Kill everyone .pdf



Nom original: Kill everyone.pdf
Titre: Microsoft Word - Kill every one.docx
Auteur: Antoine Canet

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.3 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/02/2011 à 22:12, depuis l'adresse IP 89.86.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 3898 fois.
Taille du document: 155 Ko (14 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Kill  Everyone,  Lee  Nelson,  Tysen  Streib,  And  Steven  Heston  
 
Traduction  :  Antoine  «  LeftAshes  »-­‐  BarrierePoker,  Fulltilt.Fr-­‐  
 
2007,  «  Kill  Everyone  a  transformé  le  monde  du  
poker   quand   il   fut   publié   en   2007.   Ce   livre   est   la  
combinaison   parfaite   de   l’expérience   vécue   par  
des   pros,   des   mathématiques   du   poker,   et   des  
puissances   du   calcul.   Tout   cela   permettant   la  
création   de   nouveaux   concepts   jamais   vus   sur  
papier   à   propos   des   tournois,   sit’n   go   et  
satellites  »  
 
Mon  propos  :  
 
À   ce   jour,   je   crois   qu’il   n’existe   pas   de   traduction   française   pour   ce  
livre,  à  vrai  dire  peu  de  gens  en  ont  besoin  car  l’anglais  du  poker  n’est  
pas  vraiment  difficile  mais  de  fait,  il  n’en  demeure  pas  moins  qu’il  est  
parfois  compliqué  et  même  parfois  ennuyant  de  lire  370  pages  d’une  
langue   étrangère   tout   en   se   concentrant   et   en   voulant   retenir   le  
principal,   voilà   pourquoi   j’ai   entamé   ce   travail   qui   certes   colossal   et  
difficile   me   semble   nécessaire   afin   d’améliorer   mon   jeu,   et   afin  
d’améliorer  (peut  être  )  le  votre.  Ce  livre  est  à  mon  avis  un  très  bon  
livre   sur   les   tournois   qui   s’attaque   à   toutes   les   techniques   avancées  
du   poker.   Ce   livre   n’est   surement   pas   pour   les   débutants   mais   pour  
les  joueurs  intermédiaires  qui  chercheraient  à  améliorer  leur  jeu  live,  
et  online  en  tournoi.  

 

 
Ps  :   Excusez   les   fautes   d’orthographes,   ou   les   mots   anglais   que   j’ai   pu   «  franciser  »,   de   même  
excusez   les   formes   idiomatiques   anglaises   que   j’ai   eu   du   mal   à   rendre   en   Français,   et   enfin  
excusez  le  fait  que  j’ai  ici  retranscrit  les  moments  les  plus  important  selon  moi  de  chaque  partie  
en  découpant  les  multiples  exemples  qui  se  répètent  et  que  tout  le  monde  à  surement  vu  sur  You  
tube.  Merci  Bien.    
Ps   bis  :   Ici   présent   seulement   le   premier   chapitre   qui   n’est   que   le   début   du   livre,   mais   qui   peut  
servir  déjà  de  bonne  base  à  l’amélioration  de  son  jeu  en  tournoi.  
Ps   final  :   Je   compte   bien   à   la   fin   de   cette   traduction   m’attaquer   au   livre   sur   les   Heads-­‐Up   de   colin  
Moshman,   sur   les   Sit’n   go   de   Colin   Moshman,   et   enfin   sur   les   deux   tomes   de   Harrington,   Cash  
Game   volume   1   et   Cash   game   volume   2   car   je   crois   qu’il   n’existe   aucune   traduction   pour   ces  
livres.  

 
 
 
 
Chapitre  I.  Old  School  versus  New  School  

 

I.  Loose  Agressif  :  Introduction  
 
 
Accumuler   des   jetons   dans   les   gros   tournois   est   une   forme   d’art,   et   les  
joueurs   ont   différentes   manières   de   l’envisager.   Les     joueurs   Old-­‐school   jouent  
tight   (serré),   dans   l’attente   d’une   grosse   main   de   départ,   tel   que   paire   de   9   ou  
mieux,   AQ   suited,   ou   A-­‐K   de   préférence   suited.   Ainsi   il   essaie   d’extraire   le   plus  
possiblle   de   jetons   avec   ces   mains.   Ils   se   servent   des   bets,   ou   des   raise   pour  
définir  leurs  mains.    
 
Cependant   Dans  les   tout   débuts   des   tournois   d’autres   joueurs   arrivent   à  
obtenir  d’énorme  côte  implicite  (implied  odds)  en  jouant  des  mains  spéculatives,  
tel  que  des  petites  ou  medium  paires  et  des  suited  connectors.  S’ils  ratent  le  flop,  
pas  de  problème,  la  grosse  paire  gagne  a  un  petit  pot.  Mais  quand  ils  flopent  deux  
paires  ou  mieux,  ils  ont  les  moyens  de  sortir,  broker  un  joueur  qui  serait  tombé  
amoureux  de  ses  as,  ou  de  ses  rois  et  n’arriverait  pas  à  s’en  débarrasser.    
 
Si  c’est  cela  que  vous  attendez  patiemment  (  en  moyenne  vous  aurez  les  
as,   ou   les   rois   une   fois   toutes   les   110   mains),   de   ce   fait   vous   essaierez  
naturellement   d’extraire   le   maximum   de   jetons   (   value)   and   vous   serez   prêt   à  
partir  all  in  avec.    
 
C’est   exactement   ce   que   les   joueurs   «  prédateurs  »,   cherchent.   Se   marier  
avec   ses   as   en   début   de   tournoi   and   vous   aurez   souvent   un   beau   bad   beat   à  
raconter  à  vos  amis.  De  fait,  c’est  n’est  pas  du  tout  un  bad  beat,  surtout  si  vous  
slow-­‐player   vos   as   comme   beaucoup   le   font.   En   faisant   ainsi   vous   invitez   vos  
adversaire   a   vous   sortir   du   tournoi,   et   beaucoup   seront   ravi   de   le   faire.   Le  
nombre   de   joueurs   que   j’ai   vu   éliminés   en   slow   playant   une   grosse   paire   est  
énorme.   A   moins   que   vous   ne   soyez   très   fort   pour   «  read  »   les   mains   de   vos  
adversaires,   c’est   surement   une   erreur   de   slow   player   les   as,   surtout   au   début  
des  tournois  quand  la  plupart  des  joueurs  ont  des  tapis  profonds.    
 
En   fait,   parfois   «  over-­‐better  »   les   as   en   début   de   tournoi   peut   être  
vraiment   payant.   Quelques   années   auparavant,   au   25  K   buy   in   WPT  
championship  event  au  Bellagio,  ou  chaque  joueurs  commençaient  avec  50  000  
chips,  Jim  McManus    a  shové  tout  ses  jetons  pré-­‐flop  avec  une  paire  d’as,  et  il  a  
été  callé  par  un  joueur  ayant  une  paire  de  dame  et  qui  croyait  apparemment  qu’il  
avait  les  nuts,  peut  être  parce  que  dans  son  esprit  personne  ne  betterait  50,000  
jetons   dans   le   pot   avec   les   as   alors   que   les   blind   étaient   si   petites.   Chip   Jett   en  
parlant   de   ce   coup   dit   répond  :   «  je   ne   vois   rien   de   mal   à   faire   cela.   Les   as   ne   font  
pas  partis  de  mon  plan  pour  accumuler  des  jetons  de  toute  façon.  »    Et  c’est  vrai  
qu’ajourd’hui   la   «  new   school  »   de   joueurs   de   pokers   ne   dépendent   plus   des  
grosses  paires  pour  construire  un  gros  stack.    
 
La   nouvelle   école   de   joueurs   joue   toute   sorte   de   mains   au   début   du  
tournoi   afin   qu’elles   permettent   d’obtenir   plus   de   jetons.   De   manière   optimale  
elles   le   font   avec   des   «  small   ball   moves,   small   bets,   des   raises   et   re-­‐raises  
permettant   de   garder   leur   adversaires   indécis.   Quand   un   joueur   est   capable   de  

joueur   virtuellement   n’importe   qu’elle   deux   cartes,   il   y   a   presque   toujours   une  
main  qu’il  pourrait  avoir  qui  pourrait  vous  enterrer.  De  fait  des  joueurs  comme  
Daniel   Negreanu,   Gus   Hansen,   montrent   souvent   à   leurs   adversaires   des   mains  
improbables  qui  leurs  font  gagner  des  grands  pots.  Voilà  un  exemple  d’avril  2007  
au   Bellagio  :   Avec   des   blinds   de   50/100,   et   un   stack   de   départ   de   6000   jetons.  
Alan   goehring   est   «  chip   leader  »   avec   26   000   jetons.   Alan   Cunningham,   un   autre  
grand  joueur,  est  second  avec  13,  000  jetons.  Goehring  a  joué  beaucoup  de  mains  
et   a   pris   beaucoup   de   pots,   même   après   des   raise   qu’il   a   dû   jouer.   Dans   cette  
main,   Goehring   «  limps  »   «  under   the   gun  »   (UTG,   une   place   après   la   grosse  
blinde  )  avec  6-­‐4os,  Cuniingham  assis  trois  sièges  a  la  gauche  de  goehring  tient  A-­‐
Ksuited  (de  trèfle),  bet  400.  Goehring  bien  que  hors  position  call,  le  board  au  flop  
est   le   suivant  :   5-­‐3   (de   trèfles)-­‐2   offrant   ainsi   a   goehring   les   nuts,   et   a  
Cunningham   un   «  flush   draw  »et   une   «  straight   draw  »,   Goehring   check,  
Cunningham   bet   700,   goehring   raise   a   1600,   et   Cunningham   call  ;la   turn   apporte  
un  4  de  pique  et  Goehring  bet  1600,  Cunningham  call,  a  la  river  un  Valet  de  cœur,  
Goehring   bet   6000,   et   Cunningham   call.   Cette   main   aura   coute   a   Cunningham  
9,600  jetons,  le  laissant  a  seulement  3,400,  et  donnant  a  goehring  plus  de  35,000  
presque   6   fois   son   stack   de   départ,   et   on   était   seulement   au   second   niveau   de  
blind  !    
 
Jouer   beaucoup   de   mains   avec   un   stack   profond   rend   les   joueurs   de   la  
new  school  difficile  a  prévoir,  et  très  dur  à  lire.  Non  seulement  il  est  difficile  de  
les   mettre   sur   une   main,   mais   ils   peuvent   aussi   sentir   la   faiblesse   et   voler  
beaucoup  de  pots.  En  créant  de  l’incertitude  dans  l’esprit  de  leurs  adversaires,  ils  
parviennent   a   obtenir   ‘induce  ‘,   un   call,   ou   même   a   ce   que   leurs   adversaires  
jettent   leurs   meilleurs   mains,   en   amassant   une   montagne   de   jetons   dans  
l’histoire.    
 
De  mon  point  de  vue,  les  meilleurs  joueurs  aujourd’hui  joue  une  variante  
de  cette  stratégie  loose-­‐aggresive  (LAG).  
 
II.    Jouer  beaucoup  de  mains  spéculatives  (à  potentiel)  tôt.  
 
Si   vous   avez   développé   la   compétence   de   lire   les   mains   et   les   joueurs,  
comme  beaucoup  d’expert  de  la  new  school,  vous  être  surement  prêt  à  employer  
les  mêmes  stratégies  contre  vos  adversaires.  Quand  vous  avez  un  stack  profond,  
avec  des  mains  telles  que  6-­‐4  suited,  ou  10-­‐7  suited  vous  pouvez  small  raiser.  De  
plus  vous  pouriez  voir  des  flop  en  callant  simplement  après  d’autres  caller,  avec  
des  mains  telles  que  des  connectors  non  suités,  ou  même  des  mains  marginales  
telles  que  Q-­‐5  suited,  si  vous  être  en  bonne  position  (  hijack,  Cut  off,  Bouton).  SI  
vous   touchez   un   gros   flop,   comme   deux   paires,   une   suite,   ou   une   couleur,   vous  
pouvez  gagner  un  gros  pot  et  peut  être  doubler.  Personne  n’imaginera  qu’un  flop  
comme  7-­‐5-­‐3  rainbow,  vous  aura  aidé.  Après  tout  vous  n’être  pas  Goehring,  et  il  
est   peu   probable   que   d’autres   joueurs   suspectent   que   vous   ayez   touché   une  
suite.  S’ils  ont  une  seulement  une  big  over  pair  vous  pouvez  les  sortir,  les  broker.  
 
III.  Jouer  Tight  tôt  afin  d’établir  une  image.  
 
Si  vous  n’êtes  pas  confortable  avec  l’idée  de  jouer  beaucoup  de  mains,  et  
de   voir   beaucoup   de   flops   parce   que   vous   avez   peur   d’être   mal   mené   post-­‐flop,   il  
y   a   une   autre   stratégie  :   jouer   très   peu   de   mains   afin   d’établir   une   image   de  

joueur  tight,  afin  de  pouvoir  voler  les  blindes  efficacement  plus  tard.  Avec  cette  
stratégie   le   range   de   main   se   réduit   à   5-­‐5+,   A-­‐Qs+,   et   A-­‐K.   Les   petites   paires  
peuvent   être   joué   avec   un   petite   raise   pré-­‐flop,   mais   vous   devez   pouvoir   vous  
débarrassez  de  cette  main  a  moins  que  vous  ne  touchiez  un  brelan.  Avec  9-­‐9,  10-­‐
10,   J-­‐J,   si   le   pot   a   déjà   été   raisé,   vous   devez   pouvoir   considérer   caller,   ou   essayer  
soit   de   flopper   un   brelan,   ou   de   déguisé   votre   main   en   une   over   pair,   si   trois  
petites   cartes   tombent   au   flop.   Jouer   les   grosses   paires   tel   que   Q-­‐Q,   A-­‐A  
agressivement  pré  flop  en  raisant  ou  re-­‐raisant.    
Votre   objectif   avec   cette   manière   de   joueur,   est   de   convaincre   que   vous  
être   vraiment   solide   quand   vous   entrez   dans   une   main.   Vous   pouvez   leur  
montrer  vos  As,  ou  vos  rois,  une  fois  ou  deux  afin  de  renforcer  votre  image.    
Une   fois   le   niveau   des   blindes   augmentés,   vous   pouvez   choisir   vos  
moments  pour  faire  des  décisions  agressives  avec  une  grande  chance  de  réussite.    
 
IV.  Voler  les  blinds  tôt  dans  le  tournoi  
 
Il  est  important  de  distinguer  entre  jouer  des  mais  spéculatives  en  début  
de  tournoi  et  essayer  de  voler  les  blindes  avec  des  poubelles.  Quand  les  blindes  
sont   petite,   il   n’y   pas   vraiment   de   raison   pour   la   plupart   des   joueurs   de   voler.  
Disons   que   vous   jouez   au   WSOP   main   Event   avec   30,000   chips   et   blindes   de  
50/100.  Vous  avez  peut  être  lu  quelque  part  que  vous  devriez  raise  à  partir  du  
bouton   avec   n’importe   quelle   deux   cartes   afin   de   voler   les   blindes.   Ajouter   150   à  
votre  stack  représente  une  augmentation  de  votre  stack  de  0,50%  si  bien  que  la  
plupart   des   joueurs   évitent   de   s’engager   avec   des   mains   poubelles   pour   un   si  
petit   bénéfice.   Les   mains   non   suitées,   sans   cartes   hautes,   ou   avec   un   potentiel   de  
flush  ou  de  straight  doivent  généralement  être  jetées.    
Remarquez   que   je   dis   «  la   plupart   des   joueurs  ».   Certains   pros   font  
exception  mais  ils  ont  dans  la  tête  l’idée  d’obtenir  bien  plus  que  150  en  blindes.  
Si  tout  le  monde  se  couche  c’est  bien,  ils  font  du  profit  quand  même.  Mais  si  ils  
raise  300  et  se  font  caller,  le  jeu  est  en  marche.  (The  game  is  on)  Parce  que  ces  
joueurs   ont   beaucoup   d’expérience,   et   peuvent   lire   les   mains   de   leurs  
adversaires,  ils  vont  essayer  de  malmener  leurs  adversaires  au  flop  et  après,  tout  
en   augmentant   la   taille   du   pot.   Si   leurs   adversaires   check,   ils   betteront   la   plupart  
du   temps   s’emparant   instantanément   du   pot   quand   leurs   adversaires   auront  
loupé  le  flop  (environ  2/3  du  temps).  S’ils  endurent  une  resistance,  ils  utiliseront  
des  petits  bet,  et  raise,  ou  des  check  raise  pour  représenter  une  main  forte.    
Si  l’un  des  joueurs  a  une  «  postive  expected  value  (+EV)  un  autre  joueur  
doit  avoir  exactement  le  même  nombre  de  «  negative  expected  value  »  (-­‐EV).  Si  
vous  êtes  le  meilleur  à  la  table,  jouer  des  mains  telles  que  6-­‐4os  peut  représenter  
de   la   «  value  »   sinon   c’est   perdre   de   l’argent   que   de   s’impliquer   avec   de   pareilles  
mains.  Jetez  les,  et  avancez  !  
Quand   je   suggère   de   jouer   des   mains   spéculatives   tôt,   je   me   réfère   aux  
mains   telles   que   les   petites   paires,   les   suited   connectors,   1-­‐gap   suited  
connectors,   et   les   as   suited  ;   la   règle   de   5   et   10   et   de   3   et   6   (plus   tard   dans   le  
livre)  vous  aideront  a  savoir  combien  vous  voulez  investir  avec  ces  mains.    
Les  unsuited  connectors  peuvent  aussi  être  limper  au  bouton  ou  a  la  small  
blinde  si  cela  représente  un  faible  pourcentage  de  votre  stack.  Par  ailleurs  il  est  
déconseillé  de  vouloir  voler  les  blindes  avec  des  mains  poubelles.  
 

 
 
V.  Voler  les  blindes  plus  tard  dans  le  tournoi  
 
Après   les   premiers   5-­‐6   niveaux   de   blindes,   voler   les   blindes   devient   de  
plus   en   plus   intéressant.   De   fait   cela   devient   essentiel  ;   c’est   particulièrement  
vrai   lorsque   les   antes   commencent.   Les   facteurs   qui   influencent   la   fréquence   à  
laquelle  vous  pouvez  voler  comprennent  :  
-­‐
Le  stack  relatif  à  la  big  blinde.  Généralement  plus  son  stack  sera  
grand  plus  ce  sera  dur  de  lui  voler.  
-­‐
Le   genre   de   joueur   à   la   big   blind.   Les   joueurs   passifs   qui   ne   re-­‐
raiseront   pas   sans   une   grosse   main   sont   le   mieux.   Les   joueurs  
agressif  qui  re-­‐raise  souvent  sont  difficile  à  voler.  
-­‐
La  valeur  de  votre  main.  Evidemment  plus  votre  main  est  bonne  
plus  vous  être  enclin  à  raise.  Contre  les  meilleurs  joueurs  qui  re-­‐
raise   souvent   vous   devez   améliorer   la   qualité   des   mains   avec  
lesquelles  vous  volez.  Contre  un  joueur  qui  relance  souvent  vous  
pouvez  jouez  all  in  des  mains  telles  que  8-­‐7s,  7-­‐6s,  etc.  Il  est  vrai  
que  vous  seriez  mal  s’il  call  et  vous  montre  une  paire  d’as,  mais  
parfois   il   faut   savoir   prendre   des   risques   afin   de   regagner   le  
control   de   la   table.   A   moins   qu’il   n’est   un   monstre   votre   move  
sera  un  succès.    
-­‐
L’image   que   vous   tenez   à   la   table.   Si   vous   avez   volé   les   blindes  
plusieurs   fois   récemment,   vous   ne   devriez   «  steal-­‐raise  »  
seulement   avec   une   main   qui   peut   supporter   une   re-­‐raise.   C’est  
toujours   intéressant   d’avoir   une   big   paire,   ou   A-­‐K   lorsque   vous  
avez  volez  deux  mains  récemment.  La  plupart  des  joueurs  semi-­‐
agressif   joueront   la   main   avec   vous   la   troisième   fois   que   vous  
raisez.    
-­‐
Si  le  joueur  à  la  big  blinde  vient  de  gagner  un  gros  pot,  il  est  un  
bon  candidat  pour  un  vol  de  blinde.  Les  joueurs  qui  viennent  de  
gagner   beaucoup   de   jetons,   et   qui   sont   confortable   avec   leur  
stack,   sont   des   cibles   parfaites.   Ils   ne   joueront   que   rarement   avec  
vous,  et  cela  seulement  avec  une  premium  hand.  Si  ce  joueur  est  
un   pro,   ignorez   ce   conseil.   Certains   pro   aime   représenter   un   rush  
et   joueront   régulièrement   la   prochaine   main   après   avoir   gagner  
un  gros  pot.    
 
 
 
VI.  The  Big  Move  
 
 
Parfois   en   début   d’un   tournoi   une   opportunité   se   présente   de   faire   un  
gros   coup   afin   de   construire   son   stack.   Cela   implique   de   penser   outre   ce   que   l’on  
sait   déjà.   Vous   devez   savoir   les   côtes   de   certains   duels,   avoir   le   courage   de   ses  
convictions,   et   avoir   une   tolérance   assez   grande   pour   le   risque   mais   il   est   vrai  
que   sans   cela   de   toute   manière   il   est   dur   de   réussir   un   tournoi.   En   2006,   à  
l’Aussie   Millions   Main   Event,   j’ai   été   témoin   d’une   situation   pour   le   peu  

inhabituelle.   Avec   les   blinds   50/100,   j’étais   Under   the   Gun   (UTG)   with   7-­‐6   suited  
de   cœur,   et   j’ai   better   225.   En   position   précoce   j’aime   faire   des   petites   raises  
comme   si   les   grosses   mains   et   les   mains   spéculatives   étaient   les   mêmes.   Jason  
Gray  et  Mark  Vos  ont  tous  les  deux  callés,  tout  comme  les  deux  autres  personnes  
qui  s’étaient  qualifiées  via  internet.  Il  y  avait  1,175  dans  le  pot.  Le  flop  était  :  Q  de  
cœur,  5  de  cœur  et  4  de  trèfle.  J’ai  checké,  et  Jason  a  bet  1000.  Tous  les  autres  ont  
«  smooth   called  »   1000.   J’avais   un   Flush   draw,   et   un   open   straight   draw.   9   cartes  
feraient  ma  couleur,  plus  6  cartes  qui  feraient  ma  suite.  Avec  15  outs,  je  n’ai  pas  
pu  considérer  me  coucher.  
 
VII.  Connaître  la  côte.  
 
Mon  instinct  me  disait  de  call,  mais  il  y  avait  de  grande  chance  qu’un  autre  
joueur  ait  une  «  nut  flush  draw  ».  Après  tout,  4  joueurs  avaient  callé  un  bet  de  la  
taille   du   pot.   Si   la   «  nut   flush   draw  »   était   quelque   part,   mes   outs   seraient  
drastiquement   réduit   aux   6   outs   non   cœur   qui   feraient   ma   suite.   Si   quelqu’un  
avait  touché  un  brelan  il  aurait  surement  protégé  sa  main  en  raisant  au  flop,  donc  
je   suis   arrivé   a   la   conclusion   de   faire   all   in,   mes   20,000   jetons.   Je   connaissais  
approximativement  la  côte  d’une  confrontation  all  in  heads  up  au  flop  :  
-­‐56%  face  a  une  over-­‐pair  ;  
-­‐L’égal  montant  d’argent  face  à  deux  paires  
-­‐40%  contre  un  brelan  
-­‐37%  face  à  un  as  cœur  et  un  petit  cœur  (  A-­‐2,  A-­‐3)  
-­‐35%  face  à  un  as  et  un  gros  cœur  (A-­‐K,  A-­‐J)  
 
Les   mains   contre   lesquelles   je   paierai   le   plus   d’argent   en   heads   up  
seraient   les   couleurs  ;   je   me   devais   de   sortir   n’importe   qu’elle   couleur   draw   du  
coup.  Il  y  avait  déjà  plus  de  5,000  dans  le  pot.  Chaque  adversaire  qui  avait  call,  
devrait  ajouter  19,000  donc  je  risquais  20,000  pour  gagner  24,000.  J’aurais  une  
cote   de   1.2   sur   1   face   à   une   over   pair,   ou   2   paires,   contre   lesquelles   j’étais   de  
toute   manière   favoris.   Etant   donné   ma   «  fold   equity  »,   j’étais   convaincu   que  
partir   all   in   était   la   meilleure   décision   à   faire.   Je   me   suis   dit   que   si   personne  
n’avait  de  set,  il  y  avait  une  grande  chance  qu’ils  se  couchent  tous,  et  que  même  si  
quelqu’un  avait  un  set,  j’avais  toujours  un  grand  nombre  d’outs.  Jason  qui  avait  
une  paire  d’as  s’est  correctement  couché  pensant  qu’il  était  soit  face  à  un  set  soit  
face  à  un  draw  et  qu’il  n’étais  probablement  pas  favoris  (underdog).    
De  même  les  autres  se  sont  tous  couchés.  De  mon  point  de  vue  il  y  a  eu  un  
bon   nombres   de   points   positifs   résultant   de   cette   main.   Non   seulement   j’ai  
augmenté  mon  stack  de  25%,  ce  qui  est  très  intéressant  dans  l’accumulation  de  
jetons   tôt   dans   le   tournoi   mais   aussi   j’ai   pu   bénéficier   de   certains   avantages  
psychologiques  tel  que  de  la  «  fold  equity  »  et  de  la  «  fear  equity.  »  Imaginer  que  
tous  leurs  jetons  puissent  être  menacé  si  tôt  dans  le  tournoi  peut  inciter  certains  
à   réfléchir   deux   fois   avant   d’entrer   dans   les   coups   dans   lesquelles   je   serai  
impliqué.    
 
VIII.  La  Fold  Equity  
 

Quand  vous  bettez  ou  raisez  il  y  a  deux  façons  de  gagner.  Soit  vous  prenez  
le   pot   dès   maintenant   lorsque   tous   vos   adversaires   se   couchent   soit   vous   allez  
jusqu’au  show  down  avec  la  meilleur  main.  
Quand   vous   callez   vous   ne   gagnez   pas   directement.   Caller   tout   au   long   du  
coup  ne  vous  donne  qu’une  manière  de  gagner,  aller  au  show  down.    
Par  exemple  disons  que  vous  avez  K-­‐K  et  le  flop  est  K-­‐9-­‐5  rainbow.  Votre  
adversaire   a   7-­‐6   de   pique,   et   ne   peut   gagner   seulement   s’il   touche   sa  
«  gutshot    straight  draw  »  et  que  vous  n’améliorez  pas  votre  main,  ou  si  la  turn  et  
la  river  donne  un  3  et  4.  Son  draw  est  plutôt  mince,  mais  il  gagnera  toujours  15%  
du  temps  si  sa  main  va  jusqu’au  showdown.  Ce  15%  est  son  équité  dans  le  pot.  SI  
vous  bettez  fortement  au  flop  et  qu’il  se  couche,  il  perd  cette  équité.    
La  «  pot  equity  »  est  la  valeur  attendu  du  pot  s’il  va  jusqu’au  show  down  
avec  aucun  autre  bet.  La  «  fold  equity  »  est  la  valeur  confisquée  du  pot.  Voilà  un  
autre   exemple  ;   vous   tenez   A-­‐Ko   sur   un   board   A-­‐9-­‐8   rainbow,   et   vous   êtes  
confronté  à  un  adversaire  qui  tient  7-­‐6,  c’est  à  dire  top  pair  face  à  un  draw.  Votre  
adversaire  a  environ  34%  de  «  pot  equity  ».  Si  vous  misez  suffisamment  au  flop  il  
ne   peut   pas   continuer   la   main.   Il   perd   ses   34%   et   votre   part   augmente   de   66%   à  
100%.   Il   est   souvent   possible   de   faire   en   sorte   que   votre   adversaire   couche   sa  
meilleure   main.   La   valeur   prise   en   faisant   coucher   vos   adversaires   est   très  
importante.  Néanmoins  ne  vous  méprenez  pas,  se  coucher  est  souvent  la  bonne  
chose   à   faire.   De   fait   il   est   vrai   qu’en   «  live   event  »   beaucoup   de   joueurs   ont  
tendances  à  jouer  trop  tight  et  à  se  coucher  trop  souvent.  C’est  spécialement  vrai  
plus   tard   dans   le   tournoi   quand   les   joueurs   partent   all   in   pré   flop.   En   générale  
plus   le   bet   est   important   plus   la   fold   equity   est   importante.   Une   fois   que   les  
joueurs   se   rendent   compte   que   vous   être   prêt   à   investir   tous   vos   jetons   à   tout  
moment  vous  commencez  à  développer  une  «  fear  equity  ».    
 
IX.  «  Fear  Equity  »  
 
L’un   des   points   positifs   à   faire   des   gros   bet   avec   des   monstres,   bluffs,   et  
semi-­‐bluff   est   la   «  fear   equity  ».   Vos   adversaires   se   rendront   compte   que   votre  
style   de   jeu   peut   mettre   tout   vos   jetons   (   la   plupart   du   temps   tout   les   leurs   )   à  
risque  à  tout  moment.  Ce  faisant,  vous  avez  un  réel  pouvoir  sur  vos  adversaires.    
La  cible  idéal  à  une  table  d’un  tournoi  est  le  joueur  «  weak-­‐tight  ».  Son  style  est  
facile  à  lire  parce  qu’il  joue  sans  détour.  S’il  bet  il  a  surement  quelque  chose.  S’il  
check  il  n’a  rien  et  est  prêt  a  se  coucher.  Puisque  chaque  joueur  loupe  le  flop  plus  
deux  fois  sur  trois,  plus  de  deux  fois  sur  trois  un  joueur  fort  peut  prendre  le  pot  
au   flop.   Si   un   joueur   faible   ne   jouerai   pas   un   bet   au   flop   avec   moins   d’une   top  
paire,   il   se   couchera   au   flop   la   plupart   du   temps.   Ce   joueur   ne   tiendrait   pas   la  
pression   si   une   «  scare   card  »   tel   que   la   troisième   carte   de   la   couleur   du   board  
tombant  à  la  turn  ou  à  la  river  et  que  vous  faisiez  un  bet  convaincant  après  qu’il  
est  checké.  Ce  jouer  est  la  cible  première  pour  le  vol  de  blinde.    
 En   revanche   un   joueur   qui   montre   qu’il   est   prêt   à   se   mettre   all   in   tôt   dans   un  
tournoi   peut   être   une   menace.   Les   joueurs   comme   cela   ne   sont   pas   de   bonnes  
cibles  à  voler  parce  qu’ils  sont  sans  peur  et  ne  sont  pas  effrayés  de  re-­‐raise,  ou  
d’aller  all  in.    
 
                                     X.  Gagner  beaucoup  de  petits  pots  
 

 
Les  artistes  adepte  du  «  small  ball  »  ne  cessent  de  faire  de  petits  bet,  ou  des  raise  
souvent   avec   le   bénéfice   d’une   bonne   position.   Pré-­‐flop,   ils   relancent   presque  
toujours  avec  des  mains  spéculatives  ou  fortes.  Cela  leur  donne  plusieurs  façons  
de  gagner  la  main.  Premièrement  ils  peuvent  floper  une  grosse  main,  ou  un  big  
draw.  Par  exemple  si  le  flop  est  10-­‐6-­‐5  et  qu’ils  ont  commencé  la  main    avec  6-­‐5  
suited,  leur  pre-­‐flop  raise  suivit  d’un  continuation  bet  au  flop  peut  être  interprété  
comme  un  continuation  bet  avec  quelque  high  cartes.  Un  adversaire  agressif  peut  
raiser  pour  essayer  d’induire  les  autres  joueurs  à  se  coucher,  tout  en  créant  un  
gros  pot  où  2  paires  est  souvent  la  meilleure  main.    
D’autre   part   ils   peuvent   aussi   louper   le   flop,   mais   tout   de   même   raiser   leurs  
adversaires   afin   de   les   sortir   de   la   main.   Par   exemple   quand   un   flop   détient   un  
As,  ils  peuvent  représenter  une  top  paire  avec  un  kicker  fort,  même  si  ils  peuvent  
avoir  totalement  loupé  avec  une  main  comme  6-­‐5  suited.    
Par  ailleurs  ils  peuvent  avoir  touché  partiellement  le  flop,  et  jouant  de  la  même  
manière  voler  le  pot.  Par  exemple  après  avoir  raisé  pré-­‐flop  avec  6-­‐5  suited,  ils  
pourraient   checker   un   flop   tel   que   9-­‐6-­‐2,   représentant   deux   high   cards,   mais  
raiser  si  leurs  adversaires  bets  représentant  désormais  une  overpaire.  Cela  crée  
de   la   confusion   dans   l’esprit   des   adversaires   même   si   le   nombre   de   bet   et   de  
raise  sont  petit  relativement  à  la  taille  du  pot.  Gagner  beaucoup  de  petits  pots  est  
une   excellente   manière   d’accumuler   des   jetons.   Il   y   a   beaucoup   de   pots,  
Spécialement   ceux   joués   en   heads   up,   où   personne   ne   touche   son   flop.   Un   bet   au  
flop   ou   a   la   turn   permet   souvent   de   gagner   ses   pots   orphelins.   Si   vous   pouvez  
faire  un  bet  de  la  moitié  du  pot,  et  faire  folder  vos  adversaires  plus  d’une  fois  sur  
trois  (hautement  probable)  vous  en  tirez  le  maximum.    
Pour   être   efficace   à   ce   genre   de   jeux   vous   devez   avoir   une   idée   claire   de   où   vous  
en  êtes  dans  la  main.  Quels  range  de  mains  de  départ  jouent  vos  adversaires  et  
comment  les  bet  ils  ?  Pouvez  vous  voir  des  tells  ?  Si  vous  pouvez  tout  cela,  jouez  
«  small  ball  »  afin  d’accumuler  les  jetons  tout  en  contrôlant  les  risques.  
 
XI.  Gagner  quelques  gros  pots  :  
 
Une   autre   méthode   qui   fonctionne   est   de   s’emparer   de   quelque   gros   pots.   Ce  
style  de  jeu  est  plus  risqué  que  le  small-­‐pot  poker.  Il  est  possible  que  vous  ayez  
entendu  l’adage  :  «  Ne  jouez  pas  de  gros  pot  à  moins  d’avoir  une  grosse  main  »,  
alors  que  ceci  est  généralement  vrai,  cela  ne  comprend  pas  toutes  les  situations.  
Un  gros  bluff  est  l’une  de  ces  exceptions.  Afin  d’être  efficace  le  bluff  se  doit  d’être  
cohérent   avec   la   façon   dont   vous   avez   jouée   la   main.   Par   exemple,   avec   des  
blindes   50/100   vous   callez   un   pre-­‐flop   raise   de   300   d’un   raiser   en   early   position  
d’un   stack   de   10,000   jetons.   Vous   êtes   au   bouton   tenant   9-­‐8   de   piques,   et   vous  
avez  10,000  jetons.  Le  flop  est  As-­‐9-­‐3  .  Votre  adversaire  mise  500  dans  un  pot  à  
750.   Bien   que   vous   avez   loupé   le   flop   et   qu’il   fait   un   continuation   bet,   il   y   a   aussi  
une   grande   chance   qu’il   ait   touché   l’as  ;   vous   faîtes   le   call.   La   turn   est   un   6   de  
cœur,  mettant  trois  cœur  sur  le  board.  Il  Check,  et  vous  bettez  1000.  Si  son  bet  
initial  au  flop  était  un  continuation  bet,  et  qu’il  n’a  pas  l’as,  il  lâchera  souvent  sa  
main   à   ce   moment   là.   Mais   disons   qu’il   ait   un   as   avec   un   gros   kicker   (A-­‐K,   A-­‐J)   et  
qu’il  call  le  bet  de  1000  à  la  turn.  La  river  est  un  3  de  pique,  et  il  check  encore.  
Maintenant  vous  pouvez  partir  all  in  !  Remarquez  que  chaque  bet  que  vous  avez  
fait   convient   parfaitement   avec   la   main   que   vous   représentez,   dans   ce   cas   une  

couleur.  Vous  avez  call  une  raise  pré-­‐flop  mais  pas  re-­‐raise.  Vous  avez  flat  call  un  
bet   important   dans   un   flop   avec   deux   cœurs   et   un   as.   Vous   bettez   60%   du   pot  
quand  un  troisième  cœur  arrive  à  la  turn  et  que  votre  adversaire  a  check.  Et  vous  
êtes   partis   all   in   à   la   river   pour   8,500   jetons.   C’est   un   bet   vraiment   difficile   à  
caller,   à   moins   que   votre   adversaire   ne   soit   un   fou   internet   maniaque.   Je   peux  
vous  avouer  à  moins  d’avoir  un  énorme  read  sur  le  joueur,  que  ici  je  ne  callerai  
pas,  et  il  en  est  de  même  de  la  plupart  des  pros.    
De  fait  parce  que  votre  adversaire  représente  un  as  qui  ne  pet  pas  être  de  cœur,  
puisque  l’as  de  cœur  est  sur  le  board,  votre  bet  de  1,000  à  la  turn  était  intelligent.  
Il   est   possible   qu’il   eu   une   carte   haute   de   cœur   tel   qu’un   roi   ou   une   dame   et   qu’il  
décide  de  call  un  big  bet  à  la  turn  avec  une  top  paire,  et  les  nut  flush  draw  si  vous  
étiez  allé  all  in.  Garder  à  la  turn  un  bet  de  60%  du  pot  a  aidé  à  construire  le  pot  et  
à  vous  mettre  en  position  pour  aller  all  in  à  la  river,  à  moins  qu’un  4ème  cœur  ne  
soit  apparu  sur  le  board.  Si  un  quatrième  cœur  était  arrivé  et  lui  avait  fait  une  nut  
flush   vous   aruiez   probablement   pu   constater   un   move   de   sa   part.   S’il   aurait  
checké   vous   auriez   pu   partir   all   in.   Sans   le   roi   de   cœur,   ou   la   dame,   cela   reste   un  
call  très  difficile  à  faire  pour  lui.  
L’une  des  questions  clés  que  les  meilleurs  joueurs  agressifs  se  demandent  est  «  si  
je  vais  all  in,  quels  sont  les  chances  que  ce  joueur  en  particulier  call  en  mettant  la  
vie   de   son   tournoi   en   jeu   avec   la   main   qu’il   tient  ?   Si   la   probabilité   d’induire  
l’adversaire   à   folder   est   plus   grande   que   le   risque   pris,   alors   le   move   est  
profitable.  
Par  exemple  disons  qu’il  y  a  100,000  dans  le  pot,  et  qu’un  joueur  mette  200,000  
sur   un   bluff.   Il   met   en   place   une   cote   de   2   sur   1   espérant   faire   coucher   son  
adversaire.  Si  cette  adversaire  call  moins  d’un  tiers  du  temps,  jouer  ainsi  a  de  la  
positive  «  expected  value  (+EV).  Si  cela  signifie  que  le  tournoi  se  termine  s’ils  call  
et  perdent  la  plupart  des  joueurs  auront  besoin  d’une  très  forte  main  pour  call.  
Souvent   ils   ont   besoin   d’avoir   les   nuts   ou   à   peu   de   chose   près   afin   de   pouvoir  
prendre  un  si  grand  risque.  Cela  se  produit  beaucoup  moins  qu’une  fois  sur  trois,  
donc   le   all   in   bet   est   souvent   récompensé   pour   son   courage.   Il   y   a   plusieurs  
éléments   très   important   dans   un   bluff.   Premièrement   vous   devez   choisir   la  
bonne   cible.   Les   meilleurs   joueurs   sont   des   cibles   parfaites   pour   le   bluff.   Ils  
détestent  jouer  au  devinette  et  à  moins  qu’ils  n’aient  un  très  fort  read  sur  vous,  
ils  se  coucheront  la  plupart  du  temps  quand  ils  verront  qu’il  a  une  grande  chance  
qu’il   soit   battu.   Les   joueurs   que   vous   ne   voulez   pas   bluffer   sont   les   joueurs   qui  
tombent  amoureux  de  leurs  mains  et  qui  ne  supportent  pas  de  les  lacher.  Ainsi  
comme   de   plus   en   plus   de   joueurs   d’internet   trouvent   leur   chemin   vers   les  
tournois  live,  l’on  voit  de  plus  en  plus  de  «  calling  stations  »  entrer  dans  l’arène.  
Face   à   des   joueurs   comme   cela,   vous   pouvez   rangez   tous   vos   bluffs.   La   meilleure  
approche   est   de   ne   pas   bluffer   mais   de   jouer   exagérément   vos   grosses   mains.  
N’ayez  pas  peur  de  partir  all  in  avec  les  nuts.    
 
XII.  La  menace  du  Brelan  :  
 
 
Spécialement  dans  le  début  des  tournois,  les  joueurs  ont  peur  de  tomber  sur  un  
brelan   Disons   que   vous   callez   une   raise   pre-­‐flop   à   600   avec   6-­‐5   de   cœur   au  
cuttoff,  les  blindes  sont  de  100/200,  votre  adversaire  a  commencé  la  main  avec  
11,000  et  vous  avez  12,000,  le  flop  est  roi  de  cœur,  8  de  cœur  et  3  de  trèfle.  Vous  

avez   une   flush   draw   et   une   éventuelle   backdoor   straight.   Votre   adversaire   bet  
900  et  vous  callez.  S’il  n’a  pas  le  roi,  il  est  possible  que  vous  déteniez  la  meilleure  
main.  (Vous  êtes  favoris  sur  des  mains  tel  que  AQo),  vous  avez  la  position,  et  peut  
être   que   son   bet   n’est   seulement   qu’un   continuation   bet.   Certains   joueurs  
pourraient   faire   un   move   ici,   (raise,   move   all   in)   se   disant   qu’il   y   a   une   chance  
que   l’adversaire   fold   sa   main,   et   qu’il   y   a   encore   40%   de   chance   de   gagner   si   call.  
Bien  que  cette  ligne  de  raisonnement  ait  un  certain  mérite,  il  n’en  demeure  pas  
moins   que   beaucoup   de   joueurs   pourraient   lire   exactement   ce   que   cela  
représenterait,  un  semi-­‐bluff  avec  une  flush  draw,  et    callerez  donc  avec  une  top  
paire   top   kicker.   Pour   cette   raison   je   pense   que   caller   au   flop   est   la   meilleure  
façon  de  jouer  cette  main.  La  turn  est  un  7  de  pique  vous  donnant  une  straight  
draw   en   addition   de   votre   flush   draw.   Bien   que   vos   chances   de   gagner   soient  
descendues   à   34%,   votre   fold   equity,   si   vous   decidez   de   semi-­‐bluff   a  
considérablement   augmenté.   Si   votre   adversaire   bet   encore,   n’hésitez   pas   à   faire  
une   big   raise.   Une   raise   à   la   turn   ressemble   plus   à   un   brelan   (ou   deux   paires)  
qu’à   une   drawing   hand   et   votre   raise   n’aura   par   conséquent   pas   l’allure   d’un  
semi-­‐bluff.   Une   raise   all   in   à   la   turn   dans   cette   situation   permettra   le   plus  
souvent   de   s’emparer   d’un   pot   déjà   conséquent.   Remarquez   a   quel   point   il   est  
devenu   difficile   pour   votre   adverse   de   vous   mettre   sur   un   draw.   Avec   le   board  
actuel,  une  drawing  hand  à  l’air  beaucoup  moins  probable  que  cela  ne  l’était  au  
flop.   Si   vous   êtes   callé,   vous   serez   toujours   chanceux   34%   du   temps.   La  
combinaison  de  votre  fold  equity  et  des  chances  de  gagner  au  showdown  si  callé,  
peut  faire  de  cette  main    une  main  EV+.  Si  au  lieu  de  bet  votre  adversaire  check  à  
la  turn,  vous  avez  pour  option  de  soit  better,  soit  checker  et  prendre  une  autre  
carte  gratuite.  Si  cette  carte  gratuite  est  un  «  blank  »,  faîtes  attention  à  propos  de  
pusher   à   la   river.   Votre   check   a   la   turn   est   souvent   signe   de   faiblesse,   et   les  
chances  d’un  bet  all  in  a  la  river  se  faisant  callé  ont  grimpés.  Ci-­‐dessous  quelques  
conseils  pour  bien  bluffer  :  
Premièrement   si   votre   adversaire   a   déjà   commited   la   moitié   de   ses   jetons   ou  
même  plus  dans  le  pot,  il  sera  souvent  difficile  de  le  bluffer.  Certains  se  sentiront  
même   commited   avec   35%   de   leurs   jetons   déjà   dans   le   pot.   Avec   la   moitié   de  
leurs   jetons   commited,   et   ayant   une   côte   supérieure   à   3/1   la   plupart   des   joueurs  
calleront.    
Deuxièmement  si  le  joueur  a  un  gros  stack  et  que  la  taille  de  votre  bluff  bet  ne  lui  
ferait  pas  suffisamment  mal,  il  est  souvent  préférable  de  ne  pas  bluffer.  Les  bluffs  
sont  efficaces  quand  le  tournoi  de  votre  adversaire  en  dépend.  
Troisièmement  les  meilleurs  joueurs  à  bluffer  sont  ceux  avec  des  stack  medium  
que  vous  couvrez.  S’il  call  un  gros  bet  et  perd,  il  est  out.  C’est  très  difficile  pour  la  
plupart   des   joueurs   de   se   mettre   dans   un   situations   telle   que   celle   là   sans   les  
nuts,   où   même   proche   des   nuts.   Les   joueurs   avec   des   stack   a   peu   près   égal   au  
votre,   ou   ceux   avec   des   stack   légèrement   plus   grand   mais   qui   serait  
sérieusement  endommagé  si  ils  perdaient  le  pot  sont  aussi  de  bons  candidats  au  
bluff.  Soyez  sur  que  vous  avez  suffisamment  de  jetons  pour  bluffer  !  Cela  requiert  
de   réfléchir   à   la   main   dans   son   intégralité   et   d’allouer   des   jetons   à   chaque   round  
afin  que  votre  bluff  soit  suffisamment  effrayant.  
Quatrièmement,   malgré   le   fait   que     beaucoup   de   joueurs   aiment   montrer   leur  
bluffs  soit  pour  leur  égo,  soit  pour  mettre  leurs  adversaires  en  tilt,  c’est  rarement  
une  bonne  idée.  
 

 
 
 
XIII.  Quel  taille  de  bet  pour  un  bluff,  et  les  monstres  ?  
 
Il  existe  deux  théories  quant  à  la  taille  des  bet  à  miser.  La  première  est  de  fait  des  
small-­‐value  bet  et  des  small-­‐bet  bluff  dans  l’esprit  «  small-­‐ball  ».  Comme  la  taille  
des   bet   ne   varie   jamais   entre   les   bluff   et   les   monstres,   l’adversaire   ne   peut   pas  
vous  lire.  
La  seconde  théorie  consiste  à  faire  des  gros  bet  (souvent  all  in)  avec  soit  les  nuts,  
soit   en   bluffant.   Là   encore   la   taille   de   vos   bet   ne   permet   pas   à   l’adversaire   de  
vous  lire.    
 
XIV.  Optimiser  son  bet,  et  la  taille  de  son  bluff  
 
De   nos   jours   dans   les   tournois,   les   all-­‐in   bet   sont   devenus   suspect.   Ils   sont  
souvent   considérés   comme   des   bluffs.   C’est   particulièrement   vrai   parmi   les   pros,  
où   les   plus   petits   bet   plus   que   all-­‐in   sont   respectés.   Un   petit   bet   a   tendance   à  
montrer  que  l’adversaire  veut  que  vous  payez  afin  de  prendre  de  la  value  dans  le  
pot.   C’est   notamment   le   cas   online   où   de   plus   en   plus   de   joueurs   call   des   all-­‐in  
avec   des   mains   marginales.   Afin   de   profiter   de   cette   tendance,   vous   pouvez  
utilisez  des  all-­‐in  bet  pour  vos  mains  monstrueuse  tandis  que  vous  pouvez  faire  
des   bet   de   la   taille   du   pot   quand   vous   bluffez.   Bien   que   vous   puissiez   faire   des  
plus   petits   bet   comme   bluff,   dans   certains   cas   vous   donnerez   a   vos   adversaires  
une  très  bonne  côte  pour  call  ;  et  certains  ne  seront  pas  capable  de  résister.  Un  
bet   de   la   taille   du   pot   donne   à   votre   adversaire   seulement   une   côte   de   2   sur   1,  
donc   à   moins   qu’il   ne   pense   que   vous   bluffez   (   ce   qui   improbable   dans   leurs  
esprits),   ils   auront   une   mauvaise   côte   pour   payer.   Remarquez   que   vous   ferez  
toujours  des  gros  bet  en  bluff  ou  avec  des  monstres,  mais  que  vos  bets  avec  les  
nuts  seront  plus  important  que  vos  bet  en  bluff.    
 
XV.  Le  mini-­‐raise  bluff  Scandinave  
 
Cela   ne   fait   pas   de   doutes   que   la   Scandinavie   semble   être   mère   d’excellent  
joueurs   de   no   limit   hold’em   poker.   Ils   ont   développés   une   théorie  
particulièrement   efficace   en   tournoi.   Une   mini   raise   représente   deux   fois   la   taille  
du  bet  précédent  (deux  fois  la  taille  de  la  big  blinde  par  exemple  100/200= 400)  
et  celle  ci  représente  souvent  un  très  forte  main.  Le  message  est  le  suivant  «  j’ai  
une   main   énorme   et   j’essaie   de   juice   up   le   pot,   donc   je   choisis   le   montant  
minimum   à   raise   afin   d’obtenir   un   peu   plus   de   jetons   dans   le   pot   que   je   gagnerai  
surement  ».   Certains   joueurs   utilisent   les   mini   raise   s’ils   ont   floppé   un   brelan,   ou  
une   straight   ou   une   nut   flush   et   qu’un   adversaire   bet.   Ils   essaient   ainsi   de  
construire   le   pot   sans   effrayer   l’adversaire   qui   lentement   est   drawing   dead.  
Confronter   à   un   pre-­‐flop   raise   en   position   avancée,   (UTG),   certains   joueurs  
agressifs   sont   tentés   de   call   avec   un   range   de   main   étendu   quand   ils   sont   au  
bouton   ou   près   du   bouton.   Si   le   flop   arrive   avec   des   cartes   qui   se   suivent,   et  
spécialement  s’il  n’y  a  ni  as,  ni  roi,  et  que  le  pre-­‐flop  raiser  bet,  comme  il  le  fera  
souvent,  il  se  fera  mini  raiser.  Si  le  raiser  initiale  n’a  rien  et  qu’il  faisait  juste  un  

continuation  bet,  il  abandonnera  souvent  sa  main  à  ce  moment  là.  S’il  décide  de  
continuer  et  de  check  la  turn,  le  mini-­‐raiser  peut  très  bien  décider  de  partir  all-­‐in.    
Disons   que   vous   êtes   UTG   avec   une   paire   de   dame,   et   que   votre   raise   est   call   par  
un   joueur   loose   agressif   au   bouton,   et   que   le   flop   est   10   de   pique,   9   de   pique   et   6  
de   carreau.   Vous   bettez   80   %   du   pot,   et   vous   êtes   mini   raisé   la   même   somme.   Le  
mini   raiser   ferait   ainsi   avec   2   paire,   une   suite,   une   flush   draw,   un   brelan,   une  
paire   et   un   gutshot   ou   rien   du   tout.   Que   faire  ?   SI   vous   êtes   short   stack   et  
commited  au  pot,  vous  devriez  surement  partir  all  in.  Si  vous  êtes  tous  les  deux  
deep   stack,   cette   mini   raise   pose   un   problème.   Si   vous   continuez,   il   y   a   de  
grandes  chances  que  vous  soyez  parti  pour  jouer  tous  vos  jetons.  La  décision  que  
prennent  plupart  des  joueurs  dans  de  telles  situations  est  de  call  la  mini  raise  et  
de  réévaluer  la  situation  à  la  turn.  Cependant,  à  moins  que  vous  ne  touchiez  une  
troisième   dame   à   la   turn,   cela   sera   surement   difficile   de   better   encore.   Le   mini  
raiser  dès  lors  push  all  in.  Il  y  a  beaucoup  de  mains  qui  vous  battent.  Etes  vous  
prêt  à  prendre  un  risque  pour  votre  tournoi  sur  cette  main  ?  Il  a  représenté  une  
force   extrême   au   flop   avec   sa   mini   raise,   et   son   push   all   in   à   la   turn.   Cette  
manière  de  joueur  est  très  forte,  particulièrement  vrai  face  aux  pros  ou  aux  bons  
joueurs   qui   ne   sont   pas   prêt   à   risque   leur   tournoi   sur   une   paire.     Comment   se  
défendre  face  à  ce  move  ?  Vous  devez  être  prêt  à  prendre  une  décision  au  flop,  et  
d’autant   plus   important   vous   devez   être   prêt   à   vous   broker.   Mais   vous   devez  
aussi  évaluer  le  type  de  joueur  qui  fait  ce  move,  si  c’est  un  jeune  scandinave  de  
25  ans,  très  LAG  il  est  conseillé  de  call,  sinon  cela  reste  une  décision  très  difficile.  
 
XVI.  Le  «  Blocking  bet  »  
 
«  Le  blocking  bet  »  est  un  petit  bet  prévu  dans  le  but  d’empêcher  l’adversaire  de  
faire   un   plus   grand   bet.   Bien   que   l’on   peut   faire   un   blocking   bet   au   flop,   c’est  
souvent  fait  à  la  river  quand  le  pot  est  déjà  grand.  
Disons   que   vous   avez   une   main   tel   qu’une   top   pair   top   kicker   face   à   un  
adversaire,   une   carte   flush   arrive   à   la   river   et   vous   devez   parler   en   premier.   Si  
vous   checkez,   votre   adversaire   peut   vous   mettre   dans   une   position   difficile   en  
faisant   un   bet   de   la   taille   du   pot   ou   plus   gros.   Il   se   pourrait   qu’il   est   touché   sa  
couleur    ou  qu’il  bluff,  mais  si  vous  bet  35%  du  pot,  cela  pourrait  l’empêcher  de  
faire  un  plus  gros  bet.  S’il  a  fait  sa  flush  ce  n’est  surement  pas  une  une  nut  flush,  
et   il   a   probablement   maintenant   peur   de   raise   de   peau   d’être   battu.   Les  
«  blocking  bet  »  peuvent  «  freeze  »  le  jeu,  vous  permettant  de  garder  vos  précieux  
jetons.  
Le   problème   avec   les   «  blocking   bet  »   c’est   que   si   vos   adversaires   remarquent  
que  vous  faîtes  des  petits  bet  avec  des  mains  marginales  et  des  gros  bet  avec  des  
mains  fortes,  ils  commenceront  à  vous  raiser  quand  vous  ferez  des  petits  bet  et  
ils   se   coucheront   que   vous   ferez   des   gros   bet.   Si   vous   faîtes   des   blocking   bet  
souvent,  vous  aurez  besoin  de  changer  de  «  gears  »,  en  faisant  passer  vos  grosses  
mains  pour  des  blocking  bet.  
Par   exemple   quand   une   carte   couleur   arrive   à   la   river,   et   que   vous   touché   une  
nut  flush  après  avoir  bet  le  pot  à  chaque  tour,  pensez  à  faire  un  bet  qui  ressemble  
à  un  blocking  bet.  Un  joueur  agressif  pourrait  avoir  remarqué  votre  «  freeze  bet  »  
d’auparavant  et  essayer  de  vous  tester  en  bettant  all  in.  Mauvais  Timing  !  
 
 

 
 
XVII.  Faire  des  «  Big  Laydowns  »  
 
En  corrélation  avec  le  fait  d’accumuler  les  jetons,  est  le  fait  de  ne  pas  en  perdre  
dans  des  situations  où  vous  êtes  probablement  battu.  Afin  de  faire  des  gros  
laydown,  il  faut  avoir  une  bonne  compréhension,  une  bonne  lecture  de  votre  
adversaire  et  de  ses  «  bettings  patterns  ».  Avec  les  blindes  de    100/200  au  main  
event  de  Londres,  j’ai  raise  de  600  pre-­‐flop  en  position  intermédiaire  avec  A-­‐10  
suited  et  j’ai  été  call  par  Simon  Trumper  à  la  big  blinde.  J’avais  déjà  joué  
auparavant  avec  Simon,  et  je  le  savais  être  un  joueur  solide,  capable  de  faire  des  
big  fold.  Un  peu  plus  tôt  je  l’avais  vu  couché  A-­‐K  sur  un  flop  K-­‐7-­‐2  quand  un  de  
ses  adversaires  l’a  raise  à  la  turn,  après  qu’il  ait  tout  les  deux  better  au  flop.  Son  
adversaire  lui  a  montré  un  peu  plus  tard  son  brelan  de  2.    
Après  que  Simon  m’est  call  mon  pre-­‐flop  raise  de  600,  le  pot  était  de  1,300,  et  le  
flop  était  :  K-­‐J-­‐4  Rainbow.    
Ce  flop  est  un  «  scary  »  flop.  Les  joueurs  devraient  être  au  courant  qu’il  y  a  de  
grandes  chances  qu’un  adversaire  ait  floppé  deux  paires,  ou  un  straight  draw  sur  
des  flop  coordonnées  (  deux  cartes  qui  se  suivent,  ou    avec  un  espace)  ou  un  flop  
contenant  deux  cartes  hautes.    
Simon  a  check,  et  j’ai  bet  700,  il  a  call.  A  ce  moment  là  je  savais  que  Simon  avait  
soit  un  roi,  soit  un  valet  dans  sa  main  (ou  les  deux)  et  j’étais  prêt  a  check  la  turn,  
quand  une  dame  a  touché  le  board  me  donnant  une  top  straight  (Broadway  
straight).  Simon  a  check  et  j’ai  fire  un  bet  de  la  taille  du  pot  de  2,700.  Simon  a  call  
encore.  Une  autre  dame  est  arrivé  sur  la  river.  Le  board  était  maintenant  K-­‐J-­‐4-­‐Q-­‐
Q  avec  aucune  couleur  possible.  Le  pot  était  maintenant  de  8,100.  Simon  a  bet  
5000  à  la  river.  J’ai  réfléchi  un  peu.  Afin  que  Simon  call  mon  bet  de  la  taille  du  pot  
à  la  turn  il  eu  fallu  qu’il  ait  au  moins  deux  paires.  Les  mains  les  plus  probables  
étaient  K-­‐Q  ou  Q-­‐J,  bien  qu’un  brelan  était  aussi  possible.  La  Dame  à  la  river,  
suivis  par  un  bet  bien  calculé  à  5000  hurlait  le  full  house.  Plus  je  pensais  à  cette  
main,  plus  j’étais  sur  que  Simon  me  battait.  Finalement  je  me  suis  couché  et  lui  ai  
dit  «  tu  m’as  battu,  montre  moi  ton  full  house  ».  Simon  m’a  alors  montré  KQ  and  
ma  demandé  «  est  ce  que  tu  aurais  call  si  j’avais  bet  25  000  ?.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
XVIII.  Résumé  
 
 
Accumuler  des  jetons  dans  les  tournois  est  un  art.  Certains  facteurs  sont  
primordiaux  :  
-­‐Lorsque  les  blindes  sont  petites,  jouez  des  mains  spéculatives,  en  essayant  de  
toucher  une  grosse  main  au  flop.  Ça  ne  me  dérange  pas  de  call  des  raise  de  3,4  
fois  la  blindes  avec  des  petites  paires  ou  des  suited  connectors,  ou  même  limper  
derrière  d’autres  limpers  avec  des  unsuited  connectors.  Meilleur  est  ma  position,  
plus  de  jetons  je  suis  prêt  à  risquer,  même  si  je  ne  risquerai  généralement  pas  
plus  de  10%.  Je  ferai  des  petites  raise  en  early  position  avec  des  mains  
spéculatives  et  des  grosses  mains.  Cela  permet  de  créer  la  confusion.  
-­‐Une  manière  d’accumuler  les  jetons  c’est  de  s’emparer  de  beaucoup  de  petits  
pots.  Faire  fréquemment  des  petits  bet,  des  raise  et  des  check-­‐raise  est  une  
tactique  efficace  au  début  des  tournois.  
-­‐SI  vous  n’êtes  pas  fait  pour  prendre  de  petits  pots  avec  les  pires  mains,  vous  
pouvez  accumuler  les  jetons  en  s’emparant  des  plus  gros.  Cela  peut  être  réalisé  
en  combinant  les  gros  bluff,  et  en  bettant  avec  vos  grosses  mains  en  vous  faisant  
payer.  De  manière  à  être  efficace,  les  bluff  ont  besoin  d’être  cohérent  avec  le  
betting  pattern  du  board  à  chaque  coup.  
-­‐Les  jetons  que  vous  parvenez  à  garder  sont  les  mêmes  que  les  jetons  gagnés.  
Coucher  des  bonnes  mains  quand  les  circonstances  vous  indiquent  que  vous  êtes  
battu  vous  permet  de  préserver  les  jetons  que  vous  avez  accumulés.    
 
 
 




Télécharger le fichier (PDF)

Kill everyone.pdf (PDF, 155 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


fofy8gg
les maths du poker
les maths du poker
les maths du poker 7
les maths du poker 4
les maths du poker 2

Sur le même sujet..