Histoire de la Poudre Blanche.pdf


Aperçu du fichier PDF histoire-de-la-poudre-blanche.pdf - page 1/12

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12



Aperçu texte


HISTOIRE DE LA POUDRE BLANCHE

HISTOIRE DE LA POUDRE BLANCHE
par Arthur Machen

Je m'appelle Helen Leicester ; mon père, le major général Wyn Leicester, officier
d'artillerie de valeur, a succombé voici cinq ans aux complications d'une maladie de
foie contractée sous le climat mortel des Indes. Un an plus tard, mon frère unique,
Francis, sortant de l'université après des études exceptionnellement brillantes, est
rentré à la maison, décidé à vivre en ermite tant que ce que l'on nomme à juste
raison la grande légende du droit aurait encore des secrets pour lui. Il semblait
éprouver, à l'égard de tout ce qui ressemble au plaisir, une indifférence complète ; il
était d'un physique plus agréable que la plupart des hommes, il avait une
conversation aussi enjouée et spirituelle que celle d'un simple bohème, et pourtant il
se tenait à l'écart du monde. Il se cloîtrait dans une vaste pièce au dernier étage de
notre maison, pour devenir un juriste. Dix heures de lecture acharnée, telle était
avant tout sa ration quotidienne ; dès que le jour se montrait à l'est et jusqu'à la fin
de l'après-midi, il restait enfermé avec ses livres ; il déjeunait avec moi, mais à la
hâte, en une demi-heure, à contrecœur, comme si c'eût été perdre son temps ; quand
le jour commençait à faiblir, il allait faire une courte promenade à pied. Je
considérais comme offensante une assiduité aussi indéfectible ; j'essayai de le
prendre par la douceur pour le détourner de ses manuels rébarbatifs, mais son ardeur
semblait plutôt augmenter que décroître, en même temps que le nombre d'heures
qu'il consacrait à l'étude. Je lui parlai sérieusement, lui suggérant de se reposer à
l'occasion, ne fut-ce que pour un après-midi qu'il perdrait à lire quelque roman
anodin ; mais il se mit à rire, me dit que lorsqu'il éprouvait le besoin de se distraire
il lisait une étude sur les tenures féodales ; il se moquait de moi si je lui parlais de
théâtre ou d'un mois de grand air. Je dois avouer qu'il avait bonne mine, qu'il ne
semblait pas pâtir de tout ce travail, mais je savais que la nature finirait par prendre
sa revanche en face d'un labeur aussi inhumain, et je ne me trompais pas. Cela
commença par une lueur d'anxiété dans ses yeux, par une sorte de langueur. Il finit
par m'avouer que sa santé n'était plus très bonne ; il souffrait, disait-il, de vertiges, il
faisait parfois des rêves effrayants, et se réveillait, terrifié, avec des sueurs froides.
« Ne t'inquiète pas, me dit-il, je prends soin de moi ; hier, j'ai passé tout l'après-midi
sans rien faire, étendu dans ce confortable fauteuil dont tu m'as fait cadeau, à
griffonner simplement des choses incohérentes sur un bout de papier. Non, non, je
ne me surmènerai pas ; dans une semaine ou deux, cela ira tout à fait bien, croismoi. »
Cependant, en dépit de ces assurances, il ne semblait pas aller mieux - au
contraire. Il lui arrivait d'entrer dans le salon, les traits tirés, l'air abattu, et de
s'efforcer néanmoins de prendre un air gai lorsque je posais les yeux sur lui ; à mon
avis, ces symptômes ne laissaient rien présager de bon ; ses mouvements nerveux,
des regards dont je ne pouvais déchiffrer le sens, m'inquiétaient parfois. Je réussis,
en luttant beaucoup, à lui faire admettre de consulter un médecin et c'est de très
mauvaise grâce qu'il appela le nôtre. Après l'avoir examiné, le Dr Haberden me
rassura :
— Il n'a rien de vraiment grave, me dit-il. Sans aucun doute, il travaille
exagérément, mange trop vite, se plonge dans ses livres en sortant de table ; la
1