GPLV le mag 17 v2 .pdf



Nom original: GPLV le mag 17 v2.pdf

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Adobe InDesign CS5.5 (7.5) / Adobe PDF Library 9.9, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 07/03/2012 à 21:47, depuis l'adresse IP 79.81.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2177 fois.
Taille du document: 5.7 Mo (15 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


J’ ai un rêve
en tant que présidente
d’Association de sauvetage,

un rêve de voir des adoptants responsables, de sauver des chevaux pour leur apporter le meilleur.... mais
n’ est-ce qu’ un rêve ????
Oui , un cheval est un animal vivant, l’ adopter c’ est s’
engager sur du long terme... c’ est s’ engager à le nourrir, s’ en occuper quelles que soient ses maladies, sa
future vieillesse ...
Mais fort est de constater au final que beaucoup de propriétaires se tournent vers des associations de sauvetage
tel que GPLV afin que l’association assume leur cheval
devenu inutile à leur place ...
Et que dire de ces adoptants qui s’ engagent, adoptent,
pour au final abandonner leur cheval au moindre coup
dur.... demander à GPLV de le reprendre au plus vite car
il a vieilli ou il est devenu inutile ou le cheval n’ est pas
assez reconnaissant.... ou pire encore vendre son cheval
adopté à un centre équestre pour qu’ il fasse la rame.

Je continue pourtant de rêver....
et de souhaiter qu’ un jour peutêtre l’adoption sera vraiment
un mot important , un mot où le
respect régnera ,où le cheval y
sera roi ..... Rêvez avec moi s’ il
vous plait.
N° 17 - Février 2012

Edito P.1
Adoptez-moi - QUARTZ P.2
Santé - Comment savoir si un
cheval a froid? P.3
Que sont-ils devenus - ALOE P.6

Education - Dialogue avec son
cheval P.7
Les sauvés P.8
Emotion - CHEROKIS P.9
GPLV et vous - Les membres de
terrain P.10

Zoom sur - Les obligations P.11
Témoignage - INVICTUS P.12
Elixirs - L’homéopathie, une
médecine douce au service
de l’équidé P.13

Nous remercions toute
l’équipe du mag. Ce mois-ci :
Rédaction : Sher_Khan, Bridget91650, Sagitaire, Gisle, Cat03, Stephele12
Relecture : Freedling, Rédac’Chef : Pumpkin,
Mise en page : M. Pumpkin

P 1/15

QUARTZ
Juillet 2011 , l’équipe maltraitance de Galop Pour La Vie est
alertée car ce cheval est en mauvais état et ses pieds, qui n’ont
pas vu de maréchal ferrant depuis très longtemps, sont infestés.
Pourtant, Quartz, ce grand trotteur bai
foncé est jeune, 7 ans, mais malheureusement pour lui, sa propriétaire, faute de
moyens financiers, l’a laissé à l’abandon.
Pour le vétérinaire, le choix est rapide :
soin en urgence ou euthanasie !
Aussitôt, tout a été mis en place pour sauver Quartz.
Ses sabots tombent en morceaux ; un maréchal spécialisé intervient aussitôt, pour
des premiers soins en urgence : il emballera les sabots dans des bandes adhésives,
afin qu’ils n’explosent pas.
Quartz supportera tous ces soins avec
beaucoup de patience.
Le maréchal devra intervenir souvent et
des ferrures spéciales seront posées.

tures de ses soins.
Quartz est un battant ! Touchés par son
histoire, les membres de Galop Pour La Il recevra tant de colis, contenant
Vie se mobilisent, envoient des dons qui d’agréables choses et les médicaments,
permettront d’alléger les énormes fac- dont il a grand besoin, que le facteur osera demander à ses hébergeurs ce qu’il se passe !

ses hébergeurs avec des galops fantastiques. Il devra être ferré aux antérieurs
pour ménager ses articulations mises à
mal par un défaut d’aplombs. Quartz ne
sera pas montable, mais quel plaisir de le
voir évoluer, avec tant d’aisance et d’élégance !

Aujourd’hui Quartz se
porte à merveille, il
est très beau : c’est un
grand cheval (un peu
plus de 1,70 m) très
affectueux qui adore
qu’on s’occupe de lui
et qui fait craquer tous
ceux qui l’approchent.

Quartz est aujourd’hui à
l’adoption ; allez-vous craquer devant son regard plein
de tendresse ? Si, malgré
votre envie, vous ne pouvez
pas le recevoir chez vous,
vous pouvez également le
parrainer : il adore se faire
gâter !!

Un vrai amour de cheval,
qui aujourd’hui régale

N° 17 - Février 2012

P 2/15

Comment savoir
lorsqu’un cheval a froid?
Faut-il mettre un cheval sous couverture, et
quand?
Je veux dire un vrai cheval, pas un cheval tondu
bien sûr…
Bon, une petite mise au point s’impose avant de
répondre.
Le cheval et la mode selon les saisons
Un cheval est livré avec sa tenue de
saison.
L’été, il est en tee-shirt. Son poil d’été est
très court – proportionnellement au poil
d’hiver.
Et l’hiver, il est en sous-pull, sweat-shirt,
veste polaire et K-way (enfin, vous savez
ce qu’est un K-Way : ça tient un temps,
puis après, l’eau, elle passe quand même,
hein !). Son poil d’hiver est épais, long,
relativement imperméable ; il emprisonne une couche d’air – contre la peau
– qui fait office d’isolant thermique.
Notez bien que la longueur du poil dépend de la marque de cheval considérée.
Entre deux saisons, le cheval nous prête
généreusement sa vieille garde-robe
(vive la perte des poils qui s’accrochent
à nos vêtements !) tandis qu’il confectionne la nouvelle discrètement.
Cas du cheval couvert en permanence
l’hiver.
Mettre une couverture en permanence
sur cette toison équivaut à faire vivre le
cheval avec un bon chauffage : son organisme répond tôt ou tard, en croyant qu’il
fait vraiment chaud tout le temps.
Le pelage n’a alors plus besoin d’être aussi performant. Le cheval finit par enlever
une couche ou deux et se trouve juste en
sweat-shirt…
Mais du coup, dès qu’on lui retirera sa
couverture longuement, ce cheval attrapera froid… Et l’on a alors la preuve qu’on

attendait : « Je dois toujours chaudement couvrir mon cheval sinon,
vous le voyez bien, il est malade. »
Oups oups oups… erreur d’interprétation !
L’avoir trop couvert, ou trop longtemps, l’a obligé à se déshabiller d’une
partie de sa toison naturelle. Donc il n’est
plus assez armé / habillé pour lutter efficacement contre le froid ou la pluie.
Bien entendu, une fois que l’organisme
d’un cheval a été trompé par une surprotection prolongée, le mettre brutalement à nu en plein hiver n’est pas très
futé. Du tout du tout !! Autant le laisser
couvert jusqu’au changement de saison,
le pauvre !
Oui mais… il arrive parfois que des chevaux normaux, traités comme des chevaux normaux, aient quand même froid.
Si !!
Quand mon cheval peut-il avoir froid,
alors ?
Par exemple, lorsque la pluie a bien traversé le pelage.
Le poil est alors plaqué à la peau, et
aucune couche d’air protectrice ne peut
subsister.
Vous noterez, à cette occasion, que
presque aucun cheval ne tolère volontiers qu’on le caresse quand il est trempé,
comme si on lui collait le froid à la peau.
Selon la température, cela peut suffire
pour rendre votre cheval plus grelottant
qu’une vieille gelée anglaise, servie par
un parkinsonien.

N° 17 - Février 2012

D’ailleurs, auriez-vous chaud dans des
vêtements trempés des heures durant,
même par 15°c ? (Gérard, je ne parle pas
pour ceux qui se baladent, en plein hiver,
en tee-shirt !)
Par exemple aussi, lorsqu’il ne fait pas
beaucoup en degré Celsius, et que le vent
s’en mêle…
exit la couche protectrice d’air : elle est
partiellement changée par de l’air froid,
au gré des rafales. Pffff, tout ce boulot
pour rien…
Ou encore, lorsqu’il pleut fort, par des
températures largement positives, et
qu’une simple petite bise s’en mêle (de
même que nous frissonnons au sortir des
vagues sur une plage un peu ventée).
Autre cas, plus exotique : celui d’un cheval qui vit dans un endroit chaud (vraiment chaud, je veux dire), et qui est catapulté en Provence en plein été.
Eh bien, il se dépêche vite fait bien fait de
se mettre en tenue d’hiver, avec un vrai
poil d’hiver, sous 30°c à l’ombre.
C’est dire s’il s’est gelé d’après son thermostat interne en débarquant là, le beau
Cyclone (non, cherchez pas, vous avez
pas connu)…
Et il a encore ajouté une couche de poils
en hiver. Puis tout est rentré dans l’ordre
l’année suivante: il s’est ré-acclimaté.

P 3/15

Comment puis-je savoir quand mon cheval a froid ?

Oui, mais alors, quand est-ce-t-il donc que je dois protéger mon cheval ?

Il y a des signes qui ne trompent pas

• Les sabots arrière du cheval sont presque tout le
temps sous le ventre, au lieu d’être sous les fesses. Même les
antérieurs semblent sous le ventre. D’une certaine façon, les
quatre sabots sont trop près les uns des autres.
La queue semble plus plaquée et plus basse que d’habitude;
le rein est voussé.
Les abdominaux sont remontés, les flancs sont crispés :
on dirait que le doudou bedonnant ressemble à un lévrier
surentraîné.
NB : il se produit plus ou moins la même chose avec les abdominaux d’un cheval qui est en coliques, ou qui est assoiffé, ou
encore qui est en détresse respiratoire ; cet aspect physique
est toujours lié à un mal-être : autant apprendre à le repérer.
Bref, si ce qui vous sert de compagnon peut tout-à-coup rentrer dans le coffre de votre Smart tellement, il est recroquevillé
sur lui-même, pas de doute, il a sérieusement froid.

• Si de surcroît, au niveau des épaules (ah, oui,
l’épaule… c’est le truc qui est en haut de la patte avant, mais
plus bas que le garrot) ou des cuisses (ça, ça se trouve plutôt en haut de la patte arrière), vous voyez des vibrations, des
spasmes légers et/ou ponctuels… le doute n’est plus permis, il
grelotte: il a bel et bien froid.

• Si c’est tout le cheval qui tremble, il n’a plus froid :
il en est au stade du cheval congelé.
Il y a des signes qui trompent.

• Si le cheval est tête basse, dos au vent, postérieurs
sous le ventre.
Il peut être juste en mode ‘gestion économique’ : en se mettant dos au vent ou à la pluie, il attend que ça passe. Il n’est pas
forcément très à l’aise, mais de là à ce qu’il ait froid…

• Si le cheval est sous une bonne épaisseur de neige.
Eh bien non, il n’a pas forcément froid. Son poil le protège, et
la couche de neige aussi.

• Si votre cheval semble trembler, mais qu’on est
en été, qu’il fait chaud et qu’il n’a pas plu… eh bien, ce sont
les muscles de la peau (si, ils ont ça aussi, mais pas nous) qui
agissent pour chasser les mouches : rien à voir avec la chair de
poule, quoi !

Vous avez compris – je l’espère du moins - qu’il ne faut pas
couvrir un cheval à tout-va, sans raison spécifique. Que le couvrir en permanence entraîne alors un minimum de logique,
voire de contraintes, avant de le laisser découvert à nouveau.
Mais le laisser nu, dans des conditions artificielles de vie en
paddock sans abri, n’est pas l’idéal non plus.

• Si votre cheval a un abri dans le parc, vous n’avez
pas à vous en faire. Sauf pour un cheval acheté récemment,
ou un abri construit récemment : le cheval n’a peut-être pas
encore confiance dans cet espace trop étroit, qui lui cache la
vision panoramique, dont il a besoin pour se sentir tranquille.

• Si votre cheval ne sort au parc que le jour mais n’y
a pas d’abri, vous devez surveiller la météo.
De fortes pluies sur de longues heures sont redoutables. De
même, pour une seule forte averse, s’il fait froid avec du vent,
il faudra trop longtemps au cheval pour se refaire sa douillette
couche d’air chaud. Ne pas hésiter à investir dans une couverture imperméable, mais non chaude.
Pour le reste, vent, neige, bruine, ou une bonne saucée sans
vent ou sous températures chaudes, même si votre cheval a un
peu frais dans sa journée, il est plutôt sain qu’il soit confronté
à quelques intempéries pour rester fort… et il a toute la nuit en
box pour se requinquer.

• Si votre cheval vit au pré sans abri, dur dur…
Vous ne vivez pas à ses côtés, dehors avec lui 24h/24, vous ne
pouvez donc pas réellement savoir ce qu’il endure. Vous, vous
êtes dans votre maison chauffée, dans votre bureau chauffé ou
dans votre voiture chauffée… et vous changez vos vêtements si
vous avez pris une bonne rincée, sans parapluie.
Observez-le quand vous le pouvez, dans des conditions climatiques extrêmes, repérez celles où il tremble.
Je pense sincèrement qu’au moindre doute, de pluie de longue
durée et de forte intensité, et pire encore s’il y a du vent et
qu’il fait froid, le cheval a droit à une couverture peu chaude,
mais imperméable.
Sachez cependant que la plupart du temps, les chevaux sont
très résistants, et qu’il est souvent inutile de paniquer si on les
trouve un jour tout tremblants. Ils s’en sortiront probablement
sans le moindre rhume… Évidemment, cela varie d’un cheval
à l’autre!

N° 17 - Février 2012

P 4/15

Si votre cheval grelotte sous vos yeux, il a froid.
Mieux vaut le couvrir ou le rentrer, si les conditions climatiques
ne semblent pas s’améliorer dans les heures qui viennent… S’il
est trop mouillé, il faut l’essorer (on trouve de très bonnes essoreuses pas chères : cela s’appelle un couteau de chaleur, le tranchant de la main est aussi très efficace).
Le poil mouillé, un peu de vent, mais 20°c… Quoi ! votre cheval grelotte ! Eh bien, s’il le dit, c’est que c’est vrai, il se gèle.
Reprenons l’image de la petite virée à la mer, vous sortez de
l’eau et zou, la bise se lève : qui est-ce qui se jette dans sa serviette pour se sécher et s’abriter, hein ?
Il ne parait donc pas ridicule, même par 20°C, d’abriter votre
cheval du vent… Soit en l’enfermant, soit en le couvrant d’un petit coupe-vent. Quelques dizaines de minutes plus tard, il aura
cessé de trembloter et pourra déjà être découvert.
Inutile de mettre une épaisse couverture : vous vous voyez sur
la plage de Monaco en été, dans une grosse parka ? Ou alors
c’est que la période glaciaire est bien entamée !

• Votre cheval tremble comme de la gelée posée sur le
lave-linge en cours d’essorage : il a vraiment très très froid.
Il vaut mieux ne pas trop réfléchir et lui offrir immédiatement
de quoi se sécher et se réchauffer le plus rapidement. Personne
n’aimerait être à sa place ! Il retrouvera un regard plus vif dès
qu’il aura cessé de trembler, voire fait un bref somme pour récupérer des forces…

• Cas particuliers.
Certains chevaux ne tremblent pas, même trempés, les couvrir
serait stupide tant que l’arthrose n’a pas fait son apparition.
D’autres ont des troubles digestifs systématiques, quand les
températures sont trop basses. En effet, l’eau absorbée, trop
froide, crée un choc thermique interne, et peut les mettre en
hypothermie. Les couvrir, en dessous d’une température critique pour eux, semble donc nécessaire.
Et n’oublions pas les vieux chevaux, pleins d’arthrose, qui méritent un peu plus de confort, voire des couvertures un peu
chaudes quand les températures sont négatives, pourquoi pas
une couverture légère en permanence en hiver.
Attention cependant : laisser en hiver, par flemme, un cheval
sous une couverture qui s’est trempée, cela s’appelle de la maltraitance animale ! Sans faire d’anthropomorphisme exagéré,
imaginez-vous à sa place, vous comprendrez mieux…

Conclusion
Les chevaux ne rêvent pas comme nous d’un petit
cocon douillet et chaud 24h/24.
Laissez leur porte de box ouverte, et vous verrez ce
qu’ils préfèrent, en moins d’un mois de ce régime…
De là à les laisser vivre, sans le moindre abri, contre
le vent ou la pluie… Même s’ils ne viennent pas se
plaindre, il nous appartient de ne pas nier leur souffrance quand tout leur corps dégoulinant tremble…
Une petite couverture imperméable, non chaude,
uniquement quand la météo devient trop exécrable,
et tout le monde est content.
Les faire vivre dehors, oui.
Sans les couvrir, d’accord, mais avec un abri suffisant
pour tous les équidés présents.
En surveillant leur état général, surtout quand l’eau
de boisson gèle.
Et il va sans dire, certains chevaux manifestent plus
vite des signes de froid que d’autres, il faut bel et
bien les ‘écouter’, ou du moins savoir lire en eux. Un
shetland est quand même mieux équipé qu’un pur
sang anglais. N’oubliez pas non plus qu’un pur sang
arabe est censé vivre dans le désert (amplitudes
thermiques de 40°c !).
Attention cependant !
Une couverture mal réglée (trop lâche donc), mal
attachée, un postérieur qui se coince dans les sousventrières (lors de cabrioles ou en se relevant après
s’être couché), et c’est la panique avec une jambe
coincée, les chutes, voire des blessures graves. Éviter
à son cheval un rhume, d’accord, mais le retrouver blessé pour un bête problème de réglage, c’est
dommage…

N° 17 - Février 2012

P 5/15

Que sont-ils devenus ?

Aloé

Voici l’histoire d’Aloé … qui est née le 27 juillet
2010 … après une très, très longue attente !
ce jour là mais, dès que nous avons eu
un jour de congé, nous sommes parties à
leur rencontre !
Whouahhh ! Qu’elles étaient belles ! La
petite Aloé courait derrière sa maman :
elle était si petite, une tête minuscule !!

Après plusieurs visites dans le Doubs chez
l’hébergeuse, à quasi 2 heures de route
de chez nous, nous avons craqué pour
Nina, jument typée Camargue, belle
comme un cœur, mais difficile à attraper … Une fois en longe, une crème !

Nous n’avions qu’une seule hâte : la caresser ! Elle était si douce ...
Son hébergeuse a effectué tous les soins
nécessaires, et a pu la faire identifier.

Maintenant qu’elle a 1 an et demi,
elle commence à «bosser», céder les
hanches, les épaules, reculer. Elle a
aussi appris les jambettes et , depuis
peu, elle fait du pas espagnol : c’est
assez comique à voir !

Nous avons fait la connaissance de
Nina, en mai 2010, en sachant qu’elle
était pleine. Nous avions, depuis le
départ, prévu de garder son poulain
une fois né ...
Aloé est arrivée un mardi matin, de
bonne heure, à la belle surprise de
son hébergeuse, qui nous a prévenu
aussitôt. J’ai laissé le téléphone à ma fille,
afin qu’elle apprenne la bonne nouvelle :
je me souviens, elle en pleurait … de joie,
et à grosses larmes, tant elle était heureuse !!
Nous ne pouvions pas faire l’aller-retour

Depuis, Aloé est une pouliche bien maligne, qui adore impressionner ! Sophie
l’emmène très souvent en balade vers la
rivière : elle adore jouer dans l’eau …
et éclabousser tout le monde !

Depuis qu’elle a été mise à ce petit
travail, elle est même devenue bien
plus sociable !
Nous avons pu récupérer nos belles, au
bout d’une semaine et demie : elles ont
très bien voyagé, grâce à un ami qui a
roulé dans le calme.
Arrivées à la maison, nous les avons mises
dans leur parc. Nina s’est révélée très difficile à approcher, mais Aloé a été caressée, au bout d’une semaine à la maison.
Aloé s’est très vite laissé manipuler, brosser et licoler : son licol était beaucoup
trop grand, mon mari a dû ajouter des
trous ...
Les 4 pieds ont vite été pris et la première
visite du maréchal ferrant s’est très bien
passée.

N° 17 - Février 2012

Nous très
es
m
m
de
o
x
s
u
e
r
eu
très hvoir parmi
l’a ous !!
n
P 6/15

EDUCATION

Dialogue avec son cheval

Mon cheval m’a parlé et je l’ai entendu
Nous avons tous, un jour ou l’autre, rêvé d’une relation magique
avec notre compagnon : de grands galops dans la pampa, ou
ailleurs, sur un cheval tout nu et nous, la tête dans les étoiles,
nous tenant juste à sa crinière ! Nous avons aussi rêvé de ce
même cheval, sans licol, qui nous accompagnerait en balade,
sans se sauver ; mieux encore, qui nous écouterait aussi bien
que notre chien. Et tant d’autres rêves encore... Au quotidien,
nous sommes loin de ça, alors, on fait quoi ? Eh bien, il suffit de
lui demander, et de l’écouter !!

Soyez vraiment attentif à ce qu’il vit et aux messages qu’il vous
adresse. A ce moment-là, votre rêve devient réalisable : votre
cheval vous écoutera et répondra non seulement à votre voix,
mais également à votre simple geste, même à distance, ce qui
est très utile.

On commence par un exercice basique : après avoir passé un
peu de temps avec lui, juste pour le plaisir de sa compagnie,
mettez-vous au travail, avec licol et longe, dans le calme. Au
besoin, laissez-le s’éclater un moment en liberté, sinon renonRègle n°1 : Obtenez la confiance de votre cheval. Ne confondez cez ! Oubliez définitivement votre cravache : elle représente la
pas la confiance qu’il a en vous, porteur de nourriture et copain punition !
qui donne des grattouilles, avec la confiance totale qui lui permettra de mettre sa vie entre vos mains : celle-là, c’est sur le ter- Votre cheval est votre compagnon : à ce titre il marche à côté
rain qu’elle va s’instaurer, petit à petit. Pour cela, vous ne devrez de vous et non derrière, en signe de soumission, sinon vous ne
jamais amener votre compagnon dans une situation inquiétante le voyez pas. Toutefois, si le passage est trop étroit, pour une
question de sécurité et surtout afin de lui montrer que l’endroit
pour lui, ni qu’il soit dans l’inconfort.
est sans danger, il
sera plus indiqué de
Facile, vous pensez ?
passer devant lui !
Pas tant que ça ! Vous
Tenez votre cheval
allez devoir remettre
en longe, l’un à côté
en cause toute votre
de l’autre, à l’arrêt.
façon de faire, jour
Demandez-lui
de
après jour, sans javous écouter en
mais vous énerver. Si
ajoutant son nom,
vous le sortez de son
par exemple «Sultan
boxe ou de son pré,
écoute-moi»,
et
juste pour le faire
expliquez-lui ce que
travailler, vous n’y
vous voulez faire, à
arriverez jamais, et il
voix haute (sans huraura raison de ne pas
ler, il n’est pas sourd
vous faire confiance.
)…
Lui dire que vous l’aiDans le cas présent,
mez, c’est beau, mais
ensuite vouloir le soumettre et le disputer, quand ça ne va pas tout simplement marcher et quand vous direz «stop», arrêtezcomme vous voulez, c’est très perturbant ! Passez du temps avec vous tous les deux.
lui, du temps rien que pour lui ; ça commence lors du pansage Au moment de vous mettre en marche dites «en avant», sinon
ou vous parlerez à votre cheval et non pas aux copains/copines, comment voulez-vous qu’il devine ? Au même moment, monce qui constitue une insulte pour lui. Considérez-le comme votre trez-lui avec la main gauche la direction devant vous. En disant
meilleur ami et donnez lui le même respect, que celui que vous «stop», levez la main gauche, ainsi il associera la voix et le geste.
aimeriez qu’on vous offre. Il joue avec son matériel, eh bien Donc, pour résumer : «en avant», la main gauche montrant dejouez avec lui ! Sans compter qu’il vous montre par là, combien vant vous et au bout de quelques mètres la main gauche levée
il apprécie ce moment. Plus vous lui accorderez d’attention, plus «stop».
il s’ouvrira à vous : parlez-lui vraiment et vous verrez qu’il vous Félicitez-le sincèrement, dites-lui combien vous êtes fier de lui
écoute, vous l’entendrez vous répondre, par des attitudes, des (évitez les grosses tapes sur l’encolure : je vous assure qu’aucun
mimiques, puis ensuite avec des vrais mots, de vraies phrases. cheval n’aime ça !). Recommencez l’exercice.

N° 17 - Février 2012

P 7/15

Dès que l’exercice est compris, pour la fois suivante, posez la sur l’encolure, et refaire l’exercice, mais ne travaillez pas trop
longe sur son encolure et recommencez : il avancera à vos côtés longtemps, sinon il ne sera plus à l’écoute.
et s’arrêtera au mot «stop».
Cessez le travail pour cette fois.
C’est sympa n’est-ce-pas ? Mais pas question de lui enlever son
licol et d’aller se balader dans la campagne, vous le mettriez en
Avant de passer à l’exercice suivant il est important que votre danger ! Ce plaisir demande beaucoup plus de travail, et pour le
cheval maîtrise bien ce premier exercice ; il faut faire petit à petit moment, vous prenez du plaisir dans un endroit sécurisé.
et ne pas vouloir brûler les étapes au risque de tout perdre, il en
sera de même pour tous les exercices.
Dans tout travail, quel qu’il soit, ne perdez jamais patience ! S’il
n’a pas fait juste, c’est que vous lui avez mal expliqué ; si vous
Exercice suivant :
êtes tendu(e) arrêtez ! Allez marcher un peu tous les deux, et
Maintenant qu’il maîtrise bien la ligne droite, il est temps de lui recommencez : ne travaillez jamais plus de 10 minutes, sinon il
apprendre la direction : c’est tout aussi simple ! A l’arrêt, vous lui ne sera plus à l’écoute. Ne le disputez jamais parce que ça ne va
expliquez que vous voulez aller tout droit (main devant) et en- pas comme vous le voulez : comme il fait de son mieux, il vous
suite tourner à gauche (main montrant la gauche) et finalement trouvera injuste et perdrait toute confiance en vous. Avec de la
stopper (main levée). Travaillez dans le calme, sans précipitation patience, vous pourrez rester sur place et lui demander d’aller
et surtout quand vous voulez changer de direction, laissez-lui le
seul en avant, à gauche ou à droite, d’abord en ralentissant
temps de réagir. Quelques exercices plus tard, il le fera, la longe
votre allure et en lui demandant de continuer d’avancer ; ce
sur l’encolure, à vos côtés. Quand il le fera automatiquement, petit exercice demande plus de patience, car il pensera que, si
vous lui enseignerez la droite, selon le même principe, mais il vous vous arrêtez, lui aussi doit s’arrêter. Mais, avec le temps,
faudra absolument travailler vos exercices très régulièrement, on arrive à se comprendre : tout est question de communicaentre deux jeux.
tion, de douceur et d’encouragements. La maîtrise de l’exercice
«Stop», quand vous ne le tenez pas, est très importante si,
Exercice suivant :
par exemple, il vous échappe dans la nature, et très pratique,
Faire reculer votre cheval n’est pas compliqué : toujours en quand on travaille un cheval en liberté, dans une carrière. Votre
longe, main gauche mi-tendue devant vous avec des mouvecheval aime vous faire plaisir, il sera plus heureux encore, si
ments de haut en bas dites «en arrière», et reculez. Une fois
vous avez une vraie reconnaissance devant ses efforts !!
encore, quand il le fera facilement, vous pouvez mettre la longe

Ils ont sauvés
13 :
Malou
Safran
Appolon

Baikal
Flyold
Tremolo
Pistivoli
Azur

N° 17 - Février 2012

Alona
Donoma
Pelipa
Princesse
Hulssie

P 8/15

CHEROKIS
Voici le résultat, encore une fois, de la mobilisation des
membres GPLV pour sauver, non pas une jument, mais aussi
probablement, le petit qu’elle portait.
Juillet 2011, je craque pour Shana des Tilles, une Comtoise en
urgence boucherie. Elle a 5 ans, supposée pleine par l’éleveur,
qui avoue qu’un étalon, échappé, a rendu visite à plusieurs juments, le coquin !
Les mois passant, la belle
grossit doucement mais rien
n’est sûr ; même la vétérinaire
nous laisse dans le doute :«
on verra d’ici janvier, si c’est
prévu pour février ! » nous
dit-elle, à sa dernière visite en
novembre. Nous restons donc
toujours dans l’incertitude,
et même le stress, à chaque
changement d’attitude de
la miss : certains membres
peuvent en témoigner !!!
Le 17 Janvier, il me semble
que les mamelles de la Dame
tombent un peu. Je panique : on n’est pas encore en février et je
n’ai jamais vécu cette expérience ...
Allez hop ! Je me renseigne sur le forum « Les amis de GPLV »
où on parvient à me rassurer, car au premier abord, ce n’est pas
pour demain … Je continue toutefois à faire 1 à 2 rondes par nuit,
le 17 puis le 18 : Rien ! Pas de signe distinctif, en dehors de cette
histoire de mamelles :la miss trotte, mange bien ...
La nuit du 19 au 20, dernière ronde vers 3h30 du matin : elle
se promène dans le pré, avec sa copine ânesse, donc direction
le lit. Me voilà rassurée !
Le lendemain, donc le 20 Janvier, à 8h du matin, comme d’habitude, j’apporte les rations, dans l’abri
… et que vois-je aux pieds de Shana ? Un
joli poulain, étalé de tout son long, qui ne
bouge pas du tout !! Il me semble que mon
coeur s’arrête, avant que j’aperçoive son
petit flanc se soulever doucement : il dort
et il a l’air tout neuf ! .
Je vous le promets, je n’ai jamais couru
aussi vite le 200 mètres, pour aller chercher mon mari, à moitié endormi, afin
qu’il vienne voir ce petit miracle de la vie,
et s’occuper aussi de Pépette, l’ânesse, le

temps que je bouchonne ce
bébé, pour qu’il se lève et
puisse téter sa maman, au
plus vite !!
Cette expérience restera
gravée dans ma mémoire à
jamais, je le sais ! Et toutes
les angoisses passées sont
bien loin maintenant, quand
je vois Chérokis galoper, à
côté de sa mère, au bout de
3 jours seulement, et faire
ses petits sauts de cabri !

ous
à t pelle vier,
:
s
our m’ap 0 jan passé en
j
n
e
o
2
n
bi
« B là ! J é le
bie fait n et
s
n
i
è
e
o
s
ie
e v e sui est tr qu’ell rte b atie
M

j
t
!
o
s
é
t
s e Tout rouv , se p et ma ais
i
k
m
a
r,
ep
éro
in.
i,
an
Ch mat encor , Sh amou auss
it
r
d’
er
an
a
pet ture mam coup roche
lop
a
u
g
!
a
Na ! Ma beau ’app mps déjà
re
mè oses avec t de m ongte fais ale ! in !
l
ch
oi
ge
, je e rég oqu
e
les protè le dr s trop jour
m
dc
êtr
a
pa mier et je gran is d’
me ette
n
re
p
rm


n p enne être u nt pe ui, et
o
r m nci
is
d’h
m’o
pou es « a je va qui ujour elles
,
i
l
a
v
Ic
ue
ux
s q us ce mille e nou
n
e
a
d
s
o
Je ci à t ma f pour !! »
i
r
t
e
os

rm
M
pa bien phot
à

N° 17 - Février 2012

P 9/15

GPLV et VOUS

Les membres de terrain

Nous avons souhaité donner la parole à nos membres de terrain pour avoir leur vision sur
les missions qu’ils effectuent pour GPLV. Découvrez les réponses à nos questions de
trois d’entre eux.
Pouvez-vous vous présenter rapidement (âge,
département) ?

Pour une visite de suivi (ou pré-adoption), comment
se déroule la prise de contacts avec les adoptants ?

Anne-Muriel: «Je m appelle Anne - Muriel, j ai 32 ans et je suis de
AM: «Très bien! Pour la seule visite que j’ai effectué, j ai eu un
Fleurieux/l’Arbresle dans le Rhône (69210).»
très bon contact avec la future adoptante, qui n a pas été du tout
Françoise G.: «61 ans, Département 70.»
choqué ou heurtée de la visite. Et en plus on a gardé contact,
Isabelle C. : «53 ans, Dordogne (24).»
donc je peux revoir le poulain sauvé !!»
FG: «Par téléphone, parfois c’est difficile de faire concorder les
Comment avez-vous connu l’association ?
emplois du temps, il faut plusieurs appel téléphoniques mais je
AM: «Par hasard, en surfant sur le web pour trouver les associa- n’ai jamais eu de refus ou de réflexions désagréables.»
IC: «Très variable, voir délicat quelques fois car nous ne sommes
tions de sauvetage d’équidés.»
FG: «Par Beauceron In Need, une association de placement de pas officiellement «reconnus, agrées...» comme la S.P.A ! Il y a
beauceron ; une personne mettait des annonces de GPLV car il y tellement d’Asso «de Protection pour Equidés» que je comprends
parfaitement l’attitude de «réserve» voir «agressivité» des peravait une rubrique adoption équidés.»
IC: «Par hasard en adoptant le cheval d’une de mes cavalière qui sonnes que nous visitons ou pire «enquêtons». Il serait peut être
était sous protection GPLV. J’ai retrouvé une de mes ancienne judicieux de regrouper toutes ces Asso sous la même bannière et
élèves quand j’étais monitrice dans un entre équestre en Franche la faire reconnaître d’Utilité Publique avec un agrément pour agir
plus rapidement dans le cas de maltraitance «avancée» et deveComté «Magalie Ponçot» et nous avons décidé d’aider GPLV.»
nir une super S.P.A.Equine connue de tous les amis des animaux.
Et pourquoi êtes-vous devenu un membre de ter- Plus nous serons nombreux, plus les portes s’ouvriront pour un
dialogue constructif envers l’EDUCATION des propriétaires et ou
rain (MT), et quand ?
Adoptants d’Equidés.»
AM: «Si je me souviens bien, j ai du me proposer membre de
terrain dans l’année de mon inscription au site. Et je suis devenu
membre de terrain car j ai du temps, donc je me suis dis que ca
pouvait aider, comme si j’avais pu devenir famille d accueil ou
autre (chose que je ne peux pas faire car je n’ai pas suffisamment
de terrain).»
FG: «J’ai adopte trois juments urgences boucherie et ai fait la
connaissance de Magali et d’autres membres et on m’a demande
si je pouvais faire une visite pré-adoption pour Mistral.»
IC: «En tant que Centre Equestre nous avons la possibilité d’accueillir quelques temps des chevaux blessés ou en attente leur
placement. Nous pouvions aussi dépanner en transport pour
«sauver» et les conduire dans leur nouveau foyer.»

AM : «Oui les visites se passent bien, et j aime les faire car je les
fais pour les équidés.»
FG: «Accueil sympa, et c’est agréable de rencontrer des personnes
que je n’aurai jamais rencontre et qui aiment les chevaux.»
IC: «En général c’est convivial et la discussion est franche car les
adoptants sont souvent très attachés à leur adopté. J’ai seulement u cas où les hébergeurs des chevaux d’une adoptante en
Aquitaine me téléphonent car le règlement des pensions de deux
chevaux se fait attendre !»

Quelle est la fréquence des interventions menées
pour et avec GPLV ?

Effectuez-vous des suivis réguliers pour les mêmes
chevaux ?

AM: «J’ai du faire 3 ou 4 interventions dans l’année 2011, et pour
2012 j ai fais une visite pour le moment! J’essaye de répondre au
plus vite pour le bien-être de l’équidé.»
FG: «2 ou 3 par an.»
IC: «3/4 fois par an.»

AM: «Ils ne m ont pas été encore demandés mais si l association
me le demande ca sera toujours avec plaisir !»
FG: «Oui, cela ne me dérange pas, et même c’est sympa quand
on les connait, on voit tout de suite s’il ya un probleme; mais il y
a des chevaux plus ou moins attachants.»
IC: «Oui. Je trouve cela très bien car les rapports avec les

Comment se passe ces visites (êtes-vous bien
accueilli, cela vous plait-il de les faire) ?

N° 17 - Février 2012

P10/15

adoptants s’améliorent et nous pouvons mieux suivre l’état
des chevaux et conseiller s’il le faut.»

8) Dans le cas d’une maltraitance, comment cela
se passe t-il ? Qui est votre interlocuteur privilégié ?
AM: «Il faut faire pattes blanche et marcher sur des œufs, pour
ne pas blesser le ou les propriétaires. Mais si nous parlons un
peu pour décanter et que nous y allons doucement ca se passe
bien.»
FG: «Je n’ai pas eu l’occasion d’avoir ce genre de mission.»
IC: «C’est très variable, on arrive à faire faire facilement des
«abandons» par les anciens propriétaires et, des fois il faut
«ruser» pour suivre les chevaux qui sont changés de lieu de
détention et faire intervenir le Maire pour arriver à sortir les
chevaux. Interlocuteurs :

•La SPA par le biais d’une de mes cavalières qui est
enquêtrice et qui me demande souvent de l’aider.

•Le CHEM qui me contacte qq fois pour des
renseignements.

•Plus rarement la Gendarmerie, Un Maire, ou un
Véto !»

ZOOM SUR ...

Quelles difficultés rencontrez-vous sur le
terrain ?

AM: «Le plus difficile est de trouver les propriétaires quand
personne ne sais à qui appartient l’équidé ; ou quand on demande de venir faire une visite et que l’équidé n’y est plus c est
frustrant, car quelque part c est un échec pour le MT et il se
dit que peut-être l’équidé n a rien mais peut être que l’équidé
aurait besoin d aide ! Mais malheureusement nous ne pouvons pas tous les sauver ...»
FG: «Jusqu’à présent, aucune.»
IC: «C’est aussi variable, les problèmes peuvent changer en
fonction de la capacité d’accueil des adoptants que l’on visite
sur Ordre de Mission ou que l’on vient «surveiller» en cas de
suspicion de maltraitance. On peut par exemple, avoir (une
des juments que je visite régulièrement depuis deux ans) à
escalader une porte pour rentrer et discuter avec l’adoptante
car elle à autre chose à faire que de vous ouvrir mais, elle veut
bien vous consacrer deux minutes pour la jument (pourtant
c’est une ferme refuge ) ! Je vais faire une chose maintenant,
que je ne faisais pas avant, c’est que j’effectuerai mes visites
toujours accompagnée de manière à avoir un témoin en cas de
«problème» car j’ai remarqué qu’à deux, l’abord avec la personne visitée est plus facile.»

Deux points importants de nos obligations

LE PUCAGE
« c’est vital et obligatoire » nous disent les Haras Nationaux.
Depuis le 1er janvier 2008, tous les équidés doivent être obligatoirement pucés.
Le transpondeur est le nom technique de la puce. Il permet
de vérifier l’identité d’un équidé et ainsi de le retrouver s’il a
été volé, et qu’il se présente à nouveau sur le marché, ou lors
d’une réunion officielle. Le numéro correspondant contient 15
chiffres.
Il a la taille d’un grain de riz,
sous la forme d’une petite capsule de verre très résistant. Il est
placé dans le tiers supérieur de
l’encolure, sur le côté gauche,
à quelques centimètres sous
l’implantation de la crinière. On
procède comme pour une piqûre
classique, l’intervention ne dure
que quelques secondes.

9)

Le numéro du transpondeur ne doit pas être confondu avec
le numéro UELN (Universal Equine Life Number), il comprend
également 15 chiffres et se termine, pour les chevaux nés en
France par le numéro du SIRE

DECLARATION DE DETENTION D’UN EQUIDE
Elle est obligatoire, si vous êtes responsable d’un lieu où sont
stationnés des équidés, que vous soyez professionnel ou particulier, propriétaire ou non, à titre permanent ou temporaire.
Elle ne vous concerne pas si vous êtes propriétaire d’un cheval
en pension dans une structure équestre. Elle est gratuite.
Vous pouvez faire cette déclaration par internet sur le site
www.haras-nationaux.fr, démarches SIRE , ou par courrier à
renvoyer au SIRE – BP 3 – 19231 ARNAC POMPADOUR Cedex.
Le formulaire est disponible sur le site des Haras Nationaux,
rubrique démarches SIRE, ou sur demande au 0811 90 21 31.

N° 17 - Février 2012

P 11/15

I

INVICTUS

NVICTUS ou comment nous
sommes arrivés trop tard
pour le sauver des méfaits
de la bêtise et de la cruauté
humaines

Invictus était un cheval entier de 13 ans, qui vivait
depuis un certain temps, attaché avec un collier en
cuir autour du cou et une chaîne d’une dizaine de
mètres, déplacé de temps en temps sur des endroits
publics. Il avait été affamé par son propriétaire, pour
l’empêcher de se sauver. Son état s’est bien évidement rapidement dégradé (probablement par
manque d’eau et de nourriture), lorsqu’il a été
repéré par un de nos membres lors
d’une balade, couché dans
son pré et incapable de
se relever. Sa peau,
décharnée,
était entaillée
de
toutes

parts,
sans
doute
à cause
des trop
longues
périodes en station couchée induites par son état de
fatigue extrême.
Après l’avoir abreuvé, tant bien que mal, et avoir
essayé de le faire se relever plusieurs fois sans succès, notre membre de terrain a cherché une solution pour aider ce cheval. Après quelques tentatives
infructueuses, elle a réussi à faire déplacer pompiers
et gendarmes. Une fois tout le monde sur place, il
était déjà 22H et les gendarmes ont effectivement
constaté «qu’il fallait faire quelque chose, qu’on ne
pouvait pas laisser une bête comme ça» !

Notre membre de terrain se
souviendra toujours de ce jeune
pompier, très ému, qui est allé
cueillir les quelques rares brins
d’herbe qui subsistaient aux
alentours…
Ils ne saisissaient pas bien la
gravité de la situation, avant de
se déplacer.
Après plus d’une heure passée à essayer de trouver
une solution, le propriétaire du cheval est arrivé,
prétextant que nous n’avions rien à faire
là,
et que si on ne savait pas qu’un cheval se couche, alors on ne
connaissait rien aux chevaux. Remarque à laquelle
notre membre a répondu :
«un cheval, ça se relève
aussi»… S’en sont suivi
des agressions verbales, qui finalement
ont bien servi le cheval, puisque les
gendarmes ont
tout de suite
pu
cerner
le personn a g e
:
un
marg i nal

e n
manque
d ’a r g e n t
mais qui refusait de placer ses
animaux !
Le propriétaire a ensuite tenté de se justifier sur
l’état du cheval, prétendant qu’il ne comprenait pas,
car le cheval avait 13 ans, mais qu’il ne voyait pas
«pourquoi il appellerait un vétérinaire, car c’est la
nature, et c’est comme ça»…
Après une bonne heure de négociation entre cette
personne, tantôt se lamentant tantôt nous insultant,
et les gendarmes, ces derniers l’ont contraint à appeler un vétérinaire.
Le diagnostic de la vétérinaire a été le suivant : aucun
problème de santé, mais un état d’épuisement et de

N° 17 - Février 2012

déshydratation consécutif à une grave dénutrition…
Invictus a donc été progressivement réalimenté et
réhydraté par notre membre de terrain, qui s’est
occupé de lui, sans relâche, pendant 3 jours : elle a
dû le retourner, toutes les 4 heures pour conserver
ses muscles et soigner ses escarres.
Lorsqu’Invictus à donné l’impression de vouloir se relever, la décision a été prise de l’aider avec un palan.
Invictus a réussi à tenir debout quelques heures.
En parallèle, le membre avait obtenu de son propriétaire que, si nous réussissions à le lever, il acceptait
de donner son cheval à GPLV.
Le lendemain, la même manœuvre a permis de le
relever de nouveau. Le propriétaire a alors accepté
de nous faire une donation.
Le cheval a donc été embarqué, sans la moindre difficulté (étonnant vu son état !) et les quelques kilomètres le séparant de son nouvel hébergement ont
été faits très très lentement… Invictus a donc été
installé dans un pré, pour brouter à sa guise.
Il devait encore être relevé au palan tous les jours,
son état semblant s’améliorer…
Le mercredi, il refuse de se relever, pourtant aucun
changement évident n’apparaît.
Le lendemain, jeudi 13 octobre, le cheval semble à
bout, et n’a plus cette envie de vivre : cela se lit dans
ses yeux….
A l’arrivée du vétérinaire, lae verdict tombe : Invictus
souffre et ne se bat plus, les dégâts dus à sa sousalimentation sont irréversibles (hernie inguinale,
inopérable).
Nous l’avons donc aidé pour la dernière fois de la
meilleure façon possible, il est parti tout doucement,
dans les bras de son hébergeuse…
Un petit extrait très émouvant de ce que nous a écrit
ce membre de terrain, si tenace et si courageux, face
à l’état du cheval, mais aussi face à la mauvaise volonté de son propriétaire :
« D’heure en heure, il était de plus en plus attaché
à nous et quand nous revenions après une courte
pause de repos, il nous appelait de ce hennissement
qui nous a donné de la force tout au long de ce sauvetage. Ces hennissements et son appétit, ajoutés
aux nombreuses tentatives de relevage qu’il faisait
régulièrement, nous prouvaient sa volonté de vivre…
Nous ne pouvions pas baisser les bras. »

P 12/15

L’homéopathie: une médecine douce
au service de l’équidé
Qu’est-ce que l’homéopathie ?
L’homéopathie ou homœopathie (du grec όμοιος / hómoios, «
similaire » et πάθος / páthos, « souffrance » ou « maladie »)
est une médecine non conventionnelle, proposée par Samuel
Hahnemann en 1796. Elle repose sur trois principes : la similitude, l’individualisation des cas et l’infinitésimal = le solvant
(le plus souvent l’eau et l’alcool) est utilisé pour effectuer des
dilutions successives, au dixième (DH) ou le plus souvent au centième (CH) d’une solution de teinture mère (la dilution d’une
solution de teinture mère dans 99 volumes de solvant est une
dilution d’une centésimale hahnemannienne).
Les composés utilisés ne deviennent homéopathiques que s’ils
respectent le principe de similitude, selon lequel un patient
devrait être traité au moyen d’une substance produisant expérimentalement chez une personne saine des symptômes semblables à ceux présentés par la personne affectée.
Toute substance, qu’elle soit minérale, végétale, animale, ou
chimique peut devenir homéopathique.
Elle s’est largement développée chez nos amis les bêtes, et no-

tamment les
équidés et
les chiens.
Avant tout,
ce
que
recherche
l’homéopathe, c’est
guérir peut-être, mais surtout SOULAGER le cheval sans jamais
lui nuire : « primum non nocere » (d’abord, ne pas nuire).
Plusieurs formes sont disponibles pour les chevaux : en granules
(10 à 20 granules par prise par cheval), les doses (à prendre en
une seule fois), les gouttes (en général 2 à 5ml, sachant qu’1
ml = 20 gouttes), les triturations (poudre médicamenteuse), les
teintures mères (TM).

Voici donc, ci-après, quelques exemples de traitements homéopathiques.
Abcès

Localement : Calendula TM en compresse
(25gouttes dans ¼ de verre d’eau tiède) +
pommade au Calendula
Pour faire mûrir l’abcès :

Si douleur, chaleur, et/ou rougeur : Belladonna 9ch, 10 granules 3 fois
par jour

Si fièvre :Pyrogenium 7ch +
Hepar Sulfur 7ch, 10 granules de chaque
3 fois par jour
Une fois l’abcès percé :
Pour faciliter l’élimination du pus et éviter
la récidive : Silicea 9ch, 1 dose par jour
pendant 3 jour

Si suppuration persistante :
Calcarea Sulfurica 5ch + Myristica 5ch, 10
granules de chaque 2 fois par jour


Pansement antiseptique local :
poser sous pansement une préparation à
base de Myristica 1dh + Cyrtopodium 1dh
+ Calendula TM (mélanger à saturation
dans la vaseline).
!! pansement à garder 2 jours la première
fois, puis renouveler la pose et le laisser, le
temps de la cicatrisation.

Si localement zone rouge, chaude
et douloureuse : Arnica 7ch + Pyrogenium
7ch + Hepar Sulfur 15ch, 10 granules de
chaque, 4 à 5 fois par jour, pendant 3
jours.

Si le corps étranger est un clou :
Ledum Palustre 5 ch, pendant 5 ou 6 jours

Si boiterie chez jeune cheval :
Phosphoricum Acidum 5ch, 5 granules 2
fois par jour, jusqu’à guérison complète.

Clou de rue / abcès de pied

Fourchettes pourries / plaies de

soles
Localement : lavage et irrigation avec
Faire
préparer
l’onguent
Aegyptiac à base
Calendula TM diluée à moitié, 2 à 3 fois
de cuivre, miel et eau.
par jour
N° 17 - Février 2012

Fatigue


Si entraînement intensif : Arnica
9ch , 10 granules toutes les 12 heures, à
renouveler 4 fois

Si cheval fatigué + perte d’appétit : Nux Vomica 9ch, 10 granules 3 fois
par jour, pendant 3 jours, puis 5 granules
2 fois par jour, jusqu’à disparition des
symptômes

Si cheval triste avec tête pendante et pouls lent et faible : Opium 9ch,
10 granules 2 fois par jour, pendant 3 à 4
jours

Pour tonifier un jeune cheval :
Phosphoricum Acidum 7ch, 10 granules 2
fois par jour pendant 3 jours, puis 5 granules 2 fois par jour, pendant 10 jours

Si fatigue après mise bas : Sepia
9ch, 10 granules 2 fois par jour, pendant 3
jours.

P 13/15

Mal des transports


Si anxiété dès les préparatifs,
oreilles en mouvements, inquiétude :
Ignatia 15ch, 10 granules la veille, le matin
et au départ.

Si claustrophobie, agitation et
risque de colique : Argentum Nitricum 15
ch, 10 granules la veille puis le matin, possibilité de renouveler toutes les 2 heures.

Si le cheval est prostré, abattu
: Gelsemium 15ch, 10 granules 2 heures
avant le départ, à renouveler toutes les 2
heures.

Si réaction violente, agressivité,
augmentées quand l’animal se sent attaché, hypersensibilité à tout bruit, toucher, mouvement etc. : Lachesis 15ch +
Theridion 15ch, 10 granules de chaque, 1
heure avant l’embarquement, à renouveler toutes les 2 heures, si besoin.

Si salivation abondante et malaise
du cheval : Petroleum 5ch, 10 granules à
l’embarquement

Si le cheval cherche l’air : Tabacum
5ch, 10 granules avant que le camion démarre, à renouveler toutes les 2 heures, si
besoin.

Piqûres d’abeilles, de guêpes,
d’insectes divers, dermites


Pour soulager la douleur et éviter l’œdème : Apis Mellifica 9ch + Ledum
Palustre 5ch, 10 granules de chaque toutes
les demi-heures, pendant 3heures puis 3
fois par jour, si besoin

Si prurit, ajouter : Urtica Urens
5ch, 10 granules 2 fois par jour, pendant
quelques jours
Localement : faire préparer un flacon de
125ml de : Arnica TM + Calendula TM +
Apis Mellifica TM + Ledum Palustre TM , en
application locale chaque demi-heure pendant 2 heures puis 2 fopis par jour, jusqu’à
guérison.

Plaies et contusions


Suros : Symphytum 6ch + Ruta
Graveolens 5ch : 10 granules 2 fois par
jour, les 3 premiers jours, puis 5 granules 2
fois par jour, jusqu’à guérison.

Traumatisme : Arnica 7ch +
Ledum Palustre 5ch, 10 granules 2 fois par

jour, pendant 3 jours, puis 5 granules 2 fois
par jour, jusqu’à guérison.

Traumatisme au niveau d’un tendon : Arnica 9ch + Ruta Graveolens 5ch +
Rhus Toxicodendron 5ch, 10 granules de
chaque, 2 fois par jour, pendant 3 jours,
puis 5 granules 2 fois par jour, jusqu’à guérison complète.

Si difficultés de cicatrisation :
Sepia 7ch + Staphysagria 7ch + Silicea 7ch,
10 granules 2 fois par jour pendant 3 jours,
puis 5 granules 2 fois par jour, jusqu’à guérison complète.

Si lymphangite avec risque de
complication infectieuse, troubles de la
circulation, engorgement : Arnica 7ch +
Pulsatilla 5ch, 10 granules 2 fois par jour,
pendant 3jours, puis 5granules, 2 fois par
jour, jusqu’à guérison.


Si entorse du boulet : Ruta
Graveolens 5ch, 10 granules matin et
soir, jusqu’à disparition complète des
symptômes.

Si la lésion traumatique persiste
plusieurs jours, avec déformation locale,
douleur modérée, et amélioration par le
bandage et le repos (l’activité doit être
contrôlée) : Bryonia 5ch, 10 granules matin et soir, jusqu’à disparition complète des
symptômes.

Si raideurs douloureuses avec
besoin de bouger (aggravées aux premiers
mouvements, améliorées par les mouvements lents, et aggravées après l’effort
prolongé) : Rhus Toxicodendron 7 ou 9ch,
5 granules 4 fois par jour, pendant la rééducation (en 15ch si ne marche pas)
Localement : compresse humide d’Arnica
TM, ou massage léger avec un gel d’arnica
ou en imbibant de l’argile avec une TM
Dorsalgies

Dans tous les cas : Arnica 7ch , 10 d’Arnica diluée au ¼ , à laisser la nuit, 1
granules toutes les demi-heures, 4 fois, et nuit sur 2.
faire marcher l’animal pendant 30 minutes
lentement, puis renouveler Arnica matin
Tendinite
et soir, 10 granules pendant 5 jours. Dès le Localement : compresse humide d’Arnica
deuxième jour, Sarcolacticum Acidum 5ch, TM, ou emplâtre d’argile avec une TM
10 granules par jour, pendant 15 jours.
d’Arnica diluée au ¼ .

Si dorsalgie améliorée par le re-
Immédiatement : Apis Mellifica
pos : Bryonia 5ch, 10 granules matin et soir 15ch, Arnica 15ch, 10 granules de chaque,
pendant 10 jours.
plusieurs fois le premier jour, puis matin et

Si amélioration par le mou- soir, pendant 3 ou 4 jours.
vement et les massages locaux : Rhus
Si l’état général est touché, l’aniToxicodendron 5ch, 10 granules matin et mal hébété : Belladonna 5ch, 10 granules
soir, pendant 8 à 10 jours.
3 fois par jour, pendant 6 jours

Si douleur très vive au toucher
Si tendinite sur extenseurs :
au niveau des reins et quelquefois oligurie Kalium Iodatum 4ch, 10 granules 2 fois par
: Apis Mellifica 7ch, 10 granules matin et jour, jusqu’à disparition des symptômes,
soir, pendant 8 à 10 jours.
Symphytum 6dh, 10 granules, 2 ou 3 fois

Si contracture musculaire locali- par jour.
sée, après un trop long ou violent exercice
Si suite à un entraînement abusif
: Nux Vomica 5ch, 10 granules 3 ou 4 fois : Sarcolactate de Zinc 3dh, 5 granules tous
par jour, pendant 5 ou 6 jours.
les jours, ou Sporténine : 4 cps pendant
toute la période de repos.
Entorse

Si hématome avec œdème et
Dans tous les cas : Arnica 7ch, 10 granules. problèmes circulatoires : doucher quo
Si entorse récente, déformation tidiennement l’animal et faire préparer
avec œdème, douleur, chaleur, ajouter la solution suivante (1 flacon de 125ml
Apis Mellifica 15ch, 10 granules 3 fois qsp) : Pulsatilla 5ch, Bellis Perennis 5ch,
par jour le premier jour, puis matin et Hamamelis 5ch, China 5ch, 5ml par jour
soir 10 granules, jusqu’à disparition des jusqu’à guérison complète.
symptômes.

N° 17 - Février 2012

P 14/15

Vous désirez cotiser à l’association pour devenir MEMBRE ACTIF et/ou
PARRAINER UN CHEVAL, vous trouverez ci-dessous notre bulletin d’adhésion 2012.

Galop Pour La Vie est une association loi 1901, à but non lucratif, reconnue d’intérêt général.
N° 17 - Février 2012

P15/15


GPLV le mag 17 v2.pdf - page 1/15
 
GPLV le mag 17 v2.pdf - page 2/15
GPLV le mag 17 v2.pdf - page 3/15
GPLV le mag 17 v2.pdf - page 4/15
GPLV le mag 17 v2.pdf - page 5/15
GPLV le mag 17 v2.pdf - page 6/15
 




Télécharger le fichier (PDF)


GPLV le mag 17 v2.pdf (PDF, 5.7 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


ravene guide pratique 2012 compresse 150dpi
7
avril 2017
2019 laponiecsenavalgroupollioules
catalogue marstall
gplv le mag 17 v2

Sur le même sujet..