 
Sans FE, on réalise des gains respectifs de 37 et 52 alors qu’avec une FE de 20% ceux‐ci tombent à 36 et 50. 
Cependant,  il  est  rare  d’avoir  un  tirage  où  les  chances  de  gain  au  show  down  soient  supérieures  à  50% 
notamment contre un univers adverse prêt à payer un all in. 
Nous le répétons, on ne peut raisonner en mettant notre adversaire sur une seule main mais face un éventail 
probable qu’il peut détenir en fonction de son style, sa position etc. 
Cela dit, il est important de savoir, lorsqu’on considère notre FE, quelles mains de l’éventail il est profitable de 
faire passer et quelles mains il est avantageux de garder. 
 
Quelle « fold equity » est profitable ? 
Il est possible en fonction de ratio risque/gain, RRG, et vos chances de gagner au show down, eq, de trouver 
quelle est, avec un tirage, la «fold equity» minimale nécessaire pour faire un profit sur un all in au flop. 
Le tableau suivant résume les résultats pour différents RRG et eq. 
 
 

 
 
RRG  S’ 

1.5 

2.5 

3.5 

4.5 

5.5 

6.5 

7.5 

8.5 

28 
41 
55 
69 
83 
96 
110 
124 
138 
151 
165 
179 
193 
206 
220 
234 

«fold equity» nécessaire en 
fonction de RRG et eq 
eq 
20% 25% 30% 35% 40% 45%
34% 28% 21% 12% 2%  * 
45% 39% 32% 23% 11% * 
53% 47% 40% 31% 18% * 
58% 53% 46% 37% 24% 4% 
63% 58% 52% 43% 29% 9% 
67% 62% 56% 47% 34% 13%
70% 65% 59% 51% 38% 16%
72% 68% 62% 54% 42% 20%
74% 70% 65% 57% 45% 23%
76% 73% 67% 60% 48% 26%
78% 74% 69% 62% 50% 28%
79% 76% 71% 64% 53% 31%
80% 77% 73% 66% 55% 33%
82% 78% 74% 68% 57% 35%
82% 80% 75% 69% 59% 37%
83% 81% 77% 71% 60% 39%

 
 
 
Exemple : 
Reprenons toujours notre exemple précédent : 
Relance pré‐flop à 3 suivie par le bouton, mise de 5 au flop et relance à 15 du bouton. Le pot contient 27.5. 
Vous estimez à 35% vos chances de gain au show down et vous avez un RRG de 3 soit environ 83 dans votre 
stack alors que le pot contient 27.5. 
Vous pouvez aller all in profitablement si vous estimez que votre adversaire passe dans 43%. 
Il ressort du tableau ci‐dessus que : 
‐pour un gain au show down donné, il faut d’autant plus de «fold equity» que le RRG est grand. 
‐pour un RGG donné, il faut d’autant moins de «fold equity» que le gain au show down est grand. 
‐avec  un  tirage  ayant plus  de  45%  contre un  éventail  adverse,  il  est  profitable  d’aller  all  in  même  sans  «fold 
equity» avec un RRG inférieur à 2.5. 
 
Avec de telles chances de gain, la présence d’un tant soit peu d’argent mort dans le pot rend profitable l’all in. 
Le  montant  de  la  relance  au  flop  doit  être  dissuasive  pour  atteindre  votre  objectif  de  faire  passer  votre 
adversaire.  Ainsi,  si  votre  RRG  n’est  pas  supérieur  à  3,  seul  l’all  in  est  envisageable  car  c’est  certainement  le 
« move » engendrant la pression maximale. 
 
De plus, sur toute relance inférieure de votre part, vous aurez certainement la cote pour payer l’all in de votre 
adversaire.  En  effet,  la  cote  du  pot  offerte  sera  largement  suffisante  même  pour  un  tirage  n’ayant  que  20  à 
25% de gagner au show down. 
 
D’une manière générale, la «fold equity» est difficile à estimer et fortement dépendante de l’adversaire et de 
ses tendances. Cependant, une erreur fréquente est d’être trop optimiste en sa faveur lors de son l’estimation. 
Cherchez  les  opportunités  d’avoir  une  bonne  «fold  equity»  et  une  bonne  «show  down  equity»  afin  de 
maximiser votre équité effective. 
 
Soyez vigilant à l’action autour de vous les coups précédents et essayer d’en tirer des informations sur le style 
de  chaque  adversaire  avant  de  vous  embarquer  avec  un  tirage  marginal  et  peu  de  «fold  equity»  face  à  la 
mauvaise opposition. 
 

Si votre RRG est supérieur à 3, la «fold equity» nécessaire est trop grande, même avec les tirages ayant une 
forte « « show down equity» », pour pouvoir engager son tapis. 
Il  faudra  alors  envisager  probablement  un  jeu  moins  agressif  et  c’est  notamment  dans  ces  situations  où  les 
tapis sont profonds que la position joue son rôle crucial. 
 

4‐ Conclusion : 
Nous avons déterminé que la force d’un tirage est la combinaison : 
De la « fold equity » et de la « show down equity » 
Sachez avec un tirage : 
‐ Estimer la « show down equity » de votre tirage en comptabilisant honnêtement vos outs face à un univers de 
mains adverse 
‐Soyez objectif avec votre estimation de la « fold equity » 
‐Evaluer votre Ratio Risque Gain avant de partir all in 
‐ Ne pas oublier que même les tirages les plus forts nécessitent de la « fold equity » 
Nous avons maintenant les éléments nécessaires pour envisager dans le prochain numéro des cas pratiques de 
ligne de jeu avec un tirage au flop. 
 


Equity et Fold Equity avec un tirage en NL Holdem.pdf - page 1/9
 
Equity et Fold Equity avec un tirage en NL Holdem.pdf - page 2/9
Equity et Fold Equity avec un tirage en NL Holdem.pdf - page 3/9
Equity et Fold Equity avec un tirage en NL Holdem.pdf - page 4/9
Equity et Fold Equity avec un tirage en NL Holdem.pdf - page 5/9
Equity et Fold Equity avec un tirage en NL Holdem.pdf - page 6/9
 




Télécharger le fichier (PDF)


Equity et Fold Equity avec un tirage en NL Holdem.pdf (PDF, 198 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


h2cs9hw
kphxv94
1aqzynv
semaine2 quizz
fofy8gg
semaine1 quizz

Sur le même sujet..