1 Batallion de parchutiste canadien.pdf


Aperçu du fichier PDF 1-batallion-de-parchutiste-canadien.pdf - page 6/9

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9



Aperçu texte


Le Bulletin de doctrine et d’instruction de l’Armée de terre

Le capitaine Todd Strickland

Figure 5 : Le capitaine Sam McGowan (chandail foncé) et son groupe des ordres
au cours de l’Op VARSITY le 24 mars 1945. (Photo 48555 de l’Armée canadienne)
situation qui a prévalu à Arnhem ne se notamment la bordure ouest du bois,
répéterait pas. Deuxièmement, il s’agit un certain tronçon de la route principale
d’une opération tactique et non et un certain nombre de maisons, tous
stratégique; elle n’aura pas lieu avant défendus par des parachutistes
que le franchissement soit réussi et que allemands.
la jonction soit presque certaine.
Contrairement à l’entreprise risquée de
Arnhem qui consistait à placer la
1st British Airborne Division soixante
milles derrière les lignes ennemies, les
ZL de la 6th Division seront à moins de
cinq milles des sites de franchissement
alliés. Finalement, pour éviter la
dispersion des forces aéroportées qui
s’est produite au jour J, on interdit aux
pilotes d’effectuer des manœuvres
d’évitement s’ils sont pris à partie par le
tir antiaérien ennemi en route ou audessus des ZL. Ces changements
apportés, les Alliés et le 1er Bataillon de
parachutistes canadien se préparent en
vue de la plus vaste opération
aéroportée de la guerre.
Voici les objectifs assignés aux
forces aéroportées: « prendre et tenir
une zone boisée qui domine la partie du
Rhin où aura lieu l’assaut principal » et
« empêcher les renforts ennemis
d’atteindre la rivière en provenance de
l’est de Wesel »33 . Une fois ces objectifs
atteints, le bataillon doit, de concert
avec le 9e Bataillon, s’emparer de la zone
centrale de « Schnappenburg »,

40

À l’instar de toute entreprise
militaire, le commandant commence par
donner un briefing à tout le personnel
après quoi il donne des ordres plus
détaillés à ses officiers. En outre, le
brigadier Hill s’adresse à tous les sousofficiers dans la nuit précédant le
largage et leur mentionne que s’ils
rencontrent des Allemands, ils doivent
les traiter de façon « très défavorable » 34 .
Comme il ne reste que peu de temps à
consacrer à l’entraînement et que le
bataillon vient tout juste de quitter le
champ de bataille, on limite
l’entraînement aux exercices de combat
et de maniement d’armes au niveau du
bataillon. Tous les sauts cessent le
19 mars, et le bataillon est confiné à ses
quartiers jusqu’au 24 mars 1945. À
7 h 30 le 24 mars, le bataillon monte à
bord de trente-cinq Dakota et quitte
l’Angleterre à destination de
l’Allemagne. Le bataillon forme le tiers
des effectifs de la brigade participant
au parachutage et, en théorie, il devrait
poser pied dans une ZL sûre.

Figure 6 : Les soldats Balance et Phillips cuisinant sur un char Churchill le
7 avril 1945. (Photo 49533 de l’Armée canadienne)