4 pages greve du 29 couleur .pdf


Nom original: 4 pages greve du 29 couleur.pdfTitre: 4 pages greve du 29 couleur.indd

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Adobe InDesign CS4 (6.0.6) / Adobe PDF Library 9.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 27/02/2012 à 11:26, depuis l'adresse IP 93.1.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1110 fois.
Taille du document: 1.4 Mo (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


© Fédération CGT des cheminots - PL

Pour développer et défendre notre entreprise publique SNCF et notre statut.

Le 29 février 2012,
AGISSONS MASSIVEMENT
PAR LA GRÈVE
Le 29 février 2012, ensemble, en convergence avec les syndicats et les salariés européens agissons pour dire non à l’austérité.
En France, le Président de la République a annoncé deux mesures qui, à nouveau, vont
frapper durement les salariés, actifs, retraités et privés d’emploi. Après la réforme des
retraites de 2010 et les deux plans d’austérité de 2011, ce troisième plan d’austérité aggrave la situation. Augmentation de la TVA, l’impôt le plus inégalitaire, diminuant
encore le pouvoir d’achat pour le plus grand nombre de salariés. Notre système de
protection sociale serait ainsi une nouvelle fois fragilisé.
Il entend instaurer des accords « compétitivité emploi » légalisant ainsi le chantage des
employeurs « emploi contre salaires et temps de travail ». Ces accords ouvrent la voie à
la remise en cause d’un pilier essentiel du droit social français et du contrat de travail.
Plus globalement, âge de départ à la retraite, durée légale du travail, conventions collectives, procédures de licenciement, salaire minimum, droit de grève, service public et
protection sociale… tout devrait passer à la moulinette de la « compétitivité ».
Une vaste campagne de culpabilisation se développe. Partout, les salariés s’entendent
dire qu’ils coûtent trop cher. Nous, cheminots de la SNCF, sommes directement touchés
par ces attaques, notamment en ce qui concerne l’avenir de notre entreprise publique
SNCF et notre statut. La volonté du gouvernement et de la direction de la SNCF de casser le service public ferroviaire en favorisant l’ouverture complète à la concurrence du
mode ferroviaire, impacte tous les jours nos conditions de vie et de travail, nos emplois,
nos salaires et nos conditions sociales.
Toutes les organisations professionnelles et départementales de la CGT appellent donc
les salariés, à se mobiliser dans l’unité syndicale la plus large, à décider de la grève sur
les lieux de travail le 29 février 2012 et à participer aux manifestations interprofessionnelles qui seront organisées sur tout le territoire dans le cadre de la journée d’action
européenne organisée par la confédération européenne des syndicats.

Montreuil le 22 février 2012

L’EMPLOI
En se servant de l’emploi des cheminots
comme variable d’ajustement pour équilibrer ses comptes, la direction de la SNCF
agit comme n’importe quelle entreprise
du CAC 40. En effet depuis 2002, ce ne
sont pas moins de 30.000 emplois qui
ont été supprimés dans l’EPIC SNCF dont
la plus grande partie au Fret. Au-delà de
chercher sans cesse à supprimer des
emplois ce qui structurellement affaiblit
l’efficacité de l’entreprise, la Direction
s’est lancée dans une démarche qui
vise à accentuer les multiples statuts.
C’est ainsi que dans les quatre dernières
années se sont accrues les embauches
atypiques, de gré à gré, sous contrat de
droit privé, PS25, mais aussi CDD et intérimaires notamment dans les ateliers
du matériel, l’alternance sans aucune

perspective d’embauche. La création
des EME* et des EDC* dans lesquels
des cheminots continuent de ronger leur
frein, s’inscrit dans cette préparation
des esprits à la privatisation, puisque si
les agents ne peuvent pas être licenciés,
ils n’ont aucune garantie d’avoir du travail. C’est une méthode très perverse et
culpabilisatrice qui a des effets destructeurs. La gestion des emplois pour la
Direction est présentée très clairement
sur le périmètre du Groupe pour faire
perdre tous repères aux cheminots et
accentuer cette notion imposée de gouvernance par branches.

Pour la CGT, le niveau de l’emploi en
quantité et en qualité est en lien étroit
avec les capacités de production de l’entreprise. L’emploi au statut est un élément déterminant de développement de
la SNCF. La CGT est à l’offensive du local
au national sur ce sujet. De nombreuses
actions se tiennent sur le territoire pour
contraindre la direction à recruter. C’est
par l’action de la CGT (DCI*, grèves,
bureaux d’embauches) que sur l’année
2011, nous avons gagné 1064 emplois
supplémentaires à la SNCF. Le président
Pepy annonce 10.000 recrutements à
l’échelle du groupe, mais surtout, 4500
pour l’EPIC en 2012, pour plus de 6000
prévisions de départ. Par l’action, poussons la direction à réviser son budget à
la hausse !!

007

puis 2
e
d
F
C
N
S
la
à
’emplois

ns d

ssio
12 000 supre

!
P
O
R
T
T
S
TROP C’E

LES CONDITIONS SOCIALES
La Direction avec certaines organisations syndicales essayent de convaincre
les cheminots qu’il faut rapidement ouvrir
des négociations sur un cadre social harmonisé. Il le présente d’ailleurs comme
une seule révision de la réglementation
du travail.

C’est quoi un cadre social ?
Ce n’est pas que la réglementation, c’est
aussi la prévoyance, la retraite, la grille
des salaires, le déroulement de carrière
et la grille de qualification, la garantie de
l’emploi, les sanctions, les droits syndi-

Casse de notr

caux, le droit de grève. Ce sont donc tous
les chapitres du statut qui seraient revisités et la Direction de la SNCF veut y intégrer le transfert de personnels.
Il faut savoir que pour les entreprises privées, un cheminot c’est un conducteur,
un contrôleur, un agent de manœuvre
à la limite un aiguilleur. Pour eux, l’ensemble des autres métiers vente, SUGE,
administratifs, informaticiens, matériel,
équipement, les ABE, les ASTI, les médicaux, les sociaux, les agents de la CPR,
etc. dépendraient d’autres conventions
collectives et sortiraient automatiquement du périmètre de discussion.

e statut et de

Pour la CGT, c’est au caractère intégré
des entreprises publiques que l’on doit
l’existence de statuts forts pour les salariés. Service public et conditions sociales
élevées sont deux notions essentielles et
indissociables pour répondre aux besoins
des usagers et de la nation. Toutes
attaques contre le statut et les droits
des salariés fragilisent le service public,
l’entreprise publique, l’emploi et les droits
sociaux de toute la population. La bataille
pour le service public est interdépendante de celle pour l’amélioration des
conditions sociales des cheminots.

notre régleme

TROP C’EST T

ntation du trav

ROP !

EME : espace mobilité emploi - EDC : espace de développement des cadres - DCI : demande de concertaion immédiate.

ail

LES CONDITIONS DE VIE ET DE TRAVAIL
Depuis 2007, la politique de la Direction de la SNCF n’est faite
que pour faire accepter l’idée aux cheminots que la SNCF doit
être une entreprise comme n’importe quelle entreprise privée.
G. Pépy est allé beaucoup plus loin en s’inspirant des pires procédés des grandes entreprises privées. Il a mis en place un
management qui dénigre les compétences techniques (qui lient
les cheminots de tous grades), pour privilégier une hiérarchie
chargée de porter idéologiquement les orientations politiques
de la Direction.
Ce management basé sur l’individualisation s’est mis en place
par des processus différents  : les rémunérations et les notations au mérite sur des critères très subjectifs, une transformation des EIA basés sur des objectifs non discutables et très

idéologiques, un éloignement géographique de la hiérarchie, la
méthode de la surcharge de travail de l’encadrement pour pousser à l’autoritarisme, le télétravail, la mobilité contrainte. L’individualisme et cette compétition qui s’installent à tous les niveaux,
entraînent volontairement la détérioration de l’esprit de corps
entre les cheminots.
Pour la CGT, de bonnes conditions de travail favorisent l’efficacité
du travail et la santé. Elles s’obtiennent avec de réels moyens en
proximité (humain, matériel, financier), ne permettant aucune
perte de repères dans nos métiers à statut. Le rôle de l’organisation du travail, autour de véritable collectifs de travail avec du
personnel en nombre suffisant doit être la règle pour que chacun
puisse exercer son métier sans pression dans un cadre collectif.

es

menacé
s
e
n
g
li
e
d
m
k
1 000

Plus de 1

!
P
O
R
T
T
S
TROP C’E

LA STRUCTURATION DE L’ENTREPRISE
A peine arrivé après sa nomination par N. Sarkozy, le Président
de la SNCF actuel s’est engagé dans une stratégie de privatisation galopante. La mise en place d’une structuration de l’entreprise en branches quasi autonomes où les activités de l’EPIC
sont traitées au même rang que les filiales. Après le Fret, c’est
l’Infra qui a été organisée en territoires de production déconnectés des Régions. La rupture de lien entre les activités et surtout
le cloisonnement imposé pour les moyens humains et matériels
s’inscrivent dans cette démarche. Ce processus pénalise la qualité de la production et la capacité à réagir en cas de besoin.
L’image de la SNCF se dégrade et favorise la promotion d’un
système concurrentiel et l’arrivée d’entreprises privées. Par
ailleurs, la SNCF se prive de moyens qui la rendraient plus efficace par rapport à des opérateurs privés. Elle crée elle-même
des handicaps sur son système de production pour se mettre à
égalité avec n’importe quel opérateur qui se positionnerait sur
le secteur. Enfin, la Direction entend ainsi modifier l’esprit des
cheminots faisant en sorte qu’ils se sentent appartenir à une
activité, à une branche mais pas à la SNCF.
Il ne faut pas omettre la place et le rôle donnés aux services
transverses qui sont devenus sous l’ère Pépy des «  services
partagés  » pour préparer les cheminots que ce pourrait être
un jour des services externalisés, sous traités ou adossés à
des organismes. Cela touche aux services médicaux et sociaux,
aux agents administratifs, aux CMGA, aux agences familles, à la
sureté, aux informaticiens et à la téléphonie, à la prévoyance et
la retraite, aux services de gestion ou juridiques, aux agents de
la CPR, etc.

Nous pouvons mesurer qu’aujourd’hui, ce sont les ateliers du
Matériel et les agents de la voie et de la signalisation qui sont
aussi dans le viseur de l’externalisation et de la sous-traitance.
La spécialisation des ateliers du Matériel, la fermeture des brigades de proximité de l’Equipement participent à cette stratégie.
Et il en va de même concernant les créations de Gares et
Connexions, de la DCF* et des EIC* qui ont accompagné l’éclatement des établissements Exploitation en entités recentrées sur la
vente et l’escale dédiées à des activités voyageurs dans lesquelles
ils entendent intégrer les roulants pour créer les ESV*.
Pour la CGT, le service public n’est pas simplement un prestataire
de biens et de services mais aussi producteur de lien social et
de citoyenneté. La nationalisation des compagnies privées qui a
donné lieu à la naissance de la SNCF en 1937, avait pour but de
faire prévaloir l’intérêt collectif des citoyens sur les intérêts privés.
La CGT s’est toujours prononcée pour une organisation intégrée
de la SNCF, qui permet la péréquation et les solidarités entre
activités et domaines, et mutualise les moyens. Construire le service public SNCF à partir des lieux ou il s’exprime, c’est le sens
de notre proposition de création d’établissements multi-activités.
C’est ce combat de fond que la CGT a mené en avril 2010 voyant
très clairement que l’entreprise publique, le statut et donc le
service public SNCF étaient en danger.Les dotations décentralisées de l’Etat doivent être réévaluées en lien avec l’augmentation des besoins de transport et les Régions devraient disposer
d’une ressource fiscale propre et nouvelle telle que le versement
transport dont disposent les autres autorités organisatrices de
transport.

DCF : direction des circulations ferroviaires - EIC : établissement infra-circulation - ESV : établissement service voyageur.

TOUS UNIS DANS L’ACTION,
LES CHEMINOTS DISENT STOP !!
La feuille de route de Guillaume Pepy dictée par l’Elysée
depuis 2007, consiste à affaiblir le ferroviaire en France, en
liquidant le service public, en transformant l’EPIC SNCF en un
groupe privé. Le président de la SNCF n’a de cesse de mettre
en œuvre une stratégie destructrice. Les cheminots disent
STOP !!
Il restructure et réorganise la SNCF en activités (SNCFvoyages, SNCF-proximités, SNCF-infra, Fret SNCF, gares et
connexions, domaines traction et matériel) cloisonnées et
étanches qui fragilisent son fonctionnement et isolent les cheminots entre eux. Les cheminots disent STOP !!
Il met en place des méthodes managériales issues du privé,
développe l’individualisme, le management aux résultats financiers, qui accentue les pressions sur les agents. Les cheminots disent STOP !!
Il impose une politique salariale d’austérité dans l’entreprise
avec des accords salariaux au rabais (le dernier accord signé
en 2011 par UNSA et CFDT (+0,9% d’augmentation) a fait
perdre 1,6% de pouvoir d’achat aux cheminots). Il transforme
petit à petit le salaire et le déroulement de carrière en système de rémunération non pérenne, soumis à des objectifs
individuels ou collectifs. Nous sommes loin des salaires du
Comex qui sont passés de 4 millions en 2010 à 4,8 millions
en 2011 ! Les cheminots disent STOP !!
Il casse le Fret ferroviaire au profit de la route avec le gâchis
humain qui l’accompagne. Les cheminots disent STOP !!
La CGT revendique :
- Le retour à une entreprise intégrée dans laquelle l’EPIC et non le groupe joue un rôle central
permettant une mutualisation des moyens et une synergie entre les activités ;
- L’arrêt du management agressif dans les établissements ;
- L’ouverture immédiate de négociations salariales qui permettent des augmentations générales
des salaires consécentes (perennes et liquidables), pour faire face à l’explosion du coût de la vie ;
- Le développement de Fret SNCF par la mise ne place d’une politique de volume, le retour de de la
technique du wagon isolé et la maintenance et l’optimisation des installations existantes.

C’est une préparation méthodique qui s’opère pour aller vers la privatisation et la casse du service public SNCF. La CGT a des propositions claires sur tous ces sujets pour développer notre
entreprise publique et préserver notre statut social.

Le 29 février, tous les cheminots doivent agir et se mobiliser
pour contraindre le gouvernement et la direction de la SNCF
à faire d’autres choix !!
FÉDÉRATION CGT DES CHEMINOTS - 263 rue de Paris - case 546 - 93 515 Montreuil
Tél. 01 49 88 61 00 - Fax 01 48 57 95 65 - coord@cheminotcgt.fr - www.cheminotcgt.fr


Aperçu du document 4 pages greve du 29 couleur.pdf - page 1/4

Aperçu du document 4 pages greve du 29 couleur.pdf - page 2/4

Aperçu du document 4 pages greve du 29 couleur.pdf - page 3/4

Aperçu du document 4 pages greve du 29 couleur.pdf - page 4/4




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


4 pages greve du 29 couleur
20150126 inter cgt manif unitaire
pages congres de foh3091
12 11 08 tract cer lorraine
2013 10 15 lettre eco 42 octobre 2013
20160817 tract ccn classification des metiers ctn equipement 1

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.009s