argumentation et récit presse.pdf


Aperçu du fichier PDF argumentation-et-recit-presse.pdf

Page 1 2 3 45618



Aperçu texte


Articles }

Argumentation et récit médiatique. La mort, assumée ou non?

moment particulièrement douloureux, celui où ils brisent leur plume, on recueille
sans doute une position exacerbée. Elle n’en est que plus révélatrice. De même qu’un
mourant chuchote ses dernières vérités à l’oreille de celui qui le veille, se pencher sur
les récits de (fin) de vie présents dans des dizaines de derniers numéros devrait en révéler un peu plus sur la crise de l’information écrite généraliste. En l’occurrence,
l’information généraliste ici envisagée est hebdomadaire. Cette recherche s’appuie en
effet sur une production moins étudiée que la presse quotidienne: la plupart des derniers numéros d’hebdomadaires d’information générale belges francophones décédés
entre 1950 et 2000.

103

Ce corpus est relativement protéiforme. D’une part parce que la notion
d’hebdomadaire d’information générale recouvre diverses variations éditoriales,
comme le newsmagazine, l’illustré, le régional, le satirique ou le quotidien du dimanche.
D’autre part, parce que l’analyse des processus de concentration de la presse montre
qu’il existe une échelle de disparition des journaux. Parmi les nombreux cas de figure,
lement disparaître si l’on décide d’en changer le nom ou la périodicité, sans forcément
en changer l’équipe rédactionnelle ou la société éditrice. Enfin, la vie des titres de
presse est émaillée de rationalisations, absorptions, prises de participation et accords.
Chaque rebondissement de ces vies est susceptible de générer un discours d’adieu, que
l’on imagine variable d’un cas à l’autre: on n’annonce pas
de la même façon son passage au quotidien, son rachat ou
sa fermeture définitive.

4

URL:
[www.comu.ucl.ac.be.reci.orm],
consulté le 22 mai 2009
5

En tenant compte de ces diverses variations, le corpus
compte 40 titres définitivement disparus de la scène
médiatique belge francophone entre 1950 et 2000. Sur ces
40 titres, les deux tiers – 26 exactement – ont cessé de
paraître «d’un coup»: ils naissent, ils meurent tantôt
quelques mois, tantôt des dizaines d’années plus tard.
Le solde est composé de titres dont l’histoire est émaillée
de multiples rebondissements. Ainsi, pour ne prendre
qu’un exemple, un quotidien du dimanche édité à
Bruxelles s’appellera tour à tour Journal de Bruxelles
(28 décembre 1958), Dimanche Presse, Dimanche-Matin,
Les nouvelles du Dimanche matin, avant de s’éteindre sous le
titre Dimanche Matin (12 septembre 1999) quarante et un
ans après sa fondation 5.

Outre ces 40 pièces, 14 titres du
corpus de recherche ont continué
d’exister dans le paysage médiatique belge francophone après
2000. Parce qu’ils font l’objet de
rebondissements qui génèrent un
discours, ils sont pris en compte,
mais dans une moindre mesure,
puisqu’il ne s’agit pas d’un dernier numéro à titre définitif. C’est
le cas par exemple du Soir Illustré,
appendice du quotidien éponyme. Né en 1928, il a été rebaptisé Le Soir Magazine en
septembre 2000 et continue
d’exister aujourd’hui sous cette
forme. Mais le dernier numéro du
Soir illustré est évidemment digne
d’intérêt pour qui s’intéresse à la
presse hebdomadaire
d’information générale et au cas
particulier des illustrés.

No 12, 2009

a contrario

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_fc - - 82.225.14.35 - 29/05/2011 07h15. © BSN Press

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_fc - - 82.225.14.35 - 29/05/2011 07h15. © BSN Press

la disparition pure et simple du titre est la plus radicale. Mais un média peut éga-