nouvelles énergies et avenir .pdf


Aperçu du fichier PDF nouvelles-energies-et-avenir.pdf - page 9/109

Page 1 ... 7 8 91011 ... 109



Aperçu du document


La présente directive vise à promouvoir l'utilisation de biocarburants ou d'autres carburants renouvelables pour
remplacer le gazole ou l'essence à des fins de transport dans chaque État membre, en vue de contribuer à la
réalisation d'objectifs consistant notamment à respecter les engagements en matière de changement climatique, à
assurer une sécurité d'approvisionnement respectueuse de l'environnement et à promouvoir les sources d'énergie
renouvelables.
Article 2
1. Aux fins de la présente directive, on entend par :
a) «biocarburant», un combustible liquide ou gazeux utilisé pour le transport et produit à partir de la
biomasse ;
(...)
2. La liste des produits considérés comme biocarburants comprend au minimum les produits énumérés ci-après:
(...)
j) «huile végétale pure» : huile produite à partir de plantes oléagineuses par pression, extraction ou
procédés comparables, brute ou raffinée, mais sans modification chimique, dans les cas où son utilisation
est compatible avec le type de moteur concerné et les exigences correspondantes en matière d'émissions.

D) Développements des biocarburants prévues en France
Gardons à l’esprit que la France a signé le Protocole de Kyoto et qu’elle fait partie de l’Union
Européenne. Elle doit donc en respecter les décisions.
Avant de lire les actions engagées par la France dans les années à venir concernant le
développement des biocarburants, il faut garder à l’esprit que la Taxe Intérieure sur les Produits
Pétroliers (TIPP) rapporte chaque année à l’Etat plus de 20 milliards d’euros 10.
Ce simple fait doit être gardé en mémoire car une question nous vient à l’esprit :
L’Etat est-il prêt à se passer des revenus apportés par cette taxe ?
D’autant plus que de nombreuses décisions politiques vont dans le sens de taxer les
consommateurs pollueurs (c’est un peu moins vrai pour les producteurs pollueurs !). La
somme d’argent récupérée par ces taxes, contraventions et autres ne doit certainement pas être
négligeable. Cela peut paraître normal de taxer ceux qui polluent. Mais ne serait il pas normal en
contrepartie de détaxer ceux qui ne polluent pas ? Ne serait il pas normal de les promouvoir ? de
ne pas les interdire ni les ignorer ?
Quelqu’un de médisant pourrait penser que dans notre système tout est fait pour nous obliger de
polluer. Cela afin de mieux nous taxer par la suite en nous culpabilisant de polluer…
Il faut aussi garder à l’esprit le fait que la France est le berceau de lobbys pétroliers et
nucléaires. Sont ils prêts à laisser la place à d’autres technologies utilisant des énergies plus
respectueuses de l’environnement ?

1) Communiqué de presse du 21/11/2005
D’après un communiqué de presse du 21/11/2005 intitulé « Développement des biocarburants :
des avancées concrètes » 11, nous apprenons que :
Cette table ronde avait pour but de favoriser les partenariats entre les différents acteurs et les pouvoirs publics afin
d'atteindre les objectifs ambitieux d'incorporation de biocarburants dans les carburants fossiles fixés par le
Gouvernement à 5,75% à l'horizon 2008, 7% à l'horizon 2010 et 10% à l'horizon 2015, plaçant la France au premier
plan au sein de l'Union Européenne.
10
11

9

Chiffres de l’INSEE : http://www.insee.fr/fr//ffc/chifcle_fiche.asp?ref_id=NATTEF08307&tab_id=343
http://www.industrie.gouv.fr/energie/renou/f1e_ren.htm


Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00043341.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.