Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



hydrogéologie .pdf



Nom original: hydrogéologie.pdf
Auteur: Xamwell

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 10/03/2010 à 12:42, depuis l'adresse IP 123.50.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1930 fois.
Taille du document: 619 Ko (10 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Université de la Polynésie Française
Licence 3: Sciences de la Vie et de la Terre

Etude des sites hydrogéologiques de
Tahiti
TEHAAMOANA Max

Rapport de sortie effectuée le 16 et 17 février 2010

SOMMAIRE
I) – Carte des sites hydrogéologiques de TAHITI…………………………………………………………… p 1
Introduction…………………………………...…………………………………………………………..…………p 2
II) – La grotte de Maraa
Carte hydrogéologique du site de la grotte Maraa……………………………………….………..…………….p 3
Etude du site de la grotte de Maraa………………………………………………………………………...……. p 4
III) – Le site Vaima
Carte hydrogéologique du site Vaima……………………………………………………………………………..p 5
Etude du site Vaima………………..………………………………………………………………………………..p 6
IV) Le site de l'Eau Royale
Carte hydrogéologique du site de l'Eau Royale….…………………………………..………………………….p 7
Etude du site de l'Eau Royale……..………………………………………………..………………….………….p 8

I) - Carte des sites d'études hydrogéologiques de TAHITI

Eau Royale

Grotte de
Maraa
Vaima

1

Introduction :
L'île de TAHITI a été soumise à de nombreux phénomènes volcaniques et érosifs qui ont donné lieu à de nombreuses vallées. La mise
en place du réseau hydrique est caractérisée par plusieurs sorties d'eau. Ainsi, l'exploitation de ces sorties d'eau a permis de mettre en
évidence les nombreuses nappes souterraines éparpillés sur l'île. C'est dans cette optique que s'inscrit l'étude hydrogéologiques de 3 sites
précis et qui présentent des nappes soit captives soit phréatiques. Une nappe captive étant limitée sur sa surface inférieure par une couche
imperméable alors qu'une nappe phréatique est une nappe de surface composée par le ruissellement des précipitations :
- La grotte de Maraa, située à la limite entre le district de Paea et de Papara et qui présente une nappe captive dont l'exploitation est visible
grâce à la zone de captage présente sur la plaine littorale.
- Le site Vaima, situé à Mataiea, et qui présente une résurgence caractérisée par des sources d'eau visible en amont ainsi qu'une nappe
phréatique caractérisée par la zone marécageuse.
- Le site de l'Eau Royale, situé à Arue, et dont l'exploitation commerciale de la source a permis de souligner la présence de nappes captives.

2

3

II) - Etude de la grotte de Maraa
Le site étudié se situe à la limite entre le district de Paea et Papara. Il présente une plaine littorale composée essentiellement
d'alluvions. D'autre part, cette plaine littorale, d'une longueur d'environ 100 mètres, est limitée au Sud Ouest par la mer et au Nord Est par une
grotte contenant un lac, au versant d'une falaise. Ainsi, la présence de cette grotte montre qu'il y a eu des variations du niveau marin. A noter
que le sol se situe à environ 2 mètres au dessus du niveau de la mer. Plusieurs buttes alluvionnaires couvrent la partie interne de la plaine
littorale. Des couches de boues couvrent la partie basse de cette plaine.
Etude hydrogéologique
Toute la surface de la plaine littorale est composée d'alluvions. Sous cette couche d'alluvions, se situe la nappe captive. Cette nappe qui
se prolonge jusqu'à la grotte et bordée par un coin salé au Sud Ouest, limité par la mer. Cette nappe est limitée par la succession d'une couche
de basalte imperméable, et d'une couche perméable contenant la nappe captive. Le niveau piézométrique permet de décrire la limite
supérieure de la nappe captive jusqu'au lac de la grotte.
Enfin, une zone de captage de cette nappe est située sur la partie externe de la plaine littorale, et se manifeste par la présence de tuyaux et de
robinets.
L'eau qui ressort par la zone de captage est de mauvaise qualité. La zone de captage étant reliée directement au lac de la grotte, la pollution
affectant la potabilité de l'eau de la grotte donne lieu ainsi à de l'eau non potable.

4

5

III) - Etude du site de Vaima
Le site d'étude se situe dans le district de Mataiea. Il présente une plaine littorale d'une longueur de 100 mètres environ. Cette plaine est
composée d'une grande zone marécageuse bordée par une rivière qui s'écoule depuis le versant d'une falaise et qui contient une source
artésienne.
Etude hydrogéologique
Sur la surface de la plaine, la zone marécageuse ainsi que la rivière est composée de matériaux alluvionnaires. Cette zone
marécageuse contient une fine couche d'eau provenant d'une nappe phréatique. Cette nappe est la manifestation d'affleurement à l'occasion
de plusieurs creux issus de la falaise. La nappe phréatique est inexploitable car l'eau étant soumise facilement à la pollution.
D'autre part, une seconde nappe, cette fois-ci captive, est mise en évidence par la présence de résurgences. Cette résurgence signifie
notamment une couche de basalte imperméable. C'est par l'intermédiaire d'une fissure à travers cette couche que l'eau remonte en surface.
De ce fait, l'eau qui en ressort provient alors d'une zone isolée et protégée de la pollution, ce qui indique que cet eau peut être exploitée car
étant potable.
Le niveau piézométrique 1 décrit alors la limite supérieure de la nappe captive alors que le niveau piézométrique 2 décrit la limite supérieure de
la nappe phréatique

6

7

IV) - Etude du site de l'Eau Royale
Le site de l'Eau Royale est situé à Arue. L'eau y est exploitée commercialement sous le nom d' "Eau Royale". Le bassin d'alimentation
des nappes captives souterraines se situent à 1400m, c'est-à-dire à la limite du niveau piézométrique.
Etude hydrogéologique
Un forage située sur la plaine y est installé et permet de capter l'eau provenant de la nappe artésienne, située à 63 mètres de
profondeur. Effectivement, l'eau qui ressort ne provient pas des autres nappes captives, mais uniquement de celle située à 63 mètres de
profondeur. Des constructions en béton permettent d'étanchéifier les autres nappes. Le débit du forage étant de 10 à 12 m3/h. A l'arrêt de
l'usine, l'eau étant légèrement au dessus du niveau piézométrique, il s'arrête de s'écouler ou si cette eau est encore présente, elle est alors
rejetée dans la rivière.
L'eau qui est captée par le forage provient des infiltrations des précipitations situées sur les hauteurs du mont Aorai. D'autre part, cette
eau qui descend le long de la nappe s'enrichit en Magnésium, Potassium et Calcium. Ainsi, cette eau possède une forte teneur en NaCl.
Cette nappe est située entre des couches de basaltes imperméables.
A noter que l'eau qui ressort est une eau de source et non une eau minérale. Elle respecte la norme ISO 9001 ainsi que la norme de
sécurité alimentaire ISO 22000. Des contrôles microbiologiques sont effectués de façons inopinées par le centre CHSP ainsi qu'un contrôle
physico-chimique par le LASEA. Ces contrôles permettent ainsi de garantir la potabilité de l'eau.

8


Documents similaires


iet6sfb
eaux souterraines tataouine
chapitre 3 l eau dans les sol
eaux souterraines medenine
visite des puits de saint liguaire p aimon 2016
cv essandani simed


Sur le même sujet..