halal en france il y a 20 ans .pdf


Nom original: halal en france il y a 20 ans.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Canon / , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 27/09/2011 à 12:59, depuis l'adresse IP 85.171.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1149 fois.
Taille du document: 7.7 Mo (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Regdrds
d'islamn"'2.Avril mai 1991.Page9.

Dossier

LInealimentatlondlgnedefoi
par Daniel-Youssof
Leclercq(*)

Où on serendcomptefinalementquedemangerlulal desttoat demêmeimportant'qucça
n'estpassi simplequeçacar on n'estjamaisvreimentsûr,maisqu'aprèstoutil n'y a pasde
difliculté insurmontableet qu'enlin decornpteçavaut le coupdefaire un petit effort

Mangerhalal? crestimportant!
vant de "consommer"cet article,
il vautmieuxqueje vousprévienne que les lignes qui vont suiwe
n'ont nullementétéécritesdansle but de
vous couperI'appétitou de vous causer
unequelconqueindigestion.Tout au plus
m'efforcerai-je de vous faire partager
mon intérêtpour unepratiquequej'estipour la foi.
me enrichissanæ
L'alimentationoccupeunelargeplace
dansnotrevie et c'estbien naturelpuisque
mangerestunenécessité;notrecorpsest
en quelquesorteune machinechimique
qui a besoinde combustiblepour fonctonner.
Néanmoins,ce n'estpasparceque la
nourritureestnécessaire
à notreorganisme qu'il faut pour autânt consommer
n'importe quoi, None estomac, tout
comme le réservoir à carburant d'une

La religion, qui s'intéresseà tous les
aspectsde I'existencehumaine,sedevait
de prôner une rééducation organo-leptique et les diversesrévélationsdivines
mis en gardeconFeles
ont naturellement
risquesmajeurs:
Juda'urne
<II nc doit pas rnangerde bêtecrevëe
ou déchiquetée, ce qui le rendrait
(Lévitique22:8)
rmpur.>
< Seulemcnttiensfernu à nepas mnnger Ie sang,car le sangc'estla vie et tu
nem(mgeras
Ws lavie aveclaviande...>>
(Deutéronome12:23)
po.rc,puisqu'il a des sabots
" Et le
tnais ne rumine pas, pour vous il est
impur: vousne devezii nunger de leur
chair ni toucherleur cadavre>
(Deutéronome
14:8)

auomobile, doit êre alimentécorrectement pour que les autresorganesde la
"machine"puissentfonctionnerconvenablement
C'est pour cela qu'il ne faut pas se
comportercommeles bébésqui portentà
leur bouche les objets les plus hétéroclites,pensantquetout ce qu'ils voient est
comestible,et qui, sansI'inûerventionde
leurs parents,les avaleraient sansréfléchir aux risquesqu'ils encourent.

Christianisrme
< L'Esprit saint et nous-même,
nous
avonsen ffit decidédc ne pas vous
imposeraucuneclwrgeqtu ceseigences
inévitables: vousabstenirdesvianfusde
sacrifîcespaîens,du sang,desanimatn
étoufféset de I'inanoralité>
(ActesdesApôtres l5:2[l-29)
< N'allez pas croire queje soisvenu
abroger la Loi ou les prophètes; je ne
suispas venu abroger mais âccomplir

car,envérité,6)ant quc,rcWsent le ciel
et la terre, pctsuni, pas w piu surl'i nc
pnssera de la Loi quc tout ne soit
wrivé"'>
(lvfatthieu5:17-19)
Islarr
< Voussontinterditsla bêtemorte,le
sang,la clair deporc, et ce surqtni on a
invoquéquai qucce soitd'autrequcDieu,
ou
et la bêteétouffée,la bêteassontmée
marted'un coupdc corne,et cellequ'une
bêteféroce a dévorée- sat{ celle quc
vouségorgezavantqu'elle soittnorte-,
et celle qu'on a imtnolée sur lespierres
dressées...,v
(Coran5:3)
< Dieu, Exalté soit-Il,estpur et n'accepteque ce qui estpur. Dieu a ordonné
aux, crlyants ce qu'Il a ordonné aux
Envoyés.L'Exaké a dit : "ô les Messagers! mangezdcsclwsespureset æuvrez
de bien", et Dieu, fExolté a dit: "ô vous
qui croyez! nungez desclwsespuresquc
nousvousavonsdispensées".Pttisil nuntianne (le cas d') un lnmnu qui fait un
long voyage,se trouve tout éclwveléet
poussiéreux
; il tendlestruipsversle ciel
'(en
disaw): ;'Ônnn Dieu ! Ô tnonDieu !"
alors que sa nourriture est illicite
(laram), sa boissonest illicitç, sesvêtenunts sow illicites et iI estnowri de fiilicite ; cotnrncntpourrait-il êtrcercucé!t
(An-Nawawy-Muslim 12:65)
On constateque la Bible (Ancien et
NouveauTesamerrt)comporæun certain
nombrede recommandationssemblables
aux injonctionscoraniques.
C'est sans doute pourquoi le Coran
(5:5) rend liciæ aux musulmans< l'alimcntationfu s gensdu Liwe >, à condition
toutefois de rcspecter les nonnes en la
matière.A noûe époque,celles-ci semblent encoreappliquéespar lesjuifs, mais
les chrétiensne les observentplus.
Commele stipule fort judicieusement
le Professeur Muhammad llamidullatt
dansl'Initiation à Tislam(chapiue 544) :
* Unepoule étrangléeW w chréticnne
devientpas plw licite qrc si elle avait été
étrangléeWr u musulman">
Comme on dit communément: m
lomme averti envaut dcttx.

esrpr6idartdcl'usæirticr islamique
Intégritépt la &iæ'f'dos cosd|metorrsmsulnrns a l'rc$el
f) Daniel-Youroflæclercq
pésidentdeh F&lfrationNatimaledesMusulmans
deRance.

-

Regards
d'islamno2. Avril mai 1991.Page10.

Dossier

Abattagehalal ? c'estpassi simple!
onsommer halal demande aux
îl
musulmans un véritable effort,
I
\-/
car il nbxisæ en Franceaucune
infrastructure fiable de distribution de
viandeset de produitsrépondantà ce critère.Nous examineronsplus loin la situation actuelledu marchédesviandesdiæs
lwlal, mais avantcela,il nousfaut définir
en quoi consistele halal.
On considèrequ'uneviande estlwlal
lusqu'elle Épond aux critèressuivants:
- I-es bêtesdoivent être licites ; par
exemple,le porc ne peut être consommé
quellequesoit la fryon donton I'abat;
- L'abattagedoit être effectuépar un
musulman;
- Les bêæsdoivent être vives ; en
préalabledu
résumé,tout éûorndissement
genreétouffement,&ssommage,
électro'
cution est strictementprohibé ;
-La gorgede la bêæest orientéeen
directionde la Ka'bahà la Mecque(SudEst en France);
-Iæ sacrificaæurinvoquele nom de
Dieu (Elevé soit-Il) sur,la victime au
moy€nde la formule riurelle < Bismillah!
Allalnu akbar! r (c'est-à-dire< au nomde
Dieu! Dieu est le plusgrandl r). En cas
d'oubli involontaire de cetûeinvocation
par le sacrificaæurmusulman,I'animal
pouna quandmêmeêtreconsommé;
I-e sacrificateurdoit sectionnerla
gorgede I'animal,au niveaudu larynx, à
I'aided'un instrumenttranchant,pour provoquer la sectiondes veinesjugulaires,
desartèrescarotideset de la træhée artère, sanstoutefoisentamerla colonnevertébrale.
On ne peut détacherune quelconque
partie du corps de I'animal avant que
inerte.
celui-cisoit complètement

Iæsconditionsidéalespour prccéderà
un abattage,c'es[ quand même dans un
abattoir.D'autantplus que c'estfait pour
ça et que, commenous allons le voir, la
législation françaisetolère les abattages
rituels mais les assujettit à phrsieurs
conditions.
Les décrets 80-791 du ler octobre
1980et 8l-606 du l8 mai l98l fixentles
conditionsdanslesquellesdoit s'effectuer
I'abattage des animaux destinés à la
consommationet lesdispositionsrelatives
à I'abattageritæl :
- Il estinterditde prpcéderà un abattageen dehorsd'un abacoir ;
- L'immobilisationpréalabledesanimauxaumoyend'installationsagr#es par
le ministèrede I'Agricultureestobligatoire avantt0ut abattage;
' - L'étourdissementdesanimauxest
obligatoire avant la mise à mort, sauf
dérogation,notammentdans le cas de
I'abattagerituel : les sacrificateursdoivent
être habilitéssoit par un organismereligieux agréÉ,par
19ministrede I'Agriculnrre sur proposition du ministre de
I'Intérieursoit, en I'absence,par le préfet
du départementdans lequel- est situé
I'abattoir.

< Bismillah! Allalwu alibar/ >>
endorree...
Abatre un animalen dehorsd'unabattoir est un délit. Pourtant,pour consommerhalal,les musulmanssontcontraints
de semetre hors-la-loi,à leursrisqueset
périls.Ne pouvantobænirla certitudeque
Iesboucheriesditeshalal soienthonnêtes,
ils procèdent,à domicile ou dans des
fermes où ils se Drocurentles animaux
qualifiéspar I'admivifs, à desabattag-es
nistrationde "sauvages".

Les services vétérinairessont loin
d'apprécierla "plaisanterie"et reprochent
à cespratiquesle fait qu'ellescomportent
des risquespour la santépublique,une
A ce jour, aucunorganismereligieux atteinteauxrèglesrelativesà laproæction
musulmann'aobtenul'agrémentdespou- des animaux et des nuisancessérieuses
voirs publics français.L'habilitation des pour I'environnement,sans parler du
sacrificateurspar les préfets'dedéparte- détournementfiscal et de la discriminament est par ailleurs inacceptable.Ces tion économique.
derniersne sontpasqualifiéspour estimer
Des éleveus et négociantspeu consla capacitéd'unindividuàréaliserun abattagerituel.Lesmusulmans
dewaientdorrc ciencieuxtrouvent dans cette filière un
assumer totalement I'habilitation des débouchérentâblepour les animauxdont
sacrificateursau lieu d'être simplement l'état de santéne support€raitpas I'examen vétérinaire approfondi pré et post
consultéssur leur aptitude.
martem en abattoir ; la consommation
d'unetelle viandecomportoraitun risque
certain.L'abattagede bêæsdansdeslieux
inappropriés (garages, caves, appartements), l'écoulement sans précaution
aucunedu sang, I'abandondansles poubelles ou déchargesimprovisées des
peauxet viscèresconstituentpour le voisinageunegêneimportantequi gérÈrede
plaintes.
nombreuses

< Bismillah!Allalwu akbar ! > dansla legatité...

En ce qui concernela protoctionanimale, surtout quand Brigitæ Bardot se
pique de faire la morale, on aurait plutôt
tendance à prendre ça par-dessus la
jambe. En fait, le seul moyen déviær
toute souftance aux animaux,cbst carnément d'en prohiber I'abattage,envers et
contre tous. Tout le reste, favoriser une
méthoded'abattageplutôt qu'uneaute,
préalables,etc.esfunevue
les anesttrésies
de lbsprit et de la sensibleriemal placée.
Pourquoidoit-on abattreun petit mouton
en abâttoir et pas un gros lapin l Quelle
différence? Et pourquoi pasinærdireles
bombesà mouches,pendantqu'ony est !! !

Regards
d'islamno2. Avril mai 1991.Page11.

Acheter halal ? cfestpas sûr !
n novembre 1981, dans le
numéro131de la revue50 milliohs de consommltteurs,un
article intituléLc fausse viande
musulmaneironisait sur le faitque < religion...et consomnationnefont pas bon
rnérnge>. Cet article était révélaæurde
la situation bordélique du marché des
viandes dites Halal, situation qui n'a
gûre évoluédepuis.
Le respect d'un certain nombre de
contraintes,pour seprocurerde la viande
véritablementlwlal, nécessitede la part
du bouchermusulmannon seulementun
effort logistique supplémentaire mais
surtout un énorme sacrifice financier
pasde
auquelil noconsentgénéralement
gaietéde cæur,à supposerqu'il soit suffisamment pieux et motivé pour y
consentir; le fait, pour le vrai boucher
musulman,de s'approlisionnerdirectementauprèsdesabattoin où I'on procMe
aux abattagesriurels, par un circuit différent de la filière desviandesdites traditionnelles(commele marchéde gros de
Rungis,pil exemple),lecontraintà s'organiserdifféremmentet à oblitérer une
partienon négligeablede sonbénéfice.
Les fauxbouchers"musulmans",eux,
prennentpour prétextela difficulté de se
procurerles viandesvéritablementhalal
pour s'approvisionneren viandesdiæs
traditionnellesauxquellesils affiibuent
ensuiteabusivementla mention "halol"
qui inciæ la clientèlemusulmaneà acheter dans leurs établissements.
Car c'est
uniquementlà queportela contestation;
s'ils avaientI'honnêtetéd'afficherla qualité réelle de leur marchandise,la situation seraitclaire et les clientsachèteraient
pas)en connaisalors(ou n'achèteraient
sancede cause.
A mon sens, les consommateurs
musulmanssont quandmêmeen grande
partieresponsables
de la sinration.En feignantde croire que la viandequ'on leur
proposeesî"halal,ilssefont lescomplices
et les victimesconsentanæs
desescrocs.
Ils persistentà acheter< parce que c'est
nnins cher >,ensepersuadant
Çemange
sursancor, selonI'expression
consacrée)
que le péchéretomberauniquementsur
les fournisseurs.S'ils étaient plus exigeantsou mettaienttout en æuwe pour
obtenirdesgarantiessuffisantes,les bouchersfraudeursseraientbien obligésde
les contenteret la situation changerait.
Maiscommele soulignele Coran(13:tl)
<<Dieu ne change Ia condition d'un
peuple que lorsqtre celui-ci clange ce
qu'il y a en lui-mêmc>>..,

Si on abuse de la crédulité des
musulmans,ce n'estpas
consommateurs
En effet, la loi
de la fautedu législaûeru.
1973rSrne la
73-1193du27 décembne
publicitémensongère
et la loi du ler août
1905sanctionneles fraudessur lesqualiIa législationfrançaise
téssubstantielles.
maisle ServiestlargementEansgressée
cede laRépressiondesFraudes
du Secrétariat d'Etat à la Consommation,bien
qu'alertédepuis de nombreusesannées
par les plaintes d'associationsnnusulmarleset la presse(la revue5Amiilionsdc
Consommateurssus-citée dépend de
I'Institut national de la Consommation,
organismed'Etat) n'a pasjugé opportun
de meureun termeaux infractions.
Il semblequ'enhautlieu on nesouhaiæguèreintervenir,de craintedeperturber
le marchéætuel, du moinstant que n'y
serapassubstituéun circuit régulierorganisé.En toutcas,lasituationnepeutdurer
ainsi indéfiniment.Il devienlimpérieux
que soient prises tCIutesmesuresutiles
pour quela mention"halal" corresponde
à uneréalité contrôlée.Cela devraitêtre
le fait des organisationsmusulmanes,
d'unepartparcequ'ellesseulesæmblent
bénéficierde la confiancede la communautéet, d'auEepart,parcequ'ellesont la
capacitématérielled'y mettrebon ordre.
Pour cela il faudraitqu'ellesse concertentfranchementet urcceptentde
collaborer de façondésintéressée.
C'estla seule
façonefficaced'attaquersérieusement
un
poblème.Maisencorefaudrait-ilqu'elles
le souhaitent...

Dossier

a\

-

Regards
d'islamno2. Avril mai 1991.Page12.

Dossier

Un petiteffort,c'estpresque
halal!
n a longuement traité
dans les pages qui précèdent de la viande halal et
des moyens de se la procurer. Ce dont on a beaucoup
moins parlé, c'est des produits alimentaires de toutes sortes que
nous avons coutume de consommer. Sont-ils conformes aux
norrnes islamiques ?
Avant d'aborder la question
plus avant, il sera peut-être utile de
citer ce hadith du Saint Proohète
(la paix et le salut de Dieu sù tui;
qui figure dans les ouwages d'Al
Boukhary, d'Abou Daoud et d'AtTirmidhy :
interrogea le Prophète en ces
tefTnes :
- ô Envoyé de Dieu, ltous hobitons sur le territoire de Ahl-ulkitab (gens du Livre : juifs et
chrétiens) et nous mangeons dans
leurs plats...
- St vous trouvez d'autres plats
que ceu.x dont i/s se servent, ne
mangez pas daru leurs plats. Mais
si vous n'en trouvez pas, lavez-les
et mtzngezdans ces plats... >>
Celte lnjonction n'estpas sansrappeler le principe juif selon lequel
<<une personne rwn soutnise à une
règ.le, en particulier une règle
religieuse, ne peut en appùécier
totalement la signification. Aussi
çetlq personne ne sera-t-elle pas
habilitée à exercer une surveillance adéquate pour d'anttres
personnes soumises, elles, à l'observance de cette règle
(Cachrout, Guide pratique des
lois alimentaires, Rabbin S. V/agshal, C.L.K.H., page 37).
I-orsqu'une matière est réputée
illiciæ (haram), comme le-porc
par exemple, est-elle uniquement
interdite à partir d'une ôertaine
quantité ? Toute la question est là.
A la lumière du liadirâ suivant
<<est interdite toute petite quantité
de çe qui enivre en grande quantité >>,on aurait plutôt ændance à
pencher dans un sens : s'abstenir
de consommer tout produit contenant une quelconque proportion
de porc, d'animaux non âbattus
rituellement, de sang, d'alcool et
autres "hararnitési'.
. Cette position semble la plus
logique niais, par honnêæré, ilïaut
préciser que les avis sont partagés
parmi les savants musulmans
('ulama), certains étant moins exigeants que d'autres. Le consommateur décidera donc, en son âme
et conscience, de la suite à donner.

Dans son fascicule Avis sur les
produits alimentaires, I'association islamique Intégrité s'est attaché depuis une dizaine d'années à
éclairer ses adhérents sur la nature
exacte des produits alimentaires.
Elle y signale entre-autres que les
fromages sont fabriqués à I'aide de
présure laquelle provient de I'estomac d'animaux morts. Elle inet en
garde contre de nombreux produits alimentaires dont la composition recèle, sous forme claire ou
codifiée, des éléments illicites
d'origine animale.
Tsutefois, I'obstacle n'est pas
insurmontable
puisqu'il
existe
dans la plupart des cas des produits
de substitution qui ne comportent
pas de tels composants. Avec un
minimum d'éducation, on obtient
très viæ les réflexes élémentaires
du consommateur musulman averti et on en tire une grande satisfaction. L'essentiel, c'est de faire des
efforts. C'est pourquoi on s'attachera plutôt, dans un premier
temps, à appliquer partiellement
ces diverses recommandations
pour en amplifier progressivement
la pratique, dans la mesure du possible. Comme
dit le Coran
(2:286) : <<Dieu n'oblige une personne que selon sa capacité >.
I-e fait de s'informer sur la nanrre du <<carburant avec lequel on va
faire le plein > et d'opterpour celui
qui est le plus adéquat est, au-delà
des petites contraintes, une façon
comme une autre de montrer I'intérêt qu'on porte aux enseignements de Dieu. Iæs maîtres soufis
enjoignent à leurs disciples d'avoir
une alimentauon halal et d être
véridiques dans les paroles (Ta'atn
I{alal wa sidq rna qaI). Mine de
rien, vous pouvez vous offrir ce
petit parcours initiatique...
p aniel- Yous sof l-eclercq


Aperçu du document halal en france il y a 20 ans.pdf - page 1/4

Aperçu du document halal en france il y a 20 ans.pdf - page 2/4

Aperçu du document halal en france il y a 20 ans.pdf - page 3/4

Aperçu du document halal en france il y a 20 ans.pdf - page 4/4




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


halal en france il y a 20 ans
les enjeux du halal en france
halal embarras des medias et des politiques
pdf intermarche 1000 veaux
intermarchE ferme usine 1000 veaux
marketing halal

🚀  Page générée en 0.015s