la rage du sage alain damasio integral .pdf



Nom original: la-rage-du-sage-alain-damasio-integral.pdfTitre: COMMUNIQUE #02Auteur: Alain Damasio

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Acrobat PDFMaker 7.0 for Word / Acrobat Distiller 7.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 25/01/2011 à 21:26, depuis l'adresse IP 86.221.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 4239 fois.
Taille du document: 61 Ko (7 pages).
Confidentialité: fichier public

Aperçu du document


COMMUNIQUE #02
LA RAGE DU SAGE
Big mother vs Sister Resist
Ivre du mot vivre
mais personne
pour conjuguer
— Sister Resist

1. JE ME TUE A DIRE JE
Notre époque a un problème d’étoffe.
Le tissu social se troue et il défibre. Les relations humaines sont remplacées par leur calque
virtuel : les réseaux. La socialité molle nous traverse comme du beurre. Nos fibres ne vibrent
plus, elles conduisent. On a recâblé nos nerfs avec de la fibre optique. Les visages qu’on
embrassait disparaissent derrière leur photo. Les gestes qu’on attend restent à la surface du
plasma : vidéo. Tout se dématérialise : la musique, la pellicule, l’humeur. La voix. La
présence. Même le toucher a trouvé son ersatz, sous mode vibreur.
De toutes parts ça envoie grave et ça reçoit, ça transfère et ça retransmet, ça télécharge. Ça
circule. Textes, sons, images, données. Tout passe. Et pourtant, c’est comme si rien ne se
passait. Ou se passait ailleurs, dans le dos des réseaux. Plus assez d’absences, de laps et de
stases, de blackouts, de temps syncopé. Sois joignable, toujours, bippe l’injonction. Moi, je
disjoncte.
Je n’ai jamais autant communiqué depuis que je ne nique plus. Je fume mail sur mail, sinon je
skype. Et j’ai ouvert hier mon site, comme tout le monde, sur ego.com. Blogito ergo sum.
Facebook pour le cœur, Meetic pour le cul, LinkedIn pour le biz. Avec quelques SMS dans
les interstices, pour le flux. Avec ma poignée de « t’es où ? », « j’arrive », « on se tient au jus
» jetée en graines stériles sur un quai bondé-solitaire et la litanie des forums du soir, quand je
rentre à la niche, des mails qui font ding et des smileys qui font rire. Do You Tube ? Broadcast
yourself. My Daily emotion. Thanxxxxx.
I am what I am. La formule de Picasso a été hackée : je ne vous cherche pas, je me trouve.
Dans ma conforteresse, dans le miroir de mon écran plat, dans le rut froid de la rue. I am.
Être soi. Plutôt qu’être avec.
Voici venir le règne rond des citoyens-bulles, lovés dans leur technococon. Aujourd’hui c’est
la trilogie mobile-baladeur-portable qui nous couve : main-clavier, œil-écran, oreilles qui
casquent. Demain ce sera la greffe adéquate, sur le nevraxe cervical : l’objet nomade
totalitaire.
L’humain 2.0 arrive. En pantoufles. Dans sa chrysalide casual, qui filtre pour nous le monde
extérieur, le gère pour nous, place entre lui et nous ses touches, ses sons, ses écrans et ses flux
— bip, mail, pubs, spam et faq ! Qu’on reste surtout calé en boucle, connected, dans le tempo
fade des feedbacks et des backups, à manipuler des interfaces fluides et des menus déroulants,
à cliquer-copier-coller, temps court et courte vue. Mais fiers pourtant, comme un petit dieu
auquel le fantôme électronique du monde répondrait. Au doigt et à l’œil. Natürlich.

Plus le monde recule dans la brume des réseaux, plus les autres deviennent des figures floues
(vaguement amies, vaguement dangereuses) et plus le besoin d’appropriation de ce monde, le
besoin d’outils qui soient aussi des filtres, grandit. C’est le cercle. Les réseaux de socialité
aggravent autant l’absence de l’autre qu’ils la conjurent. Les systèmes de sécurité — glacés,
optiques et faillibles — font tout aussi peur qu’ils rassurent. Alors qu’un simple regard
humain et trois mots, échangés dans une rame anonyme, redéplieraient une sérénité tangible.
Dans ce 21e naissant, le sentiment collectif ne se vit plus sous forme de familles ou de
groupes, mais de grappes structurées par affinités de consommation : les « communautés », en
langage net. Tu aimes quelle zik, quels films, tu joues à quoi ? Aussitôt repérées et mûries,
ces grappes sont vendangées par les golems du datamining, avec leur immense base de
données, pour presser le profit de nos jus.
Ainsi je m’affiche sur le mur de facebook avec l’ensemble de mes livres lus, des sons que
j’aime, des films que je n’ai pas vus. Avec mes idoles, mes sisters et mes amis. Avec mes
goûts, mes photos de fête, mes liens, mes besoins, mes achats potentiels, mon lifestyle, ma
singularité, mes régularités. Et j’alimente, en toute conscience, le plus gigantesque fichage
consenti de l’histoire du marketing personnalisé. Je me donne, à nu, et mieux : je leur livre
mes potes, mes groupes, mes clubs. Fragment dividuel par fragment dividuel, de la plus idéale
façon pour une exploitation commerciale optimale : bien classé et bien sérié.
« En publiant un Contenu utilisateur sur tout ou partie du Site, vous concédez expressément à la Société une
licence irrévocable, perpétuelle, non exclusive, transférable et pour le monde entier, sans rétribution financière
de sa part, d'utiliser, copier, représenter, diffuser, reformater, traduire, extraire et distribuer ce Contenu
utilisateur, à des fins commerciales, publicitaires ou autres, sur le Site ou en relation avec le Site (ou dans le
cadre de sa promotion), de créer des oeuvres dérivées du Contenu utilisateur ou de l'incorporer à d'autres
créations, et d'en concéder des sous-licences des éléments cités. »
— Charte de Facebook.

— Alors ?
— Je m’en fous, c’est cool. Tout le monde est sur Facebook.
C’est comme si, par miracle, la liberté vraie devait naître désormais d’un isolement connecté.
Et non plus de ce que m’offrent l’amour et l’amitié, avec leur épaisseur de tensions riches. Et
non plus ce que m’ouvrent mes bandes et mes meutes, même minuscules. On ne partage plus :
on s’agrège. On ne se touche plus mais « on garde le contact ».
Le moi-île est une invention occidentale. Une connerie. Morbide de surcroît. Tout à l’inverse,
le soi qui vit est un carrefour, un échangeur, une place peuplée ou un parc, une multitude, des
tribus. Il a l’énergie des champs dans lequel il est pris ; il a les intensités qu’il traverse, suscite
et reçoit en liant. Lève-toi et trame ! Memento Mori !
Trop souvent, je frime ou je hurle à la première personne du singulier quand il faudrait
articuler un pluriel. Je me tue à dire je… Je me tue. Et toi, tu me voues voix !? Chacun chez
soi, immolé dans son moi. Chacun ses choix. Ben ouais. Be yourself, comme tout le monde.
Alpha blondit et Carla brunit. Hugo Boss. Il a bien de la chance.
Comment dire « Nous » à la place de Je ? Comme ça se prononce : « Noue ». Noue, oui, fais
des nœuds : dans le paquet lisse des lignes de destins parallèles qui dépriment sur un quai de
métro. Au concert ou dans la rue, au bureau, à l’hyper, sous la pluie, partout où les grumains
grumeautent d’un air Mossad: noue !

2. BIG MOTHER IS WASHING YOU
On connaissait la suggestion de René Char : « Un poète doit laisser des traces de son
passage, non des preuves. Seules les traces font rêver. » C’était si beau, dit par un résistant
d’une telle trempe. Sauf que les traces, 60 ans plus tard, sont devenues, pour nos
technopolices, des preuves. Doigt, ongle, cheveu, iris, sang ou sperme, forme de ton visage ou
de ta main… Et bientôt la voix. Le corps entier vaut empreinte. Le corps entier pour papier
d’identité, haché à grands coups d’hélice ADN.
L’important pourtant devient moins de savoir qui vous êtes que de connaître, à chaque instant,
votre position. « Donnez-moi vos coordonnées ». Biométrie, fichage et fichier comptent
moins, pour l’aérodynamique moderne du pouvoir, que la géolocalisation en temps réel.
Autrement dit : la traçabilité. L’art arachnéen de la trace. Au-delà des matraques et des
traques.
Et dans l’échelle des délinquances à sanctionner, nul hasard qu’on trouve désormais au
sommet la chasse aux sans-papiers. Rien n’est pire pour ce système qu’un homme sans trace.
Paie ton écho.
Tu le sais, ami : le moindre appel que tu passes ou reçois, la moindre page web que tu
consultes, le moindre resto que tu paies, sont sus. Tous tes achats, tes connexions, tes
déplacements de sous-sol ou de surface, l’entrée de ton immeuble, tes clés à badge et tes
cartes à puce, tes billets de concerts, tout ce que tu fais, ami, laisse dans ton dos un long
sillage d’écume numérique. Une fine volute digitale d’actes horodatés qui tourbillonnent dans
le vent méticuleux de l’archive.
Et alors ? Alors rien. Tu peux circuler.
Le logiciel est par-dessus les toits. Si bleu, si calme.
Rien n’est plus indispensable à nos démocraties-marchés que la circulation des hommes, des
données, des véhicules, des produits et de l’argent. Rien n’est potentiellement plus dangereux,
en même temps (pour tout pouvoir) que la liberté de cette circulation. Répondre à ce défi
impliquait d’abandonner le répressif, trop lent, pas rentable, sans se soumettre au permissif,
porte ouverte à toutes les fraudes. La traçabilité offrait une solution élégante puisqu’elle se
contente de contrôler continûment le mouvement sans jamais le stopper.
Savoir où est qui, n’importe quand. Au cas où.
L’époque se rêve fluide. Les sas à badge ont remplacé les barbelés ; la camisole chimique
ridiculise les électrochocs ; le collier électronique se substitue au carcéral. Partout les angles
durs de l’autorité s’arrondissent, le pouvoir nu habille ses emprises, la violence visible
s’efface : douceurs occidentales. À la Discipline, on préfère le Contrôle ; aux ordres, les
suggestions comportementales ; à la sanction, le harcèlement moral. On ne dirige plus : on
coache, on conseille, on manage. Même la figure honnie du flic flotte. L’avenir est au vigile
dont la mission est centrale : s’assurer que chacun consomme bien.
La discipline nécessitait des milieux clos (caserne, usine, hôpital, prison) et des gardiens
coûteux. Elle exigeait l’énergie des chefs tandis qu’au contrôle suffit la soumission aux
chiffres : âge, ventes, objectifs. Un simple respect des normes. Demandées et validées par
tous. Puisqu’on a besoin de repères et de règles lorsque tout bouge et doit bouger pour
rapporter. Le malaise du millénaire naissant n’est pas tant l’hégémonie gluante du contrôle.
C’est que ce contrôle soit moins subi que réclamé. Soit moins une mutation vicieuse du
pouvoir hiérarchique que le besoin émergeant d’une dissociété incertaine et paumée qui, faute
de solidarité, cherche dans ce contrôle sa sécurité sociale. Techniquement, 1984 est bien là,
par le panoptique et la surveillance généralisée. Mais politiquement, Big Brother a été doublé
par sa mère : Big Mother. Big mother ne dirige rien et ne trône en haut d’aucune pyramide.
Elle n’a pas besoin de visage puisqu’elle a toutes les figures du confort. Elle n’a même pas

besoin de nom puisque chacun l’appelle par son prénom dans l’intimité du noir et de la peur
des autres. Big Mother is washing you. Te torche, te dorlote et te couche. Et c’est ce que tu
veux, au fond. Parce que tout autour, le monde n’est pas encore assez net pour toi. Pas encore
assez blanchi. Et ça, ça fait peur.

3. LE BANAL CANAL ANAL PAR OU LE
CAPITAL T’ENCULE
Commençons par une vérité qui fait mal : si le capitalisme est si poisseux, s’il infiltre partout
son liquide, s’il démultiplie de façon fractale ses logiques — de paie et de prostitution —
jusqu’aux secteurs qui avaient su jusqu’ici le repousser (l’éducation, l’humanitaire, la
militance, l’art…), c’est parce qu’il prend en nous son énergie.
On l’irrigue avec notre sang ; on l’électrise avec nos nerfs ; on le rend intelligent avec
nos cerveaux. Il nous manipule avec nos propres mains. Il nous encule avec nos bites dans un
anus qu’on dilate comme une étoile pour lui. Il nous fait jouir par toutes nos fentes, par toutes
nos brèches, partout où l’appel du besoin est suffisamment béant pour qu’il le comble avec
n’importe quel objet, pourvu qu’il ait la forme. Et cette forme, il sait la trouver : question de
design.
La fatigue de ce monde, c’est qu’à la libido de l’argent, personne n’échappe. C’est un système
d’échange totalitaire soft, sans dehors, sans envers. Qui convertit tout. Le plus pur des
militants d’extrême-gauche ne peut pas faire un pas dans une rue occidentale sans alimenter le
système. Il boit au bar la bière du capital. Il marche sur le trottoir de Bouygues ou de Vinci. Il
porte un pantalon acheté. Même le plus farouche clochard finit toujours par tendre la paume
pour une pièce.
Il ne sert à rien de se prétendre contre le capitalisme. Demandez aux gens, tout le monde est
contre: tout contre. Il ne sert à rien de se croire au dehors : la marge appartient encore au
système et l’alimente même plus puissamment que son centre. Puisqu’elle s’y oppose et donc
le dynamise. L’art le plus provocateur ? Il se commercialise sur le marché du luxe. Le rock
brut, décérébré, rebelle ? Un défouloir rêvé aux violences qui couvent. Criez au concert,
lâchez-vous ! Vous serez plus calme au travail, demain. Suez, je recycle déjà votre sel.
Crachez votre haine, je revends la salive.
Face à ça, c’est la colère architecturée qu’il faut atteindre.
Trouver en soi la rage du sage.
C’est du dedans que la révolte virale — le révirus — doit sourdre et contaminer les sangs,
comme la rouille ronge au cœur la plaque d’acier qui se croyait inoxydable. Et n’écrivez pas
ça « rêvirus ». Ça n’a rien avoir avec le rêve, cette monnaie d’échange pour l’inaction, dont
trop d’artiste font tourner la planche à billets.
« En attendant, je gère » persifle le Comité Invisible.
Moins on se sent lié, proches des autres, plus on demande à l’argent d’assurer le lien. On paie
un guide pour visiter le bled, une nounou pour nourrir le môme, un resto pour garder ses amis
et une pute pour simuler un rapport. On paie même sa santé avec le temps dépensé à la
détruire au travail. Parce qu’on est trop cons ? Un peu. Mais surtout parce que l’argent qu’on
nous donne pour un temps de travail, on sait qu’on pourra le transformer en n’importe quoi :
maison, bouffe, boisson, loisirs, biens, voyages… Et que cette métamorphose d’un temps
d’effort en moment de plaisir a quelque chose de magique, qui fascine une pulsion enfantine
en nous. Pourrait-on obtenir la même chose en construisant des relations pleines, atteindre le
même miracle en partageant, sans médiation, nos tensions et nos sèves ? Oui, et c’est ce que

nous faisons dans notre cercle intime, sur le disque surnageant de notre humanité riche. Audelà, l’argent règne — un océan de pétrole strié de navettes. Et le niveau d’eau monte, qui
gagne sur nos archipels, sur nos reliefs. Si bien que pour beaucoup d’entre nous, la surface
d’humanité disponible (ce SHD, résidu très agaçant dans l’équation du libéralisme) se réduit à
l’espace qu’occupent notre égo et nos pieds.
Le banal canal anal par où le capital t’encule… Tout le monde le sent, au fondement, et à
tous, mal il fait. Mais de quoi, au fond, est-il tapissé ? De ta flemme d’un vrai échange ? De ta
frilosité des rencontres qui exigent — et t’élèveront pourtant ? De ta rame de te confronter à
l’autre, à l’étranger, au pas-de-chez-toi, au hors-de-ton-cercle, d’apprendre à les aimer, et à en
prendre le temps ? De tout ça, oui. Payer fait l’économie… de l’échange. L’argent a été
inventé pour mettre le monde à distance — en le quantifiant.
Ce sont les liens qui tueront le capitalisme. Le désir des sujets plus fort que le désir
d’objets. Tiens, chante ce slam : tous nos biens — les miens, les tiens ou les siens — ne pèsent
rien face aux liens.
Hurler contre les riches, chacun le peut. C’est dépasser l’envie d’être riche qui est le plus
difficile — quand on comprend qu’habiter sa vie suffit. Que tout vient de l’intensité qu’on
met à partager avec ses amis, avec son couple, avec ses bandes, avec l’étranger qui passe. Et
que pour toucher ça, ce frisson ample, l’argent est impuissant. Il redevient ce qu’il n’a jamais
cessé d’être : du papier.

4. MEMENTO MORI
Aujourd’hui le monde nous est donné comme une image de synthèse. Ce que les spécialistes
de la 3D appellent un mesh : une structure en polygone qu’on peut manipuler sous n’importe
quel angle. Et qui accepte tous les points de vue. La pub nous le texture et le personnalise
pour nous. Les managers politiques nous l’animent. Et nous, les pousse-boutons, les éleveurs
de souris, on « interagit » avec.
L’argent, la communication, la technologie : tout ce qui fonde notre rapport au monde
fait écran à la vie. Tout nous connecte — de loin et sans fil — mais rien ne nous relie.
Il devient crucial de retrouver une adhérence, un sol qui crépite sous nos pas, un ciel derrière
le logiciel qui fabrique le ciel. De retrouver une main chaude au bout de nos doigts qui tapent
sur les cubes du clavier, sans produire une seule note de musique.
On ne peut reprocher au monde de bouger ni de communiquer. Juste d’avoir fait de la
communication un impératif et de la mobilité un piège. Si bien que résister, en occident, à
l’aube du XXIe, est d’abord un profond enjeu de rythme. Ce n’est pas l’environnement
qu’il faut sauver : c’est le rythme. C’est ça le combat à mener : le rythme, le rythme humain.
L’environnement, nous le sauverons de fait quand nous ferons corps avec le monde, quand
nous aurons retrouvé le monde qui bat en nous, comme une cloche de bronze, comme un
tambour de peau. Dire « environnement », c’est déjà postuler un moi séparé du monde, un
moi immonde qui fait de l’espace et du temps un décor. Alors toutes les réalités se valent, oui,
tout perd poids ou sens. Tu te balades dans ta voiture en déroulant les paysages comme une
cinématique, les voix et le bruit des torrents t’arrivent comme une bande-son, la pluie est une
ambiance, tu pourrais écraser ta mère et rouler sur ton gosse, quelle importance, c’est la
Matrice — ton corps n’est plus que pulsion scopique, ta rétine fuit… et tout au bout de la
route, dans le miroir luisant de l’asphalte, tu vois sourire un fantôme qui sourit comme toi
sans dent et sans lèvre et ta bagnole dérape sans fin sur la chaussée molle, tu freines trop tard
quelle importance — tu n’habites plus rien depuis longtemps : tu hantes…

Défaites-vous de l’obligation de réagir. Vous n’avez pas à être joignable. Vous n’avez pas à
répondre aux dings de vos mails comme à un sifflet. Vous n’avez pas à cliquer pour exister.
Réagir n’est pas agir, pas plus qu’interagir n’est prendre part au monde. Agir, c’est créer un
acte, aussi modeste soit-il, qui soit pour vous d’une nécessité profonde. Agir c’est ouvrir un
espace, même étroit, et un temps, fût-il court, dans lequel une respiration neuve, dépolluée des
normes et des médias, soit possible. Et de dilater son cœur avec. Presque toujours, les rythmes
qu’on vous suggère ont l’évidence d’une cadence. Et vous calez vos corps pour y répondre. Et
vous reformatez vos têtes pour rester synchrone avec le réseau. Vous surfez sur les flux
puisque vous êtes nés de la vague. Et vous oubliez de vivre à force de vous fondre dans le
mouvement, à force de suivre ceux qui vous donnent le tempo. Memento Mori. N’oublie pas
que tu vas mourir. Donc que chaque battement de ton cœur est un miracle musical. Chaque
bouffée d’air qui entre et sort de tes poumons est un chant. Sens de chaque pas les muscles
qui t’emportent et qui vibrent comme des cordes de basse souples — et quand tu marches sur
un quai, ajoutes-y le timbre de ta voix, juste pour voir, juste pour t’entendre, sentir ton flow
propre, tes déboulés, ton chaloupé bâtard, ton charme. Écoute jusqu’au bruit complexe des
chuchotis du métro bondé, que les rails stridents cinglent parfois, comme des riffs. Memento
Mori : n’oublie pas que tu dois te nourrir. Ventre, yeux, main et âme, avec goût. Le pain du
son, le pain des mots, le toucher, tout.
Puisque l’espace est contrôlé et traçable, observé et visible, apprends avec nous l’art fugitif.
Là où le pouvoir pacifie — à force de lumière blanche, d’optronique civile et de
transparence — à nous d’opacifier. Là où il lisse — les surfaces, les design, les visages et
les messages, les pratiques — à nous de plisser et de plier, de chercher les arêtes vives, de
multiplier les angles morts, de froisser à la main le tissu d’émotions lasses dont ils nous font
une surface sociale. Memento Mori : n’oublie pas que tu vas courir.
Furtif : ce sont les six lettres qui épèlent la nouvelle résistance. Fuir Un Réseau Trop
Intrusif, Fuir. Glissez mortels, n’appuyez pas. Passer outre, se décaler des axes, vivre hors
champ. Chercher la visibilité moindre à la lisière du pinceau des phares. Clandestino ? Si,
Hombre.
À Big Mother qui te gère, tu préféreras tantôt Sister Resist, l’intranquille. C’est qui, elle ?
Personne — juste un mythe que je te fabrique brique à brique. Juste une clameur que tu peux
faire taire. Ou écouter.
Sister Resist a connu l’avant-garde et l’underground, elle a aimé les deux. Elle a été de toutes
les luttes souterraines et solaires, elle est de toutes les surrections, les hauts-faits, les combats
qui engagent le mouvement de la vie. Tour à tour à la pointe et à la poupe, Sister Resist, à la
masse, en marge, debout, derrière ton dos parfois, plus épaisse que ton ombre, plus aiguë que
tes cris. « Elle est revenue de tout », disent ceux qui n’ont jamais marché vers rien. Elle est
revenue, oui — pour toi, pour nous — avec des armes liquides et du son pur. Et elle parle le
Babel de fable aussi bien que le furtivo, la flaque ou l’asphalte décadencé et quand elle danse
à l’orthogonale des façades, elle danse avec des idées de dehors, de dehors ourlé dans la
matière, de dehors né du cœur physique des choses. Faudrait grandir en partant du milieu,
comme l’herbe de fissure, dit Sister Resist. Se vivre comme Cancer joyeux, comme Kystes
d’air, qu’elle chante. Comme un noyau qui pousse vie et se dilate du dedans vers les autres.
Du qui dévore la pêche molle du système, celle qu’étouffe en jurant nous protéger. Faire
fruit ! Dit-elle. Faire feu ! Faire mèche ! Faire fuir ! Badaboum ! Elle crie. Tohu ! Zone
autonome temporaire ! Tare ton TAZ ! Friche ! Archipel de squats libres ! Communes ! Troc,
volte, don, hack-attack, copyleft ! Rock natif — alter ou pas ! Tout ce qui prend souche en
cellule et crève sa membrane. Tout ce qui houle du ventre à cinq, à dix oufs, et contamine
parce que c’est beau et bruissant. Tout ce qui fait sang, sent le neuf, respire à frais, met à sac,
soulève ! Percer le ballon de l’intérieur de la vessie et filer avec l’air qui siffle. Sur la brèche

ou sur le pont — se tenir ! Ne pas se vouloir au-dessus ou en avant, à côté ou au-delà, mais
entre. La plus belle des positions. Go-between. Insider. Dans l’intersticiel et l’interlope, là
où la vie passe, intercalée, là où l’eau, hop, et l’air — là où l’espace ne préexistait pas avant
qu’on l’ouvre — comme on déchirerait une nappe de bitume sur 400 mètres rien qu’avec une
forêt de bras.
Sister Resist n’a pas d’autre manifeste que ses pas et ses gestes, pas d’autre écriture que ses
esquives et ses saltos, que ses courses courbes qui dessinent parfois une cursive. Ce qu’on sait
de sa pratique a été compilé par des scribes de passage. C’est une bible à la diable, agrafée au
fil de fer, que ceux qui marchent debout se jettent au thorax comme un frisbee carré. Voilà les
copeaux que j’ai pu en orpailler, piochés dans des pages taggés au bic, qui se sont arrachés
quand j’ai tourné les pages. Ça disait ça :
> Face au règne de la transparence, de la surveillance, des miradors et des radars :
l’invisibilité, qui est un art martial, la prolifération des zones autonomes, la clandestinité des
pratiques, la sous-exposition.
> Opposer au réseau tactique des brutes, des routes et des rondes le faisceau tactile des
luttes, des doutes et des frondes.
> Face à l’emploi du temps, aux monstres chronophages, aux cadences données par l’Agent
Da : trouver son rythme propre et le tenir, savoir ralentir quand la norme se veut speed et
accélérer lorsqu’on cherche à vous plomber; s’ouvrir à l’impromptu, au temps mort qui seul
vibre, à l’intempestif ; sortir des schèmes sensori-moteurs, du stimuli-réaction pour retrouver
le sens intime de la durée ; percer le continuum des routines par un événement pur;
apprendre le décadencé.
> Face aux filtres et aux interfaces, aux dispositifs d’enveloppement et de mise à distance du
monde : couper court, court-circuiter, chercher le rapport direct, la chaleur, tous les corps-àcorps, les face-à-face. Privilégier la sensualité sur la vision qui sature; toucher, sentir, goûter.
Sortir la ré/alitée de son lit de morve.
> Face à la quantification, à l’argent et au système d’échange généralisé : s’installer dans
l’inéchangeable : le sacrifice, l’amour, le don, le hors de prix ; étendre le territoire affectif de
la gratuité.
> Face au fonctionnel, à l’opérationnel, au performatif : bug, hack et sabotage, “l’erreur
système” pour bonheur. La production de micro-chaos. L’errorisme, forme aboutie du
terrorisme.
> Face au contrôle des flux, aux mouvements qu’on vous imprime, aux trajectoires qu’on
canalise : la furtivité, la science des écarts, la ligne brisée. L’immobilité et l’inertie de tempo.
Devenir déréseaunable. Disjoncter.
> Face à la fuite de la mort qui n’est que refus de la vie : Memento Mori.

> Face à la fatigue : faire os, férocement.

Damasio BrainDrain
11 janvier 2009


la-rage-du-sage-alain-damasio-integral.pdf - page 1/7
 
la-rage-du-sage-alain-damasio-integral.pdf - page 2/7
la-rage-du-sage-alain-damasio-integral.pdf - page 3/7
la-rage-du-sage-alain-damasio-integral.pdf - page 4/7
la-rage-du-sage-alain-damasio-integral.pdf - page 5/7
la-rage-du-sage-alain-damasio-integral.pdf - page 6/7
 




Télécharger le fichier (PDF)

la-rage-du-sage-alain-damasio-integral.pdf (PDF, 61 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP




Documents similaires


la rage du sage alain damasio integral
finanzkrise
instructions of use madex top 2
element de physique 2
survivre au chaos 2 reprogrammer le mental
entretien tl

Sur le même sujet..