reussite juin Mise en page 1.pdf


Aperçu du fichier PDF reussite-juin-mise-en-page-1.pdf - page 9/12

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12



Aperçu texte


NIORT
I 9 I Réussites Juin 2010
COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION DE NIORT / 79

La périphérie niortaise à la cote
La Communauté d'agglomération
de Niort poursuit ses efforts en
matière d'implantation des
entreprises et tente de s'ouvrir à
l'activité artisanale.

François Collard

“ Il est encore rare
de voir appliquer
des méthodes
d'économie
d'énergie au monde
professionnel ”

L

e tertiaire demeure le secteur le plus demandeur
de bureaux avec une croissance de 50 % en deux
ans, malgré une légère baisse des demandes
depuis le début de l'année, en comparaison avec le premier semestre 2009. Cette demande se focalise de plus
en plus dans les zones périphériques, et non plus en
centre-ville. « Il s'agit de zones mieux accessibles où l'on
peut aujourd'hui retrouver les avantages du centre-ville. On
n'y trouve plus les handicaps d'autrefois », souligne François Collard du service développement économique de
la Communauté d'Agglomération de Niort. Ce phénomène lancé par les mutuelles s'est étendu aux autres
secteurs de services et s'inscrit dans une volonté de
modernisation.

Ouverture sur le secteur artisanal
Le secteur tertiaire contribue encore et toujours à
l'identification du territoire, mais les élus souhaitent
aujourd'hui offrir de nouvelles possibilités de développement au secteur artisanal. Afin de pallier à une inadéquation entre l'offre et la demande (en moyenne une
offre peu adaptée pour deux demandes), la CAN est à
l'initiative de la conception d'ateliers-relais dans la zone
d'activité d'Echiré. « Ces bâtiments sont destinés aux créateurs d'entreprises, et ce pour une durée limitée de trois ans,
permettant aux porteurs de projets de tester leurs marchés
potentiels sans investir dans une construction. » Ces quatre
nouveaux ateliers d'une surface moyenne de 230 m² font

également l'objet d'un projet novateur en terme de
démarche écologique. « Il est encore rare de voir appliquer
des méthodes d'économie d'énergie au monde professionnel »,
rappelle François Collard. Avec 800 m² de photovoltaïque
en toiture et des murs en ossature bois, le produit se veut
exemplaire en matière de développement durable.

Un soutien concret
La pépinière d'entreprises de la périphérie niortaise
poursuit son travail d'accompagnement des jeunes
sociétés. Actuellement, quinze entreprises y sont instal-

lées et « bénéficient d'une mutualisation des moyens ainsi
que de réunions trimestrielles sur différents thèmes. »
La CAN intervient également de manière ponctuelle
dans la signature de crédit-bail immobilier. Dernier
exemple en date : le rachat des actifs immobiliers de
l'entreprise Cepam pour un montant de
500 000 euros. L'entreprise aujourd'hui transformée en
Scop, devrait à terme rembourser l'intégralité de la
somme avancée par la communauté de communes de
Niort. ◆

AGENCE DE L’ORANGERIE - NIORT / 79

« Un effet de crise certain »
L'immobilier professionnel du
secteur niortais subit les effets de
la crise et constate une évolution
des demandes depuis un an.

«

Les zones demandées ne sont plus celles proposées »,
déclare Julien Joly, directeur de l'agence de
l'Orangerie à Niort. Ce dernier constate depuis
peu l'arrivée d'investisseurs privés acheteurs de biens
afin de les mettre en location auprès des professionnels. « Les PME/PMI et le secteur tertiaire optent davantage
pour la location que pour la propriété. Les charges sont moins
lourdes et les petites et moyennes entreprises préfèrent investir dans le renouvellement de leurs machines plutôt que dans
l'immobilier, ce qui fait que les propriétaires vendent pour se
retrancher sur la location. »

Une pénurie de terrains
La taille du terrain est actuellement un critère important. L'offre porte principalement sur des petites surfaces, 500 à 600 m², qui se concentrent sur une seule zone,
face à une demande qui se porte sur l'acquisition de terrains de 1 000 à 2 000 m². Cette demande converge davantage vers la zone Mendès France au nord, et vers la zone
de Bessine, au sud. « Il s'agit principalement de grandes
enseignes ou de franchises. Ces zones ont connu un véritable
boum en cinq ans et entrent aujourd'hui dans une phase de
stagnation dûe à la pénurie de terrains. »

L'état actuel du centre-ville suscite de la crainte
La rénovation et la piétonisation complètes du cen-

tre urbain suscitent inévitablement l'inquiétude
chez les commerçants.
« Les petits commerces en
souffrent avec une baisse de
leurs chiffres d'affaires de plus
de 30 %. Et dans ce contexte,
un commerçant qui part n'est
pas remplacé. » Sur un peu
plus d'un an, la demande
de locaux commerçiaux a
chuté de plus de 50 %. Seules les enseignes et franchises s'y intéressent
encore, mais l'offre ne correspond pas à leurs
demandes. « Les structures
ne sont pas ou plus adaptées,
et à cela s'ajoute la crainte de
s'installer avant la fin des travaux. » ◆

Julien Joly

“ Les propriétaires vendent pour se retrancher
sur la location ”