Psychologie Clinique Mensonge Vérité .pdf


Nom original: Psychologie Clinique_Mensonge_Vérité.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / OpenOffice.org 3.2, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 18/10/2011 à 22:03, depuis l'adresse IP 92.156.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 3359 fois.
Taille du document: 66 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


TD, Groupe n°5

Jennifer Lopes

N° Étudiant: 0210021101157

N'y a t-il pas une forme de mensonge dans la vérité pure ?
Il n'y a pas plus complexe que la notion de mensonge et la notion de vérité. On a du mal à
les interpréter, à les comprendre. Parvient on réellement à voir si une personne est sincère et
nous dit la vérité ou si au contraire, elle ne l'est pas et nous ment ?
La plupart du temps, ce n'est pas le cas et si nous essayons de mettre en relation le
mensonge et le vérité, cela peut s'avérer encore plus compliqué.
Avant toute chose, que sont véritablement la vérité et le mensonge ?
La vérité est tout ce qui concerne le réel, la réalité, ce qui se rapporte à ce qui est vrai. Celle
ci est liée à un sentiment de sincérité, de franchise et d'honnête. Elle est le contraire du
mensonge, elle ne cherche pas à tromper, bien au contraire. Dans le concept même de vérité,
on décline deux sortes de vérités: La vérité Subjective et la Vérité Scientifique. La vérité
subjective est souvent liée à ce que nous en faisons, ce que nous en pensons ainsi on
retrouve souvent l'expression «Chacun a sa vérité » dans notre quotidien. La vérité se
réduirait alors à ce que l'individu pense, elle est propre au sujet. Elle n'est pas à proprement
parler, consciente, car elle se fonde uniquement sur des croyances que notre milieu, notre
environnement, ou encore notre entourage nous ont inculqué au cours de notre vie et
inconsciemment, on a tendance à penser que nous sommes les possesseurs d'une unique
vérité, on se ferme aux autres vérités possibles car on croit détenir la seule, l'unique. Mais
n'est ce pas une manière de croire que tout est relatif ? Dès lors qu'il existe une vérité
individuelle, on sait qu'il existe obligatoirement une vérité universelle et c'est alors qu'entre
en jeu la Vérité Scientifique. Cette vérité est basée sur la science bien évidemment, le savoir
et la connaissance. Elle est construite autour d'un raisonnement, de théories validées au
cours d'expériences et de diverses observations. Cette vérité est dite vraie lorsque nous ne
parvenons pas à prouver le contraire. Elle peut souvent être faite de perceptions. Ce n'est pas
une vérité absolue en soi car personne ne peut clamer haut et fort être le père d'une vérité
absolue mais la vérité scientifique est celle qui s'en rapproche le plus.
A l'opposée de la vérité on retrouve donc le mensonge. D'une certaine manière, il est
nécessaire de s'interroger sur le sens du mensonge car il faut connaître le mensonge pour
comprendre la vérité. Qu'est ce que le mensonge peut nous apprendre sur la vérité?
Qu'est ce qu'il nous dit et qu'est ce qu'il ne peut nous dire ?
Le mensonge peut être décrit comme étant une dissimulation ou une altération de la vérité.
Il trouve son origine dans la crainte, l'orgueil, la malice, la vérité et l'amour propre. D'une
manière générale, le mensonge s'oppose à la vérité. Il ne faut pas confondre le mensonge
avec la mythomanie. Car le mensonge, lui, ne dure jamais très longtemps dans le temps, il
est proportionné au but que l'on vise. On l'utilise pour se défendre, on peut le faire de
manière inconsciente en voulant se protéger, on peut mentir en cherchant à éviter de blesser
quelqu'un. On distingue ainsi plusieurs raisons qui sont la source du mensonge: un désir de
persuasion, de préservation, de valorisation ou encore pour de pas faire du mal à une

personne. A l'inverse, un mythomane prend plaisir à mentir, d'une certaine manière, il a
conscience qu'il ment mais d'un autre coté il ne sait pas vraiment qu'il le fait. Le terme de
Mythomanie a été inventé en 1905 par le psychologue et psychiatre, Ernest Dupré dans le
but de décrire un des faits de l'hystérie. On y retrouve une tendance plus ou moins
volontaire et consciente aux mensonges et à la création de récits imaginaires. C'est une sorte
de répression qui apporte un plaisir malsain au sujet. En effet, pour lui, mentir lui permet
d'exister. Une étude menée récemment a d'ailleurs démontrée qu'on mentait en moyenne
deux fois par jour ce qui montre que la pratique s'est imposé à nous, dans notre
environnement. Cela en devient même une habitude. D'une certaine manière, mentir rendrait
l'individu impuissant face à son environnement car il est dépendant au mensonge car celui ci
lui permet d'exister et de se rendre intéressant mais à force, il plonge dans l'imaginaire et se
retrouve dans une impasse composée d'éléments fictifs. Il devient distant..
Mais la pratique du mensonge est aujourd'hui si commune et rependu qu'elle en devient
normale. On ne parvient plus à déceler le vrai du faux. C'est ainsi qu'on peut se
demander si la Vérité et le Mensonge ne sont pas deux notions communes.
Lorsque nous parlons de Mensonge, il nous est à la fois difficile de ne pas parler de vérité et
inversement mais cela s'effectue uniquement de manière à contraster les deux notions en les
opposant. Seulement, malgré l'opposition qui règne entre elles, l'une ne va pas sans l'autre.
Enfant, on sent comme contraint de dire la vérité par crainte – punition – mais à mesure que
le temps passe, que l'enfant progresse dans son développement, il commence à découvrir de
nouvelles capacités tel que le langage ou l'imitation et il prend ainsi un plaisir à vouloir
mentir, à jouer la comédie. A l'âge adulte par contre, le mensonge dans le cas de la
mythomanie sert de masque, il permet au sujet de combler le manque d'intérêt et de
personnalité qu'il dégage pour enfin de valoriser aux yeux des autres, pour se sentir
important, se sentir existé, vivant. Mythomane ou pas, on a tous en nous un besoin – plus
important selon les personnes – de mentir. D'une certaine manière, nous sommes tous
condamner à mentir car la parole ne permet pas toujours de retranscrire ce que nous pensons
réellement car cette vérité est caché en nous. L'inverse est-il possible ? Peut on ressentir un
besoin de dire la vérité? Il n'est pas vraiment facile de dire la vérité dès qu'on ouvre la
bouche car il y a des vérités qu'on ne voudrait pas entendre, et trop de vérités pourraient
avoir des conséquences néfastes... Certaines vérités doivent demeurer secrètes pour le bien
de certaines personnes. Après libre à chaque individu de concevoir comme bon lui semble la
vérité.
Pour conclure, d'une certaine manière, la vérité est liée au mensonge tout en gardant
sa propre personnalité si l'on peut dire. Il n'y a pas de mensonge sans vérité.
Le sujet se ment à lui même en croyant à certaines vérités.
Le mensonge est ancrée dans la vérité et on en prend pas toujours conscience.
Un monde sans mensonge n'est pas possible mais un monde avec seulement des
vérités relèverait de l'utopie pure. Alors il est inutile de vouloir, de tenter à comprendre
ce qui sert de fond à ses deux notions car c'est une chose que le sujet doit entreprendre seul.

PSYCHOLOGIE CLINIQUE

Références Bibliographiques



Emile Jalley, Psychanalyse et psychologie (2008-2010), Interventions sur la crise :
Tome 2 : Psychanalyse et neuroscience, la vérité scientifique, la querelle de
l'évaluation en psychologie, L'Harmattan



Odile Dot, Du petit mensonge à la mythomanie (1986): Marabout service



Thierry Haustgen, L'évolution du concept de mythomanie dans l'histoire de la
psychiatrieAnnales Médico-psychologiques, revue psychiatrique, Volume 165, Issue
5, Pages 334-344T: Bourgeois



Ernest Dupré, Clinique des maladies mentales. Institut de médecine légale et de
psychiatrie. La Mythomanie, étude psychologique et médico-légale du mensonge et
de la fabulation morbides : (1905)


Psychologie Clinique_Mensonge_Vérité.pdf - page 1/3


Psychologie Clinique_Mensonge_Vérité.pdf - page 2/3


Psychologie Clinique_Mensonge_Vérité.pdf - page 3/3


Télécharger le fichier (PDF)


Psychologie Clinique_Mensonge_Vérité.pdf (PDF, 66 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


psychologie clinique mensonge verite 1
guide langage corporel
article a9
concepts philosophie
la ruche n 1 edition du 20 avril 2017
1 les collines cendrees lieu

Sur le même sujet..