Kropotkine (l'Etat, son rôle histo.).pdf


Aperçu du fichier PDF kropotkine-l-etat-son-role-histo.pdf - page 6/35

Page 1...4 5 67835



Aperçu texte


Les liens anciens étaient brisés, et sous peine de débandade (qui eut lieu, en effet, pour
mainte tribu, disparue désormais pour l'histoire), de nouveaux liens devaient surgir. Et
ils surgirent. Ils furent trouvés dans la possession communale de la terre,Ñ du territoire,
sur lequel telle agglomération avait fini par s'arrêter.

La possession commune d'un certain territoire Ñ de tel vallon, de telles collines Ñ
devint la base d'une nouvelle entente. Les dieux-ancêtres avaient perdu toute
signification ; alors les dieux locaux, de tel vallon, de telle rivière, de telle forêt, vinrent
donner la consécration religieuse aux nouvelles agglomérations, en se substituant aux
dieux de la tribu primitive. Plus tard, le christianisme, toujours prêt à s'accommoder des
survivances païennes, en fit des saints locaux.
«Désormais, la commune de village, composée en partie ou entièrement de familles
séparées, Ñ tous unis, cependant, par la possession en commun de la terre, Ñ devint,
pour des siècles à venir, le trait d'union nécessaire.»
Sur d'immenses territoires de l'Europe orientale, en Asie, en Afrique, elle existe encore.
Les barbares qui détruisirent l'empire romain Ñ Scandinaves, Germains, Celtes, Slaves,
etc., Ñ vivaient sous cette espèce d'organisation. Et, en étudiant les codes barbares dans
le passé, ainsi que les confédérations des communes de village qui existent aujourd'hui
chez les Kabyles, les Mongols, les Hindous, les Africains, etc., il a été possible de
reconstituer dans son entier cette forme de société, qui représente le point de départ de
notre civilisation actuelle.
Jetons donc un coup d'oeil sur cette institution.

III
La commune de village se composait, comme elle se compose encore, de
familles séparées. Mais les familles d'un même village possédaient la terre
en commun. Elles la considéraient comme leur patrimoine commun et se la
répartissaient selon la grandeur des familles Ñ leurs besoins et leurs forces.
Des centaines de millions d'hommes vivent encore sous ce régime dans
l'Europe orientale, aux Indes, à Java, etc. C'est le même régime que les
paysans russes ont établi, de nos jours, librement en Sibérie, lorsque l'État
leur eut laissé la latitude d'occuper l'immense territoire Sibérien comme ils
l'entendaient.
Aujourd'hui, la culture de la terre dans une communauté villageoise se fait par chaque
ménage séparément. Toute la terre arable étant divisée entre les ménages, chacun cultive
son champ, comme il peut. Mais au début, la culture se faisait aussi en commun, et cette
coutume se maintient encore dans beaucoup d'endroits Ñ du moins, pour une partie des
terres. Quant au déboisement, à l'éclaircissement des forêts, la construction des ponts,
l'élévation des fortins et des tourelles, qui servaient de refuge en cas d'invasion Ñ tout
cela se faisait en commun, comme le font encore des centaines de millions de paysans,
Ñ là où la commune de village a résisté aux envahissements de l'État. Mais «la
consommation», pour me servir d'une expression moderne, avait déjà lieu par familles,