Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



article 2 fracture luxation retrolunaire .pdf



Nom original: article 2 - fracture luxation retrolunaire.pdf
Titre: doi:10.1016/j.main.2007.07.002

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Elsevier / Acrobat Distiller Server 5.0.5 (Sparc Solaris), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/01/2010 à 12:42, depuis l'adresse IP 41.230.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 3406 fois.
Taille du document: 492 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Chirurgie de la main 26 (2007) 247–249
http://france.elsevier.com/direct/CHIMAI/

Cas clinique

Fracture luxation rétrolunaire du carpe avec fracture du lunatum.
Une nouvelle forme clinique. À propos d’une observation
Carpal dislocation combined with a lunate farcture.
Report of a case of this new variety
M. Yakoubi*, N. Meziani, M. Yahia Cherif, A. Kasdi, R. Benbakouche
Service de chirurgie orthopédique et traumatologique, centre hospitalo-universitaire de Bab El-Oued, boulevard Said-Touati, Bab El-Oued, 16000 Alger, Algérie
Reçu le 1er juin 2007 ; accepté le 11 juillet 2007

Résumé
Une fracture du lunatum dans le plan frontal semble être une lésion rare et encore exceptionnelle quand elle accompagne une luxation
rétrolunaire du carpe. Notre cas permet de revoir le mécanisme lésionnel des luxations du carpe particulièrement dans sa variété rétrolunaire et
ainsi classer notre cas ou plutôt l’individualiser et le mettre en « hors série ».
© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Abstract
A fracture of the semi-lunar in the frontal plan seems to be a rare and still exceptional hurt when it accompanies a retro-lunar dislocation of
carp. Our case allows to see again the lesionnel mechanism of the dislocations of carp particularly in its retro-lunar variety and so to classify our
case or rather to individualize it and to put it there “except series”.
© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Mots clés : Fracture ; Lunatum ; Luxation
Keywords: Semi-lunar; Fracture; Dislocation

1. Introduction
Les luxations périlunaires du carpe sont des lésions rares.
Elles restent de nos jours souvent méconnues au niveau du
diagnostic et peuvent passer inaperçues [1,4,6–8].
Les fractures–luxations du carpe obéissent à un mécanisme
bien défini tenant compte de la ligne de propagation des
lésions. À la place des déchirures ligamentaires, des fractures
des os du carpe peuvent se produire au niveau de l’emplacement de l’insertion ligamentaire, ce qui est l’équivalent d’un
arrachement [6–8]. La fracture du lunatum en plein os reste
* Auteur

correspondant
Adresse e-mail : yakoubimustapha@yahoo.fr (M. Yakoubi).

difficile à concevoir lors du déroulement de la luxation du
carpe particulièrement dans sa variété rétrolunaire. Cet os est
complètement abrité sous l’auvent radial, ce qui également le
protège des chocs directs [6–8].
Nous rapportons un cas qui nous semble être exceptionnel
de fracture–luxation rétrolunaire du carpe avec fracture verticofrontale du lunatum associée à une fracture arrachement du
scaphoïde carpien et une fracture cunéenne externe.
2. Observation
Il s’agit d’un jeune patient de 30 ans, enseignant de profession, habitant le sud du pays. Le patient n’a pas consulté en
urgence, puis est vu à notre niveau six semaines après son

1297-3203/$ - see front matter © 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
doi:10.1016/j.main.2007.07.002

248

M. Yakoubi et al. / Chirurgie de la main 26 (2007) 247–249

Fig. 1. Radiographies et scanner du poignet traumatisé.

accident sportif (football) avec notion de chute sur la paume de
la main droite dominante en extension ayant présenté une fracture–luxation du carpe non traitée.
L’examen clinique a mis en évidence, un poignet droit raide
en légère flexion, œdématié et douloureux à toute tentative de
mobilisation avec des signes sensitifs de compression du nerf
médian (paresthésies).
L’iconographie (radiographie, scanner) (Fig. 1) a révélé une
fracture–luxation du carpe de type 3 de Witvoët et Allieu, [1],
avec : lunatum luxé en avant fracturé en deux fragments, une
fracture arrachement du scaphoïde carpien et une fracture
cunéenne externe.

Devant l’ancienneté des lésions, nous avons opté pour la
résection de la première rangée du carpe. L’intervention a été
réalisée sous bloc plexique axillaire, par abord longitudinal
dorsal. La mise du poignet en hyperflexion a facilité la résection successive du triquetrum en premier laissant intact le pisiforme, le scaphoïde et enfin la récupération des deux fragments
du lunatum qui étaient complètement libres en avant.
Lors de l’intervention, nous avons confirmé les différentes
lésions vues à l’imagerie en plus de la lésion d’impaction au
niveau de la partie supérieure de la tête du capitatum (Fig. 2).
Les os étaient de structure histologique normale (pas de pathologie sous-jacente). Aucun geste n’a été réalisé sur le canal
carpien.
Les suites opératoires étaient simples avec disparition des
signes cliniques du syndrome du canal carpien.
Après une immobilisation plâtrée de 21 jours, suivie d’une
rééducation fonctionnelle, au dernier recul (11 mois) le patient
a récupéré une bonne fonction du poignet (extension : 60°,
flexion : 50°, force de poigne 70 % par rapport au membre
controlatéral) avec indolence et reprise de ses activités privées
et professionnelles (Fig. 3).
3. Discussion
La fracture complète verticofrontale du lunatum survenant
après un traumatisme du poignet reste difficile à concevoir.
Cet os est complètement abrité sous l’auvent radial ce qui également le protège des chocs directs [3,7].
Des fractures pathologiques du lunatum peuvent survenir
sur des tumeurs osseuses bénignes au cours d’un traumatisme
modéré, ces fractures sont généralement frontales [6–9]. La
majorité des fractures du semi-lunaire sur os « pathologique »
sont en réalité des maladies de Kienböck évoluées au stade de
préfragmentation [3,5,7,9], le traumatisme n’est qu’un accélé-

Fig. 2. Pièce opératoire complète de la résection de la première rangée du carpe.

M. Yakoubi et al. / Chirurgie de la main 26 (2007) 247–249

249

Fig. 3. Contrôle. Aspects radiocliniques.

rateur du phénomène. Le lunatum de notre patient était de
structure normale, ce qui élimine cette étiologie.
Les fractures parcellaires qui sont plutôt des arrachements
ligamentaires sous forme de petits copeaux osseux peuvent se
voir lors des lésions des ligaments interosseux scapholunaire
ou pyramidolunaire [1,2,4,7,8]. Rarement, les cornes sont touchées [7]. La fracture du lunatum associée aux luxations du
carpe, en principe ne peut être que parcellaire. La ligne de propagation des lésions lors des luxations du carpe passe d’abord
entre scaphoïde et lunatum, puis entre lunatum et capitatum.
Des arrachements emportant des coins osseux du lunatum peuvent se substituer à la déchirure ligamentaire (petit arc de Johnson) [4,6–8]. C’est ce qu’on voit dans notre cas pour le scaphoïde.
Le mécanisme de notre lésion semble être atypique et indéfinissable. Notre effort de réflexion reste toujours critiquable.
Pour cela nous pensons que lors du déroulement de la luxation
rétrolunaire du carpe, le capitatum a buté d’abord avant de se
déplacer en arrière sur la face inférieure du lunatum toujours
sous l’auvent radial, ce mécanisme explique la présence de
l’impaction de la partie supérieure de la tête du capitatum constatée en peropératoire. En fin de parcours, le capitatum, en
revenant sous la glène radiale avait chassé en avant les deux
fragments du lunatum (type 3 de Witvoët et Allieu).

4. Conclusion
Une fracture du lunatum dans le plan frontal sur os normal
semble être une lésion exceptionnelle quand elle accompagne
une luxation rétrolunaire du carpe. Notre cas permet de revoir
le mécanisme lésionnel des luxations du carpe particulièrement
dans la variété rétrolunaire.
Références
[1] Allieu Y. Entorses, subluxations et luxations du carpe. Encycl Méd Chir,
Appareil locomoteur, 14046, C-IO, 9. Ed. Techniques, Paris, 1987.
[2] Allieu Y. Instabilité du carpe. Principes thérapeutiques généraux. Ann
Chir Main 1984;3:364–7.
[3] Cetti R. Fracture of the lunate bone. Hand B 14 : 80. 1982.
[4] Lacour C. Luxations périlunaires du carpe. Intérêt du traitement chirurgical. Mémoires. Rev Chir Orthop 1993;79:114–23.
[5] Lesire MR, Allieu Y. Étiologie traumatique de la maladie de Kienbôck.
Ann Chir Main 1982;1:242–6.
[6] Saffar PH. Les luxations périlunaires du carpe in le poignet. In: Razemon,
editor. Monographie du GEM. Exp Scientifique Française; 1989.
[7] Saffar PH. Les traumatismes du carpe. Les monographies du poignet.
Springer-Verlag; 1983.
[8] Saffar PH. Luxations du carpe et instabilité résiduelle. Ann Chir Main
1984;3:349–52.
[9] Verdan C. Les fractures ignorées du semi-lunaire. Ann Chir Main 1982;1:
248–9.


article 2 - fracture luxation retrolunaire.pdf - page 1/3
article 2 - fracture luxation retrolunaire.pdf - page 2/3
article 2 - fracture luxation retrolunaire.pdf - page 3/3

Documents similaires


Fichier PDF nfjri45
Fichier PDF f5ojuwk
Fichier PDF y7h86xh
Fichier PDF mhka5bp
Fichier PDF 7g7zn1c
Fichier PDF guzlcbp


Sur le même sujet..