Staubin guide2011.pdf


Aperçu du fichier PDF staubin-guide2011.pdf - page 6/17

Page 1...4 5 67817



Aperçu texte


Circuit

Promenade

Proposé par l’Office de Tourisme
1 - LA FALAISE DU CAP ROMAIN :
La réserve naturelle du Cap Romain, située à l’extrémité Ouest de la plage de Saint-Aubin, est le
témoin de la présence de vie sur le territoire depuis l’ère Jurassique (150 à 110 millions d’années
avant notre ère). Vous y découvrirez une falaise
haute de 6 mètres montrant une superposition de
couches géologiques de grand intérêt. De plus, il
est établi que les romains édifièrent sur le site un
camp, et non loin un temple ou fanum, intégré à
une villa gallo-romaine, constructions aujourd’hui
disparues. En passant par l’Office de Tourisme,
vous admirerez une intéressante collection de vestiges géologiques et archéologiques, ainsi que la
reproduction d’une statue datant de la fin du 1er
siècle représentant une Déesse-Mère gauloise.
L’original, que vous retrouverez au Musée de Normandie à Caen, fut trouvée au fond d’un puits romain en 1943 par un soldat allemand. L’ensemble
des vestiges témoignent de la richesse patrimoniale du site. Remarque : Le territoire de la falaise
étant classé, nous vous prions de ne rien prélever
ni ramasser ! Merci.

10

2 - LES VENELLES, PASSAGES CACHES :
Une particularité de Saint-Aubin vous invitera à la
flânerie : ce sont ses venelles, ruelles étroites souvent dissimulées
qui vous mèneront à la mer. Ces passages qui nous
charment aujourd’hui, fleuris, ombrés ou à ciel ouvert, furent construits à l’origine pour des raisons
pratiques. En effet, avant de devenir la commune
que nous connaissons, Saint-Aubin était un village
de pêcheurs, hameau rattaché à Langrune-surMer. La mer, pendant plusieurs siècles, est restée
la première économie du territoire, et ces venelles,
de par leur étroitesse, permettaient aux pêcheurs
d’y accrocher leurs filets pour les faire sécher
grâce au vent qui s’y engouffrait. Empruntez-les,
leur authenticité vous accompagnera du front de
mer vers l’intérieur de Saint-Aubin !

3 - NAISSANCE D’UNE PAROISSE...
SAINT AUBIN SUR MER... !!
Au début du 19ème, Saint-Aubin cherche à obtenir
son autonomie par rapport à Langrune. Et c’est
la religion qui l’y aidera. Une première église voit
le jour en 1830, mais il ne s’agit alors que d’une
chaumière. Néanmoins, cette bâtisse constitue le
premier acte de détachement réel. En 1842, l’autonomie paroissiale est accordée, et en 1851, SaintAubin devient commune indépendante par décret !
La construction de l’église actuelle débute vers
1857, sous l’égide de l’Abbé Bossard. Notre église,
de style néo-gothique est visitable aux horaires de
messe (dimanche à 11h et jeudi à 10h). Vous pouvez néanmoins admirer son architecture extérieure
à n’importe quel moment !
4 - L’ARRIVEE DU TRAIN :
Dans la seconde moitié du 19ème, Saint-Aubin croît
et s’urbanise. Ecole, Poste... les infrastructures se
développent. Mais le changement majeur est la
construction d’une gare dans le centre ville, près
de l’église. Le premier train arrive de Paris le 8 no-

vembre 1855 et c’est un réel bouleversement ! En
effet, Saint-Aubin commence alors à être réputée
pour ses bains de mer : il faut donc loger, nourrir
et divertir les touristes... d’où la création de nombreux hôtels, du jardin public, de cafés, et surtout
du casino, infrastructure essentielle à toute station
balnéaire ! C’est après la seconde guerre mondiale
que l’activité ferroviaire de Saint-Aubin fut supprimée. L’ancienne gare, dont vous pouvez toujours
voir le bâtiment principal près de la Poste, renferme
aujourd’hui les locaux de la gendarmerie saisonnière de Saint-Aubin.
5 - LA DIGUE, ENTRE PROMENADE
ET MEMOIRE :
En remontant par l’une des venelles de Saint-Aubin, vous retrouverez la digue où vous admirerez de
nombreuses villas de style Rococo, Art Nouveau ou
Art Déco, constructions de la fin du 19ème. Puis en
retournant vers votre point de départ, vous trouverez l’unique vestige de la seconde guerre mondiale
encore visible sur Saint-Aubin : un canon allemand
de 50mm sous casemate.

11