CORRIGÉS 1S 3J MIXTE .pdf



Nom original: CORRIGÉS_1S_3J_MIXTE.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 27/09/2011 à 09:14, depuis l'adresse IP 82.216.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 4182 fois.
Taille du document: 2.1 Mo (15 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


1S

Document de terrain - Arrêt Granon

Reconstituer le paléoenvironnement à la fin de l’ère primaire, avant “l’histoire alpine”.
Outils à mobiliser : voir Géolpoch’
- Principe d’actualisme

- Principe de superposition

Méthode de lecture des roches sédimentaires (“lecture du message 1”).

Primaire

Objectif :

Secondaire

Une histoire, c’est une succession d’épisodes (les paléoenvironnements), dans un ordre
chronologique (calendrier).

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

C
o
rr
ig
é

Jurassique
Trias
Permien
Carbonifère

1- Éboulis (les roches) : de l’échantillon au milieu de dépôt.
Échantillonage / Observation / Description des roches

Le sédiment d’origine

Le milieu de dépôt

noire, salit les mains, légère, combustible

végétaux morts

milieu anaérobie

granulométrie hétérogène dont grains > 2 mm, raye
l’acier, pas d’effervescence à HCl

sables, graviers, galets

reliefs, torrents

empreintes de feuilles (en réalité des frondes), de tiges
et de racines

fougères géantes

forêt de fougères géantes
climat chaud et humide
marécages

couleur sombre, pas de grains visibles à l’œil nu (quelques paillettes brillantes) feuillets, schistosité

vase argileuse

marécages

granuleux (grains < 2 mm), couleur sombre, dure, raye
l’acier, ne fait pas effervescence à HCl

sables

reliefs, rivières

Nom : charbon

Nom : conglomérat

Nom : fossile

Nom : schiste

Nom : grès

(micas)

(érosion, transport, dépôt,
sédimentation)

(érosion, transport, dépôt,
sédimentation)

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

1S

Document de terrain - Arrêt

C
o
rr
ig
Granon
é

2- Affleurement (le paysage) : exploitation des relations géométriques entre les objets-roches afin de reconstituer
l’histoire qui a conduit à cet état actuel
1) A partir de vos observations et des photos complémentaires (site de la Combarine), légender la série
représentée ci-contre
2) Définir une séquence dans cette série

3) La séquence déterminée résulte d’une succession
d’évènements. Retrouver cet ordre chronologique

Au cours du Carbonifère, le Briançonnais est sujet à
une subsidence (failles normales tardi-hercyniennes).
Les bassins formés se remplissent de sédiments
détritiques (érosion d’une ancienne chaîne de montagnes).
1 - Zone marécageuse peu profonde, sédimentation
très fine (argiles), forêt de fougères arborescentes,
climat chaud et humide.

2 - Crue torrentielle qui érode le sol et détruit localement la végétation. Des sédiments grossiers (galets,
puis sable) recouvrent les restes de végétaux qui se
trouvent épargnés de la dégradation microbienne
(milieu anaérobie, formation possible de charbon).
3 - Le courant diminue progressivement et la sédimentation se fait de plus en plus fine. La zone redevient marécageuse et la végétation s’installe peu à
peu sur les sédiments charriés lors de la crue.
3- Modélisation du paléoenvironnement (à l’échelle de la lithosphère) :

On peut formuler deux hypothèses pour expliquer que le climat du Briançonnais était chaud et humide à la
fin de l’ère primaire ; cocher celle retenue et justifier ce choix :

O 1- Le Briançonnais était à la même latitude qu’aujourd’hui, mais le climat de la planète était alors beaucoup plus
chaud
O 2- Le Briançonnais était situé près de l’équateur

anté / syn / post-rift

Qualification de la sédimentation :

quelques reliefs continentaux, tranche d’eau faible (lagunes, rivières,
deltas...)

Message enregistré :

Exploitation
des objets

1300°

Moho

ouest

Modélisation du
paléoenvironnement (croquis à
l’échelle de la lithosphère)

est

Secondaire

est

Fin I-aire

T moy.
T. inf.

T. sup.

J. inf.

J.
moy.

J.sup.

C. inf.

C.sup.

Arrêt PRELLES

sédiments d’épaisseur uniforme
(200 m) sur tout le Briançonnais

Compléments :

rides d’oscillation (rides de plage)
polygones en relief (fentes de
dessication)

strates claires emplilées
joints de stratification
conglomérats et grès clairs

Description :

Observation/Description
des objets

- Caractéristiques de la sédimentation anté, syn et post-rift

Outils à mobiliser :
- Principe de superposition
- Principe d'actualisme

Objectifs :
- Restituer, à partir de l'étude des objets géologiques (paysage,
roches), le message enregistré de l'histoire précoce de la rupture
continentale et de l'océanisation
- Qualifier l'épisode enregistré : anté, syn, post-rift
- Modéliser le paléoenvironnement

ouest

panorama à observer et compléter

Tertiaire

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

1S

Document de terrain - Val Durance

C
o
rr
ig
é

anté / syn / post-rift

Qualification de la sédimentation :

mer très peu profonde

Message enregistré :

Exploitation
des objets

ouest

ouest

Modélisation du
paléoenvironnement (croquis à
l’échelle de la lithosphère)

panorama à observer et compléter
est

est

Fin I-aire

T moy.
T. inf.

T. sup.

J. inf.

J.
moy.

J.sup.

C. inf.

C.sup.

Arrêt BARRACHIN

sédiments d’épaisseur uniforme
(300 m) sur tout le Briançonnais

Compléments :

Description :
calcaire dolomie (séquences répétées)
stromatolites, terriers de crustacés, pseudomorphoses de gypse
failles normales, séismite

Observation/Description
des objets

- Principe de superposition
- Principe d'actualisme
- Caractéristiques de la sédimentation anté, syn et post-rift

Outils à mobiliser :

- Modéliser le paléoenvironnement

- Restituer, à partir de l'étude des objets géologiques (paysage, roches), le message enregistré de l'histoire précoce de la rupture continentale
et de l'océanisation
- Qualifier l'épisode enregistré : anté, syn, post-rift

Secondaire

Objectifs :
Tertiaire

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

1S

Document de terrain - Val Durance

C
o
rr
ig
é

Message enregistré :
bassin plus profond, âge Crétacé
Qualification de la sédimentation :
anté / syn / post-rift

Exploitation des objets

Qualification de la sédimentation :
anté / syn / post-rift

Message enregistré : mer très peu profonde

Qualification de la sédimentation :
anté / syn / post-rift

Message enregistré : Le briançonnais est émergé au
Jur. inf et moyen (pas de sédiments). Au même
moment, à l’est et à l’ouest la mer est profonde. Climat
chaud

ouest

ouest

ouest

ouest

D

B

P

est

est

est

est

Modélisation du
paléoenvironnement (croquis à l’échelle de la lithosphère)

Fin I-aire

T moy.
T. inf.

T. sup.

J. inf.

J.
moy.

J.sup.

C. inf.

C.sup.

Arrêt SAINT CRÉPIN

Arrêt panneau :
dolomies en bancs réguliers (âge Trias
supérieur)

Compléments : en Piémontais et Dauphinois :
coraux, calcaire gris à ammonites, schistes argileux

Arrêt vire : En Briançonnais (Saint Crépin)
- lacune sédimentaire
- sol d’affinité continentale rougi par les oxydes de fer
- surface irrégulière
- charbon (Champcella)

Arrêt falaise :
Message enregistré :
calcaires noduleux roses à
la mer est profonde, âge Jurassique supérieur
bélemnites et ammonites
Qualification de la sédimentation :
calcaire blanc à plancton (calanté / syn / post -rift
pionnelles)
161 Ma : Ouverture de l’océan Alpin

Arrêt carrière :
calcschistes à plancton
(globotruncana)

Observation/Description des objets

Roches présentes sur le fond océanique alpin (post-rift) : radiolarites
(Jurassique supérieur), puis calcaires blancs à Calpionnelles (Jurassique
supérieur), calcschistes à Globotruncana (Crétacé)

Rappel :

- Géographie de la marge Européenne (voir coupe géologique page
“repères”)

- Caractéristiques de la sédimentation anté, syn et post rift

- Principe d’actualisme

- Principe de superposition

Outils à mobiliser :

- Qualifier l'épisode enregistré : anté, syn, post rift

- Restituer, à partir de l'étude des objets géologiques (paysage, roches),
le message enregistré de l'histoire précoce de la rupture continentale et de
l'océanisation

Tertiaire

Secondaire

Objectifs :

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

1S

Document de terrain - Val Durance

C
o
rr
ig
é

Document de terrain - Chenaillet

1S

Objectif :

C
o
rr
ig
é

- Identifier l’objet lithosphère océanique
- Retrouver les conditions de formation de la lithosphère océanique

- Description des objets géologiques (paysages et roches).
- Interprétation des objets à l’aide de vos connaissances (cf document pré-requis) et des compléments fournis
sur le terrain.

cabane des Douaniers

arête ouest

sommet

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

Méthode :

Panorama de l’arête Ouest depuis le lac des Sarailles

ouest

tube coupé

Faits d’observation
“varioles”

Exploitation

pâte

empilement de basaltes en boules et tubes
placages,
filonnets verts
tâches rouillées

Laves basaltiques (1 100 °C) refroidies brutalement sous l’eau
(2° C). Le magma est le même que celui qui a donné naissance aux gabbros. Au microscope, on voit quelques microlites
dispersés dans une pâte.
Minéraux verts : hydratation.

- roche entièrement cristallisée, taille des cristaux variable (du mm à quelques cm), structure grenue
- minéraux identifiés :
- blancs : plagioclases
- bruns brillants (2 plans de clivage),
parfois rouillés : pyroxènes
- autres minéraux : noirs, verts, rouilles...)
seront étudiés ultérieurement

- les gabbros sont clairs, riches en plagioclase

- certains gabbros sont foliés (déformation ductile)

est

roche magmatique plutonique
c’est un gabbro issu du refroidissement lent d’un magma
qui provient de la fusion partielle de la péridotite

rieur

ceci confirme une faible fusion partielle du manteau supé-

les filons sont d’anciennes cheminées d’alimentation du volcanisme basaltique

ils ont été déformés alors qu’ils étaient encore “chauds”,
- quelques rares filons de basalte, qui
recoupent la foliation des gabbros, mais pas
donc ductiles
de complexe filonien !
Remarque 1 : il n’y a pratiquement jamais d’olivine ; si elle est présente, elle est alors serpentinisée
Remarque 2 : lorsque le magma refroidit, l’ordre de cristallisation standard est : Ol-Px-Pl
- roche sombre, quelques phénocristaux brillants, placages verts, blancs,
rouilles
- analyse chimique (voir planche A3)

“Moho”

roche difficile à identifier à l’œil nu

composition chimique proche de celle d’une péridotite, mais
hydratée !

beaucoup de serpentine (minéral largement dominant): c’est
une serpentinite
quelques minéraux reliques (olivine, pyroxène, chromite, spinelle : c’est une métapéridotite
- roche peu appauvrie, “intacte”
taux de fusion partielle relativement faible (10 à 15 %)
- remarque : lors de la fusion partielle, les minéraux passent dans la phase magmatique dans l’ordre suivant : Pl-Px-Ol (les
plus siliceux fondent en premier)
- observation de lames minces (voir planches A3)

Méthode :
Description des objets géologiques (paysages et roches), interprétation des objets à l’aide des outils et
des compléments fournis sur le terrain.
Outils :

Principe de superposition

C.sup.
C. inf.
J.sup.

Secondaire

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

Objectif :
- Identifier les sédiments déposés sur les roches non sédimentaires de la lithosphère océanique.
- Dater la naissance de la lithosphère océanique.

C
o
rr
ig
é
Tertiaire

1S

Document de terrain - Rocher de la Perdrix/Sarailles

Principe d’actualisme

Connaissances actuelles sur la sédimentation dans les fonds océaniques et sur les marges passives
Le paysage :

J.
moy.

E

J. inf.

T. sup.
T moy.
T. inf.

Fin I-aire

Les roches :
3

Observation/Description des objets + compléments

Roches claires, faisant effervescence
à l’HCl. Ce sont des calcaires blancs.
Fossiles de Calpionnelles (plancton
Test de
Calpionnelle marin pélagique du groupe des
Protozoaires)
x 150

Roches rouges-blanches-vertes, dures
(rayent l’acier), ne faisant pas efferversence à l’HCl. Ce sont donc des
roches siliceuses.
Roches déformées.
Test
de
Affleurement 2 du Rocher de
la Perdrix, visible aussi sur Radiolaire Radiolaires fossiles (plancton marin
le “sentier SAGA”
x 150 pélagique du groupe des Protozoaires)

2

1

Réponse aux questions posées :

Roches du fond océanique difficilement
visibles car masquées (éboulis, herbe)
mais accessible non loin d’ici, au Mont
Cruzore (route de Sestrières, en Italie)
où elles sont représentées par des
basaltes en coussins déformés

Exploitation des objets
Milieu océanique profond.
Âge : fin du Jurassique sup.
(“Tithonien”)
Les radiolarites sont des sédiments de mer profonde. Les
radiolaires permettent de dater
la naissance de l’océan : début
du Jurassique supérieur
Péridotites, gabbros et basaltes en coussins constituent la
lithosphère océanique et peuvent se retrouver sur le terrain
en affleurement, sous les
sédiments.

Dans toutes les Alpes, les premiers sédiments (lorsqu’ils sont présents) déposés sur le fond de l’océan alpin sont
des radiolarites. Ce sont les premiers sédiments dits post-rift.
Les radiolarites, datés du début du Jurassique supérieur, sont parfois intercalées dans les coulées de basalte, ce
qui nous permet de dater la mise en place de la lithosphère océanique = Jurassique supérieur.
Les fossiles trouvés nous permettent de reconstituer le paléo-environnement : milieu océanique profond.
Complément : ces sédiments sont absents du sommet du Chenaillet du fait de l’action des agents d’érosion.

Validation - Chenaillet

1S

1) Rappel du modèle

C
o
rr
ig
é

Sédiments
Basaltes en
coussins
Complexe
filonien

lithosphère océanique

roches endogènes

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

Le profil type de la lithosphère océanique (Penrose, 1972)

6-8 km

gabbros

Moho
Péridotites
appauvries

Manteau supérieur
lithosphérique

2) À partir des données récoltées sur le terrain et des informations complémentaires, représenter la série rencontrée
au Chenaillet-Rocher Perdrix
roches observées

noms des arrêts

r. sédimentaires

Rocher Perdrix
Sommet

basaltes en
coussins

Arête ouest

rares filons
gabbros

péridotites peu
appauvries

Moho

Arête ouest
Cabane Douaniers

3) Conclusion

Nous avons bien trouvé sur le terrain tous les éléments (roches non sédimentaires et roches sédimentaires)
correspondant à la lithosphère océanique
Les sédiments nous ont permis de dater cette lithosphère océanique du jurassique supérieur

4) À partir de vos conclusions, modéliser le paléoenvironnement à l’échelle lithosphérique au jurassique supérieur.
Europe

Moho

Isotherme 1 300 °C

Océan Alpin

Afrique

Évaluation - Chenaillet

1S

Quelques exercices possibles à réaliser …en salle ou en classe !

C
o
rr
ig
é

Dorsales rapides

Dorsales lentes

Gabbros

Couche continue, épaisseur 5 km

Poches discontinues de petite dimension

Basaltes

Couche continue, épaisseur 1,5 km

Petits volcans épars

Manteau résiduel

Appauvri

Complexe filonien

1,5 km

Peu appauvri

Quasiment absent

À quel type de dorsale associez-vous le Chenaillet ?
Dorsale lente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2) Coupe des Alpes d’ouest en est (plaque Europe)

X

Ouest

><

Domaine externe
nt e
fro niqu
n
pe

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

1) Les géologues distinguent aujourd’hui deux types de dorsales océaniques :

Galibier

Massifs cristallins
Externes (Pelvoux)

Dauphinois

(avant-pays européen)

>

Domaines internes
Durance

Guil

Briançonnais

Chenaillet

Queyras

Piémontais

(marge européenne) (sédiments océaniques à ophiolites)

Y

Est

Afrique

Massifs cristallins
Internes (Dora Maira)

Le Chenaillet est une nappe de charriage, un morceau de fond océanique en plein coeur d’une
chaîne de montagne.

Le passage du bloc 1 au bloc 2 s’est fait au cours d’un processus de divergence de plaques.

Quel autre processus de la tectonique des plaques permet le passage du bloc 2 au bloc 3 (NB :
étude en TS) ? La convergence

bloc 1

bloc 2

bloc 3

La présence d’ophiolites au coeur de la chaîne marque une histoire océanique. Cela suppose une histoire antérieure
de distension continentale. Cela implique également un processus de convergence qui a fait disparaître l’espace
océanique (subduction) et a créé des reliefs (collision).

ouest

anté-syn-post rift

Période : Jurassique supérieur (- 154 à - 135 Ma)
Arrêts : St-Crépin, Chenaillet . . . . . . .
Roches : calcaires roses, calcaires blancs à
calpionelles, gabbros, basaltes, radiolarites
Fossiles : ammonites,belemnites, radiolaires
Message enregistré : mer profonde

est

océanisation

Période : Crétacé (- 135 à - 65 Ma)
Arrêt : St-Crépin . . . . . . . . . . . . . . . . .
Roches : calcschistes . . . . . . . . . . . . .
Fossiles : globotruncana . . . . . . . . . . .
Message enregistré : mer très profonde

anté-syn-post rift

Au cours de ce stage de 1°S, nous avons étudié, à partir du terrain Briançonnais, un volet de cette histoire : de la
rupture continentale à l’océanisation, c’est-à-dire le processus de divergence.
Le processus de convergence qui conduit à la genèse des reliefs actuels sera étudié en Terminale.

Période : Trias inférieur (- 250 à - 240 Ma)
Arrêt : Prelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Roches : grès et conglomérats clairs
Fossiles : fentes dessication, rides de plage
Message enregistré : quelques reliefs, tranche
d’eau faible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Période : Carbonifère-Permien (360 à - 245 Ma)
Arrêt : Granon ou Combarine . . . . . . .
Roches : grès, conglomérat, schistes, charbon
Fossiles : fougères . . . . . . . . . . . . . . .
Message enregistré : reliefs, rivières, marécages, forêt de fougères géantes . . . .

Observer les schémas dans l’ordre chronologique (de bas en haut) puis légender.

rupture continentale

Période : Trias moyen (- 240 à - 230 Ma)
Arrêt : Barrachin . . . . . . . . . . . . . . . . .
Roches : dolomies, calcaires . . . . . . .
Fossiles : stromatolites, terriers de crustacés
Message enregistré : mer très peu profonde

anté-syn-post rift

Période : Trias supérieur (- 230 à - 205 Ma)
Arrêt : St-Crépin . . . . . . . . . . . . . . . . .
Roches : dolomies . . . . . . . . . . . . . . . .
Fossiles : dasycladacées . . . . . . . . . .
Message enregistré : mer très peu profonde

anté-syn-post rift

anté-syn-post rift

Période : Jur. inf et moyen (- 205 à - 154 Ma)
Arrêt : St-Crépin . . . . . . . . . . . . . . . . .
Roches : lacune, surface d’érosion . . .
Fossiles : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Message enregistré : le Briançonnais est émergé

anté-syn-post rift

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

1S Synthèse : de la plaque continentale à l’océanisation

C
o
rr
ig
é

Centre Briançonnais de Géologie Alpine - 35 rue Pasteur, 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

TS Document de terrain- La compression-subduction
Itinéraire Château-Queyras

C
o
rr
ig
é

Objectifs :

* retrouver des témoins minéralogiques de la subduction afin de valider la convergence lithosphérique des
plaques “Europe” et “Afrique”
* établir une chronologie relative des différents événements

* schématiser un paléoenvironnement à l’échelle de la lithosphère

Moyens pour y parvenir :

Parmi les roches de la lithosphère océanique, nous choisissons d'étudier les gabbros, plus "lisibles" que les
basaltes et les péridotites. Les gabbros les moins déformés sont aussi les moins transformés, donc susceptibles de renfermer des minéraux reliques.
Nous postulerons que toutes les roches de la lithosphère océanique ont subi un métamorphisme hydrothermal (vu en 1S : refroidissement, hydratation) au cours de leur histoire océanique (position Q1 sur la grille
pétrogénétique).

Outils à mobiliser :

* Grille pétrogénétique : C'est un diagramme Pression / Température élaboré expérimentalement où figurent les
domaines de stabilité de différents minéraux ou assemblage de minéraux.
* Principe de recoupement : Un minéral est postérieur à celui qu'il recoupe.

* Roche métamorphique : Roche issue de la transformation d'une roche pré-existante (avec production de nouveaux minéraux ou recristallisation des anciens), à l'état solide, sous l'action de la température et (ou) de la pression.
* Connaissance des conditions d’un contexte de subduction océanique…

Centre Briançonnais de Géologie Alpine - 35 rue Pasteur, 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

TS Document de terrain - La compression-subduction
Itinéraire Château-Queyras
1 - Échantillonnage des gabbros dans le lit du Guil
Description
des principaux
minéraux
(couleurs,
formes...)
Noms des
minéraux

Cristaux blancs
plus ou moins
grands

Cristaux bruns
brillants, parfois
“marron rouille”

Feldspath
plagioclae

Pyroxène

Minéraux de
couleur verte,
teinte plus ou
moins marquée

Chlorite, épidote,
actinote

C
o
rr
ig
é

Minéral bleu
sombre

Couleur rouille
superficielle

Amphibole
glaucophane

Oxyde de fer

Compléments :
* Présence de jadéite (visible en lame mince)
* Absence de grenat
* Datation absolue du métamorphisme : 50 Ma
* On admettra qu'un minéral qui se trouve à l'interface de deux autres minéraux est postérieur à ces deux
minéraux
Ordre de formation des
différents minéraux

Croquis d’un échantillon

1 - Pl et Px reliques (minéraux “magmatiques”)

2 - Gl (car en auréole autour
des Px)
3 - Chlorite, épidote,
actinote (car présents en
petits filons qui recoupent
les autres minéraux)
2 - Lecture des gabbros à l’aide d’une grille pétrogénétique

Q surface

INFO + :
Composition chimique
de deux gabbros

Q3
Q2

SiO2

Al2O3

FeO

MgO

Gabbro du Gabbro de
Chenaillet Château
Queyras
50,5 %

49,2 %

2%

9,7 %

21,6 %
4,5 %

16,4 %
4,5 %

CaO

12,8 %

9,8 %

TiO2

0,2 %

0,8 %

K2O

H2O

0,4 %

3,8 %

0,1 %

0,1 %

Centre Briançonnais de Géologie Alpine - 35 rue Pasteur, 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

TS Document de terrain - La compression-subduction
Itinéraire Château-Queyras
3 - Falaise entaillée par le Guil

Croquis d’une portion de l’affleurement

Structures
observées
Minéraux
identifiés

C
o
rr
ig
é

Plis
Schistosités

Glaucophane, quartz, mica,
calcite, mica blanc de haute
pression (= phengite)

Quelques rares fossiles de
Compléments radiolaires et globotruncana ont
été trouvés
Conclusion

Il s’agit de méta-sédiments
océaniques, appelés schistes
lustrés. La présence de
glaucophane et de phengite
témoigne de leur enfoncement à
15 km de profondeur au moins.

4 - Réponse aux problèmes posés (cf. objectifs)
1) Certains minéraux présents dans les gabbros sont les produits de réactions métamorphiques. Ils ont enregistré les changements des conditions de pression et de température (métamorphisme) subies par ces roches.
Ces minéraux permettent de déterminer, à l’aide d’une grille pétrogénétique, la profondeur et la température
maximales atteintes par ces fragments de lithosphère océanique (= ophiolites) à un moment donné de leur
histoire, dans un contexte donné à déterminer.
2) Les schistes lustrés :
- Ce sont les anciens sédiments calcaires ou siliceux qui se sont déposés sur le fond de l’Océan Alpin
- Au cours de la convergence lithosphérique, ils ont été déformés et métamorphisés au sein d’un prisme
d’accrétion

La présence d’asociations minérales caractéristiques d’un métamorphisme de type HP / BTdans ces roches
(métagabbros, métasédiements) témoigne d’un enfoncement à grande profondeur dans un contexte de
subduction

5 - A partir des données de terrain récoltées et explotées, modéliser le paléoenvironnement à l’échelle de la
lithosphère au tertiare

Document de terrain - La collision

TS

Guil

65 Ma
Crétacé (vert)
135
Jurassique (bleu)
205
Trias (violet)
295
Permien (marron)
360 Ma

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

Objectifs :
* Retrouver des marqueurs de la collision continentale à partir des roches et d'un
paysage
* Reconstituer une chronologie d'événements
Outils à mobiliser :
* Principe de superposition
* Principe de recoupement

1 - Paysage

ouest

Nappe
supérieure

est

CONTACT
ANORMAL
Nappe
inférieure

B

A

C
o
rr
ig
é

2 - Affleurement et carte

contact anormal

3 - Reconstituer l’histoire du paysage étudié en 3 schémas (seules 3 couches seront représentées : T, J, C)
Faille inverse

Charriage

Pli (post Crétacé)

4 - Conclusion
La région de Guillestre permet d'observer la superposition de deux nappes de charriages par l'intermédiaire
d'un contact anormal. L'ensemble a été plissé puis érodé avec création de reliefs.
Faille inverse, chevauchement, pli, reliefs, sont des marqueurs de la collision continentale visibles actuellement
dans le paysage. Ils entraînent un raccourcissement et un épaississement de la croûte continentale.

Document de terrain - La collision

TS

St Clément

Centre Briançonnais de Géologie A l p i n e - 35, rue Pasteur 05100 Briançon - 04 92 20 56 55 - http://www.cbga.net - cbga@cbga.net

Objectifs :
* Retrouver des marqueurs de la collision continentale à partir des roches et d’un paysage
* Reconstituer une chronologie d’événements
Outils à mobiliser :
* Principe de superposition
* Principe de recoupement
1 - Paysage

C
o
rr
ig
é

est

ouest

2 - Roches

Observation / description des roches

Noms des roches

Roche sombre, un plan de clivage (aspect feuilleté),
couches en légère dépression au niveau du paysage

Schiste

Roche claire, massive, grains visibles, pas d’effervescence à l’acide, en “saillie” au niveau du paysage

Grès

Âge
Crétacé
supérieur

3 - Application du principe de superposition

On peut modéliser la genèse d’un tel pli de deux façons différentes. Quelle information manque-t-il
pour reconstituer l’histoire de ce pli ?
Réponse : Il faut savoir si les couches les plus anciennes sont à l’intérieur ou à l’extérieur du pli.
Extérieur
du pli

Intérieur
du pli

L’extérieur du pli est plus ancien
que l’intérieur du pli

Ce pli est-il (cocher la bonne réponse) :

X

un synclinal

un anticlinal

4 - Schématisation des étapes ayant conduit au paysage observé
État initial

5 - Conclusion

Plissement
(post-crétacé sup)

couché ?

couché ?

Déversement du pli
vers l’Ouest

Le pli de Saint Clément est un marqueur de la collision continentale, conséquence d'un mouvement de
convergence. Il entraîne un raccourcissement et un épaississement de la croûte continentale.


Aperçu du document CORRIGÉS_1S_3J_MIXTE.pdf - page 1/15

 
CORRIGÉS_1S_3J_MIXTE.pdf - page 3/15
CORRIGÉS_1S_3J_MIXTE.pdf - page 4/15
CORRIGÉS_1S_3J_MIXTE.pdf - page 5/15
CORRIGÉS_1S_3J_MIXTE.pdf - page 6/15
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..