BernardDurand ESIREM .pdf


Nom original: BernardDurand-ESIREM.pdf
Titre: Microsoft Word - BernardDurand-ESIREM.doc
Auteur: mrc21

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.3 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 04/03/2012 à 13:26, depuis l'adresse IP 82.244.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 838 fois.
Taille du document: 261 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


La  «  Société  Française  d’Énergie  Nucléaire  »,  
L’association  «  Sauvons  Le  Climat  »  
 
vous  invitent  le  12  Avril  à  17h  dans  l’amphi  de  l’ESIREM  (Campus  
Universitaire)    
à  une  conférence-­débat  intitulée  :  

 

 

Le  stockage  du  gaz  carbonique.  
 
Par  Bernard  DURAND  

Ingénieur  civil  des  mines  et  docteur  en  géologie,  
Membre  du  conseil  scientifique  de  «  Sauvons  Le  Climat  ».  
Il  a  exercé  plusieurs  fonctions  de  direction  au  sein  de  l’IFP,  la  direction  de    l’école  
nationale  de  géologie  et  publié  deux  ouvrages  sur  les  questions  énergétiques  aux  
éditions  EDP  
 
Pour  réduire  les  émissions  anthropiques  de  gaz  carbonique,  son  stockage  dans  le  sous-­‐
sol     (Capture   et   stockage   du   gaz   carbonique,   CSC)   est   considéré   comme   une   méthode  
ayant   un   fort   potentiel.   Ainsi   l’Agence   Internationale   de   l’Energie   (AIE)   pense   qu’il  
devrait  permettre  de  réduire  en  2050  de  19  %  des  émissions  qui  devraient  s’élever  cette  
année-­‐là  à  57  Gt,  si    les  choses  devaient  continuer  comme  actuellement.    
On  présente  un  aperçu  des  techniques  du  CSC,  en  commençant  par  le  stockage,  dont  on  
sous-­‐estime   trop   les   difficultés.   Ces   difficultés   ne   sont   pas   seulement   techniques,   les  
aspects   géologiques   demandent   une   expertise   et   un   savoir-­‐faire   qui   n’est   pas   très  
courant,   mais   elles   sont   également   juridiques   et   sociales.   Les   techniques   de   transport  
sont   bien   dominées   mais   les   techniques   de   captage   ne   sont   pas   encore   validées   à   une  
échelle   véritablement   industrielle,   sauf   en   ce   qui   concerne   les   techniques   de   captage   sur  
champ  pétrolier  ou  gazier.  
Les  coûts  du  CSC  sont  élevés,  de  l’ordre  en  Europe  de  35  à  100  Euros  par  tonne  de  CO2  
évité:   c’est   bien   supérieur   au   coût   actuel   du   CO2   sur   le   marché   «cap   and   trade  »  
européen,  environ  10  Euros  la  tonne,  ce  qui  n’est  pas  du  tout  incitatif.  
Il   résulte   de   tout   cela   que,   malgré   de   nombreux   projets,   les   quantités   de   CO2   que   l’on  
peut   espérer   stocker   dans   les   années   qui   viennent   ne   représentent   que   quelques  
pourcents   des   quantités   qui   seraient   nécessaires   selon   l’AIE.   Un   effort   gigantesque   reste  
donc  à  faire  pour  atteindre  l’objectif.  Ni  les  incitations  financières,  ni  la  volonté  politique  
ne  sont  actuellement  suffisantes  pour  cela.  
D’autre   part,   la   consommation   d’énergie   du   CSC   augmente   d’environ   1/3   la  
consommation   d’énergie   des   installations   ainsi   équipées,   ce   qui   donne   à   réfléchir   en   ces  
temps  de  raréfaction  progressive  des  combustibles  fossiles.  
Pour   finir,   on   discute   des   projections   qui   sont   faites   actuellement   par   les   géologues  
spécialisés,   de   l’évolution   au   cours   de   ce   siècle   de   la   production   des   combustibles  
fossiles,  pétrole,  gaz  naturel  et  charbon,  et  de  son  incidence  sur  le  climat  terrestre.  


Aperçu du document BernardDurand-ESIREM.pdf - page 1/1


Télécharger le fichier (PDF)

BernardDurand-ESIREM.pdf (PDF, 261 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


bernarddurand esirem
lexique hc serre
piegeage et stockage du co 2
le changement climatique
climat journgeo 2020
devoir n 2 reponse

Sur le même sujet..