chap13 1011 .pdf



Nom original: chap13-1011.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par LaTeX with hyperref package / pdfTeX-1.40.10, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 20/04/2011 à 22:12, depuis l'adresse IP 41.104.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1149 fois.
Taille du document: 194 Ko (8 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Chapitre 13

Structures algébriques
Objectifs
• Rappeler la structure de groupe, les règles de calculs. Définir les notions de morphisme, de noyau, de sousgroupe.
• Rappeler la structure d’anneau, les règles de calculs, les notions d’inversibles et d’intégrité. Définir les notions
de morphisme et de sous-anneau.
• Rappeler la structure de corps commutatif, les règles de calculs. Définir les notions de morphisme, de sous-corps.

Sommaire
I)

Structure de groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1)
Morphisme de groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2)
Sous-groupes d’un groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3)
Noyau d’un morphisme de groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
II) Anneaux et corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1)
Anneaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2)
Corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
III) Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

I)

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.

. .
.
.
.
.
.
.
. .

1
2
3
4
4
4
6
7

Structure de groupe

Rappels :
Un groupe est un ensemble non vide G muni d’une opération ∗ (ou loi de composition) qui vérifie les
propriétés suivantes :
• elle doit être interne : ∀ x, y ∈ G, x ∗ y ∈ G.
• elle doit être associative : ∀ x, y, z ∈ G, x ∗ ( y ∗ z) = (x ∗ y) ∗ z.
• elle doit posséder un élément neutre : ∃ e ∈ G, ∀ x ∈ G, e ∗ x = x ∗ e = x. Si la loi est une addition
l’élément neutre sera noté 0G et on parlera de groupe additif. Si la loi est une multiplication, l’élément
neutre sera noté 1G et on parlera de groupe multiplicatif. Dans le cas général l’élément neutre est
souvent noté eG .
• tout élément de G doit avoir un symétrique dans G : ∀ x ∈ G, ∃ x 0 ∈ G, x ∗ x 0 = x 0 ∗ x = eG . En
notation additive, le symétrique de x est appelé opposé de x et noté −x, en notation multiplicative
on l’appelle inverse de x et on le note x −1 .
Lorsque toutes ces conditions sont remplies, on dit (G, ∗) est un groupe. Si en plus la loi ∗ est commutative (∀ x, y ∈ G, x ∗ y = y ∗ x), alors on dit que (G, ∗) est un groupe abélien (ou groupe commutatif).
Exemples:
• (Z, +), (Q, +), (R, +), (C, +), (Q∗ , ×), (R∗ , ×), (C∗ , ×) sont des groupes abéliens.
• (N, +) et (Z∗ , ×) ne sont pas des groupes.
• Si (E, +, ×) est un corps, alors (E, +) est un groupe abélien et (E ∗ , ×) est un groupe (abélien si le corps est
commutatif).
MPSI LYCÉE GUEZ DE BALZAC

Fradin
c
Patrick – http://mpsi.tuxfamily.org

1

Structure de groupe

Chapitre 13 : Structures algébriques

• (F (I, C), +) est un groupe abélien pour l’addition des fonctions (ou des suites si I = N).
• (Kn , +) pour l’addition des n-uplets de scalaires est un groupe abélien.
• Si E est un ensemble non vide, l’ensemble des permutations de E : S E est un groupe pour la loi ◦ (non abélien
en général).

Règles de calculs : Soit (G, ∗) un groupe
• Soient x, y ∈ G, le symétrique de x ∗ y est : (x ∗ y)0 = y 0 ∗ x 0 .
• Soient a, b ∈ G, l’équation a ∗ x = b admet comme unique solution dans G, x = a0 ∗ b.

1)

Morphisme de groupes
DÉFINITION 13.1
Soit (G, .) et (G 0 , ∗) deux groupes, un morphisme de groupes de G vers G 0 est une application
f : G → G 0 telle que : ∀ x, y ∈ G, f (x. y) = f (x) ∗ f ( y).
Si de plus f est bijective, alors on dit que f est un isomorphisme de groupes.

Exemples:
• ln : (]0; +∞[, ×) → (R, +) est un morphisme de groupes, c’est même un isomorphisme de groupes.
• exp : (R, +) → (]0; +∞[, ×) est un morphisme de groupes, c’est même un isomorphisme de groupes.
• f : (Z, +) → (Un , ×) définie par f (k) = exp(2ikπ/n) est un morphisme de groupes, mais non bijectif.
THÉORÈME

Ð
Ð
Ð
Ð
Ð
Ð
Ð
Ð
Ð
Ð
Ð

13.1

On a les propriétés suivantes :
• Si f : (G, .) → (G 0 , ∗) est un morphisme de groupes, alors f (e) = e0 et ∀ x ∈ G, f (x −1 ) = f (x)−1
(où e et e0 désignent les éléments neutres respectifs de G et G 0 ).
• La composée de deux morphismes de groupes est un morphisme de groupes.
• Si f : (G, .) → (G 0 , ∗) est un isomorphisme de groupes, alors la bijection réciproque f −1 : (G 0 , ∗) →
(G, .) est un morphisme de groupes.

Preuve: Celle-ci est laissée en exercice.

ƒ

Exemple: ln : (]0; +∞[, ×) → (R, +) est isomorphisme de groupes, donc ln(1) = 0, ∀ x > 0, ln(1/x) = − ln(x) et la
bijection réciproque, exp, est un morphisme de groupes, i.e. :
∀ x, y ∈ R, exp(x + y) = exp(x) × exp( y)

THÉORÈME

13.2

Ð
Ð Soit f : (R, +) → (R, +) un morphisme de groupes continu en 0, alors :
Ð
Ð
Ð
∀x ∈ R, f (x) = a x (avec a = f (1)).
Preuve: On pose a = f (1), on montre que ∀n ∈ N, f (n) = an (réurrence), on en déduit que f (−n) = a(−n) car
f (−n) = − f (n), d’où : ∀n ∈ Z, f (n) = an.
Soit r =

p
q

un rationnel avec q ∈ N∗ , alors f (qr) = f (p) = ap = q f (r) d’où f (r) = ar.

Soit x ∈ R et (rn ) une suite de rationnels qui converge vers x, alors (x − rn ) converge vers 0 et donc f (x − rn ) tend
vers f (0) = 0, or f (x − rn ) = f (x) − f (rn ) donc ( f (rn )) converge vers f (x). Or f (rn ) = arn → ax, par conséquent
f (x) = ax.
ƒ

MPSI LYCÉE GUEZ DE BALZAC

Fradin
c
Patrick – http://mpsi.tuxfamily.org

2

Structure de groupe

2)

Chapitre 13 : Structures algébriques

Sous-groupes d’un groupe
DÉFINITION 13.2
Soit (G, .) un groupe et H un ensemble, on dit que H est un sous-groupe de (G, .) lorsque :
H ⊂ G; H 6= ; et ∀ x, y ∈ H, x. y ∈ H, x −1 ∈ H.

Exemples:
• {e} et G sont des sous-groupes de (G, .), ils sont appelés sous-groupes triviaux de (G, .).
• Si (H, .) est un groupe inclus dans un groupe (G, .) pour la même loi, alors H est un sous-groupe de G, car on
vérifie facilement que l’élément neutre de G est forcément égal à l’élément neutre de H, ce qui entraîne pour
x ∈ H, que son symétrique dans G et son symétrique dans H sont les mêmes.
• L’ensemble des fonctions définies sur R et 2π-périodiques est un groupe additif, car c’est un sous-groupe de
(F (R, R), +).
• L’ensemble des entiers pairs est un groupe additif, car c’est un sous-groupe de (Z, +).

Si H est un sous-groupe de (G, .) alors (H, .) lui-même est un groupe (de même élément neutre que G).
Ceci est souvent utilisé dans la pratique pour montrer qu’un ensemble est un groupe pour une loi, on essaie
de montrer (quand c’est possible) que c’est un sous-groupe d’un groupe connu pour cette même loi.

THÉORÈME

13.3 (sous-groupes de (Z, +))

Ð
Ð H est un sous-groupe de (Z, +) ssi il existe un entier n tel que H = nZ (ensemble des multiples
Ð
entiers de n). L’entier n est unique au signe près et si H 6= {0}, alors n = min H ∗+ .
Preuve: Il est facile de vérifier que pour n ∈ Z, nZ est un sous-groupe de Z. Si H = {0}, alors on peut prendre n = 0
et c’est le seul entier qui convienne. Si H 6= {0}, posons, n = min H ∗+ (n existe dans N, c’est la propriété fondamentale
de N), on a n ∈ H, comme H est un sous-groupe de (Z, +), tout multiple de n est dans H, i.e. nZ ⊂ H. Soit k ∈ H
effectuons la division euclidienne de k par n (n 6= 0) : k = nq + r avec 0 ¶ r < n. On a donc r = k − nq ∈ H + , si r 6= 0
alors r ¾ n ce qui est absurde, donc r = 0 ce qui donne k = nq ∈ nZ, finalement H = nZ. Si on a aussi H = mZ avec
m ∈ N, alors nZ = mZ, donc n et m se divisent mutuellement dans N, donc n = m.
ƒ

THÉORÈME

Ð
Ð
Ð
Ð
Ð
Ð
Ð
Ð
Ð

13.4 (propriétés des sous-groupes)

Une intersection de sous-groupes de (G, .), est un sous-groupe de (G, .), mais ceci n’est pas vrai pour
la réunion.
Si f : (G, .) → (G 0 , ∗) est un morphisme de groupes, alors :
• L’image d’un sous-groupe de (G, .) est un sous-groupe de (G 0 , ∗).
• L’image réciproque d’un sous-groupe de (G 0 , ∗) est un sous-groupe de (G, .)

Preuve: Celle-ci est laissée en exercice. Donnons cependant un contre-exemple pour la réunion : 2Z ∪ 3Z n’est pas un
sous-groupe de (Z, +), car 2 et 3 sont dans la réunion, mais pas 2 + 3 = 5, cet ensemble n’est donc pas stable pour
l’addition (les autres conditions sont néanmoins remplies).
ƒ

Si f : (G, .) → (G 0 , ∗) est un morphisme de groupes, alors Im( f ), l’ensemble des images, est un sous-groupe
de (G 0 , ∗) puisque c’est l’image directe de G qui est un sous-groupe de (G, .).

MPSI LYCÉE GUEZ DE BALZAC

Fradin
c
Patrick – http://mpsi.tuxfamily.org

3

Anneaux et corps

3)

Chapitre 13 : Structures algébriques

Noyau d’un morphisme de groupe
DÉFINITION 13.3
Soit f : (G, .) → (G 0 , ∗) un morphisme de groupes, on appelle noyau de f l’ensemble noté ker( f ) et
défini par : ker( f ) = {x ∈ G / f (x) = e0 }.
C’est donc l’ensemble des antécédents de e0 par f , c’est donc une partie de G qui contient toujours e
(car f (e) = e0 ).

Exemples:
• f : (Z, +) → (Un , ×) définie par f (k) = exp(2ikπ/n), est un morphisme de groupes, son noyau est ker( f ) = nZ.
• exp : (C, +) → (C∗ , ×) est un morphisme de groupes, son noyau est ker(exp) = 2iπZ.
• f : (C∗ , ×) → (C∗ , ×) définie par f (z) = z n est un morphisme de groupes, son noyau est ker( f ) = Un .
THÉORÈME

13.5 (propriétés du noyau)

Ð
Ð Soit f : (G, .) → (G 0 , ∗) un morphisme de groupes, alors : ker( f ) est un sous-groupe de (G, .) et f est
Ð
injective ssi ker( f ) = {e}.
Preuve: Il est facile de vérifier que ker( f ) est un sous-groupe de G. Si f est injective, soit x ∈ ker( f ), alors
f (x) = e0 = f (e), donc x = e d’où ker( f ) = {e}.
Réciproquement, si ker( f ) = {e}, supposons f (x) = f ( y) avec x, y ∈ G, on a f (x) ∗ f ( y)−1 = e0 , i.e. f (x) ∗
f ( y ) = e0 et donc f (x. y −1 ) = e0 , ce qui signifie que x. y −1 ∈ ker( f ), mais alors x. y −1 = e, d’où x = y, f est
injective.
ƒ
−1

Si f : (G, .) → (G 0 , ∗) est un morphisme de groupes, alors f est un ismorphisme de groupes si et seulement
si Im( f ) = G 0 (surjectivité) et ker( f ) = {e} (injectivité).

II)
1)

Anneaux et corps
Anneaux
DÉFINITION 13.4
Un anneau est un ensemble A muni de deux lois de composition internes : une addition et une
multiplication, qui vérifient :
• (A, +) est un groupe abélien.
• La multiplication :
– est associative,
– admet un élément neutre (noté 1).
– est distributive sur l’addition.
Si de plus la multiplication est commutative, on dit que (A, +, ×) est un anneau commutatif.

Exemples:
• Tout corps est un anneau (réciproque fausse).
• (Z, +, ×) est un anneau commutatif mais ce n’est pas un corps.
• (F (N, C), +, ×) est un anneau commutatif.
• Si E est un ensemble non vide, l’ensemble des fonctions de E dans C muni des opérations usuelles sur les
fonctions, est un anneau commutatif, i.e. (F (E, C), +, ×) est un anneau commutatif.
• plus généralement, si (A, +, ×) est un anneau et E est un ensemble non vide, alors (F (E, A), +, ×) est un
anneau.

Règles de calculs dans un anneau : soit (A, +, ×) un anneau :
• ∀ x ∈ A, x × 0 = 0 × x = 0.
MPSI LYCÉE GUEZ DE BALZAC

Fradin
c
Patrick – http://mpsi.tuxfamily.org

4

Anneaux et corps

Chapitre 13 : Structures algébriques

• ∀ x, y ∈ A, −(x × y) = (−x) × y = x × (− y).
• ∀ x, y ∈ A, si x et y sont inversibles (pour la multiplication), alors x × y est inversible est (x × y)−1 =
y −1 × x −1 .
• ∀ x, y ∈ A, si x et y commutent (i.e. x × y = y × x), alors on peut utiliser la formule du binôme,
c’est à dire :
n
n
X
X
n
n
n
k
n−k
∀ n ∈ N, (x + y) =
.x × y
=
.x n−k × y k .
k
k
k=0
k=0
THÉORÈME

13.6 (groupe des inversibles)

Ð
Ð Soit (A, +, ×) un anneau, l’ensemble des inversibles de A est noté U(A), cet ensemble est un groupe
Ð
multiplicatif. (U(A), ×) est appelé groupe des unités de A.
Preuve: Celle - ci est simple et laissée en exercice.

ƒ

Exemples:
• U(Z) = {±1}.
• Si A est l’anneau des suites complexes, alors U(A) est l’ensemble des suites complexes qui ne s’annulent pas.

DÉFINITION 13.5 (anneau intègre)
Soit (A, +, ×) un anneau. On dit que A est un anneau intègre lorsque le produit de deux éléments
non nuls est toujours non nul, sinon on dit que A est un anneau non intègre.
Remarques :
• Dans un anneau intègre, un produit de facteurs est nul ssi au moins un des facteurs est nul.
• (Z, +, ×) est un anneau intègre.
• L’ensemble des suites complexes est un anneau non intègre.

DÉFINITION 13.6 (morphisme d’anneaux)
Soit f : (A, +, ×) → (B, +, ×) une application d’un anneau A dans un anneau B, on dit que f est un
morphisme d’anneaux lorsque :
• f est un morphisme de groupes additifs, i.e. ∀ x, y ∈ A, f (x + y) = f (x) + f ( y).
• ∀ x, y ∈ A, f (x × y) = f (x) × f ( y).
• f (1A) = 1B .
Si de plus f est bijective, alors on dit que f est un isomorphisme d’anneaux.

Exemples:
• On note Z[i] = {a + i b / a, b ∈ Z}, il est facile de voir que pour les opérations usuelles sur les complexes, Z[i]
est un anneau intègre (anneau des entiers de Gauss), et que le groupe des inversibles est U(Z[i]) = {±1, ±i}.
La conjugaison est isomorphisme d’anneaux de Z[i] dans lui-même.
• Soit (A, +, ×) un anneau, l’application f : Z → A définie par f (n) = n.1A est un morphisme d’anneaux, et que
Im( f ) = G(1A) le sous-groupe additif engendré par 1A.
THÉORÈME

13.7 (propriétés des morphismes d’anneaux)

Ð
Ð • La composée de deux morphismes d’anneaux est un morphisme d’anneaux.
Ð
d’anneaux, alors pour tout x inversible dans A, f (x) est inversible
Ð • Si f : A → B est un morphisme
−1
Ð
−1
dans B et f (x ) = f (x)
.
Ð
Ð
Ð • La réciproque d’un isomorphisme d’anneaux f est un morphisme d’anneaux, et induit un isomorÐ
phisme de groupes entre les groupes des inversibles.

MPSI LYCÉE GUEZ DE BALZAC

Fradin
c
Patrick – http://mpsi.tuxfamily.org

5

Anneaux et corps

Chapitre 13 : Structures algébriques

Preuve: Celle-ci est laissée en exercice.

ƒ

Il découle du deuxième point que f˜ : U(A) → U(B) définie par f˜(x) = f (x), est un morphisme de groupes
multiplicatifs.

DÉFINITION 13.7 (sous-anneaux d’un anneau)
Soit (A, +, ×) un anneau, et soit H un ensemble, on dit que H est un sous-anneau de A lorsque :
• H ⊂ A.
• 1A ∈ H.
• ∀ x, y ∈ H, x + y ∈ H, x × y ∈ H et −x ∈ H.
Si c’est le cas, alors (H, +, ×) est lui-même un anneau.
Exemple: Z[i] est un sous-anneau de (C, +, ×).

Propriété : une intersection de sous-anneaux de (A, +, ×) est un sous-anneau de A.

2)

Corps
DÉFINITION 13.8
Un corps est un ensemble E muni de deux opérations (ou deux lois de composition), une addition et
une multiplication. Ces deux opérations doivent vérifier les propriétés suivantes :
• (E, +, ×) est un anneau.
• U(E) = E \ {0}, i.e. : ∀ x ∈ E \ {0}, x a un inverse dans E. Si de plus la multiplication est
commutative, on dit que (E, +, ×) est un corps commutatif.

Exemples:
• (R, +, ×), (Q, +, ×), (C, +, ×) sont des corps commutatifs, mais (Z, +, ×) n’est pas un corps.
• Il existe des corps non commutatifs (corps des quaternions).

Remarques :
• Un corps est toujours intègre.
• Les règles de calculs sont les mêmes que dans un anneau.

DÉFINITION 13.9 (morphisme de corps)
Soient (E, +, ×) et (F, +, ×) deux corps commutatifs, et soit f : E → F une application. On dit que f
est un morphisme de corps lorsque :
• ∀ x, y ∈ E, f (x + y) = f (x) + f ( y) et f (x y) = f (x) f ( y).
• f (1 E ) = 1 F .

Un morphisme de corps est en fait un morphisme d’anneaux entre deux corps.
Exemples:
• La conjugaison dans C est un morphisme de corps.
• La fonction g de R vers C définie par g(x) = x est un morphisme de corps.
• La fonction h : R → R définie par h(x) = x 2 n’est pas un morphisme de corps.

Propriété : un morphisme de corps est toujours injectif.

MPSI LYCÉE GUEZ DE BALZAC

Fradin
c
Patrick – http://mpsi.tuxfamily.org

6

Exercices

Chapitre 13 : Structures algébriques

DÉFINITION 13.10 (sous-corps d’un corps)
Soit (K, +, ×) un corps et soit H un ensemble, on dit que H est un sous-corps de K lorsque :
• H ⊂ K.
• 1K ∈ H.
• ∀ x, y ∈ H, x + y ∈ H, −x ∈ H et x × y ∈ H.
• ∀ x ∈ H \ {0}, x −1 ∈ H.
Si c’est le cas alors (H, +, ×) est lui-même un corps.
Exemples:
• Q est un sous-corps de R qui est lui-même un sous-corps de C.
• Q[i]
p = {a + i b /pa, b ∈ Q} est un sous-corps de (C, +, ×).
• Q[ 2] = {a + b 2 / a, b ∈ Q} est un sous-corps de R.

III)

Exercices

ÆExercice 13.1
Dire dans les cas suivants si on définit une loi de groupe :
a) G =] − 1; 1[ et x ∗ y =

x+y

1+ xy
c) G = R \ {−1} et x ∗ y = x + y + x y.

b) G = R et x ∗ y = max(x, y).
p
d) G = R et x ∗ y = 3 x 3 + y 3 .

ÆExercice 13.2
On définit une opération ∗ dans G = C∗ × C en posant : ∀(a, b), (c, d) ∈ G, (a, b) ∗ (c, d) =
(ac, ad + b).
a) Montrer que (G, ∗) est un groupe. Est-il abélien ?
b) Pour a ∈ C∗ et b ∈ C, on appelle Sa,b l’application de C dans C définie par ∀z ∈ C, Sa,b (z) =
az+b. Montrer que Sa,b ∈ (SC , ◦) : le groupe des permutations de C. Montrer que l’application :
f : (G, ∗) → (SC , ◦) définie par ∀(a, b) ∈ G, f (a, b) = Sa,b est un morphisme de groupes
injectif.
c) On note S = {Sa,b / (a, b) ∈ C∗ × C}. Montrer sans calculs que (S , ◦) est un groupe.
ÆExercice 13.3
Soit H = {(x, y, z) ∈ R3 / x + 2 y − z = 0}.
a) Montrer que (H, +) est un groupe abélien.
b) Soit f : H → H définie par ∀(x, y, z) ∈ H, f (x, y, z) = (x − 2z, z − y, x − 2 y), montrer que f
est un morphisme de groupes, déterminer son noyau et son image.
ÆExercice 13.4
Soit (S3 , ◦) le groupe des permutations de [[1..3]].
a) Faire la table de S3 .
b) Déterminer les sous-groupes de cardinal : 1, puis 2, puis 3.
c) Soit τ ∈ S3 définie par τ(1) = 2, τ(2) = 1 et τ(3) = 3. Soit f : S3 → S3 définie par
∀σ ∈ S3 , f (σ) = τ ◦ σ ◦ τ. Montrer que f est un isomorphisme de groupes.

MPSI LYCÉE GUEZ DE BALZAC

Fradin
c
Patrick – http://mpsi.tuxfamily.org

7

Exercices

Chapitre 13 : Structures algébriques

ÆExercice 13.5
On cherche à résoudre l’équation x 2 − 3 y 2 = 1 d’inconnue (x, y) ∈ N2 . On pose :
p
H = {a + b 3 / a, b ∈ Z tels que a2 − 3b2 = 1}.
a)

i) Montrer que H est un sous-groupe de (R∗ , ×).

ii) On note H + = {h ∈ H / h ¾ 0}, montrer que H + est un sous-groupe de (H, ×).
p
b) Montrer qu’il existe a0 , b0 ∈ N∗ avec b0 minimal tel que h0 = a0 + b0 3 ∈ H. Déterminer h0 .
p
c)
i) Soit h = a + b 3 ∈ H, montrer que si 1 ¶ h alors b ¾ 0 et a > 0.
ii) En déduire que si 1 ¶ h < h0 , alors h = 1.
d)

n
i) Soit h ∈ H + , montrer qu’il existe n ∈ Z tel que hn0 ¶ h < hn+1
0 , puis montrer que h = h0 .

ii) Déduire de ce qui précède tous les éléments de H + .
e) Donner alors les solutions de l’équation x 2 − 3 y 2 = 1 dans N × N.
ÆExercice 13.6
Soit (G, .) un groupe, on suppose que tout élément de G \ {e} est d’ordre 2. Montrer que (G, .) est
abélien. Donner des exemples.
ÆExercice 13.7

Sous-groupes finis
de (C∗ , ×) de cardinal n ¾ 1, pour x ∈ H,
Q de (C
Q, ×). Soit H un sous-groupe
n
montrer que :
y=
x y. En déduire que x = 1, puis que H = Un . Comment sont faits les
y∈H

y∈H

sous-groupes finis de (R∗ , ×) ?
ÆExercice 13.8
Soit (A, +, ×) un anneau intègre fini. Montrer que A est un corps.
ÆExercice 13.9
Morphismes de corps de R. Soit f : R → R un morphisme de corps.
a) Montrer que ∀n ∈ Z, f (n) = n, puis que ∀r ∈ Q, f (r) = r.
b) Monter que si x est positif alors f (x) est positif. En déduire que f est croissante.
c) Montrer que pour tout réel x, il existe deux suites rationnelles (un ) et (vn ) telles que pour tout
entier n : un ¶ x ¶ vn . En déduire que f (x) = x.
ÆExercice 13.10
Soit (A, +, ×) un anneau, un élément x ∈ A est dit nilpotent lorsqu’il existe n ∈ N∗ tel que x n = 0.
a) Montrer que si a ∈ A est nilpotent, alors 1A − a est inversible, donner son inverse. Calculer
(1A − a)k pour k ∈ N.
b) Soient a, b ∈ A, montrer que si a × b est nilpotent, alors b × a aussi.
c) Montrer que si a et b sont deux éléments nilpotents qui commutent, alors a + b est nilpotent.
En déduire que lorsque l’anneau A est commutatif, l’ensemble des éléments nilpotents de A
forment un groupe additif.
ÆExercice 13.11
Théorème de Lagrange. Soit (G, .) un groupe fini et H un sous-groupe de G. On définit dans G la
relation suivante :
∀ x, y ∈ G, x R y ⇐⇒ x. y −1 ∈ H.
Montrer que R est une relation d’équivalence dans G. Pour x ∈ G, montrer que la classe d’équivalence de x est cl(x) = H x = {h.x / h ∈ H}. En déduire que card(H)|card(G).

MPSI LYCÉE GUEZ DE BALZAC

Fradin
c
Patrick – http://mpsi.tuxfamily.org

8


Aperçu du document chap13-1011.pdf - page 1/8
 
chap13-1011.pdf - page 2/8
chap13-1011.pdf - page 3/8
chap13-1011.pdf - page 4/8
chap13-1011.pdf - page 5/8
chap13-1011.pdf - page 6/8
 




Télécharger le fichier (PDF)


chap13-1011.pdf (PDF, 194 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


chap13 1011
fetch
groupes anneaux et arithmetique 2
serie dex 3 alg 1
ch groupe 2
program ing cna maths phyik

Sur le même sujet..