Chap3 .pdf


À propos / Télécharger Aperçu
Nom original: Chap3.pdf
Titre: Chap3

Ce document au format PDF 1.2 a été généré par Chap3 - Microsoft Word / Acrobat PDFWriter 4.0 for Windows, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/11/2011 à 12:34, depuis l'adresse IP 41.102.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 20305 fois.
Taille du document: 70 Ko (11 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Chapitre n 3: Les escaliers

I. généralités :
Mur d'échiffre

Collet

Ligne de foulée à Emmarchement
0.5 m du collet

Palier intermédiaire

Marche

Contre-marche

p
g
h

Contre
Marche

palier

paillass
e
Mur d'échiffre

Palier
n.March

Palier
L
Cage d’escaliers

Palier
L

Une Volée

v Emmarchement : la longueur de marches ;
v g :giron (largeur d’une marche) ;
v h : hauteur d’une marche ;
v Mur d’échiffre : le mur qui limite l’escalier ;
v Paillasse : le plafond qui monte sous les marches ;
v Contre marche : la partie verticale d’une marche ;
v Jour : l’espace entre deux volées en projection horizontale ;
v Le collet : le bord qui limite l’escalier du côté du jour ;
v Linge de foulée : la courbe décrite par une personne prennant
l’escalier,(tracé à 0.5 m du collet) ;

v Echappée : la hauteur libre verticale au dessus de l’arête ou nez d’une
marche,(valeur minimale = 1.90 m) ;
v Volée : c’est une suit de marche ; elle peut être droite ou courbe avec
20 marches au maximum ;
v Palier de repos : la partie horizontale d’un escalier, entre deux votées ;
v Palier d’arrivée : C’est le palier d’étage. La longueur d’un palier doit être
supérieure à (3 g).

II. dimensions des escaliers :
D’après la formule de BLONDEL, on a : 0.59 ≤ g + 2h ≤ 0.66
g + 2h = 0.59 :corresponds à des escaliers courants
d’appartement
g + 2h = 0.66 :corresponds à des locaux publics.
Généralement ; on utilise : g + 2h = 0.64m = 64cm
avec : g=30cm ; h=17cm .
L’emmarchement des escaliers est :
v Pour les escaliers courants :1m.
v Les grands escaliers : 1.50 à 2.00 m.
v Les escaliers de service : de 0.70 à 0.90 m et
v Les descentes de caves: 1m.
Un collet normal a 10cm d’épaisseur et 6 cm au minimum.

H

g
h

L

H :hauteur libre sons plafond + épaisseur du plancher fini (hauteur
d’étage)

H
[on prendra le nombre entier n '
h
H
immédiatement supérieur ou inférieur]. h =
n′
N :le nombre de marches : n =

III. les différents systèmes d’escaliers :
1. Les paliers et la paillasse s’appuient sur les éléments de
résistance.


Cette escalier est une escalier à paillasse à double palier.



La paillasse fonctionne comme une poutre et les marches ne participent
pas à la résistance sont considérés comme un poids mort.



Il n’y a que la paillasse qui aura ferraillé et on a : e paillasse=15



÷ 20 cm

Système statique



Elément de
résistance




Ar

Ap

2. Les paliers s’appuient dans le sens transversal ;
v Les paillasses s’appuient sur les poutres noyé es qui à leur tour s’appuie
sur les éléments de résistance.

Ap



Elément de résistance
Poutre noyée



Ar





Ap

Ar

Remarque :
v L’épaisseur de la paillasse : e=15 ÷ 20 cm
v Les marches sont considérées comme un poids mort sur la paillasse.
3. Escalier à paillasse à un seul pali er :
Exemple :
Au niveau d’une entrée.



e p =15 ÷ 20cm .




Ar
Limon (b)









(a)

Ap

4. Pour cette cage d’escalier on a plusieurs solutions (systèmes
statiques).
a)

Escaliers à paillasse à double paliers.

b)

Escaliers à limon : si par exemple l’épaisseur de la paillasse ne
doit pas dépasser 6cm ⇒ les marches seront considérées comme
des éléments de résistance ⇒ on considéré que les marches sont
semi -encastrée sur le limon et encastrée sur le mûr d’échiffre.

• L’épaisseur de la paillasse et e

p

≤ 6cm et est armé par un treillis
Ap

sondés.

TS Φ 6 ( 200 × 200)
e p ≤ 6cm
5. Pour la cage d’escalier ci-dessous ; on peut utiliser deux systèmes
statiques.
Escalier à paillasse :
e p = 15 ÷ 20cm

poteau
limon
Poutre
patiére

AP



AP
AP



Armatures principales
dans la partie supérieur
car M<0

a) Escalier à limon :
Si l’épaisseur de la dalle est imposée( ≤ 6cm ) [ e p ≠ 15 ÷ 20 cm ]; les
marches sont considérées comme des consoles.

Remarque :
v Lors qu’on à un limon et une paillasse ⇒ le limon travail qu’à son poids
propre.
v Au niveau des escaliers tournant en hélice ;les marches sont
considérées comme encastrées sur le noyau central.
v Si le limon est au milieu des marches ⇒ les marches sont encastrées
des deux côtes.

VI. le mode de calcul :
1. escaliers à paillasse :
a) Escalier à paillasse :

g
h
Z

e

α




α

q

v

Descente de charge:

-

Poids propre de la paillasse;

-

Poids propre des marches;

-

Sur charge;
q = poids Propre de la paillasse + poids propre des marches +

surcharges.
P p : Paillasse

=

2500*Z=2500*

e
[kg/m²] pour une bande de 1m de
cos α

largeur.
α : l’indinaision de la paillasse.
h

h
P. des marches=2200* [kg/m²] .
2

2

γ b = 2200 kg/m 3 : pour un béton non armé.
Remarque :
En charge marche, on a un poids propre ⇒ peut être considéré
comme une charge uniformément repartie.
q = 2500 ⋅

e
h
+ 2200 ⋅ + S [kg/m²]
cos α
2

Pour une bande de 1 mètre de largeur ⇒ q sera en [kg/m]
S : surcharge majorée.
F 1 :effort normal;
F 2 :effort de flexion.
Remarque :



F1

2

F1
F2
F2

1



α

F

Traction

Compression

F1 = F ⋅ sin α
F2 = F ⋅ cos α

v L’effort normal engendré dans la section est très faible ⇒ on ne
considère que la flexion simple (pas de flexion composée).
v La composante horizontale est considérée comme un effort normal qui a
tendance à faire tendre la partie supérieure et comprimer la partie
inférieure.

b) Escalier à paillasse et à paliers :
e P = e2
e P = e1


q2

e P = e2
α

q1
e
h
q1 = 2500 ⋅ 1 + 2200 ⋅ + S
cos α
2
q 2 = 2500 ⋅ e 2 + p. p revêtement + S


q2

Remarque :
Le calcul se fait à la flexion simple.
Ferraillage :
a)

Paillasse simple:

Ar
AP
Socle
b)

Escalier à paillasse à doubles paliers :

B

A

Ar
Ap /m

Détail A :
v On a prolongé les A P au niveau
du palier car on n’a pas de
risque de poussée au vide.

Détail B :
♦ On

ne

peut

prolongement
palier

car

pas
des

il

y

faire

le

A P sur

le

a

risque

d’éclatement du béton à cause
de la poussée au vide.
Limon
2 escalier à limon :
v L’épaisseur de la paillasse ≤ 6cm.
v Les marches sont semi -encastrées sur
le limon et le mur d’échiffre.

-

Charges sur les marches

v Poids propre du revêtement ;
x2

v Poids propre des marches ;

x1

v Enduit en mortier de ciment ;
v Sur charge d’exploitation ;
Remarque :
La marche sera calculée comme une poutre de longueur =
l’emmarchement

et

de

section

transversale

dimensions sont : la hauteur moyenne =

rectangulaire

dont

x1 + x2
et la largeur = giron(g).
2

les

La marche sera sollicitée à la flexion simple.
q

1

1-1

h moy

1
L

g

q = p . p des marches + p . p du revêtement + S

v Le limon sera calculée comme une poutre indinée (à la flexion simple) et
reprenante les réaction de toutes les marches et son poids propre.
Ferraillage :
AP
At
TS Φ6( 200 × 200)

A P : Armatures principales.
A t :Armatures
transversales.

ou

1. Escalier en console :
March
Noyau centrale
au mur d'échiffre

Gaspill
v La section de la marche diminue en allant vers l’extrémité car le moment
diminue dans le sens.
v Les marches sont encastrées sur le noyau central ou sur le mur
d’échiffre.
v Les marches sont toujours calculées comme une console de longueur =
l’emmarchement et de section transversale rectangulaire de largeur(g)

et de hauteur égale à la hauteur au niveau de l’encastrement ; car c’est
la section la plus sollicitée.
v La charge q = poids propre des marches + poids propre du revêtement +
surcharge.
Ferraillage :
AP

At
Am

March


Aperçu du document Chap3.pdf - page 1/11

 
Chap3.pdf - page 2/11
Chap3.pdf - page 3/11
Chap3.pdf - page 4/11
Chap3.pdf - page 5/11
Chap3.pdf - page 6/11
 




Télécharger le fichier (PDF)


Chap3.pdf (PDF, 70 Ko)



Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00076535.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.