Alexandrie à la bougie .pdf



Nom original: Alexandrie à la bougie.pdfTitre: Microsoft Word - Alexandrie à la bougie.docxAuteur: Jean-Philippe Vest

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.6 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 04/08/2011 à 20:41, depuis l'adresse IP 90.35.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1383 fois.
Taille du document: 164 Ko (11 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Alexandrie  à  la  bougie                                                                                                                                                                                                                                                par  Jean-­‐Philippe  Vest  

Alexandrie à la bougie
La ville d’Alexandrie fut fondée par le conquérant Alexandre le Grand en 331 avant
Jésus-Christ. Quelques années plus tard, en 288, toujours avant l’ère chrétienne, Ptolémée y
fait construire un museion. Le palais des muses comprend alors une université et une
bibliothèque qui, dès le commencement, contient quatre cent mille rouleaux de papyrus.
Théothésis est en charge de cette immense infrastructure, de son entretien et de son constant
approvisionnement en œuvres venues des quatre coins du monde connu.
-Maître, un navire vient d’arriver au port. Son commandant prétend qu’il transporte
plus de cent papyrus.
-Fort bien, charge-toi donc de les ramener ici et demande aux copistes de faire au plus
vite. Quand ce chargement doit-il reprendre la mer ?
-Dans une semaine, maître.
-Alors va, il n’y a pas une minute à perdre.
Sa prospérité, Alexandrie la doit à son activité portuaire intense. Afin d’enrichir la
bibliothèque, chaque navire qui transite par la ville d’Égypte prête aux scribes tous les livres
qu’il transporte. Dans un premier temps, ces rouleaux sont recopiés rapidement, mais
fidèlement, par une armée de copistes au service de la bibliothèque. Plus tard, lorsque le
temps le permet, les écrits sont traduits en grec, pour que tous les savants puissent y avoir
accès. Théothésis, à une autre époque, serait en ce moment même assis sur le trône de
Pharaon. Bien que les temps aient changé, il règne tout de même sur la culture, un empire
aussi vaste que fragile.
La structure architecturale de la bibliothèque d’Alexandrie est, de toute évidence,
entièrement en bois. Dans un souci esthétique, les murs en troncs d’arbres ont été recouverts
de chaux. De nombreuses couches ont été ajoutées depuis l’époque de la construction, et ceci
pour que le bâtiment garde sa blancheur immaculée. Parce qu’elle est le plus grand édifice à
des kilomètres à la ronde, et parce qu’elle réfléchit la lumière du soleil, la bibliothèque
d’Alexandrie est comme un phare pour les Hommes cultivés qui cherchent la source du
savoir. Au centre de l’édifice, une grande cour fait office de jardin, avec un bassin principal et
plusieurs dizaines de fontaines. Toute cette eau permet, dans une région plutôt aride, de faire
pousser des fleurs exotiques, elles aussi arrivées jusqu’ici par bateaux. Mais ce monument
végétal n’a pas été conçu juste pour le plaisir des yeux. C’est un lieu de calme où les lecteurs
peuvent venir s’asseoir et se cultiver. Tous les rouleaux de papyrus, souvent fragiles, ne
www.jpvest-­‐e.com                                                                                                                                    1  
                                                                                                                               Tous  droits  réservés  

Alexandrie  à  la  bougie                                                                                                                                                                                                                                                par  Jean-­‐Philippe  Vest  

peuvent être transportés dans le jardin. Seuls quelques-uns sont assez maniables pour respirer
l’air extérieur.
Sur trois côtés, le jardin intérieur est cerné par des bâtiments d’une même hauteur, qui
forment un U. Ce sont des galeries, comme celles que nous connaissons aujourd’hui dans nos
musées. Mais le long des murs, les oeuvres d’art sont des papyrus. Pas de réserves comme
dans les bibliothèques actuelles. Tout est à la disposition des utilisateurs, de tous les visiteurs
qui savent lire. Le bâtiment est organisé en grandes sections. Le découpage principal est celui
de la langue. Une aile est consacrée aux écrits grecs, une autre aux écrits arabes et une
troisième à toutes les langues moins répandues. Le bâtiment forme un carré dont le quatrième
côté est plus haut et plus massif que les trois autres. Il donne sa noblesse au centre culturel.
Pour finir, l’ensemble du bâtiment est recouvert de tuiles rouges, les seules de toute la ville. Il
pleut rarement dans cette partie du monde, mais il ne suffirait que d’une fois pour que le
trésor culturel soit irrémédiablement détruit.
Le lendemain de l’inauguration officielle, Théothésis et d’autres érudits se réunissent,
la nuit tombée, dans les sous-sols de la bibliothèque. Dans une pièce sombre, éclairée
seulement par quelques bougies, ils entourent un objet drapé de noir, posé sur un autel de
fortune.
-Messieurs, ce soir nous allons consacrer la bibliothèque en la mettant sous la
protection du dieu de la connaissance et de l’écriture : Thot.
Le rituel peut commencer. Parmi les savants, il y a quelques prêtres. Il est difficile de
faire la différence entre les hommes de science et ceux de religion. À cette époque, les deux
se mêlent étroitement. C’est pourquoi il n’est pas étonnant de tous les voir se prosterner
devant une statue représentant le dieu Thot. Après de longues incantations, l’objet de culte est
enfin dévoilé. Dans la petite pièce sombre, le silence se fait, par respect pour la divinité qui va
protéger l’édifice du savoir, la grande bibliothèque d’Alexandrie.
À partir de ce jour, et pour une durée indéterminée, un prêtre va officier dans ce petit
temple bien caché, manifestation encore vivante de l’ancienne religion égyptienne.
Théothésis, bien que croyant en une foultitude d’autres dieux, aime à participer aux
cérémonies qui entourent l’adoration de Thot. Deux fois par jour, il se rend dans le sous-sol
de sa bibliothèque pour remercier et demander la protection du dieu à tête d’ibis.
-Quelle tristesse, mon bon disciple, que de voir une si grande religion comme celle de
l’Égypte confinée dans une petite salle sombre, cachée, humiliée.

www.jpvest-­‐e.com                                                                                                                                    2  
                                                                                                                               Tous  droits  réservés  

Alexandrie  à  la  bougie                                                                                                                                                                                                                                                par  Jean-­‐Philippe  Vest  

-Peut-être qu’un jour les dieux du bord du Nil seront à nouveau vénérés et adulés, au
grand jour, ne croyez-vous pas, Maître ?
-Je ne sais pas. Mais depuis des années que notre bibliothèque est sous la protection du
dieu Thot, je dois dire que tout va plutôt bien. Nous n’avons pas à nous plaindre des bienfaits
de cette divinité.
-Les dieux de Grèce ne vont-ils pas être courroucés par notre adoration ?
-Je ne crois pas, car ils sont tolérants. À travers Thot, ce sont tous les dieux de
l’écriture et du savoir que nous vénérons.
-Fort bien, maître.
Avant de sortir du temple de fortune, le disciple se tourne une dernière fois vers Thot.
Il se demande : « Pourquoi vénérer notre dieu en secret si les autres sont tolérants ? » Mais il
ne veut pas embêter son maître avec une question futile, dont il connaît d’ailleurs déjà la
réponse.
a
De génération en génération, les fils et petits-fils de Théothésis prennent la tête de la
bibliothèque d’Alexandrie qui, au fil des années, a considérablement augmenté son fonds
documentaire, allant jusqu’à contenir sept cent mille manuscrits à l’époque du règne de César.
Théothésis XII assiste aux conséquences, pour sa ville, de la bataille de Pharsale en quarantehuit avant notre ère. Mais le responsable de la bibliothèque reste imperturbable. Son rôle est
sacré : protéger et augmenter la culture. L’atelier de traduction se trouve au deuxième étage
du bâtiment principal. Ici n’entrent que ceux qui sont habilités. Il n’y a pas de place pour les
curieux ou pour les érudits impatients. L’arrivée de nouveaux manuscrits fait toujours grand
bruit dans la ville et bien au-delà. Une liste des récentes acquisitions est systématiquement
publiée et voyage le long des routes commerciales. Mais il faut souvent attendre la traduction
scrupuleuse des parchemins pour qu’ils soient accessibles aux intellectuels. Théothésis XII
doit donc s’assurer que ses spécialistes en langues étrangères travaillent aussi vite que bien.
Dans l’atelier de traduction, des hommes œuvrent jour et nuit. Tout comme au troisième
étage. Là, des dizaines d’individus copient sans relâche les papyrus de la bibliothèque. Car
l’établissement tire la totalité de ses revenus de la vente de copies. Et les commandes ne
tarissent jamais.

www.jpvest-­‐e.com                                                                                                                                    3  
                                                                                                                               Tous  droits  réservés  

Alexandrie  à  la  bougie                                                                                                                                                                                                                                                par  Jean-­‐Philippe  Vest  

Nous sommes en l’an quarante-huit avant notre ère. Le vent du changement souffle sur
l’Empire romain, et donc sur l’Égypte, qui en est le grenier. Sur le chemin de la lutte qui
oppose Pompée à César, Ptolémée XIII se dresse fièrement. Mais l’empereur tout puissant,
venu de Rome, n’a pas le temps de tergiverser. Il pourchasse ses ennemis partout où ils se
réfugient. Pour vaincre, il emploie tous les moyens. Du haut de son bureau, au dernier étage
de la bibliothèque, Théothésis XII regarde les flammes qui s’élèvent du port. César est en
train de brûler tous les navires de guerre qui se sont réfugiés le long des côtes d’Alexandrie.
Le responsable de la bibliothèque blêmit.
-Maître, que se passe-t-il ?
-Il faut y aller.
-Au port ? Mais vous n’y pensez pas, les civils n’ont pas le droit d’approcher.
Théothésis XII est déjà en train de se préparer à sortir, son disciple sait qu’il n’arrivera
pas à le raisonner.
-Nous avons un entrepôt près du port. Que ceux qui veulent m’aider à sauver les
soixante-dix mille rouleaux qui y sont entreposés me suivent.
De la bibliothèque sortent, en courant à la suite de Théothésis XII, vingt-cinq
personnes qui travaillent pour lui. Il s’agit surtout d’ouvriers, œuvrant à l’inlassable chantier
de ce gigantesque édifice en bois, mais aussi des cuisiniers, des serviteurs et des femmes
chargées de la propreté des lieux. Théothésis XII ne veut pas que les copistes et traducteurs
viennent avec lui, ils sont bien trop précieux et l’aventure est dangereuse.
Le groupe arrive au port alors que celui-ci s’est déjà totalement embrasé. César a
vaincu, il n’a plus en face de lui des soldats avides de défendre la ville, mais de simples
habitants essayant de sauver des flammes tout ce qu’ils peuvent. Et leurs moyens sont bien
limités. À la force des bras, à l’aide de seaux remplis d’eau, quelques êtres humains
s’exténuent à combattre un ennemi bien plus puissant que l’empereur : le feu. Théothésis XII
et ses suiveurs se dirigent vers l’entrepôt où sont placés les manuscrits et rouleaux qui doivent
attendre la construction d’une nouvelle aile de la bibliothèque pour reposer en paix. Alors que
les seaux passent de mains en mains, le disciple est effrayé.
-Nous n’y arriverons jamais, maître.
-Ne baisse pas si vite les bras, moi je lutterai jusqu’au bout. Si je ne dois réussir à
sauver qu’un seul rouleau, alors cela en vaut la peine.
Mais le disciple a raison, il est sans doute trop tard. Les flammes continuent à ronger
l’entrepôt dont le toit s’écroule brutalement, entraînant dans la fournaise et la mort trois

www.jpvest-­‐e.com                                                                                                                                    4  
                                                                                                                               Tous  droits  réservés  

Alexandrie  à  la  bougie                                                                                                                                                                                                                                                par  Jean-­‐Philippe  Vest  

hommes et une femme qui luttent aux côtés de Théothésis XII. Un cuisinier de la bibliothèque
s’approche de son maître.
-Est-il bien utile de risquer des vies pour quelques écrits ?
-Vous ne comprendrez donc jamais la valeur de ces rouleaux et manuscrits.
-Ils sont plus importants que la vie humaine ?
Théothésis XII regarde son cuisinier droit dans les yeux. Il n’ose pas répondre
franchement, car cela le choquerait lui-même. Pourtant, chacun a bien compris qu’aux yeux
du responsable, oui, les écrits sont plus importants que la vie humaine.
Après six heures de lutte, les flammes du port s’éteignent doucement, le feu est
maîtrisé, il sera bientôt vaincu. Dans l’entrepôt que possédait la bibliothèque, il y avait entre
quarante et soixante-dix mille rouleaux et manuscrits. Théothésis XII et ceux qui l’ont aidé
n’ont pu en sauver que trois. Le maître est triste, mais il préfère penser aux trésors qu’il a
sauvés plutôt qu’à tout ce qu’il a perdu. La ville d’Alexandrie mettra du temps pour se relever
de ce drame. Les préoccupations de Théothésis XII ne sont pas celles de la nouvelle reine
d’Égypte et ce n’est donc que six mois après l’incendie que cette dernière lui accorde une
entrevue.
-Bonjour ma reine.
Théothésis XII se prosterne devant Cléopâtre VII, assise sur son trône, fière, digne.
-Je m’excuse de venir déranger sa majesté avec ma requête.
-Parle Théothésis le douzième, ta reine t’écoute et est disposée à t’aider.
-Notre belle bibliothèque d’Alexandrie a perdu des milliers de rouleaux et de
manuscrits lors de l’incendie du port. Ces pertes sont irréversibles.
-L’Égypte a toujours été une terre d’art et de culture. De quoi aurais-tu besoin pour
redonner toute sa splendeur à ta bibliothèque ?
-Nous avions consigné les titres et l’origine des tous les rouleaux entreposés au port.
Je souhaiterais envoyer des équipes de copistes à la recherche des œuvres originales, qui se
trouvent malheureusement parfois dans des pays lointains.
-Rien n’est impossible à la grande Égypte. Va voir le trésorier, il te donnera les
moyens de réaliser ton dessein.
Du jour du départ des ses six équipes de copistes jusqu’à l’heure de leur retour,
Théothésis XII passe la majeure partie de son temps dans la petite pièce dédiée à Thot, pour
prier le dieu de toutes ses forces. Le responsable de la bibliothèque mourra avant de voir son
œuvre accomplie. Grâce à lui, la bibliothèque d’Alexandrie s’est encore enrichie de dizaines
de milliers d’ouvrages venus du monde entier.
www.jpvest-­‐e.com                                                                                                                                    5  
                                                                                                                               Tous  droits  réservés  

Alexandrie  à  la  bougie                                                                                                                                                                                                                                                par  Jean-­‐Philippe  Vest  

a
Sous la gérance de Théothésis le Savant, la bibliothèque d’Alexandrie est ouverte
vingt-quatre heures sur vingt-quatre. On y étudie et on y travaille en permanence. Ceci pose
un problème majeur : des centaines de bougies brûlent chaque nuit au royaume culturel fait de
bois et de feuilles de papier végétal ou animal. Théothésis le Savant, pour cette raison, est
sans doute l’homme le plus anxieux de toute la ville. Il sait qu’au moindre problème, en
quelques minutes, sa belle bibliothèque peut se transformer en un gigantesque brasier. Il a
conscience que son univers peut disparaître par un simple manque d’attention. Alors, depuis
la création du sanctuaire de la littérature et de la philosophie, cinq spécialistes du feu
arpentent sans cesse les couloirs de la bibliothèque, du coucher du soleil jusqu’à ce que toutes
les bougies soient éteintes. Ces experts ne comptent plus le nombre de départs d’incendies,
heureusement totalement maîtrisés. Chaque étincelle aurait pu causer la perte de tout l’édifice.
Ceci symbolise sans doute la fragilité de la connaissance et de la culture, qui peuvent
disparaître à la moindre inattention.
À l’heure du repas de la mi-journée, une nouvelle se murmure dans toute la ville
d’Alexandrie. Un émissaire serait venu annoncer la fin des temples païens, c’est-à-dire ceux
de tous ces dieux auxquels les gens d’ici croient encore. Nous sommes en 391 de notre ère et
l’empereur Théodose vient effectivement d’imposer le christianisme comme religion d’État. Il
veut donc supprimer tous les autres cultes désormais frappés du sceau du paganisme.
-Maître, nous devons vite enterrer notre représentation de Thot.
-Il en est tout simplement hors de question. Notre dieu veille sur cette bibliothèque
depuis près de six cents ans, je n’accepterai pas qu’il soit mal traité.
-Il ne s’agit pas de lui manquer de respect, mais bien de le cacher aux yeux de ceux
qui ne croient pas en lui, ceci afin de le préserver.
-Ma réponse est non, ne discute pas.
La nouvelle se répand au sein de la bibliothèque que Théothésis le Savant refuse de
cacher la présence de Thot et qu’il met ainsi en danger tout l’édifice. De son côté, le
responsable héréditaire de la bibliothèque a des choses bien plus importantes à faire que de
penser au danger encore virtuel du christianisme.
En effet, il y a une semaine, un navire battant pavillon inconnu à ce jour est arrivé
dans le port d’Alexandrie. Les gardes se sont précipités à bord du bateau afin d’arrêter et
www.jpvest-­‐e.com                                                                                                                                    6  
                                                                                                                               Tous  droits  réservés  

Alexandrie  à  la  bougie                                                                                                                                                                                                                                                par  Jean-­‐Philippe  Vest  

d’emprisonner tout l’équipage, mais aussi pour se saisir des richesses qui étaient à bord. Les
cales étaient pleines d’or. Tous se sont focalisés sur le métal précieux et quelques petites
choses, ressemblant à des livres, ont été simplement jetées à terre, sans plus de ménagement.
Théothésis le Savant lui-même s’est déplacé pour récupérer ce qu’il a nommé des codex. Ce
sont des sortes de rouleaux, mais qui se plient sur eux-mêmes. Ils sont pleins de signes
totalement incompréhensibles. Aucun copiste de la bibliothèque ne connaît cette langue.
Théothésis le Savant a dû se battre et peser de toute son influence pour que les autorités de la
ville acceptent qu’il discute avec ces hommes venus d’ailleurs. Anxieux, le responsable de la
bibliothèque va à leur rencontre. Il est stupéfait. Il n’a jamais vu pareils êtres humains. Leur
peau est bronzée, leurs visages ne sont pas européens. D’où viennent-ils ? Qui sont-ils ?
Personne ne le sait encore, nul ne comprend leur langue.
Les autorités étatiques ont pour priorité de savoir qui sont ces êtres et quelle est leur
origine. Car leur bateau était chargé d’or, ils doivent venir d’une contrée magnifique où règne
l’opulence. Afin de réaliser son plan, Théothésis le Savant promet de faire parler ces hommes
à condition qu’ils viennent avec lui à la bibliothèque. Là, il veut leur apprendre une langue
grâce à laquelle ils pourraient communiquer. Théothésis le Savant dispense l’enseignement
personnellement et il est très étonné par l’intelligence extrême de ces êtres que personne n’ose
encore appeler humains.
-Les bêtes ont-elles réussi à parler ?
Théothésis le Savant déteste les gardes de l’empereur. Ils sont stupides et bourrus. Si
on leur en avait laissé l’opportunité, ils auraient déjà battu à mort ces bipèdes qu’ils
considèrent comme des monstres.
-Ils sont prêts à parler à l’empereur.
-Tu plaisantes, Théothésis. Ces choses n’approcheront pas du chef de l’Orient et de
l’Occident. Prends note de ce qu’ils disent et nous présenterons ton rapport à Théodose.
-Fort bien.
Durant cinq jours et cinq nuits, Théothésis le Savant et les représentants de la
civilisation maya vont discuter, échanger et tout sera consigné sur des manuscrits. La richesse
intellectuelle que ces hommes venus de loin apportent est incommensurable. L’échange va
évidemment dans les deux sens. En êtres intelligents, les Mayas posent aussi de nombreuses
questions à Théothésis le Savant. Ils s’intéressent surtout à l’architecture et à la religion
égyptienne. Les gardes de l’empereur rôdent, mettant la pression sur Théothésis le Savant.
Leur seule préoccupation est de savoir d’où vient cet or. Mais comme le responsable de la

www.jpvest-­‐e.com                                                                                                                                    7  
                                                                                                                               Tous  droits  réservés  

Alexandrie  à  la  bougie                                                                                                                                                                                                                                                par  Jean-­‐Philippe  Vest  

bibliothèque est le seul à pouvoir communiquer avec les Mayas, il a tout loisir de prendre le
temps nécessaire pour consigner ce savoir étranger, bien plus précieux que l’or.
En pleine nuit, l’un des cuisiniers de la bibliothèque approche d’un groupe de gardes.
-Que veux-tu ?
-Vous êtes des gardes de l’empereur, n’est-ce pas ?
-Oui, ne le vois-tu pas !
-Suivez-moi, j’ai quelque chose à vous montrer. Théodose le Grand sera très fier de
vous, je vous l’assure.
Le danger vient rarement de l’extérieur, surtout lorsqu’il s’agit de religion. Théothésis
le Savant pensait que tous les employés de sa bibliothèque lui étaient fidèles. Mais la trahison
vient bien de ses propres rangs. Le cuisinier, accompagné par quatre gardes impériaux,
descend jusqu’à cette pièce obscure où la lumière d’une bougie éclaire toujours la statue de
Thot.
-Un temple païen sous la bibliothèque elle-même ?
Les gardes s’emportent, mais leur chef leur fait signe de s’arrêter. Il se tourne vers le
cuisinier, qui prend peur.
-Nous te remercions de nous avoir montré cette cachette. Maintenant, prouve ta foi en
la religion d’État, détruis cette statue.
D’une main tremblante, le cuisinier enserre l’épée qu’on lui tend. Il hésite. Il regarde
une dernière fois le dieu du savoir et de l’écriture dans les yeux. « C’est idiot, ce n’est qu’une
statue », se dit-il. Les divinités craignent sans doute plus ce genre de pensée que la destruction
physique. D’un grand coup, le cuisinier fait exploser la statue. Des morceaux jaillissent avec
une telle violence que la bougie, pourtant assez épaisse, tombe au sol, mettant le feu au
temple de fortune.
-Il faut arrêter ça !
Le cuisinier a réellement peur. C’est un signe. Il n’aurait pas dû fâcher cette divinité
qui protège la bibliothèque d’Alexandrie depuis sa création. Théothésis le Savant avait raison.
Les Théothésis avaient toujours su que Thot protégeait ce lieu.
-Vous ne faites rien ?
-Si, nous fuyons.
Les gardes impériaux quittent le sous-sol en prenant soin de bloquer la porte en bois
derrière eux. Le cuisinier sera la première victime humaine de la catastrophe.

www.jpvest-­‐e.com                                                                                                                                    8  
                                                                                                                               Tous  droits  réservés  

Alexandrie  à  la  bougie                                                                                                                                                                                                                                                par  Jean-­‐Philippe  Vest  

Théothésis le Savant et les représentants de la civilisation maya sont toujours en train
de discuter dans le somptueux bureau du responsable de la bibliothèque.
-Mon bon ami, nous allons retourner auprès des nôtres pour leur annoncer la bonne
nouvelle : nous avons trouvé une civilisation amie.
-Grâce à vous, nous vaincrons nos ennemis et nous règnerons sur tout notre continent.
-En remerciement, nous rétablirons les dieux d’Égypte qui gouverneront plus de
territoires que durant les périodes les plus fastes du passé.
-Comment allez-vous faire cela ?
-Nous avons longuement parlé du dieu des origines. Pour l’invoquer, nous avons
besoin d’une pyramide qui permette de l’aider à quitter les bas fonds de la terre pour s’élever
au ciel. La civilisation qui réussira cet exploit règnera sur Terre. Nous avons construit
beaucoup de pyramides, mais nous n’avons jamais pensé à les rendre aussi lisses et élancées
que les vôtres.
-Notre connaissance des dieux et votre savoir de l’architecture nous permettront de
libérer le dieu des origines et de faire de la terre un paradis.
Théothésis le Savant est fasciné par cette destinée. Mais il est distrait par le bruit qui
vient de l’extérieur. Il s’approche de la fenêtre. Les gens fuient la bibliothèque.
-Que se passe-t-il ?
-Je n’en sais rien.
-Maître, je sens comme une odeur de brûlé.
Théothésis le Savant, son disciple et les émissaires mayas ne voient pas encore les
flammes, mais dehors des gens forment une chaîne pour amener des seaux d’eau jusqu’à la
bibliothèque. Il ne fait aucun doute que l’édifice brûle.
-Fuyez.
-Nous voulons vous aider à sauvegarder votre trésor.
-Fuyez, rejoignez votre continent et libérez le dieu des origines. Si l’incendie de ma
bibliothèque est le prix à payer pour offrir le paradis aux Hommes, alors courez.
Les Mayas hésitent. Puis ils commencent à se diriger vers la sortie, accompagnés par
le disciple de Théothésis le Savant. Sans lui ils ne se seraient jamais repérés dans ce
labyrinthe. Plusieurs sorties sont déjà obstruées par les flammes. Mais les hommes ne
désespèrent pas. Tant qu’ils sont en vie, tant qu’ils peuvent courir, ils essaieront de quitter cet
endroit. Pourtant, il faut se rendre à l’évidence.
-Nous sommes cernés !
www.jpvest-­‐e.com                                                                                                                                    9  
                                                                                                                               Tous  droits  réservés  

Alexandrie  à  la  bougie                                                                                                                                                                                                                                                par  Jean-­‐Philippe  Vest  

Les cinq hommes regardent autour d’eux. L’un des émissaires mayas saisit un
papyrus.
-Qu’est-ce ?
-Le livre des morts.
-Savez-vous le lire ?
-Non, la langue égyptienne est depuis longtemps tombée en désuétude.
-Dommage, cela nous aurait sans doute aidés à passer dans l’au-delà.
-Il suffit de regarder les signes pour être imprégné des prières.
Les hommes s’assoient autour du livre des morts. Impassibles, ils le fixent jusqu’à ce
que les flammes viennent les dévorer.
Théothésis le Savant est toujours debout, dans son bureau, devant la fenêtre. Il regarde
les gens qui s’agitent. C’est beau de voir que tous les habitants de la ville viennent au secours
de leur bibliothèque.
-Ils n’ont pas réussi.
Théothésis le Savant sait qu’il n’y a qu’une seule sortie possible pour s’échapper de la
bibliothèque. Ni son disciple, ni les représentants mayas ne sont apparus. Ils sont sans doute
restés prisonniers des flammes. Le responsable de la bibliothèque d’Alexandrie se prépare à
mourir avec tous les trésors qui l’entourent.
-Il est trop tard. Je n’ai pas su protéger le savoir de l’humanité.
À ce moment, Théothésis, le premier du nom, apparaît à son descendant.
-Ce n’est pas de ta faute.
-J’étais responsable de ce lieu.
-Il est pratiquement impossible de lutter contre la bêtise humaine. Peut-être qu’un jour
les Hommes arriveront à la vaincre, mais il faudra attendre longtemps.
-Combien de temps ?
-Un jour, une civilisation redécouvrira à la fois les trésors de l’Égypte et des Mayas.
Quand l’Homme aura acquis assez de connaissances et de sagesse, il saura construire une
pyramide si élancée et si lisse, que le dieu des origines n’aura aucun mal à être libéré.
-Cela se produira-t-il vraiment ?
-Sans aucun doute.
-Mais cela aurait pu avoir lieu dès aujourd’hui, dès notre époque.
-Les Hommes ne sont pas prêts.
-Quel livre doit être sauvé ?
www.jpvest-­‐e.com                                                                                                                                10  
                                                                                                                                   Tous  droits  réservés  

Alexandrie  à  la  bougie                                                                                                                                                                                                                                                par  Jean-­‐Philippe  Vest  

Le fantôme de Théothésis désigne le De Architecura de Vitruve. Théothésis le Savant
le prend et, sans hésiter, le jette par la fenêtre.
-Quelqu’un l’a récupéré. Maintenant, il faut sauver un livre religieux.
-Non. L’architecture peut s’enseigner, pas la foi. Les Hommes doivent apprendre que
le divin est en chacun d’eux, pas dans des livres.
Théothésis le Savant ne verra pas le visage des flammes qui détruisent son édifice. Son
bureau, perché au plus haut de la bibliothèque s’effondrera avant cela.
a
Au moment de l’incendie, la bibliothèque d’Alexandrie préservait près d’un million de
rouleaux, volumina, papyrus et codex. Seule une poignée a pu être sauvée. Pourtant, le plus
important a été sauvegardé, puisque l’humanité n’a jamais cessé d’avoir soif de connaissance.
Le seize octobre 2002, l’Égypte inaugure le Bibliotheca Alexandria. Comme pour son
ancêtre, le public ne sait pas que, dans son sous-sol, quelques privilégiés y vénèrent une
représentation sculptée du dieu Thot.

www.jpvest-­‐e.com                                                                                                                                11  
                                                                                                                                   Tous  droits  réservés  


Aperçu du document Alexandrie à la bougie.pdf - page 1/11
 
Alexandrie à la bougie.pdf - page 3/11
Alexandrie à la bougie.pdf - page 4/11
Alexandrie à la bougie.pdf - page 5/11
Alexandrie à la bougie.pdf - page 6/11
 




Télécharger le fichier (PDF)


Alexandrie à la bougie.pdf (PDF, 164 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


alexandrie a la bougie
kolenou n 92 de cembre 2012 janvier 2013
depliant impr web
liste des livres de la bibliotheque de section 6
biblioabdelkaderv 2
agenda de la semaine en pays bellemois n 75

Sur le même sujet..