TRABAL 2010 De l’analyse des forums internet.pdf


Aperçu du fichier PDF trabal-2010-de-l-analyse-des-forums-internet.pdf

Page 1 2 345245




Aperçu texte


pratiques. Une tradition en sciences sociales présente une discussion critique de ces indicateurs,
lesquels peuvent produire des artéfacts voire des effets pervers générés par des pratiques d’acteurs
refusant le « contrôle social » qu’impose inévitablement ce type de dispositif. Du coup, ces
disciplines en sont réduites soit à défendre une posture intrinsèquement critique dénonçant les
tentatives de contrôle des institutions, soit à générer leurs propres instruments de totalisation
statistique en utilisant des questionnaires, qui malgré leurs constructions par des chercheurs et avec
des visées académiques, n’échappent pas à une série de reproches émanant des historiens de la
raison statistique ; ceux-ci rappellent, à juste titre, que toutes les méthodes dites quantitatives
reposent sur des opérations de codage problématiques. Les avancées récentes des recherches en
socio-informatique nous conduisent à faire quelques propositions originales qui permettent de
construire des instruments « sous contrôle », c'est-à-dire qui reposent sur des contraintes fortes en
matière dans le processus de codage. Après avoir explicité cette piste, nous montrerons que les
enjeux de cette recherche concernent tout à la fois une mise à l’épreuve de ce type d’instruments et
une métrologie visant à répondre directement aux préoccupations énoncées dans l’appel à
proposition.

La deuxième priorité qui concerne les effets et usages des produits et méthodes renvoie a priori à la
médecine et aux sciences biologiques. A priori, les sciences sociales n’ont pas à intervenir dans ce
cadre. A moins que l’on ne considère que les individus qui utilisent ces produits et méthodes puissent
exprimer les effets qu’ils ressentent et que leurs paroles doivent être prises au sérieux. Elles le sont
assurément par le médecin lors d’une consultation mais ce type d’interaction est socialement
contrainte comme en témoigne le vocabulaire qualifiant ce type de rencontre : l’individu devient un
patient qui se plaint de maux, le médecin les traduit en termes de symptômes visant à établir un
diagnostic et une prescription. Nous pouvons penser que les individus puissent exprimer les effets de
leurs consommations dans d’autres cadres et que leur parole puisse être prise pour elle-même, c'està-dire sans la mettre en tension avec un discours savant qui tend souvent à la disqualifier, et ainsi
apporter des connaissances nouvelles sur les effets ressentis des produits et méthodes. Cela nous
conduit à envisager un travail sur les dires des consommateurs en prenant au sérieux leurs
expériences et leurs effets tels qu’ils les décrivent.

Enfin, la volonté d’améliorer « la connaissance des facteurs de vulnérabilité et de protection, des
facteurs d’arrêt spontané de la prise, des motivations et autres facteurs environnementaux (rôle du
groupe, de l’entourage… ) » renvoie là-encore aux problèmes d’enregistrement de ces dimensions et
à la complexité de leurs articulations. Les sciences expérimentales ont l’habitude de traduire
l’ensemble de ces questions en variables. Mais se posent deux séries de difficulté. D’une part, de
nombreux facteurs n’ont pas été travaillés par la psychologie sociale et peuvent néanmoins surgir
dans la vie ordinaire des individus. D’autre part, il reste les problèmes de codage et de mesure :
comment évaluer l’importance accordée à l’autorité familiale, à la volonté d’impressionner un tiers
ou à l’inquiétude liée à un désordre intestinal ? Nous pensons que la liste des facteurs pertinents à
étudier n’a aucune raison d’être arrêtée a priori et que les degrés éprouvés par les individus sont là
encore exprimables par la langue.
Trabal P. et al. , De l’analyse des forums Internet

3