Élections présidentielles 2012 .pdf


Aperçu du fichier PDF Elections-presidentielles-2012.pdf - page 6/98

Page 1...4 5 67898


Aperçu texte


UNION EUROPÉENNE
« A quelle profondeur d'illusion ou de parti pris
faudrait-il plonger, en effet, pour croire que des nations européennes, forgées au
long des siècles par des efforts et des douleurs sans nombre, ayant chacune sa
géographie, son histoire, sa langue, ses traditions, ses institutions, pourraient
cesser d'être elles-mêmes et n'en plus former qu'une seule ? » (Charles de Gaulle,
Mémoire d'Espoir – Tome 1, 1970)
«Avec Maastricht, on rira beaucoup plus»
(Bernard Kouchner, Tours, 09/09/92)
Le référendum de 2005 sur le Traité constitutionnel européen et la crise de
2008 ont agi comme de formidables révélateurs des problèmes inhérents à l'Union
européenne, et qui demeuraient jusqu'ici dissimulés à la majorité des électeurs.
Aborder la question de l'Union européenne revient à défricher un vaste champ de
problématiques, aussi bien juridique, politique, culturelle, qu'économique, financière
et sociale. L'Union européenne apparaît de plus en plus dans sa brutalité totalitaire
et technocratique, favorisant une construction qui n'a plus d'autre but que sa propre
extansion, et qui ne se soucie plus des intérêts directs des peuples européens.

Les apparences trompeuses de la démocratie
« “L’aventure européenne a également fait
émerger, tout en montrant leur efficacité, des modes
d’action politique bien différents de ceux qui caractérisent
les démocraties contemporaines, fondées sur les partis,
les élections, des procédures et structures préétablies, le
cadre national […]. L'Europe ne procède pas d'un
mouvement démocratique [...]. Elle s'est faite en suivant
une méthode que l'on pourrait définir du terme de
despotisme éclairé »
(Tommaso PADO-SCHIOPPA, le « père de la monnaie
unique » selon le Financial Times, "Les enseignements de l’aventure
européenne"- Revue Commentaire – No. 87. 1999. p. 575-584)
« … les mêmes créateurs de mythes
veulent faire voir dans l'Assemblée réunissant à Strasbourg des
députés et des sénateurs délégués par les Chambres des pays
membres, un « Parlement européen » lequel n'a, sans doute, aucun
pouvoir effectif mais donne à l'« exécutif » de Bruxelles une apparence
de responsabilité démocratique »
(Charles de Gaulle, Mémoire d'Espoir - Tome 1, 1970)