Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



Antoinette monobloc .pdf



Nom original: Antoinette monobloc.pdf
Titre: Antoinette monobloc
Auteur: SCO

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 1.0.2 / GPL Ghostscript 8.70, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/02/2012 à 11:39, depuis l'adresse IP 194.51.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1923 fois.
Taille du document: 2.4 Mo (23 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Antoinette Monobloc 1911
Levavasseur et Gastambide ont conçu ce qui est sans doute l’avion le plus moderne de
son époque.
Tout dans le Monobloc était pensé pour limiter la traînée. Fuselage effilé, voilure
monoplan cantilever
( sans doute une des première de ce type ), sans aucun
haubans, moteur entièrement caché sous un capot, train d’atterrissage caréné
contrastaient, juraient, même, sans doute, comparé à ces contemporains comme les
Blériot, Farman, ou Nieuport auquel il fut compare lors du Concours d Aviation
militaire de Rein en 1911.
La comparaison n’alla pas bien loin, trop gros et trop lourd, (presque 16m d’envergure
pour 950Kg à vide) le Monobloc se montra incapable de prendre l’air avec sont moteur
de…60CV !
Malgré tout, les formes inhabituelle de la machine ont inspiré quelques maquettistes.
Gabriel STREN dans in premier temps fit une réalisation que mis ma curiosité en éveil.
Vous trouverez son montage sur Internetmodeleur :
http://www.internetmodeler.com/2006/november/aviation/Monobloc.php
Sans doute très inspiré, Alexendre BIGEY emboite le pas :
http://www.freewebs.com/aeroscale/monobloc.htm
S’en et trop, je succombe moi aussi au style « art déco » de la chose est me met à la
recherche de documentation…..et là, c’était pas gagné.
Heureusement, Alexandre vint à mon secours, ainsi de Philipe S, en me faisant passer
une vieil article paru dans la revue l’Aérophile en …1911

Première chose à faire, le plan :
Approximatif et peu détaillé, il servira à faire des patrons pour la découpe de la carte plastique

LES AILES.

Des photos seront bien plus parlantes qu’un long discours,
alors, voilà.
Carte plastique de 0.5, longeron en balsa….
Les nervures sont marquées au stylo a bille sur la face
intérieur de la pièce, en prenant appuis sur une planchette de
balsa de 5 mm d’épaisseur… Les déformations ainsi crée
rende l’effet d’une surface entoilée.

LE FUSELAGE.
Le fuselage est une « caisse » en carte
plastique de 0.5 plus raidisseurs en
profilé carré de 0.5x0.5

Le tous présenté avec
le fuselage. Reste
encore à reprendre le
raccord aile-fuselage
pour y intégré le très
fort dièdre (environ
30mm à l'échelle)

Le dessus du fuselage est fait en deux parties.
la première qui englobe le capot moteur et le cockpit sera moulée en résine à partir d'une forme en bois puis évidé.
Le reste sera une simple plaque de carte plastique découpée et ajustée.

J'ai fait un moule, vit fait, du dessus du fuselage, en
utilisant des granules que l'on fait ramollir dans l'eau
chaude, je sais plus comment ça s'appelle.
puis j'ai estampé du Miliput blanc dedans.

Le résultat n'est pas fameux, gosses "bulles dans le
moule, donc gros caca sur le tirage.....

Heureusement un bon ponçage vient à bout de tout...

L'ajustement ne s’est pas si mal passé.

Ouverture du cockpit dans la pièce en résine.

L’étrave (comme me l'à fort justement fait remarqué un
forumiste, le fuselage ressemble vraiment à une barque..)
est percée pour recevoir l'axe de l'hélice en tube d'alu.

Des plots, languettes, redans, appeler ça comme vous
voulez, sont collés sur cette pièce pour plus de facilité
lors des ajustements au reste du fuselage.

Deux "faux longerons" font minent de traverser le
fuselage là ou je suppose qu'il sont....il n'y à pas de photos
de cet endroit, et j'avoue que c'est un peut à cause de cela
si j'ai laissé courir pendant quelques mois...(manque
d'inspiration, flémingite...)
Pour le reste de l'aménagement intérieur, j'hésite, suivant
la maigre, très maigre littérature sur le sujet, les flanc du
fuselage auraient étés "blindés" en alu (jusqu'où?), ainsi
que les pantalons de train d'atterrissage, et l'accès se serai
fait par une trappe pratiquée en dessous du fuselage, entre
les membres d'équipage....,

Voilà le tout mis en place, pour voir...

Au vue de la doc fournie par Philippe, j'ai figé la configuration du cockpit comme suit.
Trois membres d'équipage, dont le mécanicien placé derrière le moteur, vient ensuite le pilote qui disposera d'un
palonnier et d'un manche rudimentaires, et pour finir l'observateur.

Les sièges sont très simples, posés sur 4 pieds en profilé carré. Il manque encore les harnais.

vues d'ensemble du cockpit peint. Positionnement provisoire bien entendu...

Il faudrait scratcher un semblant de moteur histoire de
combler le vide en avant du mécanicien...
Les harnais et le moteur sont fait, bientôt la fermeture du
fuselage...

De toute façon on ne verra plus grand chose une foi le
tout en place...

Empeignage et mise en croix
Les empennages horizontaux et la dérive sont réalisés de
la même façon que les ailes, les nervures légèrement
marquées.

Le fuselage est fermé, mastiqué et poncer (encore
quelques pétouilles à reprendre...), une tige de carbone
Ø0.5 sert de longeron au stab.

Une petite série de photos où les ailes sont positionnées,
"pour voir"...

La chose est en croix....

LES PANTALONS DE TRAINS

bon, maintenant, séance "pattes d'ef

Des patrons sont collés (UHU stick) sur de la carte
plastique de 0.5, et les passages des axes de roues percés.

Après trempage dans de l'eau pour décoller le papier.
Puis traçage de la position de l'entretoise devant donner
sa forme fuselée au pantalon.
Elle est biseautée sur ses bouts, et viendra prendre place
dans des gorges faites à l'outil à graver Tamiya.

Mise en place d'un coté, bien perpendiculaire...

Puis du deuxième...

"

Mise en contrainte et collage des extrémités....

Et voilà l'travail....
Yapluka ...en faire un autre et à les ajuster sur les
intrados....

L'ajustage des pantalon de train c'est finalement mieux
passé que prévu. Quelques coups de poncette pour les
raccorder aux ailes... (avant à gauche et après ponçage à
droite.)

...et le tout collé sous les intrados.

Ça prend forme, enfin, mais il reste encore pas mal de babioles à faire, notamment les radiateurs plaqués sur les
flancs du fuselage et deux écopes à l'avant du capot moteur.

Deux petits bouts de tube alu coupés en biais et affinés.

Bien sur ses écopes débouchent sur des ouvertures dans
le capot moteur

Le résultat une foi en place. Un peu grosses ces écopes, tant pis, elles resteront comme ça... Elles tombent en face
l'une de l’autre, et c'est bien l'essentiel

LES ROUES.

J'ai commencé par fabriquer un tore en profilé Evergreen
mis en forme sur un manche d' X acto, et plonger dans
l'eau frémissante quelque instant.

Ensuite j'ai coupé plusieurs "rondelle", elles formeront le
pneu.

J'étais partis pour faire mes six roues, en essayant de les
faire à peut près identiques....quel C... il suffisait de faire
un moule !
donc: le master et le moule en "Siligom"...

...et les tirages.
Cela n'a pas l'air très ragoûtant comme ça, mais après
ébavurage, le résultat est correct.

Les trois roues monté sur essieu...

et installée dans les pantalons de train...
Les axes des essieux sont en carbone Ø0.5

...enfin sur ses roues...

La peinture…

Bon, en fait elle ressort beaucoup plus clair sur la photo, mais c'est seulement une couche de fond, je vais reprendre
tout ça après ombrage des nervures.
Mais léger, l'ombrage, parce que sur les photo d'époque, on ne distingue pas grand chose.
Au sujet des nervures, celles des ailes ont, ce que je présume être un renfort en tissus, ou en je ne sais quoi d'autre
destiné à renforcer le tenue de l'entoilage sur ces nervures.
La peinture de base étant du blanc mat tamiya XF2 (légèrement teinté, histoire de le cassé), je me suis retrouvé avec
un aspect granuleux du plus mauvais effet. La solution fut de diluer avec du klir.
le tout une foi sec est recouvert de deux fines couches de Klir (encore lui) pour un résultat satiné.

Les radiateurs latéraux sont réalisés en fil de cuivre collés sur de Scotch d'emballage.

La fin est proche....
Quelques renforts d'ailes ont été repris et une couche de Klir est passée pour sceller le tout.
Les roues et le système de refroidissement sont installés, le cockpit est fini.

bon, l'hélice maintenant....
Après plusieurs essais (et autant d’échecs) de taillage dans du balsa, j'ai changé de technique, ce sera un empilage de
contre plaqué de 0.7.
Draftsight m'a servi à dessiner des gabarits.

Ouh, c'est pas à l'échelle ça...
coller sur du ctp de 0.7 puis découpés au plus près, ils sont "embrochés sur une tige de carbone Ø0.5.

Ponçage masticage, ponçage masticage, ponçage masticage,....

Le cône d'hélice est tourner à la mini perceuse dans une portion de grappe de Shinden au 1/32, collé sur un disque Ø4
découpé à la pointe sèche et au trace cercle, les boulons sont en étiré.

Un peut de peinture et voilà.

Tant que j'y étais, j'ai rajouté les tubes sur le capot moteur. Je ne sais pas ce que s'est en fait, peut être des prises
d'air ?

Voilà, plus que les gouvernes....et leurs câbles de commande.

Les parties mobiles ont étés percées pour y introduire
une axe en cuivre en vu de leur mise en place sur les
empennage.

Bien sur les trous correspondants sont pratiqués sur les
parties fixes

Petit montage à blanc pour vérifier si tout ce passe bien...

C'est collé, ainsi que les câbles de commandes

Ben voilà, c'est fini.

J'en ai retouché quelques unes en sépia, histoire de...

.
.
Ça m'a beaucoup amusé. J’espère que ça vous plaira.

Stéphane COLIN


Documents similaires


Fichier PDF sesquiplan scratch 1 48
Fichier PDF antoinette monobloc
Fichier PDF caudron c714r 1
Fichier PDF avionsdepronpnicolas
Fichier PDF post refection moteur forum mfc
Fichier PDF dossier photos ulm285 mars 2016


Sur le même sujet..