Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



La Meilleraye .pdf


Nom original: La Meilleraye.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / OpenOffice.org 3.2, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 04/01/2012 à 05:35, depuis l'adresse IP 84.97.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1120 fois.
Taille du document: 121 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Charles de La Porte, duc de La Meilleraye

Maréchal de France

La Meilleraye concevait rapidement les meilleures dispositions, et les exécutait de même ; il maintenait parmi
les soldats la plus sévère discipline, et donnait l'exemple de la patience et de la sobriété ; enfin on le considérait
comme le meilleur général de son temps pour les sièges.
Science militaire

Bravoure

Charisme

***

**

***

Il était petit-fils d'un riche apothicaire de Parthenay, en Poitou. Élevé par son père dans les principes de la
réforme, il les abandonna dans la suite. Il avait reçu de la nature les qualités les plus brillantes, et il dut la
rapidité de son avancement autant à son propre mérite qu'à la protection du cardinal de Richelieu, son cousin
germain.
Il se signala, en 1629, dans les guerres de Piémont, à l'attaque du Pas de Suse, et, en 1630, au combat de
Carignan. Après le siège de la Mothe, en Lorraine, où il avait donné des preuves de beaucoup d'intelligence et
de sang-froid, il fut nommé grand maître de l'artillerie de France. Il servit, en cette qualité, dans les guerres du
comté de Bourgogne et des Pays-Bas ; et il reçut le bâton de maréchal, en 1639, des mains du roi, sur la brèche
de Hesdin. Il défit, en 1640, l'armée espagnole commandée par le marquis de Fuentes, et contribua ainsi à la
réduction d'Arras; il prit, l'année suivante, trois places importantes, Aire, la Bassée et Bapaume; et nommé, en
1642, commandant de l'armée qui devait entrer dans le Roussillon. il soumit la plus grande partie de cette
province en peu de mois. Il fut employé, en 1644, dans les Pays-Bas, sous les ordres du duc d'Orléans : au siège
de Gravelines, il eut une dispute très vive avec le maréchal de Gassion, à qui prendrait possession de la ville;
mais le prince la termina en décidant que c'était le droit du régiment des gardes que la Meilleraye commandait.
Envoyé en Italie, en 1646, il prit Porto-Longone et Piombino ; et il hâta ainsi la conclusion de la paix avec la
cour de Rome. Il remplaça, en 1648, d'Emery dans la charge de surintendant des finances. Il avait, dit Voltaire,
la probité de Sully, mais non pas ses ressources; il taxa les financiers et les traitants, dont la plupart firent
banqueroute, et abandonna la surintendance en 1649. La Meilleraye avait des connaissances plus étendues qu'on
ne le supposerait : il aimait Descartes, et il se chargea quelque temps de lui faire toucher sa pension en
Hollande.
Il mourut à l'Arsenal, à Paris, le 8 février 1664, à l'âge de 62 ans. Il avait été marié deux fois. Son fils unique
épousa la fameuse Hortense Mancini. nièce du cardinal Mazarin.


La Meilleraye.pdf - page 1/2
La Meilleraye.pdf - page 2/2

Documents similaires


la meilleraye
colbert
estienne
3 faits d actualite
armessilencieuses
saxe


Sur le même sujet..