article 7 .pdf



Nom original: article 7.pdf
Titre: doi:10.1016/j.main.2005.11.001

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Elsevier / Acrobat Distiller Server 5.0.5 (Sparc Solaris), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/01/2010 à 12:42, depuis l'adresse IP 41.230.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2257 fois.
Taille du document: 179 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Chirurgie de la main 25 (2006) 54–57
http://france.elsevier.com/direct/CHIMAI/

Cas clinique

Avant-bras flottant :
luxation périlunaire du carpe et luxation du coude
The floating forearm: elbow and perilunate dislocation
A. Waaziz *, M. Moujtahid, A. Bendriss
Service de traumatologie–orthopédie (Aile 4), CHU Ibn-Rochd, Casablanca, Maroc

Résumé
Aux cinq cas publiés dans la littérature concernant l’association d’une luxation du coude et d’une luxation périlunaire du carpe, les auteurs
ajoutent un sixième cas et discutent les particularités épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques de cette association lésionnelle.
© 2005 Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Abstract
To the five cases published in the literature concerning concomitant elbow and perilunate dislocation, the authors add a sixth case and discuss
the epidemiologic, clinical and therapeutic characteristics of this complex injury.
© 2005 Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Mots clés : Luxation ; Coude ; Périlunaire ; Carpe
Keywords: Elbow; Perilunate; Dislocation

1. Introduction
La chute sur la main en extension est une circonstance fréquente qui engendre le plus souvent des luxations du coude,
des fractures distales du radius, des fractures du scaphoïde carpien et des luxations périlunaires. L’association d’une luxation
du coude et d’une luxation périlunaire du carpe n’a été retrouvée dans la littérature que dans cinq cas [1–3]. Nous rapportons
un cas de luxation bipolaire de l’avant-bras associant luxation
postérieure du coude et luxation trans-scaphorétrolunaire du
carpe.

*

Auteur correspondant.
Adresse e-mail : a_waaziz@yahoo.fr (A. Waaziz).

1297-3203/$ - see front matter © 2005 Elsevier SAS. Tous droits réservés.
doi:10.1016/j.main.2005.11.001

2. Observation
M M.S. âgé de 30 ans, sans antécédent pathologique, droitier, est admis aux urgences à la suite d’une chute de six mètres
sur le pied gauche puis la main gauche. L’examen clinique retrouvait une impotence fonctionnelle totale des membres supérieur et inférieur gauches avec déformation du coude et du poignet sans trouble vasculonerveux. Le bilan radiologique a
objectivé une fracture basicervicale du fémur et une luxation
postérolatérale du coude (Fig. 1) concomitante à une luxation
trans-scaphorétrolunaire du carpe (Fig. 2).
La prise en charge a consisté en un triple vissage du col
fémoral ; une réduction orthopédique en urgence de la luxation
du coude et une ostéosynthèse du carpe par voie antérieure
avec vissage du scaphoïde carpien, embrochage triquétrolunaire (Fig. 3) et immobilisation plâtrée brachioantébrachiopal-

A. Waaziz et al. / Chirurgie de la main 25 (2006) 54–57

55

Fig. 1. Luxation postérolatérale sur la radiographie du coude (face).

Fig. 3. Radiographie postopératoire du poignet (face).

maire pendant trois mois avec libération du coude à la sixième
semaine.
Les suites opératoires à un an de recul ont été marquées par
une bonne évolution radioclinique : la flexion du poignet était
de 50° et l’extension de 30°, la pronosupination à 75°, la mobilité du coude et de la hanche était normale. Les radiographies
du poignet et de la hanche gauche montraient une consolidation du scaphoïde sans signe d’instabilité secondaire et une
bonne consolidation du col fémoral.
3. Discussion

Fig. 2. Luxation trans-scaphorétrolunaire du carpe sur la radiographie du
poignet (profil).

La luxation bipolaire de l’avant-bras est une pathologie rare.
Après une revue de la littérature, seulement cinq cas de luxation du coude associée à une luxation périlunaire du carpe ont
été rapportés [1–3] (Tableau 1).
Cette association lésionnelle a été retrouvée chez des adultes
jeunes de sexe masculin, à la suite d’un traumatisme à haute
énergie (accident de motocycliste [2], chute des escaliers [3] et
chute d’un lieu élevé [1]).
Le mécanisme impliqué dans la survenue de ces lésions est
une chute sur la main en extension, coude en extension [2], ce
qui concorde avec le mécanisme de la luxation du coude et
celui de la luxation rétrolunaire du carpe.
Par ailleurs, il a été retrouvé dans la majorité des cas des
lésions associées au niveau du membre supérieur homolatéral
(fracture des deux os de l’avant-bras [1], fracture de la styloïde
ulnaire [3]) et au niveau du membre inférieur homolatéral
(fracture du massif trochantérien [2], fracture du cadre obturateur [1]),

56

Tableau 1
Tableau récapitulatif des caractéristiques des cas rapportés avec une luxation périlunaire du carpe concomitante à une luxation du coude
Auteurs
Âge (ans)
Sexe
Côté atteint
Étiologie
Mécanisme
Délai diagnostic
lésions

Coude
Carpe

Traitement

Coude
Carpe

Autres

Résultats

Coude
poignet

Double voie : réparation
ligamentaire + vissage
(radius, scaphoïde,
capitatum) + embrochage
(scapholunaire,
triquétrolunaire,
scaphocapital et
radiolunaire)
Deux
plaques
vissées
avant-bras
Embrochage du médiotarse
repos
Mobilité normale
Légère douleur
Force 50 %
F = 50°, E = 30°

Chen WS [2]
27
Homme
Droit
Accident motocycliste
Chute sur le coté droit
Urgence
Luxation postérieure du
coude
Luxation transscaphorétrolunaire

32
Homme
Droit
Accident motocycliste

35
Homme
Droit
Accident motocycliste

Kerr CD [3]
25
Femme
Gauche
Chute des escaliers

Notre cas
28
Homme
Gauche
Chute de 6 m

Chute sur le membre
supérieur en extension
Trois jours
Luxation postérieure du
coude
Luxation
trans-scaphorétrolunaire

Chute sur le membre
supérieur en extension
Six semaines
Luxation postérieure du
coude
Luxation palmaire du
lunatum

Chute sur la main en
extension
Quatre jours
Sub-luxation postérieure de
la tête radiale
Luxation palmaire du
lunatum

Chute sur la main en
extension
Urgence
Luxation postérolatérale du
coude
Luxation
Trans-scaphorétrolunaire

Fracture de la styloïde
ulnaire

Fracture du col fémoral

Réduction
+ immobilisation
Double voie : réparation
ligamentaire
+ embrochage
+ immobilisation dix
semaines

Réduction + immobilisation

Traitement orthopédique

Vissage

Récupération complète
F = 20° E = 25° IR = 15°
IC = 15°

Mobilité normale
Douleur légère
pronosupination : 75°
F =50° E=30°

Fracture du trochanter

Réduction stable
Voie dorsale : réduction
+ embrochage
+ immobilisation
12 semaines

Réduction
+ immobilisation
Voie dorsale : réduction
+ embrochage
+ immobilisation
14 semaines

Réduction
+ immobilisation
Voie palmaire :
Résection de la 1re rangée
des os du carpe + décommpression du canal carpien + immobilisation trois
semaines

DHS : vis à compression
dynamique

Récupération complète
Pas douleur
Force 105 %
F = 60° E = 45° IR = 15°
IC = 30°

F : flexion, E : extension, IR : inclinaison radiale, IC : inclinaison cubitale.

Récupération complète
Douleur légère occasionnelle
F = 75° E = 30° IR=15°
IC = 30°

Récupération complète
Pas de douleur
Légère atrophie de la loge
thénar
Force 70 %
F = 30° E = 60° IR = 10°
IC = 20°

Voie dorsale : réduction
+ vissage du scaphoïde
+ embrochage
triquétrolunaire
+ immobilisation
12 semaines

A. Waaziz et al. / Chirurgie de la main 25 (2006) 54–57

Autres

E. Masmejean [1]
29
Homme
Gauche
Défénestration (deux
étages)
Chute sur l’avant-bras en
rétropulsion
En urgence
Luxation postérolatérale du
coude
Luxation
transradioscaphocapitale
rétrolunaire
Fractures de l’avant-bras
Fracture du cadre obturateur
Luxation médiotarsienne
Réduction stable

A. Waaziz et al. / Chirurgie de la main 25 (2006) 54–57

Le diagnostic peut être difficile puisque la luxation périlunaire du carpe peut passer inaperçue devant le tableau clinique
bruyant de la luxation du coude. Dans les cinq cas décrits dans
la littérature, il existait un retard diagnostic dans trois cas avec
un délai de trois jours et de quatre jours dans deux cas [2,3] ;
dans un autre cas [2], un retard de six semaines a justifié une
résection de la première rangée des os du carpe devant l’impossibilité de réduire à ciel ouvert le lunatum [2]. Cela doit
inciter à bien examiner de façon globale et méticuleuse les patients pour ne pas méconnaître des lésions pouvant passer inaperçues en urgence et engendrer secondairement des séquelles
fonctionnelles graves.
Sur le plan anatomique, il existait une luxation trans-scaphorétrolunaire dans deux cas [2], une luxation antérieure du
lunatum dans deux cas [2,3] et une Luxation transradioscaphocapitale rétrolunaire dans un cas [1]. Concernant le coude, il
s’agissait d’une luxation totale postérieure dans quatre cas [1,
2] et d’une subluxation postérieure de la tête radiale dans un
cas [3].
La prise en charge thérapeutique de la majorité des cas a
consisté en un traitement orthopédique de la luxation du coude
et en un traitement chirurgical de la luxation périlunaire du
carpe. L’abord a été double dans deux cas [1,3], dorsal dans
deux cas [2] et palmaire dans un cas [2]. Les gestes chirurgicaux ont consisté à :
● une ostéosynthèse du scaphoïde par vissage dans un cas [1]
et un embrochage dans les deux autres cas [2] ;
● la stabilisation de la luxation rétrolunaire par embrochage
dans tous les cas ;
● La réparation ligamentaire n’a été rapportée que dans deux
cas [1,3].
Le résultat fonctionnel dépend essentiellement du poignet
car nous avons noté que dans tous les cas le coude a bien ré-

57

cupéré sa mobilité normale sans signe d’instabilité séquellaire,
alors que le poignet n’a de bons résultats que chez les trois
patients traités précocement et ayant une fracture luxation périlunaire du carpe [1,2].
Le mauvais résultat fonctionnel dans les deux autres cas
était dû à un retard de diagnostic et à la sévérité des lésions
ligamentaires [2,3].
4. Conclusion
Il est important de comprendre que la luxation du coude
peut entrer dans le cadre d’un contexte lésionnel plus complexe
à la suite d’un traumatisme à haute énergie. Il faut savoir évoquer la possibilité d’une luxation périlunaire concomitante,
même s’il s’agit d’une association rare, pour pouvoir en rechercher les signes. La prise en charge n’est pas très compliquée,
elle consiste en un traitement orthopédique de la luxation du
coude et en un abord chirurgical de la luxation périlunaire du
carpe. Le pronostic fonctionnel de cette association lésionnelle
dépend essentiellement de celui du poignet.
Remerciements
Les auteurs tiennent à remercier le Dr E. Masmejean1 pour
son support bibliographique.
Références
[1] Masmejean E, Cognet JM. Luxation bipolaire de l’avant-bras : luxation du
coude et luxation rétrolunaire du carpe. Rev Chir Orthop 2001;87(5):499–
502.
[2] Chen WS. Concurrent perilunate dislocation in patients with elbow dislocation: three case reports. J Trauma 1994;37:504–7.
[3] Kerr CD, Gunderson RJ. Concomitant dislocation of the wrist with posterior radial head subluxation: case report. J Trauma 1995;38:941–3.

1

Unité de chirurgie de la main et du membre supérieur, service de chirurgie
orthopédique et traumatologique, hôpital européen Georges-Pompidou, Paris,
France.


article 7.pdf - page 1/4
article 7.pdf - page 2/4
article 7.pdf - page 3/4
article 7.pdf - page 4/4

Télécharger le fichier (PDF)










Documents similaires


y7h86xh
guzlcbp
f5ojuwk
rupture du ligament scapholunaire
nfjri45
ryea86v

Sur le même sujet..