8.4.3.Strategies therapeutiques rhinite allergique .pdf



Nom original: 8.4.3.Strategies_therapeutiques_rhinite_allergique.pdf
Titre: Quelles stratégies thérapeutiques dans la rhinite allergique ?
Auteur: P. Devillier

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Elsevier / Adobe PDF Library 8.0; modified using iText 5.0.0_SNAPSHOT (c) 1T3XT BVBA, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 01/01/2012 à 21:04, depuis l'adresse IP 41.142.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2570 fois.
Taille du document: 376 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Revue française d’allergologie 49 (2009) S74-S76

Quelles stratégies thérapeutiques dans la rhinite allergique ?
Which therapeutic strategies are best in allergic rhinitis?
D’après la communication de P. Devillier
Unité de Recherche clinique, UPRES EA 220, Hôpital Foch, 40 Rue Worth, 92150 Suresnes

Résumé
Pour traiter la rhinite allergique nous disposons de nombreux traitements appartenant pour la plupart à 4 grandes familles thérapeutiques :
glucocorticoïdes, antihistaminiques, anti-leucotriènes et vasoconstricteurs. Les recommandations ARIA proposent, en fonction du caractère
intermittent ou persistant et du degré de sévérité de la maladie, une prise en charge thérapeutique qui fait appel à ces médicaments sans nécessairement indiquer un ordre hiérarchique entre eux. L’objectif de ce travail est de voir, grâce à une revue des études les plus significatives de
la littérature, si certaines classes ont pu démontrer une supériorité sur les autres et si la légitimité des associations de médicaments proposées
fréquemment en pratique repose sur les données issues de la médecine fondée sur les preuves.
© 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Mots clés : Rhinite allergique ; Traitements ; ARIA (Allergic Rhinitis an its Impact on Asthma)

Abstracts
For the treatment of allergic rhinitis, for the most part four treatment families are available: glucocorticoids, antihistamines, leukotriene
receptor antagonists, and vasoconstrictors. Depending on whether the rhinitis is intermittent or persistent and how severe the disease is, the
ARIA guidelines propose therapeutic management using these medications without necessarily ranking them. This study has two objectives:
review the most important studies in the literature to determine whether certain classes have demonstrated superiority over the others and
whether the combinations of medications frequently associated in practice stem from evidence-based medicine.
© 2009 Elsevier Masson SAS. All rights reserved.
Keywords: Allergic rhinitis; Treatments; ARIA (Allergic Rhinitis an its Impact on Asthma)

1. Introduction
Cette revue a pour but de considérer les stratégies thérapeutiques médicamenteuses sans aborder l’immunothérapie
spécifique dont l’intérêt n’est plus à rappeler. Le schéma
ARIA (Fig.  1) montre comment on peut hiérarchiser les
choix thérapeutiques et se déterminer sur les associations
médicamenteuses qui apparaissent en filigrane dans ces
recommandations. Il est essentiel de noter que la grande
majorité des études cliniques ont été conduites chez des
patients souffrants de rhinites allergiques modérées à
sévères.

* Auteur correspondant.
Adresse e-mail : p.devillier@hopital-foch.org
© 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

2. Antihistaminiques versus corticostéroïdes dans la
rhinite saisonnière
La méta-analyse de Weiner [1] montre que les corticostéroïdes locaux sont clairement plus efficaces que les
antihistaminiques sur les scores symptomatiques de rhinite.
Il apparaît que les deux approches thérapeutiques sont aussi
efficaces l’une que l’autre sur les symptômes oculaires. Nous
savions donc dès les années 1998 que les corticoïdes locaux
étaient aussi efficaces sur les symptômes oculaires que les
antihistaminiques.
2.1. Anti-leucotriènes versus corticoïdes locaux
Dans la méta-analyse  de Wilson [2] portant sur quatre
études, les corticoïdes locaux s’avèrent plus efficaces que les
anti-leucotriènes dans les rhinites allergiques et saisonnières.

P. Devillier / Revue française d’allergologie 49 (2009) S74-S76

Vérifier l’asthme
surtout chez les patients
ayant une rhinite
sévère ou persistante

Diagnostique de rhinite allergique
Symptômes
persistants

Symptômes
intermittents
modérée à bénigne
peu sévère

bénigne
Non dans l’ordre
de préférence ;
antihistaminique H1 oral ;
ou antihistaminique
H1 intra-nasal ;
et/ou décongestif ;
ou anti-leucotriènes*,

Non dans l’ordre de préférence ;
antihistaminique H1 oral ;
ou antihistaminique H1 intra-nasal ;
et/ou décongestif ;
ou corticostéroïde intranasal ;
ou anti-leucotriènes*, (ou chromone)

Rhinite moyennement
sévère
Dans l’ordre de préférence ;
corticostéroïde intra-nasal ;
Antihistaminique H1 ou anti-leucotriènes*
revoir le patient
après 2-4 semaines

Amélioration
dans les rhinites
persistantes revoir
le patient après
2-4 semaines
Si échec, intensifier ;
si amélioration,
continuer 1 mois

Diminuer et
continuer
traitement
pendant
> 1 mois

Échec
Revoir diagnostique ;
Revoir l’obvservance ;
Rechercher infections
ou d’autres causes

Ajouter ou
augmenter la
dose de
corticostérioïdes

Rhinorrhée :
ajouter
ipratropium

blocage :
ajouter décongestif
ou corticostéroïde
oral (court terme)
Échec : orienter
vers spécialiste

Éviter les allergènes et les irritants si nécessaire

S75

Une étude a été effectuée sur 702 patients en double insu,
avec un groupe loratadine, un groupe mométasone, un groupe
loratadine plus mométasone, et un groupe placebo [4].
Que ce soit sur le score nasal, le score total ou le score
des symptômes de conjonctivite, il n’y a pas de différence
significative entre le corticoïde seul et l’association. Sur ce
simple résultat, on pourrait donc dire qu’il n’y a pas d’intérêt à associer un antihistaminique et un corticoïde. Mais
il est toujours réducteur de ne considérer que les données
moyennes sur l’ensemble des patients. De plus, la question
reste posée sur l’intérêt d’ajouter un corticoïde à des patients
incomplètement soulagés sous antihistaminique. Il suffirait
pour cela de randomiser les patients sous placebo ou corticoïdes, et de regarder si il y a une différence statistiquement
significative.
2.3. Antihistaminique + anti-leucotriène

Si conjonctivite ;

Ajouter : antihistaminique H1 oral ; ou antihistaminique H1 intra-oculaire ;
ou chromone intra-oculaire ; (ou solution saline) ;

immunothérapie spécifique à considérer
* en particulier les patients souffrant d’asthme

Fig. 1. Diagnostic de la rhinite allergique. ARIA 2008

2.2. Anti-leucotriènes versus antihistaminiques
Ici la conclusion est un peu plus discutable car il y a une
tendance en faveur des antihistaminiques sans significativité
statistique [2]. Si on regarde un peu plus dans le détail, en
particulier au travers des résultats de l’étude de van Adelsberg et al. [3] datant de 2003 et portant sur 1029 patients, on
constate que l’efficacité globale est la même, mais que les
antihistaminiques obtiennent leur efficacité dès la première
semaine, plus rapidement que les anti-leucotriènes. Rappelons qu’en France il n’y a pas d’indication pour les anti-leucotriènes dans la rhinite isolée. L’indication n’est valide que
chez des patients qui nécessitent un anti-leucotriènes pour
leur asthme et qui bénéficieront alors de ce traitement pour
obtenir une diminution des symptômes de rhinite.
Quels seraient les arguments qui autoriseraient aujourd’hui
à associer antihistaminiques et corticoïdes, antihistaminiques et anti-leucotriènes, corticoïdes et anti-leucotriènes,
antihistaminiques et vasoconstricteurs, corticoïdes et vasoconstricteurs ?

Nous disposons d’essais relativement anciens, datant
de 2002, mais sur de grands effectifs de patients  : sur
907  patients, pendant deux semaines de traitement il n’y
avait aucune différence significative entre les différents
groupes (antihistaminiques seuls, anti-leucotriènes seuls,
association des deux) [5].
Le résultat est le même sur la qualité de vie. Il n’y a
pas d’avantage de l’association comparée à l’un des deux
traitements utilisé seul [5,6].
La revue de la littérature de Wilson en 2004 [1] a confirmé
que, quelles que soient les comparaisons effectuées, lorsqu’on
associe anti-leucotriène et antihistaminique il n’y a pas de
différence significative entre ces différents traitements, ce
qui confirme les résultats précédents.
Est-ce que lorsqu’on associe un antihistaminique et un
anti-leucotriène on obtient l’efficacité d’un corticoïde, voire
plus ?
La réponse est non. Il n’y a pas de supériorité dans l’association antihistaminiques et anti-leucotriènes par rapport au
corticoïde seul (Tableau 1) [1].
La durée de traitement est-elle un élément important ? Si
l’on maintient un traitement pendant toute la saison pollinique, avant, pendant et après le pic pollinique et la phase
des symptômes, la question se pose de savoir s’il existe
une classe ou une association qui serait plus efficace avec
cette modalité d’administration ? Là encore, il n’y a pas de
différence significative entre anti-leucotriènes et association

Tableau 1
Comparaison de l’association anti-leucotriène plus antihistaminique versus anti-leucotriène, antihistaminique ou corticoïde intranasal, seuls.
Comparé à 
N° d’études
Mesure
Différence moyenne pondérée
Intervalle de confiance 95 %
Anti-leucotriènes
3
Symptômes 
- 3%
(-6% à -1%)
Qualité de vie
Anti-leucotriènes
2
- 0,17 unités
(-0,26 à 0,22 unités)
Symptômes 
Antihistamiques
3
- 4%
(-6% à -3%)
Qualité de vie
Antihistamiques
2
- 0,06 unités
(- 0,27 à 0,15 unités)
Symptômes
Corticoïdes intranasaux
3
3%
(-6% à 11%)

S76

P. Devillier / Revue française d’allergologie 49 (2009) S74-S76

anti-leucotriènes + antihistaminiques. Par contre, il y a une
différence en faveur du corticoïde, notamment sur les symptômes nocturnes [7]. Une autre étude publiée en 2001 [8]
montre exactement la même chose avec d’autres molécules.
2.4. Antihistaminique + vasoconstricteur
Les vasoconstricteurs sont des produits qui ne sont pas
remboursés en France, notamment l’association loratadine
+ pseudo éphédrine.
Les trois groupes actifs antihistaminique, vasocontricteur
et association des deux sont plus efficaces que le placebo au
moins sur les symptômes nasaux pour la pseudo éphédrine.
Il n’y a pas de différence significative entre les trois groupes,
excepté sur les symptômes oculaires où l’association et
l’antihistaminique seul sont plus efficaces que la pseudoéphédrine seule [9].
Une autre étude réalisée en 1998 va dans le même sens
en ce qui concerne les scores totaux. Cependant elle met en
évidence un avantage du vasoconstricteur sur l’obstruction
nasale.

3. Conclusion
Les anti-H1 sont aussi efficaces en moyenne que les antileucotriènes dans les rhinites allergiques saisonnières, mais
les anti-H1 ont une action plus rapide.
Les anti-leucotriènes et anti-H1 sont moins efficaces que
les corticoïdes dans les rhinites allergiques.
Il n’y a pas d’effet additif cliniquement pertinent de l’association anti-leucotriène +  antihistaminique et l’efficacité
est inférieure à celle des corticoïdes locaux.
L’effet additif supposé de l’association corticothérapie
locale et anti-leucotriène n’est pas démontré.
Il n’y a pas d’effet additif entre corticothérapie locale et
antihistaminique oral.
Un intérêt à associer corticothérapie nasale et antihistaminique nasal reste à démontrer.
L’association fixe antihistaminique + vasoconstricteur en
traitement de fond ne présente pas d’intérêt.
Conflits d’intérêts :
P. Devillier a participé à des essais cliniques en qualité
d’investigateur principal, coordonnateur ou expérimentateur
principal (Schering-Plough) ; en qualité de co-investigateur,
expérimentateur non principal, collaborateur à l’étude

(Stallergenes). Il a effectué des interventions ponctuelles  :
rapports d’expertise (MSD-chibret), activités de conseil
(GlaxoSmithKline, Bioprojet, Schering-Plough, AstraZeneca, Almirall, Nycomed, Pierre Fabre, Top Pharm, MSD,
Chiesi, Boehringer-Ingelheim, Sanofi-Aventis). Il a été invité
à des conférences en qualité d’intervenant (Chiesi, AstraZeneca, Schering-Plough, MSD, Boehringer-Ingelheim,
Stallergenes), et en qualité d’auditeur (frais de déplacement
et d’hébergement pris en charge par une entreprise) (Chiesi,
Astra-Zeneca, Schering-Plough, MSD, Boehringer-Ingelheim, GlaxoSmithKline, Satellergenes).

Références
[1] Weiner JM, Abramson MJ, Puy RM. Intranasal corticosteroids versus
oral H1 receptor antagonists in allergic rhinitis: systematic review of
randomised controlled trials. BMJ 1998;317:1624-9.
[2] Wilson AM, O’Byrne PM, Parameswaran K. Leukotriene receptor
antagonists for allergic rhinitis: a systematic review and meta-analysis. Am J Med 2004 1;116:338-44.
[3] van Adelsberg J, Philip G, Pedinoff AJ, Meltzer EO, Ratner PH,
Menten J, et al; Montelukast Fall Rhinitis Study Group. Montelukast
improves symptoms of seasonal allergic rhinitis over a 4-week treatment period. Allergy 2003;58:1268-76.
[4] Anolik R;Mometasone Furoate Nasal Spray With Loratadine Study
Group. Clinical benefits of combination treatment with mometasone
furoate nasal spray and loratadine vs monotherapy with mometasone
furoate in the treatment of seasonal allergic rhinitis. Ann Allergy
Asthma Immunol 2008;100:264-71.
[5] Nayak AS, Philip G, Lu S, Malice MP, Reiss TF; Montelukast Fall
Rhinitis Investigator Group. Efficacy and tolerability of montelukast
alone or in combination with loratadine in seasonal allergic rhinitis: a
multicenter, randomized, double-blind, placebo-controlled trial performed in the fall. Ann Allergy Asthma Immunol 2002;88:592-600.
[6] Philip G, Malmstrom K, Hampel FC, Weinstein SF, LaForce CF, Ratner
PH, et al; Montelukast Spring Rhinitis Study Group. Montelukast for treating seasonal allergic rhinitis: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial performed in the spring. Clin Exp Allergy 2002;32:1020-8.
[7] Pullerits T, Praks L, Ristioja V, Lötvall J. Comparison of a nasal glucocorticoid, antileukotriene, and a combination of antileukotriene
and antihistamine in the treatment of seasonal allergic rhinitis. J Allergy Clin Immunol 2002;109:949-55.
[8] Di Lorenzo G, Pacor ml, Mansueto P, Esposito Pellitteri M, Lo Bianco C, Ditta V, et al. Randomized placebo-controlled trial comparing
desloratadine and montelukast in monotherapy and desloratadine plus
montelukast in combined therapy for chronic idiopathic urticaria. J
Allergy Clin Immunol 2004;114:619-25.
[9] Bronsky E, Boggs P, Findlay S, Gawchik S, Georgitis J, Mansmann
H, et al. Comparative efficacy and safety of a once-daily loratadinepseudoephedrine combination versus its components alone and placebo in the management of seasonal allergic rhinitis. J Allergy Clin
Immunol 1995;96:139-47.


8.4.3.Strategies_therapeutiques_rhinite_allergique.pdf - page 1/3
8.4.3.Strategies_therapeutiques_rhinite_allergique.pdf - page 2/3
8.4.3.Strategies_therapeutiques_rhinite_allergique.pdf - page 3/3

Télécharger le fichier (PDF)









Documents similaires


8 4 3 strategies therapeutiques rhinite allergique
1 les rhinites 02 15
rhinite allergique
p2 respi semioorl 2611
rhinosinusites aigues de l
le rhume

Sur le même sujet..