P2 immuno ED2 2610 .pdf



Nom original: P2-immuno-ED2-2610.pdfAuteur: Thomas G

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / OpenOffice.org 3.3, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 31/10/2011 à 22:03, depuis l'adresse IP 87.88.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2106 fois.
Taille du document: 362 Ko (10 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


UE : Immunopathologie et Immunointervention – Séméiologie
Date : 26.10.2011
Promo : PCEM2

Plage horaire : 16h-18h
Enseignant : Pr. MOREAU

Ronéistes :
BEAUVAIS Séverine : severineb@ymail.com
DEJUAN Kévin : kvndjn@gmail.com

Enseignement dirigé n°2
I. Cytométrie en flux
II. QCM
Les QCM sont là pour illustrer ce qui nous sera demandé le jour de l'examen, et ce que l'on doit comprendre
de l'immunologie.
L'immuno, ça ne s'apprend pas par cœur, ça se comprend : alors pas besoin de «se mettre la rate au court-bouillon» !

www.cdbx.org/site/spip.php?page=roneop2

1/10

I – Cytométrie en flux
La cytométrie en flux est une technique très largement utilisée dans les laboratoires de biologie médicale,
pour essayer de décrire le système immunitaire par exemple. Le principe est de dénombrer et d'identifier
des cellules à partir d'un prélèvement, qui peut être le plus souvent du sang, du LCR, un morceau de rate
etc. Pour classifier les différentes cellules, on s'attache à certains critères : la taille cellulaire, le contenu
cellulaire (surface lisse, compliquée...) et d'autres critères grâce à l'utilisation d'anticorps monoclonaux (qui
ne reconnaissent qu'un seul épitope), dirigés contre les molécules de surface CD des lymphocytes. On
dénombre ainsi plus de 300 anticorps monoclonaux différents qui reconnaissent spécifiquement ces CD.
A ces anticorps sont liés de façon covalente à un fluorochrome pour repérer la fixation anticorps/CD. Ces
fluorochromes sont activés avec une longueur d'onde particulière et émettent une fluorescence : on peut
détecter avec l'appareillage actuel jusqu'à 5 fluorescences différentes, soit 5 molécules CD différentes. En
fonction de la fluorescence émise, on peut établir le phénotype de la cellule, c'est à dire ce qu'elle exprime
à sa surface. Sachant que le fluorochrome est activé par une lumière avec une longueur d'onde précise, on
peut positionner différents lasers à différentes longueurs d'onde pour activer différents fluorochromes et
ainsi multiplier les anticorps détectables.
Si on mélange des anticorps anti-CD4 associé à un fluorochrome (FITC = fluorescéine isothiocyanate, peu
importe) avec un contenu cellulaire, les anticorps se fixant sur le CD correspondant vont émettre une
lumière verte par le biais du fluorochrome : les cellules sont CD4+. Au contraire, les cellules n'exprimant pas
le CD4 ne sont pas marquées par cet anticorps, et sont donc CD4-.
A l'intérieur de la machine, les cellules
passent dans une « veine liquidienne »,
les unes à la suite des autres (sinon le
laser ne peut pas toutes les détecter), à la
sortie de laquelle elles sont frappées par
le laser afin de déterminer la fluorescence
grâce à un filtre, la taille et le contenu
cellulaire. Les cellules sont ainsi
identifiées une par une : pour chaque
cellule sont enregistrés 7 paramètres, et
1500 cellules sont identifiées toutes les
secondes. Au final, plus de 300 000
cellules seront passées par cette veine
liquidienne, et on pourra exprimer
chacune des fluorescences dans un
diagramme avec en abscisse l'intensité de
la fluorescence, ce qui est dur à analyser avec 5 fluorescences différentes. Pour cela, on associe d'une façon
générale deux paramètres, le plus souvent la taille et le contenu cellulaire : dans l'exemple, on arrive ainsi à
séparer 3 types de populations différents.
Grâce à cette technique, on peut virtuellement séparer des populations cellulaires, afin de pouvoir mieux
les analyser et de déterminer le nombre de populations homogènes.

www.cdbx.org/site/spip.php?page=roneop2

2/10

Les chiffres suivants sont à connaître : l'homme normal possède environ 2000 lymphocytes totaux (T, B,
NK) par µL de sang (ou par mm3) soit en unité internationale officielle 2 G/l. Parmi ces lymphocytes, on
distingue :
–les lymphocytes CD3- qui représentent 25% soit 0,5 G/l : ils correspondent aux lymphocytes B et NK.
Parmi ces cellules CD3-, on distingue des cellules CD4- CD8+ qui correspondent aux lymphocytes NK CD8+,
et des cellules CD4- CD8- qui correspondent à la fois à des lymphocytes B et NK CD8-. Si on emploie
uniquement des anticorps antiCD3, antiCD4 et antiCD8, on ne peut pas dissocier les Ly B des Ly NK : on
emploie donc d'autres anticorps monoclonaux spécifiques de molécules présentes uniquement sur un seul
type cellulaire (CD 19 et 20 pour les Ly B; CD16 et 56 pour les Ly NK; CD14 pour les monocytes).
–les lymphocytes CD3+ qui représentent 75% soit 1,5 G/l : ils correspondent aux lymphocytes T. Parmi ces
cellules CD3+, on distingue des cellules CD4+ CD8-, correspondant à des Ly T CD4+, représentant 1 G/l (50%
des Ly totaux), et des cellules CD4- CD8+ correspondant aux Ly T CD8+, représentant 0,5 G/l (25% des Ly
totaux). Il y a toujours chez un sujet normal un rapport de 2 CD4+ pour 1 CD8+. Il existe également des
cellules CD4+ CD8+ (Ly T DP) et CD4- CD8- (Ly T DN avec un TCR gamma-delta au lieu de l'habituel TCR
alpha-beta) mais elles sont très minoritaires, respectivement inférieures à 1 et 5% (donc pas très
importantes pour le cours).

On prend l'exemple de sang d'un adulte normal, auquel on ajoute des anticorps antiCD3, antiCD4, antiCD8
et antiCD45 et on étudie les différentes populations cellulaires.
Sur le graphe de gauche, on distingue trois populations différentes en fonction de la taille et du contenu
cellulaire : les polynucléaires neutrophiles (les plus volumineux, avec un contenu cellulaire dense), les
lymphocytes (les moins volumineux) et entre les deux, les monocytes.
Sur celui du milieu, qui représente les mêmes populations cellulaires, on a utilisé un anticorps antiCD45 : le
CD45 est présent sur les cellules fabriquées par la moelle osseuse, à des degrés divers : c'est un marqueur
panmyéloïde. Il nous permet dans ce cas de différencier la population de Ly en deux populations : une
première en bas à droite qui correspond aux vrais lymphocytes qui expriment le CD45 en grande quantité,
et une seconde en bas à gauche qui correspond aux hématies, l'exprimant beaucoup moins mais qui ont
une taille similaire aux Ly (hématies mal lysées au préalable).
La ligne qui entoure le nuage de Ly permet de définir la portion du plan dans laquelle se situent les Ly : on
peut l'ajuster, le but étant qu'elle soit suffisamment proche du nuage pour n'avoir que les Ly et éliminer les
monocytes. On détermine ainsi avec une grande certitude la population de Ly sans jamais l'avoir purifiée.
Dans la suite, on ne s'intéresse qu'aux lymphocytes.
On étudie la fluorescence de l'anticorps antiCD3 : il nous permet d'identifier les cellules CD3- (Ly B et NK) et
les CD3+ (Ly T) avec un pourcentage cohérent (25/75%).
www.cdbx.org/site/spip.php?page=roneop2

3/10

On utilise ensuite les antiCD4 et les antiCD8 pour déterminer le type de Ly T CD3+ (CD8+ à droite, CD4+ en
haut et les minoritaires CD4- CD8- dont on a parlé ultérieurement dans le coin gauche) et aussi pour
différencier les Ly B et NK CD3- (Ly NK CD8+ à droite).
La machine ne peut nous donner
ensuite que la proportion de tel type
de cellule, puis on calcule les valeurs
absolues pour avoir la numération
exacte. Il est important d'analyser
les deux valeurs (l'une des deux peut
sembler normale, alors que l'autre ne
l'est pas).
On passe ensuite au cas
du nourrisson normal.
On note que le
pourcentage de Ly parmi
les globules blancs est
inversé par rapport à
l'adulte : on parle
d'inversion de formule
leucocytaire chez le
nourrisson, qui est
physiologique. En effet, au lieu d'avoir 1/3 des GB de Ly, le nourrisson en possède 2/3. Dans ce cas là,
l'augmentation du pourcentage s'accompagne d'une augmentation de la numération des Ly (7000 au lieu
de 2000) : on en déduit alors que l'augmentation du pourcentage de Ly parmi les GB ne peut pas être
causée par la diminution du nombre de PNN (bien faire attention entre pourcentage et numération! On ne
peut pas parler de lymphocytose qu'en se basant sur le pourcentage
augmenté, il faut vérifier la numération).
On mélange les anticorps antiCD45 et antiCD3 avec des antiCD19 et
antiCD56, spécifiques respectivement pour les Ly B et Ly NK : on obtient ainsi
deux nuages, un premier CD56- CD19+ correspondant aux Ly B (à droite) et
un autre CD56+ CD19- correspondant aux Ly NK (en haut).

www.cdbx.org/site/spip.php?page=roneop2

4/10

Exemple 1 :
On étudie ici le cas d'un jeune de 18 ans, diagnostiqué
leucémique. On observe une augmentation de la
proportion de Ly parmi les GB (2/3 au lieu de 1/3) due à
une augmentation des Ly (et non pas à une diminution
des PNN). On parle ainsi de lymphocytose. De plus, on
observe que la proportion de cellules CD3- est diminuée,
sans que la numération ne soit elle même diminuée. Le
nombre de Ly B et NK est donc normal, malgré le
pourcentage soit effondré. Au contraire, on remarque
une expansion du compartiment T avec 7100 Ly T sur
7800 Ly totaux : on précise donc le genre de
lymphocytose comme étant une lymphocytose T. Enfin,
on constate une nette inversion du rapport CD4/CD8 : on
a environ 6 CD8 pour 1 CD4 (au lieu de 2CD4 pour 1CD8).
On pourrait conclure à une lymphopénie T CD4, mais leur
nombre est normal. C'est donc le nombre de Ly T CD8 qui
a augmenté : on parle alors de lymphocytose T CD8,
typique de l'expansion clonale des T CD8 à la suite d'une infection virale. Au final, ce pauvre garçon à qui on
avait diagnostiqué une leucémie n'avait qu'une simple mononucléose infectieuse !
Si on rajoute un anticorps se fixant sur les HLA-DR : on note que les cellules CD3+, donc les Ly T, n'expriment
pas de HLA-DR lorsqu'ils sont quiescents mais seulement lorsqu'ils sont activés.
Exemple 2 :

Chez cet individu, on
observe une
lymphocytose car il
présente presque 5000
Ly. On voit que cette
lymphocytose ne porte
que sur les cellules CD3représentant plus de
90% des Ly totaux, alors
qu'au contraire, on note
une lymphopénie T, à la
fois CD4 et CD8.

On refait une deuxième étude avec cette fois ci des anticorps
antiCD19 et antiCD56, spécifiques respectivement des Ly B et des
NK, pour savoir d'où provient la lymphocytose.
La grande majorité des Ly (88%) sont marqués par le CD19 : on
parle alors de leucémie lymphoïde chronique, se traduisant par
une prolifération des Ly B, fréquent chez les gens âgés. Elle
s'accompagne de troubles dans le compartiment T (329 au lieu de 1500) : cette diminution peut être due à
la leucémie ou au traitement (les traitements ont pour but d'éliminer les Ly B avariés, mais agissent
également sur les Ly normaux induisant ainsi des déficits immunitaires iatrogènes). Il faut savoir que si le
nombre de Ly T est inférieur à 200 CD4, l'individu devient immunosupprimé et peut mourir à la suite d'une
simple infection (cela nécessite une prophylaxie antibiotique, afin de prévenir l'apparition d'une maladie).
www.cdbx.org/site/spip.php?page=roneop2

5/10

Exemple 3 :

On observe un autre cas, avec
cette fois un taux augmenté de
cellules CD3+ en plus (1855 au
lieu de 1500) : le nombre de Ly T
CD4+ est normal, mais celui des
CD8+ est deux fois supérieure à
la normale. Il y a donc une
inversion du rapport CD4/CD8
(1CD4 pour 1CD8), synonyme
d'infection virale. Ce patient a
eu une infection virale en même
temps qu'une leucémie.

Exemple 4 :

On a ici le cas d'un jeune qui consulte pour des fatigues, des adénopathies etc. Après la réalisation du
phénotypage, on observe un nombre de Ly totaux normal, un nombre de Ly B CD3- normal, un nombre de
Ly T CD3+ normal. Cependant, on observe une inversion du rapport CD4/CD8 très nette : il y a non
seulement une augmentation des T CD8 mais également une diminution des T CD4. On parle alors de
lymphocytose T CD8 associée à une lymphopénie T CD4 (donnant à première vue un nombre normal de Ly
T : la NFS n'aurait pas pu détecter ce problème, car elle ne s'intéresse pas aux sous-classes de Ly T). Ce cas
est typique d'un sujet atteint du VIH.

II – QCM
QCM 1 : Un antigène
A. Est un superantigène s'il est capable de se lier à de nombreux anticorps.
B. Peut induire une réponse de type tolérogène.
C. Voit son immunogénicité modifiée en fonction de la dose injectée.
D. Voit son immunogénicité modifiée en fonction de la voie d'administration.
E. Est reconnu par le paratope d'un anticorps.
Réponses : BCDE
Un superantigène est un antigène capable d'activer plusieurs TCR différents, et de faire le pont entre le
CMH2 et le Vβ du TCR.
www.cdbx.org/site/spip.php?page=roneop2

6/10

Si on injecte beaucoup d'antigènes et qu'on sature le système immunitaire, l'antigène peut induire un
phénomène de tolérance par épuisement. Il peut également induire une tolérance selon la voie
d'administration : la voie intradermique est préférée pour les vaccins (beaucoup de cellules dendritiques
dans la peau), la voie orale est très tolérogène.
QCM 2 : Les cellules dendritiques
A. Sont des cellules de l'immunité innée.
B. Sont des cellules présentatrices d'antigène.
C. Expriment de manière constitutive les molécules CMH de classe I et II.
D. Sont impliquées dans les phénomènes de tolérance périphérique.
E. Sont impliquées dans les phénomènes de tolérance centrale.
Réponses : ABCDE
Les cellules présentatrices de l'antigène sont les cellules dendritiques, les macrophages/monocytes et les Ly
B. Les cellules dendritiques sont impliquées dans la tolérance centrale et périphérique car elles sont
mobiles et baladent ainsi l'antigène partout dans l'organisme. Le gène AID, exprimé par les cellules
épithéliales thymiques, permet de présenter les 30 000 gènes du génome aux Ly T.
QCM 3 : L'immunité innée
A. Est absente dans les premiers mois de la vie.
B. Peut être responsable d'une susceptibilité accrue aux infections lorsqu'elle est déficiente.
C. Fait intervenir les lymphocytes T et B.
D. Se caractérise par la reconnaissance de motifs partagés par des familles d'agents pathogènes.
E. Est caractérisée par un phénomène de mémoire.
Réponses : BD
Les motifs partagés par les familles d'agents pathogènes sont les PAMP.
QCM 4 : Les lymphocytes T régulateurs
A. Expriment le CD3 et ont un TCR.
B. Sont des lymphocytes T activés, sécrétant préférentiellement de l'interféron-gamma.
C. Diminués ou absents, ils peuvent favoriser la survenue de maladies autoimmunes.
D. Augmentés, ils peuvent favoriser la survenue de maladies autoimmunes.
E. Ne sont pas présents dans la petite enfance.
Réponses : AC (déficit congénital APECED).
QCM 5 : La tolérance centrale
A. Est indispensable pour prévenir l'apparition de maladies autoimmunes.
B. Se passe dans les organes lymphoïdes secondaires.
C. Permet la génération de lymphocytes Th3.
D. Se fait via la présentation d'autoantigènes.
E. Se fait via la présentation d'alloantigènes.
Réponses : AD
La tolérance centrale se passe dans les organes lymphoïdes primaires (moelle osseuse et thymus). C'est la
tolérance périphérique qui est associée aux Ly Th3. Un alloantigène est un antigène provenant d'un individu
différent (de la même espèce).

www.cdbx.org/site/spip.php?page=roneop2

7/10

QCM 6 : L'activation du lymphocyte T
A. Est indépendante de l'interaction CD28/CD80.
B. Ne peut se produire que si les molécules de costimulation sont engagées dans une liaison de type
ligand/récepteur entre ce lymphocyte et la cellule présentatrice.
C. Conduit à l'expression membranaire par cette cellule de molécules HLA-DR.
D. Est indirectement régulée par les signaux de danger « analysés » par les cellules présentatrices.
E. Peut être bloquée par une chimère protéique CD152/IgG.
Réponses : BCDE
Elle est dépendante de l'interaction CD28/CD80.
QCM 7 : Les molécules de HLA de classe I
A. Sont exprimées par toutes les cellules de l'organisme, y compris les globules rouges.
B. Dépendent pour leur compression à la membrane des cellules, de la présence dans le réticulum
endoplasmique de peptides susceptibles de s'y associer.
C. Sont absentes de la surface cellulaire si les protéines TAP sont absentes ou inactives.
D. Ont une expression membranaire augmentée par l'interféron gamma.
E. Comprennent le produit des gènes HLA-A, B, C et G.
Réponses : BCDE
Les HLA de classe I ne sont pas exprimées par les GR. Les TAP chargent le réticulum endoplasmique en
peptides. L'interféron gamma transforme le protéasome en immuno-protéasome.
QCM 8 : Les résultats de l'immunophénotypage des lymphocytes du sang périphérique d'un patient atteint
d'une infection virale en cours sont les suivants :
Numération des Ly totaux : 4 G/l.
Cellules CD3+ : 76%.
Cellules CD3- CD8+ : 6%.
Cellules CD3+ CD4+ : 25%.
A. Les cellules CD3+ représentent les lymphocytes T.
B. Il existe obligatoirement dans ce cas une inversion du rapport CD4/CD8.
C. Parmi les cellules CD3-, on trouve des lymphocytes NK.
D. Il existe une lymphopénie T CD4 importante.
E. Il existe une lymphocytose globale.
Réponses : ABCE
Il y a 75% de Ly totaux et 25% de Ly T CD4 : on en déduit donc qu'il y a 50% de Ly T CD8, il y a bien une
inversion du rapport CD4/CD8. Or il y a 25% de 4 G/l de ly T CD4, ce qui donne 1 G/l de T CD4 (chiffre
normal). Il existe une lymphocytose globale car 4 G/l au lieu de 2.
QCM 9 : Un nouveau-né présente un taux d'IgG de 7g/l, d'IgA de 0,2g/l et d'IgM de 0,1g/l
A. Il présente un déficit en IgA.
B. Les IgM sont d'origine maternelle et de demi-vie courte.
C. Il s'est probablement infecté par un virus lors de l'accouchement.
D. Doit faire l'objet d'une enquête très approfondie, biologique et clinique, à la recherche d'une
agammaglobulinémie de Bruton.
E. Est parfaitement normal.
Réponses : E
Ce sont les IgG qui sont d'origine maternelle et elles seules qui passent à travers le placenta. Il ne peut pas
avoir été infecté car le taux d'IgM est faible (réponse primaire).
www.cdbx.org/site/spip.php?page=roneop2

8/10

QCM 10 : La réponse lymphocytaire B dite « thymo-dépendante »
A. Repose sur la costimulation des lymphocytes B par les lymphocytes T activés par leur TCR.
B. Fait intervenir des lymphocytes B particuliers capables de ne reconnaître que les polysaccharides.
C. Permet la génération de lymphocytes B mémoires.
D. Est indépendante du signal BCR.
E. Est absente chez les patients atteints du syndrome d'hypergammaglobulinémie liée au chromosome X
dans lequel une mutation du gène codant pour le CD40 ligand rend la molécule non exprimée ou non
fonctionnelle.
Réponses : ACE (B = réponse thymo-indépendante).
QCM 11 : La voie alterne du complément
A. Est mise en jeu tardivement lors de la réponse anti-infectieuse.
B. Doit être finement régulée par l'intermédiaire de facteurs membranaires ou solubles.
C. N'est pas fonctionnelle en cas de déficit en properdine.
D. S'active au contact de surfaces riches en acides sialiques notamment.
E. Doit être explorée devant toute infection sévère à méningocoque.
Réponses : BCE
La voie alterne du complément est mise en jeu précocement. Elle s'active au contact de surfaces pauvres
en acides sialiques. Les déficits en complément rendent très susceptible au méningocoque.
QCM 12 : L'immuno-sénescence ou vieillissement du système immunitaire
A. Conduit à une diminution des capacités du système immunitaire des personnes âgées à répondre lors de
stimulations infectieuses ou vaccinales par exemple.
B. Repose, en partie sur une diminution de la production des lymphocytes naïfs au profit d'une expansion
du pool des lymphocytes mémoires conduisant à une restriction progressive du répertoire antigénique
lymphocytaire.
C. Pourrait, d'un point de vue théorique, être améliorée en augmentant la production de lymphocytes B par
le thymus.
D. Est associée à des anomalies acquises de coopération entre les lymphocytes T et des lymphocytes B.
E. Protège de la survenue de cancer.
Réponses : ABD
Elle pourrait être améliorée en augmentant la production de lymphocytes T par le thymus. Au contraire,
elle favorise la survenue de cancer (immuno-sénescence : c'est le thymus qui ne fonctionne plus).
QCM 13 : L'interféron gamma
A. A un rôle fondamental dans l'immunité de type Th1.
B. A un rôle fondamental dans les réactions d'hypersensibilité retardée.
C. Est en partie redondant avec les interférons alpha et beta.
D. Induit la production d'interleukine 4 pour inhiber la réponse Th2.
E. Est anti-inflammatoire.
Réponses : ABC
QCM 14 : L'hypersensibilité immédiate
A. Est un mécanisme physiopathologique associé à de nombreux symptômes comme l'asthme allergique, la
rhinite saisonnière ou le choc anaphylactique.
B. Nécessite une phase de sensibilisation asymptomatique avant de s'exprimer cliniquement.
C. Est associée à la libération d'histamine, de tryptase, de médiateurs lipidiques et de cytokines prowww.cdbx.org/site/spip.php?page=roneop2

9/10

inflammatoires par les neutrophiles.
D. S'explore notamment par des tests cutanées et/ou le dosage d'IgE spécifiques.
E. Est classiquement impliquée dans l'allergie au nickel.
Réponses : ABD
L'hypersensibilité immédiate est associée à la libération d'histamine, de tryptase et de cytokines proinflammatoires par les mastocytes. L'allergie au nickel implique l'hypersensibilité retardée.
QCM 15 : Le récepteur de haute affinité à l'interleukine 2
A. Induit la prolifération du lymphocyte T quand il est activé par l'interleukine 2 en quantité suffisante.
B. Est fortement exprimé à la surface du lymphocyte T CD4+ naïf.
C. Est la cible d'anticorps monoclonaux utilisés en thérapeutique pour induire une immunosuppression.
D. Transduit un signal qui est bloqué par les anticalcineurines.
E. Est composé de plusieurs chaînes dont l'expression est régulée différemment.
Réponses : ACE
Le récepteur de haute affinité à l'interleukine 2 est fortement exprimé à la surface du Ly T activé.
QCM 16 : Les lymphocytes T et les lymphocytes B ont comme points communs
A. L'expression d'un seul type de récepteur à l'antigène par cellule.
B. Une sélection dans les organes lymphoïdes primaires.
C. Une amplification par l'antigène dans les organes lymphoïdes secondaires.
D. Une amélioration de l'affinité du récepteur à l'antigène au contact de celui-ci.
E. La reconnaissance d'un seul épitope antigénique tout au long de la vie de la cellule.
Réponses : ABCE
A la surface d'un même lymphocyte B ou T, il y a 250 000 BCR/TCR de même type. L'amélioration de
l'affinité du récepteur à l'antigène au contact de celui-ci n'est vrai que pour le Ly B (on parle
d'hypermutation somatique avec augmentation de l'affinité du BCR). C'est pour ça qu'on vaccine plusieurs
fois pour augmenter leur affinité. L'affinité du TCR est fixée.

www.cdbx.org/site/spip.php?page=roneop2

10/10


Aperçu du document P2-immuno-ED2-2610.pdf - page 1/10
 
P2-immuno-ED2-2610.pdf - page 3/10
P2-immuno-ED2-2610.pdf - page 4/10
P2-immuno-ED2-2610.pdf - page 5/10
P2-immuno-ED2-2610.pdf - page 6/10
 




Télécharger le fichier (PDF)


P2-immuno-ED2-2610.pdf (PDF, 362 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte




Documents similaires


p2 immuno ed2 2610
p2 immuno reconnaissanceantigene 2109
p2 immuno ed1 2410
pdf immuno 2010
ueiib therapeutique immunologique carnoy 07 11 16
exercices le deroulement de la reponse immunitaire

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.011s