CC AssMat .pdf



Nom original: CC_AssMat.pdfTitre: Microsoft Word - CCNSIG~1.DOCAuteur: SPAMAF ( www.assistante-maternelle.org )

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft Word - CCNSIG~1.DOC / ScanSoft PDF Create! 2, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 16/09/2010 à 12:42, depuis l'adresse IP 88.186.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2443 fois.
Taille du document: 594 Ko (54 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE
DE TRAVAIL
DES ASSISTANTS MATERNELS
DU PARTICULIER EMPLOYEUR
Conclue, à Paris, le 1er juillet 2004
Entre

LA FEDERATION NATIONALE DES PARTICULIERS EMPLOYEURS

FEPEM
D’
unepar
t
La Fédération des Services C.F.D.T. ,
La Fédération C.F.T.C. Santé et Sociaux Secteur des Emplois de la Famille ,
La Fédération des personnels du commerce de distribution et des services C.G.T.,
La Fédér
at
i
onGénér
al
edesTr
avai
l
l
eur
sdel

al
i
ment
at
i
on,del

agr
i
cul
t
ur
eetdes
secteurs connexes F.G.T.A. / F.O.,
Le Syndicat National Professionnel des Assistantes et Assistants Maternels
S.N.P.A.A.M.,
D’
aut
r
epar
t
.

1

Sommaire

Préambule

p. 1

Art. 1

Dispositions générales

p. 2

Art. 2

Obligations administratives générales

p. 5

Art. 3

Classification

p. 6

Art. 4

Contrat de travail

p. 7

Art. 5

Pér
i
oded’
essai

p. 8

Art. 6

Dur
éedel

accuei
l

p. 9

Art. 7

Rémunération

p. 10

Art. 8

Indemnitésd’
ent
r
et
i
enetdef
r
ai
sder
epas

p. 12

Art. 9

Indemnités diverses

p. 13

Art. 10

Repos hebdomadaire

p. 14

Art. 11

Jours fériés

p. 15

Art. 12

Congés annuels

p. 16

Art. 13

Autres congés

p. 19

Art. 14

Absences

p. 20

Art. 15

Surveillance médicale

p. 21

Art. 16

Maternité –Adoption –Congé parental - Congé de paternité

p. 22

Art. 17

Couverture maladie accident

p. 23

Art. 18

Rupture du contrat

p. 24

Art. 19

Formation professionnelle

p. 26

Annexe n° 1 :

Accor
dsurl
emont
antdel

i
ndemni
t
éd’
ent
r
et
i
en

p 27

Annexe n° 2 :

Accord de prévoyance

p 28

Annexe n° 3 :

Accord sur le développement de la négociation collective

p.36

Annexe n° 4 :

Engagement réciproque

p.45

Annexe n° 5 :

Modèle de contrat de travail à durée indéterminée

p. 46

Annexe n° 5bis :

Documents à joindre au contrat de travail

p. 49

Annexe n° 6 :

Modèle de bulletin de paie

p. 50

Préambule
Lapr
of
essi
onapourobj
etl

accuei
lparl

assi
st
antmat
er
nelàsondomi
ci
l
ed’
unenf
antconf
i
éparson
ou ses parent(s) pour participer à sa prise en charge et à son épanouissement.
La pr
of
essi
on d’
assi
st
antmat
er
nelestr
égi
e pardes di
sposi
t
i
ons l
égal
es etr
égl
ement
ai
r
es,en
vigueur, relevant :
- ducodedel

act
i
onsoci
al
eetdesf
ami
l
l
es,
- du code de la santé publique,
- du code du travail.
Le Consei
lgénér
ali
nt
er
v
i
entpourl
a dél
i
v
r
ance de l

agr
émentet en contrôle le suivi ; il veille à
l

appl
i
cat
i
ondel
ar
égl
ement
at
i
ondel
asant
épubl
i
que,del

act
i
onsoci
al
eetdel
af
ami
l
l
e.Decef
ai
t
,i
l
aut
or
i
seounonl

exer
ci
cedel

act
i
v
i
t
é.
Le parent qui confie son enfant à un assistant maternel devient de ce fait un particulier employeur.
Lel
i
endesubor
di
nat
i
onexi
st
edanscet
t
er
el
at
i
onqui
estcel
l
ed’
uncont
r
atdet
r
avai
l
.
Lepar
t
i
cul
i
erempl
oy
eurn’
estpasuneent
r
epr
i
se,i
l
nepour
sui
tpasune recherche de profit.
Lapr
of
essi
ons’
exer
ceaudomi
ci
l
epr
i
v
édel

assi
st
antmat
er
nel
.
La relation de respect et de confiance est essentielle dans ce contexte.
Denombr
eusesdi
sposi
t
i
onsducodedut
r
avai
lpr
évuespourl
esent
r
epr
i
sesnes’
appl
i
quentpas dans
l
ar
el
at
i
ondet
r
avai
l
ent
r
el

assi
st
antmat
er
neletsonempl
oy
eur
.
Pour toutes ces raisons, la FEPEM au nom des employeurs, et les organisations syndicales (C.F.D.T.,
C.F.T.C., C.G.T., F.G.T.A.-F.O., S.N.P.A.A.M.) au nom des salariés, ont fortement ressenti le besoin
de créer une convention collective définissant clairement les règles minimales ainsi que les devoirs et
les droits des employeurs et des salariés.
Deuxaccor
ds,l

unr
el
at
i
fàl
af
or
mat
i
onpr
of
essi
onnel
l
eetl

aut
r
eàl
acl
assi
f
i
cat
i
on,f
er
ontl

obj
etd’
une
future négociation.
Cet
t
econv
ent
i
oncol
l
ect
i
v
edoi
tcont
r
i
bueràl
apr
of
essi
onnal
i
sat
i
ondecesect
eurd’
act
i
vi
t
équiconnaî
t
un développement important.

1

Article 1 –Dispositions générales
a) Champd’
appl
i
cat
i
onpr
of
essionnel
Code NAF : 85.3 G
Lapr
ésent
econv
ent
i
oncol
l
ect
i
v
er
ègl
el
esr
appor
t
sent
r
el
epar
entpar
t
i
cul
i
erempl
oy
euretl

assi
st
ant
maternel auquel il confie son ou ses enfant(s).
Cet
t
epr
of
essi
ons’
exer
ceaudomi
ci
l
edel

assi
st
antmat
er
nelment
i
onnédansl

agr
ément
.
L’
assi
st
antmat
er
nelaccuei
l
l
el
es enf
ant
s quil
uisontconf
i
és parl
e par
entpar
t
i
cul
i
erempl
oy
eur
moyennant rémunération.
L’
assi
st
antmat
er
neldoi
têt
r
et
i
t
ul
ai
r
edel

agr
émentdél
i
v
r
éparl
epr
ési
dentduconsei
lgénér
aldu
département où il réside conformément à la réglementation en vigueur.
Dansl
ecadr
edecetagr
ément
,l

assi
st
antmat
er
nel
peutaccuei
l
l
i
rl
esenf
ant
sdef
ami
l
l
esdi
f
f
ér
ent
es.
La présente convention règle les rapports entre chaque parent particulier employeur et
l

assi
stant maternel.
b) Champd’
appl
i
cat
i
ongéogr
aphi
que
Lechampd’
appl
i
cat
i
ondel
apr
ésent
econv
ent
i
oncompr
endl

ensembl
edut
er
r
i
t
oi
r
emét
r
opol
i
t
ai
net
l
esdépar
t
ement
sd’
Out
r
eMer(
DOM)
.
c) Li
ber
t
ésd’
opi
ni
onetsyndi
cal
e
Les contractants reconnaissentl
al
i
ber
t
éd’
opi
ni
onetl
al
i
ber
t
ésy
ndi
cal
e.

d) Egalité de traitement entre les salariés
Lescont
r
act
ant
sr
econnai
ssentl

égal
i
t
é pr
of
essi
onnel
l
e ent
r
el
esf
emmesetl
eshommes,l

égal
i
t
é
entre les salariés, quelle que soit leur appartenance à une ethnie, une nation ou une race, notamment
enmat
i
èr
ed’
accèsàl

empl
oi
,def
or
mat
i
on,depr
omot
i
onpr
of
essi
onnel
l
eetdecondi
t
i
onsdet
r
avai
l
.

e) Durée de la convention - dénonciation - modification et révision
La convention collective nationale est conclue pour une durée indéterminée. Chacune des parties a la
possi
bi
l
i
t
édel
adénoncer
,enpar
t
i
eouent
ot
al
i
t
é,conf
or
mémentàl

ar
t
i
cl
eL.
132-8 du code du travail,
parl
et
t
r
er
ecommandéeavecdemanded’
accuséder
écept
i
onetpr
éavi
sdet
r
oi
smoi
s.
Conformément au code du travail, la dénonciation doit être notifiée par son auteur aux autres
signataires de la convention et déposée auprès des services du ministère compétent.
Dans ce cas, la convention ou la partie de la convention dénoncée restera en vigueurj
usqu’
àl
a
si
gnat
ur
ed’
unnouvelaccor
detaumaxi
mum pendantunan.
La commission paritaire nationale est composée des représentants des employeurs (FEPEM) et des
organisations syndicales, C.F.D.T., C.F.T.C., C.G.T., F.G.T.A.-F.O., S.N.P.A.A.M., représentatives de
la branche professionnelle. Elle siège en mixte l
or
squ’
el
l
e estpr
ési
dée parun r
epr
ésent
antdu
ministère du travail.
Toute demande de modification ou de révision sera portée devant la commission paritaire nationale
de la présente convention.Lacommi
s
si
onpar
i
t
ai
r
edev
r
aal
or
sêt
r
econvoquéedansundél
aid’
un
mois ;sesmodal
i
t
ésdef
onct
i
onnementsontdét
er
mi
néesd’
uncommunaccor
dent
r
el
espar
t
i
es.

2

f) Avantages acquis
La présente convention ne saurait, en aucun cas, porter atteinte aux avantages individuels acquis
antérieurement à son entrée en vigueur.

g) Extension
Lespar
t
i
essi
gnat
ai
r
esconvi
ennentdedemanderl

ext
ensi
ondel
apr
ésent
econv
ent
i
onparar
r
êt
é
ministériel afin de la rendre obligatoire dans tout le territoire entrant dansl
echampd’
appl
i
cat
i
on.

h) Entrée en application
er

La présente convention collective sera applicable à compter du 1 jour du trimestre civil suivant la
par
ut
i
onauJour
nal
of
f
i
ci
eldesonar
r
êt
éd’
ext
ensi
on.

i) Périodicité de la négociation
Les parties signataires se rencontrent au moins une fois par an pour présenter le rapport de branche
et négocier les salaires, au moins une fois tous les trois ans sur les mesures tendant à assurer
l

égal
i
t
édet
r
ai
t
ementent
r
el
essal
ar
i
ést
elquedéf
i
niàl

ar
ticle 1 d) et au moins une fois tous les cinq
anspourexami
nerl
escl
assi
f
i
cat
i
ons,ouàl
ademanded’
unedespar
t
i
es.

j) Présence aux réunions paritaires
Des heures de liberté prises sur le temps de travail, non rémunérées ou récupérables, pourront être
accordées, sauf cas de force majeure, au salarié mandaté par son organisation syndicale pour
par
t
i
ci
perauxr
éuni
onspar
i
t
ai
r
esdel
apr
of
essi
ondansl
al
i
mi
t
ed’
unej
our
néepart
r
i
mest
r
e.Cet
t
e
journée sera justifiée par une convocation et annoncée à l'employeur avec un préavis de 12 jours.
Les partenaires sociaux décident de se donner les moyens financiers du fonctionnement paritaire de
la branche selon des modalités définies en Annexe n°3.

k) Conciliation et interprétation
Les organisations signataires s'engagent à constituer une commission paritaire nationale de
conci
l
i
at
i
onetd’
i
nt
er
pr
ét
at
i
ondontl
esi
ègeestf
i
xéàPar
i
s.
Cette commission a pour but et rôle de tenter de concilier les parties en proposant toutes mesures
utiles, notamment à l'occasion de l'interprétation de la convention collective nationale.
Lacommi
ssi
onnepeutêt
r
esai
si
edeconf
l
i
t
scol
l
ect
i
f
soui
ndi
v
i
duel
s(
met
t
antencausel

i
nt
er
pr
ét
at
i
on
d’
unar
t
i
cl
e)queparl
'
unedesor
gani
sat
i
onsmembr
esdel
acommi
ssi
on.
Elle comprendra un représentant de chacune des organisations syndicales de salariés et un nombre
égalde r
epr
ésent
ant
s dési
gnés parl

or
gani
sat
i
on pat
r
onal
e dans l
e champ d’
appl
i
cat
i
on de l
a
convention collective nationale des assistants maternels du particulier employeur.
La présidence, dont la durée est limitée à un an, est assurée alternativement par un représentant des
organisations salariales et par un représentant de l'organisation patronale, choisis parmi les
organisations signataires de la présente convention.
La commission est convoquée par le président et doit se réunir dans le délai d'un mois après la
demande.
Le secrétaire de séance sera désigné d'un commun accord au début de chaque séance.

3

Les modalités de fonctionnement de la commission sont déterminées d'un commun accord entre les
parties.
Les solutions proposées doivent réunir l'unanimité des membres présents de la commission.
En tout état de cause, les parties peuvent porter leurs différends devant les juridictions compétentes.

4

Article 2 - Obligations administratives générales
-

Obl
i
gat
i
onsdel

empl
oyeur
S’
assur
erquel
esal
ar
i
éestt
i
t
ul
ai
r
edel

agr
émentdél
i
vr
éparl
econsei
lgénér
al;
Décl
ar
erl

empl
oi
àl

URSSAF,àl
aMSA.ou à la CAF;
Vér
i
f
i
erl

assur
ancer
esponsabi
l
i
t
éci
vi
l
epr
of
essi
onnelle du salarié ;
Vér
i
f
i
erl

assur
anceaut
omobi
l
e,l
ecaséchéantet notamment la clause particulière de la
couverture de transport des enfants accueillis à titre professionnel ;
5. Etablir un contrat de travail écrit ;
6. Etablir mensuellement un bulletin de paie ;
7. Procéder à la déclaration nominative mensuelle ou trimestrielle des salaires.

1.
2.
3.
4.

-

Obligations du salarié
1. Pr
ésent
ercopi
edel

agr
émenteti
nf
or
merl

empl
oy
eurdet
out
esmodi
f
i
cat
i
onsd’
agr
ément
etdecondi
t
i
onsd’
accuei
l;
2. Communi
querl

at
t
est
at
i
onper
sonnel
l
ed’
assur
ésoci
al;
3. Communi
quer l
es at
t
est
at
i
ons d’
assur
ance r
esponsabi
l
i
t
é ci
v
i
l
e pr
of
essi
onnel
l
e et
d’
assur
anceaut
omobi
l
e;
4. Fai
r
ev
i
si
t
eràl

empl
oy
eurl
espi
ècesauxquel
l
esl

enf
antaur
aaccès;
5. Conclure un contrat de travail écrit ;

5

Article 3 - Classification
Les négociateurs de la présente convention collective ont pour objectif la professionnalisation du
mét
i
erd’
assi
st
antmat
er
nel
.
Ils affirment leur intention de reconnaître la qualification que les salariés acquièrent à travers :
- l

exer
ci
cedel
apr
of
essi
on,
- l

expér
i
encev
al
i
dée,
- les formations attestées par un diplôme de la branche.
La qualification ainsi acquise permettra la reconnaissance des compétences dans une classification
des emplois de la branche.

6

Article 4 - Contrat de travail
L’
accor
dent
r
el

empl
oy
euretl
esal
ar
i
éestét
abl
iparuncontrat écrit pour chaque enfant. Il est rédigé
en2exempl
ai
r
esdat
és,par
aphésetsi
gnésparl

empl
oy
euretl
esal
ar
i
équiengar
dentchacunun
exemplaire.
Il précise les obli
gat
i
onsadmi
ni
st
r
at
i
vesetconv
ent
i
onnel
l
esmai
saussil
escondi
t
i
onsd’
accuei
lde
l

enf
ant
.
Il est signé l
or
sdel

embauche,
Tout
emodi
f
i
cat
i
onpour
r
aêt
r
enégoci
éeent
r
el
espar
t
i
esetdev
r
af
ai
r
el

obj
etd’
unavenantaucont
r
at
.
Mentions et rubriques administratives et conventionnelles
- Identification des parties
- N°d’
i
dent
i
f
i
cat
i
onempl
oy
eur
- N° URSSAF
- N° de Sécurité Sociale du salarié
- Nom del

enf
antetdat
edenai
ssance
- Dat
ed’
embauche
- Réf
ér
encesdel

agr
ément
- Assurance responsabilité civile professionnelle du salarié
- Assurance automobile (
s’
i
lyal
i
eu)
- Dur
éepér
i
oded’
essai
- Pér
i
odesd’
accuei
lethor
ai
r
es
- Absencespr
évuesdel

enf
ant
- Rémunér
at
i
ondel

accuei
l
- Salaire brut minimum statutaire
- Salaire brut horaire –Salaire net horaire
- Salaire brut mensuel –Salaire net mensuel
- Date de paiement
- Congés payés : Dates habituelles des congés
- Fr
ai
sd’
ent
r
et
i
en
- Jours fériés travaillés ou chômés
- Repos hebdomadaire
Consi
gneseti
nf
or
mat
i
onsconcer
nantl

enf
ant
- Santé :
. régime alimentaire
. médecin de référence
. soins ou médicaments
. consi
gnesencasd’
ur
gence
- Autorisation parentale à remettre au médecin pour pratiquer toute intervention médicale ou
chi
r
ur
gi
cal
ed’
ur
gence.
- Aut
or
i
sat
i
onconcer
nantl
esmodesdedépl
acementdel

enf
ant:condui
t
eàl

école, activités extra
scolaires et autres (à préciser au contrat).
- Per
sonnesaut
or
i
séesàr
epr
endr
el

enf
antaudomi
ci
l
edel

assi
st
antmat
er
nel
.
- Per
sonnesàcont
act
erencasd’
ur
genceenl

absencedespar
ent
s.

Documents à joindre au contrat de travail
Voir annexe 5bis de la présente convention collective nationale.
Conditions particulières
Les parties doivent préciser au contrat les conditions particulières essentielles.

7

Article 5 - Pér
i
oded’
essai
 Aucour
sdel
apér
i
oded’
essail

empl
oy
euroule salarié peut rompre librement le contrat, sans
procédure particulière.
 Lapér
i
oded’
essaidoi
têt
r
epr
évueaucont
r
at
.
 Sil

accuei
ldel

enf
ant
,pr
évuaucont
r
at
,s’
ef
f
ect
uesur1,2ou3j
our
scal
endai
r
esparsemai
ne,l
a
pér
i
oded’
essai
aur
aunedurée maximum de 3 mois.
Sil

accuei
ls’
ef
f
ect
uesur4j
our
setpl
usparsemai
nel
apér
i
oded’
essaiaur
aunedur
éemaxi
mum
de 2 mois.
 Dur
antl
espr
emi
er
sj
our
sdel

essaietaumaxi
mum pendantunmoi
s,unt
empsd’
adapt
at
i
onpeut
êt
r
epr
év
uparl

empl
oy
euraucour
sduquell
escondi
t
i
onsetl
eshor
ai
r
esd’
accuei
lser
ontf
i
xésen
f
onct
i
on desbesoi
nsd’
adapt
at
i
on de l

enf
ant
.Ce t
empsd’
adapt
at
i
on f
ai
tpar
t
i
e de l
a pér
i
ode
d’
essai
.
 Sil
econt
r
atestr
ompuav
antl
af
i
ndel
apér
i
oded’
essai
,l

empl
oy
eurdoi
t délivrer au salarié :
-

un bulletin de paie ;
un certificat mentionnant la date de début et la date de fin du contrat ainsi que la nature
del

empl
oi;
une lettre de rupture si celle-ci est de son fait ;
l

at
t
est
at
i
onASSEDI
C.

8

Article 6 - Dur
éedel

accueil
Lescondi
t
i
onsdel

accuei
lannuel
,hebdomadai
r
e,j
our
nal
i
erouoccasi
onnel
sontpr
éci
séesaucont
r
at
.
 Accueil annuel
L’
empl
oy
euretl
esal
ar
i
ésemet
t
entd’
accor
dsurl
espér
i
odesd’
accuei
l
pr
ogr
amméesdansl

année.
Le contrat prévoit le nombre et
,dansl
a mesur
e du possi
bl
e,l
a dat
e dessemai
nesd’
accuei
let
l

hor
ai
r
ed’
accuei
l
j
our
nal
i
er
.
Si ces dates ne sont pas connues lors de la signature du contrat, celui-ci devra fixer le délai de
prévenance.
Un délai de prévenance sera précisé au contrat si les deux parties conviennent de la possibilité de la
modification des dates de semaines programmées.
Pour pallier des situations exceptionnelles ou imprévisibles, des heures au-delà de celles prévues par
écrit au contrat pourront être effectuées si l
esdeuxpar
t
i
esensontd’
accor
d.
 Accueil hebdomadaire
Ladur
éeconvent
i
onnel
l
edel

accuei
l
estde45heur
esparsemai
ne
 Accueil journalier
Principes :
-

l
esal
ar
i
ébénéf
i
ci
ed’
unr
eposquot
i
di
ende11hconsécut
i
vesmi
ni
mum.
dans la profession, ladur
éehabi
t
uel
l
edel
aj
our
néed’
accuei
lestde9heur
es.
l

accuei
lj
our
nal
i
erdébut
eàl

heur
epr
évueaucont
r
atetset
er
mi
neàl

heur
ededépar
tdu
parent avec son enfant.

Toutefois,si
empl
oy
euretsal
ar
i
éensontd’
accor
d,i
l
pour
r
aêt
r
edér
ogéàces principes :
-

en r
ai
son d’
i
mpér
at
i
f
sl
i
és à des obl
i
gat
i
ons pr
év
i
si
bl
es et non const
ant
es de
l

empl
oy
eur;

-

pourassur
erl

accuei
ldel

enf
antdansdessi
t
uat
i
onsexcept
i
onnel
l
eset
imprévisibles.

Dans ces cas l'accueil pourra être effectué la nuit.
 Accueil occasionnel
L’
accuei
lestoccasi
onnel
quandi
l
estdecour
t
edur
éeetn’
apasdecar
act
èr
er
égul
i
er
.
Se reporter aux article 7 : Rémunération et article 12 –Congés annuels au 1°) Congés payés, alinéa f).

9

Article 7 - Rémunération
1) Salaire horaire brut de base
Tout
esl
esheur
esd’
accuei
lsontr
émunér
ées.
Le salaire horaire brut de base ne peut être inférieur à 1/8è du salaire statutaire brut journalier.

2) Salaire mensuel brut de base

 Accueil régulier :
Pour assurer au salarié un salaire régul
i
er
,quelquesoi
tl
enombr
ed’
heur
esd’
accuei
lparsemai
neet
l
enombr
edesemai
nesd’
accuei
ldansl

année,l
esal
ai
r
edebaseestmensual
i
sé.I
lestcal
cul
ésur12
moi
sàcompt
erdel
adat
ed’
embauche.
A)

SI L’
ACCUEIL S’
EFFECTUE SUR UNE ANNEE COMPLETE (52 SEMAINES Y COMPRIS LES CONGES PAYES DU SALARIE) :

Le salaire mensuel brut de base est égal au :
sal
ai
r
ehor
ai
r
ebr
utdebasexnombr
ed’
heur
esd’
accuei
lparsemai
nex52 semaines
12

Ce salaire est versé tous les mois, y compris pendant les périodes de congés payés, sous réserve
des droits acquis au cours de la période de référence (Voir article 12 - Congés annuels).
Selon les circonstances intervenues au cours du mois considéré ce salaire peut être majoré, tel
que prévu aux points 3 et 4 du présent ar
t
i
cl
eoumi
nor
ét
el
quepr
év
uàl

ar
t
i
cl
e14- Absences.
B) SI L’
ACCUEIL S’
EFFECTUE SUR UNE ANNEE INCOMPLETE (SEMAINES PROGRAMMEES HORS CONGES ANNUELS DU
SALARIE) :

Le salaire mensuel brut de base est égal au :
salaire horaire brut de base x nombre d’
heur
esd’
accuei
lparsemai
nexnombre de semaines programmées
12

Ce salaire est versé tous les mois.
Lar
émunér
at
i
ondescongésacqui
spendantl
apér
i
odeder
éf
ér
ences’
aj
out
eàcesal
ai
r
emensuel
brut de base (Voir article 12 - Congés annuels).
Selon les circonstances intervenues au cours du mois considéré ce salaire peut être majoré, tel
quepr
évuauxpoi
nt
s3et4dupr
ésentar
t
i
cl
eoumi
nor
ét
el
quepr
év
uàl

ar
t
i
cl
e14- Absences.

 Accueil occasionnel :
Le salaire brut mensuel est égal au salairehor
ai
r
ebr
utdebasexnombr
ed’
heur
esd’
accuei
ldans
le mois.
Pour la rémunération des congés, se reporter : article 12 –Congés annuels au 1°) Congés payés,
alinéa f).

3) Heures complémentaires
Elles sont rémunérées au salaire horaire brut de base.

10

4) Majorations
a) Heures majorées
ème

A partir de la 46
heur
ehebdomadai
r
ed’
accuei
l
,i
lestappl
i
quéunt
auxdemaj
or
at
i
onl
ai
sséàl
a
négociation des parties.
b) Majorations pour difficultés particulières
L’
accuei
ld’
unenf
antpr
ésent
antdesdi
f
f
i
cul
t
éspar
ticulières, temporaires ou permanentes, donne
dr
oi
tà maj
or
at
i
on du sal
ai
r
e à pr
év
oi
rau cont
r
aten f
onct
i
on de l

i
mpor
t
ance des di
f
f
i
cul
t
és
susci
t
éesparl

accuei
l
del

enf
ant
.

5) Périodicité
Le paiement du salaire est effectué à date fixe, chaque mois.

6) Bulletin de paie
Un bulletin de paie est délivré chaque mois.
Surl
ebul
l
et
i
ndepai
e,pouri
nf
or
mat
i
on,sontégal
ementpr
éci
sésl
esj
our
setl
esheur
esd’
accuei
l
réellement effectués dans le mois.

11

Article 8 - Indemnités d’
ent
r
et
i
enet frais de repas
1. Lesf
r
ai
soccasi
onnésausal
ar
i
éparl

accuei
ldel

enf
ant:
Cesontl
esi
nv
est
i
ssement
s,j
euxetmat
ér
i
el
sd’
évei
l
,ai
nsiquel

ent
r
et
i
endumat
ér
i
elut
i
l
i
sé,l
a
par
tdeconsommat
i
ond’
eau,d’
él
ect
r
i
ci
t
é,dechauf
f
age,et
c.
L’
empl
oy
euretl
esal
ar
i
édét
er
mi
nentd’
uncommunaccor
dl
emont
antdel

i
ndemni
t
éj
our
nal
i
èr
e
dest
i
néeàcouv
r
i
rl
esf
r
ai
sd’
ent
r
et
i
endel

enf
antsuppor
t
ésparl
esal
ar
i
é.
L’
i
ndemni
t
éaf
f
ér
ent
eàcesf
r
ai
sestduepourchaquej
our
néed’
accuei
l
.
Elle ne peut être inférieure au montant défini par accord paritaire : voir annexe n° 1

2. Les frais de repas : petits déjeuners, repas, goûters
Sil

empl
oy
eurf
our
ni
tl
esr
epas,l

i
ndemni
t
én’
estpasdue.
Sil
esal
ar
i
éf
our
ni
tl
esr
epas,empl
oy
euretsal
ar
i
ésemet
t
entd’
accor
dsurl
a nature des repas.
Danscecasl

i
ndemni
t
éestf
i
xéeenf
onct
i
ondesr
epasf
our
ni
s.
Le choix de fournir ou de ne pas fournir les repas est précisé au contrat.

3. Contractualisation :
Lemont
antj
our
nal
i
erdesi
ndemni
t
ésd’
ent
r
et
i
enetdef
r
ai
sder
epasf
igure au contrat de travail.
El
l
esn’
ontpasl
ecar
act
èr
edesal
ai
r
eetnesontdoncpassoumi
sesàcot
i
sat
i
ons.El
l
essont
mentionnées sur le bulletin de salaire.

12

Article 9 –Indemnités diverses
Frais de déplacement
Si le salarié est amenéàut
i
l
i
sersonv
éhi
cul
epourt
r
anspor
t
erl

enf
ant
,l

empl
oy
eurl

i
ndemni
se sel
on
l
enombr
edeki
l
omèt
r
esef
f
ect
ués.L’
i
ndemni
sat
i
onki
l
omét
r
i
quenepeutêt
r
ei
nf
ér
i
eur
eaubar
èmede
l

admi
ni
st
r
at
i
onetsupér
i
eur
eaubar
èmef
i
scal
.
L’
i
ndemni
sat
i
onest à répartir, le cas échéant, entre les employeurs demandeurs des déplacements.
Les modalités sont fixées au contrat.

13

Article 10 - Repos hebdomadaire
Le jour habituel de repos hebdomadaire est prévu au contrat et il est pris le même jour en cas de multi
employeurs.
Il est donné de préférence le dimanche, mais un autre jour peut être choisi par accord entre
l

empl
oy
euretl
esal
ar
i
é.Cetaccor
df
i
gur
edansl
econt
r
at
.
Dans le cas où, exceptionnellement, l

enf
antestconf
i
éausal
ar
i
él
ej
ourder
epos hebdomadaire,
celui-ci est rémunéré au tarif normal majoré de 25 % ou récupéré, d’
uncommunaccor
d,parunr
epos
équivalent majoré dans les mêmes proportions.

14

Article 11 - Jours fériés
1er Mai
er

Seul le 1 mai
estunj
ourf
ér
i
échôméetpay
é,s’
i
lt
ombeunj
ourhabi
t
uel
d’
accuei
l
del

enf
ant
.
Lechômagedu1ermai
nepeutêt
r
el
acaused’
uner
éduct
i
ondel
ar
émunér
at
i
on.
er

Le travail effectué le 1 mai ouvre droit à une rémunération majorée de 100%.

Jours fériés ordinaires
Les jours fériés ordinaires ne sont pas obligatoirement chômés et payés.
Déci
dé parl

empl
oy
eur
,l
e chômage des j
our
sf
ér
i
és or
di
nai
r
es t
ombantun j
ourhabi
t
uel
l
ement
t
r
av
ai
l
l
énepour
r
aêt
r
el
acaused’
unedi
mi
nut
i
ondel
ar
émunér
at
i
onsil
esal
ar
i
ér
empl
i
tl
escondi
t
i
ons
suivantes, avec le même employeur :
- av
oi
r3moi
sd’
anci
ennet
é;
- av
oi
rhabi
t
uel
l
ementt
r
avai
l
l
él
ej
ourd’
accuei
lquipr
écèdeetl
ej
ourd’
accuei
lsui
vantl
ej
our
férié.
- s’
i
lt
r
av
ai
l
l
e 40 heur
esoupl
usparsemai
ne, avoir accompli 200 heures de travail au
moins, au cours des 2 mois qui précèdent le jour férié ;
- s’
i
lt
r
avai
l
l
e moi
nsde 40 heures par semaine, avoi
raccompl
iun nombr
e d’
heur
esr
édui
t
proportionnellement par rapport à un horaire hebdomadaire de 40 heures.

Les jours fériés travaillés sont prévus au contrat.
Lor
squel

accuei
lestef
f
ect
uéunj
ourf
ér
i
épr
év
uaucont
r
at
,i
lestr
émunér
ésansmaj
or
at
i
on.L’
accuei
l
un jour férié non prévu au contrat peut être refusé par le salarié.

15

Article 12 - Congés annuels
Pourper
met
t
r
eàl

assi
st
ant maternel de prendre effectivement des congés annuels,compte tenu de la
spéci
f
i
ci
t
édel
apr
of
essi
on,quiestd’
accuei
l
l
i
rl
esenf
ant
sdepl
usi
eur
spar
t
i
cul
i
er
sempl
oy
eur
s,i
lest
prévu les dispositions suivantes :

1°) Congés payés
a)

Ouverture du droit

Ledr
oi
tauxcongéspay
ésannuel
sestouver
tausal
ar
i
équi
,aucour
sdel

annéeder
éf
ér
ence(
du1er
j
ui
ndel

annéepr
écédent
eau31maidel

annéeencour
s)
,j
ust
i
f
i
eav
oi
rét
éempl
oy
éparl
emême
employeur pendant un temps équivalent à un minimum d'un mois de date à date.

b)

Durée des congés payés

La durée du congé payé se calcule en jours ouvrables. Sont considérés comme jours ouvrables tous
les jours de la semaine, excepté les dimanches et les jours fériés chômés.
Pour une année de référence complète (
du1erj
ui
ndel

annéepr
écédent
eau31maidel

annéeen
cours), le salarié acquiert 30 jours ouvrables de congés payés, soit cinq semaines.

c)

Calcul du nombre de jours de congés payés

Le salarié a droit à 2,5 jours ouvrables de congés payés par mois d’
accuei
lef
f
ect
uéaucour
sdel
a
pér
i
odeder
éf
ér
ence(
du1erj
ui
ndel

annéepr
écédent
eau31mai
del

annéeencour
s)
.
Pourl
adét
er
mi
nat
i
ondunombr
edej
our
sdecongéspay
és,sontassi
mi
l
ésàdel

accuei
l
ef
f
ect
ué:
- les périodes de congés payés de l

annéepr
écédent
e,
- les congés pour événements personnels,
- les jours fériés chômés,
- les congés de formation professionnelle,
-l
escongésdemat
er
ni
t
éetd’
adopt
i
on,
-l
espér
i
odes,l
i
mi
t
éesàunedur
éei
ni
nt
er
r
ompued’
unan,pendantl
esquel
l
esl

exécution est
suspenduepourcaused’
acci
dentdut
r
avai
l
oudemal
adi
epr
of
essi
onnel
l
e,
- les jours pour appel de préparation à la défense nationale.
Lor
squel
enombr
edej
our
souv
r
abl
escal
cul
éconf
or
mémentauxal
i
néaspr
écédent
sn’
estpasun
nombre entier, la durée du congé est portée au nombre entier immédiatement supérieur.
En tout état de cause, la durée totale du congé annuel ne peut dépasser trente jours ouvrables (cinq
semaines).

d)

Prise de congés annuels

Les congés payés annuels doivent être pris.
Un congé payé de deux semaines continues (ou douze jours ouvrables consécutifs) doit être attribué
au cours de la période du 1er mai au 31 octobre, sauf accord entre les parties.
Lorsque les droits acquis sont inférieurs à douze jours ouvrables, les congés payés doivent être pris
en totalité et en continu.
La dat
e descongésestf
i
xée parl

empl
oy
eur
.Cependant
,dans l
e cadr
e du mul
t
iempl
oy
eur
s,
compte tenu des contraintes professionnelles du salarié, pour lui permettre de prendre effectivement

16

des joursder
epos,l
esdi
f
f
ér
ent
sempl
oy
eur
setl
esal
ar
i
és’
ef
f
or
cer
ontdef
i
xerd’
uncommunaccor
d,
er
er
à compter du 1 janvier et au plus tard le 1 mars de chaque année, la date des congés.
Siunaccor
dn’
estpast
r
ouv
é,l
esal
ar
i
épour
r
af
i
xerl
ui
-même la date de trois semaines en été et une
semaine en hiver, que ces congés soient payés ou sans solde. Il en avertira les employeurs dans les
mêmes délais.

e)

Fractionnement des congés payés

Lorsque les droits à congés payés dépassent deux semaines (ou douze jours ouvrables), le solde des
congés, dans la limite de douze jours ouvrables, peut être pris pendant ou en dehors de la période du
1ermaiau31oct
obr
e,def
açoncont
i
nueounon.Lecongépeutêt
r
ef
r
act
i
onnéparl

empl
oy
eurav
ec
l

accor
ddusal
ar
i
é.
La prise de ces congés, en dehors de la période du 1er mai au 31 octobre, peut donner droit à un ou
deux jours de congés payés supplémentaires pour fractionnement :
-

2 jours ouvrables, si le nombre total de jours ouvrables pris en dehors de la période est de 6
jours ou plus ;
1 jour ouvrable, si le nombre total de jours ouvrables pris en dehors de cette période est de 3,
4 ou 5 jours.

La cinquième semaine ne peut en aucun cas donner droit à des jours supplémentaires de congé pour
fractionnement.

f)

Rémunération des congés payés
er

L’
annéeder
éf
ér
encecour
tdu1 j
ui
ndel

annéepr
écédent
eau31maidel

annéeencour
s.Acet
t
e
date, le point sera fait sur le nombre de jours de congés acquis et la rémunération brute versée au
sal
ar
i
épendantl

annéeder
éf
ér
encehor
si
ndemni
t
és(
ent
r
et
i
en,nour
r
i
t
ur
e…)
.
La rémunération brute des congés est égale :
■s
oi
tàl
ar
émunér
at
i
onbr
ut
equel
esal
ar
i
éaur
ai
tper
çuepourunedur
éed’
accuei
légal
eàcel
l
edu

congépay
é,hor
si
ndemni
t
és(
ent
r
et
i
en,nour
r
i
t
ur
e…)
.
■ soit

ème

au 1/10
de la rémunération totale brute (y compris celle versée au titre des congés payés)
per
çueparl
esal
ar
i
éaucour
sdel

annéeder
éf
ér
ence,hor
si
ndemni
t
és(
ent
r
et
i
en,nour
r
i
t
ur
e…)
.
La solution la plus avantageuse pour le salarié sera retenue.
 Lor
squel

accuei
l
s’
ef
f
ect
uesuruneannéecompl
èt
e:
Lescongéssontr
émunér
ésl
or
squ’
i
l
ssontpr
i
s.
La rémunération due au titre des congés payés se substitue au salaire de base.
 Lor
squel

accuei
l
s’
ef
f
ect
uesuruneannéei
ncompl
èt
e:
La rémunération due au titre descongéspay
éspourl

annéeder
éf
ér
ences’
aj
out
eausal
ai
r
e
mensuel
br
utdebaset
el
quecal
cul
ésui
v
antl

ar
t
i
cl
e7–Rémunération, alinéa 2 b).
Cet
t
er
émunér
at
i
onpeutêt
r
ever
sée,sel
onl

accor
ddespar
t
i
esàpr
éci
seraucont
r
at:
- soit en une seule fois au mois de juin,
- soit lors de la prise principale des congés,
- soit au fur et à mesure de la prise des congés,
è
- soit par 12 chaque mois.
 Lor
squel

accuei
l
estoccasi
onnell
ar
émunér
at
i
ondescongésduss’
ef
f
ect
uesel
onl
ar
ègl
edu
ème
1/10
versée à la fin de chaque accueil.
La rémunération des congés payés a le caractère de salaire ; elle est soumise à cotisations.
Certains congés supplémentaires donnent lieu à rémunération. : voir e) fractionnement du présent
article et congés pour événements familiauxàl

ar
t
i
cl
e13- Autres congés.
Lesi
ndemni
t
és(
ent
r
et
i
en,nour
r
i
t
ur
e…)nesontpasver
séespendantl
escongés.
17

g)

Indemnité compensatrice de congés payés

Lor
sdel
ar
upt
ur
educont
r
atdet
r
avai
l
,qu’
el
l
esoi
tàl

i
ni
t
i
at
i
vedusal
ar
i
éoudel

empl
oy
eur
,le salarié
a droit, sauf en cas de faute lourde, à une indemnité compensatrice correspondant à la rémunération
descongéspay
ésdusetnonpr
i
saut
i
t
r
edel

annéeder
éf
ér
enceetdel

annéeencour
s.

2°) Congés annuels complémentaires
Lor
squ’
i
lestpr
évuaucont
r
atquel

accuei
ls’
ef
f
ect
uesuruneannéei
ncompl
èt
e,l
esal
ar
i
én’
acqui
er
t
pas30j
our
souv
r
abl
esdecongéspay
és.Cependantpourl
uiper
met
t
r
edebénéf
i
ci
erd’
unr
epost
ot
al
de 30 jours ouvrables, il lui est accordé le droit à un congé complémentaire non rémunéré.
La dat
e descongésestf
i
xée parl

empl
oy
eur
.Cependant
,dans l
e cadr
e du mul
t
iempl
oy
eur
s,
compte tenu des contraintes professionnelles du salarié, pour lui permettre de prendre effectivement
des jours de repos, les différents empl
oy
eur
setl
esal
ar
i
és’
ef
f
or
cer
ontdef
i
xerd’
uncommunaccor
d,
er
er
à compter du 1 janvier et au plus tard le 1 mars de chaque année, la date des congés. Si un
accor
dn’
estpast
r
ouvé,l
esal
ar
i
épour
r
af
i
xerl
ui
-même la date de trois semaines en été et une
semaine en hiver, que ces congés soient payés ou sans solde. Il en avertira les employeurs dans les
mêmes délais.

3°) Dispositions communes
 Décompte des congés pris
Quandl
esal
ar
i
épar
tencongé,qu’
i
l
accuei
l
l
eunenf
antàt
empspl
ei
nouàt
empspartiel, le premier
j
ourdev
acancesàdécompt
erestl
epr
emi
erj
ourouv
r
abl
eoùi
laur
ai
tdûaccuei
l
l
i
rl

enf
ant
.
Il convient de décompter tous les jours ouvrables à compter du premier jour de congé tel que défini cidessusj
usqu’
auder
ni
erj
ourouv
r
abl
epr
écédantl
ar
epr
i
sedel

accuei
l
del

enf
ant
.
Unj
ourf
ér
i
échôméi
ncl
usdansunepér
i
odedecongén’
estpasdécompt
éenj
ourouv
r
abl
e.
 Bulletin de paie
Les dates de prise de congés figureront sur le bulletin de paie du mois.

18

Article 13 - Autres congés
Congés pour événements familiaux
Le sal
ar
i
é bénéf
i
ci
er
a,surj
ust
i
f
i
cat
i
on,à l

occasi
on de cer
t
ai
ns év
énement
s,d’
une autorisation
d’
absenceexcept
i
onnel
l
eaccor
déedansl
escondi
t
i
onssui
v
ant
es:
sanscondi
t
i
ond’
anci
ennet
é:
- mariage du salarié
- mar
i
aged’
unenf
ant
- décèsd’
unenf
antouduconj
oi
ntoudupar
t
enai
r
ed’
unPACS
- décèsdupèr
e,del
amèr
e,d’
ungr
and-pèr
eoud’
unegr
and’
mèr
e
- naissance ou adoption
av
eccondi
t
i
ond’
anci
ennet
édet
r
oi
smoi
schezl

empl
oy
eur
:
- décès du beau-père ou de la belle-mère
(c'est-à-di
r
epèr
eoumèr
edel

époux(
se)
)
- décèsd’
unf
r
èr
eoud’
unesoeur

:
:
:
:

4 jours ouvrables,
1 jour ouvrable,
2 jours ouvrables,
1 jour ouvrable,
3 jours ouvrables.

:
:

1 jour ouvrable,
1 jour ouvrable,

:

Ces jours decongédoi
v
entêt
r
epr
i
saumomentdel

év
énement
,ou,enaccor
davecl

empl
oy
eur
,
dans l
es j
our
s quient
our
entl

év
énement
.I
l
s n’
ent
r

nentpas de r
éduct
i
on de l
ar
émunér
at
i
on
mensuel
l
e.En cas de congé pr
i
sà l

occasi
on de l
a nai
ssance ou de l

adopt
i
on, les trois jours
ouv
r
abl
espeuventêt
r
epr
i
sdansl
apér
i
odedequi
nz
ej
our
squient
our
entl

év
énement
.
I
l
ssontassi
mi
l
ésàdesj
our
sd’
accuei
ldel

enf
antpourl
adét
er
mi
nat
i
ondel
adur
éeducongéannuel
.
Dansl
ecasoùl

év
énementper
sonnelobl
i
ger
ait le salarié à un déplacement de plus de 600 km (allerr
et
our
)
,i
lpour
r
ai
tdemanderà l

empl
oy
eurun j
ourouv
r
abl
e suppl
ément
ai
r
e pourconvenance
personnelle, non rémunéré.

Les congés pour convenance personnelle
Des congés pour convenance personnelle,nonr
émunér
és,peuventêt
r
eaccor
désparl

empl
oy
eurà
l
ademandedusal
ar
i
é.Cescongésn’
ent
r
entpasencompt
epourl
ecal
culdel
adur
éedescongés
payés annuels.

Les congés pour appel de préparation à la défense nationale
Uneaut
or
i
sat
i
ond’
absenced’
unj
ourestaccor
déeàt
outj
eunede18à25ansdansl
ebutexcl
usi
fde
par
t
i
ci
peràl

appeldepr
épar
at
i
onàl
adéf
ensenat
i
onal
e.
Cet
t
eabsencen’
ent
r

nepasder
éduct
i
onder
émunér
at
i
onetent
r
eencompt
epourl
ecal
culdel
a
durée des congés payés annuels.

Les congés pour enfants malades
Toutsal
ar
i
éadr
oi
tàbénéf
i
ci
erd’
uncongénonr
émunér
éencasdemal
adi
eoud’
acci
dent
,const
at
é
parcer
t
i
f
i
catmédi
cal
,d’
unenf
antdemoi
nsdesei
z
eansdonti
lal
achar
ge.Ladur
éedececongéest
au maxi
mum det
r
oi
sj
our
sparan.El
l
eestpor
t
éeàci
nqj
our
ssil

enf
antestâgédemoi
nsd’
unanou
si le salarié assume la charge de trois enfants ou plus de moins de seize ans.

19

Article 14 - Absences
Absences du salarié
Toute absence doit être justifiée.
Voir article 13 - Autres congés.
Voir article 17 - Couverture maladie accident.
Absencesdel

enf
ant
Sachantquel
espér
i
odespendantl
esquel
l
esl

enf
antestconf
i
éàl

assi
st
antmat
er
nelsontpr
év
uesau
cont
r
at
,l
est
empsd’
absence nonpr
év
usaucontrat sont rémunérés.
Tout
ef
oi
s,encasd’
absencesdel

enf
antduesàunemal
adi
eouàunacci
dent
,l
or
squel
espar
ent
sne
peuv
entpasconf
i
erl

enf
antmal
adeàl

assi
st
antmat
er
nel
,i
l
sdoi
ventl
uif
ai
r
epar
v
eni
r
,dansl
es48h,
un certificat médical dat
édupr
emi
erj
ourd’
absence.Dèsl
or
s:

1

-

l

assi
st
antmat
er
neln’
estpasr
émunér
épendantl
escour
t
esabsencespourmal
adi
ede
l

enf
ant
,pasnécessai
r
ementconsécut
i
ves,àcondi
t
i
onquel
et
ot
aldecesabsencesne
dépassepas10j
our
sd’
accuei
l
dansl

année,àcompt
erdel
adat
ed’
ef
f
etducont
r
at
.

-

dansl
ecasd’
unemal
adi
equidur
e14j
our
sconsécut
i
f
s,ouencasd’
hospi
t
al
i
sat
i
on,l
e
sal
ar
i
én’
estpasr
émunér
é.Mai
sapr
ès14j
our
scal
endai
r
esconsécut
i
f
sd’
absence,l
es
1
parents décideront soit de rompre le contrat , soit de maintenir le salaire.

Voir Article 18 - Rupture du contrat
20

Article 15 –Surveillance médicale
La FEPEM et les organisations syndicales (C.F.D.T., C.F.T.C., C.G.T., F.G.T.A.-F.O., S.N.P.A.A.M.)
s’
engagentàét
udi
erl
apossi
bi
l
i
t
é demet
t
r
eenpl
aceunsy
st
èmedesurveillance médicale adapté
aux spécificités de la profession, afin que tous les salariés de la branche puissent accéder à la
médecine du travail.

21

Article 16 - Maternité - Adoption - Congé parental - Congé de paternité
a) Dispositions générales :
Les salariés employés par des particuliers bénéficient des règles spécifiques prévues par le code du
travail.
Pendantl
escongésdemat
er
ni
t
é,d’
adopt
i
on,par
ent
aloudepat
er
ni
t
é,l
esal
ai
r
en’
estpasver
sépar
les employeurs.

b) Dispositions particulières :
Lamat
er
ni
t
édel
asal
ar
i
éenepeutêt
r
el
emot
i
fdur
et
r
ai
tdel

enf
ant
.
Pendantl
e congé de mat
er
ni
t
é,dans l

i
nt
ér
êtde l

enf
antetcompt
et
enu des spéci
f
i
ci
t
és de l
a
pr
of
essi
on,not
ammentcel
l
esl
i
éesàl

agr
ément
,empl
oy
euretsal
ar
i
és’
i
nf
or
mentde leurs intentions
quantàl
apour
sui
t
educont
r
at
,av
ecundél
aidepr
év
enanced’
unmoi
saumi
ni
mum av
antl
af
i
ndu
congé de maternité de la salariée.

22

Article 17 - Couverture maladie et accident
Le salarié remplissant les conditions de base définiesàl

annexen°
2: Accord de prévoyance,
aux paragraphes 1- 2. et 2- 2., notamment :
 Avoi
runagr
émentper
met
t
antl

exer
ci
cede l
apr
of
essi
on,encour
sdeval
i
di
t
él
e pr
emi
erj
our
d’
ar
r
êtdet
r
avai
l
;
 Etre immatriculé à la sécurité sociale depuis au moins 12 mois au premier jour du mois où est
sur
v
enuel

i
nt
er
r
upt
i
ondet
r
av
ai
l;

 Avoi
rcot
i
sésurunepér
i
odegl
obal
e des4t
r
i
mest
r
esci
vi
l
spr
écédantl

i
nt
er
r
upt
i
ondet
r
av
ai
lsur
un sal
ai
r
e cumul
é dansl
a pr
of
essi
on d’
assi
st
antmat
er
nelau moi
nségalà 40% du montant
mi
ni
mum de v
i
ei
l
l
esse etd’
i
nval
i
di
t
é,dans l
es condi
t
i
ons f
i
xées parl
a sécur
i
t
é soci
al
e pour
l

ouver
t
ur
edesdr
oi
t
saux prestations en espèces ;

bénéficie :
►encasd’
absencepourmal
adi
eouacci
dent
dûmentconst
at
éeparavi
sd’
ar
r
êtdet
r
avai
ladr
esséàl

empl
oy
eurdansl
es48heur
es,etcont
r
e
v
i
si
t
es’
i
lyal
i
eu,àcondi
t
i
ond’
êt
r
esoi
gnédansunpay
sdel

Uni
onEur
opéenne,d’
uneindemnité
d’
i
ncapaci
t
écompl
ément
ai
r
eà celle de la sécurité sociale.
Cette indemnisation prend effet à partir :
er
- du 1 j
ouri
ndemni
sabl
e parl
asécur
i
t
ésoci
al
eencasd’
acci
dentdut
r
av
ai
let
assimilé
ème
- du 11
jour, pour chaque arrêt, dans les autres cas.
►encasd’
i
nval
i
di
t
ér
econnueparl
asécur
i
t
ésoci
al
e
àunt
auxsupér
i
eurà66%,d’
uner
ent
ed’
i
nv
al
i
di
t
écompl
ément
ai
r
eà celle de la sécurité
sociale.

Ces garanties sont financées par un fonds de prévoyance auquel cotisent employeurs et salariés.
- l

i
ndemnisation résultant des dispositions de la loi de mensualisation (loi n° 78-49 du 1901-78) est financée en totalité par la cotisation des employeurs.
-

l

i
ndemni
sat
i
onaut
i
t
r
edesgar
ant
i
escompl
ément
ai
r
esestf
i
nancéeconj
oi
nt
ementparl
es
cotisations des employeurs et des salariés.

Lescondi
t
i
onsd’
appl
i
cat
i
ondecetar
t
i
cl
esontdéf
i
ni
esdansl

annexen°2 « Accord de prévoyance »
de la présente convention collective nationale.

23

Article 18 - Rupture du contrat
Toute rupture après la fin de l
apér
i
oded’
essaiestsoumi
seauxr
ègl
essui
v
ant
es:
a) Rupt
ur
eàl

i
ni
t
i
at
i
vedel

empl
oyeur
–r
et
r
ai
tdel

enf
ant
L’
empl
oy
eurpeutexer
cersondr
oi
tder
et
r
ai
tdel

enf
ant
.Cer
et
r
ai
tent
r

nel
ar
upt
ur
educont
r
atde
travail.
L’
empl
oy
eurquidéci
dedene plus confier son enfant au salarié,quelqu’
ensoi
tl
emot
i
f
,doit lui notifier
sa décision par lettre recommandée avec avis de réception. La date de première présentation de la
lettre recommandée fixe le point de départ du préavis.
b) Rupt
ur
eàl

i
ni
t
i
ative du salarié - démission
Le sal
ar
i
é quidéci
de de ne pl
us accuei
l
l
i
rl

enf
antconf
i
é peutr
ompr
el
e cont
r
at
.Le sal
ar
i
éf
ai
t
connaître sa décision aux employeurs par lettre recommandée avec avis de réception. La date de
première présentation de la lettre recommandée fixe le point de départ du préavis.

c) Préavis
Hor
spér
i
oded’
essai
,encasder
upt
ur
e,àl

i
ni
t
i
at
i
v
edel

empl
oy
eur(
pourmot
i
faut
r
equel
af
aut
e
gr
av
e ou l
af
aut
el
our
de)ou à l

i
ni
t
i
at
i
v
e du sal
ar
i
é,un pr
éav
i
sestà ef
f
ect
uer
.Sa dur
ée est au
minimum de :
-

15j
our
scal
endai
r
espourunsal
ar
i
éay
antmoi
nsd’
unand’
anci
ennet
éav
ecl

empl
oy
eur;

-

1moi
scal
endai
r
epourunsal
ar
i
éay
antpl
usd’
unand’
anci
ennet
éavecl

empl
oy
eur
.

La période de préavis ne se cumule pas avec une période de congés payés.
Sil
epr
éavi
sn’
estpasef
f
ect
ué,l
apar
t
i
er
esponsabl
edesoni
nexécut
i
ondoi
tver
seràl

aut
r
epar
t
i
e
unei
ndemni
t
éégal
eaumont
antdel
ar
émunér
at
i
onqu’
aur
ai
tper
çuel
esal
ar
i
és’
i
lav
ai
tt
r
av
ai
l
l
é.

d) Régularisation
Sil

accuei
ls’
effectue sur une année incomplète, compte tenu de la mensualisation du salaire, il sera
nécessai
r
e de compar
erl
es heur
es d’
accuei
lr
éel
l
ementef
f
ect
uées,sans r
emet
t
r
e en cause l
es
conditions définies à la signature du contrat, avec celles rémunérées tel que pr
évu à l

ar
t
i
cl
e7Rémunér
at
i
onàl

al
i
néa2b)
.
S’
i
lyal
i
eu,l

empl
oy
eurpr
ocèdeàuner
égul
ar
i
sat
i
on.Lemont
antv
er
séàcet
i
t
r
eestunél
émentdu
salaire, il est soumis à cotisations.

e) Indemnité compensatrice de congés payés
Lors de la ruptur
educont
r
atdet
r
av
ai
l
,qu’
el
l
esoi
tàl

i
ni
t
i
at
i
v
edusal
ar
i
éoudel

empl
oy
eur
,l
esal
ar
i
é
a droit, sauf en cas de faute lourde, à une indemnité compensatrice correspondant à la rémunération
des congés dus.

f)

Indemnité de rupture

En cas de rupture ducont
r
at
,parr
et
r
ai
tdel

enf
ant
,àl

i
ni
t
i
at
i
v
edel

empl
oy
eur
,cel
ui
-ci verse, sauf en
casdef
aut
egr
ave,unei
ndemni
t
éder
upt
ur
eausal
ar
i
éay
antaumoi
ns1and’
anci
ennet
éavecl
ui
.
ème

Cette indemnité sera égale à 1/120

du total des salaires nets perçus pendant la durée du contrat.

24

g)

Rupt
ur
epoursuspensi
onour
et
r
ai
tdel

agr
ément

L’
empl
oy
eurn’
estpasr
esponsabl
edel
ar
upt
ur
educont
r
at
.
Lasuspensi
onoul
er
et
r
ai
tdel

agr
éments’
i
mposeausal
ar
i
éetàl

empl
oy
eur
.Cel
ui
-ci ne peut plus
conf
i
ersonenf
antausal
ar
i
éetl
uisi
gni
f
i
el
er
et
r
ai
tf
or
c
édel

enf
antent
r

nantl
ar
upt
ur
educont
r
atde
travail par lettre, avec avis de réception, à la date de notification de la suspension ou du retrait de
l

agr
émentparl
econsei
lgénér
al
.
Dans ce cas le contrat se trouve rompu sans préavis ni indemnité de rupture, du seul fait de la
suspensi
onoudur
et
r
ai
tdel

agr
ément
.

h) Documents à remettre au salarié en cas de rupture du contrat
Al

expi
r
at
i
onducont
r
at
,quel que soit le motif de la rupture, etmêmeaucour
sdel
apér
i
oded’
essai
,
l

empl
oy
eurdoi
tdél
i
v
r
erausal
ar
i
é:
-

le bulletin de salaire,
un certificat mentionnant la date de début et la date de fin du contrat ainsi que la nature de
l

empl
oi
.
l

at
t
est
at
i
onASSEDI
Cpourl
ui
per
met
t
r
edefaire valoir ses droits.

25

Article 19 –Formation professionnelle
Compte tenu des spécificités de la profession, les négociateurs de la présente convention collective :

estiment que la formation professionnelle est un élément essentiel de la professionnalisation,
affirment leur volonté, dans le cadre qui leur est réservé par la loi n° 2004-391 du 7 avril 2004

publiée au JO du 5 mai 2004,
- d’
i
ni
t
i
erunepol
i
t
i
quedef
or
mat
i
onpr
of
essi
onnel
l
eadapt
éeauxspéci
f
i
ci
t
ésdumét
i
eretdeson
contexte,
- d’
engagerpar
i
t
ai
r
ementunenégoci
at
i
onpourl
ami
seenœuv
r
e

créent une Commission Paritaire Nationale Emploi et Formation Professionnelle (CPNEFP).,

26

Annexe n°1 –Accor
dsurl
emont
antdel

i
ndemni
t
éd’
ent
r
et
i
en
(
Voi
rl

ar
t
i
cl
e8del
apr
ésent
econv
ent
i
oncollective)
L’
i
ndemni
t
éd’
ent
r
et
i
encouv
r
el
esf
r
ai
soccasi
onnésausal
ar
i
éparl

accuei
ldel

enf
ant(voir article 8
de la présente convention collective) :

Par accord paritaire du 21 juin 2004
Lespar
t
enai
r
essoci
auxf
i
xentl
emont
antmi
ni
mum del

i
ndemni
t
éd’
ent
r
et
i
enà: 2,65 €parj
our
née
d’
accuei
l
.

27

Annexe n°2 - Accord de prévoyance
PREAMBULE
Cetaccor
ddét
er
mi
nel
escondi
t
i
onsd’
appl
i
cat
i
ondel

ar
t
i
cl
e17 - Couverture maladie accident
de la Convention Collective Nationale des assistants maternels du particulier employeur.
Compt
et
enuduf
ai
tquel
apr
ot
ect
i
ond’
or
i
gi
nel
égal
eencasdemal
adi
eetd’
acci
dentnes’
appl
i
que
qu’
àpar
t
i
rdes3ansd’
anci
ennet
échezl

empl
oy
eur
,quecet
t
econdi
t
i
onestr
ar
ementr
éal
i
séepourl
es
assistants maternels employés par des particuliers employeurs, les partenaires sociaux ont décidé de
créer un régime de prévoyance assurant une meilleure protection des assistants maternels.
Mut
ual
i
séepourl

ensembl
edesassi
st
ant
smat
er
nel
sempl
oy
éspardespar
t
i
cul
i
er
semployeurs, et
appl
i
cabl
eàt
ous,quelquesoi
tl
et
empsd’
accuei
ldel

enf
ant
,cet
t
egar
ant
i
eestsour
cedecohési
on;
de plus elle participe à la lutte contre le travail dissimulé.
La gestion par un organisme extérieur et la mutualisation de cette garantie apportent aux assistants
maternels une véritable protection sociale et aux particuliers employeurs une simplification de leurs
obligations.
Le présent accord va dans le sens de la reconnaissance de la profession des assistants maternels.

DEFINITIONS GENERALES
Maladie : toute altération de la santé constatée par une autorité médicale compétente et qui nécessite
un traitement médical ou une intervention chirurgicale.
Accident :t
out
eat
t
ei
nt
ecor
por
el
l
enoni
nt
ent
i
onnel
l
edel
apar
tdel

assi
st
antmaternel provenant de
l

act
i
onsoudai
neeti
mpr
év
i
si
bl
ed’
unecauseext
ér
i
eur
e.
Rechute : nouvel arrêt de travail intervenant dans les six (6) mois qui suivent la fin du précédent
arrêt ;c’
estl
asécur
i
t
ésoci
al
equi
déf
i
ni
ts’
i
lyar
echut
eounon.
Salaire de référence : le salaire pris en compte pour la détermination des prestations est le salaire
brut soumis à cotisations sociales et patronales, ce qui exclut donc les indemnités perçues pour les
frais divers (hébergement, nourriture, entretien, trajet …).

28

CHAPITRE I
Gar
ant
i
eencasd’
I
ncapaci
t
édet
r
avai
l

Article 1-1 : OBJET DE LA GARANTIE
Une i
ndemni
t
é compl
ément
ai
r
e d’
i
ncapaci
t
é de t
r
avai
lestv
er
sée aux sal
ar
i
és en ar
r
êtmal
adi
e,
accident de la vie privée, accident de travail et assimilé en complément aux indemnités journalières
versées par la sécurité sociale.

Article 1-2 : BENEFICIAIRES
Peut bénéficier de cette indemnisation tout salarié, à condition :
 d’
av
oi
runagr
émentper
met
t
antl

exer
ci
cedel
apr
of
essi
on,encour
sdev
al
i
di
t
él
epr
emi
erj
our
d’
ar
r
êtdet
r
avai
l
;
 d’
êt
r
ei
mmat
r
i
cul
éàl
asécur
i
t
ésoci
al
edepui
saumoi
nsdouz
e(
12)moi
saupr
emi
erj
ourdumoi
s
oùestsur
v
enuel

i
nt
er
r
upt
i
ondet
r
av
ai
l
;
 d’
av
oi
rcot
i
sésurunepér
i
odegl
obal
e desquat
r
e(
4)t
r
i
mest
r
esci
v
i
l
spr
écédantl

i
nt
er
ruption de
t
r
av
ai
lsurunsal
ai
r
ecumul
édansl
apr
of
essi
ond’
assi
st
antmat
er
nelaumoi
nségalà40% du
mont
antmi
ni
mum dev
i
ei
l
l
esseetd’
i
nv
al
i
di
t
é,dansl
escondi
t
i
onsf
i
xéesparl
asécur
i
t
ésoci
al
e
pourl

ouver
t
ur
edesdr
oi
t
saux prestations en espèces ;
 de justifier, sauf impossibilité absolue, de son incapacité de travail dans les 48 heures, en
adr
essantàl

empl
oy
eurunavi
sd’
ar
r
êtdet
r
av
ai
l
;
 d’
êt
r
esoi
gnésurl
et
er
r
i
t
oi
r
edel

Uni
onEur
opéenne;
 desesoumet
t
r
eàunecont
r
ev
i
si
t
es’
i
lyal
i
eu.

Article 1-3: SALAIRE DE REFERENCE
Pour ces salariés, le salaire de référence servant de base au calcul des « i
ndemni
t
ésd’
i
ncapaci
t
é»
est le salaire mensuel brut moyen, limité au plafond mensuel de la sécurité sociale perçu, par le
salarié dans la prof
essi
ond’
assi
st
antmat
er
nel(
c’
estàdi
r
el
esal
ai
r
esoumi
sàcot
i
sat
i
ons,hor
sf
r
ai
s
d’
ent
r
et
i
en,denour
r
i
t
ur
e,
…)aucour
sdest
r
oi
sder
ni
er
smoi
spr
écédantl
epr
emi
erj
ourd’
ar
r
êtde
travail.
Lesal
ai
r
eder
éf
ér
enceser
econst
i
t
ueàpar
t
i
rdel

i
ndemni
té journalière versée par la sécurité sociale
surl
apar
tdessal
ai
r
esper
çusent
antqu’
assi
st
antmat
er
nel
.
1.3.1 Période incomplète hors congés payés :
En cas de période incomplète (pour embauche en cours de trimestre ou absence pour maladie ou
accident), le salaire de référence est reconstitué au prorata temporis à partir des périodes connues,
conformément au mode de calcul effectué par la sécurité sociale.
1.3.2 Congés payés :
Sil

assi
st
antmat
er
neln’
aaucunsal
ai
r
ev
er
sépendantaumoi
nsunmoi
s,pour raison de congés
payés, le salaire de référence se calcule sur les douze (12) derniers mois précédant le premier jour
d’
ar
r
êtdet
r
avai
l
.
1.3.3 Rechute :
Encasder
echut
e,l
esal
ai
r
eder
éf
ér
encer
et
enuestcel
uiut
i
l
i
sépourl

i
ndemni
sat
i
ondel
apériode
d’
ar
r
êtpr
écédent
e.
Les salaires déclarés pour le calcul des « i
ndemni
t
ésd’
i
ncapaci
t
é» seront ultérieurement vérifiés
av
ecl
essal
ai
r
esquiontser
v
i
debaseaucal
cul
decot
i
sat
i
ons,av
ecr
égul
ar
i
sat
i
ons’
i
lyal
i
eu.

29

Article 1-4 : MONTANT DES INDEMNITES D’
INCAPACITE
Lemont
antdel

i
ndemni
t
éj
our
nal
i
èr
ed’
i
ncapaci
t
éestcal
cul
édansl
escondi
t
i
onssui
vant
es:
a) La garantie de base totale mensuelle est égale à 76% du salaire brut de référence, plafonné à
100% du salaire net de référence ;
ème

b) La garantie de base totale journalière est égale au 1/30

de la garantie mensuelle ;

c)L’
i
ndemni
t
éj
our
nal
i
èr
ed’
i
ncapaci
t
écompl
ément
ai
r
edueausal
ar
i
épourt
ousl
esj
our
scal
endai
r
es
indemnisables, est égale à la garantie de base totale journalière définie ci-dessusmoi
nsl

i
ndemni
t
é
journalière de sécurité sociale, prise en compte avant déduction des prélèvements sociaux appliqués
aux prestations en espèces de la sécurité sociale.
Tout
ef
oi
s,pourt
eni
rcompt
e du f
ai
tque l

i
nt
ér
essé peutper
cevoi
rdes indemnités de la sécurité
soci
al
e pourdessal
ai
r
esper
çusendehor
sdel
apr
of
essi
ond’
assi
st
antmat
er
nel
,cet
t
ei
ndemni
t
é
journalière sera recalculée à partir du salaire de référence ayant servi à calculer la garantie de base
totale journalière.
Article 1-5 : DELAI DE CARENCE
L’
i
ndemni
t
éd’
i
ncapaci
t
épr
endef
f
etàcompt
erdu:
 pr
emi
erj
ouri
ndemni
sabl
eparl
asécur
i
t
ésoci
al
eencasd’
ar
r
êtpouracci
dentdut
r
av
ai
l
,mal
adi
e
professionnelle ou accident de trajet, reconnu comme accident de travail par la sécurité sociale ;
 onz
i
èmej
ourd’
absencedansl
esaut
r
escas; cette carence est appliquée à chaque arrêt, sauf en
casder
echut
epourl
aquel
l
el
asécur
i
t
ésoci
al
en’
appl
i
queaucunecar
ence.
Article 1-6 : DUREE DE L’
INDEMNISATION
L’
i
ndemni
sat
i
onaut
i
t
r
edel

i
ncapaci
t
épr
endf
i
n,pourunassi
st
antmat
er
nelenact
i
vi
t
éaupr
emi
erj
our
d’
ar
r
êt:
 à la cessation du paiement des indemnités journalières par la sécurité sociale,
 ouàl
adat
ed’
ef
f
etd’
uner
ent
ed’
i
nval
i
di
t
é,
 ouaupr
emi
erj
ourd’
ef
f
etdela retraite,
ème
 ou au 65
anni
ver
sai
r
edel

i
nt
ér
essé.
Dansl
ecaspar
t
i
cul
i
eroùl

agr
émentdel

assi
st
antmat
er
nelestsuspendu,l

i
ndemni
sat
i
onaut
i
t
r
ede
l

i
ncapaci
t
épr
endf
i
n :
- à la cessation du paiement des indemnités journalières par la sécurité sociale au terme de
l

ar
r
êt
,sil

agr
émentn’
estpasr
et
i
r
é;
- à la cessation du paiement des indemnités journalières par la sécurité sociale limité au
der
ni
erj
ourd’
unepér
i
odedesuspensi
onquinepeutexcéder90j
our
s.

Article 1-7 : SALARIES DE PLUS DE 65 ANS
Si un salarié en activité au-del
àde65ansset
r
ouveenar
r
êtdet
r
av
ai
lj
ust
i
f
i
antl

i
ndemni
sat
i
onpr
év
ue
ème
aupr
ésentchapi
t
r
e,l
adur
éed’
i
ndemni
sat
i
ons’
ar
r
êt
eau90 j
our d’
ar
r
êtcont
i
nu.

30

CHAPITRE II
Gar
ant
i
eencasd’
I
nval
i
di
t
é

Article 2-1 : DEFINITION DE LA GARANTIE
ème

ème

Uner
ent
ed’
i
nv
al
i
di
t
é 2 ou 3
aux salariés définis ci-dessous.

catégorie complémentaire à celle de la sécurité sociale est versée

Article 2-2 : BENEFICIAIRES
Peutbénéf
i
ci
erdecet
t
er
ent
ed’
i
nv
al
i
di
t
ét
outsalarié, à condition :
 d’
av
oi
runagr
émentper
met
t
antl

exer
ci
cedel
apr
of
essi
on,encour
sdev
al
i
di
t
él
epr
emi
erj
our
d’
ar
r
êtdet
r
avai
l
;
 d’
êt
r
ei
mmat
r
i
cul
éàl
asécur
i
t
ésoci
al
edepui
saumoi
nsdouz
e(
12)moi
saupr
emi
erj
ourdumoi
s
où est survenu l’
i
nt
er
r
upt
i
ondet
r
avai
l
;
 d’
av
oi
rcot
i
séaucour
sdesquat
r
e(
4)t
r
i
mest
r
esci
v
i
l
spr
écédantl

i
nt
er
r
upt
i
ondet
r
av
ai
lsurun
sal
ai
r
ed’
assi
st
antmat
er
nelaumoi
nségalà40% dumont
antmi
ni
mum dev
i
ei
l
l
esseetd’
i
nv
al
i
di
t
é
dans les conditions fixées par l
asécur
i
t
ésoci
al
epourl

ouver
t
ur
edesdr
oi
t
senr
ent
ed’
i
nv
al
i
di
t
é;
ème

ème

 de percevoir une pension pour une invalidité de 2
ou 3
travail pour une invalidité égale ou supérieure à 66 % ;

catégorie, ou une rente accident de

 d’
êt
r
esoi
gnésurl
et
er
r
i
t
oi
r
edel

Uni
onEur
opéenne;
 desesoumet
t
r
eàunecont
r
ev
i
si
t
es’
i
lyal
i
eu.

Article 2-3: SALAIRE DE REFERENCE
Pourcessal
ar
i
és,l
esal
ai
r
eder
éf
ér
enceser
v
antdebaseaucal
culdel
ar
ent
ed’
i
nv
al
i
di
t
éestl
e
salaire annuel brut moyen limité au plafond annuel de la sécurité sociale perçu par le salarié dans la
pr
of
essi
ond’
assi
st
antmat
er
nel(
c’
estàdi
r
el
esal
ai
r
esoumi
sàcot
i
sat
i
on,hor
sf
r
ai
sd’
ent
r
et
i
en,de
nour
r
i
t
ur
e,
…)aucour
sdesquat
r
eder
ni
er
st
r
i
mest
r
esc
i
vi
l
spr
écédantl

ar
r
êtdet
r
av
ai
linitial.

Article 2-4 : MONTANT DE LA RENTE D’
INVALIDITE
Lemont
antdel
ar
ent
eannuel
l
ed’
i
nval
i
di
t
éestégalà90% du salaire de référence net de charges
sociales annuel moins la pension ou rente annuelle réelle de la sécurité sociale avant déduction des
prélèvements sociaux appliqués à ce revenu de remplacement. Toutefois, pour tenir compte du fait
quel

i
nt
ér
essépeutper
cev
oi
runepensi
onouuner
ent
epourdessal
ai
r
esper
çusendehor
sdel
a
pr
of
essi
ond’
assi
st
antmat
er
nel
,el
l
eser
ar
ecal
cul
éesurla base du salaire de référence défini dans
l

ar
t
i
cl
e2-3.

Article 2-5 : DUREE DE L’
INDEMNISATION
L’
i
ndemni
sat
i
onaut
i
t
r
edel

i
nv
al
i
di
t
épr
endf
i
n:
 encasd’
ar
r
êtduv
er
sementdel
apensi
onoudel
ar
ent
edel
asécur
i
t
ésoci
al
e,
 ouàl
adat
ed’
ef
f
et de la retraite,
ème
 ou au plus tard au 60
anni
v
er
sai
r
edel

i
nt
ér
essé.

31

CHAPITRE III
Clauses communes

Article 3-1 : PRISE EN CHARGE DES ARRETS DE TRAVAIL
er

En application du 1 al
i
néadel

ar
t
i
cl
e2del
al
oin°
89-1009 du 31/12/1989, sont pris en charge tous
l
esar
r
êt
sdet
r
avai
lsur
venusàcompt
erdel
adat
ed’
appl
i
cat
i
ondel
apr
ésent
econv
ent
i
oncol
l
ect
i
v
e,
quel
quesoi
tl

ét
atdesant
éant
ér
i
eurdusal
ar
i
é.
Sontégal
ementpr
i
senchar
gel
esar
r
êt
sdet
r
avai
lencour
sàl
adat
ed’
appl
i
cat
i
ondel
aprésente
conv
ent
i
oncol
l
ect
i
v
esil
esal
ar
i
éàcet
t
edat
eestencour
sd’
i
ndemni
sat
i
onàcet
i
t
r
e,enappl
i
cat
i
on
d’
uneobl
i
gat
i
onl
égal
eoucont
r
act
uel
l
e,avecpai
ementdeschar
gessoci
al
essurl
escompl
ément
sde
salaire versés justifiant le maintien de salaire du contrat de travail du salarié.
Danscecadr
el
esal
ar
i
éser
ai
ndemni
séparl

empl
oy
euroul

or
gani
smeassur
eurj
usqu’
àl
af
i
ndeses
dr
oi
t
sl
égaux oucont
r
act
uel
s,l

i
nst
i
t
ut
i
ondepr
év
oy
ancepr
endr
al
er
el
ai
sapr
èscet
t
epér
i
ode.

Article 3-2 : EXCLUSIONS
Sontexcl
usdesi
ndemni
sat
i
onscompl
ément
ai
r
esàcel
l
espr
év
uesparl

ar
t
i
cl
e7del

accor
dnat
i
onal
interprofessionnel du 10/12/1977 annexé à la loi n°78-49 du 19/01/1978, les arrêts de travail qui sont
la conséquence :
-

de blessures et mutilations volontaires ;
d’
acci
dent
soumal
adi
esdusàdesf
ai
t
sdeguer
r
eét
r
angèr
eouci
v
i
l
el
or
squel
aFr
anceest
partie belligérante ;
del

usaged’
engi
nàmot
euràl

occasi
ondecompét
i
t
i
onsouder
al
l
y
esdevi
t
esse;
d’
acci
dent
setmal
adi
esdusà un t
remblement de terre ou à la désintégration du noyau
atomique.

Article 3-3 : PAIEMENT DES INDEMNITES ET RENTES COMPLEMENTAIRES
Les indemnités et rentes complémentaires nettes de charges sociales sont versées directement au
sal
ar
i
éparl

i
nst
i
t
ut
i
ongest
i
onnaire

Article 3-4: REVALORISATION DES INDEMNITES ET RENTES COMPLEMENTAIRES
Les salaires de référence définis ci-dessus, servant de base au calcul des indemnités et rentes
complémentaires, sont revalorisés dans les mêmes proportions et aux mêmes dates que le salaire
hor
ai
r
e mi
ni
mum br
utde base t
elque déf
i
nià l

ar
t
i
cl
e 7.
1 de l
a pr
ésent
e convent
i
on col
l
ect
i
v
e
ème
nationale (1/8
du salaire statutaire brut journalier).

Article 3-5 : CHARGES SOCIALES
Les charges sociales, patronales et salariales, correspondant aux i
ndemni
t
és d’
i
ncapaci
t
é
complémentaires versées au salarié avant rupture de son contrat de travail, sont calculées et prises
enchar
geparl

i
nst
i
t
ut
i
ongest
i
onnai
r
eetver
séesparel
l
eàl

URSSAFcompét
ent
e.
Les prélèvements sociaux applicabl
esauxi
ndemni
t
ésd’
i
ncapaci
t
é(
ver
séesapr
èsr
upt
ur
educont
r
at
de t
r
avai
ldu sal
ar
i
é)etaux r
ent
es d’
i
nv
al
i
di
t
é,sontdédui
t
s des gar
ant
i
es déf
i
ni
es ci
-dessus,
conf
or
mémentàl
al
égi
sl
at
i
onenvi
gueur
,etv
er
sésparl

i
nst
i
t
ut
i
onàl

URSSAFcompét
ent
e.

32

Article 3-6 : MONTANT DES COTISATIONS
1. Assiette des cotisations
L’
assi
et
t
e descot
i
sat
i
onsestl

assi
et
t
er
et
enue pourl
escot
i
sat
i
onsde sécur
i
t
é soci
al
el
i
mi
t
ée au
plafond mensuel de la sécurité sociale.

2. Montant des cotisations
2,
30% del

assi
et
t
e des cotisations :
- 1,15 % à la charge des employeurs,
- 1,15 % à la charge des salariés.

Article 3-7 : DEMANDE DE VERSEMENT DES INDEMNITES ET RENTES COMPLEMENTAIRES
1. Décl
ar
at
i
ondel

ar
r
êtdet
r
avai
l
L’
ar
r
êtdet
r
av
ai
lestàdécl
ar
eràl

or
gani
smegest
i
onnai
r
e,aumoy
end’
undocumentf
our
niparcel
ui
-ci
et accompagné des justificatifs précisés dans ce document.
Cette déclaration est faite :
 parl
epar
t
i
cul
i
erempl
oy
eursi
l
esal
ar
i
én’
aqu’
unseulempl
oy
eur;
 par le salarié lui-mêmes’
i
lapl
usi
eur
sparticuliers employeurs ; ceux-ci fourniront au salarié tous
les documents utiles à cette déclaration, dans les quinze jours qui suivent la demande.
2. Pr
ol
ongat
i
ondel

ar
r
êtdet
r
avai
l
Lesdemandes de r
embour
sementpourpr
ol
ongat
i
on de l

ar
r
êtde t
r
av
ai
lpourront être faites par
l

i
nt
ér
essél
ui
-même.

Article 3-8 : CONTROLE MEDICAL
Tousl
essal
ar
i
ési
ndemni
séssontt
enusdese soumet
t
r
eauxcont
r
ôl
esmédi
cauxque l

i
nst
i
t
ut
i
on
jugera utile de pratiquer, dans les conditions définies au règlement intérieur de l

i
nst
i
t
ut
i
on
gestionnaire.

33

CHAPITRE IV
Dispositions Générales

Article 4-1 : INSTITUTION GESTIONNAIRE
Les signataires de cet accord collectif, fidèles à leur démarche de structuration de la profession,
dési
gnentl

or
gani
smechar
gédel
agest
i
ondu présent accord.
Lamut
ual
i
sat
i
ondesr
i
squesausei
nd’
unmêmeor
gani
smegest
i
onnai
r
eper
metdegar
ant
i
rl

accès
auxpr
est
at
i
onsàt
ousl
essal
ar
i
és,quelquesoi
tl
eurét
atdesant
édèsl
adat
ed’
ef
f
etdupr
ésent
accord.

Article 4-2 : SALARIES COUVERTS ANTERIEUREMENT PAR UN AUTRE REGIME DE PREVOYANCE
Lorsque les salariés étaient garantis antérieurement :
a) A un niveau au moins égal au présent accord :
Pourl
essal
ar
i
ésencour
sd’
ar
r
êtdet
r
av
ai
làl
adat
ed’
ef
f
etdecetaccor
d,i
ndemni
sésparunautre
r
égi
me de pr
év
oy
ance et dont l

empl
oy
eur r
el
ève désor
mai
s du pr
ésent accor
d, l

i
nst
i
t
ut
i
on
gestionnaire ne prendra en compte que le montant des revalorisations additionnelles des prestations
versées en complément des indemnités de la sécurité sociale.
Les par
t
i
cul
i
er
s empl
oy
eur
s etl
es sal
ar
i
és quiaur
ai
entconcl
u ant
ér
i
eur
ementaupr
ès d’
un aut
r
e
assur
eurun cont
r
atde pr
év
oy
ance compor
t
antdes gar
ant
i
es pl
us i
mpor
t
ant
es pour
r
ont
,s’
i
l
sl
e
dési
r
ent
,concl
ur
euncont
r
atcompl
ément
ai
r
eavecl

or
gani
smedésigné pour maintenir les garanties
précédentes.
Cette adhésion sera acceptée sans questionnaire médical, ni stage, si elle est réalisée dans les trois
moi
squisui
v
entl
a dat
e d’
ef
f
etde l
ar
ési
l
i
at
i
on du cont
r
atant
ér
i
eur
,r
éal
i
sée dansl
escondi
t
i
ons
déf
i
ni
esàl

ar
t
i
cl
e4-1 ci-dessus.
b) A un niveau inférieur au présent accord :
Les employeurs qui auraient souscrit un contrat de prévoyance comportant des garanties ayant le
même niveau de prestations que celles instituées par le présent accord disposer
ontd’
undél
aipour
résilier le contrat antérieurement souscrit. Ce délai expire à la première échéance susceptible
d’
i
nt
er
v
eni
r(
en r
espect
antl
e pr
éavi
scont
r
act
uel
)
,post
ér
i
eur
eàl
a dat
eàl
aquel
l
el
esi
nt
ér
essés
auront été informés de leurs nouvelles obl
i
gat
i
ons,àdéf
autàl
adat
ed’
ef
f
etdupr
ésentaccor
d.

Article 4-3 : PAIEMENT DES COTISATIONS
Les cotisations « prévoyance »sontappel
éesparl

i
nt
er
médi
ai
r
edesURSSAF.El
l
essontver
séespar
celles-ciàl

or
gani
smegest
i
onnai
r
e.

Article 4-4 : COMMISSION DE SUIVI
Une commission paritaire composée des signataires de cet accord est chargée de suivre les résultats
techniques engendrés par son application.
Chaqueannéecet
t
ecommi
ssi
onpr
endr
aconnai
ssancedesbi
l
ansetcompt
esder
ésul
t
at
sdel

année
ci
v
i
l
epr
écédent
epr
ésent
ésparl
adi
r
ect
i
ondel

or
gani
smegest
i
onnai
r
e.

34

Tout
emodi
f
i
cat
i
onqu’
i
lser
ai
tut
i
l
ed’
appor
t
eràl
apr
ésent
eannexeser
apr
ésent
éeàl
acommi
ssi
on
paritaire signataire de cet accord.

Article 4-5 : REEXAMEN DE L’
ACCORD
Conformément à la loi n°94678 du 8 août 1994, avant la fin de la cinquième année de fonctionnement,
les signataires examineront les résultats techniques, financiers et la qualité de service du gestionnaire
etr
enouvel
l
er
ontounonl
adési
gnat
i
ondel

i
nst
i
t
ut
ion gestionnaire.
Encasdemodi
f
i
cat
i
onoudedénonci
at
i
ondupr
ésentaccor
dent
r

nantchangementd’
or
gani
sme
gestionnaire, les prestations en cours seront maintenues à leur niveau atteint à la date de
changementd’
or
gani
sme.Les nouv
el
l
es r
eval
or
i
sat
i
ons seront prises en charge par le nouvel
assureur. Cette revalorisation sera au moins aussi favorable que celle du régime géré par l'ancien
gestionnaire.

Article 4-6 : DISPOSITIONS D’
ORDRE GENERAL
Les conditions générales non incluses dans le présent accord sont celles définies par la législation en
vigueur et par le règlement de l'organisme gestionnaire.

35

Annexe n° 3 - Accord sur le développement de la négociation collective

EXPOSE DES MOTIFS

A ce jour, la branche professionnelle recense plus de 600 000 particuliers employeurs et 260 000
assistants maternels. Près de 10% des employeurs et des salariés se situent en Ile de France et 90%
se répartissent sur le reste du territoire français, urbain et rural.
L’
accuei
lparunassi
st
antmat
er
nel
,sal
arié du particulier employeur, est le premier mode de garde
individuel des enfants entre 0 et 6 ans.
Del
aqual
i
t
édel
ar
el
at
i
onquis’
ét
abl
i
tent
r
eempl
oy
euretsal
ar
i
édépendl
ebi
en-être de(s) enfant(s)
confié(s).
La situation de travail est particulière :cet
t
epr
of
essi
ons’
exer
ceaudomi
ci
l
edel

assi
st
antmat
er
nel
.
L’
assi
st
antmat
er
neldupar
t
i
cul
i
erempl
oy
eurdoi
têt
r
et
i
t
ul
ai
r
ed’
unagr
émentdél
i
v
r
éparl
epr
ési
dent
duconsei
lgénér
al
.Dansl
ecadr
edecetagr
ément
,l

assi
st
antmat
er
nelpeutaccueillir les enfants de
familles différentes.
Pourcesr
ai
sons,desdi
sposi
t
i
onsde dr
oi
tcommun du code du t
r
av
ai
lne s’
appl
i
quentpasaux
assi
st
ant
smat
er
nel
s.C’
estpour
quoi
,l
esdi
sposi
t
i
onsdel
aconvent
i
oncol
l
ect
i
v
enat
i
onal
econst
i
t
uent
une partie importante des règles juridiques régissant les relations individuelles de travail entre
l

empl
oy
euretl

assi
st
antmat
er
nel
.
Or
,pourpr
év
eni
rl
esr
i
squesdel
i
t
i
ge,etpr
éser
v
erl
esi
nt
ér
êt
sdel

enf
ant
,etmai
nt
eni
rl
aqual
i
t
édel
a
relation de travail, la connaissance de la convention collective nationale des assistants maternels est
essentielle.
En outre, cette convention collective doit pouvoir évoluer en fonction des besoins et des mutations de
la profession.
Or, le constat révèle que l'isolement tant du particulier employeur que de son salarié et la pluralité de
particuliers employeurs pour un même assistant maternel ne permettent pas d'organiser efficacement
l
'
i
nf
or
mat
i
on etl
a concer
t
at
i
on nécessai
r
es à l
a connai
ssance età l

évol
ut
i
on de l
a convention
collective et empêchent chacun de participer à la vie de son organisation respective.
Cette situation nécessite notamment des moyens importants pour assurer la communication
nécessai
r
eàl

appl
i
cat
i
ondel
aconv
ent
i
oncol
l
ect
i
venat
i
onal
eetàson évolution.
L’
obj
etdupr
ésentaccor
destdemobi
l
i
serl
esmoy
ensf
i
nanci
er
snécessai
r
esaudév
el
oppementdel
a
négoci
at
i
oncol
l
ect
i
v
eetàl

exer
ci
cedel
ar
epr
ésent
at
i
onsyndicale et constitue un début d'adaptation
des droits collectifs de ces salariés.

36

CHAPITRE PRELIMINAIRE
Champ d'application
Sont concernés par le présent accord les assistants maternels et les particuliers employeurs définis
dans le champ d'application de la convention collective nationale des assistants maternels du
particulier employeur.

CHAPITRE I
Dispositions relatives à l'organisation de la négociation collective
dans la branche des assistants maternels du particulier employeur
er

Article I-1
Aide au paritarisme
De nombreux textes légaux ou conventionnels visent, depuis plusieurs années, à élargir la
reconnaissance du droit syndical à tout salarié. Les organisations syndicales représentatives au plan
national des employeurs et des salariés de la branche ayant négocié la présente convention collective
nationale constatent qu’
en r
ai
son des condi
t
i
ons d’
exer
ci
ce des empl
oi
s de l
a br
anche
professionnelle, de telles dispositions sont actuellement difficilement applicables.
Pourper
met
t
r
eàl
abr
anchepr
of
essi
onnel
l
edef
onct
i
onner
,c’
estàdi
r
eauxor
gani
sat
i
onssy
ndi
cal
es
desal
ar
i
ésetd’
empl
oy
eur
sr
epr
ésent
at
i
v
esdansl
echampdel
aconv
ent
i
oncol
l
ect
i
venat
i
onal
edes
assi
st
ant
smat
er
nel
sd’
exer
cerl
eur
smi
ssi
onsetaf
i
n de f
av
or
i
serl

act
ual
i
sat
i
on etl

appl
i
cat
i
on de
ladite convention collective ainsi que de tout accord paritaire, notamment du fait de leur extension, ces
or
gani
sat
i
onsdéci
dentdeconst
i
t
uerunf
ondscommund’
ai
deauf
onct
i
onnementdupar
i
t
ar
i
sme.
Ce fonds permettra de couvrir les frais relatifs aux réunions et missions paritaires engagés par ces
organisat
i
onsr
epr
ésent
at
i
vesqu’
el
l
essontamenéesàdéci
derenv
uedef
avor
i
serl

act
ual
i
sat
i
onet
l

appl
i
cat
i
on har
moni
euse de l
a conv
ent
i
on col
l
ect
i
v
e,ai
nsique de t
out accor
d par
i
t
ai
r
e, et
notamment les frais :
-

desecr
ét
ar
i
at
,d’
ét
abl
i
ssementdur
appor
tdebr
ancheconf
or
mémentàl

ar
t
i
cl
eL.
132-12
du code du travail ;

-

l
i
ésàl
adi
f
f
usi
ond’
i
nf
or
mat
i
onsr
el
at
i
v
esàl
aconv
ent
i
oncol
l
ect
i
v
enat
i
onal
e,àt
outaccor
d
paritaire et à leur extension ;

-

de conseils et de renseignements ;

-

deconsul
t
at
i
ond’
exper
t
setr
éal
i
sat
i
ond’
ét
udespouraménagerl
est
ext
esact
uel
l
ementen
v
i
gueurouobser
verl

év
ol
ut
i
ondesempl
oi
s,

-

liés à la CPNEFP.

Le fonds est alimenté par une contribution des employeurs égale à 0,12 % du montant des salaires
bruts soumis à cotisation.

37

Article I-2
Organisation de la négociation collective
A l'occasion de chaque réunion paritaire nationale convoquée en vue de la négociation, de la révision
ou de la mise en application d'accords paritaires, chaque organisation syndicale de salariés
représentative au niveau national dans le champ d'application de l'accord peut inclure dans sa
délégation un maximum de trois représentants.Lor
squ’
el
l
eestcomposéedepl
usd’
unmembr
e,i
ldoi
t
y avoir au moins un assistant maternel relevant du champ d'application de la convention collective,
mandaté par son organisation.
Le nombre total de salariés ainsi définis ne peut être supérieur à 15 pour une même réunion.

Article I-3
Participation à la négociation collective
Les assistants maternels désignés à l'article I-2 bénéficient de l'autorisation de s'absenter de leur lieu
de travail pour participer à une réunion paritaire, sur présentation à l'employeur d'une convocation
écrite.
Pour participer aux réunions paritaires nationales convoquées à l'initiative de l

or
gani
sat
i
onnat
i
onal
e
d'
empl
oy
eur
sr
epr
ésent
at
i
ve,l

assi
st
antmat
er
nelbénéf
i
ci
e d'
une aut
or
i
sat
i
on d'
absence s'
i
lj
ust
i
f
i
e
d'un mandat de son organisation syndicale (le mandat étant une lettre d'accréditation pour la réunion
précisant notamment l'objet, le lieu et l'heure) et s'il prévient ses employeurs au moins 12 jours
ouvrables avant la date de la réunion paritaire, sauf cas de force majeure. Les heures de travail non
effectuées du fait de ces absences sont assimilées à des heures de travail effectif.
Pour ce faire, les convocations écrites devront parvenir aux organisations syndicales de salariés
représentatives au plan national au moins 30 jours avant la date de la réunion.
Chaque assistant maternel désigné à l'article I-2 a le droit de s'absenter pour participer aux réunions
paritaires nationales dans la limite de 18 heures par trimestre.
Compt
et
enu de l

i
sol
ementdu par
t
i
cul
i
erempl
oy
eur
,l
es or
gani
sat
i
ons sy
ndi
cal
es de sal
ar
i
és et
d'employeurs représentatives au niveau national participant aux négociations de la convention
col
l
ect
i
ve nat
i
onal
e met
t
r
ontt
outen œuv
r
e pourév
i
t
erque l

assistant maternel du particulier
employeur, mandaté par son organisation syndicale, ne cumule plusieurs mandats afin de limiter ainsi
le nombre de réunions pour un même assistant maternel.
Ces heures ne donnent pas lieu de la part des employeurs concernés à déduction du salaire mensuel
des salariés intéressés. Elles ne sont pas imputables sur les congés payés.
Le maintien du salaire correspondant à ces heures est pris en charge par le fonds du paritarisme tel
que défini à l'article III-3.
Les heures passées en réunion et en transport qui ne sont pas comprises dans l'horaire habituel de
travail des intéressés ne sont pas rémunérées par le ou les employeurs. L'association paritaire
er
nat
i
onal
e,vi
sée à l

ar
t
i
cl
eI
I
-1 du présent accord, doit prendre en compte, le cas échéant, les
situations particulières.
Les frais de déplacement de la délégation salariale sont pris en charge dans les conditions définies
er
par l'association paritaire nationale visée à l'article II-1 du présent accord.

Article I-4
Participation à des réunions de préparation ou de suivi
Chaque fois que des assistants maternels du particulier employeur sont appelés à participer à une
réunion de préparation ou de suivi de la négociation collective organisée par les organisations
syndicales représentatives au plan national, il appartient à ces organisations de déterminer de quelle
façon et dans quelles limites il convient de faciliter cette participation.

38

Lesf
r
ai
sdedépl
acementsontpr
i
senchar
gedansl
escondi
t
i
onsdéf
i
ni
esparl

associ
at
i
onpar
i
t
ai
r
e
er
nat
i
onal
ev
i
séeàl

ar
t
i
cl
eI
I
-1 du présent accord. Elle doit prendre en compte, le cas échéant, les
situations particulières.
CHAPITRE II
Créationd’
uneassoci
at
i
onpar
i
t
ai
r
e
er

Article II-1
Création d'une association paritaire
Il est créé conformément à la loi du 1/07/1901 une association paritaire dite « association paritaire
nationale des assistants maternels du particulier employeur» dont les modalités précises de
const
i
t
ut
i
onetdef
onct
i
onnement
,not
ammentl
agest
i
ondesf
ondsper
çus,f
er
ontl

obj
etd’
unaccor
d
ent
r
el
esor
gani
sat
i
onsdesal
ar
i
ésetd’
empl
oy
eur
sr
epr
ésent
at
i
f
saupl
annat
i
onaldansl
echamp
d’
appl
i
cat
i
ondel
aconvent
i
oncol
lective nationale des assistants maternels.

Article II-2
Objet social
L’
obj
etdecet
t
eassoci
at
i
onestdef
i
nancerl

i
nf
or
mat
i
on,l

ani
mat
i
on,l
esf
r
ai
sdedépl
acementetl
es
rémunérations ou indemnités de perte de revenus des salariés et des employeurs désignés par leur
organisation syndicale ou professionnelle pour participer à la négociation collective de la convention et
desaccor
dsconcl
usdansl
echampd’
appl
i
cat
i
ondupr
ésentaccor
dnat
i
onal
.
Danscebut
,l

associ
at
i
onpar
i
t
ai
r
er
ecuei
l
l
eetgèr
eles cotisations qui lui sont affectées ainsi que les
subventions, dons et legs qui lui sont accordés.

Article II-3
La durée de cette association est illimitée.

Article II-4
Membr
esdel

associ
at
i
on
L'
associ
at
i
onsecomposedel

ensembl
edesor
gani
sat
ions qui ont négocié et signé la convention
collective nationale des assistants maternels du particulier employeur :
- La Fédération des services C. F. D. T.,
- La Fédération C. F. T. C. Santé et Sociaux Secteur des emplois de la famille,
- La Fédération des personnels du commerce de distribution et des services C. G. T.,
- LaFédér
at
i
onGénér
al
edesTr
av
ai
l
l
eur
sdel

al
i
ment
at
i
on,del

agr
i
cul
t
ur
e,etdessect
eur
s
connexes F. G. T. A. / F. O.,
- Le Syndicat National Professionnel des Assistantes et Assistants Maternels (S.N.P.A.A.M),

et de la Fédération Nationale des Particuliers Employeurs F E P E M, organisation d'employeurs
représentative dans le champ d'application de la convention collective nationale de travail des
assistants maternels du particulier employeur.

39

Article II-5
L’
associ
at
i
onestadmi
ni
st
r
éeparuncomi
t
édegest
i
oncomposéde10membr
esr
épar
t
i
scommesui
t:
- 5 représentants de la FEPEM, organisation d'employeurs représentative dans le champ
d’
appl
i
cat
i
on del
aconv
ent
i
oncollective nationale citée à l'article II-5 ;
- 5 représentants des syndicats de salariés dont 4 représentants des fédérations affiliées aux
confédérations représentatives : CFDT, CFTC, CGT, F.G.T.A. - FO, et un représentant du
syndicat professionnel : SNPAAM.
Les membres absents peuvent donner pouvoir à un représentant de leur collège.

Article II-6
Composition et rôle du bureau
Le bur
eau de l
'
associ
at
i
on estcomposé d'
un pr
ési
dent
,d’
un vi
ce-président, d'un trésorier, d'un
trésorier-adj
oi
nt
,d’
unsecr
ét
ai
r
eetd’
unsecr
ét
ai
r
e-adjoint désignés au sein du comité de gestion.
Ces postes sont occupés alternativement par un représentant de l'organisation d'employeurs et par un
représentant des syndicats de salariés.
Les titulaires des postes de président, vice-président, trésorier, trésorier-adjoint, secrétaire et
secrétaire-adjoint doivent être issus de collèges différents.
Ladur
éedel
eur
smandat
sestdedeuxansàcompt
erdel
adat
ed’
appl
i
cat
i
ondupr
ésentaccor
d.
Le président et le trésorier assurent l'exécution des tâches courantes. Ils tiennent la comptabilité et
gèrent le compte bancaire de l'association. Pour chaque chèque émis, la double signature du
président et du trésorier est nécessaire.
Le président peut se faire remplacer par le vice-président, le trésorier par le trésorier-adjoint et le
secrétaire par le secrétaire-adjoint.
Lesf
r
ai
sdegest
i
onadmi
ni
st
r
at
i
ve,compt
abl
eetf
i
nanci
èr
edel

associ
at
i
onsontf
i
nancésparl
esf
onds
collectés (voir article III-2 : Affectation du montant des cotisations recueillies).

Article II-7
L'association est représentée en justice et dans tous les actes de la vie civile par son président.

Article II-8
Rôle du comité de gestion
Le comité de gestion se réunit au moins une fois par trimestre pour procéder au contrôle et à la
répartition des sommes collectées au titre de l'article I-1er du présent accord de la convention
collective.
Cette répartition s'effectue selon les termes de l'article III-3.
Il est tenu un procès-verbal de toutes les séances du comité de gestion sur registre coté et paraphé,
les procès-verbaux étant signés par le président et par le trésorier.

40

CHAPITRE III
Dispositions relatives au financement du droit à la négociation collective
dans la branche des assistants maternels du particulier employeur

Article III-1
Cot
i
sat
i
ondesempl
oyeur
sàl

associ
at
i
onpar
i
t
ai
r
e
La cotisation est égale à 0,12% du montant des salaires bruts soumis à cotisations.
El
l
eestr
ecouv
r
éeparl

or
gani
smechar
gédel
agest
i
ondel
apr
évoy
ance,enmêmet
emps et dans les
mêmes conditions que la cotisation prévoyance.

Article III-2
Affectation du montant des cotisations recueillies
Le montant total et global des cotisations recueillies par l'association paritaire est affecté :
- pour moitié au financement de l'exercice du droit à la négociation collective des salariés ;
- pour moitié au financement de l'exercice du droit à la négociation collective des employeurs.
Chacune de ces deux parts est elle-même répartie en :
- une part A, de 5 % destinée au financement des frais exposés par les salariés et les
employeurs à l'occasion de la négociation collective.
- une part B, de 95 % destinée au financement des frais exposés par les organisations syndicales
et professionnelles participant régulièrement aux réunions paritaires, pour l'organisation et le suivi
del

appl
i
cat
i
ondel
anégoci
at
i
oncol
l
ect
i
v
e.
Le montant des frais liés à la gestion administrative, financière et comptable est inscrit au budget
annuel.

Article III-3
Utilisation de la part A destinée aux salariés
Cette part A est prioritairement utilisée par l'association paritaire pour :
-

le remboursement des salaires maintenus par les employeurs en application des articles
I.3 et les charges sociales correspondantes quand elles sont à la charge de l’
empl
oy
eur;

Pour ce faire, les employeurs concernés transmettent l'état justificatif de la dépense à
l'association paritaire qui en assure le remboursement.
-

l

i
ndemni
sat
i
on des heur
es,hor
st
emps de t
r
av
ai
l
,passées en r
éuni
on sel
on des
modalités à défini
raur
ègl
ementi
nt
ér
i
eurdel

associ
at
i
on.

-

la prise en charge des frais de déplacement dus en application des articles I.3 et I.4.

Ces frais sont remboursés aux salariés concernés par l'association paritaire.
Si, à la fin de l'exercice, le montant de la part A destiné aux salariés n'est pas épuisé, les sommes
restantes complètent la part B (article III- 4 ci-après).

41

Article III-4
Utilisation de la part B destinée aux salariés
La part B destinée aux salariés est affectée à l'organisation de la négociation collective, à l'application
de la convention collective nationale et au suivi des accords paritaires, notamment :
- le remboursement des salaires maintenus par les employeurs en application des articles I.4 et
des charges sociales correspondantes ;
- les frais liés à la diffusion d'informations relatives à la convention collective nationale et à son
extension ;
- les frais de conseils et de renseignements ;
- les frais de consultation d'experts et réalisation d'études pour aménager les textes
actuellement en vigueur.
El
l
eestr
épar
t
i
ebudgét
ai
r
ement
,endébutd’
exer
ci
ceenci
nqpar
t
ségal
esetchaqueor
gani
sat
i
on
bénéf
i
ci
esursapar
td’
undr
oi
tdet
i
r
agesurpr
ésent
at
i
ondej
ust
i
f
i
cat
i
f
s.
Chaque organisation ne peut prétendre à une somme supérieure à celle qui lui est affectée.
Les modalités de la procédure ainsi que la nature des justificatifs à produire sont définies au
r
ègl
ementi
nt
ér
i
eurdel

associ
at
i
onpar
i
t
ai
r
e.
Si
,àl
af
i
ndel

exer
ci
ce,uneor
gani
sat
i
onn’
apasépui
sésapar
t
,l
essommes restantes sont reportées
àsoncr
édi
tsurl

exer
ci
cesui
v
ant
.
A la fin du second exercice, toutes les sommes non consommées sont partagées entre les
organisations représentatives des salariés au prorata des sommes dépensées, en vue de la
négociation pour la branche.

Article III-5
Utilisation de la part A destinée aux employeurs
La part A destinée aux représentants des employeurs est utilisée pour la prise en charge des frais
engagés par ceux-cietl

or
gani
sat
i
onpr
of
essi
onnel
l
er
epr
ésent
at
i
v
eay
antparticipé à la négociation
de la convention collective nationale des assistants maternels, lors des réunions des commissions
mixtes ou paritaires convoquées en vue de la négociation d'une convention ou d'un accord paritaire
dans le champ d'application du présent accord national.
Le nombre de représentants des employeurs susceptibles d'être pris en charge ne peut pas excéder
15 pour une même réunion paritaire nationale.
Al
'
i
ssue de chaque r
éuni
on,l

or
gani
sat
i
on pr
of
essi
onnel
l
e d’
empl
oy
eur
st
r
ans
metà l
'
association
paritaire un état des présences des participants aux réunions émargé par les intéressés.
L’
or
gani
sat
i
onpr
of
essi
onnel
l
ed’
empl
oy
eur
sdét
er
mi
neel
l
e-même les règles de prise en charge des
frais exposés par ses représentants.
Si, à la fin de l'exercice, le montant de la part A destiné aux employeurs n'est pas épuisé, les sommes
restantes complètent la part B (article III- 6 ci-après).

Article III-6
Utilisation de la part B destinée aux employeurs
La part B destinée aux employeurs est affectée à l'organisation de la négociation collective et à la
mise en application de la convention collective nationale et des accords paritaires, notamment :
- les frais de secrétariat, les frais d'établissement du rapport de branche conformément à
l'article L. 132-12 du code du travail ;
42

- les frais liés à la diffusion d'informations relatives à la convention collective nationale et à son
extension ;
- les frais de conseils et de renseignements ;
- les frais de consultation d'experts et réalisation d'études pour aménager les textes
actuellement en vigueur.

A la fin de l'exercice, le solde de la part B destinée aux employeurs est affecté à un compte de
réserves « employeurs »dest
i
néesàmenert
out
eét
uded'
obser
v
at
i
ondel

empl
oietd’
i
dent
i
f
i
cat
i
on
des besoins des employeurs et des salariés de la branche professionnelle.

Article III-7
Bilan annuel
Il est établi un bilan annuel de fonctionnement portant sur :
 l
es sommes af
f
ect
ées:un bi
l
an estét
abl
ietpor
t
éàl
a connai
ssance de l

ensembl
e des
organisations r
epr
ésent
at
i
ves de sal
ar
i
és etd’
empl
oy
eur
s dans l
e champ d’
appl
i
cat
i
on de l
a
convention collective nationale des assistants maternels. Pour ce bilan, chaque organisation
bénéf
i
ci
ai
r
epr
ésent
eàl

associ
at
i
onchar
géedegér
erl
ef
ondscommund’
ai
deauparitarisme un
ét
atsurl

ut
i
l
i
sat
i
ondesf
ondsqu’
el
l
ear
eçus;
 le taux de la cotisation et l'affectation des parts dans les deux collèges. Ils ont vocation à
demeurer transitoires et à être revus lors de la réunion de bilan prévue ci-dessus pour tenir
compte de l'utilisation des fonds et des statistiques ;
 le quota d'heures affectées à la négociation afin de vérifier s'il est suffisant.

43

CHAPITRE IV
Dispositions finales
er

Article IV-1
Cr
éat
i
ond'
unecommi
ssi
onpar
i
t
ai
r
ed’
i
nt
er
pr
ét
at
i
ondupr
ésentaccord
Les parties signataires du présent accord constituent une commission paritaire nationale
d'interprétation pour interpréter les dispositions du présent accord.
La commission a pour but et rôle de tenter de concilier les parties en proposant toutes mesures utiles
notamment à l'occasion de l'interprétation du présent accord.
Cette commission paritaire nationale de conciliation et d'interprétation dont le siège est fixé au siège
de la FEPEM comprend un représentant de chacune des organisations syndicales de salariés
signataires de la convention collective et un nombre égal de représentants désignés par l'organisation
patronale représentative, signataire de la convention collective nationale des assistants maternels du
particulier employeur.
La présidence, dont la durée est limitée à deux ans, est assurée alternativement par un représentant
des organisations salariées et par un représentant de l'organisation patronale, choisis parmi les
organisations représentatives dans le champ de ladite convention.
La commission est convoquée à la diligence du président et doit se réunir dans le délai d'un mois
après la demande.
Le secrétaire de séance est désigné d'un commun accord au début de chaque séance. La
commission ne peut être saisie de conflits collectifs ou individuels (mettant en cause l'interprétation
d'un article) que par l'une des parties signataires du présent accord.
Les modalités de fonctionnement de la commission sont déterminées d'un commun accord entre les
parties.
Les solutions proposées doiventobt
eni
rl

accor
d de l
a maj
or
i
t
é des membr
es pr
ésent
s de l
a
commission.
Les parties tenteront de se concilier en utilisant toutes les mesures possibles avant de porter leurs
différends devant les juridictions compétentes.
Le secrétariat de la commission paritaire nationale est tenu par la FEPEM.

Article IV-2
Conditions de dénonciation du présent accord
Lepr
ésentaccor
dpeutêt
r
edénoncéparl

uneoul

aut
r
edespar
t
i
esàl
af
i
ndechaqueannéeci
v
i
l
e
avec un préavis de deux mois.
En cas de promulgat
i
on d’
une l
oicr
éantdesobl
i
gat
i
onsnouv
el
l
espourl
esempl
oy
eur
sdansl
es
domaines traités par le présent accord, cet accord peut être dénoncé à tout moment avec un préavis
d’
unmoi
s.Lespar
t
i
esser
éuni
ssentdanscedél
ai
envueder
enégoci
erl
epr
ésent accord.

44

Annexe n° 4 - Engagement réciproque
Lesf
ut
ur
sempl
oy
euretsal
ar
i
é peuventse met
t
r
ed’
accor
d surl
e pr
i
nci
pe de l
a concl
usi
on à un
momentdonné,d’
uncont
r
atdet
r
av
ai
lr
el
at
i
fàl

accuei
ld’
unenf
ant
.
Modèl
ed’
accor
d:

Suite au contact pris ce jour :…….
/
………/
………
Entre
Monsi
eurouMadame……………………………………………………………………………………
Adresse :
……………………………………………………………………………….
………………….
………………………………………………………………………………………………………………
Téléphone :
Fax :
e-mail :

Et

Monsieur ou Madame, Assistant(e) mat
er
nel
(
l
e)
,
………………………………….
…………………
Adresse :
……………………………………………………………………………….
………………….
………………………………………………………………………………………………………………
Téléphone :
Fax :
e-mail :
Pourl

accuei
l
del

enf
ant
…………………………………………………………………………………….
….
.
I
l est convenu d’
une pr
omesse d’
embauche avec signature de contrat à compter du
…………/
…………./
…………….
sur les bases suivantes :
-

dur
éemensuel
l
edel

accuei
l
:
…………………………………………………….
………………

-

rémunération br
ut
e:
……………………………………………………………………………….
.

Sil

unedespar
t
i
esdéci
dedenepasdonnersui
t
eàcetaccor
ddepr
i
nci
pe,el
l
ev
er
ser
aàl

aut
r
eune
i
ndemni
t
éf
or
f
ai
t
ai
r
e compensat
r
i
ce cal
cul
ée surl
a base d’
un demimoi
s parr
appor
tau t
emps
d’
accuei
lpr
év
u.

Signature du futur employeur
(précédée de : Lu et approuvé )

Signature du futur salarié
(précédée de : Lu et approuvé )

45

Annexe n°5 –Modèle de contrat de travail à durée indéterminée
(
Voi
rl

ar
t
i
cl
e4–Contrat de travail)
Entre l
’empl
oyeur:
M., Mme, Mlle : Nom : ........................ …………………….
.Pr
énom :………………………………….
.
Adresse : .............................................................................................................................................. .
..............................................................................................................................................................
En qualité de (père –mère –t
ut
eurouaut
r
e)
:……………………………….
.
…………………………….
.
N°d’
i
dent
i
f
i
cat
i
ondel

empl
oy
eur:

…………………………………………………………………………………………………
N° U.R.S.S.A.F. ou PAJEMPLOI……………………………………….
………………………………………

et le ou la salarié(e) :
M., Mme, Mlle : Nom : ........................ Prénom : ..................................
Adresse : ..............................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................
N° per
sonnel
d’
i
mmat
r
i
cul
at
i
onSECURI
TESOCI
ALE: ......................................................................
Dat
ededél
i
v
r
ancedel

agr
ément:………………oudat
eduder
ni
err
enouv
el
l
ement:......................
Assurance Responsabilité Civile Professionnelle : (pr
éci
sercoor
donnéesdel
acompagni
e)
……….
.
……………………………………………………………………………………………………………………
N° de police : ........................................................................………………………………………………
Assurance automobile : s’
i
lyal
i
eu(pr
éci
sercoor
donnéesdel
acompagni
e)
…………………….
.
….
.
……………………………………………………………………………………………………………………
N° de police : ........................................................................………………………………………………
Il est conclu un contrat de travail régi par les dispositions de la convention collective nationale de
t
r
av
ai
ldesassi
st
ant
smat
er
nel
sdupar
t
i
cul
i
erempl
oy
eur
.L’
empl
oy
eurr
emetunexempl
ai
r
edecet
t
e
conv
ent
i
onausal
ar
i
éous’
assur
equecel
ui
-ci en possède un à jour.
Lecont
r
atestét
abl
ipourl

accuei
ldel

enf
ant:
Nom : ....................................................................................Prénom : ................................................
Date de naissance : .. ..........................................................................................................................
DATED’
EFFETDUCONTRAT : (
àcompt
erdupr
emi
erj
ourdel
apér
i
oded’
essai
)
..........................
1. PERI
ODED’
ESSAI: (article 5)
Durée :
………………………………………………….
Modalités de la péri
oded’
adapt
at
i
on:
………………………………………………

46

2. DUREEETHORAI
RED’
ACCUEIL DE BASE : (article 6)
 horaire hebdomadaire :nombr
ed’
heur
es:
…………sel
onl
epl
anni
ngsui
vant:
- j
our
(
s)d’
accuei
l
:
……………………………….
.
………………………………………….
.
- heur
esd’
accuei
lparj
ourd’
accuei
l:de…….h (
heur
ed’
ar
r
i
v
ée)à……h(heure de départ)
- jour de repos hebdomadaire :
…………….
………….
.
.
 pl
anni
ngmensuel
s’
i
lyal
i
eu:
…………………………….
….

 durée annuelle
- nombr
edesemai
nesd’
accuei
l
(
pl
anni
ngannuel
):
…………………………………….
.
- préciser le délai de prévenance en cas de modification de planning :……………….
3. JOURS FERIES : (article 11)
jours fériés travaillés :
……………………………………………………………………….

-

3. CONGES PAYES : (article 12)
er

-

Lesdr
oi
t
ssontdéf
i
ni
sdansl
e cadr
e de l

année di
t
e de r
éf
ér
ence (
du 1 j
ui
n de l

année
précédente au31mai
del

annéeencour
s)
.

-

Le 31 mai, faire le point sur le nombre de jours de congés payés acquis et le salaire versé au
cour
sdel

annéeder
éf
ér
ence(
ycompr
i
scel
uiv
er
séaut
i
t
r
edescongéspay
ésdel

année
précédente), hors indemnités (entretien,nour
r
i
t
ur
e…)
.
Déf
i
ni
r
,compt
et
enudel
adat
ed’
embaucheets’
i
lyal
i
eu,l
esdi
sposi
t
i
onspar
t
i
cul
i
èr
espourl
a
première année de référence.

-

S’
i
nf
or
mermut
uel
l
ementetannuel
l
ementsurl
eshabi
t
udesdepr
i
sesdecongés.

-

Préciser le délai de prévenance de fixation des dates de congés.

4. REMUNERATION : (article 7)
4.1. Salaire horaire de base
Le salaire horaire brut de base :……….
…€
correspond à un salaire horaire net de base :…….
…… €
Salaire brut : montant du salaire avant déduction des cotisations salariales
Salaire net : montant du salaire après déduction des cotisations salariales

4.2. Salaire mensuel de base :
a) Sil

accuei
l
doi
ts’
ef
f
ect
uersuruneannéecompl
èt
e:
Salaire mensuel brut

Salaire mensuel net

………………………………€ ………………………………€
b) Sil

accuei
l
doi
ts’
ef
f
ect
uersuruneannéei
ncompl
èt
e:
Salaire mensuel brut

Salaire mensuel net

………………………………€ ………………………………€
5. I
NDEMNI
TESD’
ENTRETI
EN ET DE FRAIS DE REPAS : (article 8)
-

Fr
ai
sd’
accuei
l
,mont
antj
our
nal
i
er:………….
.
……….

Repas fourni par :……………………………………….
.
Mont
ant
,s’
i
lyal
i
eu:…………………………….
………€
47


Aperçu du document CC_AssMat.pdf - page 1/54

 
CC_AssMat.pdf - page 3/54
CC_AssMat.pdf - page 4/54
CC_AssMat.pdf - page 5/54
CC_AssMat.pdf - page 6/54
 




Télécharger le fichier (PDF)


CC_AssMat.pdf (PDF, 594 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


ccn carrefour maj aout 2015 vdef
eqknqwv
convention collective assistant maternel
joe 20140626 0146 0028
lh130qy
convention collective repartition 2

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.03s