Potentiels et techniques de redressement et d’entretien de la fertilité.pdf


Aperçu du fichier PDF potentiels-et-techniques-de-redressement-et-d-entretien-de-la-fertilite.pdf - page 5/19

Page 1...3 4 56719



Aperçu texte


Manuel de référence - Bois Raméaux fragmentés
1.2.

L'humus, une nécessité en agriculture

L’agriculture est consommatrice de fertilité du fait de l’exportation des produits. Le bilan de
fertilité est alors négatif1 et si rien n’est fait pour reconstituer le stock d’humus, la terre n’offre
plus les caractéristiques adéquates à un bon développement des plantes. Bien que la fraction
minérale du sol soit toujours présente, les plantes n’y trouvent plus tout ce dont elles ont
besoin car le système est « en panne » faute d’humus.
Dans certains cas, le phénomène devient pratiquement irréversible car les propriétés
chimiques du sol minéral se transforment.
L’agriculture productive et durable n’est donc concevable qu’en restituant au sol les éléments
nécessaires à l’entretien de l’humus.
Dans les écosystèmes naturels tels que les forêts, les matières organiques de base permettant
la création de l’humus sont principalement végétales2. C’est donc par leur apport au sol que
l’on peut prétendre entretenir le système édaphique et par là, la fertilité d’une terre de culture
d’une façon durable.
1.3.

Quelles matières organiques pour entretenir l'humus en agriculture ?

Sur l’observation que la vaste majorité des terres agricoles est d’origine forestière et, plus
spécifiquement, issue de la forêt feuillue, des scientifiques ont montré depuis longtemps que
la lignine était le matériau végétal précurseur de l’humus le plus stable et le plus durable
(humus à longue durée de vie).
Des études plus récentes axées sur les caractéristiques biologiques fondamentales des sols
confirment ces résultats et démontrent clairement le rôle de la lignine dans la formation de
l’humus : c’est la « nourriture de base » de toutes les chaînes trophiques qui conjuguent leurs
actions pour la formation d’agrégats composés des fractions humiques et fulviques.
Les matières végétales ligneuses se trouvent donc être des matériaux de choix pour l'entretien
de la vie du sol et de sa fertilité.
Bien que les fumiers de ferme soient de bons fertilisants, il n'apportent qu'une faible fraction
de lignine (paille) et les humus qu'ils génèrent sont beaucoup moins stables ; on les appelle
humus à courte durée de vie. L'apport de tels matériaux ne peut assurer la création massive
des humus à longue durée de vie, garants d'une stabilité à long terme.
1.4.

La forêt, une ressource en matériel végétal ligneux

L’arbre étant le végétal le plus productif en matières ligneuses, la forêt devient la ressource
idéale pour peu que le fait d’en prélever une partie régulièrement ne compromette pas sa
pérennité.

1

Le bilan est parfois nul et permet des rendements modestes mais durables (semble-t-il) sans aucune fertilisation
proprement dite. Le système est stable du fait de la restitution de matière organique par les plantes (déchets de
cultures, système racinaire), de leur capacité à puiser dans le fraction minérale du sol et à parfois pouvoir fixer
l'azote de l'air. Il existe également très souvent, sur ces systèmes stables, un apport de minéraux venant de
l'amont par érosion.
2
Les matières organiques animales (corps, déjections) ont toujours une origine végétale en début de chaîne
trophique.
Page 5 sur 19