AU POIL PRES .pdf


Nom original: AU POIL PRES.pdfAuteur: cedric junietMots-clés: poil

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Conv2pdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 21/07/2010 à 12:42, depuis l'adresse IP 79.93.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1555 fois.
Taille du document: 87 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


« AU POIL PRES »
La fenêtre de la chambre est à moitié ouverte, elle laisse passer la rumeur de la ville et les
courants d'air, qui font se balancer un long ruban de papier tue-mouche. On peut entendre les
gémissements d'un couple qui fait l'amour, ainsi que le matelas qui grince bruyamment. Les
fesses rondes de CLARISSE se démènent énergiquement sur les reins d’HENRI, dont on ne
voit pas le visage, mais seulement les mains, l'une d'elle claque la fesse de Clarisse. Henri
s'apprête à donner une autre claque, mais Clarisse retient sa main et la pose sur ses seins.
La chambre est un véritable capharnaüm. Parmi les fringues, on distingue des bouteilles vides
d'alcool, des cendriers improvisés dans des pots de yaourt, des piles de feuilles volantes, des
bouquins.
Au-dessus du lit est accrochée une affiche de Salvador Dali « Persistance de la mémoire » qui
représente des montres molles suspendues dans un arbre. Devant ce tableau, la chevelure de
Clarisse fait de brusques mouvements de haut en bas. Elle atteint l'orgasme en même temps
qu’Henri. Elle s'écroule sur lui, puis elle se redresse en se penchant au-dessus de lui, on
distingue alors pour la première fois leurs visages. Ils se sourient. Henri approche de la
cinquantaine, tandis que Clarisse n'a pas trente ans.
HENRI
Je peux te poser une question ?
CLARISSE
Ouais.
HENRI
Pourquoi, tu t'es rasé la cramouille ?
Elle le regarde sans comprendre, puis baisse la tête vers son entre-jambe.
CLARISSE
C'est ça que t'appelles la cramouille ?
HENRI
Ouaip. C'est ça que j'appelle la cramouille. Y'a
d'autres noms, mais celui-là est marrant.
CLARISSE
Ça te plaît pas ?
Il l'écarte doucement du bras, pour s'asseoir sur le bord du lit. Clarisse s'allonge derrière lui, sa
tête reposant sur la main.
CLARISSE
D'habitude, les mecs aiment bien, c'est lisse, ça
les excite.
HENRI
Je conchie ce qui est lisse... c'est lisse. J'aime

mieux quand ça me chatouille le nez.
Il enlève son préservatif et le jette dans la poubelle, mais comme elle est déjà remplie à ras de
détritus divers. Il rebondit et tombe sur la moquette.
HENRI
Les poils retiennent les odeurs, c'est connu.
CLARISSE
Et c'est dégueu, c'est pour ça qu'on les rase.
Henri débouche une bouteille de Porto.
HENRI
C'est dégueu, si on se lave pas. Sinon, la toison
retient l'odeur du bain et du gel douche aux
amandes. C'est bon une tarte aux amandes.
Il boit.
CLARISSE
T'es pas qu'un vieux schnock, t'es aussi cinglé.
Elle lui prend la bouteille des mains.
HENRI
En plus, t'avais de jolis poils, tout frisés, avec de
belles courbes, ils avaient la forme de l'amour.
Il se lève et se dirige vers la fenêtre et prend un ton emphatique pour s'exprimer.
HENRI
Aujourd'hui, tout le monde crache sur le poil : la
mode, les magazines. Même les gonzesses à poil,
elles ont plus de poil. Si j'étais président, y'aurait
une journée nationale du poil. Je lui érigerai une
statue : un grand poil monumental, superbe et
naturel.
CLARISSE
J'en connais un, moi, de poil monumental, c'est
celui que t'as dans la main.
Henri acquiesce d'un geste tout aussi emphatique.
HENRI
Si tu te laissais pousser le gazon, tu sais ce que je
ferais ?
CLARISSE

Non.
HENRI
Je m'amuserais à les chercher le matin dans les plis des draps. J'aurais
l'impression d'être un gamin qui a trouvé un trésor.
CLARISSE
Ok, mais en attendant, c'est moi qui prend ceux que tu as laissés.
Henri, amusé, regarde Clarisse qui farfouille entre les plis du drap. Il s'assoit à côté d'elle.
CLARISSE
En voilà un!
HENRI
Pas aussi joli que les tiens, mais je te le donne.
CLARISSE
J'ai pas besoin de ta permission. Tiens, en voilà
un autre.
Henri avale une gorgée de Porto.
CLARISSE
Et encore un autre. Eh ?!
A cette exclamation, Henri se retourne sur elle qui lui tourne le dos. Elle reste silencieuse un
moment, puis se tourne brusquement, en tendant à bout de bras, le poil qu'elle a trouvé.
CLARISSE
Il est blond !!!
Henri la fixe sans expression, silencieux. Il prend une superbe gifle.
FIN


Aperçu du document AU POIL PRES.pdf - page 1/3

Aperçu du document AU POIL PRES.pdf - page 2/3

Aperçu du document AU POIL PRES.pdf - page 3/3




Télécharger le fichier (PDF)


AU POIL PRES.pdf (PDF, 87 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP




Documents similaires


carte bar de la piscine
catalogue ceramique 2019
revan   coeur
ecoute le silence
thread converti
desideria

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.031s