Concept .pdf


Nom original: Concept.pdfTitre: Microsoft Word - Concept.docxAuteur: Mélodie REYNAUD

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.2 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/12/2011 à 12:46, depuis l'adresse IP 193.48.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 916 fois.
Taille du document: 553 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


                                                       

 

Un espace utopique

Un contenu
 

                                                                                                                                         Mais pourquoi ?
 
«  On   a   tout   pour   être   heureux  ».   Et   pourtant,   on   ne   l’est   pas.   A   la  
 
recherche   permanente   du   divertissement,   et   nous   ne   pensons   pas  
 
notre   ordinaire.   Pourquoi  ?   Est-­‐ce   que   cela   nous   fait   PEUR  ?   Moi,  
 
oui.  Dans  La  nausée,  Sartre  dit  que  l’on  ne  réfléchit  jamais  assez  à  
 
l’ordinaire   par   notre   difficulté   d’être   au   monde,   tellement   nous  
sommes  dans  le   DESIR.  La  société   MEDIATIQUE  y  est  pour  
 
beaucoup.   Elle   a   fait   naître   en   nous   l’exigence   de   la   rapidité   des  
 
informations,   le   dépassement   des   frontières   physiques,   techniques,  
 
relationnelles.   Tandis   que   le   caractère   répétitif   du   quotidien   nous  
 
donne   l’envie   de   le   fuir.   Tout   est   question   de   point   de   vue,  
l’EXTRA   ordinaire   ne   se   trouve   t’il   pas   au   sein   même   de  
 
l’ordinaire  ?   C’est   cette   idée   que   j’interroge   dans   mon   espace  
 
utopique  par  l’utilisation  particulière  du  TEMPS.  
 
 

Représenter   le   quotidien   pour   prendre   conscience   de   sa   richesse.  
Mais   comment  ?   C’est   en   filmant   quatre   personnes   dans   leur  
ordinaire   le   plus   brut   possible   que   j’ai   commencé   cette  
représentation.   Le   degré   d’intimité   que   j’ai   avec   ces   personnes   leur  
ont  permis   de   ne   pas   jouer   un   rôle,   ou   peut-­‐être   leur   propre   rôle.   A  
la   fin,   les   personnes   avaient   même   oublié   la   présence   de   la   caméra,  
ou   du   moins,   elle   ne   les   gênait   plus.   Je   suis   allée   jusqu’à   la   cacher  
parfois,  comme   Joël   Bartolomeo   a  pu  le  faire  quelques  fois  
en  filmant  sa  famille.  Il  souhaitait  saisir  l’instant  vrai,  sans  parasite.  
Lui   aussi   s’est   intéressé   au   quotidien.   Une   minute   de   vidéo   pour  
une  journée  de  douze  heures,  à  l’image  de  notre  société  qui  tend  à  
aller   toujours   plus   vite,   dans   tout.   Une   rapidité   quasi   désagréable   à  
regarder   dans   ces   quatre   vidéos.   On   retient   son   souffle,   comme  
dans  la  vie.  Profite-­‐t’on  ?  Non.  C’est  l’un  des  messages  que  je  veux  
faire  passer.  
 
 

Un menu « moléculaire »  

Une vidéo introductive

 
Les  images  de  pieds  qui  courent  et  reviennent  sur  
leur  pas  sans  cesse  sont  le  reflet  notre  vie.  La  voix  
qui   s’exprime,   en   accéléré   (toujours   dans   la  
symbolique)  expose  la  problématique  de  l’espace  
utopique  :   la   confrontation   du   quotidien   avec  
l’extraordinaire.    
Deux   clones   s’observent  :   le   moi     qui   accepte   le  
quotidien,  et  le  moi  qui  vit  dans  l’extra  ordinaire  
du   divertissement.   C’est   un   duel   implicite   que  
mon   œil   (en   arrière   plan   observe).   Le   moi   du  
quotidien  fini  par  VOMIR  le  désir  imposé  par  la  
société   du   divertissement.   Purgé,   il   peut   enfin,  
accepter  de  vivre  sans  le  sentiment  du  besoin.  
 

 

 
Pourquoi  
une  
forme  
de  
molécule  ?   C’est   un   ensemble  
d'atomes   unis   les   uns   aux   autres  
par   des   liaisons   chimiques.  
Chaque   bouton   amène   à   voir   le  
quotidien   d’une   personne.   Or,  
chacune   de   ces   personnes   sont  
liées   par   la   répétitivité   de   leur  
quotidien,  ce  sont  des  atomes  liés  
les   uns   aux   autres.   Tout   comme  
ils   sont   liés   à   moi   car   dans   mon  
portrait  vidéo,  on  est  amené  à  les  
croiser,   comme   eux   sont   amenés  
à  me  croiser  dans  leur  vidéo,  dans  
leur  quotidien  donc.  
 

 

Où est l’interactivité ?
-­‐
-­‐

 
Dans  le  parcours  initiatique  imposé  dans  cet  espace  :  
Comme   vous   pouvez   le   voir,   on   ne   peut   pas   cliquer  
sur   n’importe   quel   bouton.   C’est   ici   que   se   trouve  
l’interactivité   avec   l’internaute.   C’est   ma   manière   de  
communiquer   avec   lui,   de   lui   faire   prendre  
conscience   qu’il   doit   passer   par   certaines   étapes   de  
réflexion   avant   d’atteindre   la   plénitude   (ici,   les  
étapes   correspondent   aux   différentes   vidéo   du  
quotidien).  Cette  idée  m’a  été  inspirée  du  concept  de  
l’artiste   appelé   «  INVADER  »   qui   interroge   le  

PARCOURS.  
 

Le sens du graphisme

 
Des  dessins  faits  main  ?  Quel  rapport  avec  le  sujet  ?  
 
Lorsqu’on  arrive  sur  le  menu  moléculaire,  on  remarque  des  formes  greffées  à  chaque  
branche.  Ce  sont  des  formes  que  j’ai  dessiné  à  la  main,  vectorisées  et  colorisées.  Elles  
prennent   tout   leur   sens   lorsqu’on   entre   dans   l’univers   des   personnes   filmées,   car   elles  
ont  les  couleurs  associées  à  leur  univers.  
 
Le  fond  de  chaque  vidéo  est  le  même  (hormis  les  couleurs).  Lorsqu’on  le  regarde  à  
première  vue,  il  n’inspire  rien  que  des  formes  sans  signification,  mais  à  s’y  pencher  de  
plus  prêt  :  on  y  découvre  des  éléments  du  quotidien  (une  télé,  une  clé  usb,  une  prise  :  
des  éléments  en  rapport  avec  la  société  médiatico-­‐technologique).  Ici,  je  symbolise  la  
pensée  de  l’humain  qui  regarde  la  globalité  sans  se  pencher  sur  le  détail.  Il  regarde  la  
globalité  répétitive  du  quotidien,  sans  se  pencher  sur  chacun  de  ses  détails  merveilleux  
qui  font  que  l’on  vit,  tout  simplement  (se  doucher  chaque  matin,  avec  de  l’eau  chaude,  
n’est-­‐il  pas  un  privilège  dont  nous  devons  nous  réjouir  ?).  C’est  pourquoi  les  fonds  
cachent  les  vidéos  :  le  divertissement  cache  le  quotidien.  
 
Si  le  fond  est  identique  pour  toutes  mes  vidéos,  les  couleurs  changent,  certains  détails  
disparaissent,   alors   que   d’autres   apparaissent  :   Comme   Jochen   GERZ   avec   son  
horloge  du  «  KO  OU  OK  »  au  MAMCO,  j’interroge  l’idée  du  temps  relatif  à  une  donnée  
identique  pour  tous  (celle  de  la  société  :  OK),  ou  interne  (notre  rapport  au  temps  :  KO).  
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Un portrait vidéo

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 

 
 
 
 

A   la   fin   du   parcours   initiatique   des   4   courtes   vidéos,   on   tombe   sur   mon   portrait  
d’environ  une  heure.  Un  effet  étonnant  et  contrastant  avec  ma  manière  de  procéder  
dans   cet   espace   utopique   jusqu’à   présent.   Ce   contraste   est   voulu.   C’est  
l’aboutissement  du  parcours  initiatique  :  on  pose  un  nouveau  regard,  on  réfléchit  sur  
le   quotidien,   dans   une   unité   de   temps   qui   est   réel.   HEIDEGGER   parle   d’une  
attention  portée  à  l’ordinaire  qui  passe  par  un  changement  de  regard  mais  qui  n’est  
pas   dans   l’intention   de   le   transformer   ou   de   le   sublimer   comme   peut   le   faire   l’œuvre  
d’art   pour   mieux   lui   échapper.   Stanley   CAVELL   parle   d’une   éducation   par  
l’expérience,   d’une   prise   de   conscience   de   ce   que   l’on   va   toujours   retrouver   dans  
notre  propre  histoire  alors  qu’on  essaie  ordinairement  de  créer  de  l’extraordinaire.  
C’est  l’aboutissement  de  mon  espace  utopique  :  que  l’exubérance  du  divertissement  
devienne  superflue  pour  éviter  de  souffrir  d’un  manque  que  notre  société  a  crée.  
 

 

Pourquoi ce point de vue ?
 J’ai  réalisé  ce  film  en  fixant  une  caméra  go  pro  
sur   ma   poitrine   pendant   l’équivalent   de   deux  
semaines   (afin   de   m’y   habituer).   L’idée,   c’est  
que  je  puisse  prendre  du  recul  sur  ma  vie  telle  
que   je   la   vois   tous   les   jours.   Grâce   à   ce  
troisième   œil,   j’observe   d’un   nouveau   regard  
mon   quotidien   et   j’interroge   le  TEMPS   DE  

LA   PRISE   DE   CONSCIENCE.  Dans  la  

même   idée   que   Françoise   Parfait,   la  
caméra   me   sert   d’outil   conceptuel,   de  
réflexion   (plus   qu’un   but   esthétique),   de  
représentation   du   temps.   J’adopte   une  
«  posture  vidéographique  ».  
Dans   un   second   temps,   je   souhaitais  
enregistrer   tout   en   vivant   en   même   temps  
grâce   à   cette   caméra   permanente,   comme   si  
j’effectuais   une   performance   (dans   le   sens   de  
Vito   ACCONCI,   qui   dans   ses  
«  performances  »   explore   l’espace   réel,  
temporel).  
 


Aperçu du document Concept.pdf - page 1/2

Aperçu du document Concept.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)


Concept.pdf (PDF, 553 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP




Documents similaires


concept
demarche espace utopique michelon fanny l3 cc2
0mhf5ai
lycee saint cyril de dartigolle 100
pn psychologie philosophie histoire religion bibliographie 1
age et gout des bonheurs ordinaires

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.365s