Ouest France20 01 10EPM PJ44 .pdf


Nom original: Ouest France20-01-10EPM-PJ44.pdfTitre: Ouest France20-01-10Auteur: user

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 0.9.9 / GPL Ghostscript 8.70, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 25/04/2011 à 12:22, depuis l'adresse IP 83.195.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1060 fois.
Taille du document: 31 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


mercredi 20 janvier 2010
OUEST FRANCE

Pays de la Loire

Orvault : un mineur détenu sur deux sans visites

Quand les liens familiaux sont particulièrement tendus, un éducateur est présent au parloir.
Certains mineurs incarcérés, déjà pères, reçoivent aussi la visite de leur enfant.
Marc Roger

Ces adolescents sont incarcérés à la prison pour
mineurs située près de Nantes. Et, à leur parloir, il
y a des jours « où l'on ne voit personne »,
témoignent des bénévoles. Explications.
Reportage
Habitué de voir ces femmes se presser à la maison d'arrêt de Nantes plusieurs
fois par semaine, Lionel Audion fut surpris en arrivant à l'établissement
pénitentiaire pour mineurs d'Orvault, dans l'agglo nantaise. Ce mercredi aprèsmidi glacial, il prépare un café dans une petite salle à l'extérieur de l'enceinte
carcérale. « Il y a des jours où l'on ne voit personne... »
Bénévole à l'association Prison Justice 44, il offre aux familles un accueil
chaleureux. « Un sas pour les parents avant d'entrer dans la prison voir leur
fils. » Un sas plus agréable que l'aubette de bus où, dans d'autres villes, l'accueil
est parfois organisé.

Lionel jette un oeil sur sa fiche. « Un seul parloir est prévu cet après-midi.
C'est un peu triste. » La moitié des détenus (ils sont entre vingt-cinq et trente
jeunes incarcérés) ne reçoit jamais de visite. Et un tout petit nombre n'a aucun
contact, même téléphonique, avec de la famille.
« Pas forcément un problème »
L'organisation des parloirs n'est pas en cause, avec des droits de visite tous les
mercredis après-midi, les samedis et les dimanches. Et un entretien de quarantecinq minutes, voire le double pour les familles qui arrivent de loin, des
départements limitrophes.
« On fait du sur-mesure avec les mineurs », ajoute la directrice de
l'établissement, Dominique Lopez. Mais elle prévient : « Ce n'est pas forcément
un problème de ne pas avoir de parloir. Si cette absence est expliquée au
jeune. »
Expliquer, c'est essentiel, crucial. Pour le mineur, le parloir est un moment très
important. Avant la visite, il choisit ses vêtements, se fait beau, se parfume. Pour
les autres restés enfermés dans leur cellule, l'attente peut être douloureuse.
« Certains sont en souffrance, cassent tout, déchirent les lettres. Parfois les
crises sont tellement fortes qu'il faut une prise en charge médicale »,
explique Jean-Albert Lebouc, chef du service éducatif. « Quand ils passent en
commission de discipline, ils savent qu'on informe leurs parents. C'est leur
façon de dire qu'ils existent », avance Dominique Lopez.
« Certains parents sont dans le rejet de leurs enfants. Mais la détention
n'est pas la cause. » Avant d'échouer en prison, un mineur charrie toute une
histoire, des placements en foyer, des rappels à l'ordre multiples...
Lien familial dégradé
« Le lien familial est déjà dégradé. Des parents sont fatigués. La prison est
comme une parenthèse. Ils se disent ouf, mon fils va rester tranquille
quelque temps », analyse Lionel Audio. Une courte parenthèse, car la détention
dure en moyenne trois mois pour un mineur.
Avoir un fils en prison est parfois difficile à assumer. « Il y a de la honte, de la
culpabilité. Pour cette raison, nous avons un rôle important. Car les parents
ne parlent pas de ça chez eux et nous offrons une écoute à ceux qui
viennent. » Des parents pour la plupart isolés car, bien souvent, l'un des deux est
parti loin, voire décédé.
Le personnel éducatif de l'EPM se déplace parfois au sein même des familles.
« On va les chercher loin dans leur retranchement. Pour qu'à la sortie, de
nouvelles relations familiales s'installent. »
Marylise COURAUD.


Aperçu du document Ouest France20-01-10EPM-PJ44.pdf - page 1/2

Aperçu du document Ouest France20-01-10EPM-PJ44.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)


Ouest France20-01-10EPM-PJ44.pdf (PDF, 31 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


ouest france20 01 10epm pj44
exe re sume a4 exe cutif prison vf 30 oct
souslespommiersn4202007v
souslespommiersn3202004v
lettre femmes detenues avril 2016
une vie apres la prison

Sur le même sujet..