FINALE MIMORY.pdf


Aperçu du fichier PDF finale-mimory.pdf - page 9/59

Page 1...7 8 9101159



Aperçu texte


Chapitre I

Revue Bibliographique

Ou 𝛿 représente le jeu radiale définit par 𝛿 =

𝑑
R1max υ

𝑉1: La vitesse de cylindre intérieur 𝑉1= R1max 𝛺1

4. Etats d’écoulement
L'écoulement dans le système de Taylor Couette a été largement étudiés auparavant (Coles,
1965) [2], Tagg (1994) [14]. Ainsi, de nombreux travaux ont permis d’identifier différents
régimes et d’en étudier les transitions. Ces différents régimes rencontrés dans les réacteurs de
Taylor-Couette sont généralement recensés par ordre croissant des vitesses de rotation pour
lesquelles ils sont observés. Notre étude se limite aux écoulements créés par le mouvement de la
paroi interne, le second restant immobile, et sans flux axial de matière, c’est-à-dire sans
alimentation à l’une des deux extrémités [8].

4.1. Ecoulement de base
L’écoulement de base est laminaire de nature tridimensionnel. Il est le résultat de l’équilibre
des forces centrifuges et des forces dérivant du gradient de pression centripète dans l’espace
annulaire où la condition d’adhérence est vérifiée aux parois. En conséquence, la vitesse de
rotation du cône intérieur est circonférentielle et égale à : r(z) Ω, suivant l’axe de rotation z,
tandis que celle du cône extérieur, est toujours nulle, comme indiqué dans la Fig.I.03. Lorsque le
mouvement est spiral, le fluide se dirige des rayons les plus larges au voisinage du bord
supérieur du cône intérieur vers les rayons les plus faibles du cône extérieur formant ainsi une
boucle fermée [9].
La composante méridionale de la vitesse responsable de la génération des vortex, dépend de la
vitesse angulaire Ω, l’angle de conicité 𝜙, de la coordonnée axiale 𝑧, et du jeu radial 𝜹

Figure I.03: Ecoulement de base (M.Wimmer – JFM 1995) [6]

IEEN 05

Page 9