Supplément Europe .pdf



Nom original: Supplément Europe.pdfTitre: Mise en page 1 (Page 1)

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par QuarkXPress(R) 7.31 / Acrobat Distiller 8.2.6 (Macintosh), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 14/06/2011 à 16:39, depuis l'adresse IP 90.30.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1362 fois.
Taille du document: 2.5 Mo (8 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


- CAHIER GRATUIT AU N°23 D’INFO ECO DU VENDREDI 10 JUIN 2011 -

L’essentiel
Le SGAR, facilitateur
de projets
Comment est pilotée la mise
en œuvre des programmes
européens en PoitouCharentes ? PAGE 2

L’Europe nous aide
à réaliser nos projets

Internet : une porte
d’entrée sur l’UE !
Aussi simple qu’un clic. PAGE 3

Les quatre fonds
européens en détail
Zoom sur les quatre fonds
européens. Pour qui, pour quoi
et comment, vous saurez tout !
PAGE 3

Témoignages de six
chefs d’entreprise
Acime, la Baie des Champs,
Léa Nature ... Des entreprises
qui ont su se développer grâce
au soutien de l’Europe.

Visite du Cruse
Le Comité Régional Unique de
Suivi et d’Evaluation se réunira
le 17 juin au Port de La Rochelle
pour découvrir sur le terrain
l’ampleur du projet. PAGES 6 ET 7

Crédit : Union européenne, 2011.

PAGES 4 ET 5

INFO-ECO 2 L’EUROPE EN POITOU-CHARENTES
I 2 I Info-éco 2 Juin 2011
VALEURS

Quels sont les symboles
de l’Europe ?
L'Euro
C'est la monnaie de l'Union européenne utilisée dans
16 pays (Belgique, Chypre, Allemagne, Finlande, France,
Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Autriche, Portugal, Slovénie, Slovaquie et Espagne).
Le symbole de l'euro s'inspire de l'epsilon grec, berceau de la civilisation européenne et de la première lettre du mot Europe. Les deux traits parallèles symbolisent la stabilité de l'euro.

Le drapeau européen
Il représente un cercle de douze étoiles d'or sur fond
bleu. Les douze étoiles disposées en cercle symbolisent
les idéaux d'unité, de solidarité et d'harmonie entre les
peuples européens. Le nombre d'étoiles n'est pas lié au
nombre d'états membres. Il y a douze étoiles, car ce chiffre est traditionnellement un symbole de perfection, de
plénitude et d'unité (le cercle). Ainsi, le drapeau reste le
même, indépendamment des élargissements de l'Union
européenne.

L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations
concrètes créant d’abord des solidarités de fait. »
Robert Schuman, ministre français des affaires étrangères, lors de son discours du 9 mai 1950.

UNE DATE

UN CHIFFRE

09.05.50

31 000

Ce jour là, Robert Schuman,
ministre français des affaires
étrangères, fait une déclaration
historique dans le salon de
l’Horloge du Quai d’Orsay. Il appelle à la mise en commun sous une autorité internationale des productions française et allemande de charbon et
d’acier. Cette proposition, connue sous le nom de "déclaration Schuman", est
considérée comme l'acte de naissance de l'Union européenne.

UN SITE www.europe-en-france.gouv.fr
Le site Europe en France, présente
tout ce qu’il faut savoir sur l'utilisation des fonds européens. Il
recense les dernières actualités relatives aux décisions de l’Union européenne. Une carte des projets met
en avant plusieurs initiatives en
région qui ont été aidées par l’Europe. Il retrace aussi l’avancement de

L'hymne européen
Il est tiré de « l'Ode à la joie » de la 9e symphonie de
Ludwig Van Beethoven. Lorsqu’il est joué en tant qu’hymne européen, il est sans paroles. Pour le dernier mouvement de cette symphonie, Beethoven a mis en
musique l'Ode à la joie écrite en 1785 par Friedrich von
Schiller. Ce poème exprime la vision idéaliste que Schiller
avait de la race humaine, une vision de fraternisation de
tous les hommes que partageait aussi Beethoven. Cet
hymne sans paroles évoque, grâce au langage universel
de la musique, les idéaux de liberté, de paix et de solidarité incarnés par l'Europe.
Les chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne en ont fait l'hymne officiel de l'Union en 1985.
Il n'est pas destiné à remplacer les hymnes nationaux
des États membres, mais à célébrer les valeurs qu'ils partagent tous, ainsi que leur unité dans la diversité.

l’utilisation des fonds en région.
Une déclinaison régionale du site est également disponible : www.europeen-poitou-charentes.eu.

C’est le nombre de projets
programmés en PoitouCharentes, qui ont reçu
le soutien de l’Europe, depuis
le 1er janvier 2007. Cela
représente, sur le total du
programme, 247 millions d’euros
attribués par le biais des quatre
fonds.
L’Union européenne accordera sur
sept ans plus de 460 millions
d'euros à la région PoitouCharentes, dont 201,49 millions
d’euros au titre du Feder,
127,89 millions d’euros pour le FSE,
120,62 millions d’euros pour le
Feader et 8,8 millions d’euros pour
le FEP.

QUESTIONS À ... Laurence Saturnin, chef de bureau de gestion des programmes
européens au secrétariat général aux affaires régionales

Le SGAR,
facilitateur de projets

La devise européenne : « Unie dans la diversité »
Cette devise signifie que, au travers de l’Union européenne, les Européens unissent leurs efforts en faveur
de la paix et de la prospérité, et que les nombreuses cultures, traditions et langues différentes que compte l’Europe constituent un atout pour le continent.

Quels ont les pays fondateurs de l'Europe ?
Ils sont six au départ. Suivant la proposition de Robert
Schuman, la France, la République Fédérale d'Allemagne, l'Italie,, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg
fondent la communauté européenne du charbon et de
l'acier, la CECA. Le traité instituant cette organisation fut
signé à Paris le 18 avril 1951, soit moins d'un an après la
déclaration du 9 mai.

Quand a été évoqué pour la première fois le
mythe de l'Europe ?
Au VIIIe siècle avant notre ère, le poète Hésiode évoque
pour la première fois le mythe d'Europe. Selon la légende,
Europe était une princesse phénicienne qui aurait séduit
Zeus, roi de l'Olympe. Le dieu, métamorphosé en taureau, l'aurait enlevée pour la conduire en Crète où elle
aurait donné naissance au légendaire roi Minos.
Les chercheurs s'interrogent encore sur le nom Europe.
Peut-être s'agit-il d'une contraction des mots grecs Eurus
(large, ample) et Ops (regard, visage). A moins qu'il ne
vienne du phénicien Ereb (sombre), terme employé pour
désigner les pays du couchant. Ce terme s'imposera peu
à peu aux Grecs pour désigner l'ensemble des terres au
nord du bassin méditerranéen.

Directeur de la publication : Roger Anglument
Responsable de la rédaction : Lydia De Abreu
Articles : la rédaction d’Info-Eco et ses correspondants
Mise en page : la rédaction
Rédaction - Abonnement : 48 rue Jean Jaurès, 86000 Poitiers Tél : 05 49 42 74 30 - info@publicmedia.fr.
Site intenet : www.info-eco.fr et sur Facebook : Info-eco.fr
Publicité : Com West 2. Tél : 05 49 47 79 68.

Info-éco / Quel est le rôle
du secrétariat général aux
affaires régionales ?
Laurence Saturnin /
Nous travaillons pour le
préfet de région à organiser, coordonner et piloter
la mise en œuvre des programmes européens en
Poitou-Charentes. Le service apporte son expertise
et veille à la bonne application des mesures. Nous
sommes des accompagnateurs, des facilitateurs
pour les porteurs de projets, qui souhaitent bénéficier des fonds européens.
Info-éco / Quand un porteur de projet vient vous
voir, que faites-vous ?
L . S. / Nous l’orientons
vers les bons correspondants. Chaque dossier est
instruit selon sa thématique. En fonction de la
nature du projet, nous dirigeons la personne vers
Oséo, la Direccte (la direction régionale des entreprises, de la concurrence,
de la consommation, du
travail et de l'emploi), ou
encore la Dreal (la direction régionale à l’environnement, l’aménagement
et le logement). Le service
concerné accompagne et
conseille la personne dans

le montage de son dossier.
Avec ce système, nous
essayons d'aller le plus
rapidement possible, de
raccourcir les délais au
maximum.
Info-éco / Que devient
ensuite le dossier ?
L. S. / Nous avons un rôle
de conseil auprès des porteurs, nous réorientons
parfois les dossiers, nous
faisons ressortir les points
positifs, ce qui sera finançable ou non. Nous construisons avec eux un plan
de financement. Dans
chaque projet, il doit y avoir
des co-financeurs ou de
l'auto-financement. La
demande doit être équilibrée. Nous organisons
ensuite un comité de programmation, tous les deux
mois. Toutes les demandes
de subventions passent par
là. Le dossier est instruit
par le service concerné,
pour un avis rendu sous
deux mois.
Info-éco / Y'a t-il des conditions définies pour bénéficier des fonds européens ?
L. S. / Nous accompagnons aussi bien les collectivités, les entreprises,
les associations,... Ces
fonds touchent tout le

demande. Nous ne faisons
pas de différence de traitement entre une grosse
entreprise et une TPE. Il y
a peut-être même un
accompagnement individuel plus poussé pour les
petits projets.

Laurence Saturnin

“ Nous avons
un rôle
de conseil
auprès
des porteurs ”

monde, tous les types de
projets, toutes les tailles
d'entreprises. Et parfois
même, le projet peut déjà
avoir commencé. C'est
ainsi que depuis 2007,
nous avons instruit
31 000 projets et attribué
près de 247 millions d'euros. Les montants des
aides sont très variables. Ils
dépendent de la taille du
projet : cela peut aller de
quelques milliers d'euros
à quelques millions. Nous
nous adaptons à chaque

Info-éco / Quel que soit le
montant de l’aide, l’apport
de l’Europe est souvent
déterminant dans le
déclenchement du projet ?
L. S. / C’est vrai, la subvention peut parfois être
l'élément déclencheur du
projet. Nous essayons donc
de flécher le parcours au
maximum. Nous voyons
avec l'entreprise quel
fonds peut-être mobilisé,
pour être utilisé au mieux.
Nous tentons de faciliter
les démarches, de simplifier la vie des porteurs.
Info-éco / Avez-vous aussi
un rôle de contrôle quand
le projet est terminé ?
L. S. / Nous réunissons
un comité de suivi. Nous
avons plutôt un rôle de surveillance sur chaque dossier. Les objectifs de départ
doivent être en adéquation
avec ce qui est déjà réalisé,
pour pouvoir verser les dernières aides. ◆

INFO-ECO 2 L’EUROPE EN POITOU-CHARENTES
I 3 I Info-éco 2 Juin 2011
CONNEXION

Internet : une porte d’entrée sur l’Europe !
Le site internet de l’Europe en PoitouCharentes (www.europe-en-poitoucharentes.eu) est une façon simplifiée
pour les porteurs de projets de
s’informer sur les fonds européens.

C

ertains se demandent encore de
quelle manière
agit l’Europe en faveur des
Picto-charentais. Est-il
besoin de préciser que
l’Europe débloque des
fonds pour le financement
de projets en région ?
Il semblerait qu’il faille
encore le rappeler. Pourtant, l’Union européenne
peut bel et bien aider à
financer de nombreux projets. Création d’entreprise,
financement de travaux de

recherche, formation de
salariés, développement
d’une activité agricole,
modernisation de bâtiments d’élevage, quelle
que soit la démarche, des
fonds européens existent
et ont vocation à financer
diverses activités en région.

Simple comme un clic !
Un site internet exclusivement consacré à ce sujet
est en ligne (www.europeen-poitou-charentes.eu). Il
permet au grand public, aux

bénéficiaires potentiels ou
aux porteurs de projets de
se tenir informés des
actions de l’Union européenne en région. Ce site se
veut simple, facile d’accès
et dirige clairement les utilisateurs vers les différents
services prévus pour

chaque cas de figure.
L’espace dédié aux porteurs
de projets facilite les démarches et procédures à suivre
concernant les demandes
de subventions et rend possible un dialogue avec la
personne chargée d’instruire chaque dossier.

J’ai testé pour vous…
J’ai testé pour vous… la
rubrique “Quel fonds européen pour mon projet ?”
Après avoir cliqué sur l’encadré “Déposez votre projet”, tous les choix s’offrent
à l’internaute. Un projet
éligible ? Des informations

sur les différents fonds
européens ? Le dépôt
d’une demande de subventions ? Créer un
compte personnel ? Quelles que soient les interrogations, cette rubrique
aiguillera vers la bonne
page n’importe quel utilisateur, même le plus
réfractaire.
Une configuration simple pour une utilisation
accessible à tous. Un gain
de temps et des réponses
précises à toutes les questions que l’on peut se
poser sur le fonctionnement du dispositif.
La démarche de l’internaute est encore plus facile
une fois qu’il dispose de
son propre module d’accompagnement. Alors, à
vos ordinateurs ! ◆

Les quatre fonds européens en détail
FEADER : LE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT RURAL

Crédit : Union européenne, 2011.

besoins du secteur de la pêche, ce fonds
permet le développement et la modernisation de la flotte de pêche communautaire.

L

’investissement à bord des navires
de pêche, le soutien à la petite
pêche côtière, la diversification
économique dans des zones touchées par
la diminution des stocks, la commercialisation et la transformation des produits
de la pêche et de l’aquaculture… : voici
divers projets dans lesquels intervient le
Fep (Fonds Européen pour la Pêche). Créé
dans le but de soutenir et de s’adapter aux

400 dossiers programmés
Depuis 2007, près de 400 dossiers ont
été programmés en Poitou-Charentes.
Plus de 8 millions d’euros sont disponibles pour la région qui compte 463 kilomètres de côtes. Ce fonds est également
destiné à développer des partenariats
entre les professionnels du secteur et le
milieu scientifique, mais aussi à la diversification des activités économiques pour
un développement durable des zones
côtières. ◆

FEP (Fonds Européen pour la Pêche)
Olivier Nourrain - 05.46.28.07.07
Direction inter-régionale de la mer (DIRM) SudAtlantique, division économie et formation

L

e Feader (Fonds Européen Agricole
pour le Développement Rural) participe à l’accompagnement du
développement de l’espace rural, que ce
soit sur le plan social, environnemental
ou économique.
Ce fonds relève du deuxième pilier de
la politique agricole commune (Pac).

120 millions d’euros pour la région
En Poitou-Charentes, près de
28 000 dossiers ont été concernés depuis
2007 par ce fonds d’aides. La région
dispose d’une enveloppe de plus de
120 millions d’euros pour soutenir des projets dans différents domaines tels que le
soutien à l’agriculture biologique, à la valorisation du patrimoine rural, à des mesures agro-environnementales pour la qualité des eaux ou pour le maintien de la
biodiversité. Il s’agit concrètement d’augmenter et de valoriser la compétitivité des
secteurs agricoles et forestiers, d’amélio-

Crédit : Union européenne, 2011.

FEP : SOUTENIR LE SECTEUR DE LA PÊCHE

rer la qualité de vie en milieu rural et d’assurer une meilleure gestion de cet espace
dans le respect de l’environnement. ◆

FEADER (Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural)
Laurent Lherbette - 05.49.03.11.40
Direction régionale de l'alimentation de l'agriculture
et de la forêt (DRAAF) au service régional de l'économie agricole de la forêt et de l'environnement

FSE : AGIR POUR L’EMPLOI
FEDER : RATTRAPER LE RETARD ÉCONOMIQUE

En Poitou-Charentes, ce sont près de
1 400 dossiers qui ont été pris en compte.
Avec une enveloppe de plus de
127 millions d’euros, la région Poitou-Charentes arrive au premier rang national en
termes de taux de paiement pour ces
fonds, soit 20,59 %. Concrètement, ce
fonds permet l’accès à la formation des
salariés des PME, à la réalisation de microprojets associatifs, à l’accompagnement
renforcé des demandeurs d’emploi, à l’accès et la participation des femmes au
marché du travail, à la lutte contre le

FSE (Fonds Social Européen)
Thierry Landais - 05.49.50.10.39
Direction régionale des entreprises, de la concurrence de la consommation du travail et de l'emploi

C

’est dans le but de développer les
politiques européennes régionales qu’a été créé le Feder (Fonds
européen de développement régional).
Promouvoir l’attractivité et l’excellence
territoriale par les investissements et
l’emploi, tel pourrait être le mot d’ordre
de cet outil né de la volonté de l’Union
européenne.

Une enveloppe de 201 millions
En Poitou-Charentes, une enveloppe de
201 millions d’euros est mise à la disposition des porteurs de projets sur une
période de 2007 à 2013. Plus de 1 100 dossiers ont été programmés ces quatre dernières années dans la région. Ce fonds
soutient des projets en matière d’innovation, de recherche, d’aide aux entreprises, d’environnement, de transport et de
technologies de l’information et de la
communication. L’objectif est ni plus ni

moins de créer un environnement propice à la croissance et à la compétitivité
des acteurs et des territoires. Ces aides
sont accordées en complément d’aides
nationales, régionales ou locales. ◆

Gestion interfonds et FEDER (Fonds Européen
pour le Développement Régional)
Laurence Saturnin - 05.49.55.69.21
Préfecture de région Poitou-Charentes, bureau de
gestion des programmes européens

Crédit : Union européenne, 2011.

La région au 1er rang

décrochage et l’abandon scolaire ou
encore à la promotion des technologies
de l’information et de la communication.
Il s’agit d’une action concrète de l’Union
européenne en matière de lutte contre le
chômage et les discriminations. ◆

Crédit : Union européenne, 2011.

L

e FSE (Fonds social européen) est
le principal outil financier mis en
place par l’Union européenne pour
favoriser la création d’emplois de
meilleure qualité en mettant particulièrement l’accent sur la formation professionnelle. Ces dépenses représenteraient
10 % du budget total de l’UE !

INFO-ECO 2 L’EUROPE EN POITOU-CHARENTES
I 4 I Info-éco 2 Juin 2011

CE SONT LES CHEFS D’ENTREPRI
IMAGE - POITIERS / 86

PÊCHE - CHARENTE-MARITIME / 17

L’Europe à l’écoute des boucholeurs Un catalyseur !
Producteurs de moules de bouchot
et de cordes en Charente-Maritime,
François et Benoît Durivaud ont
bénéficié du FEP en 2006, ce qui
leur a permis de se développer et
de conquérir de nouveaux marchés.

I

ls se baptisent les « paysans de la mer ». De père en
fils, Benoît et François Durivaud perpétuent la tradition familiale de mytiliculture, forts de valeurs
humaines et environnementales.
« Nous avons 20 km de concessions identifiées. Notre densité de moules sur pieux est maitrisée et ces pieux sont issus
de forêts gérées puis réemployées après usage. Avec l’ensemencement naturel, la récolte en flux tendu, nous réduisons au
minimum notre utilisation de matières plastiques », explique
Benoît Durivaud qui veut produire « des moules qu’on a
envie de manger ». Des préceptes qui sont également des
critères d’obtention du FEP pour assurer la pérennité des
activités de la pêche, l’exploitation durable des ressources halieutiques, la protection de l’environnement et la
conservation des ressources de la mer.

Les fonds européens ont permis d’investir dans du nouveau matériel.

Benoît et François Durivaud sur le terrain “en mer”.

Axes prioritaires européens
Le fonds européen pour la pêche doit contribuer à
réaliser les objectifs de la politique commune de la pêche.
Pour cela, une aide financière peut être accordée aux
pêcheurs et aux propriétaires d’un navire de pêche dans
le but d’équilibrer les capacités de la flotte communautaire. Ce fonds peut favoriser l’acquisition d’équipements
pour réduire l’impact de la production aquacole sur l’environnement. Sur leur bateau, véritable atelier flottant
naviguant, entre Charron et Fort Boyard, Benoît et François Durivaud le constatent tous les jours. Ces subventions ont permis de moderniser leur outil de travail avec
une motorisation adéquate du bateau. A terre, les subsides européens ont facilité l’investissement dans un
système de purification pour assurer une qualité parfaite des moules avant leur mise sur le marché. « Sans
ces fonds, nous avions le choix d’emprunter la somme totale
et mettre en péril l’entreprise ou ne pas investir. Dans les deux
cas, nous aurions végété ! » Aujourd’hui l’entreprise s’est
modernisée et a investi dans du matériel performant.
Depuis, les moules de bouchot Charron et Fort Boyard
ainsi que les moules de corde sont disponibles en grande
et moyenne distribution. « Cela nous a ouvert de nouvelles
portes. C’est important lorsque l’on sait que 70 % du marché
national de coquillages passe par là ! » ◆

BOBINAGE – SAINTE-RADEGONDE / 86

Acime Technology se lance à l’export

L

'Europe nous a aidés
sur la formation et
l'export », remarque
Pascal Fonchain, dirigeant
d'Acime Technology. Créée
en 1993, sa société est spécialisée dans l'étude, la
conception et la réalisation de composants bobinés (transformateurs,
linéaires, inducteurs, …).
Les produits sont utilisés
dans le secteur médical,
l'armée ou l'aéronautique.
« En 2008 avec la crise, les
évolutions du marché, il nous
fallait revoir notre stratégie de
développement, notre activité

L’Hornup en action.

de demain. Nous avons donc
défini plusieurs pistes de
diversification. » Et l'entreprise s'est dirigée vers la
conception de produits
propres. « Notre souhait était
de rester dans notre cœur de
métier : la conversion de l'énergie. » Grâce à l'aide d'Oséo et de fonds Feder, la
société lance en juin 2010,
Hornup. Ce produit est
destiné au monde de l'élevage, pour écorner les
animaux.
Avec l'apport des fonds
européens, l'entreprise a
recruté une personne pour
l'export du Hornup. L'entreprise est présente dans
12 pays. « Nous espérons
nous développer en Finlande,
en Italie et Australie. Nous
avons de très bonnes perspectives sur ce marché de
niche », se réjouit Pascal
Fonchain. Cette nouvelle
activité et son développement ont permis l'embauche de personnel. La

société compte aujourd'hui 26 salariés et espère
doubler son chiffre d'affaires en 2011, 2,8 millions
d'euros contre 1,6 en 2010.
« L'Europe a vraiment été une
aide précieuse pour notre
développement. » Et grâce au
dispositif Prim'Innov, la
société espère lancer d'autres produits propres dans
les années à venir.

Maintenir l’emploi
D’un autre côté, Pascal
Fonchain souhaite pérenniser le savoir-faire en réor-

ganisant l'entreprise. Un
plan lourd de formation a
été mis en place, financé
en partie par l’Europe.
Le dirigeant a également
misé sur ce qui fait le plus
de l'entreprise : un bureau
d'études, de prototypage et
pré-industrialisation. « Mon
souhait était de rester visible
auprès des gros donneurs d'ordre. Ainsi, nous sommes la
passerelle entre eux et les entreprises chinoises. Nous leur
fournissons un dossier de fabrication, tout en gardant ces
compétences de conception en
interne. » L'entreprise a ainsi
pu créer un poste d'ingénieur à l'export, il y a un peu
plus d'un an. « Tous ces mécanismes aujourd'hui, nous ont
permis de mettre en œuvre une
stratégie de développement
avec croissance et embauche.
Si nous réussissons, c'est aussi
nos partenaires locaux qui vont
en bénéficier, et cela participe
au maintien de l'emploi dans
la région. » ◆

Christine Fernandez dirige le laboratoire Xlim-Sic, à Poitiers.

Q

ui, mieux que Christine Fernandez, pouvait
témoigner des aides mises en place par l’Union
européenne en région ?
La directrice du Laboratoire spécialisé dans la recherche en images et interactivités, désormais rattachée au
laboratoire Xlim-Sic à Poitiers, est non seulement professeur à l’université de Poitiers, mais fournit également
des évaluations auprès de la commission européenne
depuis 2000. C’est donc en connaissance de cause qu’elle
a pu obtenir des aides du Feder (Fonds européen de développement régional). Ces fonds s’intègrent dans une
démarche de valorisation des projets en matière d’innovation, de recherche, d’aide aux entreprises, d’environnement, de transport et de technologies de l’information et de la communication. « Nous avons besoin
d’exister sur le territoire », explique la directrice de laboratoire, lequel compte une centaine de personnes pour
la plupart chercheurs ou doctorants.

Un projet financé à plus de 45 %
Plusieurs des projets du laboratoire ont ainsi été subventionnés, comme celui visant à développer une plateforme matérielle et logicielle d’étude des mouvements
et comportements humains. L’Union européenne a participé au financement de ce projet robotique à hauteur
de 45,45 % du coût total. « Le résultat attendu de cette recherche concerne, entre autres, le développement de logiciels dédiés
à l’expertise gestuelle, l’aide aux diagnostiques médicaux, l’analyse du comportement de sujets en situation. Les enjeux sont
majeurs pour le monde du handicap. » Au total, les fonds
européens couvrent un quart du budget annuel du laboratoire, soit l’équivalent, en moyenne, de 250 000 euros.

Développer des collaborations
L’un des objectifs du Feder passe par la promotion des
partenariats. « Ce fonds européen représente un tremplin pour
créer un réseau de partenaires avec des entreprises et des laboratoires régionaux mais aussi européens. Le Feder est un véritable catalyseur pour l’acquisition d’équipement et pour le
recrutement du personel », souligne Christine Fernandez.
En dix ans, le laboratoire a acquis une renommée nationale et voit apparaître une visibilité européenne. ◆

Analyse du mouvement humain avec les joueurs du Poitiers Basket

INFO-ECO 2 L’EUROPE EN POITOU-CHARENTES
I 5 I Info-éco 2 Juin 2011

ISE QUI EN PARLENT LE MIEUX !
ALIMENTATION ET COSMÉTIQUES – PÉRIGNY / 17

Léa Nature investit dans la recherche
Le groupe Léa Nature a bénéficié de fonds européens
pour investir dans la recherche et développer de
nouveaux produits. A la clé de nouveaux marchés et
des emplois créés.

D

epuis maintenant 18 ans, le
groupe Léa Nature se développe
sur un créneau : faire des produits naturels, biologiques, bénéfiques
pour la santé. Dans son développement,
la société ne cesse de créer de nouveaux
produits, de nouvelles marques.
Le groupe Léa Nature, c’est aujourd’hui, 610 personnes dont 400 collabora-

Léa Nature investit dans la recherche.

teurs sur Périgny, en Charente-Maritime,
100 millions de chiffre d’affaires et quatre domaines d’activité : l’alimentation
(50 %), les cosmétiques (30 %), la santé
avec les compléments alimentaires (18 %)
et les produits pour la maison (2 %). « L’Europe nous a permis d’investir dans des produits innovants, de développer de nouvelles
filières et de recruter des collaborateurs. A
chaque pas, ces fonds ont permis d’accélérer
le développement de l’entreprise », indique
Raphaël Allouch, directeur financier du
groupe.
Le premier soutien s’est matérialisé, en
2000, par une subvention à la construction du premier bâtiment de 4 500 m2, qui
accueille le siège de Léa Nature, à Périgny.
En 2005, les subventions européennes,
à hauteur de 18 000 €, ont financé des
panneaux solaires, pour produire de l’eau
chaude sur le site. En 2007, le financement
de l’étude de faisabilité a permis l’implantation des panneaux photovoltaïques

et d’un puits canadien. Ils assurent l’alimentation en énergies renouvelables des
bâtiments.
« Les aides nous ont, aussi, permis régulièrement d’investir sur la recherche et le développement et d’embaucher. Elles ne sont pas
forcément importantes, mais déterminantes
pour la création de ces postes. Ces recrutements sont une vraie valeur ajoutée pour l’entreprise. »

Développer de nouveaux métiers
Les fonds européens ont été un levier
important dans la création de nouvelles
activités au sein du groupe. Pour 2009 et
2010, en partenariat avec Oséo Innovation,
les subventions (50 000 €) et l’avance remboursable (sous forme de prêt à taux zéro)
ont permis l’élaboration de la nouvelle
gamme de cosmétiques Eau thermale de
Jonzac. En 2010, un nouveau procédé d’encapsulation des crèmes et produits a été
mis au point par l’entreprise. En janvier
2011, Léa Nature a lancé une étude de faisabilité sur la fabrication d’une eau florale
à partir de graines germées issues de l’agriculture biologique. Là encore, la société
a bénéficié du soutien d’Oséo Innovation
(dont 50 % de fonds européen pour le
développement régional, Feder).
Dans les derniers développements du

groupe, l’Europe est encore sollicitée. En
2010, l’entreprise lance une ligne de boissons biologiques locales, des bières et des
limonades bio ont été élaborées en partenariat avec l’université de La Rochelle.
Les premiers produits Boibio viennent de
voir le jour.
Dernier né de Léa Nature : le projet de
biscuiterie bio à côté du silo bio Ouest, à
Saint-Jean-d’Angély, en Charente-Maritime. Aux côtés de la Région, le fonds Feader devrait permettre le financement du
matériel. « En s’engageant sur ces différents
projets, l’Europe nous a permis de réaliser de
nombreux investissements, de créer des emplois.
Derrière, c’est aussi un retour pour l’économie
locale et le territoire. » ◆

AGRICULTURE – SÈVRES-ANXAUMONT / 86

DÉCORATION - NIORT-CHAURAY / 79

Faire du circuit court
avec la Baie des champs

Faciliter la création
d’entreprise

Juliette Debien a une production de 2 000 volailles.

L

a Baie des champs est une exploitation familiale, située à proximité
de Poitiers, à Sèvres-Anxaumont.
Yves Debien, qui a repris la ferme en 1986
après cinq générations, et Eric Sabourin,
son associé, ont regroupé plusieurs activités, visant à l’autonomie de la ferme.
Ainsi, 300 hectares de cultures permettent de nourrir près de 200 truies et
leurs petits. L’exploitation produit
4 800 cochons par an. Leur nourriture provient donc des champs de blé, maïs, orge,
pois, avoine, colza et depuis cette année
un peu de soja. « Ces différentes cultures,
nous permettent une autonomie de 85 à
93 % », explique Yves Debien, responsable de l’exploitation. Sur le site également
une huilerie permet l’extraction d’huile
de colza. Les tourteaux extraits sont revalorisés pour l’alimentation des animaux.

Une plate-forme de compostage de
déchets verts permet de fabriquer le compost sur place et de le réintégrer directement aux terrains. La SARL La Baie des
champs fait vivre six salariés.
« Ma fille est venue s’installer à mes côtés
en 2008. Elle a développé son activité d’élevage de volailles en plein air. » L’Europe, par
le biais du fonds européen agricole pour
le développement rural (Feader), a permis
de financer la réalisation des bâtiments
d’élevage, économes en énergie.
En 2009, un magasin de vente directe a
été créé en complément. « Nous jouons sur
les circuits courts et ce lieu nous permet de
commercialiser l’intégralité des volailles et une
partie des porcs. »

Un coup de pouce
Les fonds européens ont été un véritable coup de pouce pour Juliette Debien.
« D’une installation précaire, elle est passée à
une activité plus pérenne. Elle n’a pas eu
besoin d’emprunt. Il lui reste ainsi de l’énergie pour la vente directe. »
La Baie des champs aimerait développer un atelier de découpe, avec laboratoire
et cuisine. « Nous aimerions pouvoir transformer et mettre sous vide et ainsi proposer
nos produits aux particuliers, aux associations,
maisons de retraites, cantines et écoles. » Une
salle de réunion viendrait compléter l’ensemble. « L’idée est bien d’en faire un outil de
promotion du local. » Le but étant aussi une
ouverture plus large du magasin. « Cela permettrait également de valoriser la formation de
ma fille et son bac professionnel en cuisine. » ◆

L

ors de la fermeture
de l’ancien Magasin
Camif de NiortChauray (79) en 2008, Françoise Bergeron a dû baisser le rideau de sa
boutique installée au sein
de l’établissement. Après
20 ans autour de l’aménagement intérieur, la décoratrice a souhaité rebondir, vite ! Alors, lorsqu’elle
a su que la nouvelle
équipe de la Camif allait
rouvrir le magasin en
2010, elle a décidé de faire
partie de l’aventure.
« Avant, je travaillais avec
un décorateur. Cette fois, je
suis seule », annonce Françoise Bergeron qui rappelle
son expérience en matière

de tissus et papiers peints,
de transformation de produits sur mesure ou de
réfection de siège. « J’ai
consolidé mon projet avec
l’association d’aide à la création d’entreprise Créafort. Ils
m’ont accompagnée dans la
réalisation de plans de financement, d’études de marché…
bref, ils m’ont consacré du
temps sans que je ne
débourse un sou. Ce n’est que
bien plus tard que j’ai compris que je devais cette gratuité au fonds social européen
(FSE), via le Créafort ! »

Un fonds structurel
Effectivement, le FSE ne
verse pas d’aide aux individus. Les fonds sont

alloués aux organismes de
formation, collectivités
locales ou associations. Ces
structures ont pour mission de « réduire les écarts de
développement et de renforcer
la cohésion économique et
sociale entre pays et régions
de l’Union européenne ».
Des axes prioritaires ont
été déterminés parmi lesquels on trouve la « professionnalisation des
réseaux de soutien à la
création d’entreprise »,
« l’accompagnement renforcé des demandeurs
d’emploi », ... C’est notamment grâce à cette dotation, gérée par la Préfecture et le conseil régional
que Françoise Bergeron a
rouvert sa boutique « Etoffes et passion ». Réinstallée au même emplacement depuis décembre
2010, elle a repris contact
avec ses fournisseurs et
communiqué auprès de
ses clients. « En fait, j’ai
bénéficié, sans le savoir, de la
solidarité européenne ! Et
quand j’ouvre le magasin,
croyez, moi, c’est très concret ! » conclut, confiante,
cette professionnelle de la
décoration. ◆

INFO-ECO 2 L’EUROPE EN POITOU-CHARENTES
I 6 I Info-éco 2 Juin 2011
EVENEMENT - LA ROCHELLE / 17

S’inspirer du terrain et voir les avancées
Un fois n’est pas coutume, le sixième Comité régional unique de suivi
et d’évaluation (Cruse), qui se réunira le 17 juin prochain, se tiendra à La
Rochelle. A quoi sert-il ?

L

e comité régional
unique de suivi et
d’évaluation, le
Cruse, a pour objet l’évaluation de l’avancement
des programmes européens en Poitou-Charentes. Il se réunira pour la
sixième fois en région. Fait
inhabituel, il aura lieu à
La Rochelle, le 17 juin.
Ses membres s'assurent
notamment de la qualité
et de l'efficacité de la mise
en œuvre des programmes
dans un souci de transparence, de partenariat et de

coordination entre les
fonds. Le programme opérationnel, défini pour 20072013, prévoit l’attribution
de 460 millions d’euros à la
région Poitou-Charentes
par le biais des quatre
fonds européens (Feder,
Feader, FSE et FEP).
« Nous souhaitons impliquer tous les acteurs, pour
avoir une bonne vision d’ensemble de l'avancée des projets », explique Bernard
Tomasini, préfet de région.
C'est l'occasion ainsi
d'illustrer au plus près du

territoire, ce que l’Europe
apporte au quotidien des
Picto-charentais. « Nous
tenons une séance plénière qui
fait état de l’avancement de
l’utilisation des fonds. Par
ailleurs, le Cruse de cette
année est un peu particulier,
nous allons le focaliser sur le
Grand port de La Rochelle. »
Le préfet de région a
obtenu une dotation exceptionnelle de 7,1 millions
d’euros par la commission
européenne. « Nous verrons
ainsi en direct comment est utilisé l’argent de l’Europe, à quoi
il sert sur le terrain. »
Ces réunions permettent de voir l’évolution des

quatre fonds dans leur globalité, d’avoir une vision
d’ensemble. « C'est l'occasion de montrer la complémentarité des fonds, leur
cohérence. Leur but est bien
de stimuler l'économie régionale. C'est aussi l'occasion de
faire l'inventaire des projets
pour voir si tous les besoins
sont couverts. »

“ C'est l'occasion de montrer
la complémentarité des fonds,
leur cohérence ”

Au plus près
des besoins
Chaque rendez-vous est
l’occasion de mettre en
avant un fonds. Pour cette
journée, il s'agira du Feder.
Il est le plus important des
fonds,
doté
de

QUI SONT-ILS ET QUE FONT-ILS ?

En 2010, le Cruse avait eu lieu à Poitiers, avec une visite de
l’exploitation de La Baie des champs.

Bernard Tomasini

Le Cruse, présidé par le préfet de région et la présidente du conseil
régional de Poitou-Charentes, regroupe les représentants de la
commission européenne, des ministères, des services de l’état en
région, des collectivités. Il accueille également tous les partenaires
locaux : chambre d’agriculture, chambre de commerce et d’industrie, syndicats professionnels.
Le vendredi 17 juin, à 11 h, sera l’occasion pour tous de visiter les
opérations qui sont au cœur du projet d’extension du port maritime de La Rochelle, lequel fait partie d’une stratégie globale de
développement du transport maritime au niveau français et européen. A 14 h, se tiendra la séance plénière.

201,49 millions d’euros,
soit près de la moitié du
programme.
Le comité propose également au préfet toutes les
évolutions à envisager sur
le programme. « Nous avons
une véritable remontée du terrain lors de ces réunions. En
s'appuyant sur cette connaissance, nous pouvons également réajuster nos stratégies. » Ainsi trois révisions
ont été faites pour coller au
plus près des besoins des
acteurs du territoire.
En 2009, la part du projet finançable par l’Europe,
est passé de 40 à 50 %. Un

budget de cinq millions
d'euros, attribué au Feder,
a été débloqué pour engager la protection des populations après la tempête
Xynthia. Fin 2010, le
champs d'intervention du
Feder a été élargi à plusieurs acteurs locaux.
« L'enveloppe pour la tempête
Xynthia s'est débloquée en
deux mois. Nous essayons
d'orienter les fonds vers les
vrais besoins des populations. » Une bonne façon de
vérifier la concrétisation et
l’avancée des projets soutenus par l’Europe. ◆

COMMUNICATION - POITOU-CHARENTES

Un clip vidéo pour promouvoir l'Europe

Toucher un autre public
Ainsi, l'Europe souhaite s'appuyer sur la popularité
du club de pro A et son auditoire. A chaque match, le
club rassemble près de 2 500 personnes à la salle de StEloi, à Poitiers, 4 000 aux arènes. « C'est un bon moyen de
toucher les personnes, les entreprises autrement. Nous sommes un bon vecteur de communication. »
Derrière le club, il y a un public, un site internet, une
page facebook (avec 15 000 fans), la presse, les entreprises partenaires. « Avec notre réseau, nous avons aussi un
rôle de facilitateur, de mise en relation. L'intérêt du sport est
là : il rassemble des publics très variés, de tous âges et de toutes catégories socio-professionnelles confondues. »
Le PB 86, c’est aussi son club Affaires, qui rassemble
les entreprises partenaires du club. « Nous avons organisé
un petit-déjeuner avec le préfet. C’est là encore un autre moyen

Alain Baudier

“ Par ce vecteur,
le message est
peut-être
plus facilement
passé. Il y a
un côté amusant,
tout en
s'informant ”

Crédit : Sébastien Jawo.

A

l'occasion de la fête de l'Europe (le 9 mai) et pour
valoriser les actions mises en place grâce aux
fonds européens, la préfecture de région a souhaité diffuser un vidéo clip retraçant le parcours de quatre bénéficiaires. Cette séquence a été diffusée sur
France 3 Poitou-Charentes pour sensibiliser le plus de
monde possible. Toujours dans ce même esprit, elle s'est
associée au Poitiers basket 86 pour promouvoir l'Europe,
en parrainant le match de clôture de saison, du 10 mai
dernier.
« Nous avons été très heureux de la proposition du préfet d'être l'ambassadeur des actions de l'Europe dans le département.
Leur souhait est de communiquer directement avec les gens, d'être au plus près d'eux », remarque Alain Baudier, président
du club sportif.

Le match de clôture du PB 86, le 10 mai dernier a été l’occasion
d’une grande fête autour de l’Europe.

de toucher d’autres personnes, d’autres chefs d’entreprise »,
explique Alain Baudier.
Un second clip vidéo a, également, été réalisé en partenariat avec un joueur du PB 86, Pierre-Yves Guillard.
« La communication de l'Etat n'est pas toujours facile à faire.
Ce n'est pas évident de montrer l'importance de l'Europe dans
nos actions de tous les jours. Nous avons donc voulu faire un
clin d'oeil avec ce clip, permettre un autre regard. » Avec un
peu d'humour, cette vidéo a remporté un joli succès.
« Par ce vecteur, le message est peut-être plus facilement passé.
Il y a un côté amusant, tout en s'informant. » ◆

Pour revoir la vidéo réalisée en partenariat avec le PB 86 :
www.dailymotion.com/pb86 et sur le site www.europe-en-poitoucharentes.eu

Le clip vidéo réalisé pour célébrer l’Europe est visible sur
Dailymotion via le compte officiel du PB 86.

INFO-ECO 2 L’EUROPE EN POITOU-CHARENTES
I 7 I Info-éco 2 Juin 2011
FEDER - LA ROCHELLE / 17

7,1 millions d’euros de Feder
pour le Grand port maritime

I

l y a quelques jours, le
Port Atlantique de
La Rochelle a inauguré
son nouveau terminal de
l’Anse Saint-Marc.
Ce nouveau terminal,
d’une grande modernité et
d’un montant d’investissement
global
de
23 millions d’euros, fait
partie intégrante de la politique de développement
durable du Port. Le grand
projet de développement
durable du Port a été primé
à hauteur de 7,1 millions
d’euros par l’Union Européenne par l’intermédiaire
de son programme Feder
pour ses qualités environnementales et socio-éco-

nomiques. Inscrit dans le
programme opérationnel
2007-2013, le soutien de
l’Europe porte sur la totalité du projet d’extension
du Grand port maritime de
La Rochelle.

Un projet, six étapes
Le Grand projet du port
de La Rochelle se compose
de six opérations interdépendantes, mais formant
un unique grand projet
d’infrastructures.
La première étape
consiste à aménager le terminal de l’Anse Saint-Marc
(marchandises diverses). Il
s’agit de la poursuite et de
la fin du projet actuelle-

Le nouveau terminal de l’Anse Saint-Marc du port maritime de La Rochelle.

ment inscrit au contrat
plan 2000-2006. La première phase, soumise à un
cofinancement du Feder,
porte sur la réalisation
d’une digue, le renforcement d’un quai existant et
le remblaiement pour la
création de dix hectares de
terre-pleins. La deuxième
phase concerne la construction d’un nouveau
quai, de sa souille et de ses
accès nautiques par déroctage.
La deuxième opération

porte sur l’aménagement
du terre-plein de la Repentie. Le projet vise la création d’un casier pour construction d’une digue et
remblaiement de ce casier
par les déchets inertes du
BTP.
La troisième étape tend
vers la sécurisation du
réseau ferré portuaire. Il
s’agit de supprimer trois
points noirs liés à la sécurité sur la principale voie
ferrée portuaire croisant la
principale voie routière du

port. Deux passages à
niveau seront réalisés ainsi
que la séparation des trafics routiers et ferroviaires.
La quatrième opération
consiste à dérocter les
accès nautiques. L’objectif
est d’améliorer les conditions nautiques d’accueil
de bateaux à fort tirant
d’eau. A l’entrée du port,
l’ensemble des accès portuaires aura été dérocté, ce
qui permettra d’accueillir
des bateaux de 14 mètres
de tirant d’eau.

La cinquième opération
prévoit la construction du
deuxième quai de l’Anse
Saint-Marc.
Puis le sixième et dernier axe s’articule autour
de l’aménagement du quai
nord du bassin à flot. L’opération porte sur le déplacement de la route en
arrière zone, la démolition
de hangars et l’aménagement de dix hectares de
terre-pleins et le réaménagement des voies ferrées.

Une démarche
participative
Au delà de l’effet de
levier du Feder, le projet
porté par le Grand port
maritime de La Rochelle a
retenu l’attention de la
commission européenne
du fait de l’étude environnementale conduite par
les services de l’Etat et
ceux du Grand port et par
rapport à sa démarche participative incluant une
consultation des riverains. ◆

Crédit : GPMLR.

Sensible au développement durable
et à la création de valeurs, l’Europe
a apporté un soutien financier
conséquent au port de La Rochelle
afin de l’accompagner dans cette
nouvelle mutation.

Le premier média économique régional
Le cahier
de la
dynamique
locale

Chaque vendredi
votre hebdomadaire d’informations
économiques de Poitou-Charentes
26 année
e

N°3 du 20 au 26 janvier 2011
1,20 €

- SUPPLÉMENT GRATUIT AU N°7 D’INFO ECO DU VENDREDI 18 FÉVRIER 2011 -

Commerces, entreprises, artisanat ...

Les acteurs
de l’économie locale

QUESTIONS À ...

G. Musset

Prime à l’innovation
pour Créa’Vienne
Pour la 4e année, le centre
d’entreprises et d’innovation
lance un concours pour
détecter des perles rares. PAGE 2

L’essentiel

INFORMATIONS ÉCONOMIQUES ET ÉCHOS DU POITOU-CHARENTES • 1ER HEBDOMADAIRE RÉGIONAL INDÉPENDANT

LE PARC DE LOISIRS REJOINT LA COMPAGNIE DES ALPES - JAUNAY-CLAN / 86

L’essentiel
2011 vue par le
préfet B. Tomasini
L’emploi, le développement
durable et les sécurités, trois
thèmes déclinés en plusieurs
projets. PAGE 4

Tendances
régionales de la
Banque de France
L’activité reprend doucement,
mais sûrement. PAGE 4

Le Futuroscope au sommet
N C’est officiel ! Le Futuroscope n’est plus l’unique pro-

priété du conseil général de la Vienne depuis le 14 janvier. Après neuf mois de négociations, la Compagnie
des Alpes est devenue le premier actionnaire du parc
du Futuroscope. Elle détient désormais 45 % du capi-

Commerce local
Qui est mon
commerçant ?

+

Découvrez chaque mois le
portrait de vos commerçants.
PAGE 3

tal de la société d’exploitation du Futuroscope. Acteur
majeur de la production de loisirs actifs en Europe, la
CDA est présente sur 36 sites. En 2010, elle a accueilli
près de 23 millions de visiteurs et réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 597 millions d’euros. PAGE 3

Indiscrète dévoile
sa collection unique

Léa nature sublime
l’eau de Jonzac

La nouvelle équipe
de la CCI de la Vienne
Quelle est le rôle
de la chambre ?
A quoi et à qui sert une
chambre de commerce et
d’indistrie. PAGES 4 ET 5

Qui sont ces femmes et ces hommes qui rythment l’économie au quotidien. Nous les rencontrons sans
vraiment savoir qui ils sont. A travers ce cahier mensuel découvrez-les sous un autre angle et
comprenez pourquoi ils s’investissent dans le développement du territoire de la Vienne.

Au pays du Futuroscope,
découvrez toutes nos idées de balades et de sorties !

Le groupe et la ville s’unissent
pour créer des produits
cosmétiques. PAGE 5
avec FUTUROTOUR, découvrez les activités,
les sorties, les restos et les hébergements géolocalisés !

Les p’tits amoureux
aiment leur région

Application Smartphone gratuite à télécharger
sur l’App Store ou sur www.futurotour.mobi

www.tourisme-vienne.com

Tous les mois
Des desserts au bon goût du
terroir. PAGE 6

retrouvez Info-Eco2, votre cahier de la dynamique
locale ou Réussites et ses thématiques sur la
formation, l’immobilier, la création d’entreprise
et les leaders de Poitou-Charentes.

LINGERIE FINE MADE IN CHAUVIGNY N Attention les yeux, la première collection des trois
intrépides ex-salariés d’Aubade de Saint-Savin (86) est aussi glamour que douce ! Indivisible,
Indisciplinée ou Indiscrète, trois thèmes imaginés par CDB & Cie pour être belle et bien. PAGE 5

I TEMPS LIBRE

écoScope

LE PROGRAMME TÉLÉ
LES ANNONCES LOISIRS

“ Un métier
de conseils
et de services ”
Jean-Yves Moreau, président régional
de l’ordre des experts comptables Poi
tou-Charentes Vendée

Réélu à la tête de
l’ordre, Jean-Yves
Moreau entend
intensifier les
actions envers les
jeunes et accentuer la démarche
de télédéclaration.
Il souhaite également développer le
conseil aux particuliers. PAGE 7

EXPOSITION
ENIMAGE. L’art de savoir accueillir. Seize nouveaux professionnels du tourisme
dans le département viennent de recevoir le label Qualité Vienne. Ils s’ajoutent aux
117 établissements et sites touristiques déjà labellisés depuis 2003. Pour tous une
réelle satisfaction, « une carte de visite pour un département riche » .

PAGE 10
PAGE 14

+

Sachiko Morita est
bien dans ses baskets

Dis-moi ce que tu portes
je te dirai qui tu es. PAGE A

Tous les jours

l’actualité économique
de Poitou-Charentes sur
notre site internet :
www.info-eco.fr

Toute l’information économique de Poitou-Charentes
traitée et rédigée par des journalistes professionnels
Rédaction - Abonnements : 48, rue Jean-Jaurès • 86000 Poitiers • Tél. 05 49 42 74 30 • Mail : info@publicmedia.fr


Supplément Europe.pdf - page 1/8
 
Supplément Europe.pdf - page 2/8
Supplément Europe.pdf - page 3/8
Supplément Europe.pdf - page 4/8
Supplément Europe.pdf - page 5/8
Supplément Europe.pdf - page 6/8
 




Télécharger le fichier (PDF)


Supplément Europe.pdf (PDF, 2.5 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


supplement europe
memoire valade
ptci
programme financements europeens 9 mars 2017
fiche de mission sc europe en vacances vf
ttip voici les documents confidentiels

Sur le même sujet..