IRON MAN, Le Triathlon de l'Honneur .pdf



Nom original: IRON MAN, Le Triathlon de l'Honneur.pdfTitre: Microsoft Word - IRON MAN, Le Triathlon de l'Honneur.docAuteur: mathieu

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PScript5.dll Version 5.2.2 / GPL Ghostscript 8.15, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 28/12/2011 à 12:49, depuis l'adresse IP 88.161.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1500 fois.
Taille du document: 1.2 Mo (10 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Le Triathlon de l’Honneur

AUGEREAU Mathieu
2TS CPI
Lycée des Eucalyptus – NICE
Janvier 2012

1

SOMMAIRE
1°) Les origines de l’IRONMAN

1

1.1°) Le Triathlon, une épreuve hors du commun
1.2°) Historique de l’IRONMAN et ses dérivés

2°) Les épreuves et les sportifs qui font la légende

4

2.1°) Les épreuves importantes
2.2°) Les sportifs et leurs records

3°) L’IRONMAN et son influence
3.1°) L’IRONMAN : sportifs d’élite, solidarité d’exception
3.2°) Une préparation physique et mentale

7

1°) Les origines de l’IRONMAN
1.1°) Le Triathlon, une épreuve hors du commun
Le triathlon est une discipline sportive consistant en l'enchaînement de trois épreuves :
natation, cyclisme et course à pied. Les distances varient selon les compétitions.
Il a débuté en France vers 1920 sur les bords de la Marne, qu’on appelait « Les Trois sports ».
Malgré la bonne humeur qui se dégageait lors des épreuves, le manque d’ambition entraîna sa
disparition. Il faudra attendre mai 1975 pour le voir réapparaitre aux Etats-Unis en Californie.
Associant trois sports d'endurance, le triathlon associe également trois milieux de pratique :
- natation (eau) : généralement en eau libre, mer, en lac ou étang, voire en rivière (dans le sens
du courant).
- cyclisme (air) : le plus souvent sous forme de contre la montre individuel.
- course à pied (terre) : il s'agit d'une course de fond sur route ou sur chemin.
L'enchaînement des 3 épreuves sans pause de la part des concurrents leur impose, en plus
d'être performants dans chacune des disciplines, d'effectuer des transitions rapides entre deux
épreuves. Les compétiteurs doivent ainsi enlever le plus rapidement possible leur
combinaison de natation à la sortie de l'eau et enfiler leur casque (obligatoire) avant de
prendre leur vélo. Ils doivent de même descendre de manière efficace de celui-ci une fois la
partie cycliste achevée et enfiler le plus rapidement possible leurs chaussures de course à pied.
La rapidité à effectuer les deux transitions (noté souvent T1 et T2) peut s'avérer déterminante
sur des triathlons et une mauvaise transition peut coûter de précieux efforts pour revenir dans
le peloton.

Pictogramme du triathlon

AUGEREAU Mathieu
2TS CPI
Lycée des Eucalyptus – NICE
Janvier 2012

1

Le matériel d’un triathlète :
Natation : maillot de bain, combinaison néoprène, combinaison trifonction
Combinaison néoprène :
- Epaisseur maximale de 5mm
- Obligatoire lorsque l’eau est inférieure à 16°C
- Interdite lorsque l’eau est supérieure à 24°C
- Améliore la flottabilité du sportif

Combinaison trifonction :
- Epaisseur fine
- Sèche rapidement
- Protection pour la partie cycliste
- Ne gêne pas le coureur

Cyclisme : vélo à géométrie spécifique, prolongateur
Prolongateurs :
Permet au triathlète
d'adopter une
position
aérodynamique très
avancée sur son
vélo, coudes
resserrés.

Vélo de triathlon : modèle LOOK 596 TRI RED
Course à pied : chaussures de course adaptées

AUGEREAU Mathieu
2TS CPI
Lycée des Eucalyptus – NICE
Janvier 2012

2

1.2°) Historique de l’IRONMAN et ses dérivés
Les premiers IRONMAN Triathlons se sont déroulés à Honolulu de février 1978 à 1980.
L'idée originelle vint pendant la cérémonie des Awards du Perimeter Relay (une course de
fond par équipes de cinq personnes) de 1977 à Oahu.
Parmi les participants, il y avait de nombreux représentants des Mid-Pacific Road Runners et
du Waikiki Swim Club, dont les membres débattaient depuis longtemps lesquels étaient les
plus grands athlètes, coureurs ou nageurs. À cette occasion, le commandant de l'U.S. Navy
John Collins indiqua qu'un récent article dans le magazine Sports Illustrated déclarait qu'Eddy
Merckx, le grand cycliste belge, détenait le record d'« oxygen uptake » et qu'aucun athlète
n'avait pu l'égaler, donc peut-être les cyclistes étaient-ils plus athlétiques que les autres
sportifs.
Plusieurs autres militaires dans le public étaient aussi des habitués des courses de San Diego,
et ils comprirent rapidement le concept quand le commandant Collins suggéra que le débat
soit tranché par une course combinant les trois compétitions de longue distance existant sur
l'île ; le Waikiki Roughwater Swim (3,85 km), la course cycliste Around-Oahu (185 km ;
originellement une compétition sur deux jours) et le marathon d'Honolulu (42,195 km).
Aucune personne présente à ce moment n'avait jamais effectué une course cycliste ; le Cdt
Collins calcula qu'en raccourcissant la course de 3 miles et en roulant dans le sens horaire
autour de l'île, la partie cycliste pourrait démarrer à l'arrivée de la Waikiki Rough Water et
finir à l'Aloha Tower, le départ traditionnel du marathon d'Honolulu. Afin de concourir,
chaque athlète reçut un document de trois pages listant quelques règles et une description de
la course. Écrite à la main sur la dernière page, on pouvait lire cette exhortation :
« Swim 2.4 miles ! Bike 112 miles ! Run 26.2 miles ! Brag for the rest of your life! »
(« Nagez 2,4 Miles ! Roulez 112 miles ! Courez 26,2 miles ! Vantez-vous pour le reste de
votre vie ! »). Collins dit également: « Qu'importe qui finit premier, nous l'appellerons
l'homme de fer. »
Des quinze hommes ayant démarré l'épreuve tôt le matin du 18 février 1978, douze
achevèrent la course et le premier « Ironman » du monde, Gordon Haller, l'accomplit en 11
heures, 46 minutes, et 58 secondes.
Sans aucun effort de communication, la course rassembla cinquante athlètes l'année suivante.
La course, toutefois, fut retardée d'une journée à cause de mauvaises conditions
météorologiques ; quinze compétiteurs seulement prirent le départ de la course le dimanche
matin. Tom Warren, 35 ans, gagna en 11 heures, 15 minutes, et 56 secondes. Lyn Lemaire,
une championne cycliste de Boston, termina sixième et devint la première « Ironwoman ».
Collins projeta de remplacer la course par un relais pour attirer plus de participants, mais le
journaliste Barry McDermott de Sports Illustrated's journalist, qui était dans le secteur pour
couvrir un tournoi de golf, découvrit la course et écrivit dix pages sur le sujet. Pendant l'année
qui suivit, des centaines de participants curieux contactèrent Collins.
L'Ironman triathlon inspira l'ajout du triathlon classique (malgré des distances plus courtes)
aux Jeux olympiques d'été de 2000 à Sydney.

AUGEREAU Mathieu
2TS CPI
Lycée des Eucalyptus – NICE
Janvier 2012

3

IRONMAN est un nom déposé et propriété de la World Triathlon Corporation. D'autres
compétitions utilisent également les distances de l'Ironman sans pouvoir en exploiter le nom.
Elles n'en sont pas moins de véritables « Ironman » : Embrun (France, 15 août), Quelle
Challenge Roth (Allemagne, mi-juillet), Almere (Pays-Bas, fin août), Slovakman (Slovaquie,
début août), Norseman Xtreme Triathlon (Norvège, début août), Esprit triathlon (Québec, miseptembre), et bien d'autres.
Le championnat du monde Ironman WTC est un événement annuel qui a lieu le premier
samedi d'octobre qui suit la pleine lune aux États-Unis, dans l'État d'Hawaï.
Afin de participer au championnat du monde, il est nécessaire de se qualifier lors d'une des
dix-sept courses Ironman à label WTC mises en place à travers le monde afin de servir de
support de qualification à la course d'Hawaï. Les places qualificatives (les slots) sont
attribuées chez les amateurs par catégories d'âge, et sans distinction d'âge pour les athlètes
inscrits en professionnel. Le nombre de slots disponibles sur chaque course qualificative est
fonction du nombre de coureurs de chaque groupe d'âge présents au départ. Il est également
possible de se qualifier grâce à la loterie ou d'acheter sa qualification lors des enchères
annuelles destinées à une œuvre. Cent-cinquante places sont réservées pour les athlètes qui
participent à la loterie, cinquante étant réservées aux internationaux, les cent autres le sont
pour les athlètes américains. Ces cent-cinquante personnes sont choisies parmi 3 000
participants. Le tarif moyen d’inscription est de 400 euros pour une compétition.

2°) Les épreuves et les sportifs qui font la légende
2.1°) Les épreuves importantes
Il existe vingt-deux courses qualificatives Triathlon Ironman à travers le monde. En voici les
plus emblématiques :
-

IRONMAN Australie, Port Macquarie (début avril)
IRONMAN France, Nice (fin juin)
IRONMAN Canada, Penticton (fin août)
IRONMAN Whales, Rоyаumе-Unі > Pеmbгоkеshіге, Pays de Galles (septembre)
IRONMAN Floride, Panama Beach (début novembre)

AUGEREAU Mathieu
2TS CPI
Lycée des Eucalyptus – NICE
Janvier 2012

4

2.2°) Les sportifs et leurs records
Paula Newby-Fraser
8 fois victorieuse de l’Ironman d’ Hawaï (record absolu)
23 victoires Ironman (record absolu)

Dave Scott
6 fois vainqueur de l’Ironman d’ Hawaï (record masculin)
Son surnom est « The Man » (« L'Homme »)

Mark Allen
6 fois vainqueur de l’Ironman d’ Hawaï (record masculin)
5 victoires consécutives à Hawaï
Son surnom est « The Grip »

AUGEREAU Mathieu
2TS CPI
Lycée des Eucalyptus – NICE
Janvier 2012

5

Andreas Raelert
Record sur la distance Ironman (7 h 41 min 33s) réalisé à Roth (Allemagne)

Chrissie Wellington
Record sur la distance Ironman (8 h 18 min 13s) réalisé à Roth (Allemagne)

AUGEREAU Mathieu
2TS CPI
Lycée des Eucalyptus – NICE
Janvier 2012

6

3°) L’IRONMAN et son influence
3.1°) L’IRONMAN : sportifs d’élite, solidarité d’exception
L’IRONMAN est un une épreuve sportive de très haut niveau. Ce n’est pas réserver à tout le
monde que de s’aligner au départ d’une de ces épreuves, et encore moins de faire une bonne
performance. Mais cela n’enlève rien aux valeurs humaines de ce sport qu’est le triathlon.
Même si chaque sportif souhaite être meilleur que son adversaire, il existe un sentiment
d’unité et de solidarité entre eux. Le fait de devoir se dépasser, de repousser ses propres
limites crée un sentiment commun d’unité. Il se dégage alors du respect à la fois de la part des
spectateurs envers ces hommes et ces femmes d’apparence ordinaire, mais aussi entre sportifs.
Tous savent qu’ils vont souffrir durant les 11h qui viennent et ils profitent de l’échauffement
pour échanger quelques mots, quelques conseils. On se rend compte alors que le sport est un
moyen de rassemblement entre des individus qui sont tous différents : français, anglais,
américain, homme, femme, blanc, noir. L’IRONMAN est un mélange de cultures et de
nationalités qui fait la grandeur de cet événement. Au départ, à cause d’un manque
d’encadrement, il y a de nombreux accidents, et ces sportifs étaient considérés comme des
marginaux. Mais aujourd’hui de nombreux clubs et organisations sérieuses sont présents pour
les accompagner.
A Kailua-Kona, ville d’Hawaï, sur cette petite île paradisiaque du Pacifique, c’est
l’effervescence durant 3 semaines, entre l’arrivée des concurrents, et leurs départs. C’est un
événement très fort en émotion car dès l’arrivée la pression monte. De plus, les conditions
climatiques de l’île sont rudes : chaleur, humidité. Toute la ville vit au rythme du triathlon.
Cela devient Sportsland, car tout le monde n’arrête pas de s’entraîner. De 4 heures du matin à
22 heures, il y a toujours des athlètes qui pédalent, qui courent ou qui nagent.

3.2°) Une préparation physique et mentale
Pour se préparer à une telle course il faut s’entraîner longuement et faire de nombreux
sacrifices. En moyenne 20h de sport minimum par semaine, entre le vélo, la natation et la
course à pied. Tout cela pendant un an. Alors outre la grosse préparation physique qu’il y a,
c’est une épreuve mentale très importante. Il faut faire de nombreux sacrifices : sorties entre
amis, ou cinéma le soir, sont à exclure petit à petit. L’entourage doit alors lui aussi supporter
cette exclusion. Le sportif peut alors adopter un comportement égoïste : il ne pense plus qu’à
lui et à son dépassement de soi, au dépend de sa famille, de son travail. Mais un tel
acharnement à l’effort en vaut il vraiment la peine ? Est-ce que après l’IRONMAN notre
personnalité change ? Tous les participants répondent oui. Le changement se fait, car lorsque
vous êtes en plein soleil à 40°C à courir sur une route entre 2 champs de laves à Hawaï
forcément, l’esprit change. La remise en question est importante, et la découverte de soi l’est
d’autant plus. Le fait de s’épuiser totalement pousse à se connaître, à découvrir les limites de
son corps et de son esprit. C’est ce dernier qui permet à ces sportifs de faire de telle
performance. C’est 50/50 : 50% de mental, 50% de physique.
Comme Asics ® : Anima Sana In Corpore Sano
AUGEREAU Mathieu
2TS CPI
Lycée des Eucalyptus – NICE
Janvier 2012

7

Commandant John Collins (à droite)

« Swim 2.4 miles! Bike 112 miles! Run 26.2 miles!
Brag for the rest of your life! »

AUGEREAU Mathieu
2TS CPI
Lycée des Eucalyptus – NICE
Janvier 2012

8


Aperçu du document IRON MAN, Le Triathlon de l'Honneur.pdf - page 1/10
 
IRON MAN, Le Triathlon de l'Honneur.pdf - page 3/10
IRON MAN, Le Triathlon de l'Honneur.pdf - page 4/10
IRON MAN, Le Triathlon de l'Honneur.pdf - page 5/10
IRON MAN, Le Triathlon de l'Honneur.pdf - page 6/10
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte




Documents similaires


iron man le triathlon de l honneur
versionprint
antoine perche triathlete  modifie 1
dossier
versiona5
dossier de presse aquathlon du 29 juin a tarare 1

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.011s