W08 LES ACCIDENTS DE DECOMPRESSION .pdf



Nom original: W08 - LES ACCIDENTS DE DECOMPRESSION.pdf
Titre: W08 - LES ACCIDENTS DE DECOMPRESSION
Auteur: Dominique VERNHET

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 24/01/2012 à 10:25, depuis l'adresse IP 83.200.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1423 fois.
Taille du document: 665 Ko (13 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Théorie  Niveau  3  

LES  ACCIDENTS  DE  DECOMPRESSION  
 
 
 
 
 
 
1  -­‐  JUSTIFICATION  :  
 
L’accident  de  décompression  constitue  un  risque  majeur  pour  le  plongeur  sportif,  à  fortiori  quand  
celui-­‐ci  évolue  dans  l’espace  lointain  et  au-­‐delà.  
 
Il  est  susceptible  de  frapper  n’importe  quel  plongeur  indépendamment  de  son  niveau  technique.  
 
Un   grand   nombre   de   facteurs   entre   dans   son   mécanisme   de   déclenchement,   si   bien  
qu’aujourd’hui,   en   fonction   des   circonstances,   on   peut   considérer   qu’il   n’existe   aucun   moyen  
fiable  à  100%  de  s’en  prémunir,  si  ce  n’est  de  ne  pas  plonger.  
 
En   tant   que   futur   plongeur   autonome   susceptible   d’évoluer   dans   l’espace   lointain   et   au-­‐delà,   il  
importe   que   le   plongeur   niveau   3   en   assimile   les   mécanismes   et   les   facteurs   de   déclenchement  
pour  en  assurer  une  prévention  efficace,  ainsi  que  les  symptômes  et  la  conduite  à  tenir  s’il  y  est  
néanmoins  confronté  au  sein  de  sa  palanquée.  
 
 
 
 
 
2  –  DEFINITION  :  
 
On  appelle  Accident  de  Décompression  (A.D.D.)  tout  trouble  lié  au  retour  à  l’état  gazeux  des  gaz  
non  métabolisés  dissous  dans  l’organisme.  
 
Ce   retour   à   l’état   gazeux   se   produit   lorsque   le   plongeur,   après   avoir   respiré   sous   pression   un  
mélange  gazeux  contenant  un  gaz  biologiquement  inerte,  revient  vers  une  pression  plus  faible.  
 
 
 
 
 
3  -­‐  RAPPELS  :  
 
Loi  de  Mariotte  :  P  x  V  /  T  =  Cte  
 
Loi  de  Henry  :  à  température  constante  et  à    saturation,  la  quantité  de  gaz  dissout  dans  un  liquide  
est  proportionnelle  à  la  pression  exercée  par  ce  gaz  en  contact  avec  le  liquide.  
 
Dans  le  cas  du  plongeur  sportif  :  
 
- le  gaz,  c’est  l’air  respiré,  et  c’est  en  particulier  l’Azote  qui  va  poser  problème  
- la  pression,  c’est  la  pression  ambiante  
©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  1/13  

Théorie  Niveau  3  

- le  liquide,  c’est  l’ensemble  du  corps  humain,  qui  est  constitué  à  70%  d’eau.    
 
La  loi  de  Henry  ne  concerne  qu’un  seul  état  :  celui  de  saturation.  On  peut  rappeler  qu’en  dehors  
de  cet  état,  sept  facteurs  influencent  la  dissolution  :  
- la  température  
- la  surface  de  contact  :  surface  des  alvéoles  pulmonaires  
- le  liquide  :  pour  le  corps  humain,  on  parlera  de  compartiments  
- la  nature  du  gaz  :  l’Azote  
- la  pression  :  pour  le  plongeur,  c’est  la  profondeur  
- le  temps  d’exposition  :  pour  le  plongeur,  c’est  le  temps  de  plongée  
- l’agitation  :  en  particulier,  les  efforts  fournis  au  fond  de  l’eau  
 
 
 
 
4  -­‐  LE  MECANISME  :  
 
4.1  Dans  quelle  partie  du  corps  l’Azote  va-­‐t-­‐il  se  dissoudre  ?  
 
Tous   les   liquides,   et   plus   généralement   tous   les   tissus   du   corps   humains,   sont   susceptibles   de  
contenir  de  l’azote  dissous  :  
 
- le  sang  
- les  graisses  
- les  tissus  nerveux  
- les  muscles  
- les  os  
- la  peau  
- etc…  
 
 
4.2  L’apparition  des  bulles  :  
 
Loi  de  Henry  :  plus  la  pression  augmente,  plus  le  gaz  en  contact  avec  le  corps  humain  au  travers  
des  alvéoles  pulmonaires  va  se  dissoudre.  
 
L’air  que  nous  respirons  en  plongée  comporte  20%  d’oxygène  et  80%  d’azote.  L’oxygène  ne  pose  
pas   de   problème   du   point   de   vue   de   la   dissolution.   Il   se   combine   dans   le   sang   pour   être  
consommé  par  notre  organisme.  On  dit  qu’il  est  métabolisé.  
 
L’azote,  quant  à  lui,  n’est  pas  un  gaz  métabolisé  par  notre  organisme.  Aucun  moyen  de  fixation  
chimique  n’est  prévu  pour  lui,  il  n’existera  donc  dans  notre  organisme  que  sous  forme  dissoute.  
 
Pendant  toute  la  durée  de  la  plongée,  l’azote  va  rester  dissout  et  sa  quantité  va  augmenter  avec  
la  durée  de  la  plongée.  
 
Lors  de  la  remontée,  le  plongeur  quitte  le  fond  avec  une  quantité  d’azote  dissout  plus  importante  
que  la  quantité  d’équilibre  en  surface.  Il  est  en  état  de  sursaturation.  
 
Si  cette  sursaturation  dépasse  un  seuil  donné,  il  y  aura  apparition  de  micro-­‐bulles  non  seulement  
au  niveau  de  la  surface  de  contact,  où  l’échange  gazeux  est  censé  se  produire,  mais  également  au  
sein  même  du  liquide.  Et,  par  le  fait  d’une  force  qui  s’exerce  entre  deux  petites  bulles  (Force  de  
©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  2/13  

Théorie  Niveau  3  

Tension   Superficielle),   celles-­‐ci   vont   se   rassembler   pour   n’en   former   qu’une   seule,   mais   plus  
grosse.   Ces   micro-­‐bulles     non   seulement   s’amalgament   entre   elles,   mais   en   plus   elles   vont   être  
soumises  à  la  loi  de  Mariotte  lors  de  la  remontée  et  grossir.    
 
 
Information  :  quand  une  bulle  se  forme,  sa  tendance  naturelle  est  de  grossir  !  
 
 
4.3    Le  cheminement  des  bulles  dans  l’organisme  :  
 
Les   bulles   peuvent   rester   statiques   et   grossir   à   l’endroit   où   elles   sont   apparues.   C’est   le   cas   par  
exemple  des  bulles  apparues  dans  les  capillaires  fins  ou  dans  des  zones  faiblement  vascularisées.  
 
Leur   grossissement   peut   alors   entraîner   des   lésions   tissulaires   mécaniques  :   blocage   de   la  
circulation   sanguine,   dilacération   d’un   tendon,   compression   d’un   nerf   contre   une   paroi   dure,  
etc…  
 
Mais  les  bulles  peuvent  également  circuler,  notamment  si  elles  sont  véhiculées  par  la  circulation  
sanguine.   Dans   ce   cas,   une   partie   pourra   être   évacuée   par   l’échange   gazeux   (respiration),   les  
poumons,   leur   réseau   de   capillaires   et   leur   énorme   surface   d’échange   (100   m2)   constituant   un  
très  efficace  piège  à  bulles.  Toutefois,  l’encombrement  des  capillaires  pulmonaires  par  des  bulles  
finira  par  gêner  les  échanges  gazeux  et  donc  l’élimination  de  l’azote.  
 
Enfin,   les   bulles   peuvent   s’infiltrer   dans   toutes   les   zones   vascularisées   du   corps   humain,   c’est   à  
dire  à  peu  près  partout.  Elles  finiront  fatalement  par  se  bloquer  quand  leur  taille  deviendra  trop  
importante   par   rapport   au   conduit   qu’elles   occupent,   et   pourront   entraîner   des   lésions  
importantes,  voire  irréversibles.    
 
 
4.5  L’Ischémie  
 
Nous  venons  de  voir  que  les  bulles  peuvent  circuler  dans  le  réseau  sanguin,  et  que  leur  tendance  
naturelle  est  de  grossir.  
 
Elles  vont  former  dans  les  vaisseaux  des  corps  gazeux  circulants,  appelés  embols  gazeux.  Lorsque  
ces   corps   auront   atteint   une   taille   qui   n’autorisera   plus   leur   circulation,   ils   vont   se   bloquer   dans   le  
conduit   sanguin   dans   lequel   ils   se   trouvent.   On   parle   alors   de   manchons   gazeux.   Les   globules  
blancs  vont  alors  attaquer  l’intrus,  mais  l’azote  n’est  pas  une  bactérie  qui  peut  être  éliminée.  Un  
amas  de  globule  blancs  va  alors  se  constituer  autour  de  l’embol,  ce  qui  va  encore  accroître  la  taille  
de  la  lésion.  
 
Les  conséquences  sont  les  suivantes  :  
 
- à  l’endroit  où  se  bloque  le  manchon  gazeux,  la  circulation  sanguine  est  interrompue  
- les  tissus  avoisinants  sont  lésés  mécaniquement  (la  bulle  écrase  les  tissus)  
- les  déchets  métaboliques  de  l’organisme  ne  peuvent  plus  être  évacués  
- l’azote  non  plus  
- les   tissus   situés   en   aval   du   manchon   ne   sont   plus   oxygénés   correctement   et   subissent   une  
anoxie.  
 
La  zone  considérée  est  dite  «  ischémiée  ».  
©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  3/13  

Théorie  Niveau  3  

 
 

 
 

 

 
 
 
5  –  SIEGES  FAVORIS  DES  ACCIDENTS  DE  DECOMPRESSION  :  
 
Tous  les  tissus  dissolvent  l’azote,  mais  tous  n’ont  pas  la  même  consistance  et  ne  présentent  pas  la  
même  vascularisation.  Les  accidents  de  décompression  bénéficient  donc  de  sites  privilégiés  pour  
apparaître.  
 

©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  4/13  

Théorie  Niveau  3  

 
5.1  Principaux  organes  sensibles  aux  accidents  de  décompression  
 
 

 
 
 
 
5.2    L'oreille  interne    
 
L'oreille   interne   est   un   ensemble   complexe   et   minuscule.   Pour   donner   une   idée   disons   que,   à  
l'échelle  1,  toute  l'oreille  moyenne  tient  sur  la  surface  d'une  pièce  de  1  centime  d’Euro.  Cela  donne  
une  idée  du  calibre  des  vaisseaux  qui  irriguent  cet  organe.    
 
 
L'oreille  interne  est  très  sensible  aux  bulles  et  à  la  maladie  de  décompression.  L'ischémie  est  l'une  
des  principales  hypothèses  pour  expliquer  les  accidents  de  décompression  de  l'oreille  interne.    
 
 
5.3  Le  système  musculaire,  les  tendons  
 
Les   muscles   occupent   un   volume   important   et   sont   fortement   vascularisés.   Ils   dissolvent   donc   de  
grandes  quantités  d’azote,  mais  leur  réseau  sanguin  est  fortement  maillé  et  le  muscle  peut  s’étirer  

©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  5/13  

Théorie  Niveau  3  

dans   toutes   les   directions.   L’azote   a   donc   très   peu   de   chances   d’y   rester   piéger,   il   trouvera  
toujours  un  chemin  pour  sortir.  
 
Par  contre,  les  tendons  présentent  une  structure  unidimensionnelle  non  déformable  dans  le  sens  
perpendiculaire  aux  fibres.  Une  bulle  y  apparaissant  a  donc  toutes  les  chances  d’y  rester  piégée.  
Cet   accident,   appelé   bend,   est   extrêmement   douloureux.   On   parle   d’atteinte   ostéo-­‐articulaire,   ou  
ostéo-­‐arthro-­‐musculaire.  
 
 
5.4  La  moelle  épinière  
 
La   moelle   épinière   est   un   corps   assez   gras   qui   dissout   très   bien   les   gaz.   Cela   en   fait   une  
importante  zone  de  dégazage.    
 
Par  ailleurs  la  moelle  épinière  est  particulièrement  mal  vascularisée,  la  circulation  se  fait  dans  des  
veines  de  petits  diamètres,  où  le  sang  peut  circuler  dans  un  sens  ou  l'autre,  voire  stagner.  Il  y  a  au  
niveau  des  renflements  de  la  moelle  épinière  des  lacis  veineux  complexes  où  la  circulation  se  fait  
particulièrement  mal.    
 
Un  dégazage  au  niveau  de  la  moelle,  communément  appelé  «  accident  médulaire  »  peut  prendre  
plusieurs  formes  plus  ou  moins  sévères  :  
 
- fourmis  dans  les  membres  
- pertes  de  sensibilité  
- toutes  les  formes  de  paralysie  des  membres  
- voire  encore  plus  grave  …  
 
 
5.5  Le  Cerveau  
 
Le  cerveau  est  alimenté  par  les  artères  carotidiennes  qui,  de  par  leur  diamètre  important,  peuvent  
véhiculer   des   bulles   conséquentes   qui   vont   rester   piégées   dans   le   système   cervical,   provoquant  
des  lésions  dites  «  neurologiques  hautes  ».  
 
Ces  lésions  neurologiques  sont  irréversibles  si  l’anoxie  dépasse  3  minutes.  
 
 
5.6    Le  squelette  
 
L’os  est  un  tissu  vivant,  il  est  donc  vascularisé.  Si  cette  vascularisation  est  interrompue,  il  s’ensuit  
une   dégénérescence   de   l’os   appelé   ostéo-­‐nécrose.   Cet   accident   touche   principalement   les  
grosses  articulations  :  hanche,  genou,  épaule.  
 
L’ostéo-­‐nécrose   peut   mettre   très   longtemps   à   se   déclarer,   parfois   plusieurs   années.   Les   séquelles  
peuvent  être  fortement  invalidantes,  elles  sont  généralement  irréversibles.  
 
5.7  Les  poumons  
 
Si  un  nombre  important  de  micro-­‐bulles  circulantes  arrive  au  niveau  des  capillaires  pulmonaires  en  
vue   d’être   évacuées   par   la   respiration   (ce   qui   est   la   voie   normale   d’élimination   des   bulles),   on  
comprend  aisément  qu’il  va  y  avoir  embouteillage.  
©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  6/13  

Théorie  Niveau  3  

Le   plongeur   va   ressentir   une   sensation   d’étouffement.   Le   corps   va   réagir   en   un   mécanisme   de  
défense   en   ouvrant   des   shunts   artério-­‐veineux.   Une   partie   de   la   circulation   sanguine,   au   lieu   de  
transiter  par  le  cœur,  va  passer  par  ces  shunts  et  repartir  directement  dans  la  circulation  vers  les  
organes.  Malheureusement,  les  micro-­‐bulles  contenues  dans  ce  sang  ne  vont  pas  être  évacuées  et  
vont  fatalement  continuer  à  grossir,  favorisant  à  terme  un  blocage  quelque  part  et  un  accident  de  
décompression  en  suivant.  
 
 
5.8  Le  cœur  :  Foramen  Ovale  Perméable  
 
Le   foramen   Ovale   est   une   valve   située   entre   les   deux   oreillettes   du   cœur.   Pour   un   foetus,   la  
circulation   sanguine   est   générée   par   la   mère   et   le   cœur   se   comporte   donc   en   récepteur.   Cette  
valve  ouverte  permet  ce  fonctionnement.  
 
A  la  naissance,  cette  valve  se  ferme  et  se  soude.  La  circulation  normale  est  donc  la  suivante  :  
 
Organes  à  Oreillette  gauche  à  Ventricule  gauche  à  Poumons  à  Oreillette  droite  à  Ventricule  
droit  à  Organes  
 
Chez  25  à  30%  des  personnes,  indépendamment  de  leur  sexe,  la  Foramen  Ovale  ne  se  soude  pas  
complètement.  On  appelle  ça  un  Foramen  Ovale  perméable,  ou  FOP.  
 
Par   cette   valve   peut   donc   passer   une   partie   du   sang   en   retour   des   organes,   qui   va   cheminer  
directement  de  l’oreillette  gauche  vers  la  droite,  sans  passer  par  le  ventricule  gauche  et  surtout  …  
par  les  poumons.  
 
Même  principe  que  les  shunts  artério-­‐veineux  :  des  micro-­‐bulles  qui  auraient  dû  être  évacuées  par  
la  respiration  vont  se  retrouver  dans  la  circulation  et  …  continuer  à  grossir.  
 
 
6  -­‐  LES  SYMPTÔMES  :  
 
Symptômes  généraux  :  
 
- Sensation  de  fatigue  
- Difficulté  à  uriner  
- Retard  à  l’apparition  des  symptômes  (permet  d’éliminer  les  accidents  barautromatiques)  
- Barautromatisme   initial  :   une   SP   ou   un   saignement   d’oreille   peut   engendrer   un   ADD  
(localement,  le  processus  de  désaturation  a  été  perturbé)  
 

©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  7/13  

Théorie  Niveau  3  

 
Symptômes  particuliers  
 
Symptômes  
Suspicion  
Vertiges  et  nausées    
Atteinte  vestibulaire  
Douleurs  dans  les  articulations,  souvent  de  plus   Accident  ostéo-­‐articulaire,  ou  bend    
en  plus  vives  
Fatigue  générale,  pâleur,  angoisse,  douleurs  
Accident  neurologique  
lombaires,  fourmillements  dans  les  jambes,  
difficultés  à  uriner,  pertes  des  sens  (ouïe,  
parole),  toutes  formes  de  paralysie  
Difficulté  respiratoire  aiguë  
Accident  pulmonaire  
Douleur  cardiaque  aiguë  
Infarctus  du  myocarde  
Démangeaisons  cutanées,  bleuissement  de  la  
Accident  cutané  (puces  et  moutons)  
peau    
 
En   plongée   sportive,   les   accidents   de   décompression   sont,   par   ordre   décroissant   de  
fréquence  d’occurrence  :  
- les  atteintes  vestibulaires  
- les  ostéo-­‐articulaires  
- les  neurologiques  
Les  accidents  cutanés  sont  très  rares  et  sont  surtout  liés  à  l’utilisation  de  vêtements  secs  pendant  
de   longues   durées   d’immersion   (dissolution   de   l’azote   présent   dans   le   vêtement   sec   en   contact  
avec  une  surface  de  diffusion  constituée  de  la  peau  du  plongeur).  
 
 
7  -­‐  CONDUITE  A  TENIR  :  
 
Prise  en  charge  de  l’accidenté  :  
 
- le  déséquiper,  le  réchauffer,  le  sécher,  le  rassurer,  surveillance  constante  
- l’allonger  en  position  déclive,  tête  en  bas  à  ralentir  la  progression  éventuelle  des  bulles  vers  
les  régions  cervicales  
 
Au   vu   de   la   durée   très   courte   au   terme   de   laquelle   les   anoxies   peuvent   être   irréversibles,   il   est  
évident   que   la   rapidité   d’intervention   sur   le   plongeur   accidenté   est   primordiale   en   vue   de  
minimiser  les  séquelles  éventuelles  de  l’accident.  
 
L’action  sera  menée  sur  3  fronts  simultanés  :  
 
- Oxygénothérapie   normobarre   à   ralentit   l’apparition   des   bulles   d’azote,   favorise   leur  
évacuation  par  la  respiration  
 
- Administrer   500   mg   d’aspirine   en   poudre   après   s’être   assuré   que   le   plongeur   n’y   est   pas  
allergique  à  limitation  des  risques  de  coagulation  dans  les  zones  d’ischémie.  L’aspirine  sera  
préférée   en   poudre   car   elle   permet   de   gagner   du   temps   par   rapport   à   la   prise   d’aspirine  
effervescente.  
 
- Après  s’être  assuré  que  le  plongeur  peut  uriner,  le  faire  boire  de  l’eau  douce  abondamment  
à  limitation  des  risques  d’Hypovolhémie.  
 
©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  8/13  

Théorie  Niveau  3  

Et  bien  sûr  alerter  les  secours  en  privilégiant  le  CROSS  (en  mer)  par  VHF  canal  16.    
Les   pompiers   ou   le   SAMU   peuvent   être   appelés   par   téléphone   si   les   symptômes   apparaissent   à  
terre.  
 
L’intérêt   de   la   VHF   en   mer   repose   sur   le   fait   que   le   CROSS   peut   par   ce   moyen   coordonner  
l’ensemble  des  secours.  D’autres  bateaux  pourront  éventuellement  apporter  leur  soutien,  s’ils  ont  
un  médecin  à  bord  par  exemple.  
 
Un  appel  à  un  autre  organisme  de  secours  sera  de  toute  façon  repris  en  charge  par  le  CROSS  à  un  
moment   donné,   autant   limiter   les   pertes   de   temps.   Par   ailleurs,   la   VHF   permet   de   connaître   la  
position  du  bateau  par  triangulation,  alors  qu’un  téléphone  portable  ne  le  permet  pas  et  n’est  pas  
susceptible  de  garantir  une  liaison  ininterrompue.  Le  CROSS  rappelle  (si  on  a  pensé  à  lui  donner  le  
numéro)  et  tombe  sur  la  messagerie  !  
 
Enfin,   il   faut   noter   les   paramètres   de   la   plongée,   mettre   l’ordinateur   de   l’accidenté   à   son   bras,  
interroger   les   autres   membres   de   la   palanquée   pour   savoir   si   un   incident   ne   s’est   pas   produit  
pendant  la  plongée,  et  les  surveiller  :  si  le  profil  de  plongée  est  la  cause  de  l’accident,  les  autres  
membres  de  la  palanquée  peuvent  développer  des  symptômes.  
 
 
8  -­‐  LES  FACTEURS  FAVORISANTS  :  
 
- Non  respect  des  procédures  de  désaturation  :  paliers,  vitesse  
- Anxiété,  froid  
- Efforts  anormaux  en  plongée  :  nage  à  contre-­‐courant  par  exemple  
- Plongée  yoyo  
- Changement  de  table  ou  d’ordinateur  entre  deux  plongées  consécutives  
- Plongées  répétées  :  semaine  de  stage  par  exemple  
- Mauvaise  forme  physique  ou  psychique  
- Médication  
- Alcool  
- Drogues  
- Manque  de  sommeil  
- Alimentation  insuffisante  
- Apnée  après  la  plongée  :  bloque  le  processus  de  désaturation  
- Inhalation  de  CO  ou  CO2  (voyage  à  côté  de  l’échappement  du  bateau)  
- Et  plus  spécifiquement  dans  le  cas  d’un  Foramen  Ovale  Perméable  :  
- Tout   ce   qui   peut   provoquer   une   augmentation   de   la   pression   pulmonaire,   qui   va   elle  
même   augmenter   la   pression   sanguine,   et   provoquer   l’ouverture   de   la   FOP   par  
augmentation  de  la  pression  du  cœur  droit  :  
- Gonflage  du  gilet  à  la  bouche  
- Effort  physique  intense  
- Crise  de  toux  
- Mouchage  
- Redescente  avec  effort  sur  la  manœuvre  de  Vasalva  
 
 
 
9  -­‐  LES  ACCIDENTS  AVEC  RESPECT  DES  PROCEDURES  
 
D’après   ce   que   nous   avons   vu,   même   au   cours   d’une   plongée   «  normale  »,   il   y   a   formation   de  
bulles.  
©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  9/13  

Théorie  Niveau  3  

 
Même   si   ces   bulles   ne   génèrent   pas   directement   d’accident   de   décompression,   elles   vont  
perturber  le  processus  d’échange  gazeux  au  niveau  des  alvéoles  pulmonaires.  
 
Lors  d’une  plongée  successive,  l’organisme  est  donc  plus  sensible  à  une  mauvaise  désaturation.  
C’est  la  raison  pour  laquelle  :  
- on  déconseille  les  profils  inversés  
- aucune   procédure   ne   permet   de   prendre   en   compte   de   façon   raisonnable   plus   de   deux  
plongées.  
 
Les   tables   actuelles   répondent   toutes   à   une   modélisation   mathématique   basée   sur   le   temps  
nécessaire  aux  différents  tissus  pour  éliminer  l’azote.  Pour  les  tables  MN90,  c’est  le  modèle  dit  de  
Haldane.  
 
Le   principe   est   le   suivant  :   lors   de   la   remontée,   des   bulles   vont   se   former   et   grossir.   Je   vais  
remonter   jusqu’à   une   profondeur   où   la   taille   des   bulles   sera   à   la   limite   supérieure   avant   de  
provoquer  des  lésions,  là  je  fais  un  pallier  et  je  pars  du  principe  que  la  grosse  différence  entre  les  
pressions  partielles  de  l’azote  dissout  dans  mon  organisme  par  rapport  à  celui  contenu  dans  l’air  
que  je  respire  va  favoriser  au  maximum  l’élimination.  On  appelle  ça  la  méthode  du  gradient.  Dès  
que  les  calculs  m’auront  dit  que  je  peux  atteindre  le  pallier  suivant,  c’est  à  dire  qu’à  cette  nouvelle  
profondeur  j’aurai  des  bulles  qui  seront  à  la  limite  supérieure  avant  de  provoquer  des  lésions,  je  
vais  quitter  mon  pallier  actuel  et  gagner  le  suivant.  Et  ainsi  de  suite  jusqu’en  surface.  
 
En  théorie,  ça  fonctionne.  Personnellement,  je  trouve  ça  un  peu  violent.  
 
Les  tables  intègrent  cependant  des  marges  de  sécurité  basées  sur  des  études  statistiques,  et  sont  
durcies  d’années  en  années  en  fonction  des  accidents  survenus.  
 
Néanmoins,   une   accumulation   de   facteurs   favorisants   peut   faire   que   cette   marge   soit  
complètement   grignotée,   et   qu’un   accident   se   produit   malgré   le   respect   des   procédures   de  
décompression.  Ce  sont  les  accidents  dits  «  avec  respect  des  tables  »,  ou  «  immérités  ».  
 
Il   est   donc   très   important   d’avoir   une   vision   globale   des   facteurs   favorisants,   car   de   ce   fait,   la  
prévention  commence  à  terre  par  l’hygiène  de  vie.  
 
En   particulier,   la   vitesse   de   remontée   préconisée   de   15   à   17   mètres/minute   est   le   fruit   d’un  
compromis   laborieux   qui   date   du   temps   où   aucun   moyen   fiable   ne   permettait   de   contrôler   sa  
vitesse   de   remontée.   La   seule   indication   visuelle   disponible   était   les   petites   bulles   d’air,   qui  
remontent   entre   15   et   17   mètres/minute   justement.   Si   cette   vitesse   est   adaptée   à   des   hommes  
jeunes   et   entraînés,   elle   semble   un   peu   élevée   pour   des   individus   en   moins   bonne   condition  
physique.   C’est   pourquoi   de   nombreux   ordinateurs   récents   préconisent   des   vitesses   moins  
importantes,  de  l’ordre  de  8  à  12  mètres/minute.  
 
Sur  ces  vitesses,  le  compromis  de  désaturation  est  un  peu  moins  optimisé,  mais  en  revanche  on  
peut  considérer  que  pour  des  plongeurs  peu  entraînés  :  
- en  visant  12  mètres/minute,  on  est  sur  de  ne  pas  dépasser  15  mètres/minute  
- en   visant   17   mètres/minute,   on   a   toutes   les   chances   d’arriver   à   20   mètres/minute,   et   ça   par  
contre,  on  est  sûr  que  c’est  dangereux.  
 
Statistiquement,  un  bon  nombre  d’accidents  se  produisent  sur  des  plongées  courtes  et  profondes  
(par  exemple,  15  minutes  à  45  mètres).  Sur  ce  type  de  plongées,  une  remontée  à  12  mètres/minute  
produit  une  aussi  bonne  désaturation  qu’une  remontée  à  15  mètres/minute.  
©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  10/13  

Théorie  Niveau  3  

 
On   sait   aussi   que   les   derniers   mètres   avant   la   surface   sont   les   plus   pénalisants   en   matière   de  
production  de  bulles  (c’est  là  que  les  variations  de  pression  sont  les  plus  fortes  par  rapport  aux  
variations   de   profondeur).   C’est   pourquoi   la   vitesse   de   6   mètres   minutes   est   préconisée   entre  
chaque  pallier.  
 
 
Il  appartient  donc  au  guide  de  palanquée  (désigné  avant  la  mise  à  l’eau  pour  une  palanquée  de  
Niveaux  3  évoluant  en  autonomie)  d’adapter  sa  vitesse  en  fonction  du  type  de  plongée  effectuée  
et  de  la  capacité  qu’il  peut  ressentir  chez  les  membres  de  sa  palanquée  à  respecter  cette  vitesse.  
 
Il   appartient   également   à   chacun   des   membres   de   la   palanquée   de   procéder   lui-­‐même   à   cette  
adaptation  si  nécessaire.  
 
 
 
10  -­‐  LA  PREVENTION  :  
 
La   première   des   préventions   réside   dans   la   prise   de   conscience   que   ce   type   d’accident   peut  
toucher  n’importe  quel  plongeur.  Il  convient  donc  de  rester  particulièrement  humble  et  prudent  
lors  d’une  plongée.  
 
Le  plongeur  niveau  3  doit  s’assurer  que  tous  les  membres  de  sa  palanquée  (y  compris  lui-­‐même)  
ne  sont  pas  en  situation  de  favoriser  la  survenance  d’un  tel  accident.  En  cas  de  doute,  il  est  de  sa  
responsabilité  d’adapter  le  profil  de  sa  plongée  (limitation  de  profondeur,  de  durée,  etc  .)  
 
Avant  de  plonger  :  
 
- Désigner  une  guide  de  palanquée,  qui  devra  s’inquiéter  des  consignes  suivantes  :  
 
- Questionner   les   membres   de   la   palanquée   sur   leur   forme   physique   (état   de   fatigue,   niveau  
d’entraînement,   date   de   la   dernière   plongée,   prise   de   médicaments,   à   quelle   heure   se   sont-­‐ils  
couchés,  etc.)  
 
- Regarder   le   matériel  :   une   combinaison   trop   légère   ou   trop   grande,   un   détendeur   bas   de  
gamme,   un   surlestage,   augmentent   les   efforts   et   pénalisent   la   consommation   et   donc   la  
dissolution  
 
- Fixer  les  paramètres  de  la  plongée  pour  que  chacun  en  connaisse  le  profil  le  plus  pénalisant  :  
on   descend   au   maximum   à   38   mètres,   on   reste   au   maximum   15   minutes,   sauf   si   quelqu’un  
atteint  80  bars  avant.  Dans  ce  cas  là,  on  remonte.  
 
- Limiter   les   paramètres   de   plongée   en   cas   de   conditions   ambiantes   défavorables  :   forte   houle,  
eau  froide,  eau  trouble,  courant,  etc…  
 
- Ne   pas   hésiter   à   expliquer   à   un   plongeur   en   méforme   évidente   qu’il   ferait   mieux   de   ne   pas  
plonger.   Le   convaincre   reste   la   meilleure   chose,   mais   vous   avez   le   droit   et   le   devoir   de  
l’exclure  de  la  palanquée  s’il  persiste.  Expliquez-­‐lui  par  exemple  que  dans  son  état,  s’il  persiste  
à  vouloir  venir,  vous  allez  limiter  la  plongée  à  15  mètres  en  pénalisant  tous  les  autres  membres  
de  la  palanquée.  
 
©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  11/13  

Théorie  Niveau  3  

 
 
-

Pas  de  profil  inversé  entre  matin  et  après-­‐midi    
Penser   à   appliquer   une   majoration   lors   de   plongées   répétées,   même   si   l’ordinateur   indique  
une  désaturation  complète.    
Attention   à   la   greffe   de   plongeurs   d’autres   palanquées   entre   le   matin   et   l’après-­‐midi.  
Respecter  le  principe  de  la  pénalisation  maximum.  

 
Pendant  la  plongée  :  
 
- Eviter  les  efforts  inconsidérés      
 
- Prendre  en  compte  tout  incident  de  plongée  (effort  violant)  en  majorant  la  durée  de  plongée,  
quitte  à  passer  aux  tables  pour  la  procédure  de  décompression    
 
- Anticiper  :   une   oreille   qui   passe   douloureusement   peut   avoir   occasionné   des   micro-­‐lésions   qui  
vont  gêner  le  processus  de  désaturation  à  le  risque  d’occurrence  d’une  atteinte  vestibulaire  
peut  s’en  trouver  augmenté  
 
- Etre   attentifs   à   la   consommation   des   plongeurs  :   une   consommation   anormalement   élevée  
sous-­‐entend  plus  d’azote  dissout  dans  l’organisme  
 
- Penser   à   respecter     les   paramètres   de   désaturation  :   vitesse,   paliers.   Tout   le   monde   n’a   pas  
forcément   le   même   matériel   pour   gérer   sa   remontée,   tant   au   niveau   des   paliers   qu’au   niveau  
des  vitesses  de  remontée.  
 
- Ne   pas   hésiter   à   faire   un   palier   de   principe   à   3   m,   respecter   30   secondes   de   durée   de  
remontée  entre  chaque  palier.  
 
- Pas  de  Valsalva  à  la  remontée  (bloque  le  processus  de  désaturation)  
 
- Privilégier  la  remontée  sur  deuxième  détendeur  plutôt  que  la  RA2.  C’est  plus  confortable,  et  
ça  évite  les  apnées  involontaires  entre  deux  respirations,  qui  bloquent  la  désaturation.  
 
- Eviter  les  plongées  yoyo  et  les  profils  anormaux.  Favoriser  une  désaturation  lente  (remontée  
le  long  d’un  tombant  par  exemple)  
 
- Faire  les  paliers  au  parachute  pour  s’assurer  que  le  niveau  du  palier  est  respecté  
 
- Vérifier   que   les   plongeurs   ventilent   bien   pendant   les   paliers.   C’est   le   moment   de   forcer  
l’expiration.  
 
- Ne   pas   oublier   de   faire   un   palier   mi-­‐profondeur   en   cas   de   non   respect   de   la   vitesse   de  
remontée  ou  de  plongée  technique.  Dans  ce  cas,  basculer  sur  les  tables.  
 
- Ne  jamais  gonfler  son  gilet  à  la  bouche.  C’est  d’ailleurs  interdit  par  la  fédération  en  plongée  
technique.  
 

©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  12/13  

Théorie  Niveau  3  

 
Après  la  plongée  :  
 
- Tancer   vertement   le   plongeur   qui   n’aura   pas   respecté   vos   consignes  :   dépassement   de  
profondeur   maxi,   comportement   «  tout-­‐fou  »,   pas   de   gestion   de   son   air,   etc…   Soyez  
pédagogue,  mais  ferme.    
 
- Pas  d’apnée  ou  d’efforts  après  la  plongée.  
 
- Par  principe,  boire  de  l’eau  pour  se  réhydrater  
 
- Surveiller   discrètement   les   plongeurs   qui   semblent   pâles   ou   anormalement   fatigués   (inutile  
de  les  faire  paniquer,  vous  favoriseriez  l’apparition  de  symptômes  psychosomatiques)  
 
- En   cas   d’apparition   de   symptômes,   ne   tardez   pas   à   prendre   en   charge   le   plongeur   (voir  
conduite  à  tenir)  
 
- Appliquer  à  soi-­‐même  ce  que  vous  demandez  aux  membres  de  votre  palanquée.  
 
 
 
 
 
 
 
 

©  Dominique  VERNHET  /  2005  /  2012  

Accidents  de  Décompression  –  Page  13/13  



Documents similaires


w00 plan du cours
w09 rappels sur les tables de plongee
w08 les accidents de decompression
w01 prerogatives
w10 ordinateurs de plongee
w05 les accidents toxiques


Sur le même sujet..