Au coeur du terrorisme d'état S.Maillaud.pdf


Aperçu du fichier PDF au-coeur-du-terrorisme-d-etat-s-maillaud.pdf

Page 1 234190




Aperçu texte


international, à savoir en l’occurrence le sieur Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA et sa
clique malfaisante.
Hé oui ! L’ancien garde de la République, aujourd’hui considéré - à tort ! - comme un
renégat hors la loi par son ancienne corporation instrumentalisée, veut, au comble du
comble, en exhorter les membres à le suivre dans son idéologie révolutionnaire !
Il m’apparaît indispensable avant tout de vous faire savoir comment j’en suis arrivé là, et
j’espère que l’ouvrage que je vous présente ici ne laissera planer aucun flou quant à la
pertinence de ma prise de position, que vous soyez juristes avertis ou non. Plus en
profondeur, c’est la face cachée de notre système sociétale que je vais éclairer, dans son
abjecte et insoupçonnable réalité. En bonus, je vous raconte l’enquête que j’ai menée au
sortir de « l’affaire Vincent » sur une autre affaire dans le même odieux registre, mais
autrement plus abominable en terme d’ampleur. - En tous cas, pour ce que l’on sait de
l’affaire Vincent, car je soutiens qu’une enquête sur le géniteur du courageux enfant aurait
pu, et devrait toujours, nous réserver des surprises salées quant à la réelle dimension du
réseau auquel je le soupçonne plus que sérieusement d’appartenir…Il s’agit de l’affaire des cd rom de ZANDVOORT, cette monstrueuse affaire de crimes sur
enfants, en réseau à dimension internationale ; affaire là encore étouffée par le terrorisme
des divers Etats concernés, dont le notre évidemment.
Sachez par ailleurs que l’enquête que j’en ai réalisée sous forme d’un reportage vidéo de
près de quatre heures, ayant tout juste fini sa mise en forme en DVD, est à la disposition de
tout membre de vos corporations respectives, en premier lieu.
Je souhaite cependant faire ici un point concis sur la question qui concerne ma situation
personnelle, car, étant secondaire à mes yeux, elle est traitée de façon accessoire dans cet
ouvrage :
Ainsi donc il paraîtrait que je suis hors la loi ?
Mais, je vous le demande ; qu’est-ce selon vous qu’un hors la loi ?
Est-ce un individu qui, pour avoir un peu trop respecté celle-ci a été pris pour cible d’une
inique répression judiciaire, orchestrée par une bande de magistrats et de gendarmes
manifestement corrompus et pro pédophiles ?…
…Ou seraient-ce au contraire lesdits magistrats et gendarmes manifestement corrompus et
pro pédophiles, abusant outrageusement de leurs fonctions à des fins criminelles, qui méritent
cette mention ?
Qui donc est celui qui enfreint la loi, et qui est celui qui la respecte, entre celui qui met tout
en œuvre pour soustraire un enfant à une menace déclarée, et celui qui, bien qu’étant
détenteur de l’autorité publique, refuse de prêter assistance audit mineur menacé ?
Est-ce le fait de porter un uniforme de gendarme ou une toque de magistrat, ou de n’avoir au
contraire aucune fonction, qui seul, doit faire de nous des personnes au dessus de tout
soupçon et même des lois, ou bien des criminels ? Ne seraient-ce pas plutôt les agissements
des uns et des autres, par rapport au respect de nos textes de loi, qui devraient permettre
cette définition ?
Et cette notion de détention de l’autorité publique ne constitue-t-elle pas au contraire une
circonstance aggravante en cas de comportement délictueux ou criminel, bien prévue par nos
textes de lois ?
J’affirme, quant à moi, n’avoir jamais commis la moindre action contraire à la loi ou à la
morale, bien au contraire.
Je prétends en revanche, que ceux là mêmes qui sont à l’origine de cette décision de justice –
le lancement d’un mandat d’arrêt à mon encontre – ainsi que des précédentes – mon
inculpation pour soustraction de mineur, puis mon incarcération en préventive, suivies de
mon placement sous contrôle judiciaire -, sont eux, des individus qui « instrumentalisent »
leurs fonctions et abusent de leurs pouvoir à des fins criminelles.

2