Berberie TomeIII.pdf


Aperçu du fichier PDF berberie-tomeiii.pdf - page 5/577

Page 1...3 4 567577


Aperçu texte


L’AFRIQUE SEPTENTRIONALE AU XVIe SIÈCLE

3

pied mur ces rivages, et la civilisation refleurira dans ce Tell où
elle a brillé d’un si vif éclat, dix siécles auparavant, Hélas, pas
encore! Les guerres acharnées, les rivalités des nations chérifiennes
et aussi les découvertes et les conquêtes de l’Amérique défourneront, encore une fois, de l’Afrique l’attention de l’Europe et permettront à une puissance étrangère de recueillir sans peine le fruit
des efforts réalisés, depuis cinquante ans, par les Espagnols et les
Portugais.
PUISSANCE DE L’EMPIRE TURC. — Cette puissance
nouvelle est celle des Turcs, dont nous avons suivi de loin le développement. Après avoir failli être détruits par Timour, ils n’ont pas
tardé à relever la tête. Mohammed I a rendu à l’empire ottoman son
éclat, et bientôt Mourad II s’est lancé dans les provinces danubiennes, a menacé la Hongrie et enveloppé Constantinople. En 1453,
Mohammed II, son fils, prend d’assaut cette métropole et met fin
à l’empire d’Orient. La conquête de la Grèce et de la Morée, de la
Bosnie, de l’Illyrie, de la plupart des îles de l’archipel, suit cette
victoire. L’Italie est menacée, mais Rhodes retient les Turcs par sa
glorieuse résistance, et le grand conquérant meurt, en laissant une
succession disputée par ses deux fils (1481). Cependant Selim I, qui
parait avoir hérité des qualités guerrières de son grand-père, monte
sur le trône en 1512, et l’ère des grandes conquêtes, interrompue
depuis trente ans, venait. Il s’empare d’abord d’une partie de la
Perse, du Diarbekir et du Kurdistan, et menace la Syrie, l’Arabie
et l’Égypte. Lorsqu’il aura ainsi assuré ses frontières au Midi et à
l’Est, il se tournera vers l’Occident. Ainsi le jeune empire turc est
encore dans la période ascendante, et sa puissance n’a pas atteint
tout son rayonnement(1).
LES CHÉRIFS MAROCAINS. — A l’opposé, dans la région
saharienne du Maroc, d’où sont partis presque tous les marabouts
qui se sont répandus depuis deux siècles dans la Berbérie, des
Arabes, se disant Chérifs, descendants de Mahomet, ont acquis une
grande autorité indépendante et lutté, pour leur compte, quelquefois avec succès, contre les Portugais établis sur le littoral océanien;
ils se préparent à renverser les Merinides et à prendre en main le
gouvernement de l’empire du Mag’reb. Nous résumons plus loin
leur histoire(2).
___________________
1. EI-Kaïrouani, p. 305 et suiv. — Mallouf, Précis de l’histoire ottomane, p. 19 et suiv.
2. Mochet-el-Hadi, texte arabe de Mohammed-el-Oufrani, publié par
M. Houdas (Leroux 1888), p. 3 et suiv. du texte arabe, 5 et suiv.