TechnologiesAfrique.pdf


Aperçu du fichier PDF technologiesafrique.pdf - page 96/96

Page 1...94 95 96



Aperçu texte


Note sur l’ETC Group
Il y a vingt-cinq ans, l’idée de ce qui allait devenir la Rural Advancement Foundation
International (RAFI, Fondation internationale pour le progrès rural), puis l’ETC Group en 2001,
prit naissance au cours d’une conversation sur les semences. Un quart de siècle plus tard, l’ETC
Group parle toujours de semences, mais le monde est devenu plus complexe : de nouvelles
technologies ont fait leur apparition ; les économies se sont globalisées ; les entreprises
multinationales ont étendu leur emprise ; la richesse et le capital sont concentrés entre les mains
d’un nombre de plus en plus restreint de compagnies géantes. La vie elle-même est manipulée,
décomposée et ré-assemblée – puis brevetée.
L’ETC Group est une organisation de la société civile internationale. Nous travaillons sur les
enjeux socio-économiques et écologiques globaux liés aux nouvelles technologies, avec un accent
particulier sur leur impact sur les peuples indigènes, les communautés rurales et la biodiversité.
Nos recherches portent sur l’érosion écologique (y compris l’érosion des cultures et des droits
humains) ; le développement des nouvelles technologies (notamment agricoles, mais aussi celles
qui portent sur la génomique et la matière) ; et nous menons une activité de veille sur les enjeux
de gouvernance mondiale, dont la concentration des entreprises et le commerce des technologies.
Nous opérons à un niveau politique mondial. Nous travaillons en lien étroit avec d’autres
organisations de la société civile et des mouvements sociaux, particulièrement en Afrique, en Asie
et en Amérique latine.
L’effectif de notre équipe est de dix personnes, auxquelles s’ajoutent neuf membres du Conseil,
éparpillés sur les cinq continents. Nous avons des bureaux à Ottawa et Montréal, Canada ;
Durham, États-Unis ; Mexico, Mexique ; Davao, Philippines.
L’ETC Group est doté d’un statut consultatif auprès du Conseil économique et social
(ECOSOC) des Nations unies, de l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et
l’alimentation (FAO), de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement
(UNCTAD) et de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique (CDB). Il a aussi
une relation de longue date avec le Groupe consultatif de recherche agricole internationale
(CGIAR).

96