Histoire .pdf



Nom original: Histoire.pdf

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Adobe InDesign CS4 (6.0.6) / Adobe PDF Library 9.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 13/01/2012 à 21:26, depuis l'adresse IP 93.22.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 12846 fois.
Taille du document: 24.2 Mo (60 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


HISTOIRE
GÉOGRAPHIE
ÉDUCATION CIVIQUE
F. Blanchard
M. Boulanger
J. Kermarec
D. Le Nuz
N. Perrier
Sous la direction de
A. Couderc

SOMMAIRE
Histoire
Sujet
d’étude 2

Les États-Unis et le monde (1917-1989)

Ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Situation 1 Les « 14 points » de Wilson . . . . . . . . . . . . .
Situation 2 Le plan Marshall et le début


6

de la guerre froide . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

8
10
12



14



15



16

Cours 1
Cours 2
L’essentiel autrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel en carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Capacité Étudier un témoignage . . . . . . . . . . . . . . . .
Arts et Histoire Rejet ou attrait du modèle américain ? .
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Sujet
d’étude 3

4

17


Sujet
d’étude 4

La décolonisation et la construction .
de nouveaux États : Inde, Algérie

pour l’indépendance . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

Situation 2 Le 1er novembre 1954 en Algérie . . . . . . .
Cours 1
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Cours 2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel autrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel en carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Capacité Identifier continuités


Ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Situation 1 Le plan Schuman . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Situation 2 Kohl-Mitterrand et l’Europe . . . . . . . . . . .
Cours 1
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Cours 2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel autrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel en carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Capacité Étudier une affiche . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Arts et Histoire La puissance du mythe des origines .
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

40
42
44
46


20
22
24
26
28
30


31

32

33
34

18

Ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Situation 1 Gandhi, la non-violence


L’idée d’Europe au xxe siècle

47

et ruptures historiques . . . . . . . . . . . . . . . . 48

Arts et Histoire Rêves d’artistes en Algérie . . . . . . . . . 49
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

Le monde depuis le tournant .
des années 1990

Ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Situation 1 La chute du mur de Berlin . . . . . . . . . . . . .
Situation 2 Le 11 septembre 2001 . . . . . . . . . . . . . . . .
Cours 1
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Cours 2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel autrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel en carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Capacité Faire le récit d’un événement . . . . . . . . . .
Arts et Histoire Les vestiges du mur de Berlin,

52
54
56
58
60
62
63
64

art et patrimoine . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66



ISBN 978-2-216- 11601-0
« Le photocopillage, c’est l’usage abusif et collectif de la photocopie sans autorisation des auteurs et des éditeurs. Largement répandu dans les établissements d’enseignement, le photocopillage
menace l’avenir du livre, car il met en danger son équilibre économique. Il prive les auteurs d’une juste rémunération. En dehors de
l’usage privé du copiste, toute reproduction totale ou partielle de
cet ouvrage est interdite. »

Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce
soit, des pages publiées dans le présent ouvrage, faite sans autorisation de l’éditeur ou
du Centre français du Droit de copie (20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris), est
illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part, les reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation
collective et, d’autre part, les analyses et courtes citations justifiées par le caractère
scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incorporées (Loi du
1er juillet 1992 – art. 40 et 41 et Code pénal – art. 425).
© Éditions Foucher – Vanves – 2011

© Éditions Foucher

Sujet
d’étude 1

SOMMAIRE
Géographie
Sujet
d’étude 5

Sujet
d’étude 6

La France dans l’UE et dans le monde

Ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Situation 1 Paris, ville mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . .
Situation 2 L’outre-mer et la puissance française . . .
Cours 1
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Cours 2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel autrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel en carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Capacité Confronter des points de vue

68

Ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
Situation 1 Le Conservatoire du littoral . . . . . . . . . . . 86
Situation 2 Un aménagement dans une communauté

70
72
74
76



78
79

Arts et Géographie 1900-2010 : d’une Exposition


universelle à l’autre . . . . . . . . . . . . 81
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

Sujet
d’étude 7

Sujet
d’étude 8

Les transformations de l’espace productif
et décisionnel

Ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Situation 1 Une métropole : Marseille . . . . . . . . . . . . .
Situation 2 Une région : le Nord-Pas-de-Calais . . . . .
Cours 1
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Cours 2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel autrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel en carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Capacité Comparer des situations géographiques

100
102
104
106
108



110
111



© Éditions Foucher



127

une situation géographique . . . . . . . . . . . . 128

Éducation civique

L’Union européenne et ses territoires

Ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Situation 1 Les frontières de l’Union européenne . . .
Situation 2 Un grand projet européen : Ariane . . . . .
Cours 1
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Cours 2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel autrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel en carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Capacité Étudier une caricature . . . . . . . . . . . . . . . .
Arts et Géographie Une expression artistique

126

Arts et Géographie Images de mobilité . . . . . . . . . . . . . 129
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

au Lieu Unique . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

Sujet
d’étude 9

des migrations croisées . . . . . . . . . . . . . . . 120
122
124

Cours 1
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Cours 2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel autrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’essentiel en carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Capacité Exploiter un document pour analyser

Arts et Géographie Nantes : de l’usine LU


Les mobilités de la population

Ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Situation 1 La France en été . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
Situation 2 France et outre-mer,

à des dates différentes à l’aide de cartes . . 112



de communes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

Cours 1
Cours 2
L’essentiel autrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
L’essentiel en carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Capacité Étudier une plaquette d’information . . . . . 96
Arts et Géographie L’art et la ville : aménager,

développer, embellir . . . . . . . . . . 97
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98

et exercer un jugement critique . . . . . . . . 80



Acteurs et enjeux de l’aménagement .
du territoire

132
134
136
138
140

THÈME 1
Ouverture
Sujet 1
Sujet 2


Droits de l’homme et action internationale
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
L’ingérence humanitaire . . . . . . . . . . . . . . . 150
Le rôle des organisations
non gouvernementales (ONG) . . . . . . . . . . . 152

143

Sujet 3
Cours

144

THÈME 2 Citoyenneté, science et éthique . . . . . 158

142

européenne commune ? . . . . . . . . 145

Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146

L’Organisation des Nations unies (ONU) . . 154
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

THÈME 3 Citoyenneté et environnement . . . . . . 160
THÈME 4 Citoyenneté et travail . . . . . . . . . . . . . . . 162
POUR L’EXAMEN Sujets de Bac 1 à 9 . . . . . . . . . . . . . . 164 à 190

Sujet
d’étude

1

Les États-Unis et le monde
(1917-1989)
Fondés à la fin du xviiie siècle sur les valeurs de liberté et de justice, puis préoccupés
à unifier et à exploiter leur immense territoire, les États-Unis sont jusqu’en 1917 restés
fidèles aux principes de non-engagement dans les affaires européennes. À partir
de 1941, ils sont au premier plan sur la scène internationale.

qqQuelles sont

les raisons et
les conséquences
de leur intervention
dans les deux
guerres mondiales ?
Quelle est la nature
de leur affrontement
dans la guerre
froide ?

L’engagement
des États-Unis dans les
deux guerres mondiales,
1917-1918 et 1941-1945
Affiche américaine, 1942 : « Les
Nations unies combattent pour la
liberté. » (La France vaincue n’est pas
représentée.) Puissance économique
mondiale, les États-Unis entrent
en guerre en 1917, à la suite des
attaques sous-marines allemandes
qui gênent le commerce international,
et en 1941, après l’attaque surprise
du Japon contre leur base navale de
Pearl Harbor, dans le Pacifique.

4

© Éditions Foucher

1




États-Unis, puissance mondiale
Entre isolationnisme et engagement

1917

Entrée
en guerre

« 14 points »
de Wilson

Retour à
l’isolationnisme

2

Entrée
en guerre

Crise économique

Refus de signer
le traité de paix,
d’adhérer à la SDN
1920

1941

1930

Lois de
neutralité

Prêt-bail

1940

États-Unis, superpuissance
Guerre froide : États-Unis ≠ URSS

1947

Plan Marshall
OTAN
Autres alliances
Blocus
de Berlin
Guerre
de Corée

1950

1989

Division du monde en deux blocs
Doctrine Truman
« endiguement » de l’expansion communiste
Mur de Berlin
Crise de Cuba
Guerre du Vietnam

1960

1970

1980

1990

L’affrontement de deux superpuissances dans la guerre froide, 1947-1989

Les deux grands vainqueurs, bénéficiaires de la guerre, veulent chacun étendre au reste du monde leur propre
modèle fondé sur les principes de la démocratie libérale pour l’un, sur ceux du communisme pour l’autre.

© Éditions Foucher

Pour découvrir
1 (Doc 1) Quel constat peut-on faire au sujet de la date d’intervention des États-Unis dans
les deux guerres mondiales ? Que symbolise la statue et quel sens peut-on donner à sa présence sur cette affiche ? Pourquoi parle-t-on de « Nations unies » ?
2 (Doc 2) Qui sont les deux grands vainqueurs, bénéficiaires de la guerre en 1945 ? Quelle
est la nature de leurs rapports ?
3 (Doc 1 et 2) Donnez l’évolution (continuité et rupture) de la politique extérieure des ÉtatsUnis de 1917 à 1989 et celle de leur puissance. Aidez-vous de la chronologie.
Sujet d’étude 1 | Les États-Unis et le monde (1917-1989)  | 

5

Situation

1

Les « 14 points » de Wilson
Fidèle à la tradition neutraliste américaine, le président Thomas Woodrow Wilson se voit pourtant
contraint d’engager son pays dans la guerre en 1917. L’année suivante, il propose un plan
de paix en 14 points visant à organiser un nouvel ordre international après la victoire.

qqQuel est ce programme, base des négociations entre les principaux vainqueurs ?

A-t-il été appliqué intégralement lors du traité de Versailles conclu avec l’Allemagne
en 1919 ?
2 Le plan de paix par Woodrow Wilson, 1918
C’est le programme de paix du monde qui constitue notre
programme :
1. Conventions de paix et diplomatie à la vue de tous.
2. Liberté de circulation sur les mers.
3. Suppression des barrières économiques.
4. Les armements de chaque pays seront réduits.
5. Arrangement librement débattu de toutes les revendications coloniales.
6. Évacuation de tous les territoires russes.
7. La Belgique devra être évacuée et restaurée.
8. Le territoire français devra être libéré et les régions envahies devront lui être remises.
9. Le rétablissement de la frontière italienne devra être effectué conformément au principe des nationalités.
10. Aux peuples de l’Autriche-Hongrie, on devra accorder un
développement autonome.
11. La Roumanie, la Serbie, le Monténégro devront être libérés. La Serbie devra avoir le libre accès à la mer.
12. Les Détroits (Turquie) devront rester un passage libre
pour les navires et le commerce des nations.
13. Un État polonais indépendant devra être établi ; on
devra lui assurer le libre accès à la mer.
14. Il faudra constituer une association générale des nations
visant à offrir des garanties mutuelles d’indépendance politique et d’intégralité territoriale.
D’après W. Wilson, message au Congrès, janvier 1918.

Woodrow Wilson
(1856-1924)

1

Les buts de guerre des États-Unis

Professeur, élu gouverneur démocrate, puis président (1912 et 1917),
il jette les bases du traité de Versailles en 14 points. Il obtient le prix
Nobel de la paix en 1919.

3 Le Sénat américain refuse l’adhésion à la Société des nations (traité de Versailles), 1919

6

rempart contre l’anarchie et les désordres qui se sont emparés de la Russie3 et essayent d’envahir toutes les nations possibles du monde. Il ne faut pas jeter de pont sur l’abîme qui
sépare la liberté et l’ordre américain de l’anarchie et de la destruction russes.
H. Cabot Lodge, sénateur républicain4,
février 1919.
1. Ligue des nations : Société des nations (SDN). 2. Politique de non-intervention dans les affaires européennes. 3. Révolution communiste de 1917.
4. Parti politique américain.

© Éditions Foucher

Je désire que nos représentants décident, après mûre réflexion, s’ils sont disposés à voir la jeunesse des États-Unis
envoyée au combat par d’autres nations. Ce que je désire pardessus tout, ce que j’ai le plus à cœur, est de voir nos soldats
dans nos foyers. La création de la Ligue1 des nations ne les
y amènera pas. […] On nous demande d’abandonner pour la
première fois la politique étrangère2 de Washington […].
Nous avons dans notre pays un gouvernement du peuple,
pour le peuple et par le peuple, le gouvernement le plus libre
et le meilleur du monde, et nous sommes aujourd’hui le grand

Finlande

Anciennes frontières en 1914
Norvège

Empire austro-hongrois en 1914

Suède

Empire allemand en 1914

Lettonie

Empire russe en 1914

Principaux plébiscites
A Sarre (1935)
B Haute-Silésie (1921)

Zones sous contrôle
de la SDN
(Dantzig et Memel)

Minsk
Dantzig

Irlande

Russie communiste

Hambourg

Royaume-Uni
Londres

PaysBas

Metz

Poznan

Berlin
Allemagne

Belgique
Paris

Breslau

Prague

Varsovie

Kiev

Pologne
B

Cracovie

Tchécoslovaquie

A

Vienne
Autriche

Strasbourg

Suisse
France

Trieste
Milan

Italie
Rome
Portugal

4



Smolensk

Memel Lituanie

Danemark

Frontières en 1923

Moscou

Estonie

Espagne

Budapest
Hongrie

Belgrade
Roy. des Serbes,
Croates
et Slovènes

Roumanie

L’Europe
à l’issue des traités
de paix, 1920
Les empires austro-hongrois et
ottoman étaient des empires
multinationaux : de nombreux
peuples cohabitaient. Mais
les autres États comportaient
aussi des minorités nationales :
Polonais en Russie, AlsaciensLorrains dans l’empire allemand.
Le mouvement des nationalités, actif et virulent tout au long
du xixe siècle, est à l’origine du
déclenchement de la Première
Guerre mondiale.

Bucarest
Bulgarie

Alb.

Turquie
Grèce
Athènes

200 km

5 Le traité de Versailles vu par un Allemand, 1931
Jamais n’a été infligée à un peuple, avec plus de brutalité, une
paix aussi accablante et aussi ignominieuse qu’au peuple allemand la paix honteuse de Versailles. Dans toutes les guerres
des derniers siècles, des négociations entre vainqueur et vaincu
avaient précédé la conclusion de la paix. […] Mais une paix
sans négociations préalables, une paix dictée comme celle de
Versailles, est aussi peu une vraie paix qu’il n’y a transfert de
propriété quand un brigand renverse à terre un malheureux et
le contraint ensuite à lui remettre son porte-monnaie. La paix
de Versailles nous a ravi plus de soixante-dix mille kilomètres

Clés de lecture
●● W. Wilson, un président épris de justice
Rompant avec la tradition isolationniste des
États-Unis, W. Wilson entre en guerre pour faire
triompher la liberté et le droit.

© Éditions Foucher

●● Un programme de paix en « 14 points »
Le plan entend promouvoir la démocratie et la
paix par :
– de nouvelles règles internationales : respect
des libertés et collaboration entre États.
– le règlement du conflit suivant le principe du
droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
– la création d’une Société des nations pour
assurer la sécurité collective, la paix mondiale.
●● Des principes partiellement appliqués
Les États-Unis n’adhèrent pas à la SDN. Les
divergences entre les vainqueurs aboutissent à
une paix de compromis, fragile et incomplète :
l’Allemagne se sent humiliée et nourrit des ressentiments contre le traité.

carrés et plus de sept millions d’habitants. […] Pour garder le
géant enchaîné, on a mis deux sbires à ses flancs, la Pologne
et la Tchécoslovaquie, qui ont reçu le droit, conservé aussi par
les États vainqueurs, d’augmenter librement leurs forces militaires, tandis que notre armée, autrefois la plus forte et la plus
brave du monde, était réduite à n’être qu’une force de police à
peine suffisante pour maintenir l’ordre intérieur.
Bülow, ancien chancelier de l’empereur Guillaume II,
Mémoires, t. III., éd. Plon, 1931.

Questions
1 (Doc 1) Qui est W. Wilson et qu’a-t-il décidé en 1917 ? Quels sont
ses buts ?
2 (Doc 2) Repérez les principes généraux et les mesures concernant
l’Europe. Par quels moyens la sécurité sera-t-elle assurée ?
3 (Doc 2 et 1) En quoi ces propositions répondent-elles aux buts affichés par W. Wilson ?
4 (Doc 3) Pourquoi le Sénat américain refuse-t-il l’adhésion de son
pays à la SDN ?
5 (Doc 4 et 2) Quels points du programme de Wilson sont concrétisés
dans la nouvelle Europe ?
6 (Doc 5) Quels sentiments animent cet ancien chancelier ? Que
dénonce-t-il dans le traité ?
7 (Doc 3, 4 et 5) Pourquoi la paix paraît-elle fragile et incomplète au
début des années 1920 ?

Pour conclure
Pourquoi les « 14 points » de Wilson n’ont-ils été qu’un bel idéal,
non abouti dans les traités de paix ?
Sujet d’étude 1 | Les États-Unis et le monde (1917-1989)  | 

7

Situation

2

Le plan Marshall .
et le début de la guerre froide
Alliés de circonstance pour lutter contre l’Allemagne nazie, les deux grands vainqueurs,
Américains et Soviétiques, deviennent des rivaux dès la fin du conflit. En 1947,
les États-Unis proposent à tous les pays du continent européen, alors en ruine, une aide
financière et économique pour leur reconstruction, le plan Marshall.

qqQuels sont les buts du plan et comment instaure-t-il le début de la guerre froide,
période de la division du monde en deux blocs ?
1 Doctrine Truman, mars 1947 : l’« endiguement »

2 Lancement du plan Marshall, juin 1947

Récemment, des régimes totalitaires ont été imposés contre
leur volonté aux peuples d’un certain nombre d’États. Le
gouvernement des États-Unis n’a cessé de protester contre
la contrainte et les intimidations commises en Pologne, en
Roumanie et en Bulgarie. Désormais, chaque nation doit
choisir entre deux modes de vie opposés et trop souvent, ce
choix n’est pas libre. L’un de ces modes de vie repose sur la
volonté de la majorité, il se caractérise par des institutions
libres, un gouvernement représentatif, des élections libres,
la garantie des libertés et l’absence d’oppression politique.
L’autre repose sur la volonté d’une minorité imposée par la
force à la majorité, qui s’appuie sur la terreur et l’oppression,
en contrôlant la presse et la radio, en truquant les élections,
en supprimant les libertés personnelles.
Je crois que les États-Unis doivent soutenir les peuples libres
qui résistent. Je crois que notre aide doit consister surtout en
un soutien économique et financier. Les semences des régimes totalitaires sont nourries par la misère, le dénuement.

Les besoins de l’Europe en vivres et autres produits essentiels
– principalement en provenance d’Amérique – au cours des
prochaines années dépassent tellement sa capacité actuelle
de paiement qu’elle a besoin d’une aide supplémentaire importante si on veut lui éviter de graves troubles économiques,
sociaux et politiques. […] Notre politique n’est dirigée contre
aucun pays, aucune doctrine, mais contre la faim, la pauvreté,
le désespoir et le chaos. Son objectif devrait être le rétablissement d’une économie mondiale saine de façon à permettre le
retour à des conditions politiques et sociales dans lesquelles
des institutions libres peuvent exister.
Extraits du discours du secrétaire d’État américain
G. Marshall, Harvard, 5 juin 1947.

Message de H. Truman au Congrès (extraits), 12 mars 1947.

Harry Truman
(1884-1972)
Président des États-Unis de 1945 à 1953, il met
fin à la guerre en employant la bombe atomique
contre le Japon. Il entend arrêter l’expansion soviétique (« endiguement »). Il est à l’origine du plan
Marshall.

Général chef de l’armée pendant la guerre, secrétaire d’État de 1947 à 1949, il lance le plan d’aide
économique à l’Europe. Il obtient le prix Nobel de
la paix en 1953.

8

3 Le plan Marshall accepté : distribution
de nourriture en France, 1948

© Éditions Foucher

George Marshall
(1880-1959)

4 Le plan Marshall refusé par l’URSS :

la doctrine Jdanov, septembre 1947

En « sauvant » un pays de la famine et de la
ruine, les monopoles américains ont le dessein
de le priver de toute indépendance. L’« aide »
américaine entraîne presque automatiquement des modifications de la ligne politique
du pays qui reçoit cette « aide » ; viennent au
pouvoir des partis et des personnalités obéissant aux directives de Washington […].
Le but des États-Unis est l’établissement de
la domination mondiale de l’impérialisme
américain. Les partis communistes doivent
se mettre à la tête de la résistance au plan
américain d’asservissement de l’Europe.
A. Jdanov, responsable du Parti communiste d’URSS.
Ce rapport est suivi de la fondation du Kominform,
bureau de liaison des partis communistes européens.
Affiche soviétique pour la France, 1949. « Les peuples
du monde ne veulent pas d’une nouvelle guerre
désastreuse. » J. Staline

Finlande

État ayant accepté
le plan Marshall (1947)

Norvège

État socialiste
ayant refusé
le plan Marshall

(date d’arrivée au pouvoir
des communistes)

État socialiste
ayant rompu
avec l’URSS (1948)




Suède

URSS

Danemark

Irlande

Pologne
RDA
(1947)
Belgique RFA (1949)
Lux.
Tchécoslovaquie (1946)

France Suisse Autriche Hongrie
(1947)
Roumanie
Yougoslavie
Portugal

Espagne

(1945)

Italie

Adhésion ou rejet
du plan Marshall en Europe
À la demande des États-Unis, les pays européens qui ont accepté le plan Marshall se
sont regroupés en 1948 dans l’Organisation
européenne de coopération économique
(OECE) afin de se répartir l’aide américaine.
– L’Espagne n’a pas reçu l’offre américaine
en raison de son régime dictatorial.
– Les pays dans la sphère de Moscou ont
été contraints de refuser l’aide américaine.

Royaume- PaysUni
Bas

État neutre

5

(1947)

Bulgarie
(1946)

Albanie
(1944)

Iran
Turquie

Grèce

Irak
Syrie

400 km

Clés de lecture

© Éditions Foucher

●● La doctrine Truman de l’endiguement
Les Deux Grands ont des idéologies opposées.
Le président Truman décide d’arrêter l’expansion
du communisme en Europe de l’Est, mars 1947.

Questions
1 (Doc 1) Quels faits concernant l’Europe sont dénoncés par Truman ?
Identifiez et caractérisez les deux modes de vie présentés.
2 (Doc 1) Que décide le président américain ? Quel est son but ?
3 (Doc 2 et 1) Qu’appelle-t-on « plan Marshall » ? En quoi est-il le pro-

●● Le plan Marshall, juin 1947
Aide éco­nomique américaine proposée aux pays
européens qui adoptent des institutions libres.

longement économique de la doctrine Truman ?

●● Refus du plan Marshall par l’URSS
L’URSS ne veut pas dépendre des États-Unis.
La doctrine Jdanov, septembre 1947, invite les
­partis communistes européens à s’unir et étendre
le communisme.

5 (Doc 4 et 2) Pourquoi l’URSS refuse-t-elle l’aide américaine ? Que
décide-t-elle ensuite ?

●● L’Europe divisée en deux blocs
Les États de l’Europe de l’Ouest adhèrent au plan
Marshall, ceux de l’Est le refusent sous la pression de l’URSS et entrent dans son camp.

4 (Doc 3 et 2) Comment le plan Marshall est-il concrétisé sur cette
photo ? En quoi l’inscription sur le tableau répond-elle à ses buts ?

6 (Doc 5, 4 et 3) À quelle partie de l’Europe appartiennent les pays qui
ont accepté le plan Marshall ? Ceux qui l’ont refusé ? Pourquoi parle-t-on
dès lors de « division de l’Europe en deux camps » ?

Pour conclure
Pourquoi peut-on dire que le plan Marshall marque le début de
la guerre froide en Europe ?

Sujet d’étude 1 | Les États-Unis et le monde (1917-1989)  | 

9

Cours

Une politique extérieure .
hésitante (1917-1945)
1 Les raisons de l’entrée en guerre, avril 1917

2 De l’isolationnisme à l’engagement, 1919-1941

La guerre actuelle de l’Allemagne contre le commerce1 est une
guerre contre l’humanité : c’est une guerre contre toutes les nations. Des navires américains ont été coulés et des vies américaines ont été perdues dans des circonstances qui nous ont
profondément remués. Notre mobile ne sera pas la vengeance
ni l’affirmation de la force physique de notre pays, mais seulement la revendication du droit. […] La neutralité n’est plus ni
possible ni désirable quand il y va de la paix du monde et de
la liberté des peuples. Et la menace pour la paix et la liberté
gît dans l’existence de gouvernements autocratiques […]. Nous
sommes heureux de combattre ainsi pour la paix définitive du
monde, pour la libération de tous les peuples, sans en excepter l’Allemagne elle-même, pour les droits des nations, grandes
et petites, pour le droit de tous les hommes à choisir les conditions de leur existence et de leur obédience2. La démocratie doit
être en sûreté dans le monde.

1918 • Programme de paix en 14 points proposé
par le président Wilson, fondé sur le droit et
la liberté. Fin de la guerre.
1919 • Refus du Sénat de ratifier le traité de
Versailles : les États-Unis n’entrent pas à la
Société des nations (SDN).
1929 • Début de la crise économique : repli sur
soi.
1935-1937 • Lois de neutralité : embargo sur les armes
en cas de conflit à l’étranger. Loi « cash and
carry » (payer comptant et emporter) limitée
aux matières premières.
1939 • La loi « cash and carry » étendue aux
armes, favorisant les démocraties : fin de
l’embargo.
1941 • Loi prêt-bail : mise à disposition d’armes
pour l’Angleterre (ou tout autre Allié),
payables après la guerre.
• Charte de l’Atlantique : rencontre entre
Churchill (Premier ministre britannique) et
le président Roosevelt, pour définir un nouvel ordre international.
• Attaque de la base américaine de Pearl
Harbor par les Japonais. Entrée en guerre
des États-Unis au côté des Alliés.

Discours du président Wilson au Congrès.
1. Alors première puissance industrielle, les États-Unis exportent
leurs produits par mer vers l’Europe. 2. Autocratique : qui relève
d’un monarque absolu. 3. Obédience : mise sous influence.

3

Les États-Unis à la croisée des chemins, 1939
« Politique étrangère : Neutralité, Armes pour les combattants, Arrêter Hitler
à n’importe quel prix, Intérêts propres, Deux bateaux pour le prix d’un,
Embargo sur les armes, Rester en dehors du guêpier. »

Franklin D. Roosevelt
(1882-1945)

© Éditions Foucher

Président des États-Unis de 1932 à 1945,
il engage son pays dans la guerre en 1941.
Il est l’un des principaux artisans de la victoire alliée et de la création de l’Organisation
des Nations unies.

10

1 L’entrée dans la Grande Guerre
Une entrée tardive dans la guerre, 1917. Pourtant
pacifiste, le président Wilson rompt avec la tradition
isolationniste : les États-Unis entrent en guerre au
côté des Alliés pour défendre la liberté et le droit.
Le règlement du conflit, 1919. Les négociations
entre les seuls vainqueurs s’appuient sur le plan de
paix en 14 points de Wilson (1918) : liberté des mers
et du commerce, droit des peuples à disposer d’euxmêmes, sécurité collective fondée sur une organisation internationale (SDN). Mais les oppositions de
points de vue entre États obligent à des compromis.

2 De l’isolationnisme à la neutralité

4

Le « Victory Program », 1942

En août 1945, les États-Unis, seuls détenteurs de l’arme nucléaire, envoient
deux bombes atomiques sur le Japon.

5

L’économie américaine vers 1945-1950
Indicateurs économiques

1939

1945

PNB (en milliards de $)

91,1

213,6

PNB par habitant (en $)

695

1526

Part des É-U dans le monde (en %)

1938

1950

Houille

39

56

Flotte marchande

21

66

35,7

51,2

Production industrielle

Questions
L’entrée dans la guerre, 1917-1919
1 (Doc 1 et 2) Pourquoi et dans quel but W. Wilson décidet-il d’entrer en guerre ? En quoi son programme de paix
répond-il aux buts de guerre de 1917 ?

De l’isolationnisme à la neutralité, 1919-1941
2 (Doc 2 et 3) Repérez la phase d’isolationnisme et celle de

© Éditions Foucher

neutralité. Quelles lois entament leur neutralité ? Comment
le dessin traduit-il les incertitudes de la politique américaine ?

Le retour à l’isolationnisme, 1919-1934. À l’écoute
de l’opinion publique hostile à tout engagement politique, le Sénat américain refuse de ratifier le traité de
Versailles (paix avec l’Allemagne). Les États-Unis n’entrent pas à la SDN. Grande puissance économique
et créanciers de l’Europe, ils craignent la contagion
du communisme. IIs se tiennent à l’écart des problèmes européens, mais veillent au remboursement
des dettes contractées par leurs alliés. La crise économique de 1929 accentue le repli sur eux-mêmes.
Le recours à la neutralité, 1935-1938. Face aux
multiples crises internationales (réarmement de l’Allemagne, invasion de l’Éthiopie par l’Italie), des lois
de neutralité interdisent les prêts et l’envoi d’armes.
Une neutralité relative, 1939-1941. Inquiet des
agressions nazies continues, Roosevelt étend la loi
« cash and carry » aux armes destinées à l’Angleterre
et à la France. Puis, la loi prêt-bail autorise le prêt
d’armes (Angleterre, puis URSS). L’effondrement de la
France en 1940 a provoqué un choc dans l’opinion.

3 L’engagement dans le monde
La Charte de l’Atlantique, signée avec l’Angleterre
(1941) affirme les principes de liberté et de démocratie.
L’entrée en guerre après l’attaque de Pearl Harbor
(déc. 1941). Par la mobilisation de leur force économique, les États-Unis deviennent l’« arsenal des démocraties » et jouent un rôle moteur dans la victoire.
L’organisation d’un monde nouveau (1945). Des
conférences (Yalta, San Francisco) entre les vainqueurs définissent le cadre de la paix : frontières,
élections libres en Europe ; création de l’Organisation
des Nations unies (ONU) à New York pour la paix.
Face à l’Europe en ruine, les États-Unis possèdent
tous les attributs (économique, politique, militaire) de
la superpuissance.

L’engagement dans le monde, 1941-1945
3 (Doc 2 et 4) Quel événement pousse les États-Unis dans

Repères

la guerre ? Qu’appelle-t-on le « Victory Program » ?

Isolationnisme : volonté de rester à l’écart du monde.

4 (Doc 4 et 5) Pourquoi peut-on dire qu’en 1945 les ÉtatsUnis possèdent tous les attributs de la superpuissance ?

Neutralité : position d’une nation qui ne participe pas à
une guerre.

Sujet d’étude 1 | Les États-Unis et le monde (1917-1989)  | 

11

Cours

Les États-Unis dans la guerre
froide, 1947-1989
Finlande

10 km

Berlin

2 La politique américaine
de guerre froide

Moscou

Estonie

Suède
Lettonie

Le principal élément de n’importe quelle
politique des États-Unis à l’égard de la
Russie soviétique doit être de contenir
avec patience, fermeté et vigilance ses
tendances à l’expansion. Il importe cependant de noter qu’une telle politique
n’implique ni menaces, ni bravades, ni
gestes superflus d’une inflexibilité apparente. Tout en étant fondamentalement
souple dans ses réactions aux réalités politiques, le Kremlin* n’est nullement insensible aux considérations de prestige.
Comme n’importe quel autre gouvernement, il peut être placé, par des gestes
menaçants et dépourvus de tact, dans
une position telle qu’il ne puisse céder.

Lituanie

URSS
Irlande

Allemagne

RoyaumeUni
Londres

Varsovie

PaysBas

Berlin

Ukraine

Pologne

Belg.
Tchécoslovaquie

Moldavie

Paris
France

Autriche

Suisse

Roumanie
Yougoslavie

Allemagne - zone
d’occupation soviétique

Frontières en 1921

URSS

Frontières en 1945

Italie

Annexions de l’URSS

Allemagne - zone
d’occupation alliée

Bulgarie

Alb.

Turquie
Grèce

Présence militaire
soviétique

États-Unis
Royaume-Uni
France

1

Hongrie

Autres annexions

G. Kennan, conseiller américain
d’ambassade à Moscou, 1947.

200 km

(Pologne, Bulgarie et Yougoslavie)

L’Europe en 1946

Cuba
(crise des missiles)

* Le Kremlin : le pouvoir soviétique.

IIIe flotte

Canada

(1962)

États-Unis
d’Amérique

Hawaii (États-Unis d’Amérique)

Mexique

Blocus de Berlin

Washington

(1948-1949)

Vladivostok

Islande
Mourmansk

Guantanamo

(Cuba)

IIe

Venezuela
Colombie

flotte

Italie

Chine

Libye

Iran
Israël

Égypte

VIIe flotte
Guam

Philippines

Turquie

VIe flotte

Nigeria

Okinawa (Japon)

Odessa

Espagne

Brésil

(1950-1953)

Moscou

Allemagne de l’Ouest (RFA)

Guerre de Corée

URSS

Saint-Pétersbourg

Royaume-Uni

Pérou

Japon

Arabie
Saoudite

Guerre du Vietnam

Afghan.
Pakistan

(1964-1973)

Inde

Thaïlande

Oman

Indonésie

Soudan

Argentine

Australie
NouvelleZélande

États-Unis
chef de file du bloc de l’Ouest
Alliés des États-Unis
Afrique
du Sud

États proches des États-Unis

URSS
chef de file du bloc de l’Est

États en dehors
des blocs (1961)

Autres États communistes

Tensions et conflits
de la guerre froide

Principales bases militaires américaines

Rideau de fer

Flotte américaine

Principales bases militaires soviétiques

3

12

Un monde bipolaire : alliances et crises de guerre froide, 1949-1989

© Éditions Foucher

Zaïre

Nombres d’ogives

1 L’entrée dans la guerre froide, 1947

40000

URSS

35000
30000
25000

États-Unis

20000
15000
10000
5000
0
1945
4

1955

1965

1975

1985

La dissuasion nucléaire

Deux modèles opposés s’affrontent. Dès 1945,
les États-Unis et l’URSS sont des superpuissances
rivales : chacune veut étendre son modèle au reste du
monde. Le modèle américain est fondé sur la démocratie libérale (les libertés individuelles, de parole, de
religion ; un gouvernement représentatif, plusieurs
partis politiques) et le capitalisme (la propriété privée, la liberté d’entreprise). Le modèle communiste
soviétique a pour principes l’autorité de l’État, le parti
unique, l’économie collective et dirigée.
La doctrine Truman (mars 1947). Face à la mainmise
soviétique sur l’Europe de l’Est, les Américains entendent arrêter l’expansion du communisme : le plan
Marshall d’aide économique à l’Europe est accepté
par les pays de l’Ouest mais refusé par l’URSS et les
pays de l’Est. Les Soviétiques veulent étendre le communisme (doctrine Jdanov, septembre 1947) par la
création du Kominform, bureau de liaison des partis
communistes européens.

2 L’ordre du monde bipolaire

5

Enlisement américain au Vietnam, 1966

Questions
L’entrée dans la guerre froide, 1947
1 (Doc 1) Quelle est la situation de l’Europe de l’Est ?
2 (Doc 2) Quels vont être les principes de la politique américaine face à l’URSS ?

L’ordre du monde bipolaire
3 (Doc 3) Pourquoi parle-t-on de « monde bipolaire » ? Qui
en sont les chefs ?

4 (Doc 3) Repérez les deux principaux théâtres de la guerre
froide. Précisez la situation de l’Europe et, particulièrement,
celle de l’Allemagne.
5 (Doc 3 et 2) Par quels moyens les États-Unis veulent-ils
« contenir » les « tendances à l’expansion » de l’URSS ?

Un réseau américain d’alliances défensives vise à
endiguer le communisme en encerclant l’URSS : les
pays de l’Europe de l’Ouest (Organisation du traité
de l’Atlantique Nord, OTAN), de l’Asie du Sud-Est, de
l’Océanie, du Moyen-Orient, forment le bloc occidental dirigé par les États-Unis. Face à lui, le bloc communiste est dominé par l’URSS, entourée de pays
amis : Europe de l’Est (pacte de Varsovie), Corée du
Nord, Chine. L’Europe divisée est au cœur des blocs.
Des crises sans affrontement armé direct entre
les deux Grands ont lieu à la périphérie des blocs :
l’affrontement s’effectue par pays interposés en Asie
(guerre de Corée, 1950, guerre du Vietnam, 1965) ou
se clôt par le recul de l’une des deux superpuissances
en Europe (Berlin, 1948 et 1961) et à Cuba (1962).
La dissuasion nucléaire est le fruit de la course aux
armements : celui qui tire le premier sait qu’il sera
détruit par la réplique de l’adversaire.

3 Vers la fin des blocs, 1989
L’essoufflement des Deux Grands. Dès 1963,
ceux-ci entament une politique de détente avec la
réduction de leur armement. Au Vietnam, les ÉtatsUnis, enlisés dans la guerre, sont contraints au recul
(1973). L’URSS voit son économie délabrée par la
course aux armements (1985).
L’ouverture du rideau de fer (1989) annonce la fin
de la guerre froide et la victoire du camp américain.

© Éditions Foucher

6 (Doc 4) Qu’entend-on par « dissuasion nucléaire » ?
Vers la fin des blocs, 1989
7 (Doc 5 et 3) Quels aspects la guerre du Vietnam semblet-elle revêtir ? Pourquoi parle-t-on d’un « enlisement américain » ?

Repères
Guerre froide : affrontement des blocs sans intervention
armée directe entre les États-Unis et l’URSS.

Sujet d’étude 1 | Les États-Unis et le monde (1917-1989)  | 

13

L’essentiel autrement
Les États-Unis et le monde (1917-1989)
Protéger et défendre le « modèle
américain » (liberté, droit), 1917-1945

ISOLATIONNISME

INTERVENTIONNISTE

Tradition
isolationniste

1917, entrée en guerre auprès des Alliés

Fabrication et ventes d’armes
Prêts aux Alliés
1918, les «14 points » de Wilson,
base des traités de paix

Grande
puissance
économique
et politique

1920, refus du Sénat de ratifier le traité
de Versailles : les États-Unis n’entrent
pas à la SDN

1929, crise économique mondiale
1935-1937, lois de neutralité
1939, vente d’armes aux Alliés
1941, prêt d’armes aux Alliés
Charte de l’Atlantique
Entrée en guerre (Pearl Harbor)
1945, conférences internationales (Yalta) :
Préparer un nouvel ordre mondial

INTERVENTIONNISTE

Puissance
industrielle

Repli sur soi

Une
superpuissance

Deux grands bénéficiaires de la guerre : États-Unis/URSS
Deux systèmes idéologiques opposés : libéralisme/communisme

Affrontement dans la guerre froide
Endiguement/expansion du communisme

Alliances

Monde divisé
en deux blocs

Dissuasion nucléaire

Des crises sans affrontement armé direct entre les Deux Grands

1989, fin de la guerre froide : victoire du camp américain
À partir du schéma et de la carte, dites comment les États-Unis ont protégé et défendu leur modèle (1917-1945)
pour ensuite vouloir l’imposer au monde (1945-1989).

14

L’essentiel en carte
Les États-Unis et le monde (1917-1989)
La partition de Berlin
Zone d’occupation
soviétique
(Berlin-Est)

Zones d’occupation
des Alliés
(Berlin-Ouest)

Mur

5 km

Helsinki
Stockholm

Oslo

Tallinn

Moscou

Riga

Vilnius
Minsk

Dublin

Varsovie
Berlin-Est

Londres
Bonn

Kiev

Prague

Paris

Vienne

Budapest

Bucarest
Belgrade
Sofia

Istanbul

Rome

Madrid
Lisbonne

Athènes

250 km

Bloc américain :

Bloc sovétique :

État membre de l’OTAN,

Ville divisée

État ayant signé un accord
de défense avec des États-Unis

Rideau de fer

alliance militaire défensive
avec les États-Unis (1949)

État ayant accepté l’aide
américaine (plan Marshall, 1947)

URSS
État membre
du pacte de Varsovie,

alliance militaire défense (1955)

État neutre

État ayant rompu
avec l’URSS (1958)

Sujet d’étude 1 | Les États-Unis et le monde (1917-1989)  | 

15

Capacités

Montrer en quoi la situation étudiée
est caractéristique du sujet d’étude

Étudier un témoignage
Constat du général de Gaulle, après un entretien
avec H. Truman, fin août 1945*
Le nouveau président avait admis que la rivalité du monde libre et du monde soviétique dominait tout désormais. L’essentiel consistait donc à éviter les querelles entre
États et les secousses révolutionnaires afin que tout ce qui n’était pas communiste ne
fût pas conduit à le devenir. Devant la menace, le monde libre n’avait rien de mieux à
faire que d’adopter le « leadership » de Washington.
Le président Truman était convaincu que la mission de servir de guide revenait
au peuple américain. D’ailleurs, à quelle puissance, à quelle richesse pouvaient se
­comparer les siennes ? […]
Parmi les belligérants, ce pays était le seul intact. Son économie, bâtie sur des ressources en apparence illimitées, se hâtait de sortir du régime du temps de guerre
pour produire des quantités énormes de biens de consommation. L’avidité de la clientèle, et, au-dehors, les besoins de l’univers ravagé garantissaient aux entreprises les
plus vastes débouchés, aux travailleurs le plein emploi. Ainsi, les États-Unis se sentaient assurés d’être longtemps les plus prospères. Et puis, ils étaient les plus forts !
Quelques jours avant ma visite à Washington, les bombes atomiques avaient réduit le
Japon à la capitulation.
Charles de Gaulle,
Mémoires de guerre. Le Salut : 1944-1946,
t. III, éd. Plon, 1959.

* En 1945, le général de Gaulle est depuis un an le chef du gouvernement provisoire
de la République française.

Appliquer

1 Repérer
• la nature du document ;
• le temps et le contexte ;
• les personnages en question.

1 Quelle est la nature de ce document ?
2 Quand et dans quel contexte le général de Gaulle rencontre-t-il
Harry Truman ?
3 Quelle fonction politique chacun d’eux occupe-t-il alors ?

2 Analyser
• Délimiter les deux parties du texte ;
• Donner l’idée générale de chacune ;
• Dégager les idées secondaires.

4 Quels sont les deux aspects de la situation internationale relevés
ici ?
5 Quelle politique étrangère le président Truman entend-il conduire ?
Pour quelle raison selon lui ?
6 Quels sont les éléments de la puissance américaine d’après le
général de Gaulle ?

3 Interpréter
Révéler l’intérêt du document pour appréhender la position et la politique des États-Unis
dans le monde d’après-guerre.

7 Pourquoi, d’après le constat que le général de Gaulle fait en
1945, les États-Unis vont-ils entrer dans la guerre froide et
constituer le bloc occidental ?

16

© Éditions Foucher

Méthode

Arts, mémoires, témoignages, engagements

Arts et Histoire

Rejet ou attrait du modèle
américain ?

1

Civilisation atlantique, 1953, André Fougeron, peintre français

Tate Modern, Londres.
En 1953, les États-Unis interviennent en Corée (guerre froide), la France combat en Indochine
(guerre coloniale), les époux Rosenberg, soupçonnés d’espionnage au profit de l’URSS, sont
exécutés aux États-Unis (chaise électrique).

2 “America”, West Side Story, 1957
– New York me ravit !
– Pour moi, c’est le paradis !
– Je me plais bien en Amérique !
– Tout me convient en Amérique !
– Tout est libre en Amérique !
– Ici, les filles sont libres de s’amuser !
– On achète tout à crédit !
– Je l’aurai, ma machine à laver !
– Autos pour tous en Amérique !

– Je repartirai en Cadillac, avec l’air
conditionné.
– Et le téléphone. Et la télévision en
couleur !
– Partout des gratte-ciel en Amérique !
– Un boom des industries en
Amérique !
– On construit de grands
appartements !

– La vie est formidable en Amérique !
– Ici tu es libre et fier !
– Libre d’être ce que tu veux être !
Chanson, répliques des femmes (extraits).
Cette comédie musicale (film de J. Robbins et
R. Wise, 1961) fait affronter deux bandes rivales
d’immigrés (Américains blancs descendants
d’Européens et Portoricains venus des Caraïbes)
dans les quartiers pauvres de New York.

© Éditions Foucher

Questions
1 (Doc 1) Que symbolisent la voiture, la chaise électrique
et les trois personnages au centre ?

3 (Doc 1) Que représentent les États-Unis pour les immigrants ? Qui sont-ils ? Que viennent-ils chercher ?

2 (Doc 1) Que dénonce le peintre sur la droite du tableau ?
Quelles sont les conditions de vie des Occidentaux peints à
gauche ?

4 (Doc 1 et 2) En quoi ces deux œuvres traduisent-elles
des points de vue contradictoires sur le modèle américain ?
Sujet d’étude 1 | Les États-Unis et le monde (1917-1989)  | 

17

Les États-Unis et le monde (1917-1989)

Vers le BAC
1

1. Le sujet d’étude

Répondez aux questions suivantes :

1 Sur quels principes les États-Unis sont-ils fondés ?
2 Quelles sont les raisons et les buts de l’intervention des États-Unis dans les deux guerres mondiales ?
Donnez les dates de leur entrée dans chacune.
3 Définissez : guerre froide, monde bipolaire, doctrine Truman, doctrine Jdanov, dissuasion nucléaire.
4 Dites ce que signifient les sigles : SDN ; ONU ; OTAN.
5 Qualifiez le degré d’engagement des États-Unis dans la politique internationale selon les périodes
en inscrivant les mots suivants dans le tableau : isolationnisme, neutralité, engagement. Justifiez votre réponse
par des exemples.
1917-1919
1920-1937
1938-1940
1941-1945

2 Situez ces événements chronologiquement dans le tableau (une même année pouvant
en comporter plusieurs).
Entrée dans la guerre froide ● Fin de la guerre froide ● Crise de Cuba ● Plan Marshall
Construction du mur de Berlin ● Réunification de l’Allemagne ● Doctrine Truman
● Effondrement de l’URSS ● Retrait des Américains du Vietnam ● Chute du mur de Berlin



1947

1961

1962

1973

1989

1991

18

© Éditions Foucher

1990

2. Les situations
u

Choisissez une situation et répondez aux questions correspondantes.

Situation

1 Les « 14 points » de Wilson

Situation

2 Le plan Marshall et le début de la guerre froide

TROP LOURD
Le président Wilson : « Voici le rameau d’olivier. Maintenant,
au travail ! »
La colombe de la paix : « Je veux bien faire plaisir à tout le
monde ; mais c’est un peu lourd. »



League of the Nations 5 SDN

Situation 1

1 Qu’est-ce que la SDN ? Qui est à l’origine
de sa création ?
2 Comment le dessin, par les symboles,
traduit-il l’idéal du président Wilson ?
3 Que met en évidence le texte ? Quelle
réalité historique cette caricature exposet-elle ?
Situation 2

4 Qu’entend-on par « plan Marshall » ? Que
représentent le personnage et la statue ?

© Éditions Foucher

5 Quelle partie de l’Europe a accepté ce
plan ? Quelle en est la conséquence ?
5 En quoi s’agit-il d’une affiche de propagande ? Qu’apporte le plan Marshall aux
pays bénéficiaires ?
Affiche française, 1948.
Sujet d’étude 1 | Les États-Unis et le monde (1917-1989)  | 

19

Sujet
d’étude

La France .
dans l’Union européenne .
et dans le monde

5

La plus petite des grandes puissances, pour certains, ou une puissance moyenne,
pour d’autres, la France occupe une place privilégiée dans le monde.

qqQuels atouts peuvent expliquer cette place ? Dans quels domaines

1

La maroquinerie Louis Vuitton sur les Champs-Élysées, Paris

Les boutiques de luxe Louis Vuitton sont fréquentées par une clientèle internationale haut de gamme, japonaise principalement
et de plus en plus chinoise, qui achète des produits de luxe symbolisant le bon goût mais aussi le savoir-faire français.

68

© Éditions Foucher

se manifeste la puissance de la France et quelles en sont les limites ?

2

Une école primaire en Afrique

Dans beaucoup d’États de l’ouest de l’Afrique (ex. : Sénégal) et du centre (ex. : Congo), le français est resté,
depuis la décolonisation, la langue officielle, et l’enseignement se fait en français.

© Éditions Foucher

Pour découvrir
1 (Doc 1 et 2) Précisez quelle est la localisation de chacune de ces photographies.
2 (Doc 1 et 2) Quels aspects de la puissance de la France illustrent-elles ?
3 (Doc 1 et 2) Relevez les éléments qui permettent, dans chacun des cas, d’expliquer
cette puissance.
Sujet d’étude 5 | La France dans l’Union européenne et dans le monde | 69

Situation

Paris, .
ville mondiale

1

Paris est la capitale de la France, mais c’est aussi une ville mondiale dans la mesure où,
avec son agglomération, elle exerce des fonctions d’importance internationale.

qqQuelles sont ces fonctions ?

Comment Paris, à l’heure où
la concurrence
des grandes métropoles est
particulièrement forte, peut-elle
conserver son rang de ville mondiale ?

1 Paris, une capitale

90 %

90

qui pèse lourd

80 %

80

Paris (2,2 millions d’habitants) est
indissociable de son agglomération (9,9 millions ; 1re agglomération européenne et 20e mondiale).

70

66 %

19 %

10
0

22 %

du PIB

20

de la
production

30

Du Louvre à La Défense
des chercheurs

40

53 %
des plus grandes banques

50

des firmes de plus de 500 salariés

60

des cadres

100

Par rapport
à l‘ensemble de la France (en %)

2

À droite de la Seine, on voit le musée
du Louvre et, au-delà du jardin des
Tuileries, la perspective des ChampsÉlysées, qui sont les hauts lieux touristiques de Paris. Tout à fait au fond,
La Défense, le plus vaste ensemble
de bureaux et de sièges sociaux de
France (nationaux et internationaux)
qui offre plus de 130 000 emplois.

Dans le domaine financier, il est indéniable que la position
de Paris s’est dégradée : du 2e rang au milieu de xixe siècle, elle
est passée aujourd’hui au 5e après New York, Tokyo, Londres
et Francfort. Pour les sièges sociaux, il en est à peu près de
même… Paris est indéniablement un grand centre d’affaires
pour les entreprises françaises, mais la ville n’a accueilli qu’un
petit nombre de sièges sociaux d’entreprises étrangères.
Parmi les 50 plus grandes firmes américaines, par exemple,
31 ont une division en Europe, mais 3 seulement l’ont installée à Paris.
Dans le domaine économique, les activités stratégiques [de
haut niveau] qui contribuent fortement aujourd’hui à la puissance de New York, Tokyo, Londres et Francfort ont en effet
été longtemps freinées ou refusées à Paris…

70

Paris reste un centre politique important mais à la mesure
quelque peu réduite de la France sur la scène internationale.
Quant au rayonnement culturel, il reste grand, même si Paris
a perdu le premier rôle au profit de New York et si une vive
compétition existe aujourd’hui entre villes européennes, tout
spécialement avec Londres. Paris reste malgré tout un des
grands pôles culturels du monde grâce à ses musées prestigieux, ses grandes expositions, son activité littéraire, sa production cinématographique et sa forte concentration d’artistes et de scientifiques…
Bien qu’il soit difficile d’être affirmatif, Paris se classe probablement au 4e rang [mondial] comme pôle économique et
sans doute au 2e comme centre culturel.
D. Noin, Le Nouvel Espace français, © Armand Colin, 2010.

© Éditions Foucher

3 Menaces sur une ville mondiale ?

Pôles d’activité économique

5 km

Vers Lille, Londres,
Bruxelles, Amsterdam

Projet de réseau de métro automatique
liaison à étudier ultérieurement

Lignes à grande vitesse (LGV) existantes
Projets de LGV

VAL-D’OISE

Aéroport existant

Liaison vers
la Normandie

RoissyCharles-de-Gaulle

Gare TGV en projet

Gare TGV existante

Vers Strasbourg,
Allemagne

Pôle de création

Le Bourget

Pôle financier

Pôle aéronautique
RueilMalmaison

St-Denis-Pleyel
La Défense

RueilMalmaison

SEINESAINT-DENIS

Montfermeil

Gare du Nord
Gare de l’Est

YVELINES

Marne-la-Vallée

Gare de Lyon

Gare
Montparnasse

Descartes Noisy-le-Grand

SEINEET-MARNE

HAUTSDE-SEINE

Versailles

VillejuifInst. G.-Roussy

VAL-DEMARNE

Pôle de développement durable

Massy
Orly

Saclay

Pôle scientifique
Vers Tours, Bordeaux,
Le Mans, Rennes

ESSONNE
Interconnexion sud des LGV

Pôle santé

4

Vers Lyon,
Marseille

Source : ministère de la Ville, chargé du Grand Paris

Vers
Rouen,
Le Havre,
Caen

Les défis du Grand Paris

Pour renforcer la compétitivité parisienne et permettre de rivaliser avec les autres métropoles économiques de la planète, le gouvernement envisage de créer des pôles d’activités de haut niveau
autour de la capitale, reliés les uns aux autres par des transports rapides et interconnectés avec
les lignes TGV et les aéroports.

Questions

Clés de lecture

© Éditions Foucher

Paris a une importance mondiale, mais il
doit veiller à maintenir ce rôle.

1 (Doc 1 et 2) Quelle place Paris occupe-t-il en France ?
2 (Doc 3) Quelle place économique et culturelle Paris occupe-t-il dans
le monde ?

●● Une ville-monde
Spécialisée dans le secteur tertiaire, Paris
concentre des activités de haut niveau d’importance internationale.

3 (Doc 2 et 3) Paris est-il une place financière et économique de haut
niveau ? Justifiez votre réponse.

●● Une ville concurrencée
Paris subit la concurrence d’autres villes européennes (Londres, Francfort) et mondiales (New
York, Tokyo…).

5 (Doc 3) Comment évolue le rôle mondial de Paris ?
6 (Doc 4) En quoi consiste le projet gouvernemental du Grand Paris ?
7 (Doc 4) Comment ce projet pourrait-il renforcer le rôle mondial

●● Une position à consolider
La diminution du poids de Paris dans le monde
amène à envisager la création d’un Grand Paris
de l’emploi, de l’innovation, de la croissance.

4 (Doc 2 et 3) Paris est-il un pôle culturel mondial ? Justifiez votre
réponse.

de Paris ?

Pour conclure
Quel rôle mondial Paris joue-t-il ? Ce rôle vous semble-t-il réellement menacé ? Justifiez votre réponse.
Sujet d’étude 5 | La France dans l’Union européenne et dans le monde  | 

71

Situation

2

L’outre-mer .
et la puissance française
Une dizaine de territoires différents, dispersés dans tous les océans, s’étendant
sur 120 000 km2 et rassemblant 2,6 millions d’habitants, soit 3,6 % des Français,
sont des restes de l’empire colonial et constituent la France d’outre-mer.

qqQuels sont les atouts de ces espaces d’outre-mer pouvant contribuer durablement
à la puissance française ?

DPEPOMCOM DROM

Départements et régions d'outre-mer
Martinique
Guadeloupe
Guyane
Mayotte
Réunion
Collectivités d’outre-mer
Polynésie
Wallis-et-Futuna
Saint-Pierre-et-Miquelon
Pays d’outre-mer
Nouvelle-Calédonie
Domaine privé de l'État (3)
TAAF (1)
Clipperton

Métropole

1

Distance/
France

Superficie

6 800
6 800
7 000
8 000
9 300

1 100
1 780
86 504
375
2 512

404 000
465 000
187 000
225 000
825 000

71
100
130
431
314

16 000
17 000
4 300

4 200
250
242

268 000
22 000
9 000

4 868
271
55

19 000

18 585

243 000

243

16 000
12 000

439 000
9
551 000

0
0
63 100 000

1 864
425
349

(km2)

(km)

Population
en 2009

ZEE (2)

(en milliers
de km2)

(1) Terres australes
et antarctiques
françaises : Terre
Adélie, îles Crozet,
Kerguelen, SaintPaul, Amsterdam.
(2) Zone économique
exclusive : zone
dans laquelle
les États riverains
sont souverains
en matière
de gestion
des ressources.
(3) Territoires
inhabités
dont l'État
est propriétaire.

La diversité de l’outre-mer

Cf. carte p. 79.

2 Éloge de l’outre-mer
Sans les hommes et les femmes d’outre-mer, la France
n’aurait pas eu ces succès sportifs dus à des personnalités
comme Roger Bambuck, Marie-José Pérec, Thierry Henry,
Christian Karembeu, Lilian Thuram. […] La France n’aurait
pas eu ces hommes de lettres qu’ont été Alexandre Dumas,
Saint-John Perse, Aimé Césaire ou René Maran qui fut le
premier écrivain noir à obtenir le prix Goncourt en 1921.
Sans l’outre-mer, la France ne serait pas la 2e nation maritime du monde […]. Sans l’outre-mer, la France ne serait pas
une puissance spatiale de tout premier plan, ni même peutêtre une puissance nucléaire respectée. Sans l’outre-mer, la
France n’aurait pas l’influence diplomatique majeure que lui
confère sa présence sur les quatre océans et en Amérique
latine. Sans l’outre-mer, enfin, la France ne pourrait pas
s’enorgueillir de posséder une biodiversité avec laquelle
aucun autre pays du monde ne peut rivaliser.

3 Mise en orbite d’un satellite égyptien, Kourou (Guyane)
Aucune base spatiale dans le monde n’offre autant d’avantages que celle de
Kourou (position près de l’équateur qui permet de bénéficier de l’effet de rotation de la Terre ; absence de séismes, de cyclones).

72

© Éditions Foucher

Discours du président de la République à l’Élysée, 6 novembre 2009.

4

Les Trois-Îlets, Martinique

Des investissements, le plus souvent métropolitains, ont permis le
développement d’une activité touristique qui reste cependant fragile (vieillissement des infrastructures d’accueil, coût élevé de la vie,
­climat social incertain, concurrence de Saint-Domingue, de Cuba).

Clés de lecture

5


Des territoires sous tension :
Saint-Denis-de-la-Réunion, 5 mars 2009

Ces territoires reçoivent des aides diverses de la métropole et de l’Union européenne.
(La Réunion, chômage : le triple de celui de la métropole ; PIB/h : la moitié de celui de
la métropole.)

La puissance française repose en partie sur
les atouts de l’outre-mer.
●● Des territoires variés éloignés
de la métropole
Ces territoires ultrapériphériques diffèrent par
leur superficie, leur population, leurs ressources,
leur statut.

© Éditions Foucher

●● Des territoires indispensables
Outre leur richesse culturelle, ces territoires
apportent à la France ressources économiques
et rayonnement planétaire.
●● Des territoires dépendants
Les investissements, les aides et subventions, les
flux humains, commerciaux et financiers constituent des liens forts entre l’outre-mer et la métropole. Ils font de cette France ultrapériphérique
des îlots de prospérité artificielle.

Questions
1 (Doc 1) Montrez la diversité de l’outre-mer.
2 (Doc 1, 2 et 3) Quels sont les atouts de l’outre-mer qui peuvent
contribuer à la puissance française ?

3 (Doc 2 et 3) Dans quels domaines les contributions de l’outre-mer
à la puissance française sont-elles les plus évidentes ?
4 (Doc 4) Quels aménagements ont été réalisés ? Dans quels buts ?
5 (Doc 5) Quelle est la situation sociale de ces territoires d’outre-mer ?
Justifiez votre réponse.

6 (Doc 3, 4, 5) Montrez que l’outre-mer est dépendant de la métropole.

Pour conclure
L’outre-mer contribue-t-il à la puissance de la France ? Explicitez
votre réponse.
Sujet d’étude 5 | La France dans l’Union européenne et dans le monde  | 

73

Cours

L’ouverture du territoire .
français
5,3

Territoire métropolitain
9,3

Union européenne

Suède

Population
en millions d’habitants

Manche

45

km

0k

61,6

m
4,5

Bassin
parisien

Bretagne

580 km

km

5

38

km

Allemagne
Lux.

10,4

Tchéquie 5,4
Slovaquie
8,4

63,1

Mer
Méditerranée

Pologne

10

Autriche
Hongrie
Slovénie 2

21,3
Roumanie
7,5

60
Corse

France
Par sa superficie :
• 1er État de l’UE
• 47e État mondial

38

France

km

Pyrénées

82

0,5

60 0

40 0

Lituanie

Alpes

Bassin
aquitain

3,3

PaysBas

Bourgogne

Océan
Atlantique

Lettonie

5,5

Belgique 10,6

Massif
central

2,3

Danemark

16,6

Irlande

Lorraine

Estonie
1,3

RoyaumeUni
5
57

Finlande

45
10,7

Par sa population :
• 2e État de l’UE
• 21e État mondial

Bulgarie

Italie

11,2

Espagne

Grèce

Portugal
Malte

250 km

0,4

1 Des atouts pour le territoire métropolitain

Chypre

0,87

3 Le port du Havre
Le Havre est le 2e port français par son trafic (80 Mt) composé à 60 % d’hydrocarbures, le 6e port
européen et le 1er port porte-conteneurs français.

74

4

Ch. de Gaulle et K. Adenauer, 1963

L’amitié du président de la République française et
du chancelier allemand scelle le couple franco-allemand, pilier de la construction européenne.

© Éditions Foucher

Sur l’image satellite, les traînées blanches sont les nuages ; les tons clairs, les plaines et les plateaux ;
les tons plus foncés, les montagnes.

1 Un grand État européen,
un petit État mondial

St-Pétersbourg

Helsinki
Stockholm

Oslo

Tallinn

Mer du
Nord

Moscou
Copenhague

Manchester

Océan
Atlantique

Amsterdam/
Rotterdam

Hambourg
Berlin

Londres
Le Havre
Nantes
Bordeaux

Madrid
Lisbonne

Cologne/Ruhr

Lille

Brux.
Paris
Lyon

Marseille

Francfort

Varsovie

Vienne

Odessa
Budapest

Munich
Milan

Belgrade

Gênes

2 Une intégration à l’Europe
et au monde

Bucarest

Venise

Barcelone

Kiev

Prague

Sofia

Rome

Istanbul

Athènes

Mer
Méditerranée

400 km

Nœuds de
communication

2

Transports
terrestres

Par son territoire. Avec ses 551 000 km2, le territoire métropolitain apparaît comme vaste à l’échelle
européenne, mais très modeste à l’échelle mondiale.
Il faut toutefois majorer ce territoire des 120 000 km2
de l’outre-mer.
Par sa population. La population métropolitaine
de 63,1 millions d’habitants auxquels s’ajoutent les
2,7 millions d’habitants de l’outre-mer place la France
au 2e rang européen mais ne représente que 1 % de
la population mondiale. Cette population fournit une
main-d’œuvre de qualité et un marché de consommation important.

Transports
maritimes

Transports
aériens

principal

Axe majeur

Axe majeur

secondaire

Axe important

Axe secondaire

Axe secondaire

Port

Aéroport
important

La France, un isthme et un carrefour

L’Hexagone est le finisterre de l’Europe. Tout en
étant rattachée à l’Europe continentale et méditerranéenne, la France s’ouvre sur quatre mers différentes par 5 500 km de côtes. C’est en même temps
un isthme entre la Méditerranée et l’Atlantique et un
carrefour entre Europe septentrionale, méridionale,
orientale et occidentale.
Le relief facilite cette ouverture. La disposition
périphérique des montagnes (Alpes, Jura, Pyrénées)
ne gêne pas la mise en place des voies de communication centrées sur Paris (TGV Sud, Est, Thalys,
Eurostar) qui évitent toutefois le Massif central.

3 Une implication historique
dans les affaires du monde

Questions
Un grand État européen, un petit État mondial
1 (Doc 1) Quelle est, par sa superficie et sa population,
la place de la France métropolitaine en Europe ? Dans le
monde ?

Une intégration à l’Europe et au monde
2 (Doc 1 et 2) Pourquoi dit-on que la France est un isthme ?
Un carrefour ?

3 (Doc 2) Quels sont les principaux carrefours français ?
4 (Doc 2 et 3) Quels moyens de transport permettent d’in-

La France a forgé des valeurs universelles. Au
xviiie siècle, les philosophes des Lumières ont mis en
place les idées de démocratie, de droits de l’homme.
Elle a étendu son influence grâce à son empire
colonial. Fondé aux xviie et xixe siècles, celui-ci, ancré
principalement en Afrique, a disparu après 1945,
mais il en reste certains territoires et des habitudes
économiques, culturelles et diplomatiques.
Elle a été un des principaux initiateurs de la
construction européenne. Elle a participé à la fondation de la CECA en 1951, de la CEE en 1957, de l’UE
après le traité de Maastricht en 1992. Elle a contribué
à faire de l’Europe un des centres du monde.

tégrer la France à l’Europe et au monde ?

5 (Doc 2 et 3) Quels sont les grands ports français ?
Comment contribuent-ils à intégrer la France au monde ?
Une implication historique dans les affaires
du monde
6 (Doc 4) Quels personnages apparaissent sur ce
­document ?

7 (Doc 4) Quelle est l’importance d’une telle rencontre pour
la construction européenne ?

Repères
Carrefour : lieu où se croisent différents moyens de transport.
Isthme : bande de terre réunissant deux mers.

Sujet d’étude 5 | La France dans l’Union européenne et dans le monde  | 

75

Cours

La puissance de la France
Le G20 : 87,8 % du PIB mondial
PIB 2009 des pays membres du G20 et du G8
(en milliers de milliards de dollars courants)
Les pays du G20 ont un PIB
de 50 882 milliards de dollars
soit environ 42 000 milliards d'euros

Pays membres du G8
Japon

Allemagne

Afrique
du Sud

5,07
France

14,26

Argentine

3,35

2,18

0,31

2,11

0,37
Arabie
Saoudite

6,12

0,54
Indonésie

1,57

0,62
Turquie
Corée 0,83
du Sud

Royaume-Uni

2,68

Italie

4,90
Chine

1,23
1,23
1,00
0,87

La richesse de la France
Le PIB, ou produit intérieur brut, est la somme des richesses créées annuellement dans un pays, y compris par les acteurs étrangers. Le G8 ou le G20 sont
constitués par les 8 ou 20 pays les plus riches.

1,34 Canada

États-Unis

0,29

1

Reste de l'Union
européenne
Brésil

2 Le rayonnement de la France
L’influence politique est encore forte grâce à son prestige
passé, aux relations entretenues avec les anciens pays coloniaux, au rayonnement exercé dans le monde francophone, à la présence de communautés françaises dispersées
sur toute la planète et aux nombreuses filiales françaises à
l’étranger. La France est présente dans toutes les parties du
monde et elle intervient dans le règlement de nombreux problèmes internationaux. Elle est l’un des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations unies et elle
joue un rôle assez important dans le G8, le groupe des principales puissances du monde. Son influence culturelle reste
grande, même si elle tend aussi à s’affaiblir. C’est un héritage de l’époque où elle avait un très grand rayonnement et
où l’élite de nombreux pays s’exprimait en français. Dans les
domaines artistique, littéraire et scientifique, cette influence
reste encore étendue.
D. Noin, Le Nouvel Espace français,
© A. Colin, Cursus, 2010.

Inde
Russie
Australie
Mexique
3e langue
sur Internet

9e langue
la plus parlée
de la planète

2e langue étrangère
dans l'Union
européenne

Afrique du Nord
et Moyen-Orient
23,9 millions

en millions de personnes et en %
Europe
29,8 millions

Asie et Océanie

27%

22 %

3,7 millions

12,5%
Amériques
et Caraïbes
13,6 millions

4

Intervention française à Haïti

La troupe, mais aussi les ONG, interviennent après le séisme de janvier 2010.

76

5

35%
Afrique
subsaharienne
et océan Indien
38,5 millions

Apprentissage du français dans le monde, 2010

220 millions de personnes parlent le français, mais il y a 2 milliards de locuteurs anglophones.

© Éditions Foucher

3,5%

1 Une puissance économique
La France est la 2e puissance économique européenne. Elle a la 1re agriculture de l’UE, une industrie
de pointe, des services de haut niveau. Elle privilégie
ses rapports avec l’Europe avec qui elle assure des
fabrications (Airbus, Ariane) et elle échange 72 % de
ses investissements, 62 % de ses marchandises.
La France est la 5e puissance économique mondiale. C’est un des principaux pays commerçants du
monde, le 4e exportateur et importateur de services.
Son indice de développement humain de 0,961 la
place au 8e rang mondial. Elle est membre du G8
et du G20 et de grandes institutions économiques
telles que l’OMC, le FMI, l’OCDE. L’économie française
connaît cependant des difficultés (recul industriel,
endettement, déficit commercial…).

2 Une puissance diplomatique
Elle dispose d’outils puissants : son siège de
membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU,
son arme nucléaire, son armée de 400 000 soldats
professionnels, sa participation à l’OTAN, son réseau
diplomatique (le 2e du monde).
Elle peut intervenir dans le monde au nom de la
paix, de la démocratie, des droits de l’homme. Aux
interventions de l’État (à Haïti, en Afghanistan) peuvent s’ajouter celles des ONG. Toutefois, son influence
diplomatique, en particulier en Afrique, est en recul.
3

3 Une puissance culturelle

Le montage de l’Airbus 380

Les pièces, fabriquées au Royaume-Uni, en Allemagne, en Espagne et en France,
sont montées à Toulouse. Ces gros porteurs ont été achetés par Singapour, les
Émirats, l’Australie.

Questions
Une puissance économique
1 (Doc 1) À combien s’élève le PIB français ? Quelle place
ce PIB donne-t-il à la France en Europe ? Dans le monde ?
Qu’en concluez-vous ?

2 (Doc 2 et 3) Quels sont les différents aspects économiques qui permettent à la France d’avoir une influence
mondiale ?
Une puissance diplomatique
3 (Doc 2 et 4) Quels sont les aspects politiques et diplomatiques du rôle de la France dans le monde ?

4 (Doc 2) Expliquez ce rôle.
Une puissance culturelle
5 (Doc 2 et 5) Dans quels domaines culturels la France

La francophonie contribue au rayonnement de la
France. Le français est la langue officielle de 29 États
et de 170 millions d’individus répartis sur les cinq
continents. La francophonie est entretenue par les
programmes de l’Unesco (Organisation des Nations
unies pour l’éducation, la science et la culture) dont
le siège est à Paris, par la présence de 1,7 million de
Français à l’étranger.
Le rôle culturel de la France est important dans le
domaine des arts (musées, expositions), de la mode
(stylistes), de la gastronomie (chefs étoilés), et aussi
de la littérature et des sciences (médaille Fields en
2010).
La France attire. Quatre millions d’étrangers résident
en France et 78 millions de touristes visitent le territoire chaque année, la France étant la première destination touristique mondiale.
Pourtant l’influence de la France dans le monde
décline aujourd’hui au profit de celle des États-Unis
et de la Chine.

© Éditions Foucher

peut-elle s’affirmer ?

6 (Doc 5) En quoi la langue confère-t-elle à la France une
dimension planétaire ?

Repères

7 (Doc 2 et 5) La puissance française est-elle aussi importante aujourd’hui que par le passé ? Justifiez votre réponse.

Francophonie : ensemble de populations parlant le
français.

Sujet d’étude 5 | La France dans l’Union européenne et dans le monde  | 

77

L’essentiel autrement
La France dans l’Union européenne et dans le monde
Des atouts
La situation métropolitaine : un finisterre,
un isthme, un carrefour sur un territoire
de 551 000 km2
Des territoires dispersés dans le monde :
120 000 km2 et une ZEE de 11 millions de km2
Une population nombreuse : 66 millions
Un passé prestigieux

Une grande puissance européenne

Un rayonnement en Europe
et dans le monde
Appartenance aux grandes institutions
mondiales : ONU, OMC, FMI, OCDE, Unesco
Appartenance au G8 et au G20
4e puissance nucléaire mondiale

2e réseau diplomatique mondial
Capacité d’interventions militaires
et humanitaires
Rayonnement culturel (arts, gastronomie,
mode, littérature, usage de la langue française)

2e territoire européen par sa superficie
3e population européenne
2e PIB européen
7e IDH européen

Une moyenne puissance mondiale

21e population mondiale
5e PIB mondial
5e puissance commerciale
(marchandises, services)
8e IDH mondial

Accueil de migrants et de touristes

Des difficultés
Difficultés économiques (recul industriel,
endettement, déficit commercial)
Ouverture sur l’Europe privilégiée
au détriment de l’ouverture sur le monde
Concurrence des modèles
américain et asiatique (Chine)

Des positions menacées
Recul de l’influence économique
Recul de l’influence diplomatique

En vous aidant de l’organigramme et de la carte, montrez les aspects de la puissance française
et les parties du monde dans lesquelles elle s’exerce le plus.

78

© Éditions Foucher

Recul de l’influence culturelle

Polynésie
française

Sujet d’étude 5 | La France dans l’Union européenne et dans le monde  | 

Pays francophones

Principaux partenaires
commerciaux de la France

Union européenne

Guyane
française

6

TUN.

Crozet

Mayotte

Golfe d’Aden
Côtes somaliennes

ÉMIRATS ARABES UNIS

AFGHANISTAN

Kerguelen

Saint-Paul

Amsterdam

Réunion

DJIBOUTI

ARABIE S.

LIBAN

Présence temporaire
des troupes françaises
Participation française aux missions
de paix de l’ONU

Présence permanente
des troupes françaises

GABON

RUSSIE

KOSOVO

CENTRAFRIQUE

TCHAD

ALGÉRIE

MAROC

CÔTE D’IVOIRE

SÉNÉGAL

m
0k
75

Saint-Pierreet-Miquelon

(Métropole)

FRANCE

km

m
00 k
15 7

Saint-Martin / Saint-Barthélemy
Guadeloupe
Martinique
Clipperton

ÉTATS-UNIS

CANADA

00
92

Métropole
et outre-mer

© Éditions Foucher

18
9

00

CHINE

km

JAPON

Terre-Adélie

CORÉE
DU SUD

NouvelleCalédonie

Wallis-etFutuna

Capacités
L’essentiel en carte

La France dans l’Union européenne et dans le monde

79

Capacités

Confronter des points de vue et exercer un jugement critique

Confronter .
des points de vue
Différentes images de l’outre-mer
1. Baie de Sainte-Marie, Nouvelle-Calédonie

2. Les déséquilibres de l’outre-mer
Les économies des DOM-ROM1 sont souvent caractérisées par des déséquilibres d’ordre interne (importance
relative du secteur non marchand2, chômage, fortes
inégalités) et externe (dépendance par rapport aux
aides publiques, faiblesse des exportations comparées
aux importations, déficit de la balance commerciale).
L’effort budgétaire global de l’État en faveur de l’outremer s’élève, en 2009, à 16,7 milliards d’euros contre
15,6 milliards en 2008. Les dépenses de santé devraient atteindre 8,7 milliards d’euros ; le surcoût de
la sur-rémunération des fonctionnaires3 est évalué à
1,5 milliard d’euros. S’y ajoutent d’autres dépenses,
telles les « non-recettes » liées aux dispositifs de défiscalisation4, évaluées à 5 milliards d’euros.
D’après F. Rivière, L’Outre-Mer français : où en sommes-nous ?
La Documentation française, nov. 2009.

1. DOM-ROM : départements et régions d’outre-mer.
2. Administratif.
3. Majoration de 40 % des salaires des fonctionnaires.
4. Réduction d’impôts pour les investisseurs.

Appliquer

1 Présenter les documents
La nature du document (carte, photo, texte…),
l’espace géographique concerné, la date.

1 Quelle est la nature des documents choisis ?
2 Quelles régions du monde concernent-ils ?
3 Ces documents sont-ils comparables ? Pourquoi ?

2 Analyser chacun des documents
Mettre en évidence les éléments sur lesquels les auteurs ont voulu insister.

4 Décrivez chacun des éléments de la photographie. Quelle image
cherche à donner le photographe ?
5 Déterminez, d’après ce texte, la situation économique et sociale de
l’outre-mer. Quel message son auteur cherche-t-il à faire passer ?

3 Confronter les documents
Dégager leurs ressemblances et leurs différences. Déterminer en quoi ils sont complémentaires ou contradictoires.

6 Comment expliquez-vous ces différences de jugement ? Ces
documents présentent-ils des situations similaires ? Justifiez.

4 Exercer un jugement critique
Essayer d’établir un jugement neutre sur
la situation étudiée.

7 Montrez, grâce aux documents et à vos connaissances, que l’apport de l’outre-mer à la puissance française doit être nuancé.

80

© Éditions Foucher

Méthode

Arts, mémoires, témoignages, engagements

Arts et Géographie

1900-2010 : d’une Exposition
universelle à l’autre

1

Le Grand Palais, Paris, 1900

L’Exposition universelle de 1900 attire 50 millions de visiteurs et marque la foi dans la science et le progrès. Elle se déroule le long de la Seine, au pied de la tour Eiffel érigée en 1889. Pour l’Exposition, sont
construits le Grand et le Petit Palais, le pont Alexandre-III, la gare d’Orsay, le premier métro et de nombreux
bâtiments disparus aujourd’hui. Ces constructions sont, par leur aspect imposant, l’emploi de l’acier, du fer
et du verre, leur décoration chargée, dans le goût des années 1900, dites de la Belle Époque.

2

Le Pavillon français, Shanghai, 2010
Ce pavillon de l’architecte Jacques Ferrier s’inscrit dans le thème de
« la ville sensuelle : meilleure ville, meilleure vie », une ville qui assure
le confort humain (les cinq sens) dans le respect de l’environnement.
Lors de la présentation officielle du projet à Paris, l’accent
avait été mis sur la conception du pavillon qui se veut écologique et bioclimatique.
À destination du public chinois, il reste surtout un alignement de clichés parmi les plus attendus. Sept chefsd’œuvre du musée d’Orsay dont L’Angélus de Jean-François
Millet, Le Balcon d’Édouard Manet ou La Salle de danse à Arles
de Vincent Van Gogh. Mais la foule, qui a attendu plus de
trois quarts d’heure pour pénétrer dans le pavillon, s’enthousiasme d’abord pour d’autres classiques : la tour
Eiffel, des photos d’amoureux qui s’embrassent sur les
bancs publics, une fausse devanture de bistro, une malle
géante signée Vuitton.
Raphaëlle Bacqué, Dossiers et Documents du Monde,
juillet-août 2010.

© Éditions Foucher

Questions
1 (Doc 1 et 2) Situez chacune de ces expositions universelles. Que traduit le changement de lieu ?

3 (Doc 1 et 2) Comparez le style du palais « Belle Époque »
et celui du « palais sensuel ».

2 (Doc 1 et 2) Montrez que chacune de ces expositions
est l’occasion d’afficher la puissance française.

4 (Doc 1 et 2) En quoi les objectifs de la France en 2010
diffèrent-ils de ceux affichés en 1900 ?

Sujet d’étude 5 | La France dans l’Union européenne et dans le monde  | 

81

La France dans l’UE et dans le monde

Vers le BAC
1

1. Le sujet d’étude

Indiquez la notion définie par les phrases suivantes.
Définition

Notion

Capacité économique, politique, culturelle à
s’imposer, voire à commander.
Lieu de convergence de voies de
communication dans lequel se concentrent
les activités.

2 Indiquez la bonne réponse en cochant la case qui convient. Si l’affirmation est exacte, justifiez.
Si elle est fausse, rétablissez la bonne réponse.
Vrai

Faux

• Par sa superficie, la France est le 4e État européen.
• L’ouverture maritime de la France se fait par les ports du Havre, Marseille, Montpellier.
• La France possède un siège au Conseil de sécurité de l’ONU.
• La France occupe la première place mondiale dans le domaine de la créativité artistique.
• La place de l’économie française dans le monde est moins importante aujourd’hui qu’il y
a 30 ans.

3 Colorez
en rouge sur
ce planisphère
les différents
espaces
du territoire
français
(métropole et
outre-mer).

4 Répondez aux questions
suivantes concernant
la francophonie.
1 Définissez le terme de francophonie.

3 Citez cinq autres pays francophones
dans le monde.

Centre francophone en Mauritanie

82

© Éditions Foucher

2 Où est situé ce centre ? Quelle est
son activité ?

2. Les situations
Choisissez une situation et répondez aux questions correspondantes.

u

Situation

1 Paris, ville mondiale

1. Les fonctions parisiennes
Vers Stade de France

La Villette

XVIII
Sacré-Cœur /
Montmartre

La Défense
Ch.

-de

XIX

XVII

-Ga

ulle

Nord

Palais des Congrès

VIII
Arc de St-Lazare
Triomphe
Élysée
Cha
mp
s-É
lys
ées

Gra
Armnde
ée

XVI

IX
Opéra Garnier

Louvre

VII
Hôtel Matignon
Unesco

Stade Roland-Garros
XV

X

Bourse

Assemblée
nationale

Tour Eiffel

Est

Sénat
VI

II

III

XI

I

XX

Centre Pompidou
Cathédrale
Notre-Dame
IV
Opéra Bastille
Quartier
latin

Tour Montparnasse

V
Sorbonne
Austerlitz

Lyon

Montparnasse
Parc des
Expositions

XII
Ministère de
l’Économie (Bercy)

Bibliothèque
nationale de France
XIV
XIII

2. Paris, « Ville Lumière »
Jusqu’à la Première Guerre mondiale,
Paris attire, tel un aimant, artistes et
écrivains du monde entier, souvent
réfugiés et exilés qui lui reconnaissent volontiers une primauté mondiale. La primauté est aussi scientifique, marquée par des chercheurs
de talent. Paris peut alors prétendre
éclairer le monde… Qu’en restet-il aujourd’hui ? L’idée de « Ville
Lumière » est désormais un argument touristique repris par d’autres
cités qui mettent en avant la mise en
lumière de leurs monuments principaux… Paris reste la première destination touristique mondiale mais
son aura culturelle et artistique a en
grande partie disparu.
Youri Carbonnier, Paris, une géohistoire,
La Documentation photographique,
avril 2009.

Cœur politique

Gare

Principaux lieux des affaires

Quartier universitaire
et culturel
Grand axe
des affaires

Principaux espaces verts
Principaux lieux culturels
ou récréatifs
Principaux lieux
touristiques

Situation 1

1 Relevez les lieux où s’exercent dans
Paris des fonctions internationales. De
quels types de fonctions (économique,
politique, culturelle, logistique…) s’agit-il ?
2 Que faut-il entendre par « Ville Lumière » ?
3 Selon Y. Carbonnier, Paris mérite-t-il tou-

Situation

2 L’outre-mer et la puissance française

Les atouts de la Nouvelle-Calédonie
Les terres de Nouvelle-Calédonie regorgent de 40 à 50 millions de
tonnes de réserves en minerai (nickel), soit l’équivalent approximatif
du tiers des réserves mondiales… Au regard de ses propriétés physiques, le nickel est présent dans le cœur des réacteurs nucléaires,
dans les turboréacteurs des avions, les moteurs de la fusée Ariane.
Il est également un élément indispensable de l’inox qui représente
un immense marché au niveau mondial… En outre, la NouvelleCalédonie est un formidable contributeur au rayonnement de la
France dans le Pacifique Sud. Elle permet à la France de s’inscrire
dans le jeu diplomatique avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande.
Clémence Mallatrait, La France,
puissance inattendue au xxie siècle
dans le Pacifique Sud, L’Harmattan, 2009.

jours le nom de « Ville Lumière » ? Pourquoi ?
Situation 2

1 Où est située la Nouvelle-Calédonie ?
2 En quoi la Nouvelle-Calédonie contri-

Chômage %
2008

© Éditions Foucher

bue-t-elle à la puissance française ?

3 La population calédonienne semblet-elle profiter de ces atouts ? Justifiez votre
réponse.

Métropole
Nouvelle-Calédonie

PIB/hab.  
(mille €)

7,3

30,0

16,3

24,7

Sujet d’étude 5 | La France dans l’Union européenne et dans le monde  | 

83

Sujet
d’étude

6

Acteurs et enjeux de
l’aménagement du territoire
L’aménagement du territoire désigne l’ensemble des actions concertées visant à obtenir
une répartition humaine et économique optimale des hommes et des activités dans
l’espace français. L’État, dans le cadre de la décentralisation, ne décide plus seul.

qqQuels acteurs interviennent dans la concertation et avec

quelles compétences ? Comment concilier la compétitivité, la lutte
contre les inégalités territoriales et le développement durable ?
1 Le pôle de compétitivité
« Industries et agro-ressources »,
acteur de l’aménagement, 2005

© Éditions Foucher

Pôle de compétitivité : structure qui rassemble des territoires, des entreprises privées
et publiques, des centres de recherche et de
formation pour créer des projets innovants à
portée internationale.

84

L’État centralisé
(jusque 1982)
1963
DATAR
(Délégation
à l’aménagement
du territoire et
à l’action
régionale)

1965

1970

1982-1983
Lois Deferre
(décentralisation)

1975
Conservatoire
du littoral

1975

1980

L’État décentralise
(1982-2003)
1999

1992
Loi Joxe (communautés
de communes)
1995
Loi Pasqua (« pays »)
1985

1990

1995

• Lois Chevènement
(fixant et simplifiant
les trois formes
d’intercommunalité)
• Loi d’orientation
et d’aménagement
pour le développement durable
des territoires
(Loi Voynet)
2000

L’État
décentralisé
(depuis 2003)
2004
Lois Raffarin
renforçant
la décentralisation
2006
DIACT
2005

2010

«Créateurs, chercheurs, chefs d’entreprises, investisseurs, Marseille Provence Métropole est plus que jamais
photos : MPM, F. AUBERT, POPSUD, F. MOURRA, F. MARTINI

à vos côtés. Nous avons de sérieux atouts : une place privilégiée dans l’Union Pour la Méditerranée, le Grand Port Maritime de
Marseille Fos, la plus grande université française, Aix-Marseille, à l'horizon 2010 et un formidable rayonnement au titre de Capitale
Européenne de la Culture 2013. Ensemble, mobilisons nos forces et faisons vivre nos ambitions.»
Eugène CASELLI

Président de la Communauté urbaine
Marseille Provence Métropole

Communauté urbaine Marseille Provence Métropole

l’agence

Direction du Développement Economique et des Affaires Internationales
Tél. : 04 95 09 50 18 - Mail : ddeai@marseille-provence.fr

2

Campagne publicitaire de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole, 2008

Projet Euroméditerranée : créer une métropole majeure dans la zone de partenariat économique engagée par l’Union­
européenne avec de nombreux États méditerranéens.
MPM : communauté urbaine rassemblant Marseille et 17 communes périphériques (créée en 2000).

© Éditions Foucher

Pour découvrir
1 (Doc 1) Décrivez le document. Quels sont les domaines économiques concernés par ce
pôle de compétitivité ? Quels en sont les objectifs ?
2 (Doc 2) Quels atouts de la MPM sont valorisés par l’affiche ? De quelle façon ?
3 (Doc 1 et 2) Quels sont les acteurs et les enjeux de ces aménagements territoriaux ?
Sujet d’étude 6 | Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire  | 

85

Situation

1

Le Conservatoire du littoral
Le Conservatoire du littoral et des rivages lacustres (1975) est un organisme public chargé
de la protection et de la mise en valeur des espaces côtiers.

qqQuelles sont les missions du Conservatoire ? Quelles sont ses relations
avec les autres acteurs de l’aménagement du territoire ?

Normandie (9,19 %)

Plus de16 %

Bretagne Pays de la Loire
(10,79 %)

DOM (15,42 %)

De 9 à 16 %
Moins de 9 %

Autour de 11 lacs (1,21 %)

E. Patriarca, « La France bien conservée
sur les bords », Libération, 9 février 2005.

Lac Léman
Guadeloupe

Le Conservatoire agit pour prévenir la
perte irréversible d’un capital biologique, esthétique et identitaire ; pour
inscrire dans le développement durable l’aménagement et la restauration des écosystèmes majeurs ; pour
autoriser le libre accès aux rivages ;
pour contribuer à la recherche scientifique.
Brochure de présentation
du Conservatoire du littoral, janvier 2011.

Martinique

Corse (14,7 %)
Guyane

Réunion

2

A autorité sur
Conseille
Décide
9 conseils de rivage
Élus départementaux
et régionaux à parité.
Ils proposent des mesures
et conseillent sur la gestion
de leur littoral en lien avec
les collectivités locales.

Le symbole
du Conservatoire
du littoral

Sud-Ouest
Atlantique (7,2 %)
Patrimoine naturel
exceptionnel à protéger
Forte pression
urbaine ou touristique
sur le littoral

Méditerranée (34,91 %)

Plus de 1 000 km de rivages à gérer…

Ministère de l'Écologie,
du Développement durable,
des Transports et du Logement
Conservatoire du littoral
Conseil d'administration
(instance de décision)
Composé à parité d'élus
(départementaux, régionaux et
nationaux) et de représentants
de l'État.
Budget

(50 millions d'euros par an environ)

10 délégations
régionales
Représentent
localement
le Conservatoire.
3

Provenant en majorité de taxes
maritimes, de subventions (État, UE,
collectivités, intercommunalités),
du mécénat d'entreprise et de dons
des particuliers.

Le Conservatoire du littoral travaille avec les autres acteurs de l’aménagement

86

100 km

Acquisition de terrains dégradés par
la pollution ou l'érosion, menacés par
l'urbanisation, inaccessibles
au public ou mal gérés.

Réhabilitation des espaces
acquis et dégradés.
Gestion des espaces en partenariat
avec l'État, les collectivités, l'Office
national des forêts,
des associations...
Participation
à l'élaboration de lois
de protection du littoral.

© Éditions Foucher

Le Conservatoire du littoral protège,
en les achetant, les terrains fragiles
ou menacés et intéressants au niveau écologique. Les terrains acquis
ne peuvent plus être cédés. Chaque
acquisition entraîne un bilan qui explore l’état du site, sa richesse floristique et faunistique, son intérêt paysager et culturel.

Répartition des terres
acquises par le Conservatoire
par zones régionales
(en % du total des acquisitions)

Manche - Mer du Nord (4,63 %)

1 Que fait le Conservatoire ?

Belle-Île-en-Mer
Pointe des Poulains

D2

Golfe de Quiberon

5

Sauzon

Ster Vras
Apothicairerie

D30

Le Palais

Kerdélan

Dunes de
Donnant

D2

Bangor

5

90
D1

Le GrandCosquet

Port-Goulphar

Aiguille de
Port-Coton

Le GrandVillage

Locmaria
Pointe
de Pouldon

Océan Atlantique
Périmètre d’intervention

2 km

4

La Guadeloupe, un littoral protégé

L’archipel présente sur 650 km de rivages une vaste
diversité de paysages : côtes rocheuses volcaniques,
lagons, falaises… Face à ce patrimoine menacé, le
Conservatoire conjugue accueil du public, sentiers de
découverte et préservation des habitats d’espèces
remarquables. Les sites sont gérés par les collectivités
et associations.
D’après la brochure du Conservatoire du littoral en
Guadeloupe, 2010 (www.conservatoire-du-littoral.fr).

5

Propriété du Conservatoire

Belle-Île-en-Mer (Morbihan)

335 ha acquis par le Conservatoire (1980-2010).
Le gestionnaire est la CCBI (Communauté de communes de Belle-Île-en-Mer). Le
Conservatoire a acquis ces espaces naturels fragiles afin de gérer au mieux la fréquentation importante du public. De nombreuses zones sont mises à nu et en prise
directe avec l’érosion. Les piétons sont canalisés sur des chemins balisés. Des plantations d’espèces fixatrices sont réalisées. […] La restauration des édifices (ex. :
phare de la pointe des Poulains) et des espaces naturels revient au Conservatoire
(pour un coût de plus de 1,5 million d’euros, soutenu à 30 % par la région, le département et la CCBI).
www.conservatoire-du-littoral.fr et www.ccbi.fr

Clés de lecture
Le Conservatoire du littoral est un acteur
de l’aménagement des territoires français
engagé dans le développement durable.
●● Les enjeux
Le Conservatoire défend des côtes, des écosystèmes et des pratiques culturelles. Il soutient la
valorisation économique et la recherche scien­
tifique.

© Éditions Foucher

●● Un organisme national décentralisé
Le Conservatoire est déployé sur toutes les côtes
de métropole et d’outre-mer ; il est décentralisé
en délégations régionales.
●● Un travail en partenariat avec les autres
acteurs de l’aménagement
Les espaces acquis restent gérés par l’UE, l’État,
les collectivités et les intercommunalités. Des
aménagements sont élaborés et financés en
commun et adaptés à chaque situation.

Questions
1 (Doc 1) À quoi sert le Conservatoire ? Contre quelles nuisances
­lutte-t-il ?
2 (Doc 2) Quels sont les espaces où le Conservatoire intervient le plus ?
Pourquoi ?
3 (Doc 3 et 5) Avec quels autres acteurs de l’aménagement du territoire
doit-il travailler ? Pourquoi ne peut-il agir seul ?
4 (Doc 1 et 3) En quoi agit-il dans la perspective du développement
durable ?
5 (Doc 4) Pourquoi choisir cette photographie pour cette brochure ?
6 (Doc 4 et 5) Qui aménage ces sites ? Comment ? En quoi ces
exemples illustrent-ils les objectifs du Conservatoire ?

Pour conclure
Quels rôles le Conservatoire du littoral joue-t-il dans l’aménagement du territoire ? Pour quels enjeux ? Avec quels moyens ?
Sujet d’étude 6 | Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire  | 

87

Situation

Aménager les « Terres du pays .
de Maroilles »

2

La communauté de communes du pays de Mormal et de Maroilles (2C2M) regroupe
dix communes du Nord depuis 1993. Maroilles, pôle d’excellence rurale, propose
en 2000 l’aménagement d’une Maison du Maroilles, destinée à faire connaître
son patrimoine agricole, fromager et culturel.

qqQuels sont les enjeux d’un tel projet pour la 2C2M ?
25 km

A2

A25

Calais

CC pays de Mormal
et Maroilles

6

BELGIQUE

A16

2 Les objectifs

Lille

NORD PAS-DE-CALAIS
Arras

A1

de la 2C2M

Valenciennes

A2

Locquignol

Preuxau-Bois
Robersart
CroixCaluyau Bousies
Forest-enCambrésis

Fontaineau-Bois

Maroilles

Landrecies
Le Favril

A2

8

A26

Amiens
Une collectivité comme
PICARDIE
A29
la 2C2M n’échappe pas
Saint-Quentin
à la problématique de
tous les territoires français, ruraux notamment : comment
offrir à leurs habitants aujourd’hui, et demain à leurs enfants, une activité professionnelle et un cadre de vie propres
à leur épanouissement. Autrement dit, des emplois, des loisirs et les moyens qui permettent d’y accéder : l’éducation,
la formation et la culture. Malgré la modestie de ses dimensions (10 000 habitants sur 10 communes), la 2C2M n’est pas
mal placée : une cité scolaire, un secteur artisanal propice
à l’apprentissage, un tissu associatif vivace… Et l’insigne
avantage de se situer dans le parc régional de l’Avesnois, au
cœur des préoccupations environnementales du début du
xxie siècle. […] La 2C2M ouvre son territoire aux entreprises
désireuses de s’installer et de bénéficier des atouts économiques et de qualité de vie qu’elle offre : territoire proche
des grandes métropoles et réseaux de communication européens, main-d’œuvre artisanale à coût très compétitif, fiscalité attractive…
D’après la plaquette d’information de la 2C2M,
http://www.2c2m-avesnois.fr

Une intercommunalité dynamique : la 2C2M

10 communes
Conseillers municipaux
élus au suffrage universel
direct

élisent

3

Conseil de communauté
Conseillers élus au suffrage indirect
par les conseillers municipaux. Lieu
de débats et de prise de décisions
pour gérer l’intercommunalité.
désigne

élit

La 2C2M au service des citoyens
Bureau
Composé du président et des
vice-présidents, il est l’organisme
exécutif de l’intercommunalité.

conseille

Commissions permanentes (ou comités consultatifs ponctuels composés de spécialistes)
– Finances – aménagement et développement rural.
– Aménagement de l’espace communautaire, du massif forestier, tourisme vert, loisirs et sports.
– Développement économique (agroalimentaire, artisanat, services à la personne), aménagement
du territoire, protection et valorisation de l’environnement, mise en valeur du paysage et
patrimoine.
– Communication, information, technologies de l’information, de la communication et du multimédia.
– Tri sélectif, déchetterie.

88

D’après
le règlement
intérieur
de la 2C2M.

© Éditions Foucher

1

Dans la zone d'activités intercommunale
La fromagerie de l'abbaye : l'atelier
200 tonnes de fromage produit par an, dont le « Ch'ti Bio »,
fromage auréolé du label Agriculture biologique, à destination
des crémiers et des grandes surfaces.
Le résidu de la fabrication, traité dans une station d'épuration
locale, produit du méthane pour chauffer l'espace d'accueil.

« Le parcours des sens » :
un centre d'accueil et d'interprétation
Accueil du public (découverte de la fabrication du
fromage et du travail des agriculteurs du territoire).
Vente des produits du terroir.
Visites guidées multilingues.

Dans l'ancienne abbaye de Maroilles,
face au parc naturel régional de l'Avesnois

« Le Carré des saveurs » :
un centre de découverte
des saveurs et du goût
Le centre entend développer l'éducation au goût
et promouvoir la richesse culturelle du terroir.
Il est destiné à l'accueil des écoles de cuisine
de la région et de séminaires.

4

Le projet « Terres du pays de Maroilles » devient réalité le 1er mai 2010

Le « pays de Maroilles » désigne un territoire de projet destiné à dynamiser les espaces ruraux de deux communautés de communes partenaires, la 2C2M et la communauté de communes rurales des Deux Helpes. Le
projet « Terres du pays de Maroilles » entraîne la réalisation d’une structure triple, dévolue à la vie économique
et au savoir-faire culinaire du « pays ». Tout cela réalisé grâce au concours des élus des 22 communes des deux
communautés et aux investisseurs privés.
D’après H. Gournay, « Terres du pays de Maroilles : les élus des communautés
de communes inaugurent les locaux », Magazine de la communauté
de communes du pays de Maroilles et de Mormal, n° 4, juin 2010.

Questions

Clés de lecture
La 2C2M aménage et dynamise son territoire en l’inscrivant dans la défense du patrimoine et de l’environnement.

© Éditions Foucher

●● Les enjeux de la 2C2M
La communauté de communes s’efforce de
dynamiser le patrimoine culturel de son territoire,
dans le but d’assurer une revalorisation de son
espace rural et de le développer économiquement.
●● Le projet « Terres du pays de Maroilles »
Il s’inscrit dans les enjeux de l’aménagement du
territoire : compétitivité (revalorisation rurale) et
développement durable (préservation du patrimoine paysager et culturel).

1 (Doc 1) Localisez puis définissez la 2C2M. Quels atouts du territoire
sont soulignés ?
2 (Doc 1, 2 et 3) Montrez comment la 2C2M cherche à rendre son
territoire compétitif.
3 (Doc 1, 2 et 3) S’inscrit-elle dans une démarche de développement
durable ? Justifiez.
4 (Doc 3) Quel intérêt ont les communes à se regrouper dans la 2C2M ?
5 (Doc 4) Quels sont les acteurs du projet ? Quelles activités sont mises
en valeur ?

6 (Doc 2 et 4) Décrivez les bâtiments aménagés. Le projet répond-il
aux objectifs de la 2C2M ?

Pour conclure
Décrivez la politique d’aménagement du territoire de la 2C2M :
quels en sont les enjeux ?
Sujet d’étude 6 | Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire  | 

89

Cours

Divers acteurs .
pour aménager les territoires
1 La république des proximités
Art. 1. Les communes, les départements et les régions s’administrent librement par des conseils élus. Des lois détermineront la répartition des compétences et des ressources publiques […] ainsi que les modalités de la coopération entre
collectivités et la participation des citoyens à la vie locale.
Loi de décentralisation, 1982.

s!

pour les Breton

13 000

entre 2000 et 2006...

projets financés par l’Europe

L’État restera le garant du respect du droit par toutes les autorités locales. Il assurera l’égalité afin qu’il n’y ait pas de
territoires délaissés et de citoyens privés de services essentiels. Il sera un lien et un facteur d’unité entre collectivités
publiques. […] Les administrations centrales ne devront
garder que des tâches de conception, d’impulsion, de coordination et d’évaluation.

...et ça continue en 2007 - 2013 !

À fournir

Samedi 9 mai 2009
Journée de l’Europe

Pour plus d’informations :
� www.bretagne.pref.gouv.fr
� www.bretagne.fr

PRÉFECTURE DE RÉGION
BRETAGNE

2

L’Union européenne : une aide à l’aménagement

4

Des compétences décentralisées
BUDGET 2010
(répartition des
dépenses en %)

Enseignement, culture,
sports
Sécurité
Aménagement du territoire
et transports
Action sociale (personnes
âgées ou handicapées,
enfance, aides à
l’insertion…)

Département Région Bassede la Manche
Normandie
(570 M€*)
(740 M€*)
9,5
(dont collèges)
3,3
17,8

20,5

40
(dont bâtiments
de la protection
maternelle et
infantile)

0,3

Emploi et formation
professionnelle

3

La commune, un acteur au quotidien

Au sommaire : échos du conseil municipal (taxes, aides au handicap), cadre
de vie (plan d’urbanisme, installation du métro, voirie), développement durable
(recyclage des déchets), vie économique, vie sociale (logements), vie des quartiers, culture locale, écoles, sports, tribunes de débats…

90

24,3
(dont lycées)

20,26

Environnement

3,8

2,2

Développement économique

5,9

8,8

Gestion du patrimoine,
personnel, finances
* M€ 5 millions d’euros.

19,7

23,61

© Éditions Foucher

N°88 - juin/juillet/août 2010

Bulletin municipal d’informations - 1 €

www.pharesetbalises.com - 05/09 - Crédits photos : BMO/Cabinet Fortier

D’après un discours de J. Chirac,
candidat à l’élection présidentielle, Rouen, 10 avril 2002.

1 L e rôle de l’État et de l’Union
européenne
L’État coordinateur. Il finance, initie, valide ou non les
projets d’aménagement. La DIACT (2006) est l’institution chargée de développer l’économie à toutes les
échelles et de compenser les inégalités territoriales.
Les subventions européennes. L’UE soutient les
aménagements qui rééquilibrent ses territoires et renforcent sa position mondiale.

2 L a décentralisation multiplie
les acteurs

5

Les collectivités territoriales répondent aux
attentes locales. Pour impliquer plus les citoyens et
permettre une gestion de proximité efficace, l’État
se décentralise depuis 1982. Il transfère une partie
de ses compétences et de son budget aux collectivités territoriales (communes, départements, régions),
dotées d’institutions (conseils régionaux, généraux,
municipaux) élues par les citoyens pour bâtir des projets d’aménagement. L’essor économique revient aux
régions, la politique sociale aux départements, les
actions de proximité aux communes (ex. : urbanisme).
Les citoyens et les entreprises agissent dans
l’aménagement. Les citoyens votent et débattent
publiquement. Les entreprises s’impliquent par leurs
choix de localisation.

L’intercommunalité : un nouvel échelon

Le pays de Brocéliande rassemble autour de projets dynamiques et volontaires
43 communes rurales proches de Rennes (réunies dans 5 communautés de
communes), soit 70 000 habitants… Les transferts de compétence entre
­communes et intercommunalités restent encore parfois à préciser.

Questions
Rôle de l’État et de l’Union européenne
1 (Doc 1) Comment le rôle de l’État évolue-t-il depuis
1982 ? Et celui des collectivités territoriales ?

2 (Doc 2) Comment l’UE s’implique-t-elle dans l’aménagement du territoire ?

3 L’intercommunalité s’étend
depuis 1992
Les atouts des EPCI. Pour disposer de ressources
accrues afin de réaliser des projets ambitieux de
développement et d’aménagement de l’espace, des
collectivités se groupent volontairement : « pays »,
communautés urbaines (plus de 500 000 habitants),
d’agglomération (plus de 50 000 habitants), de communes (souvent rurales) ou syndicats.
Les limites des EPCI. Les responsabilités des collectivités impliquées se chevauchent parfois, alourdissant
la gestion des EPCI. Les territoires moins dynamiques
peinent parfois à se faire entendre. Les représentants
des EPCI, non désignés par les citoyens, sont parfois
contestés par les élus des collectivités.

La décentralisation multiplie les acteurs
3 (Doc 3) Quels aménagements sont mis en avant par

© Éditions Foucher

la revue ? Quels services les communes rendent-elles aux
citoyens ?

4 (Doc 4) Quels secteurs sont gérés en priorité par chacune
de ces collectivités ?

Repères

L’intercommunalité s’étend depuis 1992
5 (Doc 5) Décrivez l’affiche : quels sont les avantages de

DIACT : Délégation interministérielle à l’aménagement et à la
compétitivité des territoires (2006).

l’intercommunalité ?

6 (Doc 3, 4 et 5) Quels sont les avantages et, selon vous,

EPCI : Établissement public de coopération intercommunale,
créé depuis 1992.

les inconvénients de la multiplication des acteurs de l’aménagement du territoire ?

« Pays » : territoire de projets unissant de vastes collectivités
pour dynamiser les espaces ruraux.
Sujet d’étude 6 | Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire  | 

91

Cours

Trois enjeux pour aménager .
les territoires durables
1 Équilibrer les territoires
La politique d’aménagement du territoire a pour but d’assurer à chaque citoyen l’égalité des chances sur l’ensemble
du territoire et de créer les conditions d’un égal accès au savoir. Elle a pour objet la mise en valeur et le développement
équilibré du territoire de la République. À cet effet, elle corrige les inégalités des conditions de vie des citoyens liées
à la situation géographique et à ses conséquences en matière démographique, économique et d’emploi. Elle vise à
compenser les handicaps territoriaux. Elle tend à réduire les
écarts de ressources entre les collectivités territoriales en
tenant compte de leurs charges. L’État assure l’égal accès de
chaque citoyen aux services publics.
Extrait de la loi d’orientation pour l’aménagement
et le développement du territoire, 1995.

1 Maison des associations
2 Groupes scolaires primaires
3 Mosquée

8 Conteneurs à déchets enterrés
(hygiène, lutte contre la nuisance
sonore)

4 Citystade (espace multisports en
libre accès)

9 Petite Amazonie : site classé
Natura 2000 (protection des
écosystèmes par l’UE)

5 Institut supérieur d’optique,
résidence étudiante

10 Piscine de la Petite Amazonie

6 Centre commercial, bureaux,
services administratifs et sociaux,
activités économiques
7 Axes de circulation : ponts,
voies ferrées, pistes cyclables,
voies piétonnes, transports en
commun

11 Collège et pôle d’excellence
scolaire en sciences (activités
éducatives de haut niveau)
12 Ancien stade Saupin devenu un
pôle international de recherche
en sciences humaines
13 Maison de l’emploi (information,
recherche d’emploi, création

d’entreprises…)
D’après http://www.nantesmetropole.fr

7
12

2

Créer des emplois et des entreprises à Strasbourg

Feder : Fonds européen de développement régional.

3 Le quartier Nouveau Malakoff (Nantes)
Avec l’aide de la communauté urbaine de Nantes, le quartier, vétuste et mal
équipé en services et activités économiques, bâtit depuis 2004 des immeubles
rénovés et mieux isolés pour faciliter les économies d’énergie, incluant des
bureaux et 1 000 logements (dont 25 % sur critères sociaux).

11
10
6
13
5
1
4
2

92



3

© Éditions Foucher

7

1 L’équité territoriale
Assurer la cohésion territoriale et sociale.
L’aménagement doit assurer à tous un égal accès aux
services publics, en favorisant la modernisation et le
développement équilibré des territoires. L’État, par les
primes à l’aménagement créatrices d’emploi, et l’UE,
par les fonds de cohésion, s’efforcent de corriger les
déséquilibres entre collectivités.
Les territoires à aider. Les aides touchent les
espaces ruraux en désertification, les espaces industriels en crise et en reconversion, les quartiers urbains
marqués par le chômage et la précarité.

2 L a compétitivité des territoires

4

Créer des pôles de développement. La compétitivité
désigne la volonté de préparer les territoires à la compétition économique liée à l’intégration européenne et
à la mondialisation. Pour cela, les acteurs contribuent
à former des réseaux de transport modernes et des
pôles d’excellence à fortes retombées économiques
et sociales.
Les partenariats urbains. Les acteurs de l’aménagement encouragent les réseaux de villes compétitifs et
attractifs, démographiquement et économiquement,
telles les intercommunalités locales, régionales ou
transfrontalières.
Coordonner les initiatives à toutes les échelles. Un
plan national d’ensemble, la DTA, stimule les projets
et essaie de coordonner l’action des collectivités.
Des schémas d’organisation territoriale planifient les
politiques d’urbanisme, d’habitat, de transports et de
création de zones d’activités.

La Rochelle, une ville durable

Dans le cadre du plan de développement urbain (2004), la communauté urbaine
propose des transports en libre-service et de nombreuses zones ­piétonnes.

Questions
L’équité territoriale
1 (Doc 1) Définissez l’équité territoriale : quels sont les buts
de cet enjeu ?

2 (Doc 2) Quels acteurs et territoires ce projet concernet-il ? Comment répond-il à l’enjeu de l’équité territoriale ?
La compétitivité des territoires
3 (Doc 2) Comment ce projet répond-il à l’enjeu de compé­
titivité territoriale ?

© Éditions Foucher

4 (Doc 3) Quelles difficultés connaît ce territoire ? Quels
aménagements rendent ce quartier compétitif et attractif ?

3 L e développement durable
La législation nationale et européenne. Les parcs
naturels nationaux et régionaux, les lois Littoral (1975)
et Montagne (1986) protègent des espaces menacés
par une pression urbaine et touristique excessive. La
loi Voynet (1999) et la DIACT joignent la protection
de l’environnement aux objectifs de compétitivité. Les
subventions de l’État et de l’UE passent par le développement durable.
Les collectivités protègent l’environnement des
citoyens. Elles établissent avec l’État des plans de
prévention et de secours contre les risques majeurs,
évaluent les espaces non constructibles. Elles formulent des projets communs durables : traitement
des eaux usées, économies d’énergie, limitation des
déplacements urbains polluants…

Le développement durable
5 (Doc 2, 3 et 4) Quels aménagements s’inscrivent dans
cette perspective ?

6 (Doc 4) Quels modes de transport durables sont pro­
posés ? Dans quel but environnemental ?

Repères
DTA : Directive territoriale d’aménagement.

Sujet d’étude 6 | Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire  | 

93

L’essentiel autrement
Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire
Associations

66 millions d’habitants

Groupes de pression

consultés par les élections, les débats
publics et les enquêtes

Des milliers d’entreprises,
des PME aux multinationales

Une multitude d’acteurs de l’aménagement
EPCI
16

371 pays

Union européenne

(subventions et aides
aux projets d’aménagement)

communautés
urbaines

96 départements

+ 5 départements d’outre-mer

174

communautés
d’ agglomération

22 régions

+ 4 régions d’outre-mer

État décentralisé (DIACT)

36 682 communes

2 406

communautés
de communes

Trois enjeux majeurs de l’aménagement
Équité territoriale
Réduction des inégalités entre
les territoires par des aides aux
espaces en crise (subventions,
rénovations urbaines...)

Compétitivité
Aménagements attractifs pour
valoriser les territoires à l’échelle
européenne et mondiale :
Pôles industriels et tertiaires,
pôles d’excellence rurale...
Transports modernes

Développement durable
Protection de l’environnement et
des espaces naturels
Limitation de la pollution
Gestion responsable des
ressources et des déchets

Observez l’organigramme et la carte p. 95 et présentez les principaux acteurs et enjeux
de l’aménagement du territoire en sélectionnant des exemples précis.

94

© Éditions Foucher

Partenariats transfrontaliers

Capacités
L’essentiel en carte
Les principaux aménagements du territoire français
ROYAUME-UNI

50 km

Dunkerque
BELGIQUE

Lille

NordPas-de-Calais
Manche

Picardie

ALLEMAGNE

Le Havre
HauteNormandie

BasseNormandie

Metz

Brest
Bretagne

ChampagneArdenne

Paris

Nancy

Île-deFrance

Rennes

Strasbourg

Lorraine

Alsace
Pays de
la Loire
Centre

Nantes / St-Nazaire

Bourgogne

Nantes

PoitouCharentes

Limousin

FrancheComté

Auvergne

Océan
Atlantique

Rhône-Alpes
Lyon
Grenoble

Bordeaux

ITALIE

Aquitaine
Provence-AlpesCôte d'Azur

Guadeloupe

Montpellier

Nice

Toulouse
MidiPyrénées

ESPAGNE

LanguedocRoussillon

Marseille

Mer
Méditerranée
ESPAGNE

Martinique

Départements d’outre-mer
Mayotte

1. Équité territoriale

3. Développement durable

Zone d’aide
au développement rural

Parcs naturels nationaux

Grands chantiers urbains

Parcs naturels régionaux

Aire de décentralisation
industrielle

Importantes acquisitions
du Conservatoire du littoral

Corse

Aide à la reconversion
industrielle

© Éditions Foucher

2. Compétitivité

Guyane

(échelle à 60 % de la France)

Réunion

Pôles à fort potentiel
technologique et tertiaire

Ligne à grande vitesse
en service (LGV)

Aménagements littoraux

LGV en construction

Grands aménagements
portuaires

LGV en projet

Ouverture
sur l’Union
européenne

Sujet d’étude 6 | Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire  | 

95

Capacités

Expliquer le contexte, le rôle des acteurs
et les enjeux de la situation étudiée

Étudier une plaquette
d’information
Le projet Leader Avesnois (2009-2013) – Plaquette d’information (extraits)
Le projet est une initiative du GAL (Groupe d’action locale) impliquant des élus (communes, EPCI) et des acteurs socio-économiques
locaux.
La priorité du programme européen Leader (Liaison entre
actions de développement de l’économie rurale) est de
générer et de soutenir l’esprit d’initiative autant chez les
élus que chez les entreprises, les associations, les particuliers ou les créateurs d’activités, selon six axes stratégiques :
1. Soutenir l’émergence de stratégies locales de développement à l’échelle des EPCI.
2. Améliorer les services aux entreprises.
3. Accompagner la création et le développement de micro-entreprises.
4. Soutenir les porteurs de projets de tourisme durable.
5. Soutenir la profession agricole dans la voie de la diversification et de la valorisation des ressources locales.
6. Favoriser l’appropriation du territoire par la population
via l’action culturelle (incluant la coopération avec des régions ou pays voisins).

Un exemple de soutien à l’émergence de stratégies locales de développement
à l’échelle des EPCI (point 1 des 6 axes stratégiques) : le développement
économique par le tourisme, tout en préservant le patrimoine et l’environnement.

Appliquer

1 Présenter le document
Repérer le titre, la date, le lieu, le contexte
géographique, la source et le destinataire.

1 De quelle sorte de document s’agit-il ?
2 Qui est à l’origine de cette publication ? À qui est-elle destinée ?

2 Analyser le document et relier l’image au
texte
Étudier la composition de la plaquette, les
symboles et le texte pour en dégager les informations importantes.

3 À l’aide des informations présentes, expliquez ce qu’est le programme Leader.
4 Quelle est la composition générale de la couverture de la plaquette ? La couleur dominante ?
5 Quelles informations du texte (à droite) peuvent être reliées aux
photographies (à gauche) ?
6 Que représentent les symboles au bas de la couverture ?

3 Interpréter
Comprendre les objectifs de la publication
par rapport au sujet d’étude.

96

7 Quels sont les acteurs et enjeux du projet présenté par la plaquette ?
Comment s’inscrivent-ils dans l’aménagement du territoire ?

© Éditions Foucher

Méthode

Arts de l’espace, « Arts, informations, communication »

Arts et Géographie

L’art et la ville : aménager,
développer, embellir

1

« Exprimer » : la place Masséna à Nice, 2007

La communauté d’agglomération Nice-Côte d’Azur fait de la place
Masséna une œuvre d’art qui intègre le tracé du tramway. « Sept figures représentant les sept continents […] passent doucement d’une couleur à l’autre en établissant un dialogue entre
les figures mêmes et avec les passants. »
Jaume Plensa, réalisateur du projet « Conversation à Nice »,
plaquette d’information, 2006

2

« Attirer » : le Centre Pompidou-Metz, 2010
Le Centre Pompidou-Metz, œuvre des architectes Shigeru
Ban et Jean de Gastines, est conçu selon le modèle d’un chapeau chinois traditionnel. Ainsi consacré à l’ouverture culturelle, il espère devenir un grand centre d’expositions et d’initiatives artistiques, reflet de la création contemporaine en
Europe. Il dynamise le projet de revalorisation urbaine financé par la communauté d’agglomération Metz Métropole,
l’État, l’UE, la région Lorraine et le département de la Moselle.
D’après http://www.metzmetropole.fr

© Éditions Foucher

Questions
1 (Doc 1) Montrez que la place Masséna est à la fois une
œuvre contemporaine et un aménagement urbain.

3 (Doc 1 et 2) Qui finance de tels projets urbains ? À quels
enjeux d’aménagement correspondent-ils ?

2 (Doc 2) Comment ce centre contribue-t-il à développer
et à diffuser l’art contemporain ?
Sujet d’étude 6 | Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire  | 

97

Vers le BAC

Acteurs et enjeux de l’aménagement .
du territoire

1. Le sujet d’étude

1 Parmi ces cinq mots et sigle clés, inscrivez dans la colonne de gauche celui qui correspond
à chacune des définitions. Un mot ne correspond qu’à une seule définition.
Décentralisation – « Pays » – Équité territoriale – Compétitivité – EPCI
Mot-clé

Définition
Organisme public chargé de la protection et de la mise en valeur des littoraux.
Transfert par l'État d'une partie de ses compétences et de son budget aux collectivités
territoriales.
Territoire de projet unissant de vastes collectivités pour dynamiser les espaces ruraux.
Transfert d'une partie des institutions de l'État hors de la capitale.
Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires.
Politique destinée à assurer la cohésion territoriale et sociale des territoires.
Soutien financier européen aux aménagements du territoire français, dans un but
de développement économique durable.
Politique destinée à préparer les territoires à la concurrence économique liée à l'intégration
européenne et à la mondialisation.
Structure intercommunale volontaire destinée à disposer de ressources accrues afin de
réaliser en commun des projets ambitieux d'aménagement du territoire qu'une commune
n'arriverait pas à financer seule.
Politique de préservation de l'environnement et de gestion raisonnée des ressources,
destinée à transmettre aux générations futures les moyens de répondre à leurs besoins.

2

Reliez les aménagements proposés aux enjeux concernés

Construction d’un lycée professionnel

Rénover un quartier urbain défavorisé

Bâtir
une
autoroute reliant Lyon à Bordeaux

Ouvrir de nouvelles lignes de tramway à Paris






● Compétitivité
● Équité territoriale
● Développement durable

Quels acteurs peuvent être impliqués dans chacun de ces projets?

4 Cochez les réponses qui conviennent. Donnez un exemple si c’est « vrai », rédigez la bonne
réponse si c’est « faux ».
Vrai

Faux

L'État ne joue plus aucun rôle dans l'aménagement du territoire depuis 1982.
Les citoyens n'interviennent jamais dans l'aménagement du territoire.
Une communauté d'agglomérations compte entre 50 000 et 500 000 habitants.

Les aménagements urbains de développement durable peuvent aboutir à des économies
d’énergie et à limiter les déplacements polluants.
Les partenariats urbains sont nécessaires à la compétitivité des territoires.

98

© Éditions Foucher

Reconvertir les espaces industriels en crise illustre une politique d'équité territoriale.




Télécharger le fichier (PDF)

Histoire.pdf (PDF, 24.2 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


g3 le territoire national et sa population
europe dans le monde cours
1commrc histoire 4
fr france dans lue et dans le monde
corrige all bac pro 2011 2
tableau presentation programme tes