UNE MEMOIRE EN PAPIER revue de blogs.pdf


Aperçu du fichier PDF une-memoire-en-papier-revue-de-blogs.pdf

Page 1 2 3 4 5 6 7




Aperçu texte


http://aperto.libro.over-blog.com
Il est parfois difficile de donner son avis sur une œuvre autobiographique. J’arrive parfaitement
à comprendre d’ailleurs que l’on puisse ne pas adhérer à ce genre, ne pas arriver à s’intéresser à
l’histoire racontée, une histoire qui ne nous concerne pas et qui pourtant semble avoir assez
d’importance aux yeux de l’auteur pour qu’il décide de la coucher sur le papier. Si vous êtes un
lecteur régulier de ce blog, vous devez savoir que j’affectionne particulièrement ce genre, quand
il traite de la relation mère/enfant.
Ainsi, lorsque BOB a proposé il y a quelques semaines Une mémoire en papier, j’ai souhaité lire
et chroniquer ce livre. Les quelques phrases de résumé ont su me convaincre et, sans elles, je
crois que je me serais laissé tenter par la couverture que je trouve tout simplement parfaite.
L’image de cette mère tenant amoureusement son petit garçon est celle que je vais garder de ce
très beau texte.
2004. Lydie, l’épouse de l’auteur, lui remet une boîte qu’elle a trouvée chez le père de ce dernier.
Le vieil homme vient de décéder. Cette boîte contenant photos et lettres restera plus de trois ans
au fond d’un placard. L’ouvrir est pourtant une nécessité : « Si Pandore a fait une erreur en ouvrant
sa boîte, je ne sais pas ce que j’ai fait en ouvrant la mienne. » (p.12) Cette boîte renferme tout ce que
l’auteur ne sait pas, ce qu’il a oublié.
1960. La grande majorité des lettres date de cette année-là, une année qui a été purement et
simplement effacée de la mémoire de l’auteur. On y parle du quotidien, des plantes, de cuisine,
on y demande des nouvelles. Les auteurs de ces lettres ne sont autres que Jean et Germaine, les
parents de Pierre-Marie. Atteinte d’un cancer, Germaine est hospitalisée, les séances de rayons
se succèdent. Elle semble guérir, lentement, animée par la joie de pouvoir revoir bientôt son
Pierre, son amour de petit garçon. Jean, de son côté, assure les tâches ménagères et s’occupe de
son fils du mieux qu’il peut, s’inquiétant pour la santé de sa femme mais confiant en l’avenir.
Les lettres, en effet, sont souvent enthousiastes, Germaine n’y fait presque jamais allusion à sa
maladie. Elle n’a qu’une hâte : retrouver ses deux hommes. La permission est enfin accordée. Fin
août, la petite famille est à nouveau réunie et passe ses vacances chez des cousins qui ont
accueilli quelques semaines plus tôt le petit Pierre. Jean retourne travailler. Le 5 septembre,
Germaine écrit à son époux au sujet de malaises qui l’ont reprise depuis quelques jours, elle
évoque Pierre qui s’amuse comme jamais. Ce sera sa dernière lettre. Elle décède le 27 septembre
1960.
« Je suis orphelin de mère depuis que j’ai quatre ans. Je n’ai aucun souvenir d’elle, cet oubli est quasiment
un des piliers les plus solides de mon existence. » (p.13) Dès les premiers mots, j’ai compris que je
n’allais pas lire une autobiographie traditionnelle. Tout repose sur la question suivante :
comment raconter ce que l’on a oublié ? Les seuls souvenirs évoqués dans le texte sont ceux-ci :
le petit Pierre âgé de 5 ans et demi monte dans un bateau blanc les emmenant, son père et lui, en