Héritage .pdf


Nom original: Héritage.pdf

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Adobe InDesign CS5.5 (7.5) / Adobe PDF Library 9.9, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 27/02/2012 à 21:23, depuis l'adresse IP 41.250.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 3699 fois.
Taille du document: 846 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


PAR soumaya naamane guessous - photos : D.R.

De grandes avancées dans
les lois pour l'égalité
homme - femme ont eu lieu.
Mais l'inégalité successorale reste
une discrimination majeure.

héritage :
des drames
au nom
de l'islam

L

'héritage a été établi par le
Coran selon le contexte de
sa révélation, du profil des
femmes et de la structure familiale.
Jadis, l'homme, tenu d'entretenir
les femmes et de verser la dot,
devait avoir davantage d'argent.
Or, la dot est en voie d'extinction.
Et aujourd'hui, le profil des femmes
a complètement changé. Dès leur
plus jeune âge, elles travaillent
pour aider les parents, puis le
couple. Quand plus du tiers des
femmes ont un emploi rémunéré,
une grande proportion des autres
travaille dans le secteur informel.
Et de nos jours, lorsqu'elles sont

0

šociété

numéro 5 mars 2012

numéro 5 mars 2012

veuves ou divorcées, elles ne sont
plus entretenues par les frères,
oncles ou cousins. Car les charges
sont devenues si importantes qu'un
père de famille se soucie en priorité
de son couple, de ses enfants
et à la limite de ses parents.
De même, selon l'islam, après
décès du père, les frères ne peuvent
toucher à l'héritage des soeurs
qui doit rester intact jusqu'à leur
mariage. Tout comme le mari n'a
pas droit aux biens de son épouse.
Aujourd'hui, l'héritage renforce
l'inégalité et enfonce les familles
dans la précarité. Quand on
dénonce ces injustices, on s'entend
dire que : « c'est un problème de
riches ». Sauf que les riches s'en
sortent avec peu de dégâts car ils
peuvent se défendre. Le problème

2

est plus crucial dans les classes
moyennes et défavorisées.

Quand l'héritage
vire au dépouillement

« Ma mère, femme de ménage en
France, a élevé cinq enfants. Mes
parents ont acheté une maison au
Maroc. Mon père est mort à 53 ans.
Le choc : mes grands-parents nous
réclament leur part dans la maison,
le tiers de sa valeur. Nous n'avons
pas d'argent. Ils ont défoncé la porte
de la maison et s'y sont installés. Je
leur ai dit que ma mère avait payé
plus de la moitié de la maison. Mais
pour eux, Dieu leur a donné ce bien
et il serait pêché de l'abandonner !
Selon leur avocat, la maison doit être
vendue. Nous leur avons proposé de
nous engager, par un acte notarial, à
leur verser tous les mois une somme
d'argent, pendant quatre ans. Ils ont
refusé. Mes oncles et tantes se sont
ligués contre nous. C'est injuste. Nous
pensions que l'islam protégeait les
femmes et les familles. » Non, c'était
au père de protéger sa famille de
son vivant !

Ville et campagne : même
injustice
Souvent, surtout en milieu rural,
les femmes n'obtiennent pas leur
part, conservée par les mâles.
Ignorant les procédures ou évitant
les conflits avec les héritiers (frère,
oncle, grand-père), elles sont
dépouillées. Quand le défunt a
laissé des terres agricoles exploitées
par sa famille, les rurales sont
encore plus lésées. Et la veuve ne
peut revendiquer sa part : « Mon
mari est mort il y a douze ans. Je suis
prisonnière de ma belle-famille qui
me menace de me chasser et de me
prendre mes enfants ». Ces femmes
n'ont ni l'audace, ni les moyens
de porter plainte : « J'ai les mains
liées, comme une bête. Ma bellefamille nous nourrit avec mes enfants.
J'ignore la valeur de mon héritage
et celle de mes enfants. Quand ils
grandiront, ils me rendront justice ».
Les citadines se défendent
mieux, mais pas toujours. K,
journaliste : « Avec mon mari, nous
nous sommes sacrifiés pour acheter

“ Mes oncles et tantes ont demandé
à ma mère les clés alors que mon
père n'était pas enterré. ”
un appartement, dont chacun de
nous possède la moitié. Mon mari
est décédé et m'a laissée avec deux
adolescents, scolarisés dans le privé.
Je n'ai plus que mon salaire. Mes
beaux-parents me persécutent pour
prendre leur part, un sixième chacun,
soit le tiers, que je n'ai pas ! Mes
belles-sœurs et mes beaux-frères,
non héritiers, me menacent de me
retirer mes enfants en m'accusant de
mœurs légères et de venir occuper la
maison dans la part qui revient à leurs
parents. Mes enfants sont terrorisés :
la perte du père, mes problèmes
financiers, mon état de santé, les
menaces des grands-parents. Si je
vends la maison et que je paye les
impôts, je n'aurai pas de quoi acheter
un logement décent à mes enfants !
Mes beaux-parents disent vouloir
prendre ce que Dieu leur a donné !
Dieu a-t-il ordonné cette cruauté ? ».

Vol et viol de l'intime
Si les grands-parents ne réclament
pas leur part, à leur décès, leurs
enfants s'en chargent : « Ma bellemère n'a jamais demandé sa part
dans la maison et l'épicerie de mon
feu-mari. Mais à son décès, mes
beaux-frères m'ont poussée à vendre
la maison et l'épicerie pour leur
donner la part de leur mère. Mes trois
filles et moi habitons une cabane dans
un bidonville. Mes filles ont arrêté
leur scolarité ». L'aînée se prostitue
pour nourrir la famille. Pourtant,
la grand-mère avait la possibilité
de faire don de sa part d'héritage à
ses petites-filles pour les protéger
après sa mort.
Mais ce n'est pas tout. Les héritiers
ont également des droits sur le
mobilier, à moins que l'épouse ne
justifie, par des factures, qu'il lui
appartient...
Le foyer, territoire intime du couple
et de ses enfants, est violé par les
héritiers : « Mon père est décédé
en laissant trois filles. Mes oncles et

numéro 5 mars 2012

tantes ont demandé à ma mère la clé
du placard à vaisselle et celle de la
chambre à coucher, alors que mon
père n'était pas enterré. Deux jours
après l'enterrement, nous avons vu
nos meubles quitter la maison. Une
amputation ! »
Ces drames sont vécus aussi par des
hommes : « Ma femme est décédée
en laissant quatre filles. Ses frères et
sœurs nous ont dépouillés et ont pris
leur part dans les bijoux. Ma femme
aurait du mettre les reçus au nom des
filles ».

Loin de l'équité islamique
La cupidité des héritiers, dont
souffrent les démunies, ne saurait
être imputée à l'islam : « Après le
décès de mon mari, mes cinq filles et
moi avons tout partagé avec ses frères
et sœurs. Nous vivions misérablement
sur un terrain d'un hectare avec deux
vaches et quelques moutons.
Nous avons tout vendu. Mes
belles-sœurs ont partagé nos
ustensiles de cuisine, elles ont
découpé des couvertures en laine
pour se les partager. N'ayant plus
les moyens de nous reloger, nous
avons été accueillies par ma sœur
à Casablanca, avant d'acheter une
baraque dans un bidonville. Sans
ressources, mes filles travaillent
comme domestiques ».Une de ses
filles a sombré dans
la prostitution...
Est-ce là les recommandations
coraniques ? Si l'islam a favorisé les
hommes pour qu'ils entretiennent
les femmes, aujourd'hui, ils les
dépouillent.
Des subterfuges légaux (al hiyales)
permettent de contourner la loi.
Encore faudrait-il pouvoir s'en
informer de son vivant.
Car les donations aux héritiers
légaux ne sont pas admises.
En effet, un père ne peut établir
un testament en faveur de ses
enfants ou de son épouse. Certains

parents font des donations auprès
des adouls, mais elles peuvent être
annulées par les héritiers.

Protéger sa famille coûte
que coûte
L'islam accorde à l'individu le droit
de léguer ses biens, par testament,
en faveur d'autres personnes
jusqu'au tiers de ces biens.
Le couple peut se prémunir d'un
acte adoulaire (wassya) qui stipule
que tout ce qui est à l'intérieur de
la maison (al mahouad) appartient
à l'épouse et/ou aux filles.
De même, les parents peuvent
établir l'équité de leur vivant :
« J'ai acheté un logement économique
et je l'ai mis au nom de ma fille et
de mon fils pour qu'elle ne soit pas
lésée ». Dans ce cas, les parents
peuvent se prémunir par le biais

d'un acte qui stipule que les parents
jouissent de l'usufruit. En vertu
de quoi la maison ne pourra être
vendue qu'après leur décès.
Quant à la solution de vendre des
biens à ses enfants, elle entraîne
des frais insurmontables pour les
couples.
L'héritage est en déphasage avec
les nouvelles structures des
familles, avec l'esprit de la réforme
du Code de la Famille et de la
Constitution et avec les traités
ratifiés par le Maroc.
Selon la Constitution, « l'homme
et la femme jouissent, à égalité, des

droits et libertés à caractère civil,
politique, économique, social, culturel
et environnemental… » (art. 19). Mais
les mentalités et les oulémas font
obstacles à l'égalité successorale,
sous prétexte qu'elle porte atteinte
aux valeurs sacrées de l'islam.
Loin de ces pratiques, des pays
musulmans ont innové par l'ijtihad
pour protéger les familles.
En Irak et en Tunisie, dans les
familles sans héritiers mâles, les
femmes héritent de la totalité des
biens. La veuve n'est pas mise
à la rue avec ses enfants au nom
de l'islam... w

“ Je suis prisonnière de ma bellefamille qui menace de me chasser
et de me prendre mes enfants. ”

héritage mode d'emploi
Le Coran (sourate an-nissa) et le
Code de la Famille détaillent les
modalités du partage.
Les non musulmans n'héritent pas
de musulmans, y compris l'époux
ou l'épouse.
La femme hérite de la moitié de la
part de l'homme.
w Dans certains cas, la femme
hérite la même part que l'homme
ou plus
Si l'époux défunt n'a ni père, ni
mère, ni enfants, mais un frère
et une sœur, chacun d'eux hérite
d'un sixième.
Si le défunt laisse des enfants,
son père et sa mère reçoivent un
sixième chacun.
Si la défunte n'a ni enfants, ni
frères ou sœurs et que seuls son
mari, son père et sa mère lui
survivent, son mari hérite de la
moitié de ses biens, tandis que sa
mère hérite du tiers et son père,
d'un sixième. C'est le seul cas où la
femme reçoit le double de la part
de l'homme.
  w Les fils du défunt reçoivent le
double de la part des filles. Si le
défunt a laissé une seule fille, elle

hérite de la moitié. Si le défunt
a laissé deux filles ou plus, elles
héritent ensemble de deux tiers.
Si le défunt n'a laissé qu'une ou
plusieurs filles, sans garçon, ses
frères et sœurs sont héritiers. La
part qui leur revient est ce qui reste
après avoir soustrait la part du
mari et des enfants.
  w La femme n'hérite pas sans
homme
Si le défunt n'a eu que des filles et
a des soeurs, ses sœurs héritent,
mais au moins un homme doit
entrer dans l'héritage selon le
principe de « tâacibe » (agnat).
Dans ce cas, on intègre par ordre
de priorité l'oncle paternel, sinon
ses fils, sinon les neveux (et non
les nièces) par les frères et non par
les sœurs, sinon les cousins par le
père… (Code de la Famille, art.338).
« Tâacibe » n'inclut que les parents
mâles, par descendance masculine.
  w La femme hérite de la moitié de la
part de l'homme
Si l'épouse décède sans avoir laissé
d'enfant, le mari hérite de la moitié
de ses biens. Mais si l'époux décède
sans avoir eu d'enfants, l'épouse

numéro 5 mars 2012

ne reçoit que le quart. Si le mari
décède en ayant eu des enfants,
l'épouse hérite du huitième. Si
la femme décède en ayant eu des
enfants, le mari hérite du quart.
Si un homme ou une femme meurt
sans avoir eu d'enfant et que le
conjoint est en vie, et qu'il laisse
un frère ou une sœur, à chacun
revient un sixième, à part égale.
S'ils sont plus de deux frères et
sœurs, ils se partagent le tiers.
Si une femme meurt sans avoir
laissé d'enfant et de mari, les frères
et sœurs héritent de la totalité de
ses biens. Mais si le frère décède,
sans enfants, sans épouse en vie,
et qu'il n'a qu'une sœur, elle n'a
que la moitié de ses biens, car la
femme ne peut hériter sans mâle.
Dans ce cas, on applique
« tâacibe ».
Le petit-fils et la petite-fille
héritent de leur grand-père et
grand-mère si leur père ou mère
est décédé du vivant des grandsparents. Les petits-fils reçoivent le
double de la part des petites-filles.
S'il n'y a que des petites-filles, sans
frère, on retient le « tâacibe ».

5

šociété


Aperçu du document Héritage.pdf - page 1/2

Aperçu du document Héritage.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)


Héritage.pdf (PDF, 846 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte




Documents similaires


heritage
benjaminhartman
organisation sociale
anthropo ethnies
snp adel 1
houria furiosa

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.01s