Diana54 test .pdf



Nom original: Diana54_test.pdf

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Adobe Designer 7.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/02/2011 à 20:36, depuis l'adresse IP 92.148.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 8655 fois.
Taille du document: 38.4 Mo (10 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


DIANAMOD.54AIRKING
Par Bolo, aka "Doc" pour www.airguns.forumactif.com

L'arme
Description sommaire
Le modèle 54 est une évolution des célèbres Diana
modèles 48/52. Le recul est amorti par un nouveau
mécanisme anti recul. Carabine de longue portée à
canon fixe et levier d'armement latéral. Détente à
bossette de type compétition, sûreté automatique,
et cran de sûreté, hausse en métal réglable en
hauteur et en dérive, guidon réglable en hauteur,
rail de lunette de visée. Crosse de type chasse,
plaque de couche en caoutchouc.

Brève introduction
Nous connaissons tous aujourd'hui la réputation des carabines Diana. Diana est un modèle de fiabilité, de solidité, de longévité. De
plus la finition des carabines Diana est excellente. C'est ce qu'inspire la Diana mod.54 Airking dès la sortie de son emballage. Pas de
doute, nous avons affaire à du Made in Germany...

Diana mod.54 Airking équipée d'une lunette BSA Contender 3-12x40 sur montage monobloc.

Première impression
Le fû de l'arme est soigné, le bois superbe et agréable au toucher, assurant au passage une bonne prise en main grâce à son
quadrillage. Le caoutchouc, les plastiques (la sécurité, la pièce de plastique en bout de canon permettant de fixer le guidon qui lui
est en métal, et le loquet de sécurité), ainsi que les différents matériaux composites (la gâchette) sont eux aussi très soignés.

Le poids
Là, comme ça, elle semble parfaite. Pourtant... Ses 4.5Kg à bout de bras se font sentir après quelques minutes. Cela ne pose pas de
problème pour le tir debout ou accroupi à une distance comprise entre 10 et 25 mètres à l'aide de ses organes de visé. Remarquez
que, vu la bête et les performances affichées, il serait ridicule de se limiter à cette portée. Investir dans une lunette de visée de
qualité est donc plus que justifié ! Mais (parce qu'il y a souvent un "mais" !), l'ajout d'une lunette et de son montage Monobloc (nous y
reviendrons plus bas), rajoute du poids : comptons presque un kilo supplémentaire, portant le poids total à quasiment 5.5Kg. Ouch !
Oui ! C'est de l'artillerie ! Complétez le tableau avec le bipieds Diana officiel, un gros morceau de métal comme on aime, de presque
un kilo lui aussi... On tourne au alentour d'un peu plus de 6Kg. Yeah BaBy, Yeah !

Nota Bene :
Remarquez que la couleur du
bois (brun foncé) est ici
différente de la version proposée
en catalogue (brun clair). Cela
renforce quelque peu le côté
agressif de la 54...

L'arme : Petite conclusion...
Vous vous en doutez, dans l'ensemble, pas de surprise, la qualité est là. Ceux qui ont eut l'occasion d'avoir différentes marques
d'armes à air comprimé comprendront : non, ce n'est pas la même sensation que d'avoir une Remington Genesis 1000, ou autre
Gamo CFX. La puissance de la bête est palpable ! Grisant...
L'arme : Petites notes techniques du manuel Diana...
Ce paragraphe s'adresse aux curieux désireux de connaître quelques détails relatifs au modèle 54 de chez Diana, en vous proposant
une vue éclatée de l'arme. Le tout est directement tiré du manuel fourni avec l'arme.

La Lunette

Lunette BSA Contender 3-12x40

Présentation
La lunette BSA Contender 3-12x40 est Waterproof, Fogproof et Chockproof. Ses lentilles sont traitées contre les griffures, et la buée.
EIles sont également anti-reflet et offre une grande netteté et luminosité. Elle est recouverte d'un caoutchouc anti-choc ainsi que de
caoutchouc supplémentaire au niveau du réglage de parallaxe, des capuchons des tourelles et du zoom.
Elle dispose d'un montage de lentilles et du réticule très solide adapté à nos carabines à air comprimée. Il est à noter que BSA
propose également une gamme de lunettes dédiées à l'air comprimé sous le nom de "Air Rifle".

Parallaxe
La Contender dispose d'un réglage de correction du parallaxe de 5 yards à 300 yards (1 yards = 0.90m). Le parallaxe est très utile car il
permet de faire la mise au point selon la distance à laquelle se trouve la cible à la manière de l'objectif d'un appareil photo. L'intérêt
est, naturellement, de mettre votre cible et l'image du réticule dans un même plan de tel sorte que votre oeil accommode de la
même manière pour voir la cible et le réticule. Le résultat ? Simple : vous voyez simultanément et nettement la cible et le réticule.
Ce n'est pas une remarque inutile. En effet : un mauvais réglage de votre parallaxe pour une certaine distance de tir a deux
conséquences : Premièrement : votre oeil devra accommoder une première fois pour voir votre cible, et une seconde fois pour voir le
réticule C'est à dire que vous ne voyez pas simultanément la cible et le réticule ! Deuxièmement : un mauvais réglage du parallaxe
provoquera un mouvement apparent du réticule par rapport à la cible (Selon l'angle dans lequel vous regardez dans le réticule), et
donc en conséquence des erreurs de précision.

Le réticule
Il s'agit d'un réticule de type standard.

Simple et efficace...

Le Zoom
Le zoom de la Contenter va de 3x à 12x. A titre informatif, à 80m sur une cible 7x7cm, on distingue nettement les impacts des
plombs. L'entièreté de la cible dépasse des traits fins du réticule. La Contender conserve une bonne luminosité même avec un niveau
de zoom important.

Les tourelles de réglage
Il suffit pour y accéder de dévisser les capuchons protecteurs. Ces derniers dévoilent des tourelles hautes, facilement manipulable
(même avec des gants), dont les clicks sont nets et précis. Les graduations sont également très nettes et bien visibles.

L'avantage de ces tourelles réside dans le fait qu'elle permette de définir le zéro. Une fois votre lunette réglée à la distance voulue, il
vous suffit de desserrer les trois petites vis Allen sur le haut de la tourelle de telle sorte que la partie noire de la tourelle tourne sur
l'axe argenté, mais sans le mettre en mouvement (Sinon la lunette se dérèglerait...) Il vous suffit alors d'aligner le zéro de la tourelle
avec la graduation correspondante, resserrez les vis et le tour et joué !
Vous avez défini votre zéro à 70m... Une occasion se présente d'effectuer un tir à 80m ? Facile ! Rajoutez le nombre de clicks voulu
(qui dépend de la masse du plombs et de la distance de tir) et tirez. Vous devez de nouveau retirer à 70m ? Encore plus facile vu qu'il
vous suffit de réaligner votre lunette sur le zéro.
Même principe pour la déviation si vous devez, par exemple, faire face à un vent latéral : vous modifiez votre déviation et tirez... Si le
vent tombe, remettez votre zéro...
Notez que ces tourelles sont graduées en 1/8" MOA, ce qui apporte une grande qualité de réglage.

La lunette : Petite conclusion
La BSA Contender 3-12x40 est agréable à utiliser et à
manipuler, les rotations des bagues de réglages du zoom
et du parallaxe sont fluides et oppose une certaine
résistance renforçant le sentiment de solidité que cette
lunette apporte.
Je n'ai aucun problème à signaler, après 10x500 plombs
tirés depuis le moi de décembre 2005, la lunette n'a pas
bougé, tant sur son support monobloc qu'au niveau de
ses réglages.

Le montage Monobloc

Montage Monobloc Diana conçu pour les carabines à air comprimé de forte puissance

Rapidement...
Je ne m'attarderais que peu sur cette pièce essentielle à un plaisir de tir optimal. Ce morceau de métal se fixe sur le rail de l'arme,
que l'on serre grâce à ses quatres vis Allen, assurant l'immobilité parfaite du monobloc. Huit vis Allen au niveau des bagues de
serrage permettent également d'immobiliser la lunette dans des conditions optimales.
En quelques mots comme en cent, si vous fixez votre lunette sur votre carabine à air comprimé à l'aide de ce montage, elle ne
bougera pas.
Vérifiez toutefois d'avoir une lunette dont le diamètre du corps est suffisant pour être maintenu correctement par les bagues de
serrage.

Vue d'ensemble de la lunette et de son montage monobloc

Une calle placée sous la lunette au niveau de la bague
arrière permet d'incliner la lunette vers le bas afin de
bénéficier d'une plage de tir plus éloignée.

Le bipied

Rapidement...
Le bipied fourni par Diana est assez simple. Il comprend une plaque de fixation
caoutchoutée afin de le fixer au corps de l'arme sans abîmer ce dernier. Le serrage se
fait par l'intermédiaire d'une grosse vis Allen se vissant dans le guide du rail
d'absorption (Pièce du mécanisme anti-recul) lui même fixé au canon. Cela peut
poser problème en cas de serrage insuffisant de la vis alène. En effet si le serrage
n'est pas suffisant, le mécanisme anti-recul se bloque. Assez paradoxal, je vous
l'accorde.
Le deux pieds sont télescopiques et leur ajustement se fait par l'intermédiaire de
deux bagues de serrage. Leur extrémité est caoutchoutée, permettant un appui
stable.
Enfin, la plaque de fixation et les deux pieds sont unis au moyen d'une pièce
intermédiaire amortie par deux petits ressors, ce qui permet un mouvement de
roulis de l'arme par rapport aux pieds fixes et posés sur le sol. Assez intéressant vu
qu'on ne pose pas toujours le bipieds sur une surface parfaitement plane...

Bipieds Diana téléscopique.

Les prix
Un investissement de qualité
Vous devez vous en douter, tout ça n'est pas pour rien et représente un réel investissement. En effet, comptez 650€ pour l'arme, 200€
pour la lunette, 80€ pour le montage monobloc, et 110€ pour le bipieds. Stockez une telle arme dans une simple housse est un
sacrilège, vu le prix des différents éléments, optez donc pour une mallette digne de ce nom pour 50€ (Ce n'est certes pas une
mallette haut de gamme, mais l'arme y est bien protégée par les mousses et la coque de plastique très solide).
Au total, cela représente 1090€.
Ce prix qui peut vous sembler élevé sera vite se faire oublier par le plaisir que procure le plaisir de tirer avec ce matériel de très haute
qualité et de finition impeccable.

Le mécanisme anti-recul
Sur la Diana .54 Airking, la tolérance de recul
du rail d'absorption est définie à l'aide de
petits roulements montés sur ressort.
La tension du roulement arrière est réglage au
moyen d'une clé Allen.
Malheureusement, si vous serrez la vis pour
réduire la tolérance, vous augmentez la force
nécessaire au recul de l'arme lors du tir, ce qui
rend alors le système de recul sur rails inutile.
Il existe une astuce qui consiste à rajouter un
anneau sur le rail situé à l'avant de l'arme. De
cette façon, vous empêchez la tête du
roulement sur ressort de s'adapter
complètement au trou dans lequel elle se loge,
et donc vous réduisez le seuil de la force
nécessaire au recul du canon lors du tir.
Naturellement, il s'agit de trouver un
équilibre : le canon doit reculer, mais pas de
manière exagérée.

Système anti-recul d'origine :

Le canon est ici en position prêt à tirer et à reculer pour absorber la détente
du ressort...

Un anneau, un roulement sur
ressort sans réglage

Aucun anneau, la tête du roulement est
dans le trou et possède une vis Allen de
réglage de la mise sous tension du ressort

Système anti-recul modifié :

Le canon est ici en position prêt à tirer et à reculer pour absorber la détente
du ressort...

Le second anneau empêche le
guide de finir sa course sur le rail

Le second anneau placé sur le rail avant
empêche alors la tête du roulement de se
loger complètement dans son trou

La détente
"Donnez moi un point d'appuis et je vous soulèverais le monde !" (Galilée)
Un peu de physique mécanique élémentaire sur les bras de levier est de rigueur pour comprendre les principes fondamentaux de la
détente T.05 équipant la Diana .54 Airking...
A vous de jouer !

Cas extrême 1
Le niveau de a seconde vis est ajusté de telle sorte que la première
effectue tout le travail avec une faible force de déclenchement, mais
avec une course plus longue.

Vis 2 Vis 1

Cas extrême 2
Le niveau de a première vis est ajusté de sorte que la seconde
effectue tout le travail avec une moindre force de déclenchement,
mais avec une course plus courte.

NB : Si la seconde vis est
tournée trop à gauche, la
bossette n'est plus
opérationnelle.

Force exercée sur la gâchette
Résultante des force exercées sur le déclencheur (ressort de la gâchette + ressort du déclencheur + friction
Force résultante exercée par la première ou la seconde vis, selon le réglage
Bras de levier résistant du déclencheur
Bras de levier actif (poussé par la première ou la seconde vis, selon le réglage)
Bras de levier résistant de la gâchette (contre le déclencheur)
Bras de levier actif (poussé par votre index)

Vis 2 Vis 1

Cas intermédiaire
Il s'agit naturellement de trouver un réglage intermédiaire à ces deux situations extrêmes :
La première vis (à faible force de déclenchement) agira jusqu'à ce que le niveau de la seconde vis touche le déclencheur.
A partir de ce moment, le niveau de la première vis est tel qu'elle est rendue non opérationnelle, et la force requise pour activer le
déclencheur sera plus importante, mais la course restera courte.

Feu à volonté !
En pratique
Après toutes ces descriptions et tout ces détails barbants, qu'en est-il vraiment du modèle .54 en pratique ?
Et bien... Elle déchire... C'est un véritable exemple de fiabilité et de précision. On tire. On tire. On tire. Et on tire encore. Et encore.
Blam ! Blam ! Blam ! Increvable...
Imaginez...Bien allongé dans l'herbe avec la Diana sur son bipied, callée contre votre épaule, vous scrutez votre cible plantée à 80m à
travers l'oculaire de la BSA Contender... Vous bloquez votre souffle... Blam !
Niquel.
Les plombs
La seule condition à respecter, mis à part de s'appliquer dans son art, et
d'utiliser des munitions adaptées. En effet, pour une carabine de cette
puissance, il est vivement conseillé d'utiliser un plomb plus lourd :
balistique élémentaire, un plomb plus lourd ira moins loin, mais sera plus
précis qu'un plomb plus léger.
Je vous conseille les plombs "Supermag" Dynamit Nobel de RWS.
Leur finition est propre et soignée. Comptez 5€ la boîte de 500.
Ils sont également disponibles en têtes pointues et arrondies.
Supermag, cal 4.5, 0.60g

Perforation et précision
Peu de chose ont résistés aux assauts de la Diana .54 Airking à une distance de 80m.
Le plomb Supermag passe sans problème à travers une canette replie d'eau, une
boîte de conserve... Seules les grosses bouteilles en verre semblent résister (mais
plus après quelques salves de plombs bien placées).
Pour les tirs à 80 m, je vise des bouchons de bouteilles d'eau minérale, des petites
tomates cerises, etc.
Pour les tirs à 100 m, que je réalise occasionnellement, je tir sur des petites boîtes de
conserve, ou sur des CD-R publicitaires (Je vous conseille ce genre de cible, c'est très
amusant à voir éclater !)
J'atteints ces cibles sans difficulté, sauf en présence de vent latéral, car à cette
distance, les plombs perdent pas mal de puissance et sont fort sensibles à ce genre
de perturbation.
Cible 7x7cm à 80m, couché avec bipieds, léger vent
latéral "gauche droite", 35°C

Le mot de la fin
Pour toutes questions, détails, remarques, suggestions etc., je vous invite à me contactez par MSN :
bolognaisesaucetomate@msn.com (identifiez-vous comme membre de www.airguns.forumactif.com), ainsi que
par l'intermédiaire des forums sur www.airguns.forumactif.com
J'espère que vous avez trouvé cet article intéressant.
Cordialement, Bolo.
Bolo, aka "Doc"


Aperçu du document Diana54_test.pdf - page 1/10

 
Diana54_test.pdf - page 3/10
Diana54_test.pdf - page 4/10
Diana54_test.pdf - page 5/10
Diana54_test.pdf - page 6/10
 




Télécharger le fichier (PDF)


Diana54_test.pdf (PDF, 38.4 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


diana54 test
56 127
presentation francais gamme athlon   a cispra  2018
rx80mv8
catalogueloisir2016 17
initiation 20au 20tir 20sur 20silhouettes 20metalliques

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.011s