Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact


Dossier X .pdf



Nom original: Dossier X.pdf
Titre: Les Dossiers X
Auteur: Administrator

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par TxtDef.doc (Read-Only) - Microsoft Word / Acrobat PDFWriter 4.05 for Windows NT, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/02/2012 à 13:02, depuis l'adresse IP 82.240.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 20410 fois.
Taille du document: 1.4 Mo (417 pages).
Confidentialité: fichier public





Aperçu du document


Les dossiers X
Ce que la Belgique ne devait pas savoir sur l’affaire Dutroux

Deuxième impression: novembre 1999
Première impression: novembre 1999
Couverture: Zizó!
Photo des auteurs: Gert Jochems
Photocomposition: EPO
Impression: EPO [0973J]
Traductions: Olivier Taymans
© 1999 Editions EPO , Editions Houtekiet et les auteurs
Chaussée de Haecht 255
1030 Bruxelles - Belgique
Tél: 32 (0)2/215.66.51
Fax: 32 (0)2/215.66.04
E-mail: editions@epo.be
Lange Pastoorstraat 25-27
2600 Anvers - Belgique
Tél: 32 (0)3/239.68.74
Fax: 32 (0)3/218.46.04
E-mail: uitgeverij@epo.be
Isbn 2 87262 153 9
D 1999/2204/48
Mots clés:
réseaux pédosexuels, fonctionnement de l’Etat, enquêtes judiciaires, justice, polices

Vous êtes tellement nombreux à nous avoir aidé d’une manière ou d’une autre que nous ne
pouvons plus vous compter. Mais, en particulier, nous voudrions dire merci à André, Anne, AnneCarole, Anne-Marie, Ayfer, Bruno, Carine, Caspar, Christian, Christine, Claude, Daniel, Danny,
Donatienne, Eddy, Elio, Els, Erwin, Filip, Flurk, Frans, Frans, Gaby, Guendalina, Hadewych, Hans,
Hilde, Jan, Jan, Jean-Luc, Jean-Luc, Jean-Philippe, José, Laurent, Lieve, Loretta, Luc, Marc, Marc,
Marcel, Marco, Marie-Noëlle, Michel, Michel, Mike, Monique, Paëlla, Patricia, Patrick, Paul, Pina,
Pol, Raf, Regina, Rita, Ruf, Saskia, Serge, Tania, Theo, Tintin, Tiny, Veerle, Vero, Véronique,
Walter, Werner, Willy, Yola, le couple de Zellik, Zoë,... Aux autres, nous le dirons de vive voix.
Nous remercions tout particulièrement Olivier Taymans, qui a été pour ce livre bien plus qu’un
traducteur et qui mérite d’ailleurs beaucoup plus que cette petite phrase. Merci également, et surtout,
à tous les gens qui ont bien voulu prendre le temps de nous parler.

Pour Tracy, Max et Juliette

TABLE DES MATIERES
1. HIVER 1995 – Jean-Paul Raemaekers
1.1 Le procès d’assises 8
1.2 Un témoin fou très courtisé 20
1.3 Le curieux procès-verbal du commissaire Marnette 28
2. ETE 1996 – Marc Dutroux et Michel Nihoul
2.1 Michel Lelièvre 40
2.2 Bernard Weinstein 51
2.3 Michèle Martin 61
2.4 Marc Dutroux 74
2.5 Une famille flamande à Bertrix 88
2.6 Michel Nihoul 111
3. AUTOMNE 1996 – X1 apparaît
3.1 Premier contact 126
3.2 Premières auditions 131
3.3 L’enquête sur le meurtre de Carine Dellaert 147
3.4 «Elle s’appelait Kristien» 169
3.5 Deuxième audition sur «Kristien» 187
3.6 L’enquête sur le meurtre de Christine Van Hees 210
3.7 Le rapport oublié de la Sûreté de l’Etat 238
3.8 Le meurtre du camping à Oud-Heverlee 252
4. HIVER 1996 – Les fausses pistes
4.1 Le dossier Di Rupo 264
4.2 La perquisition Abrasax 269
4.3 Les grands travaux inutiles à Jumet 273
5. PRINTEMPS 1997 – Encore d’autres témoignages
5.1 Les péripéties du dossier Nathalie W. 302
5.2 X2, X3, X4, X69 et VM1 313
5.3 Les amies de X1 se souviennent 335
5.4 Un violeur en série 352
5.5 D’autres disparitions oubliées 361
5.6 Le meurtre de Katrien De Cuyper 372
6. 1997-1999 – Suite et conséquences
6.1 Premier rapport de relecture 390
6.2 Deuxième et troisième rapports de relecture 414
6.3 Les relations de Michel Nihoul 446
6.4 Quatrième rapport de relecture 464
6.5 Le faux dossier du parquet de Gand 484
6.6 Le juge Pignolet fait de l’excès de zèle 514
NOTE D ES AUTEURS 526
NOTES 533
INDEX 567

«Perhaps it is better to be irresponsible and right
than to be responsible and wrong»
Winston Churchill

CHAPITRE 1

Hiver 1995
Jean-Paul Raemaekers

«Je vais mettre la machine en marche»
Jean-Paul Raemaekers, 27 janvier 1995
Pour le public fidèle des cours d’assises, avide de passion et de drame, le spectacle risque d’être
ennuyeux. Personne n’a été assassiné, ni enlevé, ni pris en otage. L’homme qui comparaît est
pratiquement inconnu et il a avoué ce qu’on lui reproche. De plus, si quoi que ce soit de sensationnel
devait survenir dans ce procès, cela se passerait à huis clos. Ce matin du 23 janvier 1995, les habitués
des assises de Bruxelles se préparent à suivre des débats techniques et procéduriers sur la psychologie
de l’accusé, des débats qui risquent de durer des journées entières. Sans surprise, la défense demande
l’internement. De manière tout aussi prévisible, le procureur Raymond Loop plaidera en fin de
semaine pour une peine exemplaire.

L’accusé est Jean-Paul Raemaekers, quarante-cinq ans, Bruxellois. Il doit répondre du viol et de la
torture de trois enfants: huit, neuf et dix ans. Les preuves sont convaincantes: neuf séquences qu’il a
filmées lui-même en vidéo, où tout est clairement visible. Comme il a déjà été condamné en 1989
pour des faits identiques, l’issue du procès est facile à deviner. Les perspectives de Raemaekers
s’assombrissent encore lorsqu’il s’avère, au premier jour du procès, que son avocat, le célèbre
pénaliste Jean-Paul Dumont, ne sera pas présent à l’audience. Il s’est fait excuser et remplacer par ses
confrères Marc Depaus et Patrick Gueuning. La défense semble déjà se résigner à une situation
déses pérée.
Le seul qui a l’air de voir les choses sous un autre angle, c’est Jean-Paul Raemaekers lui-même. Il
joue le petit-bourgeois au grand cœur qui, d’une bêtise, a gâché une vie jusqu’alors irréprochable. Il
est rasé de près et sort de chez le coiffeur. Au début, il ne parle que lorsqu’on l’interroge. Quand il
s’exprime, c’est avec pathos; il se perd en considérations lyriques tout à fait déplacées. Son débit est
vertigineux. Il peut aussi prendre un ton d’excuse, presque de soumission. Ou pompeux: «Je ne veux
rien cacher et j’entends jouer cartes sur table», répond-il à la première question de la présidente Karin
Gerard. Oui, reconnaît-il, son orientation sexuelle est un problème particulièrement grave. Oui, lui
aussi a visionné les films, mais dans un premier temps, il ne pouvait pas croire que c’était bien lui
qui, en violant la petite fille, éclatait de rire à mesure qu’elle hurlait de douleur. Lorsque de telles
choses se produisaient, il perdait complètement le contrôle de ses actes. «Pour compenser ma
maladie, j’ai toujours tenté de faire le bien», dit-il en se complaisant dans le rôle du malade. «J’ai
souvent fait des dons anonymes à des homes et des orphelinats.» 1
Certains membres du jury somnolent déjà lorsque Karin Gerard aborde, en ce premier jour
d’audience, le sujet inévitable: sa jeunesse. Une jeunesse triste, comme celle de presque tous les
accusés d’assises. Raemaekers n’est pas le nom sous lequel il est né, le 25 juin 1949, premier enfant
d’une certaine Rose Wattiez, d’Etterbeek. Mère célibataire, elle l’abandonne un an et demi plus tard à
l’assistance publique à Bruxelles. Il apprend ses premiers mots à l’orphelinat. En 1954, il est adopté
par Armand Raemaekers, un colonial à la tête d’une famille déjà nombreuse. Le petit Jean-Paul part
vivre avec eux au Congo belge jusqu’à l’indépendance. De retour en Belgique, la famille place
l’enfant, âgé maintenant de onze ans, en pension; il en est renvoyé à dix-sept pour faits de mœurs sur
des camarades plus jeunes. «Elle m’a vendu pour 40.000 francs», fulmine l’accusé lorsque la juge
Gerard prononce le nom de Rose Wattiez. Il n’estime pas davantage son père biologique. Selon l’acte
d’accusation, il s’agit de François Deliens, évêque de l’Eglise gallicane à Liège. Un homme marié et
père de cinq enfants. D’après Raemaekers, il faut y ajouter neuf enfants naturels, dont lui-même.
Rose Wattiez l’a confirmé lors de l’instruction: Deliens est bien le père. Lorsque l’évêque est appelé
à témoigner, il le nie avec force.
Mais plus encore que l’évêque, il déteste sa famille adoptive: «C’est là qu’il faut chercher la
cause», s’écrie-t-il. «Dans cette famille, je recevais plus de coups que de nourriture. Je souffre
aujourd’hui encore de n’avoir jamais connu la chaleur d’un vrai foyer. A cause de ce qui est arrivé là,
j’ai commencé à haïr les femmes. Je suis violent avec elles.» Ce ne sont pas des femmes que la
présidente veut entendre parler, mais des enfants. «Je ne veux pas minimiser mes problèmes», déclare
Raemaekers en se repliant sur son rôle. «Je recherche surtout la vérité.»



Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


Fichier PDF artprocesgs 2
Fichier PDF rapport du cide sur la pe docriminalite
Fichier PDF 2 book eddy depretz
Fichier PDF apres la peur dossier
Fichier PDF lumumba
Fichier PDF 15 ans de mafia mafia ethnie et famille pdf


Sur le même sujet..