article 1.pdf


Aperçu du fichier PDF article-1.pdf

Page 1 2 3 4 5 6




Aperçu texte


FRACTURE LUXATION TRANSSCAPHO-TRIQUlf~TRO-RI~TROLUNAIRE ANNALESDE CHIRURGIE

226

DE LA MAIN

O'Brien [7] y fait r6f6rence. Alnot [3] apporte
un nouveau cas. L'aspect radiolique ressemble
6trangement ~ la fracture luxation, que nous
rapportons, mais il s'agit en fait de 3 fractures,
sans la moindre luxation associ6e.


Etiopathogenie des dislocations p6rilunaires

M~canismes g~n~raux

Fig. 2. m Embrochage externe et interne des deux fractures.

Le m6canisme imagin6 par Tavernier [10],
puis Mouchet [7] pour obtenir une luxation
r6trolunaire est valable pour le plupart des formes de dislocation du carpe. I1 est d6clench6
par un choc sur la paume de la main. L'inclinaisaon dorsale forc6e du poignet, qui s'ensuit, attire le massif carpien vers l'arri6re, tandis que
l'os lunaire, retenu par le ligament radio-lunaire
palmaire ou ligament freinateur de Delbet, reste
en place (fig. 3).
La rupture de la capsule articulaire et des ligaments profonds permet la dislocation. Elle
s'effectue au niveau des points faibles p6rilunariens: espace lunarocapital de Poirier, ligaments scapho-lunaires, ligaments lunaro-triquetraux (fig. 4 A).
Le scaphoi'de et le triquetrum tendent ~t se
rapprocher, puis le massifcarpien, en regagnant
sa place, pousse l'os lunaire en direction palmalre.
D'autres m6canismes viennent se surajouter :
l'hyperinclinaison lat6rale du poignet entraine selon Allieu [2] la d6chirure des ligaments p6riscapho'idiens ;
la pr6dominance de l'impact sur l'6minence th6nar favorise selon Saffar [9] la fracture
du scapho'ide ;
l'hyperinclinaison m6diale du poignet ou
l'impact hypoth6narien ont vraisemblablement
la m~me influence sur le triqu6trum et la r6gion
p6ritriquetrale ;
une force transversale de cisaillement
point de d6part lat6rale, comme l'a imagin6
Fenton [5], provoque la fracture du scaph6ide,
puis du p61e sup6rieur du capitatum.
Les points faibles varient en fonction des individus et de leur ~ge, favorisant les ruptures ~t
des niveux divers.
-

Fig. 2. - - External and internal fixation of the t w o fractures.
Fig. 2. - - Osteosintesis mediante agujas externas e intemas
de las dos fracturas.

-

-

- la fracture proximale du scaphoide (43,5 %
des cas) participe ~t la dislocation.
Le fragment proximal du scaphoide reste solidaire de l'os lunaire.
- la fracture du triquetrum (29,5 % des cas)
n'int6resse le plus souvent qu'un fragment osseux ou un coin post6ro-externe, rest6s fix6s au
ligament lunaro-triqu6tral.

Les dislocations distales
Elles int6ressent le capitatum.
- La fracture transscapho-capitale (7 % des
cas) a 6t6 d6crite par Fenton [5]. Le fragment
proximal du scaphoide reste solidaire de l'os
lunaire. La luxation occupe une part limit6e.
Elle n'existe qu'entre os lunaire et triquetrum.
La fracture transscapho-capito-triqu6trale
a 6t6 d6crite par Wesley et Barenfeld [12].
-

-

Mkcanismes de la fracture luxation
transscapho-triquetro-retrolunaire
L'inclinaison dorsale forc6e du poignet provoque comme dans la plupart des autres dislocations carpiennes, la rupture au niveau du
point faible de Poirier. Sa propagation s'effectue ensuite suivant un processus particulier.
Deux m6canismes, diff6rents, mais peut-~tre
compl6mentaires, peuvent l'expliquer :